Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03628
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 29, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03628

Full Text
Clment Magloire
DlRECTEUH
nM RUt AMEMCA1KEJ le**
13 WePHONE.N' M43
Vivre, c'esl savair, c asl enirer,
r'rsl aimer. 'mI ailmirtr.c'eMbiei
(aire. Oloi l a ie plat >ra
qui, par mu esprit, par aou rem-
et par aelts, a le pin adore.
Eriest Rkl\1
jgnic ANNEE N 728:5
PeRT-AUPRINCE (HATI )
TENDREOI 2 MISRES et TRISTESSES | SNAT
-*
Lorsqu'il y a quelque temps,
le nationalisme triomphant por-
ta au pouvoir les champions du
Il lutte pour notre libration,
an immense soupir le soulage-
ment monta de toutes les poi-
trioes.Aprs avoir tant souert,
le peuple se remit esprer en
1re nouvelle d'une seconde in-
dpendance qui lui donnerait le
bien-tre et la tranquillit. De
bravas gens allaient entiu tra-
vailler la seule prosprit du
pays. .
Parcourez lea villes, bourgs,
villages et campagnes de la R-
publique. Interrogez des indivi-
dus appartenant a toutes les
couches sociales.
Le grand et le petit commerce
dans les villes et lea campagnes
vous diront : Nous ne savons
a quel saint nous vouer. A cha-
que crise de gouvernement.c'est
nne nouvelle alerte. Nous ne
sommes jamais srs du lende-
main. Joignez au tort que nous
tait la politique, la crise cono-
mique actuelle engendrant une
misre gnrale, la dpression
mondiale dans les athnes et
vous verrez combien nous sout-
irons. Ceux qui prtendent am-
liorer notre sort et qui s'en-
graissent des malheurs publics,
sont des instruments presque
toujours inconscients d un r-
sultat quils n'ont pas prvu.
Nous attendons toujours des me-
sures obv*ant celle terrible
crise conomique, la dim nution
promue des taxes sur I alcool et
la tabac qui nous ruinent.
Imeriogez les paysans dans
leurs champs. Ils vous rpon-
dront Jusque prsent, nous
ne voyons rien de louits les
belles promesses qu on nous a
lai les. Les prix de nos punti-
pales denrets, du cal et du
coton, ont baiss normment
et nos lcolles sont de plus en
plus maigres.
C'esl nous qui souftions le
plus de cette situation.
La terre est l qui uous re-
garde, nous n'avons pas les
moyens de la aie lie eu valeu-.
La misre nous ronge chaque
jour davantage.
Interrogez lea ouvriers et lea
artisans, il vous diront ; Nous
crevons de laisn et de misre.
11 nous, taut du travail, sous
peine d prir. Impossible d'en
trouver. J'ai douze mtiers, me
disait l'autre pour un ouvrier
honnte et consciencieux et je
ne trouve a en exercer aucun.
La misre s'est installe mon
loyer, je dois six mois de lo-
yers et ne peux assurer le pain
quoditien a ma temme et mes
cinq entants.
Interrogez les petits propri-
taires, les rentiers, les usuriers
(l'usure est le principal com-
merce lucralit en Hati) les
hommes d'aftaires de toutes sor-
isf, ils vous rpondront : Nos
maisons sont loues vil prix
maintenant, par suite de la ra-
ret de l'argent. Leurs revenus
sont insu.fisanls pour nous per-
mettre de vivre avec nos nom-
breuses lamilles. Plus de tran-
sactions, pas mme des prts
la petite semaine, clament
les usuriers ; on ne peut plus
gagner sa vie maintenant pr-
ter ses bijoux, il n'y en a plus
dans ie pays. Tout a t bazar-
d depuis longtemps. Jamais
nous n'avons vu une telle mi-
sre. Tout le monde en ptit.
Ainsi donc, au lieu de l'hon-
neur et du bonheur promis.on ne
rer;conlre dans la nat en boule-
verse que misres, tristesses,
lassitudes et dgots, une d-
t eses inqualifiable et sans pr-
cdent.
O sont les idoles dans les-
quelles le pays incarnait toutes
les rformes heureuses, le bon
sens, le courage, la lermet d'un
gouvernement vraiment rpa-
ra'eur ?
Ce sont des idoles de bois
n'ayant ni les connaissances, ni
les moyens, ni 1rs pouvoirs que
ce IrUte et malheureux peuple
leur a prts et dont les tton-
nem-Hls conduisent des ci;
tastreptus laaies.
r
Propos '
humides
Ce qu'on appelle la surenchre est
une belle chose.Elle inspire les nies
ici plus imprvues, les plus invrai-
semblables, les plus illogiques. Le
comble de la sottise. C'est en ce sens
que c'est une admirable chose. De-
vant laquelle l'artiste jouit.
JJNons connaissons la surenchre de-
puis les temps actuels. Cesjours-ei,
S fleurit i notre Parlement. Sous
nne de rsolution t Jde proposi-
tion de lai. La belle floraison 1 De
toute espce. De toute nature. D teul
enre. .L'Hatien moyen en est tout
berlue.
Moi, je contemple ces messieurs*
Et pour mieux jouir du spectacle
qu'ils nous donnent, je me mets l'a-
prs-midi sous la galerie de ma bi-
coque pour lire leurs discours, et je
n'arrose le gosier de temps autre
eTun RHITMJSARTHI|CACHET d'OH,
l'unique conadentjde mes rflexions.
Echos
J*ee relations sont ton-
due emtre le Vatican
et Mussolini.
Far Sans fil
' Kome.27 mai Laruptu<
entre le Vatican et Rame tait
menace par le renouvelle-
ment des dmonstrations des
fascistes contra les tadiants
Jes institutions catholiques
de Rome. Les meutiars en-
vironnrent le quartier gn
ni des tudiants, un building
en pierres, brisrent tomes
les tentras du cinquime ta-
a vaut d'tre disperss par
i carabiniers. Des dmons-
tration! analogues eurent lieu
devant d'autres institutions
catholiques. Les relation! en:
tie le Vatican et Mussolini
taient tendue* depuis plu-
sieurs meis. on crawl qu*|i
prsente aaUjaUoii ie ag-
sWB
Un abonn nous a tlpho-
n pour nous d're que Le Matin
sa trompe quand il crit dans
son diiorial initiale ; V olen-
oes et reprsailles que lefonc-
tionnaires nomms p*r ie Pr-
sident provisoire ont t con-
servs leurs postes par le Pr-
sident Vincent. La vrit est
tout autre, et la preave la plus
certaine, c'est que les propres
Ils de M. Eugne Koy ont t
tous relevs de leurs fonctions
tepuis l'arneaaent de l'actuel
;euveraemant.
Thomas Guerrier, le be- )
xear national, noua a annonc
iu'un boxeur espagnol Jack i
France lui a pos un dt qu'il
a accept. Le aaatch aura lieu
Cin-Varit, mercredi pro-
okaia 3 jain.BLa partie, aeable-
t-ilt sera iatreeeaate.
Notre confrre La Ci-
tadelle, de Cap, iatorme une
al. Joseph Carr, fatigu a -
tendre l'aagmentation d appoin-
tements que lai promettait
l'administration Gnrale des
i, ...montions s'est vu mainte-
nant oblig de donner as d- j
mission comme Collectear di,'
Contributions Fort-Ubert. r
Carr ne touchait que 70 dollars
sans auties prbendes alors qae
sen prdcesseur, uu amricain,
ea touchait 200 dollars et avait
sa libre disposition automo-
bile et gazoline.
Hier, belle crmonie
l'glise Ste.-Aune a l'occasion
do la Premire Comuiuaioa de
boaacoup d'enfants des deux
sexes. Un paa de joie s'est ou-
bli dans certaines familles
d'o partaient des cantiques et
des chanta de circonstance.
Assurez-voua contre accident
s la General Accident Fire &
uiie Asusrance Corporation Li-
uutea . y ve F.'.berixungnam,
Ment (HnTalpeoJ Hati,.
o
Sance du 28 Mai 1981
Le snateur Tlmaque.
l'oaverture de la sance, dit
qu'aujourd'hui marque une
grande date dans lu vie d'un
homme qui lut l'abb Gr-
goire, un philanthrope, le
plus grand dtenseur de Saint-
Domingue au Parlement fran-
ais. L'abb (irgoire avait
mis toutes ses lorces au ser-
vice de St.-Domingue. Il de-
mande au Snat d'accorder
deux minutes de recueille-
ment la mmoire de cet
homme gnreux. Il propose
que les snateurs lassent entre
eux une cotisation pour en-
voyer un cbla au Comit de
sou centenaire Paris en t-
moignage de la gratitude du
peuple hatien envers ce d-
tenseur de la race noire.
L'Assemble se recueille
deux minutes et la sance est
reprise.
Ou entame la sanction des
procs-verbaux : celui du 24
Avril a t lu et sanctionn.
Le deuxime point de l'or-
dre du jour amne la lecture
de la correspondance. La loi
vele par la Chambre sur les
souliers confectionner pour
la gendarmerie sera envoye
au Comit de l'Intrieur.
Lecture est donne d'un
rapport du Comit de l'Ins-
truction Publique, d'un rap-
port des Comits runis de
l'instruction Publique et Jes
Finances. Le Prsident dit que
l'examen de la loi sur la cra-
tion d uu lyce Port de-Faix
sera renvoy uue autre
sance. Le snateur Tlma-
que ayant propos de la voter
sance leiumie, estte proposi-
tion est accepte, aprs lectu-
re d un r. ppo t du Comit de
la Justice ; la loi mise en dis-
cussion et au voix a t vote
avec une lgre modification.
LcioaWui St.-ude remer-
cie le Snat d'avoir accord
son attention cette toudatiou
unie, car il y a ba longtemps
qu'o bUeod ce Lyce et ii a
lallu l'intervention claire
du Prsident de la Rpubli-
que, le concours de la Cham-
b e et du Snat, pour raliser
cette bonne uvre. Il les eu
remercie.
La loi relative au M nistre
Public prs les tribunaux de
paix et de ample police de-
mandant l'abrogation de la
loi de Juillet 1928 qui accor-
dait aux gendarmes le droit
de si ger comme Ministre
Public et qui avait t vote
par la chamni e,a t sanction-
ne par le Snat et sera ren-
voye la Chambre, vu les
modifications qui y ont t
portes.
La loi renvoyant l'Ecole de ,
Dioil sous le contrle du D-
partement de l'Instruction Pu-
blique i partir du 1er Octo-
bre prochain, a t vote
et sera envoye l'txcutit
pour tre promulgue.
A la question d'intrt g-
nral, le snateur Hudicourt
demande de rappeler au Mi-
nistre de l'Intrieur la pro-
messe qu'il avait laite de do -
ner un nouveau local pour
les dlibrations du Snat.
Mous recevons, dit-il, des d-
puts, d'auciens grands fonc-
tionnaires, etc. qui nous ne
pouvons mme pas prsenter
une chaise. Ils sont obligea de
rester debout. Ce qui est trs
pnible. Le Prsident de l'As-
semble dclare qu'il verra
personnellement le Ministre
de l'Intrieur ce sujet.
L'ordre du jour de la pro-
chaine sance est arrt et les
travaux de l'Assemble sent
achevs.
o
o
Voici le uxte de la dpche
expdie sur tinUiatiue du S-
1
Ldcal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
lutteur Tlmauiie :
Port-au-Prince, 28 Mai 10S1
Comit OiitfiiaiiT Abb (irgoire
1, rne Cardinal Mercier, Paris
Corps Lgislatif Hati envoie
expression reconnaissance
peuple hatien et flicite Co-
uine initiative.
Prsident Snat,
MAHTINEAU
Prsident Chambre Dputs,
LOUBEaU.
Anmie Dbilit
Convalescence
Fivres Paludisme
QUiimiui
nBAiMOUE
l plus nui-.inl
TON IQUE
Reconstituant
**.? j Maison FRRE
Machado et la situa
tion financire rie Cuba
Par Sans fil
La Havane, 27 mai. Le
Prsidait Machado a sign le
dcret dsignant le professeur
L- tt. Seligman, conomiste
de la t.illumina University
'le Mevr-York, pour examiner
le problme financier de Cu-
ba.
Usina Olaee
de Port au F rince
o
Messieurs les Actionnaires
de l'Usine Glace ds Port
au Prince sont convoqus en
Assemble Gnrale le lundi
1er juin 1931, 9 heures du
matin, au sige social de la
Cie;sis rue Dants Destouches.
Ordre du jour :
1 Rapport du Coaseil d'Ad-
ministration peur l'Kx expir.
2. Elections des Membres
du nouveau*, onseil d'Admi-
nistration. Jy
3. Divers.
Port au Prince,le 14 mai 1931
Le Vice Prsident,
E.J. BOURQUE
r.-Jh..,.,,^ a-
W-l-j^ ml'i"
iiiiliiiiiii
ce sont
K la demande des mamans qui dsirent "accompagner
leurs entants :
L'ENFANT-ROI
(SUITE)
Entre : l,M; Balcen : 2,0e.
DIMANCHE
A 4 1/2 Heures : klatine :
Mandrin
Be et 7e pisodes
Entre : 0 50 ; Balcon : 1 00.
A t HEURES
Une superprodactiou pleine de mullip'e; attractions :
LOOPING THE LOOP
Eatre 2, 3 4 gde3.


K
V
D'
dm Moaizom nouveaux
sz e/euwant Psaasaa
rw a da raSJBBa Avne $1,000 ieonomise
t poaSb a banqam, voua pouves onviaagar
l'avenir avec eononeo. Comment main-
tenant pargner aa attirant uec dm maiodas
ci-deaaaue:

!
Sl.atO n fjejja mm, woniMiwt
*n vertementa JaSaMeaSSei 4e M-M
ll.aat en trou an, proviennent de tMt.ll I
wmnunti hebdomadaire de 16.1
$1.900 en nm ma, proviennent 4e $970.32 m
rereemente hebdometMrt* de W.AJ
, La Banque Royale
^ ai du Canada
i
f\m* a tu la joia ptinte sur le
Tisage son veux. il aasaait "u-
nedmarche pais ble.lorsqa'aae
jolie tenmie qui tai' accoude
i> leatrebaillemeat d'une fea-
tre l'appela. Galammant il se
rendit prs d'elle. Et da aoua,
>a modestie qui le rendait ai
beau dans la gravit de aeaagt,
a'en alla, tondit cemrae ane ro-
se au soleil. Il se crut an ge
de taire l'amour, il redressa sa
moustache et au marnent de
sortir Ini qui inspirait le res-
pect qutlques minutes avant, il
lit sourire ceux qui pasaaieat.
Il tait quelques mistes avant
un beau vieillard. Et mainte-
naat il n'tait plus qu'us petit
vieux.

... voit qu u de nos coalrres
a annonc dans un de ses der-
niers numros que l'ex-ministre
Adbmar Auguste aurait t sif-
fl sar la route du Limbe aa
Cap-Haitien. Voici un acte que
tous les honntes geas rprou-
veront. L'anciiu Miaistre de la
Justice est un honnte homme,
et, en outre, un baitien da
grande valeur. H a t an Fan
voir.il n'en est tombe que doit
des raisons d'ordre uniquement
palitique, sans rien perdre ce-
pendant de sa dignit et de sa
valeur. Quel sens donc aeat-oe
suapaser aux cris qui Tant ac-
cueilli en entrant dans sa ville
natale? Afiaires acrsoaaclles,
certainement. Mais cela se rgle
d'uae antre ananire.
... voit d'un trs mauvais il
toutes ces claques qui aux s-
ances de la Chambre crient
pour ou contre les uns et les
aatres. Les dputs ont un man-
dat dn peuple, et que le que
soit I attitude qu'ils gardent c'est
leur devoir qu'ils remplis-
sent. C'est impohtique de crier
A bas les Chambres et Vive le
Prsident Vincent. Si l'an veut
qnand mme crier quelqaechese
ue ne crie-t-on Vivent les
hambresl Vive le Prsidenlde
la Rpublique II v.ial miras
les runir tons les deux dans nn
mme vivat que de tenter de
broeiller les cailes en permet-
tant a la foula de prendre part
des dbats.qn'elle doit saivre,
d'aprs les rglements mmes
de la Chambre, dans le pins
grand calage.


... voit que, il us le voisinage,
ce ne sont, depaia ce matin,
que chansons religieuses etCSB-
tiques pieux, /est uns premi-
re communion. Cens qm en sont
se montrent trs malins. Ils sa-
vent bien que chanter taux,
parler haut, creusa l'estomac.
ICI comme ils savent aaasi que
vers midi la table mias sera
blouissante de dindes carte-
les et de saladas multicolores,
ils a'en donnent a csar joie de
(hanter taux et de parler haut...
La revanche l'henra o braira
la sirne.
*
... voit que les chanfteurs sa
passent le nom de M. FCLrz #.
DiTi.fc.ssY comme nn ftiche. Us
disent l'nn a l'autre :
oui,naissez-vous la pompe
d v. i etix G.DnpJessy?
Nen.
I h bien allez-y c'eat tout
prs de la Glauie. Tous seres
extiaoi .iuiiiieii.t'iit tonn de
la rapidit et de la gracieuset
avec lesquelles on vous st ri.
El le chauffeur y "coart et de-
main il fait un collgue la re
comniai uaiion qu'on lui avait
tuile lelumeiil il a t servi
s-.n hait ines M. h eux G. De-
nsen.
*

... voit que le temps, chaque
matin, s obstine tre plus grja
que la veille. Notre cadrera
Moravii doil dm 11 equn
joui, * i>oii rveil, .-e mu"liant
on i'itre:
t>itou. 4ut Lhauituer a suai
chant ce matin 1
i


page i- 2
Ple-mle
****0 Jff
LE MATIN 29 Mai 1931
Que chacun
fasse
son devoir.
t
Tout le raende sait que le
bien-lrt n'eet pat sou* l<>s les
toits e* lanillss liaftiennes. Nul
ignore que le rulf hatien
tst excessivement nauvre. Mais
sait-on assez que notre inisere
sociale eet encore plus dplera-
u?
J'appaHe misre soeiale cet
tat de dsolation, d'ennui per-
fituel, de dcouru|ment dont
a triste expression est painte
sur le visage de chacun de ceux
qui constituent la bourgeoisie
hatienne.
On me dira que oette misre
sociale est le rsultat de la mi-
sre tout coait. Quoi de plus
taux Navwa Tau pas remarqu
que llmeut sooial le plus mi-
sreux est celui qui serabte la
moins chez nous 7 Ii sulflt.peur
s'en convaincre, de visiter un
samedi soir les quartiers les
fiin pauvres de Port-au-Prince:
e peuple tablie ses soullrances
de la semaine et sa gaiet est si
grande que l'on eomprend sans
peine qu il Van donne pour huit
jour; il a la faim au ventre,
mais il se distrait toat de iueiue.
La panvre' OMlriel'e du
pavv, quelque grand mal qu'elle
soit, n'eat ddkc pas l'unique
caase rie cette lamentable situa-
tion Disons que cala provient
sarlout da manque d'amue
monts, de diveriiaseneals, ( car
il y en s tous les prix ) et cher-
chons en brivement la cause.
En effet, oi- se demande com-
ment une Vdle de l'importance
de notre capitale peut elle tre,
ai peu tatrateaita ? Cela est d,
sans nul doute, I importance
exagre que l'IMlien attache
l'opimou publique.
Si,dans le gouvernement d'un
pays, on doit en teuir un cer-
tain romp'i, car les intrts es-
sentiels de la collectivit sont
en jeu, dins !.- vie prive, oa
ne saurait trop la mpriser,
puisque, le plus souvent, elle es(
laite d'eavie, d hypocrisie et de
mchancet.
Malheureusement, il Ml des
gens pour qsi e!lw est une rgle
de conduite obliga'oirr. Ou eu
mme dire qaa l'opinion publi-
que est uu tribunal devant le-
quel personne, an Hati, n'ose
comparatre.
Il y a pourtant une grande
lchet s imposer une. laoi
de vivre aouvant absolument
contraire ses principes, re
oc-er, par exemple, tout
idal parce que l'on se trouve
dana un milieu o la me il
crit rgne. C est un esclavage
d'autant plus humiliant qu'il est
volontaire.
Si le soin du redresseratnt
conomique al politique revieul
au Gouvernement, t'ast au Jour-
nalisme qu'iuca.ab la >eha du
redressassent social.
Ce darqier u'ei! pas le moins
important. J'y reviendrai.
HUDY.
Nout extragous podrtios lecteurs rintressunt article suivant
sur un tutti toujours d'actualit : le Fort Rivire
L'Histoire Contemporain!
d'Hati
Quelques prcisions sur lo tort Rivire
o -
Noua obissons Mm art if
al la vrit en venant p ojefer
la lamire sur cet io< ideni q
lait natre force commenta
I e coup de r"V"lver d Sara-
j. vo, qui ii dch itn ta 1914 la
plu; sang ani conflagration que
i monde ai! connue, devai
aussi aveir sur les destins d'Hil
Ii i:-.. dou'oureuse et catastro-
phique rpercussion : il a pr
par l'intervention amricaine
dans les admires hatiennes en
juillet 1915.
Pour la clart des laits, une
rapide esquisse des douloureux
vnements qui ont prlud
cei vnement est ncessaire.
Depuis long'empsles Etats U is
convoitaient certaines positions
ii.a'giquMS da l'le et avaient,
cet tat, ouvert des ngocia-
tions avec las prcdents gou-
vernements, ngociations que le
patriotiame averti dea chefs dlv
tat haitiena avaient toujours re
pousses au nom du principe
couslitutionncl : le territoire de
!a Rpublique est inalinable et
indivisible.
Juillet l'Jl! L'heure tait pey-
chologiqne, les vnements m-
me se firent complices. Crises
dini le formidable ouragan de
teu et de 1er qui dferlait sur
elles, les principales puissances
europen ns. particulirement la
France, oui avaient des intrts
vitaux a sauvegarder en Hati,
ne pouvaient consacrer aucune
attention aux tragiques vne-
men's qui s'y droulaient. Oui,
ils avaient dpass en horreur
toutes las prcdentes convul-
sions politiques qui ont jalonn
notre histoire. Un trisson d'an
goisse ne peut que nous traver-
Vente l'encan
|,es liclei ri deaious
odus la crie
bliq Nord-Oaev !
X i de la D >uane de
i -mr, le vendredi
m Ml. 9 heures fl
:, i ,i i i l'article 1
Ida la loi aieptenal t IfGS
inr lea doi anea.
517 IX I Ueta, peqvela
ei el ' pan- cigarel es.
- ^S7.X7 H:BM, boite aigu'' e:.
'Cure complic de l'ARTHii
..... i ''"e
( '" 4S/*l'
e,
i _^m^Myt, I
m?.- mm i n .Jimimeri


iion
i' nemi tts > ebem %> lea.
sWeetcrol ,4-7 Boyer, caisse, Stxla*
IPPP11 ii JfeTHi.
7771 la Re caille bo .lien
pe * a Rpublique loiie. w AiiUara
Il iauorai. hijsl aaal.arlee l lJ.t,, caisa iouutrs.
t )ji lu Hem, caisse pompe
' an;*.
!...! re a
paya ve
Rp 1 que toiie.
<>', hlas I qui 1* glas
da
nail dtre ion
Tous re. i ,|s peuveaf,
premire vue, paratre super-
ftatoires, cependant ils sont
ncessa.r; s pour la comprhen
f lit** il nopa permet-
n

lent dlirer au clair CiM t
du lamevx foit Ri
a laquelle vient d'tre
nom tu gc'r.ral But'er,
: enon d'avaiiCt'i que
On VT. liavworlh paquets
borboni.
56 bis L. iayard, paque's
' lientifrioe.
807724/27 Ganliner. boi'cs
bri>*,sc*spliime#.
y.VU Haadal.boite-Kimouos
CE SOIR
A 8 HEURlei
591/96 Haeelaisjcai-i'e i
- gle, ds coudre,
i RvIre^iru' i'yne* eai E Barrau, colis .fil.
rellement. Nous n'a '** R. Grellier, paquet Me-
tamuna.
2X Soray,paquet Metamone.
vous pas eu la bonne lortun
de le coanuitre. mais nous a-
vons eu celle d'entrer en con-
tact, dans le haut de Harlem,
avec un com patriote, originaire
de l'endroit qui noua a fourni
toutes les nformfffior>s ellou es
les caraclristlqaei s'y rappor-
tant.
l>rvnnt h part active qu'il
avait prise dans cette jacquerie
de 1918, nous ne saurions r-
voquer en doute son tmoi-
gnnge e les dtails qu'il nous
< mfl .. mais, devant leur nom-
bre, nous cheicherona syn-
thtiser le plus possible pour
arriver jeter un peu de clar-
t sr ie fameux Douaumoal
hatien o le gnral Butler,
amble-t il, s est couvert d
gloire et pour le prise duqu-el il
a obtenu la (mdlille d'honneur
du Congre?.
Au Nord-Est de file d'il :
Grand match de boxe
Ru dix rounds de i minute.";
Le grand Champion Hatien : TH. GUEnRIG I 142 livres
LI I#RE ( UBAW 145 !ivn s.
Ire-.api 3 proMe.
.'548 So-ray. paquet, produits
phaniscentiques.
1*2* Soray, paquet produits S0it d llitir et l uco.|rplu<-
[)harmac.iutique.
801 Soray paquet pommade
I Uiti
o
'Avis
ser I vocation de cette poque ) se trouve une humble bourga-

douloureuse qui prcipita Toc de denx cents teu anpelie
cupation amricaine en Hait! et Petite Rivire, 'lace l'intex-
le trait lonin de 1UI6 lection des grande! artres qui
Le pays venait a peine d tre condaiaenl en Dominicanie, elle
piciB quand une lact.on rivale lemble, pir 1 n itan mme *e
alluma dans le Nord le bras er sa position gographique .' -s
de la guerre civile et le plongea tine tre la terre d'lectio I
d ius les plus allrruses saturna- de toutes- les luttes rvo'nion
les politiques. Dana l'embrase- naires qui se sont succd dan*
It gneral.ime meute clata le pays. A l'poque o Haiti
dans la capitale et pour la r- tait calonie, lia Franais i'-
primer, le prsident de la Re tint rendu compte de le'
publique flt fusiller toua les d- lence de sa position y firent
tenus pohliques.Devant l'atroci- riger on fort pour ri o
t. duo tel acte, 1 explosion po |es incursions Irquentes du
pula.reue connut plus de bor- Anglais qui occupaient 1
n-s el le peuple se vengea sur poque Iffq de I lie de Saint,
lantaardeaiasglaotei journes Bomingue. Le Haitiea
lui8 luillet 19i. Il fut saisi, proclam leur ind;.. e an
dentilrice.
N h Soiay paqaat peigna..
&U Soray paciuet i,* .elles.
St-ttrmaiii CMAaY-GNE
Eucinteur public,
Paxaam^ Raitlroad
Stoatraajklp Llato
Le iteamir Criftobati est
altaadu i Part m Prince, ve-
nant de New York.le d in-
che 31 mai 1931 avec- 11 pas
satje's, et 71 sacs de eorrea
nondance, et partira daus
l'aera-midi du mme jour
dirstemeat peur Cnstobal,
Caaal Zoaa prenaut fret,
malle et patauger.
Portau Prince,le27 mailtttl
Ja* H. C. VAN REED.
Agent Gnral
Le centenaire de lo mort de
l'abb Grgoire
C'est re28mai W31 que mou-
rut Paris un grand ami de
notre rae, l'abb Henri Gi-
goire.
La Satit d Histoire et de
ographie d'Ha 1 io.amo
rerace cen!anai:e le diaianahe
31 mai, 10 h. a an.
Uae confrence ara uronon
ce ce jau-l par W. D Vayal,
la Biblie'bque da l'Amicale hors de tout conlile par la
da Lyce Ption. substitution de pices de
(es membres de la S :. et nickel.ttu autres conducteurs,
en lien al place des bouchons
tiisibles rglementaires.
Oatre le dauger auquel ils
'exposent leurs maisons, ils
adossent du mme coup\es
Le contrleur d j Gouver-
m 'ut prs de 11 Compi*.
gnia d Eclairage lilectriqac
attiro l'attentiou du public
sur le danger q i existe i
modifier les tusibl s de scu-
rit placs par la -ompaguia,
et contrtili par i ii.
Des coramencei.ients dia-
v ont dj produits
par suite de ces modifie,
tious nuisibles, !. ites en de-
l public y so.it luvits.
f Le Purgatif idea!1
F,
son corps lut dpec et prome- 1804 el craignant ai
n dans les :ues de Port-an ventuei d ifraoaii, l'tabli-
r,.nce- I dans ci tort jnsqu'en 1825
Pendant ce temps, la flit> poqu.* a hqnelle h gouvorna-
amricaine cingla veri Port an- ment di Charlea X reconnut
Prince. Le pays entier, gav l*ind| ice d'Ha
d horreur, accueillit avec foii To ,;- 8a
flo joyi par le d. g .
d El il tous le pr :iae, 1 .ii les isence
lexte de protger les intr'i dinl l
11 incains en Hati etdiaip- droit, rent d
cherde uoavellei eftuuoni de gouvernemei haitiens ab
sa"? ... le fort Rivire. Osat-
loutss les positions stralegi- 1 v
Horn Litiie
La stj*iBirTo.ise 1 m ,.,
aie rtow de Kingston, loache
ra ce port vers le 1er juin eu
rtmti pour l'Eu;ope via les
ports du Word, prenant frl
t passagets-
eesl la
r
:-: '. ....: ...
u du Fcvli. St-.Otnis, Paris I
\. I I :.;
. c: us iMCiie pcr.
Plu- <.!! |ae \at* le-. ul'ir,
DOSE

lulM
ul
responsabilits prvues pat
la loi dans les as d'incen-
die.
Port-au-Pnnce, ce 27 mai
li>31.
Jh AUBRY
Ittgbieur lectricien.
Contrleu" du Gouverne
saant prs de la Compagnie
d'clairage Electrique.
la
RIINBOLB& C, Agents.
j
Pou? les komai'35 sassi
g

Tri ls I f. Poli
DE 1 A
ore.maisl action

m
fl'Wl
Iltllll
t'omurennent 1 Proteoiion contra -
Foudre suns auqm ntaiion da
destructive du temps l'a rod.l
les intempries l'ont dsagrg,!
an pajis manteau de vg-a
lio le couvre, dans ses hatiens
en ruines, des lzards se chiwl
: soleil Dans uo.s priodes
de convulsions politiques, noi
: rvolutionnaires t a b I issen t
leur quartier gnral dan ses
ruines, parmi 1rs quelques
j vieUS cauous moyengeux, |oul
conods par la rouille et par
l'humidit.
Quand en 1118 le g^o.al
I Hatier edicta la corve oblige-
; toire dans lea campagnes, cette
j mesure dclencha la jacquerie
de 1918 qu'il rprima implaca
;';_.. blement.
Le son lugubre du lambi
venait it rsonner aux quatre
1 oins rie nos mornes, appelant.
\ j flux armes les payaoa du N 1 I
^ Dans leur hroque lobe de r-
jditer l'pope eta l'Indpen
ONSTIPATION
primez 19S %
COMPRIME*
Ht BSLOIT, Pharmacien,
U9, Ru Balnt-AmWU"
6'B8T LS MEILLEUR
DES PUROA.TIF
onT-AU-s,aI,,cJli
.._.MTnU9: PMirr* AJ-aWTl
ici es.
De plus en plus les hommes
comprennent que leur persan j
nalit dp nade leur attrait ptr ,
$onnet etque c-lleattraction
nersimnellecst base OU contra '
lie par la chevelure. Ils trou I
verni Juns.
Quinine. Pommade
La c unbinaison idale pour
l'attrait et la sant de lchent
tare.
Lue che dure qui n'est pus
jjdam-.e, arms de gourdins et J en sant ne peut fr nlhaipin
jdalougi sabres, cei preux al \ le I a Pommad de Quinine
llrootrenl les marines arms, Exeleuto c^t une prparation
\
E:
l-i
l

; i
Bos,
J
< '.m
-
Ida mi'raiHeusaa, de bombes ei
de lusils pertecliann".
La vieil fort Rivire, <\t\p% le
quil i'i s'taient retranchs, Ajt
enlev par le gnral Buftei
aprs une courte mle. Cette
prie fut aana pril, ear la lutte
tut trop diaproporlionne. Lis' gnisles. Pour 0,50 Centimes
dfenaaura furent taachi sans seu'ement. il est cvvedi ds
rmiiiioa : la bilan des pertes, rception du Prix.
Ajenba Gnraux
' 11 iwiirir liri iMMiiin n jiij 1
. -^-,-
'-:
prt
mdicale. Elle emhelltl la ch*
velure et la rend souple et soy
euse, de telle sorte qu'elle nmir
rit uussi la chcvelirr et lui don
ne la beaut et la sant, f
En vente chez tons les dro
cctei cent cinquante tus du
ct e*es iusurgi et trois mou-
nnla da cot amricain!
Telle est la vrit concernant
ce fameux fort Rivire.
Abtl MERLA1N
ticleulo. Mediciuc i'uuiihuv
Atlaula, Georyia t S. \.
Agents demands pour tous
pans.
Ecrirez pour renseignement

ESTOMAC
Remde nouveau
eftSRCAL
atpth pv h$ Sf>*t*t* * 'v*
soulage immdiatemtnl :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS a. rESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISQH RAPIDE
ProAt de P-COMiLWS
7, av. aaataai-CeaaaBi ,r*M*T \
mn VENT* :
M toM bstin Phu-macMf
Le Uiiuui Barluiitcourt
Dont La reBavaisuau e*4 u^rafaelle a fjsjt sa premire plate
""iaadee pavient :
UN ARBANGOWVr
DffpRRae des Gsari.



mie
CANONNE
49. Rue Miumur
88-90, Bsulsvi fopol
PARIS
vendant
LE IKIlLEIffi niARCNt DU NID
Prelulis des Premiiras marquis
et toujours de flrem.rB fracheur
UNE SEULE QUALIT :
' LA MEILLEURE
*y
LE MATIN 29 Mai 1931
- V -.

r
I
ftayon SpcIrJ
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HERBORISTERIE
SPCIALITS
Franaises et Etrangre*
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprimes, cachet*
iOLUTlONS HYPODIKMIQUI S
PANn^OES, CEINTURES
O *AS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Serin ftes hypodermiques
Pharmacie de Poche, de Voyage
Coffres Pharmaceutiques
pour usinai, Communes, etc.
Voul4s-vuiiH faire de Bb
an magnifique poupon t
alorsn'hsitez pas: nourrissez-le
votis*mme ouoites-en unBb
Nestl, joufflu, potel, heureux
de vivre.
aVAIT COHCEWTH SVCU
ET FAKI.VK LACTE -
NESTLE
sont tes aliments parfaits des
tout-petits.

5

Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Pb.rm.eie CANONNE
49, Rue Rftumur
SS-90, Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUC6URSALE
ni an France ni l'Etra:.
Nestl Lait condeii: ft,
Nestl Farine Lacte,
Nestl Lactogntf,
Nestl Chocolat en tableiles et Nestl Minlips
les roeiileuis produif.s.
HIER AUJOUDHCI ET DEMAIN
En vente dans toutes ls bonnes piceries et pturmacitt
de la Rpublique. Pour commandes prires de s'adressera
L PREfc.TZM*NN AGGERhoLM & Co.
Rue du Quai
BIRE NATIONALE^
DE LA

Brasserie Nationale j
Se vend partout Or 0,10 j
le verre raalqr sa qualit;
I
A Vendre
5 Collectif)us du Moniteur
Annes 1908, 1910,1911,1912
et 1914.
2 Collections du Matin, An-
nes 1907 et 1908.
1 Collection du Nouvelliste,
Anne 1907.
Tour conditions, s'adresser TOlllOllPS
au|Matin M. A. Isidore. luu|vUI ^.
suoneure.
Protaoz votre Doche et
votre sant en la buvant
;
bais
NOUS OFFRONS AUJOURD'HUI
Ciment par sac Or 0,80
Tles 29 0,48
Briques LA BAUDRY 10,00
LE TOUT POUR BIEN CONSTRUIRE
L.PREETZMANN-AGGERHOLM & C.
Cachet Mirga
CLilMB
1
L'appareil de choix, l'appareil qui offr
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPRME
Clart
Solidit
i
Puret
Prsentation
Le modle 613
Telles sont les qualits exceptionnelles que le
GARAGE KNEER
?eus cflre en installant une de ces machines chez voue. Toute la musique du monde est votre
porte.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ce modle et vous serez con-
vaincu de sa supriorit.
doubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince.
i
Agent* i F. CHliRIEZ -Petil-Ooe
C. PINARD -Saiiil-Mirc
COKDO/.0 Cayes
Mli.eC. DOUGli Jacmel.
tculez ta MiM C O L U M B I A II Milita II. Il K. Ion. le KlilitJis soir.
r
S*uUf*a*nt si Quriara | PHlNOIMUTTHaUPODiniR .C-<*>PK
k ln*r. *4*r >a si&tttrtJ. BST-C '..- : ;; tUaraila.
La Coquette
AVIS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Steamship.Line a l'avantage d'an
j nonce les dparts suivants de New Vorkponr port au Prince
1 Hati, directement, durant le mois de Juin 1931 :
\ Dparts de hew \ork. Arrivages Port au Prinee
salon de enflure de M Sa-
muel Pereira d'o 1 ou sort ton Steamer Gtinvaquil I I juin 1981 le 10 juin 1921
ours satistait
Tlphone : 2544. Angle des
rues St.-Honor et Rpublicaine.
A La Coquette sont annexs
un Bar e4 un Restaurant orga-
niss de faon a donner toute
satisfaction la clientle.
m
l Anron i le 9 juin lil.'i 1
CristobaMe 23 juin 1931
jBrenaventura:) 3 juillet "
J*S. H. VAN REED
Agent Gnral.
B9
le 14 juin 1931
le 28 juin 1981
e 9 juillet 1931
i
tlnaWraltffque
Supprim m .(...\r< tarant** riovr, rip*, Mlf raln,
Rhumatisme. Mnlitemenl 4i thsit l*sjmn tfft $1 sams
itangtr. Boita* ri I *t 12 nratu.EaTa* i.lnn l*at*h*i nu** P*'"'
Ubratolr**iiDu*4wrrGIRAUO,PlavaMaLT0a-0(ILLim(FraM*)
I": kl I art-au-Prla*i : l'harnawa Bb'P.H.

Concours de Beaut
Bulletin de vte dtacher
Vote donn Mademoiselle : ______________
De nationalit :___________________
Nuance :
1931
r chat de vieilles
monnaies
Si vous 'avez de vieilles
monnaies amricaines eu
(hatiennes, Or.Argent.Cuivre)
vous obtiendrez les meilleurs
prix en les vendant i:
Docteur LOCY
*iHpital Amricain
Peu de Chose.
f
Avis
Une des plus forte, COMPAGNIES
CANADIENNES d ASSURANCE
sur la VIE
Le steamer .Waltraat Hersa !
venant d'Europe sera ici vers
le 31 courant en partance posr j
Kingston, Sant Domingo et
Comme candidate au coneours de beaut 19111.
N. B. Ce bulletin, dtach du journal Le Matin*, sera j Curaao, prenant fret et pas-
adress M. Luc Dorsinville, qui le transmettra an jufv. I sa^r*' ,
I REINROU) <& Co, Ageak
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux

lui 11
mmmmmF'*'
Mosaques Hatiennes
Charlier-Malebi anche & Ce,
1224, Chemin des Dalles, 1224
tlphone : 2680


LE. MATIN-29 Mai 1!M
L'Exprience a appris des MILLIONS
!____nm
d'Acheieurs de
PNEUS & TUBES
que
le nom
sionifie SUPRMATIE DE QUALIT. Ils savent que cet le qualit intangible
donnele PLUS DE KILOMTRES pour votre Automobile ou Camion.
manufacture ses Pneus par son systme -GUM DIPP1NG par lequel le moyen
employ est iremo dans un BALN DE GOMME PURE. Ceci vite la friction et
tait durer vos PNEUS FIRKSTONE plus lonatemps.
Firestone lalloon lleavy duly et tubes roucies pour les climats chauds!
Firestone suprme pour les propritaires aiss dsirant un pneu qaranti!
Firestone Batterie -1113 & 15 plaques pour toutes les autos!
Firestone Bandes pour freins qualit excellente!
Firestone Pneus & Tubes pour Motocyclette!
En
Vf nie c
lans toute la Rpublique, chez :
M. \N LICIAM & Co. Csp-Hait
.'. y c, : iiER, Por -:<-'Vx.
.- I RL 1 A HHfX, '.OI .-.v .
( 1>|| N i PIN RD, S in'-Marc,
EDMOND LAUTURE, Jacmel,
l'.I.Nl'-: MAX AUGUSTF, Port-i-Piin
\\. V. KEINNBY, Poi!-JU-Prince
M. .1. KOTH', Port-a "rince
TG< I K Vi 'q -p. .
F. i'-R X P ; -flove.
\
rouies les dimensions de PNEUS & TUBES tbujou s en stock chez:
L PREETZMANN-AGGERHGLM & Co.,
Agent Gnral,
a Rue du Quai.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs