Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03622
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 21, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03622

Full Text
Cl�ment Magloire
DIRECTEUR
1SM. RUE AMERICAINE' �IW
TELEPHONE N'2*1"
Je vem chereker �t gauler ���
plaisirs dam les plaisirs des autres
plis que dm s le nie � pftffl �ar la
senvrraiau jaif est relie mi se
parlas/, s'elead, circala tl p�n�-
tre la ctrari'iee chaleur exeenshe
TUlTr'ER
0�me ANNEE N� 7*n
PAU-MAI*
Concours
de Beaut�
__o�
Dapuis qualqaes temps on
parla beaucoup d'un Concours
de Beaut� organis� par U. Luc
Dorainville.
Il semble m�me que sa r�a-
lisation n'est pas lointaine. Le
Jury de ce Concours est form�
et des noms de jeunes filles,
toiles charmantes, lui sont d�-
j� pr�sent�s.
Le choix, parmi tant de beau
t�s, ta �tre certainement d�li-
cat. Cependant, il n'y a;pas lieu
da s'en iiiqai�ter.car le Jury est
compos�, comme on le sait, de
iammes de go�t.
Le "MATIN", dans son nu-
m�ro d'hier a publi� une liste
de quelques noms'.de concur-
rentes, en t�te de laquelle fl-
CHRONltOI
PAm.MM�KTAI*E
�a -
CHAMBRE
DES
D�PUT�S
S�ance du �"�ro��di
20 mal 1931
Las deux premiers points de
Tordre du |�ur sont vite �pui-
. i, il n'y a paa de proc�s-ver-
baux pr�ls.Une coirtspondance
peu importante est rapidement
lue ut par��* de passer �mme-
diatemant au �appert de la
Cemmiaaion charg�e d �tudier
la question de la taxe sur 1 Al-
cool et le Tabac.
Le d�put� E. Numa denne
lecture du rapport de la Com-
mission. C'est bu travail qui a
�t� la.t avec toute l'attention
gore celui de Mademoiselle Ma- ^J"],"c"omp�tence que n�cessi
rie-Henriette r\OY. loi, lm tniuiion dun tel
Ja n'ai nullement l'intention
d'empi�ter sur les attributions
d'un Jury si s�lect, m m�me de
l'influencer ; mais je souhaite
que le choix que j'ai d�j� tait
conlorm�ment � mon go�t per-
sonnel rencontre le Bien et que
Mademoiselle Marie-Henriette
ROY garde, dans les r�sultai�
de ce Concoura de Beaut�, la
place qu'elle occupe sur la liste
ci dessus mentionn�e. Si n en I
souhait se r�alise, Miss Ha�ti |
n'aura rien i envier aux miss j
europ�ennes. 1
F RUDY \
P. S. Mademoiaelle Jeanine f Inaii.r .ntre oncles et ni�ces,
Anaalme qui vient imm�diate- r�Inl�gWaji dans les disposi
ment apr�s sur la liste dont 1 ai ,,��. *� Cni{�
parl� m�rita, elle aussi, de con-
server sa place.
tait la solution dun tel pro-
bl�me. Le rapport de la Com-
mission s'ach�ve par la pro
posilien de deux projsts de.Loi
f0i pour I Alcool sar le piinei-
pe du poini de ctiaudi�re I au%
ira sur le Tabao en cr�ant
au autre syst�me de contr�le.
Le d�put� Victor Cauvia tait
d�p�t sur lea bureaux de la
Chambra de deux projets de
Loi : l'un mobilis�t l'art 8 de la
Lai sar les Conseils commu-
naux, et I autre modifiant quel-
ques articles dn Code civil. La
proc�dure du divoree serait re-
mani�e ci l'interdiction de se
R.
Dixie-Bar
Angle des ruas Abraham
Lin�aire et Houx. � In
lac� da Casteia.
Propri�taire.Tiberius St Jaate
Ortophonic tous lea soira
arac les aira las plus vari�s
Consommations de efaoix.
T�l�phone : No M*.
tions du Code.
( Le d�put� Leroy p-ile de la
J question des Fronti�res et pra-
1 pose d'aider au d�veloppement
de la coinmnne deSal'rou^et
l du quartier de T�U-4-l E3U qui.
tn raison de leur voisinage des
' Fronderas, m�iitent d�lie d�-
velopp�s. Uu pioje-t de loi cr�-
ant une Lxoie da Fr�res � Sa!
Irou et un aulre �rigeani T�te-
� l'Eau �11 quartier sont d�pos�s
par ie d�put� L. Leroy.
La s�ante est ensuite lav�e,
plus rien n'ayant �t� aoumis i
l'assembl�e, il �tait 10 heures
1/2.
PORT-AU-PRINCECiuVal )
poarbias!jsi�$ji
Uusem rfu p' '� � ' I '� �' �'
a la doM a'w w.-w * � � � �
chaque hum iuf.it � -o m1 i l f� � '
�B MU <"�� '���*! ' i0t ; "
Im plut a�ml�t. il t m ��.� � ��� * �;�
tait. co. .r 1(4 : ^ �'- ��' �> i u
tenu�� �� vi tel Ici '
tt�ct p�' '�' ��'� � '�*"�' ';
lea Jkt'.f- ht�. >- >'*� tw �..���*
trop rapide; let leuael ... i R' �' ' a*
U peina � �a foroace et a Mi �v �;�� f: * l
!et dimet v" roi
vlfiitu t.. utet .' ' ,"-:
l'igfii i'� *> :' �� ' �
\zi �:-. . �' i I' ����-
Mca�ic eVA via de
JEUDI 21 MAI 1*31
^-f�ffe
tu Alalo-iiie de Paris
DipU :Maiian FR�RE
19. ru M* p*K!5
Vente au �Hcil : o nu louta
�3PMBBBB B*a^� rx
AUX
29 ann�es
ROY
de succ�s.
1
ou bien radoataa-voai un appa
aux 1 ressources de la situatian .., ,,..,,
aclu�lle � V Elles ont v�eu, � las I l'homme et du citoyen atflrmail
rssaources � qui vous ont valu (�galit� das tran�ais � l'encon-
La D�claration des droits de
Aous avons le plaisir de publier, pour iinformutiou des pouvoirs
publics, cette discussion remarquable ; qui a l'avantag� d offrir
une port�e doctrinale :
Recherche du crit�rium
juridique [applicable � l'ar-
ticle 20 du Projet de Loi**
tSM LE COMMEICE RESTRICTIF DES DROITS CIVILS DE L'ETRAXtil'R
* KATURIMSE.
POUVOIR COMP�TENT.
DROITS ACQUIS.
Par Ma Alexandre E. SORAT.
�o�
La vceo da -l'honorable S�aa-
lanr T�l�maqua recommandait
que les projets de loi soient li-
vr�e, en mani�re d'�praava, a
la censura publique par la vaia
dee quatidiena, plua large que
eella du lionitenr, a �t� combl�
a'il taat a'an rapporter aux avis
nombreux sinon concluants pu-
bli�e dana LE TEMPS. C'est na
spectacle r�conlortant que ce
coicoure d'intalligenaee qui ne
tarent paa toutes captives du
despotieme, eonvi�es par les
fouvoire pablies a l'entreprise
magnifique autant que rude du
rel�vement national. Nous au-
rioaa donc mauvaise gr�ce a
�lietinguar entre les trancs ar-
�hera du nationalisme et les m�-
drait, disent-ils, coarir su Tri-
bucal de Crssation, en appeler,,
aux Sactians r�unies. Bravo,sa-
vants m�n�triers, sengez sea-
lamenl.a vous montrer plus dis-
cr�te � l'avenir : les airs patrio-
tiques de vos iastrunaenta res-
pirent, sans que vous en dou-
tiez, la nostalgie du temps jadis,
liais noas aurions mauvaise
gr�ce � m�dire du jeu subtil de
ces artistes.
D�nencer l'article 20 da pro-
jet camaaeeat�ch� d'inconatitu-
tionnalit� ne snflit pas, patriotes
incorruptibles, si le bnt en est
l�gitime et la r�sultat profitable
au pays.
La r�lorme propos�e par
l'Ex�cutil p�che par le mode,
c'est tort posaible, que ne lui
�S��*" SS K"al mnd sugg�rez-vous d'y proc�der par
�930. man�re-t labaliiujjjno aj�biscit8 ? La7 p rlion dtl
^^-�^��^fS��rd��trangara naturalis�s est-elle si
dC ?� . 7iSfi��mn ne �S- honneurs ? N'avez-vons qu. peu
*mi,i d*J'.^n^iT�D^Acoa^oce en la justice du peu-
S^�SP pi. et le triomphe de.lar.i.oa,
assex de loi tune pour que la
crise �conomique qui �tieint le
pays et pr�oeoupe le gouver-
nement vouk Uisse parlaile
ment sereins; elles ont v�cu,
nous n'en voulens pour preuve
que la r�cent massage du Pr�-
sidant de la R�publique expri-
mant son d�sir que lea amende
mciits � la Constitution cessent
d �tre op�r�s par voie pl�bisci-
taire. La prudente commande
en etlet de ne pas se Mer au pl�-
biscite, parce que bon nombre
de gens que le projet dessert
ne manqueraient pas de tenir
boutique de votants. Ce danger
nous avertit d'un autre.
C'est eu vain, peut-�tre, que
se poursuit la r�int�gration na-
tionale si cettaius �trangers na-
turalis�s, uns centaine, environ
sur une population ha�tienne
de (rois millions, peuvent me-
nacer de taire �chec � noue
souverainet� poli�que. Sou-
tenus par les cr�dits qu ils ob-
tiennent des banques � lex-
^lusien des Ha�tiens authenti-
ques, ils n'ont pas lard� a oc-
cuper les dernieis comptons
des larailies ha�tiennes.Que fera-
ce quand ils s'aviseront cf�lire
di-pui�s et s�nateurs issus da
leur groupement et solidair*�
de leurs int�r�ts?
Nos premiers constituants pa-
raissent avoir naieux compris
les v�ritable� int�r�ts de la na-
tion en letuaant aux �trangers
la propri�t� du sol, sans s'alar-
mer du dogme de la traternil�
universelle. Ils scell�rent les
port�e de la cit� d une mani�re
plus s�re encore en n'admettant
au b�n�fice de la nationalit�
ha�tienne que ceax qui avaient
du sang alncain dans les veines.
Or elle s'�largit la double br�-
ehe faite � nos remparts. Peur
voua en eonvaincre.regardez un
inatant la carte dea propri�t�s
acquises par l'�tranger dans nos
plaines les plus tertnes, consul-
tes le bulletin des lois ou dea
mercantile, presque chaqne se-
maine, sont baptis�s Ha�tiens
par l'autorit� complaisante. Fi
xons de nouvelles limites au
droit de propri�t� immobili�re
des �trangers, el r�servons aux
entants, n�a Ha�tiens, des �tran-
gers naturalis�s, le droit d'�tre
repr�sentants du peuple et i>e"
cr�tairea d'Etat.
Maintenant, taisons une ra-
Eide excursion dans le domaine
istorique et juridique afin de
tixer l'�tendue et l'esprit du
\
tra d'un r�gime o� l'�tat politi- 3
que et social, issu du chaos
f�odal, oflrait le spectacle da
I in�galit� la plus compl�te : in�-
galit� des Trois Ordres enire
eux, in�galit� dans chaque Or-
dre en particulier, in�galit� dans
la tamille m�me ( privil�ge dt
masculinit� et de pnrnog�niiu-
re), in�galit� entte les seifs, la
masse dn peuple,qui.s ils �taient
tous taillables el eoiv�ables �
merci ne l'�taicut pas tous de
la m�me mani�re ni dans une
m�me mesura. La D�cluiation
des Droits de l'homme et du ci-
toyen ( 1789 ) servit du pr�am-
bule � la Constitution vot�e
par l'Assembl�e Nationale ( 3
' Septembre 1791 ) et de med�le
a nos constituants de 1805, qui
en reproduisirent plus d une lois
le texte, dans une D�claration
pr�liminaire jointe A la Consti-
tution imp�riale. Happiochons
les textes de ces deux D�clara-
tions :
� Les hommes naissent et de-
meurent libres et �gaux en droit.
Les distinctions soeialts ne peu-
vent �tre lotid�es qje sur l'uti-
lit� commune >. ( ai Lier de la
D�claration dea Droits de l'hom
me ).
f Les citoyens haitiens sont
fr�res chc� eux : l'�galit� :iux
yeux de la loi �si incontestable-
ment reconnue, et il na peut
exister a'aittree Htrea, avantagea
ou piivil�ges, que eeux qui r�-
sultent n�cessairement de la
consid�ration et en r�compense
des aervicea rendus � la libert�
et A l'ind�pendance � ( Art.3 de
l>t D�claration pr�liminaire�
Conatilution de 18o5.)
ht l'article 4 de celte deini�ie
pr�cisait :
^e La loi est une pour tous, I
soit qu'eue punisse aott qu'elle I
prot�ge�. Ces textes lurent, en j
substance,ineorpor�s � la tons-
uiution r�publicaine de 1800, '
saus loi me de �Dispositions g�-
n�rales � ! La Constitution de
1810 leur conserve celte m�oae
plaee. Les constituants de 1843
en sapprimant celte rubrique
inscrivirent le principe d'�galit�
en t�te du chapitre qui traite
du Droit public. � � principe
a-t-it perdu de sa port�e en
changeant de place, son appli-
catiou doit-elle �tre restreinte
aux droits politiques iltm ha�-
tiens parce que la Constitution
Actuelle, comme celle de 1313,
l'a lait sortir de la D�clerauon
pr�liminaire de 1805 ? Certaine-
I
!
m
Propos
humides
La ariaa est d�nou�e, f.inif neu-
tNiu pilotes ont �t� "requis pour
eeiulaire la barque de l'Etat. Il n'a
pas masqu� d'issrrits. Le� renenr-
renta �taient nombreux, insistants et
tanucae. Il na iallaU que cinq marina.
Le capitaine lea a choisis. Comment
ae compareront ils ?
Il y a parmi eux de tout jeunes
euiba�qu�s pour la premi�ro lois.
Mais aux �mes bien n�es... Nous
�prouverons bient�t le reura^e �es
remeure. Si les vents alii�s n'�tei-
gnant paa leurs lanternes.
En attendant, peur r�sister confie
les veata et les Ilote, la ebaleur dn
jour et le froid de la nuit, pour en
somportemenl heureux, pour de-
meurer sain et sauf pendant ces jours
diInYiies, je recommande aux nou-
veaux aruonautes le RHUM SARTI1E
CACHaYf D'OR qui est le meilleur
compagnon desbrares.
plus de privil�ges injustifi�s,
plus de distinctions sociales q"i
ne soient tond�es sur l'utilit�
commune. S'imagine-t-on des
l�gislateurs, r�pudiant l'�galit�
entre enfants l�gitimes ?
Le l�gislateur constilaant lui-
m�me ne le peut : l'�galit� so-
ciale est devenue une conqu�te
de l'homme autant que l'�galit�,
politique est devenue ceile des
citoyens.L �gilil� humaine plai
dr, vous le savtz. en faveur des
entants naturels et adult�rins.
Mus ce n'est pas le lieu d'en
discuter, bien qu'il soit int�res-
sant de noter que l'�galit� la
plus compl�te a r�gn� ch-z
nous, avant le code civil : il n'y
avait alors, avant 18*25, que des
entants... l�gitimes et point d'a-
dult�rins.
La r�gle constitutionnel'? de
l'�galit� des ha�tiens devant la
loi embrasant le droit public et
le droit piiv�, le l�gislateur or-
dinaire peut-il y d�loger ? Oui
pr�tendent quelques partisans
du projet de loi sar le commer-
ce, en arguant des incapacit�s et
privil�ges cr��s par le code ci-
vil.Partisan nous-m�me du pro-
jet, nous nous attacherons aux
raisons les meilleares pour le
d�fendra. Voyons si ses incapa-
cit�s et ces privi'�ges s'�eartent
du principe d'�galit� tel qu'il est
d�fini et interpr�t� par nos
Constitution�. Examinons rapi-
dement les plus remarquables
de ces anomalies appareutes el
les motifs du l�gislateur ordi-
naire, conditionnant ie nouvel
ordre social.suivanl la D�cla�a-
tion des Droits de l'homme.
Alexandre E. SORAY.
(JLa fln � demain).
PIMii
an daui mol� v <* *
PILULES ORIENTALE
\m �culaqm dlnlopf tnt, rai-
fermmmt, r��oni(m.�nt �
�moi. effacent u% laillie.oMeu-
�ea dee �paulea M donnent an
butte na gracieux eanbonpoint
nianfalaanUa paur la taule.
Appri,uvn.par lu ctlrtritit inM�Ctlr.
J. HATT� ft".4J �. �farieaWar.PAW!;
APorl-nu-frlii.r Ph-ALUSini.tl
.1 Mut. b.-inn�. ^hurtnaciee
Le�ons d'E�p�0nol
Notre collaborateur et ami
Monsieur Salini Aon aur les
instances de quelques amis
s'est d�cid� � ouvrir un cours
d'espagnol. C'est une des rares
occasions qui se pr�sentent �
ceux qui veulent apprendre
cette langue car Mr Salim Aon
poss�dant pnrlai�emant bien
le fran�ais et l'espagnol et
gr�ce � ses connaissances p�-
dagogiques est sans conteste
une garantie pour tous ceux
qui voudraient poss�der l'es-
pagnol-
Adressez-vous donc � Salim
Aun.
Phone, No 2327.
r^
U1CI IClUUUUe Cl l��pi" -- r* �"�mjain UB
principe de l'�galit� des Ha�tiens I ment aon. Comme autretois, il
devant la loi. |ne doit plus j avoir d'etclarea, I
La Coquett
�o�
Salon de coiffure de M Sa-
muel Fereira d'o� l'on sort tou-
jours satisfait.
T�l�phone : 2544.� Angle des
iuesSt.-Honoi�et R�publicaine.
A La CooratTI son: annex�s
un Bar et uu Restaurant orga-
nis�s de fe�on � douoer toute
salisfac'.'icn ila cli.nt�le.
... Tr�s curienx, U voulut voir
qaand m�me quel �tait ce livre
pr�cieux enferia� dans Bd si jo*
ii �tui en chagrin. Apr�s nae
lutte des plus courlaises, la fera -
nie 1 t'il.i enfin. Alors, il roula
de-gios yeux. (V�lait dtl'Alle-
mand, le" petit livre. El Naraa
(fti iiol: avec salislaetion cette
nouvelle preuve qne, bien sou-
vent, les indiscr�tions ne con-
duisent a rien.
... voit que, peu � peu, appre-
clic le jour des M�res. On sait
qne giace � l'initiative de notre
ami et confr�re Charles Mora-
via, chaque ann�e, un 1,0111 est
consacr� au eulte de l'amonr fi-
lial. Les deux derni�res ann�es
cette petite l�te intime de ehaqae
foyer, et de chaqne tombe ea
repose une m�re, a ea un suc-
c�s �clatant. Ce sera certaine-
ment la m�me chose cette an-
n�e.
.
* a
... a va que dans la salle dn
danse d'un grand �lahlissemeat
poblic, i'hb�'liauiaatiaa se (ait �
rebeurs. On y dansait et s'y aiaa*
sait ferme au son d'un orchestie
de tout premier ardre lorsqn'�
uu moment donn� un de aos
camarades s'aper�ut qu'il �tait
le seul ha�tien de la salle |II per-
dit contenance, et se sentant ea
exil, il prit la fnite � la claehe
de bais.
a
... a vu, veuuredi dernier,
pendant que Ij station H. H. K.
radiodiffusa sou dernier eon-
certr�ciame, deux rcdiollistea
oui s'extasiaient devant l'har-
iiiome des morceaux qu'ex�ca-
tait l'orehaatra. Vlaisquel ae lat
pas leur grande' on nenie al quaad
ils entendirent annoncer qaa
l'orshestre taut admii� �taittatut
simplement un appareil Colam-
biu. Viuimenl on peut sy m�-
prendre, mais seuls les disques
Caluiakia donnent nette illusion
m agt�able, car ils n'ont pna la
nazillemeet habituel des disques
de qualit� int�iieuie.
- �
... a vu qaelques geaa qai
preuaent (eut au tragique, s'ef-
lijyer de la pet �le biagaa que
nous avons not�e ici relative an
d�put� .loi : ho s qui a effraie �
la tribune de la Chambre qu'il
faisait partie d'un grenpe uni
devait enlever Constantin Ma-
yard. Noua avons seuri d�cela,
et pens� que, comme naas, les
autres en soariraieat aussi, il
n'y a d'ailleurs l� pas de quei
fouetter an chat, ni faire de la
peine � qni qne ce soit.
a�
... voit qu'on 1 ttend an peu
partout, et avec une grande an-
xi�t� ia d�claration da neaveau
Cab net. On esp�re qn'elle aura
la Vertu de citer une entante
patriotique tnl e ceua qai vien-
nent de prendre sur leara �par>
les les respensabilit�a dn pan*
voir, et ceox qui, depaia le 14
oatebre dernier, soat les man-
dataires de la Malien, et repr�-
sentent la volont� populaire.

�. vail qae ce matin des pe-
tites voiles blanches passent daoe
le seleil, el lit missent, sons le
vent, an-dessus de petits treate
baiss�s qui semblent chercher
Dieu, non pas a a ciel, mais tout
simplement sar la terre, parai
� �us. Des chants religieax anoa-
tent du vaisiaage. Ce sont des
cantiques � la gloire dn Sei-
gneur et des Saintes Vierge-.
l'endaat une minute elles nous
(onsolenl des cris pleins de bave
. , s atrabilaires et dea �esafl-
sants qui ne pe vent paa ea
consoler de ne pcmeir paa �tre
nuire chose qu'tux ra�mee.
*
� �
... a va de joli* vers de Ro-
laad Chassagne, dans La Matia
du 20 de ea rois. Ha sont
l�gers et leur rythme a quel*
que cbesr d'inceiiar. qci a'aat
fias d�aeurvu da gr�ce. Un la-
ant trais al personnel.
�'.


page
J E MA'fiiN� 21 Mai 1931
t^WMBVSMMM.Mfl �V
a**"�* . -

Papa ! le Va
te laisse la Jpeau aussi
suave tjue la mienne,
Un �niant e�t U Meilleur jugu pour
appr�cier la suavit� d'eue barbe.
SI toub croyez que tous pouvez avoir
us* bonne DSI foe, employez un Valet
�t tou� appr�cierai la diff�rence.
Lai laines Valet sont li�s effil�es, en
aaitl sp�cial, de trompe triple pour
conserver le (il qui distingue les
Valet et audnUent leur fil, avec le ra-
soir qui forme, le rasoir Valet.
Eaaeyez �m Valet. Observez pendan
eombica de temps une lame peut
maintenir non lil et la pratique qui
r�sulte du rasoir Valet, lin vente
partout.
Echos
RASOIR DK
va
SURETE
Cm
�V.� W>- A
Autour du
Drapeau National

Mon cher Directeur,
Je suis au regret de ne pou
voir consar�r r aujourd'hui
un long article au Drapeau
National : je suis tellement
occup� n retaire d'autres cha-
pitres de notre histoire w mal
comprise bien souvent !
N�anmoins je m'en vou-
drais, connue historien, de ne
paj protester contre lea l�-
gendes qu'� propos de la cr. a-
tion du Drapeau \nlional le
Dr fran�ais Dalencourt a es-
s;>y� d introduire d a n s la
Grande Histoire, par son ar-
ticle publi�, dan� le Matin de
lundi � mardi de celle se-
maine. ��av*"1
Ce n'est p: s exact de dire
(pie c'est l'�lio 1 OU� le />'<*-
micr oit iris, en 1802 les ar-
mes contre les Fran�ais. C'est
plut�t Ta'ois ehet �le bl igade,
qui devait �tre bient�t sur-
nomm� La �iort !
M; is au-dessus de Capois
lui m�me, il y a les chefs de
boudes des noirs dits mar-
rons: Scylla, Petit huit, kar
uougou, Vakalheureux, Sans-
Souci, dans le Nord; Lanioiir
D�rancc, La fortune, dans
11 Ouest. Ces #en� l� ne s'�-
taient jamais soumis � Le-
clerc 1
Au surplus, dominant P�-
tiou, Dessalines et m�me Ca-
pois i ous trouvons le glo-
rieux martyr, l'assassine* Char-
les Bel nr. que livra Deaaali-
iifs 1 D'vaut cette tombe, les
I ri ils- fiis des esclaves r�vol-
us de St Dorumgue auiaient
< � t ousliunincnt s'incliner,
m eLine de l�paraliou de !;
I^ute -m Pire...
Au mois de Septembre 18Q29
a plus grande partie du d-
partement du Nord tlmit en
insurrection.
Ssana l'� iiorl des cl.ets de
h:i ( s. ii pi se i. in.i ite la
� u du t3ail 14 li ol re n'eut
j*,. m i u pos i: le, et, t etion
le u'ii,,)i t si b t il qu'il D a-
bund'Uua le parti des Fran-
�'is que pour se rallier a
retit-Noil. Celui-H n'err pta
du reste pas sa soumission.
sans difficult�.
Quant an Drapeau National,
c'est pour la premi�re lois
que. Sans apporter dis preuves
convaincantes, un �crira in
prend la responsabilit� d'af-
firmer que le Drapeau Natio-
nal du /.s' \iail803e&\ l'oeuvre
de l'etioi) seul. Il en �ist de
m�me du litre d usurpateur
qui est d�cern� � Henri
Christoph j.
L'Histoire est une �uvre
de bonne I. i; 1 histoire est
une �uvra d'an, pour l'�cri-
ture, et de science pour les
maleriaux. Le Dr Fran�ois
Dalencourt n'y a pas fait at-
tention... Car il est vraiment
douloureux qu'apr�s 121 ans
de la bataille de Sibert il se
trouve encore, dois l'Ouest,
un partisan de P�tion qui
tente de continuer la guerre
cruelle des r�publicains de
Port - au - Prince contre le
Grand Roi du Nord!
La conf�rence que j'ai pr�-
par�e sur Guy Joseph Bonnet,
apr�* avoir* puis� � des sour-
ces honn�tes, s�res, veridiques
et vari�es et que je prononce-
rai bient�t convaincra le
D: Fran�ois Dalencourt.
Bien votre di'vou�,
Luc DORSIN VILLE.
��&ttvaa* aaw.-:..;i>'jir�;.",1minim,
plIllllllllUIIUJtUlUIIUiilUlUUUilUIIIIIIUllUliUUiai
COMMENT
RAJEUNIR ?
Laa travaux da nombreux midNlM
Smiifali �t �traDfara anti aprii dapui* la
aouinniiiicaUon ro�moiabla !� BHOW .�*-
SRyiiAHI) iiir la uoaaibillt� da rajaunlr
l'Itra i .mu par 1 abaorptiiin �. , .. iM
Sratahra d'animant, ont conduit t aataa
caaaluaion maint� fois variflta, qu'il aa*
xaaiutanant puaailila. aaaa avoir raaoura
aux proa�daa oparatoiraa (Stciuaah,
VoroaofT). da raatltuer i . <>rganlaia�,
ehaa lliummc *nunir chax la faiiima,
aoa �aargia - aa tigua�ir p�rduaa a la
aulta �. raaladlaa. dr fatigu* pliyalqu*
oa a�rrbrala, da viailleiae in�miiiunK
a� d'affaccr laa atifinataw da aetta d?
abaaiif� pracoaa.
aroahare (ratait*) et ranta :
S.S�JOURNE, W.BUCH. p,�i au-Priam
�1 dans toataa Ici lionnaa pkaraaa
LC "GLANDOfHILI"
9ta/s diilribut�ur� : A. THOMAS � O*
IS. Rue Martel. PARIS
uiiiiiintHiniiniiiiiiTiiiiiiiniiiuitiiiiiiiiiiiuujjijiinirrin
- Le nouveaa Cabinet se
pr�sentera demain devant les
i.harabres. Au Sem�t la D�cla-
ration minist�rielle sera lue
rar Mr Lalesa, secr�taire d'E-
tat de la Justice et, � la Cham-
bre des D�put�s par sir Em.
li Pape i't ffiseaajM
Far Sans fil
Madrid, 18 mai � R�pon-
dant � une plainte officielle
du Vatican sur les d�sordres
antireligieux de l'Espagne, le
Gvt. proviseurs r�publicain
a annonc� eue tous les pr�lats
de l'Eglise Catholique Romai-
ne qui persistent � mainte-
nir ans attitude monaichiste
seront sommairement expuUj Rampy, secr�taire d'Etat de
ses du pays.Le premier pr�- ' l'Int�reur.
lat expuls� tut l'Ev�que de I � Nous demandons encore
Victoria qui a �t� requis de! quia pu donner Tautousation
laisser imm�diatement l'Es- \ d'ouvrir les nagu�re* teus les
pagne, il a obtemp�r� a cet \ jours de la semaine et nous
ordre. I rappelons que cela est inter-
ne� issjtej �elsleil � l.isbsasv I dit par la Loi.
Par sans fil j , - J^Jftf*au que portait
i;.i.. . 10 ,x � lit Pr�sident Vincent le 1er
Lisbemie, 18mai-9mns.j|Mai. n>tt it.n. dc
personnes turent blas�tes na"
l'explosioe de trois
dans les rues de
foula
�ses oar, nn4ig�ne. Ilviant plut�t des
oomaesj ,lte|iers artistiques et manu-
Lisbonne,] ,,cturitriGlarienceMavs.r;e8t
'��� a i" r * I�pr^a^,, ce qui nous a �t� at�rm�.
c�l�br� la tin de a dictature LeMPr�gi-enl de ia R�publi-
du pr�sident g�n�ral Carmo- kor� {n �
ARTICLES
na
Premi�re Communion
Chez F�lix Lavelanet
Brassarde.JAumoni�res, Chapelet�, Livres e^pri�res.
ChauasetkM blanches* etc.
Demandes �eaiiement las produite suivaats :
e at)raoena|gnc�: Fortifiant id�al d'au ejoftt agr�able,
a Fluaro�er > : Bnarfique reconstituant, aetiaa imm�diate.
" Antidote Malaria � : Contre la Paludisme, 1a afalaria.
csl�otrope*1: Contra lee Kvstes, Tusneurs.ffbromea et aaasara
Avec un traitowient ratiannel par le >kIf�otreaaa,,vans ponr
vac �viter les risqoes de l'Iaterventian Chirnrgiesls ejeaad
il n'y a pas urgence.
Sadresser � P�Lax LAVILANfir
�JW.Rue Traverai�ra, m.
P. S. � Nous teaans des �eha util Ions de nos preduits �.la
disposition daa m�deolas.
na, rentrait chez elle. Les
comment�tes lurent bl�m�s t
pour avoir jet� de� bombes)
sur la toute. ^Pendant les
troubles,les �tudiants ontsac
cage les ateliers du journal
e Kepublica�.
tue |r�Mr danK l'uni nul rir
"^ '"ij�l teilile eu Frases
Par Sans fil
Roubaix.lt mai�L'indus-
trie textile est paralys�e par
la gr�ve Se 110,000 ouvriers
qui se sont mis en gr�ve en
protestant contie la r�duction
de 47e sur les salaires.
Association des mem-
bres du Corps Ensei-
gnant
Le Couseil d'administration
de cette Soci�t� s'est occup�
vendredi de diverses ques-
tions sous la pr�sidence de
Mr L. C. Lh�riss )n.
La question de la C.instruc-
le chapeau de l'Indig�ne, lit
tout le monde eet aatistait.
� Nos lecteurs ont dft com-
preadre que c'est par erreur
qu'a paru dans notre �dition
d'hier une vieille information
par sans-fil intitul�e: � Briand
et les�lections pr�sidentielles�
et destin�e � �tre distribu�e,
C'est ce que nous avons d�j�
expliqu� i l'ing�nieur Mar-
cel Villard qui a voulu avoir
des pr�cisions sur unechase
cependant tr�s claire.
� Les Noeliste� du Comit�
de l'Archev�ch� ont remis ai
S. G. Mgr. l'Archev�que une
boorse de 200 doullars pour
un s�minariste pauvre de l'E-
cole Apostolique Notre Dame.
� N'oubliez pas de com-
mander vos cartes de visite,
carnets a souche, etc,chez Th.
Morissett. l'artiste typographe
dont r�tablissement se trouve
en 'ace de la Glaci�re.
� Dans un grand est� da la
Capitale.uu personnage ayant
demand� une bouteille de
tion de son H�.el dont les Djere |e Miron voulut savoir
travaux sont suspendus, a ( si|eciient d�sirait de la Bi�re
�t� lo9|et de sou atteutiou.
Le Couseil a regrett� la d�-
cision de l'Administration
Sup�rieureqni u'a pas main-
tenu las promisses du pr�c�-
dent Gouvernement. Elles
promettaient d'avoir un bel
Ho el pour les conf�rences
avec biblioth�que et asile d ex-
position pour l'Alliance Fran
�aise et 1 Association des
Membres du Corps Eusei-
gu.iut.
Pour ia loterie, il y a des
valeurs � lecouvrer. Le Cou-
seil a demand� de les faire
entrer dans sa Caisse par
toutes les voies l�gales. Ln-
lllitc, il a ajourn� l'ouverture
de son lie Congi�s p�dagogi-
que fix�e au 21 mai.
Ensuite,* M. Lh�risson en-
tretient ses Coll�gues de l'an-
n�e scolaire actuelle qui n'est
gu�re excellente. Elle coiupte
pr�s , de 2O.U00 �l�ves,
eu moins, sur les bancs des
Ecoles de la R�publique que
tauuee 1029-19:50. Les causes
principales sont la mis�re
g�n�rale et la mauvaise volon-
t� des parents...
^Mr Lh�risson e s t d'avis
d am�liorer les Ecoles exis-
tantes. Pas de nouvelles Eco
les, saut ta cr�ation d'une
Ecole Normale d'Instituteurs
Allemande ou du produit da
ia Brasserie Nationale. Savez
vous la r�ponse qai fut laite?
nous vous le dirons ua au-
tre jour.
Mr Lh�risson prie ses
coll�gues d'envoyer leurs
meilleurs �l�ves au Concours
tle Diction trsn�aise du Comi-
t� Hd�tieu de l'Alliance Fran-
�aise. Il aura lieu le samedi
27 Juin.
R�union empreinte.comme
toujours.de Iranche cordialit�.
Errata
Quelques erreurs se sont
gliss�es dans notre �ditorial
allier: au 6e paragraphe, il
faut lire : Rien que le r�le
n�gatif, etc.
7e paragraphe:... �tre �lu
du sutlrage universel, c'est
une investiture, une d�signa-
tion etc.
Ile paragraphe: ... tous les
marchandages que cela Seesj-
porte, etc.
a' 'm iti 1 1 m 1 1 11 �i .. 1 1 1 m
I if preehaiie isir�e th��trale
II nous a �t� �oan� d'assister
aux r�a�lilioaa de la pi�ce an
3 aeles c La Ceadre da Pass� �
da Madame Annie Desro/s et
Jeveuue d'une urgente n�ces- dalrvarde rideau an ?ere de
site. Il parle du Coli�ge N. D.
du Perp�tuel Secours du
Cap-Ha�tien et des Ecoles
Presbyte raies qui m�ritent la
meilleure attention de l'Admi
nistralion.
Le onseil partage tous ces
sentiments.
Mette Lelia Lh�risson parle
des Cantinei Scolaires. Elle
expose comment elles de-
vraient fonctionner.
Mette. Dupe parle de la
mis�re qui ne permet pas
lOUJoara aux entauts d avoir
sac me les toarnitur. s hssi-
a, icx ,'esi le Sentiment du
Dr G. Civil et de Melle H.
Ba�uby.
L�on Laleau.
Tant tait pr�sager an magni-
Iqae Suee�e � cette soir�e eT'art
o� flgareroat noa meillenra m-
te ,' .x ei o� se jo isronl deua
ces�'� ria�' ront lee siiisteurset eja teroat
la dilectien dee lettr�e.
D�c�s
Hier apr�a-aiidi � 4 aeares
ont m I 11 � la Cath�drale laa
fun�railles de M. '�an Michel
Anvieunor Vieux, aaciea juge
aa Tribanal du Premi�re laa-
tuNse Se l'oit-au-frinae.
Noeein<�jieseoadel�aBeceanx
parente �pioav�s, parUcah�re-
�aest � M.a' Mme Isaardin Vienx.
Cl SOIR
LES 3 MOUSQUETAIRES
2e;�piaode.
LE TIGRE SACR�
2e �pisode,
�btr�et 0*S
DIMslX :fi90IRnS DEI DAMES
Misa Fanny Ward dans
La Rafale
d'Henry Berneteia.
Entr�e : 0,60.
SAM1U1 A t HkiURES
Grand match de boxe
En dix rounds de I minutes;
Le grand Champion Ha�tien : Fit. GUERRIER 142 livres
Avec
LE TIGRE CUBAIN 145 livres.
Avec deux pr�liminaires, Horaee avec Jean 4 rounds ; Thomas
avec Alphonee, 4 rouada ; et une semi-finale, D�sir avec A. Pa.il,
(i rounds. � Entr�e : 2 et 3 gourdes.
Remerciements
Mr Cl�ment Pothal, M. Lac
Pothel, Mr et Mme Henry *.u-
gaetin, Mr et Mme Ch�nniand
ai.. -1 "i
Concours
de Beaut� 1981
Noos sommes heureux de no-
ter que l'enthousiasme va g �n-
beaat�. Le jury a en eflel enre-
gistr� les noms suivants qu'il
faut ajouter � ceux d�j� publi�e.
Ce sont ceux de Mesdemoiselles
Joujou Herau*, Rolande II. lle-
raux, Carmen Bonamy et Si-
mone Patque! � qui noaa sou-
haitons le plus grand succ�*.
D'autre part, Mr Luc Dor-
sinville a re�u du Cap-H*itien
la bonne nouvelle que la Capi-
tale du Nord organise aon co-
mit�, afin de prendre pari au
coacoara.
On attend les commanieatioas
des autres grandes Tilles.
Lfs Ha�tiens �anaisent n 11 eeatra
�sur fabriquer les sesliers
dr la lierde dc l'ilf
New-York-Tribune Uerarld
19 avril.
PORT-AU-PRINC�.- L e e
souliers port�e par lea membres
de la Garda Ha�tienne peuvent
�tre bient�t tabriqu�a dans ce
paye an lieu de l'�tre aux Etata-
Unia. L'Union des paysans et
des travailleurs ont tait nna p�-
tition au Pr�sident Vincent pour
qu'il donae le contrat aux cor-
donniers indig�nes, et la Cham-
bre dea D�put�s a d�cid� d'en-
voyer un Comit� conf�rer avec
le Pr�sident et le Commandant
de la Garde dans un eflort d'ob
tenir le contrat peur les Ha�-
tiens.
1 <- � �s****** � ����-* �* �-��- � --- �� -� f^ �-- n--------------9 � �- � - �-� �..^- 4 dissant pour le concours de C�sar el lenr fille, Mme Vanve
\nacr�oa Nadrean at leurs en-
fant*, Mr et Mme Schoelcher^Ja*
I oins et leurs entants,ainsi que
tous les antres parents et alli�e,
remercient bien vivement tons
les amis de Port-au-Prince, de
P�tionville et des autres locali-
t�s, notamment Mr le Ministre
de l'Instruction Publique V.Car-
r�, la Direction et la personne
de l'Ecole des Sciences Appli-
qu�es. |� peraonnel do D�par-
tement, la Direction G�n�rale
de l'Enseignement, l'Inspection
scolaire et son peraonnel, lee
Hebgieux et Religieueea tant de
P�tionville que de la Capitale,
les Membres du Corps Ensei-
gnant, le Pr�lat, lea Membres de
la Pres-e, ceux dee diverses
Associetians de la Capitale qui
ont bien tou lu lenr prodiguer
des marques da sympathie �
l'occeaion de la perte qu'ils
viennent d'�prouver dans la
personne de la regrett�e Jeanne
Jos�phine Anna Pothel,n�e Au-
gustin, lenr �pouce, belle-m�re,
fille, belle-fille, ni�ce, coasina
et ni li�e,enlev�e � leur affection
le 11 mai eoi ran�.
Ils leur en garde ront une gra-
titude infinie.
Port au-Prinee,le 18 mai 1031
Madaine F�lix Armand at
sa famille.dans l'impossibilit�
de r�pondre a toutes las mar-
CESOIR
Uu I m in�dn da la collection Gernail :
LA DANSEUSE ROUGE
Entr�e . t, 3, 4 gdea.
N.B. �Les carlea de laveura uni suipendues pour cette soir�e.
D1MA1N SOIR
A la demande �%g mamans qui d�sirentraecompaaaer leurs
entants :
L'Enfant-Roi
La mort de Louis XVI, de Marie Antoinette et le martyr dn
Dauphin.
Entr�e :0.t0; Balcon :1.00.
raptaav .�a**�rr
r -�*
Le Kiuiui
Mai la
ateatandec Daataeat
afjavci�sa steaaaere place�
''� ' P%�sars.
(

-�

?\


LE MATIN - 21 Mai 1931
The Wesl Indics Trading Company
A l'honneur d'annoncer � sa charmante Client�le qna partir du 1er Mai et en vue
de lui donner pleine et enti�re satisfaction, la Direction a pris la d�cision de trans-
f�rer le D�partement Victor de l'angle des mes Dant�s Destouches etde l'�oalit� � son
magasin principal situ� au coin de la rue du Centre et de la rue Dant�s Deslouches
THE WEST INDIES TRADING COMPANY profite de l'occasion pour remercier
ses aimables clients du concours qu ils n'ont jamais cess� de lui accorder et leur
Garantit de trouver du personnel la m�me amabilit� et la m�me courtoisie.
_______ ______ Forl-au-Prince, le 30 Avril 1931.
| Toute* les Polices
6
M
DE LA
Panama Bailroad Stamsh�p Linc
Service de ji�l et de passaqers enlie
Plas rapid �
les
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
f Eug.LeBoss�$Co

s
quei dt sympathie qui leur
ont �t� t�moign�es � l'occa-
sion da la mort du
Dr ARMAND.
prient tous laura amis de biea
vouloir trouver ici l'expies*
�ion dt leur raconnaistanca.
Horn-Linie
�|Ls ateamer � Th�r�se Nom �
e ratour de Curseo touchera
la capital* Tara la M courant
an routa potr l'Earope y�
Kingston prenant fret et pas
�gars.
La steamer �Waldtraut tlorna
tenant d'Iuropa sera ici vers
la 11 courant en panaace poir
Kiagslon, Jtnts Domingo et
oraeao, prtrant li�t et pas
�g< 18.
1EINBOL0 AjCs, A#Mto.
Agents G�n�raux
Le Budget
*, ,Kt�, p rv VQ* te1"!�""* P^iien etdnir*
V2Sh!2�Z Ve B*"?*** �* Crlltobtl, CmIZods, Isthme
voiei la liste de nos agents pour las principaox porta de l'Europe
Augletem,
Un. 6. \f. SHELDON � Gn-
�atrs WiiiU
de Fans ma
Cctvif Pranea
i / James Street, Liti m ool, Knoland
IM lolUwin- �� �� Ageol� at priielptl sari* iu Kiroac :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
M . _ I7 James Street, Liverpool, Englau
In fisse, Alessrs G. W. Sheldon & Co. are representedrjby the lollowl�l tir
IHS
;
anglais
I ur eomuaraisan mire la
�rande-Brstapa ri Ici Etal� lais
Londres. 6 Mai. - Sir Do-
I nald Mac Lean,
Chambre des co
' l'occasion de la discusaion
du budget.a compar� la aitua-
! tion an Angleterre � celle en
Am�rique �o� le d�fi' it bud-
g�taire a teint 750 millions de
dollars�.
Tr�santant des arguments
rn laveur du libre �change
contre le protectionnisme, il
a d� lar� : � Il u y a pas dans
ce pays da longues lignes de
gens attendant une distribu-
�-%
3TON5W.USBIANCHIS *-& BEAU 1 �,
Attire Le Regard de Chacun
DIS yen* qui admirent, mai* donc dentifrice qui tue cet germe* hur-
la critique est s�v�re�un ro eaux dangereux.
ht Kcilytio� nettoie Ici dents et le*
gencive* tel qu'elle* devraient �tre
nettoy�e*. Oc* qu'elle p�n�tre dan*
: dentair
tion de pain ni de fente or-
ganis�e de pomme� pour
j a i d e r � Dourrir les eh-
1 lants. Ceci apr�s tout, est un
' budget de circonstance at je
I pr�t�re un budget de circons-
| tance � DO tarit de circocs-
{ lunce�.
Monsieur Neville Chamber-
parlant � la I lain, leporte parole des con
ommunes � Jservaleuris, a r�p�t� qu'il cro-
yait qu'un tarit pour augmen-
ter les recettes et stimuler
l'industrie domestique �tait
n�cessaire. Le nouveau bud-
get, �avec son optimisme de
commande et ses exp�dients
au pis aller�, a t i dit, �mon-
tre l'insuffisance totale du
libre-�ihange pour ta if lare
i unp'obl�m mole ne i.
Pas de di talnrr pu Itomuuiit.
Bucarest, 7 Mai. � Le roi
Carol a d�clar� � un groupe
de journalistes �trangers qu'il
�tait ils lign� d'entendre dire
qu'une dictature serait �tablie
en Roumanie. Le souverain
dit qu'il est c un fid�le parti-
san du r�gime parlementaire).
lUIlttRI AIERIKA MM
Le navire �Kupa�oiia � ve-
nant d'Euraps.est attendu ici
' vers la 16 courant, en routa
pour Isntiago da Cuba, Kings-
ton et Sto-Domings, pi anant
, tr�t et passagers.
REINBOLD A co,
f Agents.
I
_NNM HsNKse A C#
* Ras del� R�publlqea
Marseillrs.
�*P1NU PEWON �. C,�, Ltd.
55 Quai George V.
Havre.
iljs.Ni PsBON & Co., Ltd.
fine du Moulin � Vapeur,
lonlor.ie sur Mer.
Jleeers K. A. Bwidii A Co
m Allengads, Copenhsjjte.
Oslo, Norwst.
Intsrnational
�pedltionseelk�p Oslo.
tAtUApLAifTie KRKeflT Corp'n
BaJtishaus, tiambtirg 1.
Germany.
H�� A'fLANTIC fRBIUlW
Corporation
Gsnuunj
Msssrs Atlantis Fuuiesjf
COKPN.,
24 Qaal Jordaens,
Antwsrps, Belgium
I
H**n Pna.s & C" Ltd
95 Rua des Maris,
Paris.
BlRNC PEROU � Co Ltd.,
Rue de Trauquilite,
Dm kerque.
MMNO 1 m'.o\&-Co Ltd.,
9 Rus Roy,
Borueeui,
tGmoi;, Italy. j
Meters H�hk� Coi A iJubmi
ViMf.A S.Mattrsj.No l.r)Genor
CorrewiuRe. Swidrh.
Nordlsk Express,
Cotbeuburg,
M assis ATftAJllIi i'Rkit,�i
Lo*.p'n.
i
Koi Emmap�ciu 3,
Rotterdam Hollan�
Messsr Steimann & Ca
As�urr>7.-vnMK BOntrs nc�i^*,n'
* \* m Qmstel Acciden' Pir�- A
1 de Asu�r�nce Porpotatior l.i
rwited �.� Vve F. Bermineham,
A�Jenf C�An�ral ooar Ha�ti.
Dr. Beogu�, if, r� biuh, �
la critique e�t l�v�re�un re-
gard qui recherche vo* vertu*, mai*
qui constate aussi les d�fauts.
Les dents qui sont teinter i, jau-
n�tres et cari�es �ont vue* de* que
�au* ouvrez la bouche.
Dis que vous respirez�la beaut�,
la saote et le bonheur *ont menac�s
par des millions de germe* qui s'en-
apuffrent dan* la bouche.
Ils d�fient les pites dentifrices or-
dinaires. La fa�on d'avoir des dents
saines, blanches et des gencive* fer-
mes �st de se servir d'une cr�me
la bouche, ni.L' cr�me dentaire anti-
septique e*t transform�e en une �cu-
me exhilarante qui se faufile dans
chaque cavit� et crevasse. Elle me
instantan�ment le* million* de ger-
me* qui attaquent les dents, causes
de la carie et d'une mauvais* sant�.
tMarariei vous que ro� deats tintai atas
blanches et �cl�uMcs�lama) v�mm a�
Kolyao�. Vous tous aperevrres a* la �Sr
fnewx �a crois joan.
A Vendre
5 Collections du Moniteur,
Ann�es 190�, 1910,1911,1912
et 1014.
2 Collections du Matin, An- j
n�es 1907 et 1968.
1 Collection du houveUisle,
Ann�e 1907.
\ Tour conditions, s'adresser |
au �Matin� � M. A. Isidore.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Coi
Aaents G�n�raux
r/asavrvj
Mosa�ques Ha�tiennes

Charlier-Malebranche & �o,
1224, Chemin des Dalles, 1224
.. k/.


21
Jeudi
Mai 1931
Le
�� -.- �
�*�'**'� �*�
���a*�rtMKua'*�a-���urtniti a�, fci'imrf&.i -. .
a�eaimmgamuiauuuinhiiwuici.HiBi
61'ANOOPiiiL


sa
I i
nntln�vral f'ciue
Supprima en qnelipi-� minute� Fk v,�a, 3r(ppa, Ml�raMfia,
f�rK w.atlame Uiditamtni dt rh< i kmjnni* ef/\r ,|V i. r I! iit�c :�� I .'i 12 eTlu-ta. f.av' rcilan� lo�rt< �bonne� i nm
Ufci��UJH*iO��WOTGIIUUD.PI*r-i -!���.1 LTtr*-0'J!.L!Ni(r��i:.)
Ii.rutt ej art-�n-l rince . I ..ar.m.:i� 1.11.H.
La M�dication por lai Gian ' .
El "GIAN�OPI'I r"
�i un entraeln de RlAmlula* fraacaa *�
aalmalaa eelacclonaaue enlre .
�*|KKi. . mil vlgnrna,- a an al mon� nt�
�m aiir la aeererii'in glamlular ria ��loi
animal*� �" lutlln en m ajulnta aa �Mai se aconsejn >u empira en loi tii.o.
�Iguleiitet :
Loi traMnr mi nervlosos a
IcsomnlO'-,
la Mpreit�n fl�!ca y moral,
al desi aei :i,.i,-iii . tenerul,
a) desarrcllo dlflcil,
y al r.-ii.ni-.......
laa r�sultas de fluorii �
la VmJii ).� �B.T.alun,
E� el prociuo.to da elncolon m
lodos lo� asoi rir ,.,i| oteiii ..�
�exunl uiiiio an el tiomora
ooiuo en la mujrr.
El "GLANDOPHILE"
por m acriiii. rkplila y duradara toi-a
al ronjiinlo �le i�dn* In� iiinrionet cbim-
nimr r| raparador mit �n�ruli i>
a�iyu aaelon un aolanaota se iradaca p r
uaa �entaiinn de lilmattar >lno nunM n
pur un rajuveneolmlanto total dot
orKnnibiua.
PliWin por aoniigiilente :
al "GLANDOPHILE" H para bombes
�H " GLANDOPHILE " M para mujerct
El "GLANDOPHILE"
Da eontiene nlno�n produolo tftxlra
j iniede aar Inmado por TODO et,
MUNDO l ulnoe, adultoa y anatanue de
a m bot �*Loe. _
Folleto (ralli y -. ��� ea
5. Domin�e : COUCOU , AlFAU, �ptrl�0 si
y en lodat la� bnenai Karmaeia�.
(Vfe
ne
�* va�1*�
Colombian
Steamship
Company l
Le steamer �Bogota � parti
de New Y^rk le 18 mai crt.
''irecttraent peur Port au-
rinc* ' s ! ainlii iai le ven
ruli 22 I r� partira le m�me
j nr pour Aux rayas et Jac
m el, ea route pour les porta
de la Columbi ei Cristebal.
Ganal Zoi e.
No� inariias'Si re�us par
;iV�OBi p� ste pr�c�dant t'arrl
v�e de roa navire� d<-i rois �
quatre jouis et ion � la dis
I ositio i des (bar surs d�s le
pr�mi*sffi joui� dei� semaine/
port au princje lt niai 1931
Colombian Sttamship Co tue
LiEB .RA Lo, Agen s
� .,����me-..-^ �r-'refj��- aaaaaaaaajfjaaaaaji
Port-ae-fnnee
l�l�ekauae
Fabrique Ha�tienne
de Chapeaux
Marcelin Martin cz & Co
� f'INDIOCNC
Grand Rie No2014.
I


lt* dl,l, ibuulorm A. THOMAS � �
� 16. Rue Martel, a�Allia
MnililllUII!.!
e-rtel, Pauis
flHH
Les grandes ehale�ri arrivent!
D�*M*i T^tis d� ma'ntpnpnl � fns'Mlier cfur-r vo
Ventilateur Bien:trique) -O. E .
Cest le a�ul ren�da
toeditioui da rnlemml reei�ii*oi 'excepilonnellei.
Compagnie fBehiragi Elmtri�ut.
iMRtaaatfl
CJLTiiiS. ttHAalIAVA'KS.' tm\tM\ llafaSl
ai tenta� lu awataHai II |i�aaiaat vcarl�ie*a
eupraauu ^ ***** POMMAOS
i r.
?nn./*iAjzi;--vr *�
...,�-��-�-
Chapeaux rari�s pour hommes, femraeet an tants hkr
qu�s par des maisons ha�tienaes"et arec aie la paille as
pajs.
Faites une visite i c L'Indig�uei.
RHUM BABBANCOURT AVLS AU COMMERCE
La panama Uailroad S'eamsbip Une a l'avantage d'si
icer les d�p�ris suivants de New Yorkponr Port au prince
Paul Gard�re & C�
Nous a*oos l'avantage a Pnceasion des f�les de P�ques
de porter � lu connaissance de noire nombreuse Client�le
et du public en g�n�ral,les nouveaux prix du rhum Bar
katuourt.
EnJbouteiUe:1**' Gourdes 7.50
..... 5,0(J
� " � 2.50
En pints : V * * " 5.00
3.00
: �� i,5o
N'oubliez pas de'prendre votre t BABBANCOURT � le
Hnum que Ion ne el.sente pas.
uon
Ha�ti, directement, durant le mois de Juin 1931 :
D�parti de \eiv \ork. Arrivage* � Po t au Prince
I sHeener tG isyaqalla le 4 j iin m
" � Anron 1 lc Ijain 1931
" � CristobaLle 23 ji-in 10S1
�' �B^cnaventuraa 8 jntllet "
JAl. H. VAN REED
Ageut G�n�ral.
Les Disques OD�ON
soi il r es l�s
Mailies de la place.
1er a v'e/. Istj nouvelle liste.
Bazar Od�on
J. KARAYaNY
Anale Giandxne & iut 1er m.
le 10 juin lH.'�l.
le 14 juin 1931
le 18 juin 1931
e 9 juillet 1931

Lykes Brothers SS C. lue
lm-x*s Haitl 8�nto Oonsioga - Porto Rie**
, e seul service hebdomadaire et >e*.iii�r � e******� et
r�! entre les ports du Golte du Texas eSrecl�W**t avac
PortnU Prince. Ha�ti.
Pour la r�ception rapide et le maniement keMte i� w,s
importation servez-vous toujoers des navires de h hYK�
LIAI..
Les prochaines arriv�es a Port -se-Prisse ***> �
" "Xeln,a Lykei 22 m�i isjsi
'Margarel LvkeV 2� mai 1911
" "itmeria Lykes� g juin 1731
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat. Boite Pestait B
Un savon sup�ueur
Une [Aie "deus, onctueuse,
Qui lonvient i Is paan d�licate�
De� femmes et des b�b�s
j est la Sausvi d$ Sle Ih'rite 4e l Enfant J*mt
Bseeyes le pour vous rendre cosipte:
En Tente � Port au Princ** chae:
A. BOLTae, Castcsi R. UART!H,Panl|a\ AUXILA.
i Is Pharmacia BI'CH,
� Pttit-Go�vt.chetSarinien IfARTIlt.
I .!�
e
Ciii/aiio Hlaiie
Crst le Vermouti le pi is agr�able, le plus m iqua et
per sens�e lient le pli s SU' r i�.
Efi �NZANO BLANC s eo les plus hautes r�som J
p'BjSCs � toutes les exposilions e t se vend sur place � en
prix dts ple� ra son r�bles.
�1 gr�s alu-z A. de MATTEIS.
Avis
���:�:-.*��
Ifa dame I) H. G A BRI 11,
J Seige-lemms de 1�re Classa
Laur�ale de l� Maternit�
j de Paris.
Dip'�n�e de Is Pisult� de
M�^'ine de Paris, dereioer,
� Port-au-Prince, reprenl
l'exercice dasa profession.
Eile se tient eh�r Madaaie
Fr�d�ric SMSTJKNS, � Peu
Le vi^aqe
Gomme une �.peinture
dartlete
de Chose, vis a
L�once Qealo.
vis de Mr-
�iaM*a*< �
�f�f** 'jjjlSJSJSJ^H .
f -
�sny i/i . * -�
Man ufaclui e ha�tienne
ae Char elles
GEBARA&C"
LES CIGARE1TES
Bat Bas � Fanlal-L�on
�Dessalinienne*
' Colon *
^R�publicaine*
a Porl-au-Princienne�
(recella iaeteede Itar.araai. laatlaaatkiaar
�m 1
u
e;
Ie
0
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Lifj
jAssnrance Corporation Ltd.
de Perlh (Scotl.ind )
ISjr'Ja �GENERAL x est une des plus puissantes et das pUs vastes �r|>ajsaSaaaie*BS
ie ce genre. Le seleil ne �e couche jamiis'sur son cha np d'aaeiea e,*' f'��>�'���� la
saoede
SeSjPoliccs contre incendie(ao�vrent'aussi les d�bats oa*iasieae�s s>;r U^^ej�j�-
Ses Polices pour Automobiles �ouvrent vols, incendie, malveiUp.ace, aooiiaa^
caus�s � autrui dans sa persenue eu dans ses^ biens.
Ses P rl.'ces Mir:Urnes �mises par ses branches d'Europe sont payables ea rtatii.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
geurs d- vnueat donc prendre la pr�caution de se munir d'une police contre accidents
u au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'�tant que de 1/2 7a soit 20 dollars U. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves.
Agent G�n�ral pour Hait..
Ce�ejs*l s*'!, je >ala �t� tait
Ce qanl ne) ewt �tre d�eeeee
Kola Champapne
F. S�JOURN�5
Pr�pare 4�rs des eonditions rigoareesea
D'AaBPfil
Pr�perutien f�i T^nt��
PHARMACIE P.SEfOU3^y.
Annie des Ruart,Roex cl du �entre.

r
:OJ^t�EN'lS
i'jr. ua-i.Hwuwe.
JEA>�

E �CKflk
I ne poudre qui eut aussidou-
ce qu'une plume? L�g�re com \
nw l air Dimete.use comme un
�dredon! Voil� ce que disent
ceux Exehnto. Elle' s'�tend rfonre-'
ment sur la peau* laissant une
jine pellicule de poudre q ui rend
la peau aus�i douce qu'une pein
turc d'art is e. �
L'Exelento i
Est un triomphe pour la toi
Ici te Elle um. livrera n'importe
quelle cumphdion El elle est
d�licieusemeui wrfumfa Elle '
est livr�e en quatre teintes. 1
Brun fonc�, liose, Claire et �
Brunettei
Eioj.ite h:: ouslei dro-
guistes Pour 0,3lfyts. seule _____.--�,-. ______
ment. Il est �xp�di�d�s r�up DK HHANCk, oftra � ses aimables �t ttiaUnan�a dieiats, aaa
non du Prix. j conao�ao�auees l�s plus fines, laa vins de �ootes proveeanaea sas
Kxfleal�, Vcdiaiue Cexpaij.
Allaita, Geeigia l. S. A. 1
Agents demand�s pour tous
pays. �
Ecrive: p�urrensrigncmmtsi
a
ii
il
l<
n
a
Dl
I
I
t
|U<
d*.
la
U
la
GraKj Caf� de France
Sons la direction avis�e et intellionaU* de Mooaaeex leniienit
Iiraldi qui e�i Ueveuu l'assooi� de Roneiear Pairisj, le a**?*'
� ire de �et �?aeinwement qui n'a pas,d'�a�l, as QRAM) GAP�"
plaa ehoieta. Cigares Bt Cijarjrettw,, ^�ieaieaes. Vetei�a, � �aa p�*
d�fiant louitt �ou� un �net.
L'aeeaeM la pins sympathique coaJianera 4 �*-e \e aseUlsal
trait �*- raa* ��!& et trauee.'
� 1
II
ii
a
d
o
c
e
i
<
1
� Ce.

w*t
.,_


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs