Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03634
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 6, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03634

Full Text
Clment Maqloire
HftECTEUR *
1368, RUI AMERICAINE' 13K ,
TELEPHONE N* 2K1
\uu. ii>oiu> If bien suis r|rc
aArsqi'fl li' fi isiit lena no g m
mes pas ibipis : el vtirions nuis
dr mit! ii Tlauie que neua le inni
et, l'on (arien* le Heu tant 'V
m. Eret! u::\\\
tr iwi .* ii j
*B*S
=rr
. ..... r".

25me ANNEE N 7299
Les deux Tendances

C'ejt une loi le l'histoire
que qu md uu ; 111 arriveau
pouvoir, il se divise, tfotre
grand Parti Nationaliste db
pouvait chapper cette r-
ale. Ayant conquis l'an der-
nier le pouvoir, il a eu vite
tait le se divise' contra lui-
mne. Deux ten lances s'ac-
cusent, se heurtent, s'eutre-
choquent en son sein.
Il y a maintenant une droite
et une gauche nationalistes.
C'est peut-tre la r s? le !u
jeu. En tons cas, le jeu se
joue et de faon assez violente
entre les deux fractions natio-
nalistes adversaires.
La gauche, qui s'inspire de
mthodes jacobiues, prconi-
se, pour la rgenr itio i m-
tionale, le* grands moyens
rvolutionnaires. L Kev i u*
tion d'abord Les natij alis-
tes de cette nuance seraient
prts dcrter la leve en
masse, la r rjisition gnrale
rt Ii proscriptions ncessai-
res. Joj'> Maxmul:eu, repr-
sentant l'Etre Suprme l'ai-
d >n l'Incorruptible !
La droite, qui, bien que se
cherchant encore, est o-i> se
t 11 tendance de l'autre frac-
tion, Ni raction ni rvolu-
tioD.telle parat lire la formule
qu'elle a loptera un de r< .
jours. Opportuniste taat lo-
in le, il faut la qualifier
ino lere. le qui ne veut
point dire que ses membres
Sont modrment nationa-
lits.
I Les .Jeux tendauces du na-
tion liisme sont aux prises au
' Parle nent qui lui-mme s'ir-
jjrlt couvre le Gouv< me neal
j lequel, son tour, bri
presse nationaliste, uette
belle unit pour la ronqute
Ivi poiroir... Que le nations
litpse tatl beau sous la co-
operaiion !
Une Lettre du
Dpul Jolibois
1
o
Port au prince, oJu'l 1931.
Mr Cli'nient MGLOR
Directeur d Matin
E. V.
.Monsrur le Directeur,
Dans le compte-rendu del
iance du vendredi 29 mai
dernier, publi par votre
onrnal, vous avez omis de
rapporter le discours que je
prononai pour rfuter la
thse du Dput Blizairc,qui
avait os prtendre, en soute-
nant tsa contre proposition
contre la rvision constitu-
tionnelle immdiate, i qu'il u
avait un contrat entre le
t peuple et le pouvoir excutif,
pour respecter la Consti-
( lution de /y/',j par le ser-
i ment prt par le Prsident
* V incent entre les mains de
CAssenwlce halinale, sur
ta dite Constitution de PJl8.it
Certes, au moment o je
moutai la trib me pour
parler, ie prfet Fanfan et ses
hommes, firent un bruit in-
fernal, essaya n' de m'intimi-
der, ce qui obligea le sympa-
tique Dpul du Cap Hatien
iuerveuir.pour stygmatiser
comme il convenait la con-
duite du reprsentant ofietel
d l'ExculiI. Mais, je parlai
quand mme et ma voix do-
mina ie tumulte, jusqu' im-
poser silence i ceux-l qui
avaient t envoys, aprs
avoir t i rationns, pour
troubler les sances del
Chambre
Dans mon discours, je fis
ressortir que Son Excellence
le Prsident Stnio Vincent
viola, en 191tf, en sa qualit
de Ministre de l'Intrieur du
Prsident Sudre Dartiguene-
ve, la Constitution de 18S9,
en prenant un Dcret lecto-
ral ixant 3S l nombre des
Dputs, et 15 celui des S-
nateurs, alors que la Consti-
tution de 1889 prescrivait, en
son article 42: qu'il y avait
trois (3) dputs pour la
Commune de PorPau Pnn-
ce, deux pour chaque chei-
lieu de Dpartement et cha*
cune des villes de Jrmie,
de Jacrnel et de St-Marc. et
un pour chacune des autres
Communes; total: 101 ,d-
ptes. Et l'article 48 de la
mme Constitution prescri-
vait :
Le Smt se compose de
(39) trente ut ut membres.
Le mme Monsieur Stcnio
Tineent, ai je ajout, devenu
Snateui de la Rpublique
eu Avril 1917, prta serment
sur la mme Constitution de
ISSD.suus qu'il y eut pourcela
contrat entre le peuple et lui
pour respecter celte Constitu-
tion, puisque quelques jours
plus tard, il ouvrait, en si
qualit de Prsident du SuaL
les travaux des Chambres
Lgislatives en Assemble
Nationale Coustituaute, pour
doter le pays d'une nouvelle
Constitution. Les situations
saut les mmes, avec l'avan-
tage que l'Amricain occu-
pant n'a rien voir actuelle-
ment, comme en i917, dans
la Reforme, et non pas ui e
simple rvision,- de la Coi
ti lu lion qui <-vit sur la Rpu-
blique) puisque les recom-
mandations faites au Prsi-
dent tloovcr par la Commis-
sion d'Euquie Porbes, en
vue de la dsoccupalieo
a'Hati, comportent la rlor-
,) de la C institution par le
iple hatien, seiou i.; nt-
tnd >iue celuPci jugera la
plus convenable.
Mais voici, ai-je affirm,
que c'est seulement le mre
M. Stnio Vincent, maintenant
Prsident de la Hpubliq
qu; seul s'oppose la Rforme
constitutionnelle immdiate,
alors que, pendant la CfUH la-
gue lectorale, il avait prorats
positivement la rvision coas-
liiutiouue;!v' Unoiri liatemi ui
aprs la ruuiou des Cham-
bres, dans tous ses discours.
Le Praident de la Hpubli
que, ai je dit pour conclure,
se tiompe grandement, quand
il affirme que les thories
d'oppositioo ne sont pas celles
de gouvernement. Quand
l'opposition pi end le pouvoir,
c'est poui appliquer les tho
ries qu'elle prconisait quand
elle taithois du pouvoir, Et
ses thories deviennent te
progril mine du gou veine, ncut.
Cestaiusi que cela se prati-
que dans tous les pays de
l'Occident et aie ne de
l'Orient.
Veuillez, je vois prie, pu-
blier la prsente lettre dans.
votre dition de ce jour, et
agrer, Monsieur le Dire*-
uur, l'expression vn r* m
mes cordiales lalul > li 0S.
J. JOLiH >th tils,
Dpqti de la lrr< <
ArcaliaieCabaretOunan
Port-aul'riact,
J
I ORT-AII-PRIN T. (HATI)
SAMEDI b' JUIN 1931
35"
Fabriques par
HOORMOOLIS
& G
MAGASIN DE L'ETAT.
ALIX
29 annes
ROY
de succs.
-o
CHAMBRE
on
DPUTES
o
Sancadu i*" juin 1931
( SUITH AFIN )
Ihiu ( Mouvements, tu-
multe (/uns- /auditoire /.e Pr-
sident se couvre. Le calme rta-
bli, l orateur dit ) :
Il est certain, Messieurs, que
comme tout le monde, j'ai con-
tribu dans la mesure o ma
bourse le permettai', a la rali-
sation de l'tal d choses arve-
nu eu Mars 193o, car eomme
loua ceux ani oit eu cur
d'aidei mai n certains
messauTs patriotiques l'Etran-
ger, aoil Washington ou ail-
leurs, j'ai eu, moi aussi, chaque
toisa apnorter m i contribution.
J'ai considr comme un devoir
sacij patrietiqur* GVLSUl*HSktili |Je demande au bure ni lui-
PARtii3EnrTAIRB n me h an moment o il avait
j p oclam le vote cqui?, il uvaii
[coDicienc< d'appliqoer'art. Vit
(de la Consti' ii o i. La Prsident
'nond qu'ii v ru ;ilus da
il .'! de l'Assamble qii l'ont
vote. Tou 1*8 mi nb s ont
rest assis, ixcep 5 ou (i q li ;
s'taienl levs
Nu ma continue: Je n'ai
Ldit qu ilyiivit ru 24 dputs ;'i
voter. J'ai dera m i au b u
s'il avait eu. ce mvnent-i .
consciei ce d'ipplioner l'art. 112S
de lu Constitution. C'est un point
tablir. Sil n'eai p m lab'i,
c'est que la proposition Bl'zaire
a t^ rejele, 11 antom itl ,
ment revient la question.
Pierre Louis: \ la aan i d<
vendredi, mon cosnr de patriote
a s'iign en prs n -'e cer-
laitts laits. Depuis 1015, nous
avons pris la rsolution de Ira
Nous sommes des hommes
claires et notre opinion, nous
devons la soutenir partout. I: est
triste de voir comment nous
voulons perptuer la division
hatienne, don son ceux
Mais ii v a ceci*, c'eal que je ne me permettrai jamais d'induire apprendre a non-, gouverner.
en erreur et l'auditoire qui l'est Nous voulons tous la rvision
pas gnralement compos an constitutionnelle, mais quand
itea l l'epinion publique. |'et vn de* collgues taire usage
du peuple en v ei ie mets blessants, c'est uu
J>- suis d*pule uu p
lu d'un dcret du gouvernera il
provi oire fixant !:< date des
dernires lections lgislatives.
(I fsl en vertu rie ce ri : [ne,
comme tout le monde, j'ai pu
ma i indidstnr J* co npte p
mi ItaStquionl accept cette
Cnistitaiien pour tre d n existeront
(bruits, tumulte). J'ai la pr c ne ara lorm; jan us u
iverous aucun b< ureui
rsull it. La Constitution i servi
, Eli
qui r )
- il
aoecta'.de gui rcoalorlan'.
Je voudrais voir un homme de
la valeur intellectuelle t tno
du collgue Elzer Vilaire, les
rappeler sa sentiment du r< -
p i mutuel qu'ils se doit
jnt qu-? l'union et U c
qu un
08 de pouvoir inpri-er
li ula que j'e itl us I
tnui ubeenrer la proc *ure '
cr pir la Gonsl
pour la rviser. J< l'ai dit \
dredi dernier. Si vous tiez en
mesure de vous armer, tont le
premier, je serais vos cts.
Mais vous ne pouvez le faire. Le
vote est acquis, il n'y a pas sur Is preedure suivre. Acelte
d erreur. D'abord celui du pria- tribune, dans les journiux, on
cipe. Ensuite la procdure s j jette l'insultai nzqui diftreat
suivre, celle trace par la Co l- j d'opinion; On les traite de Vtn-
titutien d.; luis, a t vote, 3? | dus. Je ne ma dtends pas. J'*i
les articles de la proposition j toujours lev la tte partout o
: j'ai pass. Je viens ici allii :<>
1 que je n' de ta propos
Klizaire admis par u a sria rie
votes. Je ne cache, pas qu
occasion, une observation ait
t (site a h sance de vendre-
di dernier. Le bureau n'avait pas
consulter l'Assetnb au sujet
du voa acquia.
Etjard .Suma. Il n'y a pas
Je principe de droit en diacflS'
aton* putsejne la Constitution ne
peut tre discute. Que no is la
subissions ou non. nous sons-
-. en droit de dire qu'i
indcent de la conserver. On
nous dit : Pourquoi n'ava/.-vous
pa* lait d'observations lors du
vole ? Erieur n'est .*us compte.
ste donc une questiou an
lait a examiner, oui ou non, I-
proposii.ou Biixawe &-t-tlie l
vote^p... lti 2/3delViSieffible7
voiler l'mancipation du pays.} cun partl*eris,tueun espritd'op
position ne nous a anims,queud
Bons sommes venus dire que le
peuple nous demande un rm
de rapide, nergique.Chacun se
rclame d're un patriote, mais
la loi sa.is les uvres n'est rien.
H taut agir, pas seulement p-
rorer, il faut user de la parole,
pour N libration de notre pa-
Irie, Nous ne venons pas com-
bstm ici un "onverreinent. Je
combats des ides que j" crois
pernicieuses. On s'expose tre
complice de l'Occupation, si ou
pard du temps Le temps est
court et li besogne est lourde.
Il es' donn ce gouvernement
d'tre l'ouvrier de la libration
naliooal .
li laul en proflti r. C'est mon
ces ir et mon ain. qui parlent
in. Je n'en jsmia Uit de dma
jogie, mea du momeni que
i lor e des principes, j'irai
jusqu'au bout. Ce pays doit
aoriir de l'impasse o on l'a
plong. J'tais ici lorsqu'un
beau matin, je tus convoqu en
sance huis clos. A ltage
je 'rouvai mes collgues qui
coutaient une communication
du collgue Vilaire qni ex-
posait qu'il tait urgent de r-
viser Is Constitution et toute
de suite. Pus nne seule voix
dissidente. Tout le monde est
d'aecord sur ce point.
{Interruptions, tumulte s,
bruits divers.) Il continue.
Je comprends de moins en
moin l'indignation de quelques
collgues. J'mets une opinion
que pj crois tre celle de la nation
et je I dtendrai au pril de
dtendrai mon payy
le senl o j'ai le droit de le-
ver !a tte et de regarder le
blanc en lace, Nous ne vou-
lus pies d'occupation, Ceux
|ui hsitent nous debarra-
er de cette honte en ont men-
ti au peuple, trahir une patrie
c'eal l'infamie suprme. On a
|ur de maintenir les droit* du
peuple et on rpta ces mois
el > me to
honte, tout ce
r i i!i /. Tons ont eu h
l'avoir dit, quand le p inetpe de \
rvision a t pos. Nous vou ;
Ions fou? arriver celte rvij
sion, nous diffrons seulement
Demandez auxamateurs de bonnes Caa-
retlcs leur opinion sur les CIGAR E [TES
n'avons ;i:'s les moyen* de chas-
ser de notre loi par la violence
ceux qui nous oppriment, c'ed
notre droit (ju'd t.iut lenropptf'
ser.
Je suis de l'evis qu'il laul coi -
tinurr a ,. c'ettei activement,
n proclame- nos droit*, Emplo-
v i is Ips mesnrsa ncssssire-
ponr ainewer aux rsultsta qu-
nons envisageons. L^ preposi
tion de rvision ; t accepte
ainsi que les articles de la pro-
position Bliz nie dans les for
mes voulues..! i ci ois Von* avoir
parl le langage de la raison ^t
de la sagesse, ici, dans cette an
ceinte, | ne pi ui jeter la pierre
personne, car je vois que
tous nous sommet si'-s; patrie
les les uns que les autres. Les
membres du lme Pouvoir de'
vraie ;i ans i piter meJn loris
au ouvoir (.-..,i-. 'il Quand ils
insuHenl sans raison eeoi qni
parlent en lear nom, ils sem-
blent do mer raison nos d -
lr cteura.
Vaagues : Me chers collgues,
nous sommes runis ici sons le
i [ne de la libert pour exami-
ner 1er* grands proh'.mes de
l'heure soumis notre attention
'oui.ne mandataires qualifis de
la N\ !;ou. Chacun de cous est
libre d'avoir l'opinion qui lui
aemble juste. lu mambres ont
vot .1 me le s^ns qu'ils ont cru
convenable. Nous tenons dire
qu'aucune ide prconue, au
... a va un homme qui des-
a Ratait pai ;ihleineat mardi soir
le Champ-de-Mars.f n vue d'aller
prendra l'air. Il luit si chaad
; qui, certain soir, ne peut
. respirei qu'au grand an. Il s'en
i ' c, se dirigeant fera
. hl S*\\\ o il allait prendre
sa <; uotidienne.C'est alors
qn'ilei dit unVTombiseemeal
formirl >c qui semblait tomber
fiel II leva les yeux >'l it
p i uu !' s nuages les feax dou-
bles le deux aviensqui taisaient
't' i volution* : ns le soir. Pru-
denl, il rebroussa chemin et r-
ia'gi n sa maison.
... l'a va avec une si jolie cra-
vate nue 'ont le monde se re-
tournait pour le regarder pas-
ser, l'omne uu ami lui denana
dail d'o lui venait ce joli ci-
deau, il rpondit :
D'une femme que je cour-
tise
Et tout bas, il ajouta :
C'est chez Paul K. AuiiL
qu'elle l'a achete
*
*
.. veitqne l'tion-Vd'e est S-
pare en deux p:n lies distinctes.
En effet, la sui'e des averses
ds la aemains dernire, la rue
, Dsrguin a mu en uu vas e ahi-
1 me. On ne peut la traverser ni
en aute, m a cheval, el lors-
qu'on va a pied on es' oblig
pour y accder il excuter de
vrais teuirs de, souplesse lom-
baire eu dorsale. La I). fi. T. P.
veut-il laire de tous les h tin-
tants de Plion-Vllls des acro-
bates?
ment. Je me orme une opinion
personnelle. Ou ne -ne li lait
pas. Api-i le vote du principe
de la rvision constitutionnelle,
0 i a adopt la proposition B-
1 /aire. L'art. 128 ne rgit
le cas. Il ne lai'ai) pas les If' de \ nia'vie. Ja
l'Assemble pour consacrer es
voie. J'ai iemaqu toajoura
que ce sont !e> g* bien i il
t'onns que la loutt < qu'elle coada ai?. ieg.
temps aprs i i recona
qu'ils ont raiso i. Noua somases
venus, dputs de cette session
ici d'aprt> i. .j. o..
la dclare ioexi>tfa lie, c'est le.
u' .'au tas d dctc
publics aquou couaucit. Noei
( Vois uiite en deuxime page )
... a vu, sur la couverture d'
a Ans Ecoutes , revus hebdo-
madaire et humoristique de
l'a; s, un dessin de Lods. C'est
sue caricature de DlagUS, le S-
ngalais rcemment nomm
Sous-Secrtaire d'Etat au\ Cote-
nies. Pouiquoi pas moi. se dit
Diagne, qui rit de leaWea sei l-
vres blanches, sous un parasol
reuge, le haut dp l'orme en main?
Il porte l'habit avec une culotte
blanche raye de noire et le
deux normes ho'tes jaillisse it
ses mollels. Ne voit pas com-
ment pareille earicaturepeurtail
tre lelre ici.

...a vu an de nos amis qui li-
siit avec une atlentioa des plus
loelenueels co npt*reaed uac
dea dernirea sances de Is
Chambre, coinpie-rtnda qui
avait paru ! ins I b Matin. Ht il
murmura, aprs avoir tout lu,
du dlmt josqn la Mu :
Cela inediapenae,aa mains,
d'aller la Chambnt. Je suis au
eourant des sffsires de mou
psys, par l'intermdiaire d'un
reporter intelligent et scrapa-
lenx. J'ai la Chambre, mais pas
1 auditeire.
... a ra coin > 'o en a l biea
inspir ici, loi ^ ju'o i a lanc
l'ide de dlivrer des cartes a
ceux qui dsirent assister aux
sancesde la Chambre. Lespae-
tacle des deux dernires sSa-
ces a l des plus doulearaui.
On se demande jnsqu'o cala
ira si l'on n'y met pas au pins
(lot bon ordre, l'ogilali, cris iaa-
i belles, oisifs de l'auditoire ia-
} terpellaut et insaltant des d-
pots, dpnts rpondant an laz-
zis de la fonle, voil exactement
ce qae l'on a pu noter. Et pen-
dant se temps-l, las aiairan im-
portantes sommeillent nu se
traitent an dix fois plas d* temps
qn'il n'eut fallu. Des cartes, juste
ce qu'il Faut de cartes, et pas
davantage. Sans cela le specta-
cle sauvage se perptuera.

... voit qan les gens intelligents
tout la ajnene dans les endien s
n l'on vend les cartes de la su -
re o se jouent les danx p.ces
de Mme Annie Desroys et Lon
Laleau. Cela ae comprend Cens
Varit*: des minutes
d'art el de posie.
ni ont assist aux rptitior
ment que ce soir on v\rr
iateaaee


PAGE 2
LE MATIN 6 Juin 1931
in -
GRANDE
VENTE
DE
GILLETTE AUTHENTIQUES!
i-fiWteu*v.
"fwflTa
'V
4
Pi
* V
'43^
"<4
ktnt^ll 11
N/i ikhis /o/ furet
plus
s
servez-vous/ ^^
des lamsjs
authentiquas
Paquet I d* ?
10 LAMES
r/f
5 LAMES

R MO
( 7'c rf /ro/.s /ro/is )
Les lames Gillette mritent leurs prix,
pour la commodit avec laquelle vous
vous rase/., mme son ancien prix.
Maintenant vus poove acheter les
lames GUUtte authentiques, type de
trois trous, un prix ridait. Ce r;sont
des lames de premire clas'e, en par-
lad tat, avec le fil si "admirable, qui
lui a valu cette renomme mondiale et
se vendent prix rduit cause de la
prsentation des Gillette du type nou-
veau.
Jouissez d'une barba suave. Taites l'ac-
quisition d'une bonne quantit de pa-
quets de lamea Gillette authentiques
pendant q.ie dure ce prix de liquida-
tion, lui vente partout.
Gillette Safcty Razor Co.
Cet taints
Gillette au-
Ihentiqun
serrent
dans Us
anciens
rasoirs
Cillette.
J. D. MAXWELL & C
Hue Rpublicaine. Pot-a-Prince, Hati. -DISTRIBUTEURS
>KU
Chambre
des D pu ts j
(SUITE)
peut tre s o u v e n t, nuis
ou est oblig de les rpter a
ceux qui trop souvent les ou-
blient. Lu lvision constitu-
tionnel devait tre ose.
L'homme ligot qui recouvre
la libeit de aea gestes en lace
de celui qui l'a gifl, doit taire
le geste que lui commande sa
uignit. U nous est demai d un
pu de dignit moralt(/>/(///. ///-
multe.; le Prsident se courre
et menace ie faire vacuer la
salle.)
L'orateur continue. On remercier ceux qui ont "igaa*
l l'adoption de la question pa1
Un vote autre que celui des 2 3
Je n'tais pas prsent A ce mo-
ment-l. Aprs avoir entendu
les explications Fournies, je suis
d'avis que c'est un vote acquis.
Chtelain.Moi aussi, je sais
monter sur les grands trteau
pour obtenir des applaudisse-
ments, mais je ne suis ici que
Cour taire une mise au point.
bus n'arrive/ pas a m'intiun-
der. Man collgue Vaugues a
dit tout l'heure que toute la
Chambre avait acclam El/er
Vilaire sur le prejet de r-i
vision constitutionnelle. Je suis
membre de lu Commission et
J'ai object un des premiers que
a thorie soutenue par la Com-
mission est rvolutionnaire al
qu'Us nous (allait la participa-
tion de l'Excutif,sans cela nous
n'aarions aucune chance de
succs. J'ai t au palais vois
le Prsident et il a t dcide
qua cette rvolution serait laite
par l'Exculit et le Lgislatd
voil les laits.
L'incident est clos, ds. lare le
Prsident.
L'ordre du jour se pot rsait.
La loi sur le lyce de Port-au-
Prince a t accepte avec le
considrant ajout par le S-
nat.
t3n rapport du Comit de. la
justice sur la saisie immobilire
a t lu et envoy l'impression
l'uis la sance a t leve.
Sance du 3 juin 1931
A l'ouverture de la sance, le
dput Piou lit un rapport de la
Commission inlerparlementaire
charge d'examiner comment
dsigner cette Lgislature ac-
tuelle.Il conclut (pie la prsente
Lgislature doit re la Jorne.
Le rapport .sera imprim et dis-
tribu. L'ordre du jour est
puis.
A la question d'intrt gn-
ral, Descarte, Albert demande
la pjiole.
Mesaieara, dii-il, une grande
agitai ou rgne ici depuis quel
que lempa.Lea uns disent qu'il
y a des dsordre! sur les- fron-
tire*) u'aatrts parient de mani*
testalions qui devaient avoir lieu
en laveur o s journalistes m
priso'in;.().i parle encore d'u-
ne opposition parlementaire.
Cette opposition parlementaire
ne peut exister que dans l'esprit
de ceux qui ne veulent pas voir
les choses sous leur jour vri-
table. Nous ne voulons pas qu'il
y ait rien de cach. Tout doit se
laire au grand jour. Nous vou
Ions eue Informs de loul ce
qui se passe, car nous sommes
une branche du gouvernement.
Le gouvernement dit qu'il veut
gouverner, mais de quelle la-
cou ? Gouverner n'implique
pas le tait d'un seul. Il y a aussi
d'autres grands Pouvoirs de l'E-
tat qui participent, part l'Ex-
cutif, au gouvernement du Paya.
Nous avons un contrle exer-
cer sans empiter sur la spa-
ration dei Pouvoirs. Nous ne
pouvons vivie absolument dans
i tgaorance de ce que tait l'Et*
eut:!'. Nous voulons qu'on res-
pecte nos droits, nos privilges.
C'est pourquoi je vous deman
de.mes chers collgues, de vous
joindre a moi pour formuler la
demande que le Ministre de il i-
trieur vienne ici donner des
renseignements sur ce qui se
passe en ville, sur les canards
officiels rpandus dans loute la
ville et l'agitation cre hier
jusqu' une heure avance de la
nui?. C'est un jeu. On veut faire
voir que nous ne ^sommes pas
en paix, juste pour nous emp-
cher d exercer de lgitimes re
rendicalions dans l'intrt du
peuple dont nous avons jur de
taire respecter les droits.
Il y a encore que des journa-
listes oui t emprisonus.com-
mesous le rgime prim. Mes-
sieurs, sous ce gouvernement
nationaliste, n'est ce pas une
chose aftreuse, vraiment rvol-
tante ? C'est pourquoi la pr-
sence ici (lu Ministre de l'Int-
rieur est ncessaire pour qu'il
nous dise la raison .pour la-
quelle ces journalistes ont t
arrts. Le Chel du Gouverne-
ment avait pris formellement et
personnellement l'engrnent
envers les journalistes, ses con-
frres, de considrer la loi sur
la presse comme inexistante)
pour marquer ses bonnes diip )-
sitions envers ses conlrr s.
Rien ne nous a t plus d
grable et n'a surpris gnrale-
ment tout le mondequecelteaiti.
tu le injustifiable du Pouvoir en-
vers la Presse.
Il importe que le gou-
vernement gouverne d'aprs le!
directives tablies, sans billo -
ner la pense.II ne faut pas qu il
retourne aux m.iyens odieux
3ui ont t employs hier. Il est
itflcile de billonner la pense;
recourir des moyens violentf,
dans ce buf, c'est tair preuve
de laiblesse et d'un manque to-
tal de psychologie, de plus, c'est
s'exposer au soulvement de
l'indignation gnrale.
U I agirait aussi d'appeler le
Ministre des Relations Extrieu-
res, car depuis 15 jours qu'il est
la ttede notre diplomatie,nous
sommes encore l aitendre ae|
communications. Cependant on
nous avait dit que tout tait
prt pour l'hatianisation, pour
les nouveaux accerds qui allaient
tre signs.Nous ne voulons pas
exciter l'impatience populaire,
mais il faut bien que dans le"
calme, on aborde l'examen des
grandes questions qui sollici-
tent notre attention et dont d-
pend l'avenir de la Nation.Nnus
sommes ici pour sauvegarder
les droits du peuple ; on
dira peut-tre que nons voulons
prendre trop d'ampleur, une at-
titude qui dplat d'autres,
mais nous devons agir et sans
retard, les grands intrts en jeu
le sollicitent.
il demande au bureau d'crire
au Ministre de l'Intrieur pour
l'inviter venir rpondre des
questions qu'il compte lui po
ser. se rapportant l'agitation
qui existe propos d'une pr-
tendue agression dominicaine et
aux raisens que peut invoquer
le gouvernement pour avoir em-
prisonn des journalistes.
Gonzalve Bosquet, dput de
Mirebalsis, dpose deux propo-
sitions de loi, tendant Pune
riger le quartier de Sant d'Eau
en commune de .">me classe, et
l'autre, riger le quartier de
Savanelte en commune de m-
me classe.
La proposition Descartes Al-
bert est lue pjr le 2* seartaire:
Les dputs soussigns pro-
post l'Assemble que le bu-
reau invita le Secrtaire d'Etat
de l'intrienr se prsenter ici
aln ddire pourquoi la tarde
d'Ilaiti tait sonner le rassemble-
ment aax quatre, coins de la
ville et pourquoi des joarna-
Iistes ont t emprisonns.
Jolibois dit qua les familles
ont t ixqnites hier, sans
raison. On s'est demand par-
tout ce qm se passe et jnsqn'
une heure avance de la nuit
personne n'a pn dormir. Quel-
qaes-ans disaient qu'une mani-
festation allait avoir liea devant
la prison en faveur des journa-
listes, d'astres, qae les Domini-
cains avaient pris Jacmel, etc.
mais la vrit, c'est la Garde
d'Haiti elle-mme qui a provo-
qu ces inquitudes.
l'uni dpose une rsolalion
demandant la formation d'une
Commission spciale qui sera
lue an scrutin secret, pour r-
viser le tarit douanier en vi-
gueur.
Il explique que c'est un moyen
de remdier la situation co-
nomique actnelle qui esl dplo-
rable.
Le bareau de l'Assemble a
dcid d'crire au Seartaire
d'Etat ds l'intrienr afin qu'il
paisse se prsenter en son sein
et rpondre aux questions qui
lui seront poses par le dput
Albert.
Propos
humides
Les honnies BMDgeat sans philo-
sophie, remarque un personnage de
La Rtisserie de la Heine Pdauque.
Nous engloutissons tout dans notre
ventre. 'Ioute* les suhstanees des
btes, sans dpart entre le bon, le
mauvais, l'utile et le nuisible. C'est
pour le moins stupide. Ce qui a fait
conclure notre observateur que la
gastronomie a fait peu de progrs
depuis le temps o nos anctres
cuisaient des quartiers d'ours sur nn
l'eu de broussailles.*;
Et il souhaite la| venue du ni- I
df-iii chimiste et philosophe qui I
nous indiquera comment prparer j
des viandes distilles, ne contenant
qae ce qui el en sympathie et affi-
nit avec notre corps. On ne pren- '
drait que la quintessence des bufs
et des cochons, que l'elixir des per-
drix et dus poulardes et tout ce qui I
serait aval pourrait tre digr. I
VA ces mets subtils arross de surfin \
RHUM SARTHE CACHET D'OR,
ce serait l'idal ralis sur terre.
MAUX de DENTS
JntttfJBg?JrJ^lBEefl*leU
Concours, de Beaut 1931
Bulletin do"vote dtacher
Vote donn Mademoiselle
De nationalit : __________
Nuance:_________________
Comme candidate au concours de beaut 1931.
N. B. Co bulletin, dtach du journal c La Matin , sera
adress M. Luc Dorsinville, qui le transmettra au jury.
La Troupe Perlplpl
Varits
Qu'on n'oublie pas qua c'est
demain soii qu'aura lieu Ci-
n-Varits la dernire repr-
sentation de la Troupe Heripi-
pi. Programme riche et non-
veau.Allez-y en foule.
Prix d'enlre : 2 Gourdes.
N. U. Il y aura aussi une
matine pour lea entants 5 lieu
res.Entre 1 Gourde.
La Solidarit
Tous les membres de la lidant sont instamment invi
ts la sance statutaire du 7
de ce mois au coars de laquelle
le Docteur Flix Goieou pro-
noncera la confrence l'inexis-
tence des malaltes surnatu-
relle.
Local : Hue de la Hvolulion
ou Enterrement, avant Hospice
St Franois de Sales.
Le Secrtaire-adjoint
F. A. DEVEH50N
chos
Nous avons reu le deuxime
numro de PAILLASSE , hu-
moristique tri mensuel qui parait
aous la direction d'Auguste Ma-
gloire.On annonce la parution
d'un quotidien intitul dipe
3ui viendra complter la liste
es Publications Auguste Ma-
gloire.
*
C'est samedi 13 juin que le Ju-
ry pour le concours de beaut
aura faire connatre sa dci-
sion.Il y aura, comme on le sait,
trois laurates : une multresse,
une brune et une noire. Les pa-
ris sont ouverts.

N'oubliez pas de vous rendre
i l'Imprimerie Lhrisson Moris-
set, en face de la Glacire, o
vous trouvarez des travaux ex-
cuts avec l'art le plus lgant
et le plus soign.
Mercredi, on a vu la dsinvol-
ture du chauflear de l'auto No
440 qui conduisait sa machine
demi-nu. A dfaut d'une poli-
ce de moeurs, la Police tout
court, ne pourrait elle pas met-
tre un frein ces extravagances ?

Le troisime tirage de ia Lo-
terie Nationale d'Haiti aura lieu
demain dimanche 7 Juin,
8 heures du matin, toujours en
son local de la Rue Bonnefoi,et
sera rsdiodiftus.
Mercredi dernier est arriv
fiar le steamer Orange Nassau*
e colonel Little qui remplace le
f;nral t'ults comme thrt de
'Occupation.
On a gard le meilleur souve
nir du passage en Hati du co-
lonel Little, qui est nn partait
gentilhomme. Nous lai prsen-
tons tous nossouhaila de hien-
Tenue.ayant eu apprcier son
tact et ses manires en 1918,

Formidable match rf? fot bail.
Dimanche aprs-midi au Parc
Leconte se jouera le deuxime
match du Championnat spcial:
Jeunesse contre Violette.
** 3 heures, prliminaire dt
deuxime catgorie : Vallires
contre R d S'ar.
Entre gnrale : 1.00 G.
o
Le nouveau Ministre Plni-
potentiaire et Envoy Extraor-
dinaire de la Rpublique Do-
minicaine est arriv Port-au-
Prince, lundi dernier.
Il prsentara ses leltres de
crance au conrs de la semaine
prochaine.

t L'Opimou signale qae les
nationalistes se sont dress les
uns contre les autres, prts se
prendre an collet et laire
louer le couteau. Cooanae
notre confrre, nous concluons
qu'il n'y a pas le dissimuler;
la politique nationaliste menace
dtre catastrophique poar le
Pays.

Les funrail|cs de Madame
Alfred C. Deetjeas, ne Maria
Reasseau,ont eu lien avamt-hier
jeadi en l'glise Ste.-Anne. Sin-
cres condolances aux familles
proaves.
L'Homme oe i.\' Rue prend la
parole lundi et commence ain-
si son article : Quand un or-
ganisme parlementaire est mal
constitu, il nait de eette mau-
vaise eonstitntion un tat de
rvelte.qui frise l'anarchie.
Lisez dans notre prochain
annai o les jndicienses appr
dations de L'Homme de la Rur.
La procession laissera l'glise
7 heures, s'arrtera devant la
maison de M. Emmanuel La-
maute o sera bni le premier
reposoir. Passant devant la mai-
son de II, Ren Aagaate, elle
prendra la noavelle route de
lUnskot et fera halte devait le
second reposoir dress ehez ht.
Maarice Etienne, dans an eadra
tout fait champtre. Poursui-
vant soa parconrs.Jelle traver-
sera la proprit de M. Ed. liiot
amnage poar la|circoastaaee;
arrive chez, les Lacombe, la
bndiction sera donne au troi-
sime reposoir.
Au reposoir de M. Lamaata
de beaax caatiqaea seront en-
tonns parles lves des Frres.
_jLea dames de la garde d'hoa-
nenr de Ption-Ville se toront
entendre chez Manriee kilieune
ainsi qu'une chorale venue de
Port au-Prmee.
La confrence do>
'Luc Dorsinville)
La confrence de M. Lue Dor-
sinville qui devait se donner la
jour de la Fle-Dieu a l ren-
voye au dimanche matin 7
juin conranf. Elle se donnera
toujonrs 4 Logne, aprs la
frand'messe.
Ma sujet : Guy Joseph Bonnet.
Cette confrence intressera par*
ticalirement les Loga nais, Gay
Joseph Bonnet ayant pris nais-
sance dans leur intressanle
ville. Cette oonfrenec par ail-
leurs esl trs doenmente et
pleine de vnes nouvelles. Elle
aura certainement ongrand au<-
cs.
concours de Beaut
M. Luc Dorsinville noua pris
d-auno.ieera cenxqm prennent
pai t au (oncoars de beaut qa'
aujourd'hui tant la dernier
jour, les balletins ne seront re-
us pour Pert-au-Prinee que
jusqu' I indi soir, et pour II
province qu' jusqa samedi 1S
du courant. Qae les relarda'ai
res se pressent doncl
DEMAIN SOIR
A 4 hs 1(2 : M-iiine:
Mandrin
(Suite & Fini
Inlr e : ,5i; lialeon : 1,0.
A 8 HEURES
st\
Chtelaine
du Liban]
Entre 2, , 1 gdas.
mm
MjpH
UIItlSON !
RADICAL!
rr RAPtoi
IlEMUtNAI
Ce soir
La Fie-Dieu a Ption-Ville i
|Varits
N'oahliez pasjaue c'est ce soir
que so donne i Varits la pre-
mire de Cendre du\ Pat$, If-
balle pice o trois j aetos jg
Mme Annie Desroys." _i
. Elle eera prcde d'un lover
d ridocu de M. Lon Laleas,
Les Petite Marionnette.
idi BarhaiM'onrl
Dont la renomme est universelle a gard sa premire place'
Demandes partout :
UN BARBANCOURT
Dpt :Rue des Csars.


LE MATIN G Juin 1931
WK
L'Exprience a appris des MILLIONS d'Acheteurs de PNEUS & TUBES
que le nom
Trestotte
signifie SUPRMATIE DE QUALIT. Ils savent que cette qualit intanqibl j
donne le PLUS DE KILOMTRES pour voire Automobile ou Camion.
?frtttottt
manufacture ses Pneus par son systme GUM DIPPING par lequel le moyen
employ est tremp dans un BAIN DE GOMME PURE. Ceci vite la friction et
fait durer vos PNEUS FIRESTONE plus ionatemps.
Firestone Balloon Heavy duty et tubes rouqes pour les climats chauds!
Firestone suprme pour les propritaires aiss dsirant un pneuqaranli!
Firestone Batterie -1113 & 15 plaques pour toutes' les autos!
Firestone Bandes pour freins qualit excellente!
Firestone Pneus & Tubes pour Motocyclette!
En vente dans toute la Rpublique* chez
JEAN LUCUNI A Co.. Cap-Haitien,
J. If GAUTIER Peri-e-Paii,
ABEL 1 ACR01X, GoaaTvea,
CLMENT PINARD, Saint-Marc,
EDMOND LAUTURE J < mel.
REN M*X AUGUSTE, Port au-Prince
II. R KEINNEY, :Port-aa Prince
M. J. ROURI. Port-au-Prince
T. GOUSSE, Miragone.
fcf a tn MARTIN. Peii Gore.
Toutes les dimensions de PNEUS & TUBES toujours en stock chez:
I, PREETZMANN-AGGERHOLM & Co.,
Agents Gnraux,
Rue du Quai
*



m Samedi
G Juin 1931
***-r~?SSc~r*~~.- **>r*wr**
4 FAOES
* *.*W*?f
5emo aMNE iY "299
! ort-au-Prince
j'elsAose IMp
inigL min ''- r
fi
Voulez-vous faire deBb
lin magnifique poupon I
alors n'hsitez pas: nourrissez-le
vous-mme ou faites-en an Bb
Nestl, joufflu, potel, heureux
do vivre.
sVAIT COHCliNTU STCB*
ET FA Kl Ml LACTE
NESTLE
aot les aliments parfaits des
tout-petits
4Xi
? U Purgatif idal ^
C*Ct 1 I
S REHAUT
:u. St-Oems, Paris

i.c-.in prcparat'f,
- r :nwC jsasis de dgot.
- -,
lie pu \i malade.
h irp. ii !a cW.ibie>,
CBStptrt> BClI*. fiue fou Ici limilairM,
, J -E ? IAXA7W, 1 RU.
- lAVBlMi AHERIR\ LIMA
Le s mer Blpatoris 0
a ici T.rj 7 courant en
|)i" pour l'EuToprJ ria
Sa t < Cu ei Ki 1,'Ston
pren 1 'rt e Mrs.
REINB co,


1
. i .:
Nestl Lait con ia,
Ni s'il1 1
N'ca oe,
Nesl].' Ch cola! ichldlti Ns l Mil i. s
I' s mi 1 u produi b,
HIEH AUJOUDHL'I ET I EM IN
E" ver te cl 11 0 ei t j h.-i mac
de I.' rpublique. Poi.r < prire) d s'a n s. r
L ; Kl !-.!/> ; ; HOLM S: ( 0,
Rue Ja Quai
Cachet
nntin&vrnU.li'ciue
Supprime en qnelqnei minutes Fivre, Grippe, Migraine,
Rhcmetlsmc .1/. iteamrnt de choix toujours efficace il -"".s
i/uMi/cr. Botti s (Ir 1 et 12 cachets. In vente dans tootesbonnes l'h"
Laboratoire h Docteur GIRAUD.PlurniiiaVii. l.YON-OULLINS(Frce)
|)i|...l n l'ort-au-I'iiiirB : lliai in;i. i. 1:1 (.11.
I
.jaa*an.....mu.........
irjrl co.-iiient le Croit
, iquci Jcnt l'action
. IfUinneM
'.. (,.:v'iir; des plus
. .. : : c- action
'":
le on>{ uiul;* les
'. C-z l:i r '....:.!!_ >
i .ic non
D tn e aeat conomique
.ce lMl'LAANT
:,.
A <: lu r t aaoesel ose
ait,
. ~*n
%
9 pijsuhet
:3
- i,- tnx toutes a.
ua un-..
*t .'.\r.iuMiiaai
*** " rmaejei
En Espagne...les Spcialistes de Beaut
insistent sur les huiles d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colire
Les $p/;c!ii; | de. beaut ... en France de
mme qu'< ... conviennent da
ce moyen pour conserver la
peau sa beaut.
Voici ci que con
mat fine pal. .! i '.. '.nnitvu sur 'cpin'irmi
t musiez dlt.raU i
alors avec r.'t /'.. ;
mvic di team fi :idt.
Ajoutez un ptu eit i. -ulex
donner uJlirtnce l~ f i ni loi
Ctla rond la peau 4mce, fra ht et
txloutie."
Tejtrt, imt II s.t',M
il .if fri-
l : .
Spcialiste
KM
. qu'un pra-
. l'htbi-
'- i N'ji-
Conscrrac
'''i"
oe, e
: pas ses
c ose vous
!
des

vl jour,
A\u-
Z speci-
DKM
. -..:.c tov:t,
I
d
-relent
. ans gal.
:
i
l* trima dt ci Unit S IcoUkt tt rtncmtrt J il
tnmllipUi reprisa d-'it h chaml co'orii et U ton
Mm its cbatmaniis lenwil.u tipapiolet.
Les spcialistes s'en servent clvz
eux et dans leurs salons de beaut.
Us en conseillent l'emploi domi-
cile leur clientle. Les aimes ec
autres prparations de !
iiu'ils recommandent se (
vie toi mmes huilai et imtiquea
.. .d'olive et de palme.
Appliquai t, m sim ; ror
' ara al la gorge tu a
de Palmolive et d'eau chi
Massez dlicatem ,t, po :
i l'eau chatide ei ensuite I l'eau
de plus en plus froide. Ne ru.in-
cjuex jamais i !Cas coutume .
I \ OBI neitrc au lit.
Epies ensuite le retour de la
beaut frache et veloute de ce
teint d'colicrel
C'est parce que Palmolive cote
fort peu tint les experts le recom-
r.andei.t aussi pour le bain. Il
empche les peaux dlicates de
s'in i ter.
LjynMAvm* <& &lnP A! AxjoixkASL
'/ve&
14S8F
4jOLL
Lappaieii de choix, l'appureil qui ofre
Itplus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPRME
Clarl
Solidit
Puict

Prsentatioi
i
ru
I.C nvodlc C. 3
Telles son! 1rs qualillfl PCt D'icnnellcs qli le
GARAGE KNEER
vous ( lire en installant une de et s machines chez vou^. Tou'e la musique, du rnr.ntr ast/4 Titif
porte.
Venez au
KNER'S COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ce modle et vous serez cou-
vaincu de sa supriorit.
N oubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement.
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince.
Agents: F. CHRIKZ Peiit-Onve
C. PINARD Saint Marc
CORDOZO Caycs
Mlle C. DOUGk Jacraal.
i.niiili'/ les cancerts COLUM BIA la slatiai U. H k. lois les > earriiis soir.

i
La Coquette AVIS AU COMMERCE
Salon de coi fin ra d M S*-
moel Pereira d'o I on sor* tou
ours sn'islit.
Tlphona : 2544. Angle des
ruesS'.-Ho- oret Rpuhlicaine.
A l A CoQUETR sont annexs
un Bar un Restaurant orga-
niss de faon donner toute
Kaliafactioa & la cTien'le.

L1 Pirnii Kiilroal Steanhip L;ne a l'avan^g* noaSOT les te.iart snu'intde Nsw Y-i IcDour por. sa p mes
HilU directMtieot, d rant le m isde J vn 1931 :
Dparts de hew\\ork. Arrivages Portail Prince
'Steamer iG tavaq iiiale4 juin ll-'H le 10 juin YM\
' m \n -o'i i le 9 juin 1931
Crilol'-le23 j 'in 1931
B'^cnaventura 3jn;llel "
J S. II. VAV REED
Agert Gnra'.

le U iuin 193
le 2Hiuin 1931
le 9 juillet 1931
en
r j
9
Une des plus forte* COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUR NCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents Gnraux
,?&jzvm;'mr***"
*~jgsfm*mg m '*ffvwiwffi.-..a..: -.
-**.* ~ -,-r^SWW*:&&*&
mmae***mm.' -..-. i^x-Mmmmmwmmmmmmsmmrvmm
t^ti >s .e Uni
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin desiDalles, 1224
^lcohone : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs