Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03620
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 19, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03620

Full Text

Clmen
r pltifcCTE
1,53 KfJE AMERICAINE 1*
' rELEPHONh' Nn 22**
\
2ime ANNEE N 7211

,loir
PBI
PORT-AU-PHINCECinv^)
la uolilique,ou ue uul irenver
l'ami vritables que paroi se ni -
remtra, pareequ'in aviisair,
lais la assimile de forn iiaiu -
bliqiirs M-ci honariirs.iVsl jaaniis
un eoaeiirreiif a asti prche, aiisi
i tdoiiahlr. Il uu cinpaqion de
nues,
Caaliie A.ABU
M AUDI 11) MAI 1$*1
T=r
LES RESPONSABLES
Depuis quelque temps nous matie ne se rglent paa au
ne faisons que prcher ici la doigt et l'il comme: ils le
concorde entre les pouvoirs
de l'Etal. Cette concorde in-
dispensable notre indpen-
dance. Mais satan semble con-
duire le bal. Car un mauvais
gnie parait* prsider aux v-
nements. -Le Prsident de l:
Rpubliqu-.', en ce qui con-
cerne l'entre" des ministres
dans les Chambres, a employ
pe'isent. Il tant la chancel-
lerie du tact et de la sou-
plesse. Nous ne sommes p ts
inoins patriotes que ces radi-
caux du nationalisme. Nous
o'avoni pas moins sou fier t
qu'eux lavoir et d'tre
ucore sous la botte mpri-
sante et avilissante de Vin-
lame occupation dont l'iuso-
Idal Rhu
ALIX ROY
29 annes de succs.
daus les cnauiures.a mpi<>ye ; ""i u^ur"'u -~
tous les moyens de concilia- ieuce ,et la mauvaise loi ne
tion maigre le texte Jor:g
de la (constitution de 1918,
N'avail-il pas, sa prestation
de ser neuf, juie li lilt ci
obiss <>ee celte Copst tu
tion? Qiicl pral grand saer-i-
flee n'a t il pas fait, en s'af-
trancbi*SDnt presque de ce
serment pour empcher des
conllits qui ne peuvent que
bous compromettre ? I, s ir
lout que crotre et embellir.
Notre ardent dsir, comme
l leur, est de von golfe ter-
ri foii e se dl barrasi i de ces
imi< es. Mais il laut la
i.iii: re. Il tant savoir lou-
voyer avec les loris.
t-.t puis d'autre part, il s'est
cr dans l'auditoire de la
Chambre une atmosphre de
t une claque conunau-
rJuctibles, tous ces purs de j de
la sociale ou plutt dans ces Dans un Pays organise a
nltra-rouge du nationalisme t-on jamais vu la t mie entrer
Savaient, parait-il, qu'un [au sances de la Chambre et
but, quint prsent : | du Snat comme dans une
celui de dbarquer le minis curie ou dans un moulin? J'ai
tie afin de poursuivre libre-1 cl une lois cur de voir
ment leur programma? [une foule amorphe prolanant
Mr Vincent a encore obi ces lieux, i t IroubJnat par sa
Hnionction du Parlement, conduite exaHe, fconteuaj les
M-ns jusqu'o -ira-t il? Jus- dlibration* le l'assemble.
qu'au torpillage pent-tie de Certes.les portes de uas palais
notre indpendance. Car, nous doivent tre ouvertes la de
savons que la tyran ni." des as- mocratie ; mai*, cette democa
sembles est pariois plus Jnu- tic coascienle ej oisee.Et
gereus* que celle des indlv- quand elle dpasse les limites
Sus. Elles ont mille veille* de l'ordre et de la d se m*net
qi ne veulent point entenre, -elle tombe dans ^anarchie et
voir, couter, la raison perti- cumpro net la paix et notre
nente. Elles peuvent om- indpendance.
mettre des galles irrparables J'ai t beaucoupdc Parle-
parce quelles se croielt in- I ments europens el rtout
faillibles dans leur conception M'ai toujours observ presque
de graudtur. Le scrupule et | la mme organisation. Partout,
l'amour propre ne sont pas laut une carte d'enlree pour
leur fort. Elles pssrojit des
heures des broutilles
demander si ellps doivent se
parer de vert ou de mute
pour dlibrer. Et a; r cas
fceures.4e.stu] tions,
elles finiront par ne rien con-
clure, tout comme si elles
n'a v a i e n t rien dit. Et
tandis que partout la misre
grille nos foyers, le pain est
cher. On est saus travail
on souffre de l'amricain et
des entants meurent de faim...
Nous croquous tous le mar-
mot....
Quelle conscience et quelle
honte 1...
Nous demandons simple-
ment tous ces grands ci-
toyens qui sigent aux assises
parlementaires! tous ces
giaudvas que brle un pa-
triotisme trop ard< nt d'avoir
un simple moment de r-
flexion, un iaidi et de i ai-,
nement. Car ii De la t pas
i
, BOX i s de I as
ible. Pourquoi, roui qui
n avons i as pris la B*s ille
; o..-, ui n'avons renvers ni
trne ni roi pour tablir la
rpublique, nous voulons taire
fleurir une soi disant liber'.
qui n'est autre chose qu'un
honteux'dsordre et un dagot
tant scandale?
Nous avons eu Vertires et
Crte Pierrot C'ait contre
l'esclavage et pour l iudpeu
dance. Et quel usage avons
uoas iai'i de ces victoires?.
Les fautes accumules entre
fires d'une mm pope,
accumules par notre golsme,
noire jalousie et noire igno
rauce nous ont remis sous le
joug avilissant aprs 112 ans
d'indiscipline. Et eomrre le
ngre de Mac Mahon. nous con
liuuoas la comdie- dans un
dcer de scandale et de honte
m ni o reparait pour
noas uue nouvelle aurore. .
que recommence la dplora C'est vraiun ni desesprant...
ble collusion d'hier. Les cho-
ses en politique et en diplo-
L'uOMHE B| I A iu r.
Le Baron Pierre de Couher-
tin et le Prix Nobel.
-
t?n if.nviv l2i>. 'ce journal l'homme da la pense e! l'iiom.
-4.*iSl~n.4s=: :;;," ,SS .;
noir, vett, rouge, aynllitwan
les couleurs des teudards d
tous les pays des cinq artiea
1. ". J.Ulia UrKinil
bertin.Tous nos sportif mtnme
tous leurs camarades des autres
pays a la lecture da ci lait-
Sivors, s'taient rjouis de ve*
attribuer catla haute recoui-
Hpense cat ducateur, cat or-
ganisateur, qui rabsa en ce
Sicle o l'ir.^rt semble pri-
mer, le plus pur idal do mm
*ana in corpore sano.
Cette information ptait ma-
lheureusement mal fonde.
f
lu mond.-. Adolpb sou n
admir l'esprit olyoioiqaa
applaudissant dans un match d
rbT l.o!- Curaotvan
ve d'O.lord, viceioi des In-.i,
ct le distingu ecr.vain reste
marveiila parla etl-
clat de sa convti citant
peureusement mal fouda. ciai u pdanterie,-
Oui, depu.s quarante.-en- du griC^l ^ Js,aCKi va.
virou, la doctrinei pacifique di[}^[\n\,A^0Zdcs. Lord Bur,
M. de Coubertin ..port s*s i^/1/^ " avec brio le
tuits:plusdedistmcLoaanlie|gbIey 4 enievw
quatre cen!s mtres( haies). Le
Prince-hritier de Sue le, Olal,
dfil dans les rangs de l'qui-
pe sudoise tnlre ticux ouvriers
04 son royaume sur la pelouse
de atadiom d'Aelardaro. I^e
('Mus, Altius, 1 ortius du l're
Didon.qui luperlativemefit lan-
c en une envole oratoire dans
la i: oisade poui l'ahl nae en
Pare du Collge AlbeTf-li-Orand
v. eu tioib mots lapidairea,glo*
nli en s'yle. classique le re-
cord.
Le Bulletin officiel du Comit
IntcriHilioual Olympique ai-
suiile actuellement la jeunesse.
Knlin la Charte de la Rforme
Sportive >iu Baron est praen ?
par l'auteur la S^cif des
Nations. Eivisage.mt l'avenir,
M. de Cot) -i lin a p^ss la haute
direeiion de son ivre au syin
path'qae M, le Coin'e linliet-
Latom,assist d'un Etat-Mijnr
des pius aviss : \1\1. le Baron de
Blonay, I.I. E istrom, Kentish.le
Marqais de l'Olignac, le gnra!
Shrtfi, le docteur Lvrald et
l'acl t secrtaire dp Comit, le
Lt-Colone.l >. G. bordez. Ajon-
tons M. le Comte Clary et M.
Franlz Beilche'.
E' un n'a pas t ncore pens au
Baron da Coubertin pour le
Pnx Nobel I. .
A la \ed'e de la Xme 0 ym-
i i '. q organisent, dans la eit
de Los Aif sle, un des i
les plus enchanteurs de notre
plante, les Elata-Unis d'A-
mrique du Nord, la pays le
plus fort et le plus riche de
l'heure, ne serait-il pas juste
d'jjouter au piotocole d'ouver-
ture si grandiose dans sa lion-
pi ici antiqae adapte aux pro-
grs aciuela una crmonie
apcisii et additionuelle pour
apo hoser le Hnovafeur de
lOlympiirne moderne, le Fon-
dateur du liureae International
de (Pdagogie Sportira ?
Tandis que la jeunesse de
fous les paya se passe le flam-
n u olympique pour le bien
d'ans humanit tou|ours plus
ardente, plus courageuse et plus
pur.>, que les trempt tes son-
nen', que le canon tonne, que
les clochai carillonnent, que les
lanlures entonnent une marche
entranante, que les lacht-rs de
pigeons et les vols d'avions sur-
volent le stad urn, que les
drapeaaa claquent au vent, que
les churs chantent [des canta-
tes, que des milliers de specta-
teurs applaudissent.
Ne serait-ce pas le momen
de voir son digne successeur M.
le Cjuite Maillet Latour aux
noms de tous ies paya tlfilis,
proclamer MoNSIBUR lk Bahon
Pierrb oe Coubertin, grand
bienfaiteur de l humnit, pour
avoir ralis l'union des pay,
d.- racei, des texes el de l'jjp,
autour de ce drapeau unique :
l'Olvmi'isme.
Pour avoir ,s grouper lant
d'hommes remarquables et sur-
tout pour avoir accompli l'U-
nion de tant de Comits Natio-
naux ci de toulfs les Fdra-
tion*. M. de Coubertin mrite
les c. lionneurs'du triomphe .
Aussi, il appartient M. Wil-
liam May Garland, le prsident
du Comit Organisateur des
Jeux de la Xe Olympiade, dont
je garde le meilleur souvenir,
da preudre l'initiative de eetie
manifestation qu'approuveront
tous les comits et fdrations,
car M. de Coubertin est l'du-
cateur de l'homme intgral.
Que won souhait se ralise.
Andr F. CHEVALLILH.
Amricains xpulas
du Mexique
El Paso, Te\as, 6 Mai. -
L Heraul Posi auuonce que
le gouvernement mexicain a
dcid d'expulser plus de
7.000 citoyens amriexins r-
sidant illgaiemeni au Mexi-
que.
| La Coquette
o
Salon de coilure de M. fc
muel Pereira d'o l'on sort tou-
jours aatiafait.
Tlphone : 2514. Angle des
ruatSi.-Honeret Kpubiicaine.
A I.a COQDMTI sont annexs
un iir el un Rislanranl orga<
niss di faoa donner loule
sslisfeetioo a la clii-n'le.
PARLEMENTAIRE
CHAMBRE
DBS
DPUTS
Sance du lundi 18
mal 1931.
Ds l'ouverture de la sace.
j Je Prsident donne lecture de
[l'Art.68 des rglements qui pr-
voii les sanctions appliquer
COOUTe tous ceux de l'audilo're
i qui donneraient des signes d'ion-
\ probation ou u'.ipprobatien. A
non entendeur salai I
L s procs-verbaux des san-
ces prcdentea sont sanction-
ns ci trois projets de Loi dpo-
ss par l'Excutif sont vols.
Cesi ainsi que Port de-Paix au-
ra bientt son Lyce, et Pilai*-
sou cole de filles. L Ecole Na-
tionale de Droit retourne sous
le contrla du Dpariemenl de
1 Instruction Publique.
Le dput DiscartelAlbert
dpose uu rappoil tu Comit
de la Justice que le prsident
acheminera l'assemble en le
taisant passer par la fil're r-
glementaire. Le dput Vaugues
lait p'il l'assemble de la
composition du comit de la
Commission charge d'ludier
la proposition Be'lerive.C'est au
dput Bliz'iire qu'a t confie
li prsidence de cet important
comit et le dput Vaugues
remplira les fonctions de rap-
porteur.
Le dput Elius Elie donne
son tour lecture d'un rapport
que personne n'a pu enlendre.
Et enfin, le rapport lant attendu
de la Commission charge lodiar le pro|et de revision
constitutionnelle e s t annonc
parle dput Cldas.Ci rapport
aprs avoir cart le piojet de
l'Excutif,propose nn autre pro-
jel pius (txpditif que les amen-
dements proposs.
Ce projet de loi eevisige la
. iiuion prochaine des deux
Chambres en .Assemble Natio-
nale ConaUtuanie al U forma-
tion d'en r,omt form de 3
Snateurs et de 0 Dputs pour
tidier les amendements pro-
poss. Las Secrtaires d'Elat as-
sisternt la discussion des
uaendements, La lecture de ce
aport puise l'ordre du joer
t le prsident Loaheau oflre la
I parole i ceux qui veudraient
iii eleuir l'asseajble de que-
liooa d intrt gnral.
Le dput Bidy dpose un
projet de loi tendant riger le
quai lier d- l'Asue un eeaimane
de o" classe.
La sance est leve, et l'ordre
du |our de la prochaine est vo-
ie. Il e^tonze heures et demie
peine.
I

r
I
Pi!) -Mle
L'effort
individuel
A considrer la situation ac-
luelle de l'Allemagne, compare
celle de la l'rancr, on pour-
rait ae demander, avec raison,
si c'est bien cette dernire qui
a gagn la grande guerre.
En vrit, on ne voit pas
Irop quels avantages la France
a t:rs de sou clatante victoire ;
tandis que le redressement co-
nomique de l'Allemagne est
presqu'un tait accompli.
A mon avis, ce redressement
ne saurait s'accomplir par le
sul lait du Gouvernement al-
lemand c'est chicun de ses
fi';.c'est a Itllort individuel que
l'Allemagne doit celte situation
aprs quatre annes d'une guer
re terrible dont In dsastieuse
rpercussion se tait encore sen-
tir trawi 'e monde entier.
En sflet, quoi aeiviraient les
lois et les mesures de toutes
aorte*! loMent-ellea piriattii
pour relever un pays, si cha-
que citoyen n'a la ferme vo-
lont4 d s'v conformer stricte-
ment? OrJiAllemand possde
un haut degr l'esprit de disci-
pline. C'est pourquoi nous as-
sistons ce paradoxe d'une na-
tion vaincue qui, avec une ex-
Iraordinaire raoidit, opre de
toutes manires son redresse-
ment,>lors que la nation vic-
torieuse se dbat au milieu de
mille difficults,
Autrement, d tendrait pen-
ser que les hommes d'Etal aile
manda sonlsuprieurs aux hom-
mes d'Etat Iraaoais. c qui nest
gui e probible...
Tout cela m'amne penser
que lesoi l d'Hati eut t tout an-
tre si les Hatiens possdaient un
tant soit peu l'tat d'esprit al-
lemand. Helas I on peut dira que
nous en sommas l'antipodi.
L Hatien, en etlet, demande
tout a l'Etat el ne veut rien lui
donner ; il compte toujours sur
1 Etal, qui ne peut jamais comp-
ter sur 1 i. Enfin, il est d'une
indiscipline dt-nl on ne sau-
rai) indiquer la limite.
Monsieur Jean Magloire, que
je connais peine et qui ue m'est
d'ailleurs pas ds sympathique,
a souvent rpt cette place
mme, qu'il est d'une impor-
tance essentielle de redresser
la mentalit de l'Haitien si l'on
veut tiouver le chemin du re-
lvement national. Cen est l,
a-l il alfirm, une condition si-
ne qua non.
En cela, je suis en parfaite
communion avec lui.
RUDY
Dixie-Bar
An^le des rues Abraham
Liucolue et Houx. En
lac de Castera.
Proprietaire:TibefiOi st Juste
Ortophonic tous les soirs
|av-ec les airs les plus varis*
Consoi iniiittonn de choix.
TA-fiMone : Ne 3"u93.
i
Propos
humides
o
Ce que e'est que le Deitin U. Paul
Dminer, qei Tient iltr lu prsi-
dent de la rpubliqu rraneisa,evait
depuis lurt)longtemps eonu ioi lve
lysen. Pensez donc, il tait le eon-
current da M. Fallires.Cebi remonte
a das temps dj lointains. On pou-
vait areire qua la prsiienca du Siinal
marquait le terina ie son iapnsion
poliuqae.
Le Destin lui avait raser <<' i. r o
74 ans sonns une magje'flque
vartalie de sa dlaita de 1906. Il faut
eroire que ce qui doit tru ara. Les
candidats perpetnels In prsidence
d'Haiti onl raison des|)rer...
Tout le monde n'a pe, du premier
coup, la chance d'armer au l>ul, tel
le KHI M SAKTill- CACI11T D'OR
proclam par tous les amateurs aver-
tis, son apparition sur le marali.le
premier pour la qualit. Aussi, il re-
gae depuis.
auxdeGorge
Double
Traitement
La double action
de Vicks (inha-
l et absorb) les
soulage vivement.
VICKS
VAPORUB
Pour Tout Refroidissement
... raaaarajui qee, eee j rs-oi
l'escrequene s'tend di' fonte
sa beaut. Lis mais*-' beer-
gioises vont travaille* par dee
experts la main lesta et aux
?US de lyr.x. Quand deuxpsen-
do eche'eurs ertreet dins un
shop. ce sont deux compres
pirepouran coup fraclMU.
Mais ce son surtoul, comme
toujours, les pauvres gens qui
sont les plus victimes de rete
vapue de filouterie. Pour les d-
valiser sont mis en uvre dea
procds de cinma. La fonotioa
cre l'organe. La misre lait de
chaque ineiir'-de-laim une mai i
qui treiet. El oa ne se demande
mme pas ca qu'on fait nonr r
remdier: La police doit, corn
me si la consigne tsit le ren-
ier, comme dans la dsopilante
cemdie qui Ml tant rue notre
enfance.

... s'est amus par ces temps
de criM ministrielle savem
rar les gueules des minisirables.
Us sont miilw, et il y a cinq pei -
lefeuilles- On voit le nombre dea
dcenflti. Si qui ne sortent pas
leur deonl'ure avec lgance.
Mais il y a des ttes plus cras-
ses qne celles des laiaistres
manqtiiSa, c'est celles dfsem-
plov'squi vont ebanger de mi-
nistres. Il n'y a donc pas, parmi
nos deaiinitiura, un dforma*
t- ur visionnaire pour concrti-
sei loute celte laideur eu une
grimace hallucinante ?

. *
.... q.ii lai, Dieu merci, jonit
de li totale facall il-* la vae, a
m, samedi vers nuf heures
demie du malin, la rue du Or
A :ln v. un li l'ine et une fem-
me (jui allaient en sens inverse,
tout en ttonnant, et diri
gmit avec ne canne, ils taient
sur h menai ligne. Ils allaient
se henrler nez i / quand
l'homme cria :
Min aveugle...
La femme, alors.rpoadit, ser
le mmo ton :
Min aveugle foi...
L'hoir.me aiors de reprendre
Prend n droite... Map'prend
gauche...
Et la collisioa Uit vite. On
voit qu'entre aveugles on peut
toujours s'entendre. _
... prend un rel plaisir
contempler chaque apis-eiidi,
la rue du Dr Aubry, un dpu-
t brillant dont le prnom
esl le nom d'un grand* philoso-
phe. Il se met en pyjama, ar-
pente de long en largeia cham-
bra... da la maison, se glisse
ensuite au salon, puis fsgne la
galerie intrieure o, Tes denx
mains derrire le dos, il confi-
ne sa petite promenade ryth-
mique. Il semble tre toujours
dans nne vibrante discussion,
souligne de gestes, une disons*
sion o il soutient et dtend
avee le mme amour le pour et
le contre.
J*m. a vu, jeudi aprs-midi, an
homme heareux : Franois Mi-
. ( oiiiina notre ami, mal-
' . nin \ sonnet vengeur,
sortait du tribunal o M* Alix
dn mme nom venait de si a e-
f nir brillamment une hs bril-
I lente, un tranger demaada :
In i i e nt da lontfreneiti sans
doute T
Son frre, lui rpondit-on.
Et Franois Malhon fut plus
fier du romplfcveal que de son
petit fils : la conlreuce d'Alix.

... a vu avec quelle habilet
le jeune Daniel Thard, dimaaw
cha malin, au Clnb- Union j
s'ea lira des d.faeniis de -a
contenu e >.nr la l'sycholog-o
fminine Il se mit la taille < a
son audiioiie o les hnamr
taient eu n.a)orr*<, ei Mr, en
passsn, qaclqu'S ,-tiits por-
traits df jeunes ilies dans nne
nne au picra1*. Da saeco.
t omplmitnfs an jeune eon-
fcrcacier.



PAGE 2
I.E MATIN 19 Mai 1831
LS
Draj

)au National Hatien
SUITE ET FIN(\'"' le NooVhler)
. o-------
Unes avili' ccept de plat r
verticalement, l'insiardn dra-
i tricolore lonl il avail IM
i e dool les bandr? de eou-
lenr sol inssi verticales.
\'nrs, /v/Zo/i p/ace" les COU'
leurs bleue el rouge horizontale
tuent, la zone bleue surmontant
lu zone rouge, lellta qu'on les
voit aujourd'hui, autant pour
distinguer le signe du rallie-
ment del Rpublique de celui
I l'usurpateur du Nord, qu
pour tablir une plus grande
diffrence entre le pavilleu ha-
tien et le drapeau franais.
1,'lde, protnptemenl conue,
lut matriellement ralise im-
radia'emenl. Prenant alors les
il npef, Ption en arraclie le
drapeau imprial noir et rouge
el y fine km Ide, son nouveau
Drapeau bleu et ronge horizon
lal. Celui le drapeau symboli-
sant la lutte de la Libert, de la
beeealioea 1 Rpublique librale contre le
Christophe I despotisme ; c'tait le drapeau
conu et matrialis en pleine
bataille;ce baptme du leu pr-
sageait dj les luttes ditflciles
de la Rpublique et sa glorieuse
victoire en 1820.
fement de drapeau dont la n- < La modification ainsi laite par
essit ne se faisait pas sentir. PtiOB est d'aulanl pins heuieu-
Ma;f, a I bataillle de Sibert se qu'ainsi nos couleurs natio-
les deux armes ennemies, celle | nalei se trouvent dans un sens
de Christophe et l'arme repu- oppos celles de la France,
b'icaine, avaient le drapeau comme pour mieux tmoigner
prescrit par DestalinM en 1805 d'une leon irrductible de no-
Comme pour le bataille de tre indpendance de la France.
nefMUV.il en rsulta uae Ctail lalre dune pierre deux
gri.de coafusion pend.ml lac- coups.
liou Si cette contusion pro I Cette modification dut tre im
tint en grande, partie de la 1rs j mdiate, & cause de la continua-
hison de Pollicier Louis Lere- bon de Is bataille de Sibert
bonrs qni sardall le point lie- j qui, ininterrompue, s'tait d
lgique du batardeau de Sibert ; place jusqu'aux murs de l'oi i-
frobison qui li' pencher la b- au-Prince et devait duierjul
i.ince en laveur de l'arme de qu'an 8 janvier, aprs la der-
r.hristophe, la similitude des 1re attaque de Christophe si
dr.-ipeaux y contribua misai. vigoureusement repousse par
Ption lut aana doule Irapp let Rpublicaine,
de ce lait,et la question du dra Immdiate encore, parce que
pi m l'ayant toujoura proccu- le Snat allait arrter ' 18 jen
et. Il pril immdialemeol la vierque le gnral Ptioo de-
Ce nouveau drapeau, ee'ni de
1 S' >: resta alnal jnaqa'aui pre-
miers jours de l'Indpendance.
liais D.essuti'f em-
pereur, nnodili tv saonde pen-
se da Ption da 18>;i ; e qui
prouva bien que le Drapenu
de 1803. est l'uvre de Ption
t que Dessalines n'a lail qu'y
adlirer et le sanctionnai com-
me gnral en ehel. El la cons-
titution impriale de 1805pres-
crivit dans l'article 20 de ses
dispositions gnrales que nia
tonleurs nationales sont notrtet
rouyes, elles furent places ver-
tiealment. comme dans le. dru
peau de 1903, comme duns le
drapenu tricolore.
Et jusqu' la hta il le de Si
bert qni eut lieu le 1er j-nviar
18**7, l'arme hatienne concer-
ta le nouveau drapeau pf
crit par Deaaalines, noir et
rouge verticaux, noir la ham-
pe La drapeau de
lut conserv pat
dans le Nord, aprs la mort de
l'Empereur et jusquen 1820.
L'tat de guerre civile n'exis-
tant pas encore, le Constitution
de 1800 n'a pas prvu un cbf-n-
I.;i Maoarcair e! la Uaqrit
Par Sans (il
Budapest. Ou rapparie
qu'un mouvement en laveur
de In resta nrati in de la iro-
nan; i es Hapsbourga caus
un excilatiou considrable ici.
Le nouveau
Cabinet

ARTICLES
D

Us relatlen rtaaereiilei
lh-so-( Imioisrs
l'ar tant /il
Moscau Les Russes et les
Chinoil sont prts signer un
accord cemmercial et de re-
nni r les relations diplomati-
ques.
Lesstfit Dt >snl lis de TftUk)
Par sans fil
Ishniboul Le gouvernement
eapagnol a inform la Tur- i
quie (ju'il lui e*t impossible /
pour le moment d'admettre
l'exil russe LouTrotsky cliez
lui.
Par arrt prsidentiel, en
date da 18 de ce mois, le Prsl-
den' de la Rpublique a consti-1
tu comme sud son noaveau
Cabinet :
Infrieur et Commerce, VI1
Premire Communion
Chez Flix Lauelanei
dcision da rami dior a cette
grande lacune politique et mi-
lii..ne. 1 imdt ni ni, c
dire ds le len h main m a
la batailli. do ls le 2 j invi< r
1807, puisqui les non,, s du
Noi I ce oa ei I la partie n
du Port-au Prince pendu dune
huitaine de jours.
Dune, en plein, bataille, P. -
lion, gnra lis: i na de l'ai me
rpublicaine, ayant ainsi les
pie us pouvoi. dans 'o i^:ini
gatiou de son ai aie, i u
sur la luoi.li ,.t oi I .r.
notre drapeau, l! ne fallait pas
q.i c reproj'j ;; l ccmlir*ion
regreUable qui avait eu lieu
la natalit d Pit i roux e:i 1802,
qui \ ail d'ivoir lieu a la ba
t.,i;i,Ic Siber',coulusion doe en
pai tie la M.aiUlU le du dra
p BU dans les camp-, ennemi-..
\> n i pense son drapeau
u,- 1803, n drapi au qui a con-
i: i i s victoires i |oi leusas de
| | g>u rr* de i 1.1 l.petvl.i
il l n tablrt m di ipoaanl autre
uirnl Isa couleuis bletti et mu-
g que sur ses conseils Dessa-
vait aller, sous le plus brel dl li
possible.prendre possession des
limites du dpartement de
! Ouest donl il dcvail tre nom
m li idanl en chef.
.'<. a 1 t'tion qui li'. lui-
mui' de ses propres mains. If*
dt--.-.!') M. s a de i- Rpu-
blique, devenu no're cusson
national o l'on voit le majat-
v j. m '. 11 bi la Li-
bel l Hati depuis 17.;:i, ave
la li ii mdiane aui mo lie lu
bouuet pbrygen raprseotanl
la i. bai l et 11 R volution d*
17s, persennifl ea,ombrageant
de ses rameaux les couleurs na-
tionales qui ornent len-
tement ce trophe, aymt ses
racines deacaneuaat dea bou-
lela j i suis savent dtendre
tout nomme I bre.A la b:ise des
ra. ines du palunal P ion ins-
crivit la pto;se.e symbolique :
tL'Union fait la Force, pan-
ig iitiqoe (|ui raume ton-
la si vis rpublicain et de
- dmoct co ivaincua, t> nsa
agissante qui lui permit de crer
l'Indpendance nitionale bai-
tienne, en taisant ibngallonai
mr de Dwssnlines et en por-
tant Nitola 1 (i -Itrard.si haineux,
ae rallier et ouvrir la roule
du Sud.
Le Drapeau de Ption, c'est e
drapeau ne la Rpublique dmo-
cratique et librale, c'est l'em-
blme de la Patrie hatienne.
Donc, la Patrie hatieune a gar-
d malgr tout l'empreinte inet-
raabie de l'illustre Fondateur
de la Rpublique. N'est-ce pas
le plttf bel hommage qu'un pays
peut rendre la mmoire du
plus g!or eux de ses lits ; hom-
mage discret, hommage du
car, car notre Drapeau heu
et rouge, c'est no're cur, c'eal
le cur de la Rpublique d'H -
ti, c'est la belle urne da Ption.
Du vivmt de Ption, si mo-
destie lut telle, l'amour du peu-
ple, hatien pour son illustre lis
iut si rand, que l'on ne sentit
mme pas la aceltit de pren-
dre nne disposition lgislative
poar consacrer cette tiadition
qui s'ancra invinciblement d*na
l'me nitionat Ini'ienne Une
belle pense laisse par le grand
Citoyen qui ne lit verser de lar
mes qj a .1 mort, tait sense
lre une trad lion sacre, la-
qu lie personne n'oserait porter
une main sac i ge.
l'.n :rl il, Haut arriver]aaqu'la
constil il o id 1843pour trouver
.ne ISPOl ion spciale rehtive
au l)..^ itaa de Ption et la coo-
aacr al rrvncablement par son
arti le 192 sina co- i : Les
couleurs nationales sont le bleu
et le rouge placs horizontale
ment. Les arme de la Rpubli
que sont le palmiste surmont
du b muet le la libert et orn
d un trophe d armes aoec I"
lgende : t. union fait la force.
1) -puis toutes las Constitu-
tions hiitiennes, sans exception,
ont consacr cette tiadiiion de-
venue nationale.
Dr franais DALENCOUU
Bibliographie :
Mildiou, liistoiitri'IIaiti, tenir'-', 2e
dition, page 327.
B. Anloiiui, Etudes nr l'Histoire
d'Haiti, tome5, page .'1N7.
Clignj AnUiiin, lissais sur l'His-
toire d HaJtl.
Saint-Amy, Ptien et Hati, tome
3, p.247.
L. Pradinaa, Recueil des Lois et
Artr-s, tome 1, page 56.
FRsloirrdala Nafioa Hnitienne.t.17.
Brassards. Auinonires. Chapelets, Livres da prieras.
Chauhsettes blanche^, elc.
Demandez galement les produits suivants:
Emmanuel Knmpy. Zomoin llinc : Fortifiant idal d'uo goat agrable.
Finances el Travaux Publics, Fluorolcr : Energique resonstitnant, action immdiate.
M Ernest Donvon. Arj|j l0te \f|9r|a () : Contre le Paludisme, la Malaria.
IMaiionsExtrienres et Cultes, vjolrope*: Contre les Kystes, Tumenrs.Fbt ornes et cancers.
M Abel N. l/g-r. Av(1(. nn lriilemenl ratiennel par le "Notrape* vaus pour
loa?raCchon vhhq e gricul- v HiHr lu risques de l'Intervenlion Chirurgicale quand
tureel Travail. Alex mdre E'ien- "7" pas urgence.
ne S adresser Fli* LATELANET
C' Cabinet est compos de 208,Rue Travcrsiare, 8.
bel.es figures de noire politique; P. S. Nous tenons des chantillons de noi preuits jll
on ne peut donc que lui hue disposition des mdecins,
confiance. |_| ______ .._
Nos complimenta ,vux nou-
veaux Secrtaires d'E'at, qui
nous souhaito -s une Iructueuse
oesogne.
Le Monde
Fianailfes. -
Nous avons reu avec plai-
s;r 11 carte de fiinaillep de Mrl1'
Camille Duplessy.fllle de notre
a-m Charles Dup'essy el de
Madame, ne Kiob, avec Mr
Gontran Kouzier, avocat, fils de
notre ami Charles Rouzier, an-
cien Secrtaire d'Etat des Fi-
nant at da Madame, ne de
M-idelung.dcde.
Au charmant et distingu
cou,'1- nous prsentons tous
nos meilleurs souhaits de bon-
heur.
'.CK SOIR
LES 3 MOUSQUETAIRES
1er pisode.
LE TIGRE SACR !
1er pisode.
Bntre: U,iO
"MtnfiKu&tfaaftxM
Le Jury du concours
de beaut
L'uvre de la
mal veilla ace
Dimanche malin le qaartiar
de la rue Amricaine compris
entre les raes Deslouches at des
Casernes fut alert par des rris
d alarme anaonemt qne la feu
venait d'elater an magasin de
M. SsIaIIz. Les pompiers arrivs
immdiatement sur les lieux
eurent vite raison de ce corn-
CONSTIPATIOW
prenac J %
coMPKimiui
SUISSES
j... DELOKT, Phar4iiaa,
... ..i mencement d incendie qui asl
Hier matin,,'es damet qui |au,re je |a malveillance, corn

^mKmmmmm
mm
Ter tes les Polices
DE LA
comprenr.ent la Protection contre la
Foudre sans auam niation de iauxM
pRossCo
forment le jury tu concours
de beaut 1931 ont torm ieur
bureau ci irame suit :
Mme Clment M gloire, pr
si lenl i, '-1 u E Im md M m-
g ) l . vie nsi le ite, Nielle
Claire D.- lis, secrtaire-archi-
viste.
'i sdames .1 r mie, Vl.irtio
;' l'igae Dutort,me n
br i-c s< il la s.
A i ia dq de me Clm- ut
Ma g ii e, ofj 11 r inion eut
lien, 5r Luc U irsi i ville pr
seut.i les fins vits remercie*
me aux dames qui avaient
bien a :cepl de l'aider,et par-
ticulire nenl Mme Cl:ne..t
M igloi e. qui avait g-acieuse-
meni mil * m lison la dis-
pos ion .li; jury
li'uu commun accord on a
ensuite dcid que les h ille
tins pourraient tre iudiierem
me il a ) sscs dsormais la
du jury directe-
ment, ou Mr ne Dorsinville
c m ne imei mdiaire.
u' c mcours de beaut, est
e > suc .nous a appris l'ores
nisa e ir En IT^t des bulletins ;
oui t dj transmis au nom
de Mettes Marie Henriette Roy,
Jeanine Anselme, Anne Marie
Roumain, Simone Mal val,
Y vte Thibu e, Lucienne Saint
Aude, Genevive T reniant. jleLon Dejean, comme can.
didales.
Oa s'attend ce que la lutte
soit trs vive. Cas beaucoup
d'aulres demoiselles seront j
prsentes. Nous publierons
leurs noms au fureta mesure.
Nas compliments aux unei
et aux autres.
m^ ou a pu le constater.
Q ie chaeao exerce une sur-
vaillants active sur ses biens et
ses intarta pour se protger
contre les entreprises MUaciaa
se des cii nia ls qtr sembleul
l'heure actuelle, Mrs a leu
fantaisie.
Agent* Gnraux
Plonlio li
Im
MU. #!>
C'EST LS MEILLEUR
osa ^UROXTira
pan
aux
B. 0
l'aille t Bonis a Parker
Chaqse plume Pavkef pai-
e lui se|ii ssvrtt tnipae-
Uaaa. Si elle las pane tou-
leh, elle est place* iar le
st)io Parker. Ls pmmat
qiarivaal sans prksioa'
sont garaatia Uans aliaqua
Farkai Uuuiuld.
luLundiiiuuaeilenieni garanti.
Distni/uteur :
lloaaa Luam, e. 0. box 'm'
Hort-au-Priuce.
-Baker 'Duofid
X*C>HT- A.TT-ITvlXT-Z OJB
Pharmaole 4u '.> -" attn VI JlD
ESTOMAC
k^.% ^-^
L Remds nouveau i
GASIRSCALAIinE
n, 1,1 t ptr lu Sfttimlmti % Pari$
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS a. r ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION b FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RPIDEl
PNeat a V CORMELK
7, av. Caaataat-Cipaai, PAJaVr |
BU VMMTMt *
a 'ort-a-Pr/tcn i aaaaaC^
t itutti uoiiiiM fhumtin
Horn-Linie
Le steamer tThrie Horn
de retour de^Curao toucher
li capitale vers le 28 couraj
en route poar l'Europe via
Kingston prenant trt et pas
sagers.
Le steamer Waldtraut Horn*
venant d'Iurope sera ici veri
le 31 courant en partance poar
aliugslon, Santa Domingo at
Curaao, prenant trt et pas-
sagers.
kREINBOLD & Ce, Ageete.
I
CE SOIR
LIonarable Ko'.ine dans :
600,000 francs par moisj
nlte:M; Ualaen : 1,(H).
DEMAIN SOIR
Un grand lilm d'art avec Jacques Catelain et loimy Lynn}
Le Vertiae
D'aprs l'uvre de Ch. Mri.
Entre : 1,00.
JeVDI
Un h ni indit da la collestion Gernsil :
LA DANSEUSE ROUGE
Entre 2,00.
le laiioni BailMUicouil
&aat la ra*sajeit eMVeeseBe a gard sa p*vftre plaje
amajdas paseaet : _C
V BABRg&Mmyaj- -
'fla^^a^WrFi Is^tsars.


I.E MATIV 19 Mai 1931
NiM
51W
L'Exprience a appris des MILLIONS d'Acheteurs de PNEUS & TUBES
que le nom
signifie SUPRMATIE DE QUALIT. Ils savent que cette qualit intangible
donne le PLUS DE KILOMTRES pour votre Automobile ou Camion.
$fre*toiie
manufacture ses Pneus par son svslme GUM DIPPING par lequel Je moyen
employ est tremp dans un BAIN DE GOMME PURE. Ceci vite la Iriction et
fait durer vos PNEUS FIRESTONE plus lonatemps.
Firestone Balloon Heavy duty et tubes rouqes pour les climats chauds!
Firestone suprme pour les propritaires aiss dsirant un pneu qarantil
Firestone Batterie -1113 & 15 plaques pour toutes! les autos!
j Firestone Bandes pour freins qualit excellente!
Firtstone Pneus & Tubes pour Motocyclette!
En vente dans toute ta Rpublique, chez :
JEAN LUCIANI & Co.. Cap-Haitiao,
J. If. GAUTIER, Porl-e-Paix,
ABEL LACROIX, Gc-naltes,
CLEMENT PINARD, Saint-Marc,
DMOND LAUTURE, Jacmel,
RKN MAX AUGUSTE, Porl-aa-Prince
II. R. KE1NNEY, JPortau-Prince
M. J. KOUR, Port-au-Princa
T. GOUSSE, Miragone.
.
**:
Toutes les dimensions de PNEUS & TUBES toujours en stock chez :
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Go.,
Agent Gnral
Rue du Quai

i ( > .
.... n


- .,
Mardi
19 Mai 1931
Le Malin

. ,.. | r
Tlphone : 2842
au
4 i'AES
1
W
n**m-*'ts*mM*xtm&i*imn^mjMiKMm*+* au. ,
lUS**?.
M>H1 ac.iMli
Briques LaBaudiy Braues
U Mannlnrlnre de Briques prend plaisll d'aviser M s
sieurs les Ingcud u'is, Arcbite-1 s et propritaires, qu'en vi e
de leur faciliter la construction en Briques La l'audry ,
nous avons rduit nos prix partir d'aujourd'hui cou.-
e suit:
Grosses Briques 2 1/4 or 10
Petites Briques 1 7/8 (J
A pat les Briques ordini ires.nou^ avisons noire clientle
que nous manufacturons toujours- (> qualits de
Briques de'dro'atitn La Baudry Or 1,f0!le cent.
Briques de Nantes "I.a Bandry,- [Oi l,4#le cent.
Marnais les |Briques n'ont t.aussi bon march qu'an-
iourd'huietsans aucune onteite. Les Bnques "La Bnudrv
sont le matriel de construction le meilleur iinrcn eu m-
me temps .que le plus solide.
Po vente en nolie d| l n Port-ou-Prinr- .ou sur ''ru andes
Bipfdies a tous les points de la Rpublique, soit eo loui
par voilier.
Manufacture de Biiq.es, S. A., "LA BAUDRY*
ALUMIMIM UNE
New Orlans and Mobil- to ort au Prince Soalbeial
IIallie 18 Out ports Sinto Doniingoand Macaraibo.
Ports March SaiiHngs \prn S illtog* Maystiinn
Mob le.Alabania *ai s Mar 26 r-i 23 Hej M
Port au- rince, Hati Due A|r 2 y.r .,0 Ny W
Aux Cava, Hati Due \]>v 4 M v 2 M>> (
Loterie Nationale dhaili Fabrique hatienne
i&\ Rue lionne loi, Port nu Prince.
t'.tat proportionnel (tel ventes de billet* eddet lot gagns
t'u deuxime tirage su- la base de 100. .
Valeurs Pourcenlace Poorcenta
Billets sur val. brute Lots sur mont
de Chapeaux
! Marcelin Martin ez & Co,
brutes de I mission
Ville de
Pt-au-Prince 3,404,1c G. 34.042 i,7 ./"
Dpart, de
825,2c
I Ouest
Dpart, du
Nord
Dpart du
Su 1
!> pa 1 du
Nord Ouest
Dpart de
l'Ai kib mie
Lu; o
(j7
761,0c
135
7l to
lit)
s4
5,870
7 084
1 350
1.4 1
94 1
12 S
2 3
7000 11.7 <
1 000 1 7 a
tlobal lots
j
G. 21,705 72,3o/0j
412 1,4 |
SOS
s. 5
4*0 1.5
.-[o 2
5100 17
Gratid'Rue No20i4.
3 ,
J O :
J. O

.* -
:
v--
Duc
Due
,itn ri. iiuiu Du a,u
Santo Domingo Cilv R 1) Du pr 8
Sun Pedro ie Maeoris R.D.DJC Apr 9
liicira'bo, Venzuela Die \m 12
Al.UMIMM LlNE.
Poil au Prince, le 10 avril 1931.
A. DE MATTEIS Co-
Agents Centraux.
A;i 23
,\nr 80
M v 2
m y *
May 6
May 7
May 10
M-y 21
Pi y fil
Hir <
Jane 1
June 2
.lune 7
June 7
6000 g 10.000 100//. a 30.000 100 /\
L fiio< Lot de H 1*, Mrs Loiiia L*tour, E Smith, Louis Marnu t Elouard beutil
i e! l^ Or D-neil r.
i.e dans nf 1 r s Lit <-t tomb W I armai d, Curs-e*c:
Les gagnaa'adu (rois ii" 10 il Mma Marcel Salf Mrs.
DamitBs Ermsntin, e: Piaiois Jacob, de port au prince.
La U in cl ion
AVIS AU COMMERCE
La panama liailroad S'e>m'h;i> Une a l'avantage d'an
. , '
Chapeaux varis pour bo:n ncs. fem n*.(l "' ^ ;'.s 'jDr
uonc- es dparlh suivants de Ntw Yo'kponr Fort au prince'Q#s pgp jj,, naisoni hatien tes et a ec"d. .;. pailL d.i
Hati, directement, durant le mois de Juin 1931 : ( aNS
Dparts de htw lork. Arrivages Pu t au Prinee Faites une vis te 1 L'Indiguei.
RHUM BARBANCOURT
Paul Gardre & C
Nous avons l'tvm'offe l'occasion de fles de Pques
de porter la connaissance de ro're nombreuse Clientle
et du public en grn al.Ns nouveaux prix du ihuin Bar
bancourt.
En 'bouteille : * ,Gourdes 7.50
5.00
M 2.50
En pints : 5.00
Steamer Gaavaqaila le 4 |uin 1031 le 10 juin 1>31
" Au-on 1 ietiain lf!31 le 14 juin 1031
H CriatobaUla 2S ji in 1031 le 28 juin 1931
4i iB-enavantura 3 j i-llet le 9 judlet 19'1*
J S. H. VAN BEED
.\geut Gnrt.

:
LEBl-iT

*
:>.oo
1.50
N'oubliez pas dft prendre votre B.VBBANCOUBT le
Rhum que l'on ne discute pis.
Les Disques ODEON
sont rests
Matres de ta place
I) rvni d.v \. uou elle liste.
I.\/\i; OdON
J. KAHAYaNY
mgU C.i.nd^ue & rut Proc.
Lykes Brothers SS C Inc |
'exat Hati Cinlo UaattQ PoFto Kica ;
Le seul service hebdomadaire et rgulier passager* et j
t et entre les porta du Galle iu TasM directement avec
Port an-Prince, Hati.
Pour l rcaption rapide et le maniement hibile de vos
importations, soi vez vous toujours des navires de tfc LYKK
LIN F.
Les prochaines arrives a Port-au Prise s^ *
"Velma Lykes 22 mai 1931
" -Hfargaret Lykes' 29 mai 1921
J 'Almeria l.ykeu" 5 juin 1731
But eau : Due du Magoain de l'Etat. Coite Postale B

1
SIROPft
DESCHSENS
l'Hmoglobiae #
(fana la H6,;/ittux a* farut
Avis
N'oublie/.
Cinzaiio Blanc
Ces! le Vrra.nl k [U agrabl le plus lo iqua al ,
Bar rons' LE 4N7.-'NO BLANC a e^a les plus hau'es rec.om \
pensas toutes les expositions et se vend sur plaee i un
J I da plus ta s-mi lui'1.
Ea gios ehez A. d MAT 1 WS.
lladamc D H. RABATS*
Sage taaima d 1Are flanaa
Laurafc de l Maternit
de ('ri*.
Dipl ne dp U FftiM de
M lj( ine dp Paris, d* retour,
Po exercice dasa profession.
Elle se tien1 rhe* Madame
Frdric CAKTJBNS. a IVu
de Cboa*< vis vis da lir*
Lonce Qaalo.
jamais!
Q'.i'ub bon jnwigtu me ni fias
siqup, n:o lnnf, ilu h 12me t
la ph.iloaopb t rapide m hode d*' la S tno 1
Daclylogr? phie ; de i.i Comptai
bili'eet cIps Lsng'ies vivantes{
se rencontrent L'INSTITUT 1
TI^PENH/tWER. }
Nonbliez pn la penKiml sco *
lai'P riiaciplii*e ci srieua*!.
t.>7 rur L*marra,
Tlapliooe, Nn 2S0!
Manufnchite Hatienne.
ae Lia ai elle.-.
GEBARA& C*
LES CIGARETTES
Bat Bas Fanlai-Lon
"Dessaliniennc
' Colon *
Rpublicaine
Vorl-au-Princienne
grce la faflfBf de i; u'rjar'm [ont !#s dlitai
de- v iii- ;>ni 1 uis
ASSUREZ-VOUS
a
la
General Accident Fiie& Lifo
^Assurance Corporalion Ltd.
de Perth ( Scotuiid )
;.: :iltl!Ui:s
m brasse le
Warja GENERAL J est une des' plus puissantes et das plia vastes
,e ce genre. Le saleil ne se couche jau, is s,r :ou sha.ap 'aa*on qn.
m0ndSs Polices .outre incendie, aouvranl'aussi le* d^te oaa.-kmas pur J*m
telIPowiaa pour Automobiles .ouvrent vols, inc.die, malvaillp-ae. dorures
dans sa personne ou dans ses
VAPOCAMPIOIi
La nauvalla prparatiem.la
plus erlaaee contia la grippe,
toux. ies relraidisaamaots.
On ne devait jamais iann
qiier aalla pommade rhi soi.
Eu voyagea ni on 'ia>d tau-
joars avoir ua tubedau Ta-
pocamphol .*
La tube ne c )* e qui 7f>
centimes baltiet
Phtmnaie
Letraneai Hkvai i.is--
Lilne visa -via du kiosanei
portai Ai'Z Caves, Ciaud'Kue
G* fiai ' j* lala ot iatt
G qui ne out ire dpuss
Kola Champaqiu\ {
F. SpJOURNp:
\
Frarai' Wan s conditions rigonreuats
D'A: Evm
per tisjo * Vtnte
PHARMACTE F.SEJOUn
Arf'e Ois Rnoffc,R nx e! dn (Centre.
^^tSesSnnn.irrm^
< P iHce feontri accidents sont valables dans 1 univers entier, ious les voya-
S, s I olices 2J"C urcaution de se munir d'une police contre aoordents
Veuve F. BERMNGHAM, AuxCaves
!
m
LOwS^EMS
t'ort-ua-i riUvC.
'* 'ak^1
LATO!
HAlbllu' lEnW4 ll\B \
Le ravira l*eodosi| de re-
polir <'e Ci b i iera i.;i tavela
'i courant, de passage pour
via le Nord, cnant du fr .
Le navire aCu a'. >iU a vc-
iant d'Eurp,ast attendu ici
vers I" P) c int, en route
pour Santiago de i^nba. King--
ton et Sto-Dominga.penant
f,t et passagers. '
REINBOLD&co,
Agents,

Grana Cal de France
Sous laui.u^.i avise <>t i itt de Monsiear Pai^'S
aticitui qui ", utvcu|i i'asioci de Monsieur Patriei, le paopwf ;
(ire de .t atablnaement qui n'a pas.d'gi1, le GRAND CAP
DE FHAiN^-t. oflri a sus aimables "et distingus clients,
cousoumiaooai ! plus fines, ies vins de toutes proveuances 1^*
plus choit.*-, ugaroo ^t Cijjt< -, S liw'che?, v- is,d9 pri*
d.fiaiU lUuow vusuiia.....
L'aaeart la plus aympataiiqaa tojtaaara "e le maUlaJi
iru e ifti .... .. i
.
JEAN HXAKtHE ftili <
!
PAmwi & co.
Tlepaoue aWl.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs