Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03627
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 28, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03627

Full Text
Clment Magloire
^ DIRECTEUR
itti; RUE AMERICAINE MM
1 iTELBPHONI;N'Mi
Letftii a>aienl Unis Halleurs,
tloul ou upriiii( la bassesse. Le.
peuple a les sien, dont la basasse
rsl li mime Lerilorm dii|n* de ce
isum n esl ajieajalfai llfesa* m
imoity* iii! peuple li le rpall de
chimies qui allume ? loi > nllfl
dthirson de \aiiie>rain*Hnri.Lf >rai
ciUma est celui f 11 dit an peuple
la vrit. louis II*U
*ame ANNEE N- 7M2
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
JEUDI 2* MAI 1931
pAULllMTAIRI
CHAMBRE
DBS
DPUTS
A MOINSQNQ... ^.J ^m
l
lanc* du 27 mai 4#*i
L'appel nominal ayant fait
constater la majorit, la sance
est dclare ouverte.
Aa banc de l'kxcutif et le
Cabinet an complet.
Le 1er point de l'ordre du
jour amenant la sanction des
procs-verbaox, nn procs^ver-
bal a t lu et sanctionn.
Le 2e point consiste en la lec-
ture de la correspondance. Le
3e point prvoit la continuation
de la discussion de la loi sur le
commerce.
L'art. 21, mis en discussion et
aux voix,est vot.
A l'art. 22, Descaries Albert
propose une modification qul
consisterait taire payer un droit
d'octroi chaque pacotilleur.
Jolibois tait observer que le
marchand tant dj oblig de
payer ,50 centimes la Com-
mune, il demande d'carter la
proposition du propinant.Tan-
dis que celui-ci rdige s* pro-
position, le Prsident propose
de mettre ns hatiens au lieu
d'hatiens d'origine, rsidence
au lieu de lieu d origine. Ce qui
est accept. Pieu tait observer
qu'il y a lieu de ne pas ajouter
de nouvelles barrires au petit
commerce.Cette loi d'octroi est
nue cloison tanche entre les
communes. Nous devons tendre
diminuer les taxes qui psent
ur les contribuables au lien de
las augmenter, dit-il. Il taut re-
jeter la proposition Albert.(Ap-
plaudissements de la toute. )
La dput Albert prtend qu'il
ne recherche pas les applaudis-
aements de la foule, mais qu'il
vient uniquement faire son de-
voir, il expose les raisons qui
militent en faveur de sa propo-
aitioa et prie la Chambre de la
voter. Mise aux voix, aile est
reiete.
L'art. 23 est vol. A l'art. 24,
Victor Cauvin attira l'attention
de l'assemble sur le terme
agents de reprsentation au
lieu de agents de reprsentants
de manutacture . Vot avec
cette modification. Les art. 25,
S6, 27 sont vots. Victor Cauvin
propose de suppiimer l'art. 28.
Sa proposition est rejeta et l'ar-
ticle vot. L'art. 29, modifi par
la Commission, est vot. Les
art. 30, 31, 32 sont vots.A l'art.
33, Telson propose de suppri-
mai une partie du texte. Dea-
cartes Albert l'appuie en de-
mandant d'y ajouter quelque
chose, l'addition est admise. A
l'art. 34, Telson propose que la
vente des spcialits soit exclu-
sivement rserv aux pharma-
ciens. Blizaire dit qu'une loi a
dj prvu le cas. Cette propo-
sition est rejete. Cinas proposa
one modification que Telson de-
mande de rserver. L'art, est
vot. A l'art. 35. Jolibois pro-
pose nn amendement. Blizaire
dit de ne pas tenir compte et de
laisser cet art. tel quel. Ce qui
est secept. L'ait. 3 est vot. A
l'art 37, Albert propose un*
addition au 1er alina, Piou la
combat. Proposition "jete
Art. 38 vot. Art. J? : Gilles
propose une modiication con-
cernant la double tacture a ta
blir.ll ht une lettre de Volnev
Jrme, ngociant bien connn
de Jrmis, qui met de fortes
raiaons.de pmaaantea conaid-
ratians contre ls double tacture.
La suppression propose est ac-
cepte. .
Victor Cauviu propose la au-
oreaaiou de l'article 40 par rap-
Su5 vote prcdent. Chete-
K prtend qu'on a mal vot,
ist article tant ncessaire. B-
aira dit de maintenir le mot
c'tuT.d.nsl'.rt. *.ft
u'on a dj vot contre Udou-
ST.factura, non p. le. Jflf
lecture qui doit tre remise 41 a-
chetenr. Brdy propose an **--
itermine. Victor Cauvin dit
*M ne laut pas que sous pr-
i- as d'sider le commerant nsi-
Las nouveaux Ministres se
sont montrs trs habiles, en
msrquant nettement dans
leur nergique dclsration
leur volont de ne pas se
soustraire au contrle des
Chambres. Us se sont rende
compte que le Gouvernement
de la Rpublique n'est pas le
privilge exclusif de l'Excu-
tif. 11 appartient aussi aux au-
tres Pouvoirs de l'Etat. Au
Lgislatif, par consquent,qui
peut, qui doit, soit par des
!
voir dont le moins que Ion |
puisse dire est qu'il est loin
d'tre enviable, doivent.avant
toute chose, dresser, mais
point par point, le pro-
gramme en vertu duquel ils
sont dciils gouvrrntr.Tout
flottement dans leur action,
toute indcision dans leur at- ,
titude conduiraient des d- '
sastres irrparables. Il faut j
qu'ils sachent, non seulement j
ce qu'ils feront aujourd'hui, J
mais aussi es qu'ils entre- ^
ALIX ROY
29 annes de succs.
sucgestions. soit par des prendront demain, et sous
moyens de contrle dfinis quel autre angle sera enyisa-
par notre Pacte fondamental, ge telle question qui, presen-
participer la gestion de la
Chose Fubliqne.
Qu'on le veuille ou non, les
Chambres Lgislatives issues
des lections du 14 Octobre
dernier reprsentent le peu-
ple. Elles sont l'manation
directe de sa volont. Il ne st
pourrait donc pas que l'on
tentt daller l'eucontre
de cette volont. Il faut
que l'on en tienne compte.
ASSEZ DE COMDIK
Monsieur Vincent, encore une coup de pierre, rien sous
lois, vient d'apporter au Parle- cupe e' se raaquent di vos en-
ment le rameau d'olivier. Et une lantillage* ?
entente est in'ervenue entre} Ne entez vous pas que la
l'ExCOtil et le Lgtslat I. Nous haine des uns et des Mitres,
te un moment donn, dans
une forme prcise naura pas
eu pourtant la solution que
l'on entrevoyait et dsirait. La
tche, comme on le voit, n'a
pas les attraits d'une grasse }
sincure. Il n'est pas toujours j
jonch de ptales le sentier
qui conduit aux honneurs.
Il faudra aussi que le Ca-
binet compte avec l'opinion
publique. Sans pourtant trop
s'appuyer sur elle.
Que l'on m'entende. Je dis: en J L'Opin00 publique est
tenir cempte. Tout autre po- femme. Par consquent, di-
litique contraire obtiendrait [verse, ondoyante, condamne
d'ailleurs sa sanction imm- [aux sautes d'humeur, plus |
diate. L'exemple du premier I soumise ses uerls qu' sa
cabinet de Monsieur Sluio j raison. Si elle s'eucoite quel-
Tiucent est trop rcent pour
qu'il se soit dj vade du
cadre des mmoires.
Ceux qui assistent rguli-
rement aux sances ue la
Chambre, reprochent quel-
ques unes d'entre elles (a tort
ou a raison je ne sais j de
manquer de discipline et de
rappeler plutt des meetings
de carrefour, thtre des sur-
enchres dmocratiques ( le
mot est du dput Chtelain)
que ces lieux graves et sereins
o sa discute daus le calme
la desliue d'une nation, et
d'o par consquent la rire
esl exclu pour la simple rai-
son que chacun porte en soi
le pesant souci de ses pesan-
tes responsabilits. H ue ten-
drait pas que les manda-
taires du peuple laissent la
pnible impression q u'a u x
iustants o ils discuteut de la
Chose Publique, c'est la pc
riode lectorale qui centiuue
ou recommence, Il y a des
lieux moins sacrs atlecls a
de pareils exercices. Que 1 on
s'y rende, aprs les sances,
en manire de recration.
D'autre part les nouveaux
Ministres sur les paules de
qui pse dsormais un pou- '
quefois d un hros.elle est sou
vent injuste envers un hon-
nte homme. Et elle confond,
parfois, dans la mme admi-
ration Georges Clemenceau et
Al Copone.
Il taut donc lui rendre stric-
tement les hommages aux-
quels elle a droit. Mais qu'elle
sentd au moment o elle les
reoit, que derrire le sourire
quis'panouildevant elle.ilya
une excellente tteuture et que
la main qui, sur sou passage,
soulve un chapeau respec-
tueux, peut manier avec au-
tant de gice, la trique ou le
fouet.
On n'est plus l'heure des
sentimentalits. Des succs
personnels,
Mais celle, haletante, o
les projets convergent
vertigiueusemeut vers leur
ralisation et i aprs avoir
tait tout le possible, ou tinte
dsesprment l'impossible.
Jil faut que les aces soient
sans bavures, et ne prtent
pas des interprtations di-
versesetcoutradictoires.Nous
sommes 1 heure du bilan.
Dans cinq minutes, ce sera
le salut.
Ou la faillite.
esprons qu'elle sera durable
pour la salut du Paya. N >ui
comptons Jonc sur k patriotis-
me de tous pour sceller su le
pass rceorl la pierre de l'oubli.
Car vraiment, nous en avons
dj assez de tous ces petits
animateur?, ces soi-disant t-
nors qui mnent la danse et qui
en ralit ne font que ligures
de bobards et de pufiistts. Nous
en avons assez de tous ces gui-
gnols qui, dans leur rolitique
mauvaise, nous compliquent la
situation. Si des comices les ont
envoys au Parlement, i's doi-
vent savoir que ce n'est pas
pour compromettre Jes intrts
de tout un peuple en organisant
une obstruction calcule. Il est
navrant de constater que toutes
ces collusions se compliquent
de dissentiments d'ordre politi-
que et d'un vil intrt da se
notre goisrne, notre |alou-
sie sont des taeteurs qui nous
divisent et qui nous conduiront
notre perte ? Faut-il vous re-
tirer le pouvoir des mains pour
vous t m pcher de nous perdre?
Faui.il vous gouverner coups
de trique pour a/oir une Hati
libre et prospre ?
Car il est remarquer que
dans le pass nous avons su
supporter sans rvolte des
gouvernements le satrapes o
taient supprims tous les mo-
yens d'obstructions parlemen-
taires el tous risques de triclions
entre les Pouvons de l'Etat. Est*
ce pareil gouvernement que les
incorrigibles rclamait encore ?
Quel sang avons-nous donc
dans les veine ? Me pourrons*
nous donc jamais user avec
mesure et sagesse des I bar es
'
que et d un vil intrt 0 se pubiiques ? NoUS e .ludons
conserver au Parlement. Quar.d J., iu*cnM ,de pouvant cou-
on lient la queue de la pole, d||ip- fc celte poiitMfa#: mais
on se garde bien c la lcfa poaf bien collsilK.I|. ., psent
et l'avenir, il laut invoquer la
pass. El rappelons-nous que
nous sommes encore dans lea
serres amricaines.................
Nous qui crivons ici, nous
il sembie que la devise esl que
ce qui est bon prendre est bon
garder. C'est donc un crime
de vouloir ainsi lancer le Pays
l'aventure quand nous avos
eo mains tous les atouts de
le tirer de l'oppression et de :i.aV()lls ,'amai3 : nourris dans
la honte dans lesquelles onil a srH||s (le |a poli|iqu,. mMli
plong. Cette sinistre comdie dj mUieux de liaf, ,,
a assez dure el .1 importe en ce jde ^^ ^^ %. ^ p()i:s
sommes toujours tenus loin des
lormulea tactieuscs et nous nous
en tlicitooa. Quant a moi dont
avant le dnouement qui pour
rail nous tre fatal,
Sommes nous rellement un
peupla incapable de compren-
dre et de saisir toutes les nuan-
ces subtiles de la diplomatie el
de la politique extrieure ? Ne
les ambitions politiques sont li-
mites at qui point nu serai mi-
nistre, pas mme nationaliste, je
ne veux tn'attaclier obstinment
del poiiuque extrieur 7e qu'ad iPav,ii et la production.
savoas-nous pas que Icsgouvet- J ce|- ., llOUSlJaJ, 1X et
namenls eu gnral ont des ^ <.., pourquol cot
prolecoes. de..lois et accord ^^ Mf
qui ht ni lents Pays entre eux et y oJlre au p a?lement
que seuls la dip BatwttiM j ^ demandons cc Parle-
tribunal Internationa peuvent llexploltcI en |)leine har.
les dlier lut. de l autre/ ^"., f .onie la chance de salut public
vons-nous ignorer tout cela? ofter| Car nous
Ayons au moins du bon sens. J tre nuisibles d'a-
Ne voyez-vous donc pas, hoM- h rf noUi.m IR.S e, aux in.
mes imprvoyants, que jJe du d { M
tautre cot de la barricade,
ceux-l que vous voulez bouter 1
L'HOMMt. DE I-A HfE.
"l
tien, on l'embarresse davan-
tage et il demande la suppres-
sion de lai ticla 40. Aprs des
observations de ohatelaiu, tir-
dv lormuie une nouvelle pro-
position du, libell de l'article
encore au ministre du Com-
merce qui le renseigne. U
propose de supprimer les
mots en d'achat . Ce qui
est ;.cepte. liurr Raynaud
demande d'en supprimer le
I
fu,i"uu ------- ------: -aemanae oen supprimer te
40. Vaugues.'jpropose aa autre!. h Blizaire oro-
rftgtt sfa EEHSin,enir-ar"-
Pierre Louis appuie Vaugues. Icie * esi voie.
Blizaire propose une nouvelle I ^ l'art. 44, Cauvin pose une
rdactioa. Brdy propose de
rserter l'article 40. Ce qui eat
accept.
A; l'art. 41, Victor Cauvin
demande au Cabinet de don-
ner son opiniou sur cette loi
prsente par l'Excutif. Cet
l
question au ministre du Cour
merce qui y rpond. Aprs
une observation de Zamor,
l'article est vot. jLes arts. 45,
46, 47,48,49, 50.51, sont vo-
ts sans modifications.
A l'art. 52,Vaugues propose

a - vu----------------- -------------------------F -----o ^-------1^---------
article est rserv cemme con d'ajouter un alina, qui a ele
squence du prcdent. A Par
ticle 42, le ministre du Com-
merce rpond une observa-
tion produite par Victor Cau-
vin, en iixant la diffrence
entre la vente en gros et en
dtail. Burr Raynaud dit que
l'art. 13 dont il donne lecture
dtruit ce que dit le Ministre,
l'ait. 42 est galement dtruit
par l'art. 13. Il propose une
modification. Cauvin deman-
de encore une explication au
Ministre,qui la lui donne. La
proposition tfurr-rtaynaud est
vote. m
A l'art. 43, Cauvin s'adresse | par le doy
accept. A l'art. 53, Pierre-
Louis propose une modifica-
tion qui a t vote. Elle con-
siste a supprimer I a s mots
sans frais m.i assist de son
greffier . Brdy propose de
dire les livres obligatoires
seront viss par la do ver, etc.
Le ministre du Commerce
propose que ces livres soient
viss, paraphs et cts, etc.
Adopt. Les art, 54, 5,5G sont
vots. A l'art, 57, Pierre Louis
propose d'ajouter an visa de
110 gourdes et 0,05 par feuille
du nouveau livre percevoir
par le doyen. Vot. Les art.
58 et59 sont vots. accepte. L'art. G(.) est vote.
A l'art. 60,Vaugues propose Cauvin propose de lever la
d'ajouter; wsous peine de des sance, vu l'heure avance,
titutiou pour les Coasinissious Ce qui esl accepte.
Communales qui au root d-
livr patentes coatrairement
aux dhpositions[de celte loi.
Albert dit qu'o doit tablir
une diffrence autre Com-
missioas .Communales et
Conseils, ^Communaux ou
mme les receveurs commu-
naux.(Jui denc sera trappe J
Vaugues expliqua que c'est
l'Administration Communale
quien est responsable ; c'est
une] entit an lieu que le
receveur n'est qu'un simple
ionctiouaairc. Si une faute se
eoinaiel,c'est donc l'adminis-
tration Communale] qui doit
tre lrappe d'une sanction-
Brdy dit que c'est le rece-
vear qui dlivre les patentes,
et pour ce tail.il est indpen-
dant du Conseil Communal.
11 propose de dire: t le rece-
veur relusera.sous peine de
destitution, de dlivrer pa
tente tout commerant 'qui
ne tiendra pas de livre.
La proposition Brdy est
vote. A l'art. 6!, le (Jomit
a propos une modification
qui a t accepte. Va lignes
Propos
humides
o
J'ai rencontr l'autre soir un a-
toyenjqul tait fort excit. Il pestait,
rageait, tem|>Uiit. Nous nous con-
naissions. Ja l'abordai s;i!i> hsita-
tion. Je M lus pas longtemps savoir
les motifs de sa violenta colre. Il en
bouillantait ces messieurs de U
Chambre haute et del chanihie lias-
se pour s'tre vot les 100 loti, de
frais. Malgr la constitution, protes-
tait-il. Et aprs cette augmentation,
il* parlent encore de prolongation.
ils arriveront bientt! (inamovibili-
t parlementaire...Oai, pourquoi pas '.'
Nos reprsentants actuels peuvent se
perptuer. Ils sonl le MCptai ultra du
nationalisme...
Je l'interrompis:
Kst-ce (|ue le dput Durville Jean-
Franois a vol las 100 dollars ?
Le vote a t unanime.
Frre, courons Nous allons de
suite,et cela nous disposera* mieux
comprendra notre humanit, vider
quelques petits verres d RHUM SAR-
THE CACHET JD'OR. Entra nous,
cet messieurs seront dsormais mieux
en mesura de nous en oll'rir.
Assurez-vous contre accident
I a la General Accident Ftre &
j. .-------,------- .0------- f ,a w ucm.si *'ii.i:iuciu nie a
propose de dire un dlai dely|e Asusrance Corporation Li-
ti mois partir de la promu! I rnited . Vve F, Bermingham,
gation del loi, modification* Aiteat General pour Hati.
... suit les pripties de la
campagne lectorale dj aa-
verte... au barreaa. Un de ns
vieux aiais, qui a les heneea,
urveitie .-.vu un soin touchant,
^,o^ inlgance vesimeniaire.
Il se dit <|ue des dnier* h au-
raient t lai'es aupis d'un as
du Palais militant ici, mais ias-
crii a une ville d" pr>vinc,po.ir
le por'er devenir ofnci< llnnent
de l'ordre des avocatp de Port*
an-Pi inre, dont il dev endraii,
peu!-lre, le CU f. Mus..
Des doutes I niais vous tes
dj lu. cher Matre,
Oui, 10 m me H iand. mur-
mura-'-il, cigaretle au coin do-
sourire.
*
*
... a vu un chaiillVur j u. sous
la plaie, essayait de faire eu'rer
ton camion charg4i bouteilles
vides sous une galeiie. Histoire,
sans doute, de protger -ni
moteur pendant qu'on d-
barquerait les caisses de boti-
teitles. Les coup de volant suc-
cdaient aux coups as vo'ant,
les back aux mouvements ea
avant, sans compter les san-
glots d'un claikson en dlire.
bt le camion s'obslinait ne fias
vouloir pntrer sous la galerie.
A la li 1 le vliaulleur se dcou-
ragea. Il changea d ide, et le
dbarquement des bouteilles se
lit paisiblement sous la pluie.
Mais sur le moteur M avait d-
ploy un suc de cal, vide na-
turellement.
... voit que la siatnede t'tion,
rige un square ll'e .'hibeis,
si envahie par Us herbes toiles.
Ce ne sont certainement a>as
colles de l'oubli, parce que lers-
que le vent passe dans ces her-
bes, elles entonueiil un hymne
a la gloire du Fondateur de o-
Ire Rpublique. Un hymne daat
il se passerait bien. Un peu de
propret lui tarait plus de plai-
sir.
... a vu, avant-hier, la loce-
metive qui transportait, dans
les wagons qu'elle conduisait
majestueusement, les eennee de
la nasco, toute enguirlande de
fleurs. Une belle geibe rutilait
devant elle, comme une jolie
lleur la boutonnire d'un char-
mant cavalier. Ce signe leoii
marquait que les coupes de
cannes avaient fini. C'esl ainsi
que la locomotive de la Hasca
annonce la fin de la rcolte.
Voil les Heurs qui n'ont pas d
faire plaisir tout ceux qui tout
le long du chemin qui va de
LegAne la Haso, se taisaient
uns; grand plaisir'de prendre
au passage quelques cannes qui,
pat l'ois, oui apais, des tamis
qui avaient pas.se toute une
journe sans une lueur d'espoir.
... voit que par ces temps de
pluie incessante et orageuse,
pluie que Faul Morand appelait
peu potiquement une coliqne
du ciel, il est prudent d'aveir
chez soi sa bouteille de Barkttn-
Cart. Rien ne rchaufle davan-
tage lorsqu'on a t mouill par
l'averse.
... voit aussi qu'il est bon de
ne pas se priver de bons livres.
Ils chassent l'ennui pendant les
jonrs gris dp l'orage. Mais aussi
laut-il qu'ils soient bien relie*.
Cela n'est plus un problme. Ou
n';i qu' se rendre, pour eue
servi a souhait, chez tiem e
Camille, rue Bonne-Foi, auiit-
meni dit, rue Honx, tou pi> ta
la Pharmacie Sjourn.
...a vu, dans u:i danos grand;
c*ls, un de nos meilleurs ama-
teurs retuser c cocktail ejii lui
avait !c .servi.
Mais pourquoi? loi d't e
garon
Parce que il n'est pas au
Rhum Coulce iOr, d'Alix Mo y

j. *
ft
.#*\'.


PAGE r 2
frmm* i i.nr'......*
Le microscope prouve
que le repassage
conserve le fil
Uuaiul \oiii l'examine de plus prs,
vous tarez mieux convaincu que le
lil dee lame* Valet ait plat lin ai plu
et que estai dM Mire* marque.
l,a meilleure la* a rastr ci deraeon
Bl dlicat par ruaaga.Umemacneaa
arrive avaqla Valet mais on peut le
repaaser nouveau, jour pre Jour,
aveclerepaasear Valet pratiqua.
l es lamea Valet sont d'acier spcial,
4e t iv m ne triple qui conserve soe lit.
la Valet est une lame diffrente qui
apporte uae barba diffrente et man-
ieur.
achetez nn paquatde lames Valet et
n raaotr Valet aujourdhui mme.
En vate complet partout a an
prix modique.
RASOIR
1)K SURETE
Las mfaits de
[,1a darnira averse
La lernia exprimentale de
Damien a subi de srieuses
avaiies du lait dei pluies de
la journs de mardi. De nom
breux torrent qui viennent
te jeter dans les caniveaux
da la roula nationale Part au
frioeaCroix des Missions.
< nt, par le ngligence coupa
bleda la D. G. T. P. envahi
toula la partie ouest des
terres del plaine. La route
rtle mme tait transformB
eu ua frai fleuve et les com
municati u tarent impossi
n'es avec Tort au Prince.
11 est vraiment ternes que
la D.G.T.P.fasse cessai- celle
honte, qu'est la route Tort
au Prime Croix des Mis
Ions t pente srieusement
creuser des canaux (|tii
conduiraient la mer les
eaux pluviales qui jettent la
dsolation a chaque lois
qu'une srieuse averse se
produit.
Hom Unie
Le al*ainrTiU'icse Horne1
ele retour da Kingston, touche
ra ca pou vers le 1er juin en
route pour l'hu ope via Us
ports du Nord, prenant liet
et passagers.
REINBOLD& C, Agents.
LE MATIN- 21 Mai 1931
Autour du Coacours
de beaut
Vu le nombre croissant das
sandidates, il a t drid
de ne publier dsormais que
les noms des personnes pour
qui on aurait anvoy nu
inoins cent bulletins,en atlen
dant qu'elles arrivent a obte
nir le nombre de votes obli
gatoires.
D'autre pari,afin de faciliter
toutes celles qni se sont dj
prsentes et qui ont relle-
I ment du mrite, atin.d'autre
part, de taNoiiser les Cheis
lieux des depai ttaaents.l'orga
nisateur, aprs m vis conforme
He la prsidente da jnry, pro
longe ie dlsi de clture du
scrutin jusqu'au samedi 6
juin prochain, et iixe le nom
bre des bulletins obligatoires
a cinq cents pour la Capitale
au lieu de 800 et 200 pour
les grandes villes de la Pro
vince, u lieu de 100.
Pour les petites villes.compte
sera tenu de n'importe quel
eliorl qu'elles auraient fait.
Les journaux qui ont ai-
maniement contribu jus
qu'ici au succs du concours
continueront le service des
bulletins iasqua culte date
du 6 juin.
Lu dernire heure, Nielles
Mercedes Thard a ohteuu
Les Assises
Avant-hier a t jug le nom-
m Malherbe Ducern, prvenu
de meurtre sur la personne de
la dame Lucie Brmont. Le
Tribuuel tait prsid avec la
dislinctioii,ei la souriante auto-
rit qu'ony-lui Sconnail par le
juge Thomas; le Parquet repr-
sent par les substituts St.-Fort-
Colin et B. Desgrottes. Au
banc de la d.lense se trouvaient
M,s Henri Coiscou, P. D. Plaisir
et Ren Isidore. L'accus, aprs
une brillante plaidoirie de M'
Coiscou, a t acquitt.
Il nous est agrable de signa-
ler le passage de sa plaidoirie
o M* Caiscou a parl de notre
journal :
Comme il psera lourd, dit-
il, ce matin du grand compte
quand, traduit par devant un
tribunal encore plus terrible
que les assises, notre accusa-
teur prendra connaissance de
toutes les lameatalions d'une
innocence qui alors, alors seu-
lement, demandera justice.Com-
me il psera lourd pour l'accu-
sateur lorsqu'il lui faudra aflron-
ter ce jugement sous les regards
impassibles et perants de l'O-
pinion dont on n'a pas voulu
couter la voix L'Opinion !..
Il est dans Port-au-Prince
un journal qui tient toujours la
balance gale entre le riche et le
pauvre, les faux nobles et la pl-
be. Ce journal quand il doit
dire la vrit et quand tout le
monde tremble ce jonrnal ne
considre ni le rang m le gradt,
m la lorce, m la puissance, ni la
richesse des intresss.
La voix de l'humble, les
plaintes du pauvresont toujou entendues par ce journal. Et
pour toutes ces raisons ce jour-
nal promne toujours la tl
haute toute une vie de crnerie,
toute une existence de fiert, Ce
lournal : c'est I f. Matin!
Tous nos remerciements
U* Henri Coiscou.
Socit dli'loire el le (roy rapide
d'Hati
o
Le centenaire l'abb Grgaire
C'esl la28 mai 1831 que mou-
rut Paris un grand ami dei
notre raee, l'abb Henri Gr-
goire.
La Socit d Histoire et de
Gographie d'Hati commmo-
leiace cen enane le dimanche
31 mai, 10 h. a. m.
lue confrence sera pronon-
ce ce jour-l par M. D. Vaval,
la Biolio'hque de l'Amicale
du Lyce Ption.
Les membres de la Socit et
le public y sont invits.
plus de votes dans la catgo
rie des claires : YvaMe Thi
bule dans selles das uoireset
Lise Bouchercau dans eelle
desbrun ei.
Demain ce sera peut tre
Gisle Dejaan, de uauveau;
Marie Henriette Roy, Sinaoue
Mal val et ?... On n sait pas.
Echos
Toutes les Polices *
Nous avons reu] le tasci-
cale du mois d'avril de.la ravae
Quo Vadis, Hati? qui pu-
blie d'iatressants articles doat
nous recommandons la lectare.
A signaler une lettre du profes-
seur Ont. Liad at la rponse de
M. Flix Magloire.
Par suite des fortes pluies
d'avant-aierunboulemen! s est
produit snr la roote de Pl ion-
Ville, Gros-Morne, emportant
environ le tiers de la voie. Le
danger est grave quand on sait
qu'avec les pluies quotidiennes
cette portion de la route peut
entirement disjaiaitr^. Hau-
reusemeut ftu'uae quipe d'o-1
vriers a t envoye d'urgence j
sur les lieux sous la direction de |
l'ingnieur Pereha. Nous cro-,
yons savoir qu'un mur de bar-|
rage sera construit. .. ',
Demaia, grand raateh de
boxe, i Cin-Varits entra Th.
Guerrier et le Tigre Cubain. En-
tre : 2 at 3 gourdes.
On a dmoli l'ancien local
de l'Ecole de Mdecine o avait
eu lieu en 1882 notre grande
Imposition. Encore un souvenir
historique disparu.
Pour vos cartes da visite
et tons autres travaax typogra-
phiques allez chez Lh. Morisset,
ea face de la Glacire.
L'U.S.S. H. prie les joueurs
inscrits des clubs de se procu-
rer leurs cartes d'identit avant
l'ouverture du ehampioanat le
31 mai courant. Sans cette carte
ils ne pourront avoir entre au
Parc Leconte.
Grande manifeslatioa spor-
tive : Dimanche, match formi-
dable de loot-ba I l'occasion
de l'ouverture du championnat.
KacingArcahaie. Entre: Une
gourde.
Depuis quelques jours, le
eutenant hatien Mode s'occu-
pe du service de la police. Sa-
ratdi soir ses activits s'exer-
aient dans les quartiers popu-
leux de la ville ou il dsaimait,
accompagn de deux dtecti-
ves, tous ceux qu'il rencontrait.
Nous devons ajouter qu'il y
mettait des formes.
Une nouvelle Imprimerie
s'est ouverte sons la direction
de Si.Virgile Valcin, ancien di
recteur de l'Imprimerie Natio
nale et typographe de carrire
Les travaux qui sortent des nou- '-
veaux ateliers sont de toute ,
beaut et excuts d'aprs iou- ',
tes les rgles de l'art.
Les dernires averses ren- !
dent absolument impossible la '
route de Port-au-Prince a l'Ar- j
cahaie. Le> autos qui devaient
se rendre Saint-Marc, Gona
?es, etc, ont d rebrousser che-
min ds l'endroit appel Pont
Cass, non loin des Sources
Puantes.C'esl lanicniab'e dirait
Lhrisson.
Il y a eu une panne d'-
lectricit avant-hier, vers les 10
heures du soir.Obscurit totale.
I.i ville tut plonge dans les t-
nbres pendant prs d'un quart
d'heure.
La Hadio Station HHK qui
tait actuellement de la rclame
pour les grandes maisons de \o
place, et par consquent de la
concurrence aux journaux nous
demande de publier son pro-
gramme gratis. Toute la press,
naturellement, a protest contre
tant de cynisme.
g comprennent la Protection contre la
Fondre sans auqm ntation de tautsj
| EuflJj>Boss#Co
* Agents Gnraux
< Looping tha Laop
Haitiana.
Un bouffon, le clown Potlo,
Idole du public n'est pas dupe
de son succs. Sous son mas-
que et derrire son rire il y a
1 homme, celai qui aime et qui
soutire.
Et|cest li que se trouve la
tragique rivalit entre le clown
et le trapziste* le drame se d-
roule violent au milieu des at-
tractions! multiples;,,m ^dange-
reuses, das irissonslsecoaen' les
spectateurs au rythme de l'ac-
tion mene suns arrt par Wer-
ner Kranss, Warwick Ward,
Jenny Hugo et Gina Mnes.
POK RIRE H SOCIT
r.mm. m HH, #*,. PmM+
"* M-.l.,... ry.M,M. Mat.
r. I Mr. lia. ,*., M-
'"'' *"wsi mai
g eaaaaae, a* m. D
aassassaaaas w s"
CR SOIR
A la demande d'un groupe de gentilles demoiselles :
La Cabane d'Amour
Avec Ariette Marchai et Malcom Tod.
Entre : () ji() ; Balroa : 1.00.
DEMAIN SOIR
\ la demande des mamans qui dsirent accompagner
leurs enlants :
L'ENFANT-ROI
(SUITE)
Entre : 1,06; Dalcen : 2,0f\
DIMANCHE
Une superproduction pleine de multiples attractions
LOOPING THE LOOP
Ealre 2, II, 4 gdi.*.
CE SOIR
LES 3 MOUSQUETAIRES
4e chapitre.
LE TIGRE SACRE
le pisode.
Entre: 0 iO
DEMAIN SOIR
A 8 HEL'KBS
Grand match de boxe
En dix rounds de 3 minutes
Le grand Champion Hatien : TH. GUERRIER 112 livres
LE TIGRE CUBAIN 145 livres.
Entre : 2 et '.i gourdes.
jinauauiuniiiitiirtiimiifiMHimiimHiuiiiiuniiiiiiiiiiJH
GOMMENT
RAJEUNIR ?
I.M travaux de nnmbrcmx mdeelty
fraiifait et tranfii'rs entrepris depuila
tomtnnnication mmorable de UHOWN-
SF.tJl'AlUJ sur la possibilit da rajeunir
l'tre humain par 1 absurptioa da lande*
frnfhas d'animaux, ont fondait a ertta
conclusion maint fois vritla, qu'il ast
maintenant possible, Mni avoir raoour
aux procda opratoires (Stciuaali,
Voronoff). le restituer l'organisme,
chee l'bomtn* nomme chef la femme,
ton nergie et sa vigueur perdue* i la
auite de maladie, de fatigue pbyaique
ou crbrale, de vieillesse prmature,
et d'effacer les stigmates de cette d-
chance prcoce.
Brochure gratuite et vente ;
SJOL'RNI'C, W. FIl'CII, Port-au-Prinu
t dans toutes les bonnes pharmacies.
LE GLANDOPHILE"
Stuli distribufurs : A. THOMAS A O*
15. Rue Martel, PARIS
niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiu^
A Vendra
5 Collections du Moniteur,
Annes 1908 1910,1911,1912
et 1914.
2 Collet tiens du Matin, An-
nes 1907 et 1908.
1 Collection dD Soiwelltsle,
Anne 1907.
Pour conditions, s'adresser
a hlii tin > M. A. Isidore.
Avis
Le contrleur du (oaver-
nement prs de la Coaipa-
giie clEclairags Electriqae
attira l'attention du pualic
sur le danger qui existe
modifier las tu si Itlas de scu-
rit placs par la Compagnie
j al contrls par lui.
Des commencements d'il
etndie se sont dj pradui
! par Rriita de cas modilics-
: lions nuisibles, laitas en de
hors a"e tout contrle par 11
uhstilulion de pices ie!
uickel.au ulrescouduoteurs,
en Heu et plaa des bouchoui
ti'.s'l les rglementaires.
Oatre le danger auquel i
rxposeat leurs maiious, ili
adoasent du mma coap la
responsabilits prvaes par
la loi dans les sas diassn*
die.
Port-au-PriDee, ce 27 m;
ESTOMAC
Rimli isuvsau
GASTROCALMIflE
Weafe pur lu $p*m ' * .
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS-.rESTOMAO '
ULCRES GASTRIQUES ,
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDE
en IV C0RUB.IW
7, if. C*wtt-Ce*0x rAKIS Y
MN VKNTL i m
* r*-uu-?'lf rttrmtt. t m. IU0M
et teetu Iikh PH.rnaM,

1931.
Jh. AUBRT
Iagaieur lectriciad.
Contrleur du Gouvai
aient prs de la Compagnil
d'clairage Electriqae.
m
Usine Glace
Z^m* .do Port-au Prin<
Messieurs les Actionaaii
de l'Usine Glace da Por
au Princa sont convoqus elj
Assemble Gnrale le lunif
1er juin 1931, 9 heares dl
matin, au sige social de'
Cie;sis rue Dants Destoucbc
Ordre du jour :
1 Rapport du Conseil d'Ac
ni i n isti u i ion paur l'I-^x.expir.]
2. lkclions des Membi
du nouveau onseil d'Adsai-
ui& rjitit.r. g
'6. Divt rs.
Port an l'rince.le 14 mai l
* Le Vica Prsident,
E. J. BOURQUE
Achat da vlalllaa
monnai
Si voas Pavez de visil
monnaies amricaines ^ e1
(hatienni5, Or,Argant,Ceiv
vous obtiendrez les sneilie'
prix en las vendant s :
Docteur LOCY
Hpital Amricain
Peu de Chose.
Le Rhum Barbancoiirl
Doat la renemme est aiairerselie a gard sa premire place*
Demandez partout :
W^raocdWTCaars.
le

k


*
LE MATIN 28 Mai 1^1
.SBLV-l teW^>
LA GRANDE LIQUIDATION
CONTINUE A MOITI PRIX.
CHEZ
Vincent Creidy
A l'angle des ruei du Magasin de l'Etat et Pronls-Fort
La Muiscii cflre ui e dernire occasion '.tout ceux qui voudraient prol'tr
de cette liquidation, par un achat cm block ou en dtails de son stock de
m;ichjniistj ataurties dont les prit deieut toute coucurence.
Vu |* Graud B ibata qu'elle accepte pour en flair.
Tende ac ou e deux.
Pfil ancien!!
Voile cou!, tleurs Gds J.00
Jaarquisetle pois 110
Diablement-fort 1.00
dont) e til 1.50
a fleurs 1,25
i.dienue coul. asst. 1,40
kt pii.str ray a Meurs asst. 1,50
Voile coul. leurs s s i. i,75
Voile raye salin asst, '2 00
Voile ray de saie assort. 2,00
Voile uni coul. assl. sua. 2.00
Voile suisse fleurs asti. .'!.()()
Organdi coul. u i asst. 2 00
Ratine blanc 2.M
Gabardine fleurs coul. assl. 2.50
BapUatcoul. fleurs asst. 2 00
Imitation tussor 1 50
Fercaiiue coul. lingeries 1 50
Simiry blanc sup. 3 00
Simily coul. sup, 2.5*
perai blanc sup. linearies 3.0i
Foulardine coul. up. asst. 2 60
Soisettt nouveaut In p. 3.00
Foulars sup. pour roses 4,00
Tricolina dessius blanc 2 50
Tricoline dessins chem. A 00
Tricoline uni coul. et hltac 2.50
Tricaline dt soie ext. sup. I
Tricoline de soie coal :i,0
Tricoline ray pour pyjamas 2^50
Tricoline i fleurs pr robes 2.00
pique blanc chem. 3 00
Calicot Social Mtdapolame 1.50
Zphira franais chemises .'{,00
Zphirs ray coul. chem 2.M
Zphirs ray soie chemises 200
*atiu de chine pour japons 4 00
Patl'a soierie pour robes il 00
nouveaux
MO
0,75
0,00
o*o
0.75
0.80
0,90
o,yt
1.00
1,00
i.to
Ml
1,00
1,00
l.M
1.00
1,00
1.00
1.7*
1,25
1,50
1,25
1.75
2.C0
1.50
1,50
1.25
300
2 0
1.25
125
. 1.50
0 90
1,7*
1.2*
1,00
2.00
2,00
Chipsonetle de soie
Voile li'anaise de aoia
Bas de soie au crochet
lias de soie extra sup.
B Casimir fracuis coul.
|Drill shuutung lit dl.larg,
I Diill Gabardine ray
I mil union t)l;nr
Khaki jaune anglais
Drap noir franais
Alpaga noir sup.
Drill .oui. asst.
Quatre l pr cadre
Khaki pour chemises
1 chaussettes pr nom. don/.
pr entants, pre
i pr c.idtts
Chapeaux paille pr hom.
paille pour hom.
t i
c
Chapeaux laina pr hom
Chapeaux laina pr entants
Bas dt cote pr daines
Bas l sup. pr dames
Toile drap sup.
Coavertuies de lit blanc
c dt ut,laine
Serviettes de bain
Serviette de toilette
Tapis descente de lit
i amuses pour hom. ass. de
Ptignes corne franais de'
Bard brode
Entr. brode
Siamf drap
Drill gabardine uni
Chapeau laint, pr cadets
10,00
8 00
1000
12:0
7 00
20,00
00
3 50
.00
3 00
20,00
12.00
175
1,00
2 50
15,00
1,50
2.00
10.00
12.00
11.00
17.00
12,50
8,00
12 00
20.00
n.i 0
2a 00
10,00
80.00
10 00
15 00
3 00
0.50
10 00
8 00
1.00
afin
10,00

i
5,00
4.00
5 00
7,00
4.00
1^,00
4 (in
2 00
250
1,00
10 00
0,1*0
lOu
2,0o
1,5"
*0"
1.0"
1,25
0,00
7,50
10.00
10,00
7.10
4,50
7,00
12 00
2,50
12.50
5.00
18.00
6 00
7 50
5 00
2,00
500
4 00
0 90
2.00
0,00

bai
p
IS
NOUS OFFRONS AUJOURD'HUI
Ciment par sac Or 0,80
Tles 29 0,48
Briques LA B AUDRY 10,00
LE TOUT POUR BIEN CONSTRUIRE
L.PREETZMANN-AGGERHOLM & C.
S_i_U2- DENTS
Kmgm *. Ommim RR H&S7_^.-*_tf _a&M[
tnmm hmfu ..tte-t I. nftMMlr. -..- Mlnitoifli r*~f__ .*_
_____rt Mu* r_-Xw/ Uirl,, t.. 1. rf m.Mm tttr>mr*mmm\. % ffc
BAUME TUE-MaCRF MIRIQA
*------- ~*< rn-M>rfto- : r_- ace*.
Min. SmI
Concours de Beaut 1931
Bulletin de vote) dtacher
Ya'.c donne Mademoiselle :_________________________
De nationalit : ______________________.
*U PLUS AGREABLE f
DES m*__ t dm milu-v ,
ssnnsisssnt tout las jouit qve '
Fa-iilt de toit de monta m_-
sious oat U niera b plus
agtmbU d'obtenir Ut bi_vt__
eut la sant de cette nourriture
tMMOI StttnHtlU,
ion Scott
1
Suance :
Comme candidate au coucouts de beaut 1001.
N. B. Ce bulletin, dlaeh du jouro;.i L_ Matin . sera
adresa a M Lac Dorsinville, qui la transmettra ta jury. j
t et l'huile de foi* d* monit
pure aulaonna, c'est-e-dira
mi'Ile ast prpar- pour une
diftttion f teilt. Aprs tout.
c'est ce que vous ou votre tn>
bnt digroz U plus facilement
qui vous procure les meilleur
Donc, assures 00m pue Huait
ootre ramifie fit mui- f
efane. PtiwVEMUL'
S1QN SeOTT-'m
\
cou uns
L'appareil de choix, l'appareil qui ottre
le plus de garantie,
L'INSTRUMENT SUPREME
Clatl
Solidit
Pu rot
Prsentation
le modle 613
Telles *onl les qualits exceplionmlrs que le
GARAGE KNEER
vous flre en inslnlltnl une de as machines chez vour. Toute la musqu du meule est v.rre
porte.
Venez au
KNEERS COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ce modle et vous serez con-
vaincu de sa supriorit.
JSi'oubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement.
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince.
Agents 1 F. CPR1EZ Petit-Govt
C. PINAKU -.Saint Marc
COM 1:0/0 Ctyes
Mi.iiiC. DOUG- Jacuel.
Ecaile/ 1rs cetcnls C 0 LU M BI A la station II. il h. ton Ifs taaifffiil Mr.
_. ___?
ttsfiB_troNi
^PASTI LLE>^4J
Il RATON
_(-..< exiTii o u y a
B/VV1M_ B_
LM>
La Coquette
Salon dt coiture de M. Si*
muel Vtreira d'o l'on sort tou
ours satisfait.
Ou4rte)o_ k.__io-.i ci m
GOUTTE RHilMATI_imc
NEVRALGIES
Or. Betiuc\ u, Bua, Pari^
Roval Mail Steam PacketC*
i-n > ru ...... va .un .u i *
urs satisfait. | t e steamer M ddlemoor est atten lu iri le 27 mai par
Tlphone : 2544.-Angledea \ )e mme j(,ur.viales ports du Nard pour la HW-e
rnesSt.-Ho",orf et Rpublicain .
A La Coquettk sont annexs
an Bar et nn Restaurant orga-
nise de faan donner toute
8ali9fae4iea i la clientle.
\ i/;r>.L ) 1 If j
I. J. BIGIO,
AgaatG-n4r1
r Tlpbaue, No 2-1
Mosaques Hatiennes
surane ut
Une des plus iorte CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
hUG. Le BOSSE & Co.
Aaents Gnraux
a
t
I
i
ev
__*- -
OMBI -_< -1- '-
jr-
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Uieniin des Dalles, 1224
raSphone ; 2tft0

\


Jeudi
28 Mai 1931
Le Matin
4 PAtftES
* rwr j. \wfci
#*e^*
SW**
5etrt inNi Iv 7289, 7292
r 7lfaoae : 2242
Trading Company


l'honneur d'annoncer sa charmante Clientle qu' partir du 1er Mai et en ve
de lui donner pleine et entire*[satisfaction, la Direction a pris la dcision de trans-
frer le Dpartement Victor de l'anale des rues Dants Destouches et de l'aalit son
magasin principal situ au coin de la rue du Centre et de la rue Dants Destouches.
THF. WEST 1NDIES TRADING COMPANYfiprottc l'occasion do Pour remercier
ses aimables clients du concours qu'ils n'ont jamais cess e lui accoider et leur
Garantit de trouver du personnel la mme amabilit et la mme courtoisie.
Foil-au-Prince, le 30 Avril 1931.
-
BIRE NATIONALE*
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr sa qualit
suprieure.
Protgez votre ooche et
votre sant en la buvant
toujours.
Vente
PAR
Convention spciale
ET PAR
Autorit de Justice
fleur, propritaire, demeurant
ut denaicili Pert au Prince,
ayant pour a rocat Me Fernand
Leroy, au cabinet de qui, sis
en eatte Tille, rue du Centra,
No IS62, il lait lection da
domicile, contre 1 les mi
neurs Frilzber! Geflrard Boute
et Franck Geflrard Boute,
ceux ci pris en leur qualit
d'hritiers de feu Mirabeau
Geflrard Boute, et ayant corn
me tutear datit le sieur Vie
rminiis
PLACE DESSALINES
Cal chic. Restaurant!
de premier choix o l'on'
trouve toute heure les)
consommai ions les plusd
licates. i
Sandw iches sans pareils.
Votre premire visile
A
Hlel AiiNoni
En ve-tu de la grosse en
forme excutoire d'une obli-
ge tiop hypothcaire en date
du vingt deux dcembre mil
neuf ceui dix-neuf, passe au
rapport de Me M nie Jacques
Chryseslmo Kosemend et jtor Geflrard"Boute, et subrog
son collgue, noianes a la re liiitenr, U sieur Houaaez H.
sidence de l'orl au Pnnce.rue Guerrier, les dits sienn Vie-
du Peuple; 2 d'un c-oni-jtor Gellrard Route il Kouane*
mandement en date du qua- p. Gueniar demeurant et de
turze mars mil neulcent vingt micilisa Potau Prince :20
naul demeur inlructuenx : M,ne &mmtUf[ f. Kelson,
3 d'un ingement du tribu ne Maria Biie.et, S nle sieur
nal de Premire Instance de I Victor Geirwd Boite, ce d-
Port au Prince, dat du vingt fbitaurs aolidaires, demeurant
deuxmci mil neul cent trente et domicilis galement
dment colla donn, ftcel', [Portaa Prince,
enregistr et signifi; 4=| La ventedes dils droits et pr
d'un commandement en clatc tentions aura lien sir la mise
du vingt deux juillet mil neul j prix de Mille neul cent soi-
xante quinze Gourdes quinze
cent .'rente : d'un autre
commandement en date du
vingt cinq juillet de la
me anne, demeurs gale-
ment infructueux, il s?ra pro-
cd le samedi que l'on comp
teia trente mai mil ucutcenl
trente et un, dix heures du
matin* eu l'tude et par le
ministre de Me Chrysostme
Hosemond, notaiie la rsi
deuce de Port au l'rince, rue
du i rupi' la vente au plus
offrant et dernier enchris
seur des droits et prtentions
gnralement quelconquesue
x*nie
centimes G. J.975.15
mc reprsentant le montant en
principal, intrt jet Irait de
l'obligation hypothcaire en
question, y compris les hono
raires de l'avocat poursuivant,
outre les charge* de l'eut are
et sans prjudice de tous aa-
Ires droits dus, trais de pour
suite et de mise excution.
Pour plus amples reusei
gueraenh, s'adresser au No-
taire Chrysoslme Boseraond,
dpositaire du Cahier des
.Charges o l'avocat lOUSSi
leu Mrabeau Geflrard Boute, |j
ce dernier reprsent par les pjjt a p,
Nous donnera rtson, confirmera yo're bon jugem-ut et
|ns fiera l contlance que voui nous aurez accorde ee
bumgarantissant votre opprclaMt patronage l'Htel l
pins slect de Port-au-1'i iuce.
Nous vous suggrous d'arrter votre chu mbre l'avause
Bire la pression.
GratJ Caf de France
Sous la direction avise tt;intelli"enfe de Monsieur Franois
C i^ldi qui est devenu l'associ de Monsieur Patrizi, le propri-
t t >'r> cet tablissement qui n'a pas d'gal, le GRAND CAFE
DE FRANCE, oftre ses aimables et distingus clients, les
consoinu.ai.ons Us plus Unes, les vins de toutes provenances les
plus choisir. Ciguii et Cigarettes, Saudw'obes, varis, des prix
dliant tome lunturrenee.
L'accue;l le plus sympathique continuerai ''e '.e meibeur
trait ' rand at de France. f
m PAUtfZI & Co. JTlpnoue 2341.
s
mineurs Fritzbert Gel.Boute et
Franck Geflrard Boute, ayant
comme tuteur datit le sieur
Victor Geflrard Bouteet subro
g tuteur, le s.eur Rouauez
H. Guerrier; 2 de Mme Vve
inm.iiiuel F. Nelson, ne Ma
ria Klie et S du sieur Victor
Geflrard Boule les dits droits
et prtentions consistant en
une quantit de quatorze car
reaux da terre environ,
extraire d'une portion de terre
dpendant de l'habitation Ma
haie, aucienne sucrerie,situe
en la premire section rurale
de Boucassin, au quartier de
Cabaret, eu 1j coiaeamne de
l'Arcahaie, la tlite portion de
tei re mesurant quaiaute deux
caireaux soixante c
de caneau et borne, savoir:
Au Nord, par Jeau Joseph
Meii, dit Cassius, au Sud. par
l'habitation Malingre, l'Est,
par le capitaine Lassre sar
1 habitation Dubuisson et uns
portion de l'habitation Gares
cher, suivant le procs verbal
dment enregistr et le plan
dresss par I arpenteur gom
tre Jean- Louis Hyppolite, la
six novembre mil huit cent
trente neut : Tels, d'ailleurs,
que ces |dits droits et prten
tious se poursuivent, coinpor
tentet s'tendent sans aucune
exception ni rserve.
Aux requte, poursuite et
diligence du sieur Chrilus Lt
'ortau Priais, ce 21
mii 1931.
Feinand LEROY, avocat.
Colombian
Stearns h ip
Company!
ne
Le steamer Mari-nique
parti aie New York le 23 ma
crt.directement pour Port au
l'rince est attendu ici le ven-
dredi 2j muant II repartira
le mme jour pour petit Go-
ve, Miragonneaet Jrmie. en
route pour les ports de la
eulimes [Colombieet Cristobal C.Znie.
Le .manifeste de ce navire
reu par aviou Mardi matin
26 est la disposition des
chargeurs aux bureaux del
Cie, rue Traversire.
port au prince,le 25 m;ii 1931
Cohmbiun Sttiamslup Co lue
GEBARA Co., Agents.
Avis
Le sleamer .Walatraul loro >
venant d'Europe sera ici vera
le il courant en panaace pour
Kingston, Sanlo Domingo et
Curaao, prenant Irt et pas-
sagers.
REINBOLO A Cm, Agents
vmmmmmmm&ttjg
*Kn peu de temps ce
produit remarquable a
conquis de^haute lutte
une renomme des plus
S enviables.
Demandez toujours le
| Rhum HENRI Gardre
Manujacluie Hatienne
ae Ciaarelles
GEBARA & G"
LES CIGARETTES
BatBas Fantal-Lon
Dessalinienne*
m Colon *
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
grce i la lia :^r 4e leir are.: fwat ie> dlieei
d% vi us. ra..t ers
>**>"-
- -H** 4F* * '*;>-
Lykes Brothers SS Co Inc.
7 xa Hati Samto uonainaj* Porto WUm*
Le seul service hebdomadaire et rgulier passager*
fret entre les ports du dlie du Texas atirecteesit ave
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile e vo
importations, servez ve-us toujours dea navires de le LYK
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Priece sont
" "?elma Lykes 22 mai 1931
" 'Margaret'Lytes' 29 mai 1921
" "Almeria Lylces" 5 juin 1731
Bureeti : Rue du Magasin fe rBtai,4Borte Poetate B


. -*-
A0- *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs