Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03638
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 12, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03638

Full Text
Clment Maqloire
01RECTKUR %J
1168 RUE AMERICAINE 136
fBLEPHONE N'2242
Dp 1res braves OMs *|r \ i'ii o*r t
nn'chanl* r hjlerarfa. Ainsi que
I on ti a l'*Mlf <> '" apprridrr
lire pI a erire, mi ri>rail alitr
un insliii'l on I on pi snniiit sp-
cialcmptil a ut- irt q e la vrilr, I
u aimer ne la jii'irf.
Mu STAK
ae"
25me ANNEE N 7301
PORT-AU-rRIN >: ( LIAI 11 )
VENDREDI 12 JUIN 1931
-SA -~5
"sj: .. j .
--XJR
Patriotes et patriotisme

Ksl-ce dans les discours br-
b's qu'ils dbite il aur. carre-
iurs en vue de subtiliser Md-
iiraion n;aise de la badaude-
he imbcile?
Est-ce dans les articles creux
ont ils encombrent les colon-
a de nos journaux, i & pas
nt malheureusement urslu-
ihrations aussi facile i ent qu
t verrat pntre dans ne pro-
rit abandonne?
Ou bien serait-ce dans ces
ouversations li u me c I e s de
ocktails, autour des labis de
aie, conversations soulignes
e eestes arrogants, et accom-
agnes de la danse nunique et
iombissante des mouches?
Oui, au lai, o logent-ils leur
triotisme?
Ils n'ont qu'un mot leur
ouche et qui semble faire par-
iainegrante.de leur denture:
'atrie.
ils ne par ent que d'intrt
fcnetai, de Chose Publique. Il
l'en est pas un .eu' qui ne pos
ide dans son portefeuille. DU
lans un des 'noirs de son bu-
reau, un plan qui dnouerait
immdia ement la crise cono-
mique duc exclusivement J'aii-
SNAT
Sance du 9 juin 1931
o -
(SUITE & FIN)
leurs, lncomptence (c'est le
patriote qui parle) et l'incu-
rie de ceux qui gouvernent.
Ils aimant ce coin de 'erre
oins que personne. Ils ne per-
mettent mme pas aux autres
de l'aimer, tellement est ardent
ci possessif, leur patriotisme
Et, si, chaque lois, oi ne les
retenait, r'est de leurs propres
mains qu'ils trangleraient ceux
l-.ji ne n m lageiil paa leurs ides,
al m ti sont donc des Iraitres
la Patrie.
Ce sont des patriotes. et
cultivs.
Ce sont des chauvins, el qui
se connaissent en choses d Hati.
1 El, cependant, Ml chanson-
nier de cli> z nous, ei talentueux,-
( Cuodio. chante dans son pays,
en patois de son paya, des cho-
J ses te son pays, el c est devant
! une "..-II* vi.ie q . ve si intensment bal ienne.
E nul N4 If ni-n le. o sont
ces palrio es qui foui salle com-
ble aux chansonniers de Mont-
martre et iii|>iivnt ainsi un
compatriote le valeur qui au-
rait bien besoin, pourlan, d'un
peu de leur admiration mon-
naye...
!
ALIX ROY
29 annes de succs.
Si
Vous voulrz prolonger v \-
tre vie, amliore t votre soi t
que vous funiii z la cignrt Ile.
le cigare ou la pipe, de m an
de/ une cigarette AVION '
Sue vous adopterez immr
iateraent pour votre conti"
mm
Echos
dive n-ticles de celle loi.-l-i IV,/V|WW
. sparation des Pouvoirs ex s e l IQUOS
dans la Constitution, maia met
les juges sous une cerlained- U .. ryii/jpo
pendance de l'Exculil. H a*git UUilllUCa
ici du pouvoir de juger el nous ------
lerons rematquer ne I inaUhi- Roemateut il yavail van manil
tion du jury semble 're aussi talion monstre an la villedeN a gatoro,
contraire la sparation dea ans l'ampira foi soleil levant. Com-
onurtii | | munitte .'... Nationaliste ?. Il ny a
Pouvoirs. Lu crant la gry.le nnrou* i ^ { cf>a
Pouvoir Lgislatif nomme hm JoUbiar le repos public dans tous les
uges et qui ont dcider. Si paya. Cette fols,pourtant, il ne s'agis-
dnne le Pouvoir Lgislatif, en ia{tnasd'eux.C'taient!escbaavesdu
l:
i
Le Snateur .Van. Tout en
me llicitant de mon projet, la
Ministre de la Jusiice en critique
le fond mme. Lorsqu'il a dcid
sur quelques points d'adminis-
tration, a-t-il empit sur l'au-
torit |udiciaire ? Si le Ministre
peut prendre ds dcisions,
pourquoi ne veut 1 pas que le
Snat, en ce cas exceptionnel,
m puisse prendre? C'est un sim-
ple ir.ivuil que je demande la
Commission d'accomplir. NOM
sommes snateurs, nous conti-
nuerons tre snateurs, nous
avons la curiosit de voir com-
ment le Pouvoir Excutil a agi
loules les lois qu'il a t parve-
nu sa connaissance les agisse-
ments dont ont t victimes les
paysans. L Etat, puissance
publique hatienne,a t annul
par les puissances d'argent in-
troduites dans le pays. Nous ne
ne nous anteronj pas a ace
procdure de chicane pour lais
ser le paysan expos tant d n-
justice lant de vexations
Je demande au Snat de rejeter
les prtentions affiches par le
gouvernenieni el un de mes
collgues.
Le Snateur Tlmaque. il
importe que nous lassions notre
devoir dans ces dbats dune
importance capitale. Il s'agit de
dtendre les droits que la masse
paysanne a acquis sur le terri-
toire national. Elle a paysulfi-
samment pour acqunr la pos-
session du soi. Nous eemrnes
vraiment tonns de voir des
orateurs se lever pour dclarer
que la loi Nau est inconstitu-
tionnelle. Il y a dans la grande
loi domaniale passe la cration
de Commissions d'Enqute Ad-
ministratives pour rgler cer-
tains cas de dpossessions, etc.
Plus de 20 Toia, )'ai occup coov
ma avocat pour des clients qui
avaient t dpossds. A la na-
rine du Sud, les riverains ont
t dpossds et jamais les
Comissiona Adminiatiativea
n'ont pu arriver rgler cea
questions, malgr les condam-
nations prononce* contre i ciai.
Il ua sa peut paa que chaque lois
qu'on ait dtendre les droits
de la masse, l'on continue
brandir cette inlernale L<>ns'
tulion. Hon, le Snat la votera,
la Lhambre la sanctionnera et
l'Excotit la tera excuter.
U Snateur PradtL- MM-
aiaura, il et vident que per-
sonne ne peut nier la bouna
volont de ceux qui composent
le Snat de la Hpobl^ae a
l'gard dt la proposition de loi
fcaufu sagu U *'uir sl e,,i
l'.eiir'c (vi no i la Constitution.
1 e principe de celle proposition
i [;.>s aur on li-x'o conslitu-
lionntsl. Je suis contre la thse
d Hod'court qui du que ce prin-
cipe heurte an lex lionnt I. Ue tonner un tribunal
compos de sualeuis et dpu-
tfia, il n'y a aucun i*x'e consti-
lutionnel qui l'empche. Il ap-
puilienlla loi vole au Snat
Ui crer tels auties tribunaux
pour la sauvegarda de tels in-
'/ts. Lorsqu'il prvoit la cra-
lion d'un tribunal apel sta-
tuer sur les dolances des pay-
san.', dans des conditions nette-
m un dtermines, le Snat ne
lait rien de coniraire l'ordre
de choses. Ce qu'il y a de cer-
tain, c'est que la Commission
des Rparation* a t lorme en
vertu dune loi. Lorsque la loi
cre cet organe spcial qui
j'appelle commission parlemen-
tait e, charge dludier les cen-
I dillOOJ existantes dans les mas-
ses paysannes, il ne rsulte pas
qu'une 'elle loi a t cie hors
des lgles conslilu ionuelles.
li i cartant de ces dbuts toute
personnalit, le Snat doit laire
un travail serieu, conslructd.
[I ne tjut pas nous occuper de
la loule qui est 1res souvent
inapte |uger des grandes ques-
tions. Je deminde le vole du
p: iiicipe de la loi.
Le Snateur Iludicourt. Mon
excellent collgue Pradel vient
de prendre la pirole dans ces
d.bjs. Les snateurs Tlma-
que et Podel viennent de par-
ler de la Commission des H-
cla nia lion. Cela a i un tribu-
nal larternationsl. Ce n'est pas
en v rtu d'une !o;, mais d'un
accord International qu'elle a
t cre. Ce que je condamne,
c'est la cration d'un tribunal
exceptionnel au moyen d'l-
ments tirs du Corps Lgislatif.
Comment pouvez-vous dire
qu'elle ne heurte pas le principe
de la sparation des Pouvoirs ?
Ce principe qu'on trouve dans
cette Constitution dite salanique
se trouve aussi dans toutes les
Constitutions. Je dis donc que ce
tribunal dont vous demandez
la cration est appel se pro-
noncer sur des questions cou-
tenlieuses, ressortissantes aux
obligations du Pouvoir judi-
ciaire.
Le Snateur Paullre. Aprs
celle lougue discussion o il
nous a t^peruiii d'entendre les
voix au'orises de grands avo-
cats, je voudrai- placer on mot.
Comme vou tous, je suis aussi
un dtenseur de la masse pay-
sanne. Je suis pasteur et mon
*Ki*e posaiie de nombreuses
ch ipc'.'cs dans 'es mornes el les
plaines. Je ne mis P** avoeal,
mais | ai peut-tre reu en nais-
sant quelque chose da I esprit
de justice. Pour moi. nous
pouvons votar la pnucipe de la
lui Naa. Nous discuterons les
erafttleiuiv.aeueveaujungea Japon M1"- ff*.u^ de savoir aui
creani ie i "/*. ,' urs crnes dnuds les lama des
naturels te droit deiugei, poui (.ani.,lU,nsU>i des chansonnier* el
quoi leCorps l.egi-liilit ne jo.j'- jeggen, de plame, protestaient se-
rait-il nommai une Cu n i*iO i lennellemcnl contre la mania detonr-
aouele siatuer sur cerlaifli ner en ridicule la calvitia. Imposao-
f-. ji, la. mnanda il la manifestation. Nombreux crnes
Unis dtermine, sans ce _.._. nns Alltalll(l, ,,,,,.,. i.,.s sp,,i,.
tenis vonlureiil parsifler. Le prefcl rie
police prvoya uncanflil dans leiptel
les ltpschauves ndaeraanl pas en
bonne posture. Homme avis, i'. *ii
annoncer aux m inifeitants qu'un m-
decin amricain avait dcouvert un
ramde conlro 11 c ilvilia, que bien-
tt tous lsc hpitaux iaponaii pu se-
raient pourvus: le l'.IIUM SARTHK
CACHET D'OR, la meillenre boisson
monde.
Ple Mle
o-
heur er la Conetiluti i ? Je '
mande d'ajouter (| ie cet'e C > .-
mission soit prside pir le Pi
sident du Tribunal de Cassi-
tion, alors nous n'aurions p s
peur qu'on dise que nous avons
viol la Constitution. La i part-
bon des Pouvoirs serait inspec-
te. J'appuie la propo-ilion du
Snateur Nau et je vous de-
mande de voter le principe de
h loi Nous pmvons taira cetli
modification, en vota.it les ar-j
ides de la loi.
L'Assemble, suflisainmenl
i laire, on passe au vole du
principe de li loi qui est Hcj -^-
lCLe'Snateur Fombruo pr-j J'aiune tonrnnra Mm
s.nie un amendement l'arl. 1". plt*l ^ carijina PMmrtM
lltsl combattu par le Snateur qui ma pu-isse lou^M-s ch -r-
Nau qui demande le mainiieu tbmU bon.ct dunaa laatioo,
d l'article tel qu'il est libell, mme la pue ; el - a Irouv, r,
L'amendement'st rejet. ,'ar.. car ^^JSS^
lV: lamodia.atioi^po^par.a ^"^^;
SSTWi? P^^-d';- ^denPotre,oci^,di. lort
^,uter : aaJtAM par le Do9en "** E on ne sali o Ile s .r-
du Tribunal dt Cassa! ion Le rtera. Jsuia.s m.u -, tm.i ns I t
Optimisme
Snateur Nau combat celte pfo
positioi qui est rejet. Le S-
nateur lilize propose une ad
dilion l'art. | .n hveur del
lermiersde l'Btat.quiat adop-
te. L'art. 4aal vot avec cette
ad lition : par la majorit.
L'ai'. 5 est vot avec soppres-
conc plus a igoissante. (/-peu.
daat, suivant ma noble habita*
de. jeu ai trouv le bon cl.
Celle grande misera a pour
eflel naturel une diminu'ion
sensible de la noumliire dans
la plaperl des (milles, On en
arrivera mme supprimer la
s des mots : cinq exem- vi,nde et le dessert, plets trop
pUire L'art.(iasl volavec un coteux, pour se OMtanlor des
amnde.neot du Snateur Z- lgumea et du pain. Qaanl a
d, ,. n ,,i:ija ,,or i., i vins, on en a perdu mme le
nhvrm. Lart. / inotliii" pai i ... ...
pujrriu. u r souvenir. Voil q n est I ni pour
Commission est vo'e. i-ai
avec 1 amendement Tlmaque
est vol. L'art. U est vot, ainsi
que l'ensemble de la loi.
Ondemande
A ACHETER
Trait des Sciences Occultes
Papos
S'adress:r au b trean du
journal.
)
Anton I. Saba
Anton I. SAB avise le
Commerce et ses clients #
nra'.ement quelconque que
sa maison de commerce sise
autretois la Halle Boulin,
rue Traversire. n t trans-
fre depuis le 1er juin cou-
rant la rue du Magisin de
iEtat. au No 1733, ct de
la Maison Antoine Ta lamas.
Les clients y trouveront, com-
me toujours, un bon accueil
et des prix la porte de
toutes les bourses.
Ce sera une occasion trs
avantageuse piur le ache- (
leurs de visiter la Maison
Anton 1. Saba avnnt de laire
leurs emplettes ailleurs, car
ils y trouveront un proUt
qu'on ne peut leur oflrir nulle
visiter donc ANTOV I. SiBl
avaat de taire vos emplettes
el vos serez satistait.
dsoler les Castro io:ii--.Mais,
bien i/llchir, ce n g nie n'.i-
mentaire est eicalleiit ; son seul
ioconvnieut e'esi dir ob i
gatoira. Certains individu^, les
occuitiates per eaempl*, ne le.
suivent-ils pas volon'airement
et de boa cur ? l'A lis s>n
portent bien l
La sobrit, ihicun la sait, a
une action rellement bien fa i
saule sur l'organisme humain.
D'ailleurs, beaucoup de gna,
mal^e eus, il est vrai, vont en
faire la douce exprience. El je
suis sr que, l'abondance reve-
nue, ils garderont loul de mme
I habitude de se nourrir trs
sobrement ; car ils auront com-
pris qje c'est l le chemin de
rvolution spirituelle.
Voil le bon cot de noire
a tireuse misre. Voyez-vous, il
y en a toujours un. A quelque
chose mai'ieur est bon. Hlne/,
cette lormule philosophique ;
elle vous e>t aussi indispensable,
dans l'existence, que voire ange
gardien.
RUOY.
Le Dpartement de II Jas'CQ
porte la connaissance des in
tre.s."'s que la V ssirn or lin ira
d'examens l'Ecole Nationale
de Droit s'ouvrira le lundi 13
juillet prochain S heures du
matin.

Nous avons reu le P. P. <\
de Mr Andr Blanc, secrtaire
commercial attach la L{;:i-
lion de Kr0Ca, e' de Ma lutue
An Ire Blanc Vittiet.

L" professeur ():n. Lmd ROUI
n lait le plaiair da nous ren Ire
\i le hier et oaa i appris soi
prochain dpart dimanch par
I h/t holln I lis. Le distingu
il savant Do-'eur se rend en
Allemagne o il compte diter
tu's probablement an livre sur
noire pays. Il nous a pri da
remercier ses nombreux amis
pour l'accueil cordial el bien*
vifillanl qui lui a t lait et dont
il gardera la meilleur souvenir.
II espre d'ailleura revenir par
ml nous le plus lot possible,
Hati, nous a t-il dit, tant d -
venue pour lui une aaaondt pa>
trie pour laquelle il a toutes les
sympathies et la plus vive ad-
miration.

Nous prsentons DOS sincrei
condolances notre ami lvn
manuel Trouillo1. qui a eu l|
douleur de perdre son prfl
Jules Duverneau Trouillot.dool
les tunrailles ont eu lieu
PetionviHl hier aprs-midi.

a
Nous linons dans un jou r al
de New Yotk qu'au Consulat
d'Hati se trouvent: MM.Lucien
l.alontanl. Consul Gnral, un
des grands commeranis de
l'orl-.iu-l'rince qui f* toutes s. s
tudes en France ; Emmanu I
Qation,vica-conaul,ancien com-
merant de l'oil-ait-l'/inct ;
Henri Ch Kosemond. contren-
cier et pubhcisle ; .1/ Couane,
aecrtaira-atlach au Conaalai.
Nous aurions voulu savoir d
la S-cit lirerie r/tal des H
lions Extrieures quel rai ce A/.
Comme dont pet sonne n'a |u-
mata entendu p irler.
a
Auto sans ptqui : lu indi-
vidu se promena dputa quel-
ques jours dans une auto sans
plaque, eu grand shurlseenseul
des i h Ittfleurs qui voient |> -
si r pii d'eux ce bolide inlron
vabla eu c is d accideul.Q-ie la
police demande de. renseigne.
mente en a'adressani au NJ320,
lh phoue du dlinquant.
UKW
Reprise
DF.
i.A lk\lllib Mi P1S8 el
des l'klllis MtltiOWlilKS
Accdant aux nombrensps if-
mandes doit les journaux se
s* t fait l'cha, Madame Annie
Dasroy redanna sa brillante
sainte la \'i juiu courant.
A samedi doac Cin-Vari*
ts. Ea> fbala 8 heures du eeir.
Noire ceulrcre "Le Temps"
el le Mi m,hc de la Justice
Dans une de ses brillantes
chroniques, noire conlrre Le
Temps semble dire que le Mi'
nislte de la Justice sest charg
d'un message inconstitutionnel,
lorsqu'il a promis de transmet-
tre au Prsident de la rpubli-
que le souhait du dput Van-
gus ;.u sujet de nos conlr/ci
de La Raction, actueliemeil
aax ordres de la Justice.
Lorsque le Praident d li
rpublique prend un arrt
d'amnistie par exemple ou de
grce, il n'arrle pa% le cour de
la Justice. C'esl u i pouvoir que
lui accoide la Constitution i Ile
mme. Le message apport pr
le Minisire de la Jusiice il'eat
pas du tout in eustitnthmnel,
puisque le Prside ni de la Ht
publique, eu VeltU U'uuc Uei-
nire loi, la date noua chap-
pe, peut amnistier au moment
mme o 1 luslruction e pour-
suit. C'est sans doute A celle loi
que le dou' V'augue i \u Mi-
nislie Lulexu pensaient loraq
l'un a lait sa proposition i qi'i
l'autre s'e^f ch fg 't
malin au Pre^iUeui N inttiit.
... Il tait debout sous la ga-
lerie de l'il.'.iel de France el at-
tendait jiour monter chez lui
qu'un ami passt dans sa voitu-
re. Il n'avait pas les cii'qu.nie
centimes de la I ign. Coninv 4
une heure personne a'avail en-
core pass qu'il connu', d'enlra
au ca' et tenta da Uowver nm I-
qu'un qui put l'inviter a djeueer.
Il ne lutpes plai heureux II dut
regH^ner ses pi aies dinocrn-
liquement, r'eai--dira pied.
... vuil qu'un de nos conf'rea
annona qua bienit paratra
une anthologie fminine ha-
tienne. Quelles sont les potes-
ses qui vont l'diter, combien
sont-ell.*s, qu'est-ce qu'elles ont
dj publi? Voil ce que notre
confru ne dit pas. 11 n'importe.
Nous attendons avec anxit
cloeion de ces talents nou-
veaux et c'esl avec jo e que nous
les saluerons.
*
... a vu deux hommes qui eau
saienl intimsmenl lue femme
j survint. El j.assa. D un geste
affectueui ' la main et du
' sourire o avaient pass on di-
! rait des lueuisdanie, elle avait
: salu l'on deux. L'autre alora
prolits de ce salul pour glisser
un mol i ma bl e la pas-
sant- qui ae rengorgea. La scne
allait, pat uti*il, continuer, lors-
que celui A qui l'alle ueux sa-
it, i avail l loi, dit tout bas
son ami :
Ecoute, mon vieux, n'in-
aisfe pas Cesl mon ... amie.
Un inaiala, en aioutant:
Cela l'appiendra ne pas
piaenler lea amis tes amies!
*
lis .' uent trois a prendre
lacock'ail quotidien. Trois bon*
imis, Vis a<\i-> heure l'un da<
li ois s', n alla et regagna mi
foyer o l'altei dail un agraele
d|euner. U btail jietne al-^
tabl i qu'un co ip de liphoaei
le ravil s sou plaiair. L'tait l'an
des deux ramaradea qui la pre-
nail a l uoignagne au sujat
d'une diicuss n ini.rvenuaau-
Ir eux. a son dpart. L'autre
vint, i s > i tour, au tlphone
ti la ne dura pas. Du bout du
lil l'a un qui tait chez lui mit
M i au m ileolendu, et Us deux
amis quitirenl l'htel o ils sa
houvaienl pour aller djeuner
dans un restaurant voiiiu.
-
, a VU avec quel entrain la
(oula s't.it dirige, hier aoir,
;, D Ion d'exposition de la
Chrysler. Tout le monda a'exta-
iiait devaul la nouvelle voiture
I V! l'I-.lll a <|ue notre a mi le syaa-
p*lhique comuieiant FraBel
Martin vienl lancer sur la flace
de Port-au-Prinee, el qui aura
cerlaineineiil autant da suc-
cs qua la Chrysler et la D
Solo.

... voit qu'il ne prend pas
d'a'cool lorsque ses camarades
en prennent, c'esl--dira de mi-
di deux heures, l'instant
des apritils al du cocktail.
Mais comment expliqaer ca-
lculant, que. chaque matin, il
ait ces veux boalris, et ces joaea
intumescentes? t/est que seal
Nome i*L p"Ul le voir chaque
aoir, lout seul i liez lui, sa boa-
teille de rhum porte de sa
main et sa cigarette aas lvres/
U boit seul ...
voit qu'a commeae de-
puis hier malin, an eour d'as-
sises, l'aflairede la liaaqua du
Canada. Les tmoins sou nam-
uroux. Klle durera peut-tre
ueux joura.
IAaaui es-voua oontr a aideat
M General; Accident 11 a
! |.ile Asusrance Corooralum Li-
; m^ Vv# F. fc ii
I Agent >ural o mi i u.


PAGE 2
DM CRIIONS NOUVEAUX
DEC H Mwm nouveaux e'eoveet.t I 1 u mme
qui m l'argent. Avol,lU eoni>iMis
et dpci en banque, tous pSJUPSC ": (Kr
l'avenir tvco icnflinM. Cmenen*tr k 1 ain-
tenant pargner mm suivant une > mthodes
91,000 m quatre mm. pravMMMant Sa W4I
tl MTimnt k*Klotndnii 91 000 1 I trois riM, Pr..viwnt 4 W**.M n
mmwU hM.>Mri 4 $fc.l3
91,00i ut vrr-!r*i hUjeHUMmlle de *9 M
HS*J1 *
L* Sanque Royale
.. - '"s Jn
du
Ca"
fada
J1
1
u
au
o-
> premire dur {la place l.li* Du-
11 ( > ITlSC '" ' '"'''/"' '"' '''"''' '
que nulionule pubtiQtie,uou *?\i'
j j |i ni' n! d Poi I- IU-1 OCf, m |S
|)OHU y e
I [ Nous n'avoua jim is perdu d.-
i vue (pi ii est absolument o -
d ivo ayon de no
PorU.m-Pi nce, 8 juin 1931. Ire I i B;>eialeinenl
1 livn r )' inteure 1) ii
liens \..... m on inaue*
on otfi< telle le 18 Mai 1926,
1 enoi\ era re de la lle du
ou avons commen-
I runir h ou rages que
nous avo !.. pu Ironvi r et qui
M>nl crit a par des Hailiena.Mal-
An
\
ouve'i'ste >.
Mon ch 1 Dire 1 .
Dona voira nnnaro 'u
co il nul \ dus avez ci il :
Il esl vraiment rinu'oureuj
> in
de constater que le catalog'-e 1 heu re use nie n', quinze joura
des poli es bibliolhq u 1 puh'i
que de Poi i-jui>Prince ne coui
por < p:.s un seul aui- ur h'ii d
et 1 e m- eoinpoaa que dautei 1
tr ngera.
Cela est : Il eux al dnota ui
n^ii},'- nce coupable ch z ci
ju oiil org mise ces 1 blioih -.
ques.
1
Il esl plus que temps de
couhler cette lacune II n'est j 1-
mais trop lard pour h en iaire.
L'opinion publique hatienne
rail beureuae de voir les org < ; ' (lu0
niaaleura des bibliothques re. pr rai', non seulement A
e aunuliqu | nos clubi mondains o l'on s'a-
uiuse, mail surtout notra hi-
blio'hque nationale publique
nir compte de celte suppliq
qui esl en mme temps un'
prolesta lion.
mbli 'i
,s uumios
Nationale Hatienne
La Bibliothque A. L. P. vous ) Nous vous u me-tlom
remercie infiniment de ro couvert pour i"
gnreuse intervention en sa I nu de vos prochain
veur.Ce que vous demandez s j t>n extrait de noire catalogua
rait certainement wh> got le I relatif uniquement A noire aec-
d'eau dans 1 ocan, mail ce le l;on hailienne.
rait quelque chosti toir de u 1 Non! ave ifl l'espo r tenace et
me et cette ftma charitable a.i 1 ils ;1C lcheraiis pas le man-
rait droit s-i gratitude. che aprs la coguee. Nouscro-
Ce qu'il nous esl urg.nl d'. -'vous que Iws Pouvoirs Public!
voir en ce moment, ce sont dei IK tarderont pas comprendra
tonds pour l'organisation at le l'intrt national que reprsente
paiement de notre personne', "ohe uvie d'ducation popu-
pour couvrir nos trais de reliu- Inire... haute poite sociale,
re et de bureau, nos Irais de llue nous poursuivons avec le
luminaire.de tlphone et au plus grand dsintressement,
trs. sans aucun but d'intrt priv,
C'est In seul moyen pour nous \ qo'ila ne manquoiont pas
d'assurer le fonctionnement r / d'accorder bientt toute la pro-
gulier de notre bibliothque au I teclion obligatoire qu'ils
grand profit du publia lanl ha-
tien qu'tranger. _0
lijVotre geri dejdouleur^ mon
cher Directeur, est all droit au
cur des membres de l'A L.P.,
uvre^d'imtiative priv*, re-
connue d'Utilit Publique |de-
puis 11 ans.
^Malgr vent et mare, malgr
la mauvaise volont des Olfi
cieh de Trait el des Autorits
Hatiennes, sans aucun secours
des Pouvoirs* de l'Etat, nous
n'avoni j iniaii > oui ne
cesse ois pas de II svsi U r av.c
oMination pour doter le i\. ,
de I) hl olbques publiques.
Nuls en avons d j rige uu
vent de lui donner pour son
plein dveloppement suivant ICI
directives et pour le plus grand
bien du Peuple llaihen.
Veuillez agrer, mon cher Di-
recteur, mes tslntatioas/.diatin-
gueti.
Le Trsorier
Prsident de
de l'Amicale et
la Bibliothque.
Dr B RICOT.^
ETRE EPATAIT,*.;;u
"IS. milli; ,l-, MOII
, fairk kikk uaocial* d la
GAITE FRANAISE
i. Ftub. SlOtnlt. PARIS 10-
'enroi. GRATUITEMENT
' N0UVFI ALBUM hMMMMl
ivtiihcm SdiitlioniwlUs Un Vrili gcr,U Mt
Selcnan OmuIIm.
es cal te inauguration, (i Joio
192d, la suppression de notre
unique iourte de revenus no-
I | qui a eu une exiaten-
ph 0 re 'le qu-dte n;o:s
noiM B i mi chs dl continuer
la o ; de notre section
d'oi ' ri auteurs hatiens,
d m:" utilit nconu table, tant
pour les habitants du pays que
pour les trangers qui nous vi-
sitent.
Nous avons toujours pens
queceserait servir le Pays qua
de conduire ces et ranger! tou-
s foU que I occasion Bfl
leurs Hatiens Piti poOr l'Ami 1926 juin 1931 ) si nous n'a
,) [viona pas eu le- aile- loup i.
LE^MATIN 12 Juin 1931
Une lettre
DE
Mr J. Adhmatr Auguate
- o
Cap-Haitii n, le 3 juin 19:il.
Monsieur Burr-Heynaud,
Dpul du Peuple,
Port-au-Prince.
Monsieur le Dput,
le viens de lire a l'instant, 11
h. du malin, dans la journal
c La Preeae do 30 irai dernier,
le compte rends de la sance
de la thambie des Dputs du
2(. du mme aaeis, o il voua
est prt ce qol mit : Le Gou-
vernement amricain voulait
s'en plier. M. Bellegareie le lui
avait fait aawrr.Aucoura d'une
dlibration tenue au palais, le
Conseil des Secrtaires d Etal a,
par i voix, opin pour le main-
lieu de l'Occupateon,
Dali la crainte da manquer
le confier, je vous ai tlgra-
phi ce qi suit : Von- somme
ire noms Secrtaires d Etal qui
opinrent maintien Occupation
et source information.
Je vous confirme celle dp-
che, esprant obtenir do vous
les prciaions qu'exige une el-
t| m ition .-ussi grave.
Veuillez agrer, Mo ss-ur la
|>pul,rois sincreaalaiationi.
(S >:J.Adbinei AUGUSTE
Co
mmranc
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES ^'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents Gnraux
iMiUMMaanuiamp l.--^c;-'. .- riji&n&^!m^7~sx^T*'mmi^w^K&.^--
'--.-....^BSJiSVWAVif^itt'x-
.i w*/> m.~r-.-)m w*
i u lis pourraient se rendre
j compta dl notre mouvement in-
' tellectuel, non
Nous profilons de celle o
casion pour demander llectuel, non seulement dans
Ame charitable de prendie le praenl, mais surtout dans le
trais la publication du catalo I pass.
gue des livres de la B hlioMie Le nombre de volumes d j A
que de l'Amicale du Lyce P- s runis, ao ce court espace de
lion. [temps,mai et juin 1920, cermel
Voil une bonne (envie A J de conatatar A |uel rsultat heu-
laira. I ranx nous serions arrivs ou-
Oh la grande pi i d s A I cas B deri ire- annei (j lin
NO!
Confrres
en prison...
0jO
Ou s* demande pourquoi le
Doyen daTribanal dePramira
lastance de Perl-au-Prince n'a
pis confi un taire j &? la
direction des dbals dans (im-
portante taira de la Banque
\{ iyala du Canada. Ce'te pftaire
durera au moins deux jours.
Le *{ug* Leaco! qei dirige fan-
dience est exactement celui
,ui a l conli l'instruction de
reflaire de ooa intressants eon-
frres de La Raction , em-
prisonns depuis dfj onz
jours. L'ordonnance devait tre
rendue aujourd'hui.
Nous nons demandons avec
angoisse si celte pro,Ties ra eue tenue. On sait ce -me
reprsente pour un juge la di-
rection d un dbat en cour d'as-
sises. Aussi ne pouvons-nous
que demander au fuge l.escot
de BUImonter ses fatigues et (Je
tenter de rendre celte ordon-
nance ejae tout le monde attend,
au plus lot demain, et au plus
lard au seuil da la semaine pro
ch une. Ces messieurs ont be-
soin de re fixs sur leur situa-
tion, li urs confrres aussi, et
sans doute est-ce seule ment cette
ordonnance que le G-eu'/crne-
meui attend cour, dans le cas
pta probable o nos coati res
salaient renvoys au correc-
tionnel, prendra en leur la-
veur la inesuie de clmence
promise par la Secrtaire d'Etat
de la Juatioe, M T. Lslaau:
i
Plerinage* IV. D. du
Perptuel Sacours.
Anne X99
Lundi 16 juin 7 heures:
Ecoles Joseph Courtois, Bel-
niour Lpine, Caroline eban
veau, Thophile Martin, Ca-
mille B une i
Hardi lli ji in 7 heures [
Pensionnat de Notre-Dame \
dm Sacr* coear.
Mardi H> i *ioi 4 beurea, |
Collge Louvertura, Ecole se
c>,i.daire J. U. Damier, Insti-
tut Tippeohaaer, Insliiut U
rai chenel.
Pour un nnivf.iH
lustre de la chevelure
Pan-ma Rallroad
Steamshlp Llno
Le steamer Ancon est
ollen lu i Pnn-an Prince, va.
. nvnl de New-York le dimia-
Icbe 11 juin, avec : 1(5 passa-
gers, 17 sacs de corre.vpon
! pance, et pai tir dans l'aprs
midi du mne jour directe-
j ment pour Cristobal, Cani
j Zone, prenant fret, malle t
pass>geis.
Potl au Piiuce.le 11 juin 1931
Jas h. c van reed,
Agent Gnral
Les chimislcs\tc CExelenlo
Mercredi 17 juin 4 7 heures ^ renomms'pour leurs
remarquables c ontr i b u t ions
Ualch sensalioiuul.
Par d isiun du Comil
Ecoles Mme Paret,Meile Clie remarquables r ont ri but ions ,;, ilavoia McMe Roux. x apportes la hitelle. viennent .xculit de 1 UbSH.dimanchi
eu 18 j in 7 heures; & ouroimer leur uvre dans ^pri-mdi aura lieu le match|
jeu n ao p m i ucuic, Jauneasc Vinleltc
Eiterrurt Sic Ho e: de Limn, L'EXELKNTO A trois heures: ma k h de
Ecole MrtlEustocbie. GLOSS1NE deuxime catgorie:
L'EXELENTO
GLOSSINE
Lue petite qu utile de celle d-
Ecole Monseigneur Goillooi, I We|l4M prparation appliqu
sur les cheveux fuit ressortir
leur brillant naturel cl leurvi
Samedi 28 juin 7 heures
Petit Sminaire Collge St
Martial, gueur, en leur communiquant
Djmanche 21 juin. "9l* \ un nouueaulustre quivouivau-
de
Rapport annuel de
L'Ingnieur en ^hei
Nous avons revu,de la Di-
rection Gnrale des Travaux
Publics, un exemplaire du
Rapport Annuel de l'Ingnieur
eu Chai pour l'anne Budg-
taire expiraul le 'M Septem-
bre 1930. C'est un trs beau
travail.L'impression est d'uua
nettet et d'une perfection
vraimeut de tout premier
ordre Cet ouvrage qui a uu
peu | lus de deux cents page,
s'agrmente de plusieurs belles
photographies dont les clichs
ont tctjexcuts ci-rame. A
pal t cejct artistique, qui
lait /de ,ce flivre un travail
merveilleux, il tant retenir que
l'on y trouve des renseigne
meuts prcieux sur notre
gnie municipal, note irriga
lion, Dot routes, ponts et
sentiers, atelier-, magasins,
travaux maritimes,tlphone,
clgraphe, ele, e c.
.lous remercions du gra-
:ieux envoi.
gui si es
\ tentent, il est expdi ds rcep-
juin a 5 h. 30. uon du Prix.
rArlrnin M'd n ne Cemaaiv
Atlanta, (irorgia ISA.
e genls demands pour tous
pays
Ecrivez pour renseignements
V
4 h. 30.
Lundi 22
Confrries d Dames, Mies
Chrtiennes, Surs Tertiaires
Enfants de Marie, Confrrie
du Rosaire, Gai de d'Honneur
du Sacr-Cur.
Lundi 22 j >in 7 heures,
institution St Louis de Gon-| *"
zigue.
Mardi 23 juin a h. 30;
Association de la Persv-
ra u ce.
Mardi 23ijuin 4 h. Ecoles
nationales de garons
Mercredi 24 juin 5 b. 30
.h unisse Ci'.ho ique at asso-
ciations d'hommes.
Mercredi 21 juin 7 lires.
Ecoles (h filles : Colbert Lo
cha: d, Pierre Faubert, Isidore
Boisrood.
A trois heures : match de
deuxime catgorie:
C. A. D J. Aigle Noir.
Intre gnrale : G. 1,00.
Hamburg Aamerllca Uni
Le steamer "Eupatoria1'-
nant de Ssntiago de Cuba sert
ici vers le 15 courant en
parlance pour l'Europe via les
ports du nord, prenant frict
passagers.
Le steamer '-Gorgie ve-
nant de l'Europe sera ici ver
le 18 courant eu route pouf
Santiago de Cuba, Kiugktioo
et Sto-Doiuingo, prenant frl
et passagers.
E. ROBELIN et Co, Agents,
Avis
Lykes Brothers SS C% lnc
Texas Hat tl Santo uonalngo Porto Rioe
L? seul service hcluL niadaire at rgulier pasajagers el
fret enlre les ports du Golle du Texas directement avec
Port au-Prince, Haili.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de '* LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au-Priuce son*
S|S Genevive Lykps \2 juin 1931
aVelma Lykes 19
"Margaret Lykes" 25 *'
S[S'Knth i.ykes" 3 Juillet
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat, BoiteJPostale |B
Les tudiants de 1re anne
des Keo 1rs Nationales de Droit
et tous cenxjqui s'intressent
l'tude de cette science.sont
aviss qu'ils trouveront tant
chez moi ( Avenue Lafleur
Duchasne) que chez Lonce
Qualo & Lie, Kue du Quai,
Port-au Prince, mes Cours
de Droit Pnal expliqus
Or 1.50 et de Procduie Cr mi
nelle ( 1er lascicule) or |.
Le 2cme lascicule de cette
dernire matire paratra in-
cessa aiment.
Pour toute demande par
correspondance,prire d'ajou-
ter une gourde pour les frais
d expdition.
Aie Oeorges O'CALLAGHAN
Professeur de Droit Pnal
r^'
Roval Mail StcamPacketC
La steamer Culebra venant de Londres. Kiugstoa el le*
ports du nord est attendu ici le 18 juin, partant le mdis
jaur via les ports du Sud pour le Havre Anvers, Londres.
I. J. BIGIO,
Ajjeat Cnral
Tlphone, No 23 1
prs un banquet ou une nuit de fte,
dbarrassez-voua de effets qui s'en
suivent en commenant In journe
avec un verre d'eau et une cuillere
? ce laxatif doux et rafrachissant.

l'Ecole Nationale
de Port-au Prince.
de
Droit
Ts-FRUT SMP
i
Le Rlmm Barbaneoncl
- -
l^ont la renomme est univeraelle a gard sa premire place'
Demandez partout :
UN BARBANCOURT

'


LE MATIN 12 Juin 1931
Page-
ma
PHARMACIE
CANONNE
49, Rue Raumur
88-90, Boulevard Sbastopol
PARIS
vendant
LE MEK.LEUI MMCRE OU fflOHDE
rpolulti M rrtnllns IKarquii
i ttuiin li pnmiipi tmciiur
UNE SEULE QUALIT :
" LA MEILLEURE
Rayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HERBORISTERIE
SPCIALITS (.
Franaises et Etrangres
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprims, cachets
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
B\Nr40Be, CEINTURES
O *A8 A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Seringues hypodermiques
Pharmacie de Poche, de Voyage
Coffres Pharmaceutiques
pour Oints. Ciiniii. ne
Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Ph.rn.icie CANONNE
49, Rue Raumur
88-90, Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni l'Etranger
fi
CE SOIR
L'Enfant-Roi
(SUITE)
Entre : ,5i; Balren : 106.
DIMANCHE
L'immorlel chef d'oe ivre de
l'Abb Prvost :
Manon
Lescaut
L Avecya de Putti ei Gadaroft.
bnlre : 2, 3, 4 goaide?.
Le Purgatif idal
lUElDEHil
Fabrique hatienne
de Chapeaui
Marcelin Mariniez & Co ;
L'INElGtlVE
Grand'Rui lie 2'.O4
ASSUREZ-vo ;
la
General* Accident Fire & Lii
Assurance Corporation \J([,
do Perth (Scotkmd )
m
r
;.-1

;1
i r la GENEPAf, rsl noedes pti*i puissantes* d . plu. .-. i tti*lieifi
t e genre, i.i soit'il ne se couette jamais sir son champ d'aa 'i i |i Letatatae le
monde
S s !' i,;c( s ror Ire incendie '">' vr'-i t :> n ^ si les djnU ocuuMe-aBt par t- 'sflJf-
Sis ces pour Vutomobiles couvrent vols, incendie, maWeflleie, tier4sv.aT|tis
causs ;i ainliui dans sn personne ou i es biens.
Ses Polices Maritimes rni es par ses branche.) d'Earape sent parablas He*M
Ses Polices contre iccidentsoot#vajabies dana iHafcers entier. Tous . voya-
geurs devraient donc prendre la prcaution de se iiiii.nr d'tn c psjHaq coulre acaideats
d'au moins 40d0 dollais, la prime aniu elle n'tant que de L'i suit 20 dliera C. C.
Veuve F. BRMINGHAM, AuxGaves
O > GENTS
Age ut Gner-1 pt>nr ir*it..
Port u-*i iree. . M\Ir
JEAN KilvNC'.lsl TJ n mit
--
nee=
,:P

,,70
Changement t>e local
f ha e;i x tarifs pBi li'inn es. I< n>" e. an fa tin h
ciie par des liaisons hatien.>es et a\cc pays.
l**;.ites une vis le i L'indig^l).
BIRE NATIONALE-
! E LA
Brasserie Nationale
Se vend parlout Or 0,10
leveire uiafqrd sa qualit
su prieure.
Grand Cafode France
S i, c irlelliaentt* de Moasieur raof is
qmw.dtv.nu < do Monsieur Patr-aa. jfjf y*!* :
., i li n n i;i.i n'a paa.d'g'. > OnApArfi
|*| ;ii\ l, il, es niables ei rfislinoo cfltftte,
i*
S.iloii Y* Mfgaall
l.c S M !"' "' ' '
(,.,,, | ;.i i < '<< >i ' n.mon.nniM -,:.. l. -. ' ; f, 'ti.alei piovenajces i
|0 Reparti >n <' H ti Jonr- ,. >.s rlioisi, Cig-tre tt Cig-rall i,Saodwtehee, * ics.adss *-r
nul i a coc de Nuolas^or d*flanl loute loncunence. .mi...
j'o !!., ,c ni.is I riM.W'e aMNMai
Vniay Houvenz toujours In '- F"
les mmes soins. PATlUZI & Co. r.-.- pnoue -Ui.
et
I^nama RaiIro?d SjamshiD Lin
Servie de fret cl de passaqers erilte
Protaoz voire Dbchc cl
votre sant en la buvant |
toirours.
Ar< Ecosi
rraii
i
Mrs G V SHFIDON & Co- 17 Jame, SlraH I n :tti oo, En- y
' Tbi rallaaiil sff sbf Ijaitotl prisiHfl sarta n tarape :
ENGLAND. SCOTLAND. FRANCE.
Measrs t.. W, SHELDON Co.,
17 James Street, Li\erpool, tpgjan
n rance, NTessra G. W Sheldon & Co. are reprasanttsidby Lbe tollow g ni"s
,# t -* -.- *-.* * -*
/47, Rue du Faub. St-enis, Paris
Facile a prendret
Na nccrHit.nl aucun prparatif,
elle ne provoque jamais de dgot.
Supprimant la dictn,
elle ne dbilite pas le malade.
N'czigeant pat de repoa a le chambres
elle ne cause aucune pert
Plu, actTe que loin Ie
elle est, par consquent, moins
'* \
Votre premire visile
A
9|fl A al
Nous donnera raison, confirmera votre bon jugement tl
! instillera la confiance que vous tous aurez accorde en
I I ...__. _.________' :,.Ul -___________ A I II.M-vl I. )
e de temps. nooa g1 r lotissant voir apprciable patronage lB . ; - I plus slect de Port-au-Prince.
ioinjchci.|| Nous vous suggrons d'arrter votre clia ml-rc Iavance
Bire la pression.

m atw.s..
Toutes 1rs Polices
DE LA
-.
mai
(>i.i:i.\ti.y Hi.NKi v ,'>: i-
A Rue del Rpublique
Marseill' s.
IIkunu PenoNiV. .L'.(1.
58 Quai George V.
I l.i vie.
Nu nu Piron & Co., I.'l.
Rna dn Nio^lin V api tir.
Boulonne ui Mer.
Measrs Ri A. Bwoix < >
?1 Allengade, Copcnba^i o.
Oslo, N<>' w,iV
International
.ditioosselk ip Ofclo.
MM.Atlantw FRBieaTf Coap'N
Dallinh-ius, : h :!^ s.
, rmany
Mesaas Atlanti : FfcEiOUT
('(.:,.'OH IION
Gai y
Mesrs tlantic Frunout
Corp h.,
2i Qa u Joi I umis,
Anlvrerps Betgium
Hki'.n Pkhon & C" Lld
9S Hue des M.nis,
Taris.
Ill UNI! i KHON lV. Co Ltd.,
Hue de TranquiliW,
Dunkerque.
UiHM PBROH.& Co Ltd.,
9 Hue l\oy,
BordaaQT.
y'iKN E, I'IALY. \
M sars tUNRY Coa *. Clerici
Piai%a s MarrBaNo WGenof
' ;-. )ii BNRORtt. Swi:i)KN.
Nordiste Exprs*,
Cothanburg,
.\*,. -s AiLANTIC PREIGUT
oRf'N.
Ko< Emmapltin '<,
HolU rdi m Hotlund
Messsr Stkimann & Co
a!
m

y

a : >2P

a*^t^
8
jcomnrennent la Protection contre la g
Foudre ans auquentation de iaux a|
Euif.Leioss$Co
Agents Gnraux
NOUS OFFR
Ciment par sac
rlles29
Briques LA BAUDRY
Ile tout pour bien construire
S L PREETZMAXN-ACiGKllHOLM & t.

AUJOURD'HUI
Or 0,80
0,48
10,00


Vendredi
12 Juin H'31
Le Italiii
EBMULIUV
6't',**
4 PAUS
ttc-me ANNEE N 7804
port-aa r'nnr e
Tlphone : 2242
'M.1 "'U' "
r
Wfc y r^fc V fi% "* "*
Vailles-vous faire de Bb
an magnifique poupon t
lan n'hsitez pas: nourrissez-le
voua-merne oo faites-en on Bb
Nestl, j oulC u, potel, Ueureux
dlivre.
oVA.it ooiobvthA s ocr
KT FAKl M: LACTE
NESTLE
mal les aliments parfaits des
tout-petits
dfttlfi^iMd&iWdii ^dFW/P?)
i ;
Colomb ian
Sleamshif)
| ,e ' ' r Bolivar* :i
de \' \- v ,<', I i itiin ros !
pan1 i : !> M \''vi et m t
I> ';p \ rsi atttn I|| i.i le
samedi H. Il repor'ir i le n
me i l'f uni r i s n l's de 11
Colombie i Criai > ..il, ,anal
Z>)m .
I ' nnnifes'c 'Ih << v- 'ire
re i par avion m <"ii ni*ilin
i) ."I t I !)VP i')" llfS
rharge r*,-aus bureaux del
('. e., rue I aversion*,
p -; a i p n i le 10 j In 1031
Coi i i i'' '' Sleamship C-> lue
I A\.\ & C"., tf.'iit
I
Aile ?// > ?. ..
Mercrc Ii soir .' Y n its,
le pubM eit Iiivlt S \ ili ir
e ilendre On Ii i tt jiis ses
il e n x le mres cr i'i ini :
/ r'/'v/ //'/ / ' '* < o ic "' i;".
pa ni;p I) lill- '{ )* i i ri i -
son et -, etc. !
COLUMBIA
appareil de choix, l'appareil qui offris
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPREME
Clart
Solidit
Puret
Prsentation
^ *'}" p't ronde m .
Ne H* Ki m I. ( i,
Nc-M : < i : ..
Ncitl Ch< colnl a m 1,'e'Us et Nestl Mintips
' s ti c i io lutta.
I1IKP Al'.l lUb'l l ET Dl MAIN
\i ve le dans luutef Its nonnts pie trias al pharmscits
de^ia !>ipublique. Pour lomrnunde prires dt s'adresiei
I.PBStTZMrtNN AGGERllOLM & fo,
Rue du (.un un li.ir H un Rsstaaraol rga- [
r- r *--------*-------------,~~-------.------- aiss de ftioo donner loule
Hi ai i o /in satisfaction i la clientle, 1
oulos. Aboudi & L ___________!
jLa Coquette I
Sa'on de. coifture d \t S i- '
m ei l'eiviii d'o loi sor' 'ou
i ii'ts n'-'st i' {
Tlphone : 2541 Angle des .
ruesS'.-Ho o* et Rpublicaine.
A La Coquette sont annexs !
V .US
Rues Courbe et. iu Magasin do l'Etat.
( Ancienne halle Revest j
Avis de
i I Voeu ration
ORGANISENT UNE GRANDE VENTE BECLAMi
A DES PRIX DFIANT TOUTE CONCURRENCE;
Pour marquer l'inauguration le nos nouveaux locaux et afin
d'aider les 'amille* lutter rontre la crise, nou.i nvonn r-l ^ ' l'honneur de parler h \
duit sensil.lcinont les prix de tous nos articles et vous ini- la connaissance du publie en
ions cordia'eme I venir visiter nos non veaux comptoirs gnral et du commres rn :
o vous trouvres lont ce dont \ous'ponvez avoir besoin particulier que pendant mon
en lait de: Ii Chaussettes,Broderies, Dent-Iles, etc.el o le meilleur accueil DjuphD e Madame Fernand
VOM itra rserv. Crepsac son' conjointemenl i
_..... ili ras rie ma procuration i
Des prix exceptionnels de sros seionl consentis aux corn- Monsieur Fernand Ciepaac
Bssrssnls ainsiqua,x marchandes de la province. ,s| nomm Admlnistraleur
Ne manquez pas celte mise en veols srnsstioonells qui i e linral i'e> Usines de'
durera que quelques jours feulement. PIU.NCE
BOULOS, BOUD1 & Co Port su l'rlnce.ler Juin 1981. !
Spcciiilisl. s en tissus. Ai.fhkd VIEUX.
Les magasins les plus ipsci ux, les plus modernes, I s mil (M
assortis, et vendant le meilleur m;ireli dcpurlau Prince.
Le modle 613
Telles sont les oualils excep" tonnai las cfu h
GARAGE KNEBR'
Il e ea installant une de es m.ch n il eh I vos Tools la mus' |nsj h m I* e 4,1 vMre
| oi1er.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ee modle et vous serez con-
vaincu de sa supriorit.
doubliez pas quenous'offrons
des conditions de paiement
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince.
Aaants : F CHRIEZ Petit-Qovs COIU)OZO ayes
Ag8nl" ; g PIN MU) S.int-Marc fcULB C. UOUClS Jacmel.J
Ivoiilfz les caserfU C O L U M ii l A I la llsllsi 11 SI K. Uns les resifelil soir.
Bir Tenu
-,
PLACE DESSALINES
Vi
Caf chic. Restaurant
de premier choix o l'on
trouve ton le heure les
consommations les plus d-
licates
Sandwirhes sans pareils.
Ciiiz
A
D | |
111 I s
Manufacluie Hatien
ac Lia ai elles
*
GEBARA & CS
LES CIGARETTEon
Bat Bas fanlal-L
"Dessalinienne*
u Colon
Rpublicaine*
Porl-Qii-Princierwe
AVIS AU COMMERCE
L ranaroj liiilroil Sstmthp Lias a l'aviati?e d'as
OOQCer les d.vti1 ts saiv d^ le Ve.v V >rk >onr p irt aapr.nce
Hati, direct mu" il. d ira it U mois le Juin 1931 :
Dparts de Seiu \->rk Arruxhjes Po l au Prinee
Steamer iG nvaiillale4 jiin DU lo 10 juin W3JJ
h vtT) i l9|i i 1931 '<* M joio IWI
" sCHstoktUlo23 h'in 1931 le28juin 1931
* iB'enaveoturas Sjnillrt" le 9 juillet 1931
J S B.VAN RFED
Agent Gnral.
<(
4 ? e L Ij liseuse d 'eu" orm loul le* de vi m ioi tirs
I
u r i.
C'est le l*i rmo l !
par consquent t plu
I.!' CI.NKAKO Itl. \ ; eu plus
per s ;i |(ji,|>.s J. s i\,. h li> us el > vend
p'ix il- plus i iaonoahl
i:- v o u/. A. d MATTEIS
di. i
i ; \c
,.l ,M K .1
VOSGES
(Prence)
ACTION ICT.V* SUR UE RKIN
Cure complte Je l'ARTHRTISME
Saison du 20 Mai au 25 Septonibro
COURSES TENNIS OOL t JLO THTFIE OASIMO
PAPO SPCIAL POUR LES CUFAPiTS
Train cllrcn> I HARIS tQmro d lk. \ i i i .,
En vent* dam 1 yrlncIpalrB rtiarniaclas. DroET.rt-- et Mats'.u i d'Alimentation.
ALUMMJM LINE
New-Orlans and Mobile lo ort OU Prince Soulliside
Hatiens Outports Saoto Domingo uni Murail .
Ports Jnne Shillings u'y Shillings Augnst Saillin30
New Orlans. U Sai s J-ine 16 Julylt Aug. m
j Mobile. AI. Sails 18 16 }]
[ Poit sa Prlnce.Haiti, Duc 25 23 13
| Aux (ayes l).>e 27 25 , 20
J Jacmel 29 27 Z]
| San'o Domingo C*to U D. .1 ly 1 29 24
Son Pedro toVmis Date 2 30 j8
aiscaislbo Duc ."> Aug. 2 *
Ntv Orlans SI '. Mobi'fl 'r. port i n Pii- m Norlhvide
Haitcos ont ports Sto Domioco > d Macasoibo.
Torts June S i!iip;s Jnly Shillings August Siilbngs
>iw Orlans Ln SI-; jn > u n. :'.() iu'.f **B Ai'g-g
Mobile. Alabama. ^aii? 4 .1 ,ly 2 30 27
Portail linie.lbi'i, Due 11 0 Aug. 6 Sep'. 3
Cap rtaiileu I) i |3 n 8
I ueito Plats R I) Due 11 12 9
San Pedio. Mac,H l) Hue Ifl 14 II
Sto-Do ni p < iy M D D,.,- 17 |fi 12
M '' I' > V- cm ... i c R IX l
Po. i..u m ce, ie 30 VI n l.i.il.
AlI'mimim I iNE.
A. DK-MATTEIS & Co-
6
8
9
12
Agents Cnraur.
*#Fafn*e hu
JfllOl Cuariier-.Ylalebranche & Co,
rfX7 1224, Chcmii -les Dalles, 1224
"'luliont 2(>S^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs