<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03614
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 3, 1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03614

Full Text









s8s, Rue. Am6rifc. al13e
"" Tj~TE;PIIOE N"212
N? CENTERS
NiM0 vHQO CENTIME *
BOO-VBU


6


r ,


I


L'tvetir delay religion ,cabo.H
que n'est pas li au sort d'un y i
pie, ai manme d'une civilisatoo.
tlie port en ell 'a garantie de
sa p4rennitd.Ils i o elle s'im -
plante,elle e rr6vle doctrine de
tie,'taont humainee quo suroatI
relle. Chkl lutrdi


LUNDI 3 & IMARDI 4 JANVIER 1927


F .ur I Tombe

es FowdAt urs de la Patrie.


Sde fult un instant solennel,
Mavait e clu4 e t 66 *e
F pMKiSWr flnxo., s'inclinant
Ii le eiibre sacr6 recouvrant
ki retfe de I)DES4.I.aEs et de
P t'ioN, y deposa :d'6clutantes
gerbcs tic fleurs synlholiques,
indidant (que la MIusique du
'alais exhcuiait I'hynlie na-
tional et que les sonneries,
Inatestueuses, s'clevaient en
'horineur des Fondateurs de
a Patrie.
Qui volaient nos miserables
qureIlles, nos mesquineries
-tt hos prejug6s en face de ces
hlomies foirmidables ct sim-
pI)cO, qui reverent une chose
Ilimeiese et i'accompliirent he-
I(igement,-- demni-dieux su-
Iflt.sm qui'aucun blaspheme
j 'pcut attciidre et qui do-
lfliient de toute la puissance,
de( oute ia hauteur de leur,
gbnie jis lamentables cont -
liois d'un people dej del~ e-
et d'inscon-cients qul ai-
< ant 6a' la realisation e ce
qon .voitlut bien ap( ler la
f~liliU hislorique?
SQuevalpiant nos (idclpma-
tions Intetpestives devant le
geste d'tae si ha e significe-
tion,(du Pres fnt de nla Rpu-
dique a l at Ai dcex ide
Spih fliAuslros predclccs-
*Ws e dlur oeuvre, leur
htoit pas compro-
e. l'e 0ut 'tt irrm&ndia-
lait leChef del'Etat,
rs8 4 ,Patript ve sagesse
te.i.a 0 ett, heure p&-

t aujourd'lluf, il est pos-
Sde e rendre compete, i
le tlg*4gement des
on que euvre ppique
anuctres est sauvee et qu'-
S oranise sur des fonde-


-4-<<-----
ments soll d6f iitifs.Le
fi encote:aUnis'-
sons-fous, ncitoyens, dans
une nerlp e profession de
foi en 'aven et dans une vo-
lontc inebra able de montrer
au Ilonjde- et que ce jour
soil prochai une laHti
vraiment in ependlante, urne
democratic igne et prosp&-
re!.. )
II Ctait i possible de ne
pas se rlap er ces eloquentes
paroles du premier Ma istrat
de la R6pu, ique quan on le
vit sortir. mausolec, tries
mniu, satist du devoir pa-
triotique q il venait d'accon-
pijr ct com e ayant pris cons-
cince iuni nouvelle fois de
grande obligations et de
lourde responsabilites en
lace des Fd irateurs cldonnris
dans la Glo re et don't il ne se
peut pas qcue 1'rouvre perisse.
Quelqucs instants apres, au
Palais National, le P'rbsident
exprimait sa satisfaction d'a-
voir eu I'idec, qui Otait dans
tous les cl'urs, d'aller remplir
le pieux 616rinage non prevu
cependant an programme of-


flciel. M
le 'ins,
viendra I
me cerc
rendre
rieux caj
vaillanta
tine Pat
lecons
fice et
nous fo
victioif'
buste
flotter,
d'une
pendan


PREMIERR J

PORT-AU-P


WEfi lSTEs ONT MARQUEE
: 'Uf eDEl'INDE PENDANC


EIDEPTIONS OFFICE
; ." AU PALAIS NATI
: 4. '. ----


ville


is dorinavant, tous
laque fois que re-
nniversaire, la nim-
onie aura lieu, car,
image aux aglo-
taines et aux soldats
ui nous conquirent
)) ceet trouver des
bnegation, de sacri-
e devouement qui
ifieront dans la con-
e plus en plus ro-
voir notre Drapeau
bre et fier au-dessus
aIti respected, inde-
Set prospkrel


pNVIER

SINCE.


ONT EU LIEU


vt imposanle reception.
do de la plus hauJe cour-
u rnours de ,uMe i lel


,.w- wv o -m "-
rjeI mm s apitsele LePOpuident du Grand Corps
rNufd rEtat, Itshaul kCenti-
iP eI 0im s! m onis, tprotond divouement
aaI| Cli (orfdoi J (qui ont to0jours snime et qui
OIa O kro s oaiap* uideront encore dans la
*An urauite di la grandeoeuvre
S APtriolique entreprse sous son
Au Palois national 'nergiqpa direction.
A It heures 30, le Chet du
| m toi r four, 10 heureJ du Cermonial iutroduisait les Pro-
L. B c'Erelt les'gran- sidents de hl Cour de Cassalion,
r77S3 officielles au Pa- du Tribunal d'Appel, le Doven
National. du Tribunal de Premiire' fns-
foret d'abord le Corps des stance, les Comnmissaires du ,oui-
,atelanta des- PtA.snnres vne!!"G .s i-." .


diciaire. Belle allocution par
laquelle o .sieur EtliCart ri-
tlru nu Premier Magistral de In
R6publique combien tous les
Memnb, e du Troisieme Pouvoir
de 'Elat s'efftorceraient de lou-
joure maidtentr Ic bel et haul
prestige qui toUjours 6 0t't n-
nagide f justice ha likih.
A 11-heures, c'etalt Sa Gran-
deur Mgr I'Archevl que de Portl-
Prince entourm des Iembres tde
son Conseil qui venailI prnisener
au President de la i 1publique
les soulluits tie 'lEglIse d'l'lali.
Sa (Grntideur assure. une Iatis
encore, au Chet Ilu Gouvcrec-
ment combien ceux qul i av~;icial
charge des Ames haltiennes ne
menageraient aucun effort, ine
reculeraient devanl aucun dc-
vouement arin qu'llalli marcie
de I'avant, vers le ProgrL.s el la
Luminre, dans la foi en Dieu et
I'amour de I'Eghse de Iomre.
L'Archevkqne teririni (au solu-
haitant que p)endanil 'annaite qui
allait s'ouvrns la mi.isre dispa-
raisse des tiyers die Ious les
foyers hailiens.
A 11 heures 15. Ie Cher des
forces des Etats-Unis en Haiti
et son Eat-IMajor, le Chef tie
la Gendarmerie, le Consciller-
Financier-leceveur minerall ides
DnuAnes de lia Rpubliqu I, 'ilA-
genieur eu Che ties 'ravaux
Publics, le Che du Service Na-
tional d'llyginie Publique el le
Directeur du Service Techni-
que de I'Agriculture laient in-
Iroduils et presenterent au Chcl
de la Nation leur vceux les plus
sinctres et leurs mciileurs sou-
hails d'heureux Nouvel An.
Lt enfan, A 11 heures 112, c'&-
lait la Commission Cominmuale
de Port-au-Prince qui vehait
presenter au Prcsident de la lk-
publique leurs souhaits el. 4-wi
de la Ville d* Port-an.Pnira.*W
Dansl1a0prs uidii d 4h(oHesi %
Ie Prtfdeit Boru iac6nmirgnt
de quelques Officiers de sa ai-
son militaire fit visit au Pr4si-
dent du Conseil d'Eltt et au
President de la Cour de Cossa-
tion.
A 4 heures 45. le President
Borno renurait au Palais Natio
nal oiu le Chef de 1 Eta et Mine
Borno oflraient une reception.
Charmuane reunion pendant
laquelle le Prdsident et Mine
Borno rkberverent i clhacun le
plus amiable accucil. C'est au
course de cette rtceptio que M.M.
Augusle Bona my, Tertulliea
Guilbuud, le Pere Lanore, Su-
, .. * -& S *_


pelneur au i'eli 5e1iulairc, ie
iFrre Archange, SupDrieur Ge
ncral des Frleres de I Instruction
Chritienne, Madame Auguste
laret, Sawc Mechlilde du Sa
cr6-C our, Supduure Principale
des Smurs de St-Joseph de
Cluny, Scur Irende d4Sci6e
Cceur Provinciale des Filles ds
la Sagesse, Sceur Mirie Chr'u'
inae, -Uireclric de 1'Ecole Ilie
b-t MMI. Horace Etheur't,
ieJeanri(ty, L vic i amo.
the Puntal6tib GuIMb e, tlzer
Viaire,. Damn1cl s V.UX.. An
S.......I ..I...... ...J .... ...:..-


.. .,
e Radio f
A 8 heares du soir, le Radio'
exiculait sea deoaier concert de
ernnOe 192Mt. A cotte occasion
ogah haut parlour avait 61 ina-
aUll au Kiosque du ChaQmp de
Main; l'istrument foactionn:.
A nl uatia(cion goetrale, ce
qua permit A uan aoobreux pu-
blic d'couter les bea nx mor
ceaux quo Iancait i travers le
airs uotre puissaate Station ra
diopho"iqRe.
Au Cercle Sporlif de Mariant
Une belle soiree cut lieu. A 8
heures, A Mariani. La lele lul des
plus brillantes et eut le ilus
beau succPs. Les romnbreux in-
vites y pascsrent les heures les
plus charmantes et les Iplus
auraublcs


A Sea Side Inn
II y cut, IA nussi, une grande
et belle reunion qui permit i
tous ceux qui y assisterent de
clblurer dans les moments les
plus clhiirmants I'ani'ie qui s'en
A AMintilf
-Un coup de canon lird pr'r Ic
Fort-Natiomial et un long t l jo
yeux hurleicnl dte la Sarene
unioncircnl (lue 1926) tail rL%
volu el .que I'aurorc tie 1927. le
12lmie ; niversairlc de l'Ind6-
Iendanice Naltionatc allait poin--
dre.
Le Premier J(:tnier 1927
A 8 heures du matin,la bat-
teri;e dn Fort National executed
Line salve 21 coups de ca-
11oll.
Les l .\'es (Is &colcs natio-
n1:les et parltculiercs. leurs
Directeturs et I'rolesseurs, les
Fj'ictionnaires et I-.mploye's
(Itu rouverncemenlt se 'rendenlt
a FEglise Metropolhtaine ou
va etrechanteun t 'l) DEUM so-
lennel a I occasion de I'anni-
versairc de I'lndepeilance na-
tionale.
A 8 h. 1/4, la Ga:de Prisi-
dentielle ct une, ompagniede
la G.d'H preimentc alignment
devant le Iparvis de I eglise.
A.8 heures 1/2, ie President
d. la Iepu blique accomplagnei
des Secretaires d'Etat et de sa
mason militaie eln grand
unitorme laisse lc Palais de la
I'rsidcnce.
Une Icegue suite dCe voitu
res ou avatent pris place des
hauts Fonctionnaires de I'Ad.
ministration, des P'cisonna
t'I~tS>u d l nltde pvlitique, du
SnoiTe coimaierctal, etc, f'aisail
I tlae.Alnirercisitlentiefle un0
lotIg et beau cortege.
Uine sonnerie de clairon,un
cominmandement bref, un cli-
quetis d armes brusquement
maniutcs, ie President (de la
Iepubliquie arrive sur I'espla-
nade de la M tropolilaine.Le
hliefde FEtal gravity les e-
gres du parvis.I ) pdCetre dans
1'6glise par le gCand porlaii,
SJus le porche,ee :le g de la
t athl~drale, precede du Cure,
M. le :h unoiinc ichard, 'al-
ito d.L'eau tbejil elui estollerle.
Puis ic Uhcf (de I Etat remonte
la grande ntcf se dirigeant
vers le chieur oui ii preind
place sur sopt tr6ne orne de
draperies bicolores fiaiigees
d'or dctlorid des Armes de la
Repu bliq ue.
S droite et A, gauche du tre6-
ne pr6sideiitiel 6 e placent les
Secireaires d Etat.
S. Grandeur Mi:r I Arclieve-
que de I'ort-au-Princc occuLpe
aussison tIrle alcIIrc'1e piscpjjl.
Le: relat est revetu de ses
sy~fopueux h habits ponltfi
tx, ayan ay a s: drioilel t A s
Oautnie deux Cliani.lnes de
in catlitdra!e e&' cuinail violet,
,rao-d a'ibn ni iru au bout
uquIeQt pt nd tc gr'uand crucifi .

t Il, chdeur unasi Asknt
p fi-s ltMeaibii iret Corps
iplontalique et CtuLUirahe,
e hfs des Forces des Etals-
Unis et son Etalt Mjor, le
thef et les 01H. iers Supu
ricursde li a endarunerie d'Ha
Iti Ie Ciiscaller-Fialncier-rle-
.*evcpr 4Cier aides Duimanuc,le
;hcf dos 'Tr'aux u 'ublics le
Chefdd4 ServiceNaiiuoal d'Hy-
gi6nc Ptublique, Ic Dircc-
eur du Service TIchaique de
'Agricultute elies priincipLaux
_i.,i,. s )de leur.3 bureaux,
a Cinumissioa Communale
le Port-iu-Prince, le Direc-


tear ile lu Banqule Nationale
le la liepublique d Hlaiti, les
Pj ec-idents des div'erses' .ham-
)res de commercee le Conscil
I'Eiat, leas embres du Corps
tl ii r,i. !'Ord :tc A. Aik.I. aL,


plus somptIeux ornaments,
tout rutilani sons I'eclatnte
lumiere que versent leslam
pes electriques des grades
arcades dominoes par lac'roix
6tincelante, c'est une messe
bastequi ted-i 6bre ; landis
qjue le ch(eur des 616ves des
Sceurs execule de beaux et
touchants antiques.
A I'evangile, c'est le P're
I.runIii t, iuinmoiiicr l I'lnstilu-
lion St Lo, ;s dte Gonzague,
qui monke n (*chaire pour.pr,-
iion' Ic le sermItoni de circolls-
lance. 'Pendani t )prs tl ne
hcurc, la chaire sacrec vibra
aux plus cluitcnilcs pJaroles.
C'esl dans le recucillement le
plus ) l)t Id, I'allent ion la
plus soutlniuc que celle haule
assistance ecculta les grades
et belles v'erttes qui retentis-
saieol sons Il hauled voute de
la MetropoliltiiW. Un trisson
parcour'ut toute cctte brillan-
le Ioule, lursilue, et avec
quel accent et dais quel lan-
gage I eloquentl redicaleur
pruclama ces grades profes-
sions,de toi ( gardez vos traditions latines !
conscrvez intacte volie lo
calloliqineICela seul vous don
nera la verilable independan-
ce ct un people qui n'ai epas
1'independanc chest a)ppele i
dispuaritre. )
Au moment du TE DEUM, Sa
Grandeur Mgr I'Archlev6ue|
de Port-au-Prince, revlc u des
pompeux ornaments de la li-
turgie romaine, s'avance au
pied de I'aulel el, li, entonna
I'hynmne de triompheet de re
conuaissance. Au delors, la
SiGarde pr6sidentielle present
t l.ail ues es et le Fort Na-
t ional ex6eclait une nouvelle
salve de 21 coups de canon.
At, a la fin de la c remonie,
Mgr Conan donna la U~nddic-
lion du 'T s Saint lacrement.
L'im posante ceremonie etant
finic. Avec Ie m4me c6remo-
nial, le Pr6sidentde la lepu-
bliqie quite I glise et se rend
au Champ de .lars ou cut
lieu une grande revue mili-
taire.

SSur la lombe de Dessalines
el de PtMion.
A l'issu e le a revue,le Pr6-
sident se rendit sur la tombe
de Dessalines et de PNtion,
Place Ide i'nd6pendance, oil il
se recueillit pendant cinq mi-
niutes. oste admirable, exem-
ple maignill ue qui montre
combien Ie Pr6sident de la
Republiquc tient a coeur a ce
quc le souvenir des h6ros de
notre Indrpeandance soil tou-
jours profound et vivace dans
tous les coeurs haitiens.
Au Champ de Mars.
Dans 'apre-midi,il y eut,au
Champ *de Mars, concert au
*kiosque Occide Jeantyi bril-I
lamnmcnt dtcord, attractions
diversesauxquels assistait une
grande IftJe, de promencurs
et d'enfants. '


Noire IIIL





... s'est Ccnrquill d'eflroi efn
ctlendanl une churmantne elspi-
ritlulic dame du grand monde
dire A son Directeur qu'elle le
crcverait, NOTrE U(EL, A cause
de ses indiscretions.
Ce nest pas la peine de
vous donner tant de inal, re-
partit lejournaliste, cni s'incli-
nant. 11 se termera de lui-nueme
et se punira en se privant du
plaisir de voir bitn de jolIes
choses...
Ce sera tant micux...
Ou tant pisi
Norit: lEu. vit des personna -
ges qui assistaient i l schne
aire des geste contrarins.
0
... a vu, vendredi, vers 1 iheu-
re de l'aprLs-midi, un Agent de
I'Ordnre, arr cr' J'un geste le
buggy au No. 529. Ic cocker
n'avait pas de licence et Ic gen-
darme lui intima I'ordre de
prendre la route (Idu Bureau.
pour se metLre en r'gle. Le bra-
ve chevalier (d' louct n'enten-
dait pas de cette oreille, it you
lait d'abord conduire A bon
port les passages qui occu-
paient sa voiture. Mais I'Agent
sy relusa tout net et force rest
A la loi; car, NOTHe (EIL vit les
occupants du vLhicule meltire
pied A terie, le gendarme pren.
dre leur place et le tont, cheval,
buggy, cocher, gendarme pren-
dre le cbemin du Bureau. Tout
est bien qui ne finit point mal.
... a vu le nieme jour, mais
vers 7 heures du martin, A la
rue des Miracles, devant les Bu-
reaux du Service d'Hygidne un
cyclist heurter et renverser une
petite lille qui s'en revenait du
Marchli ayant, sous le bras, un
pamier rempli de vicluailles. La'
petile se releva sans mial, heu-
reusemenet maiis il y cut des
elufs classes ou plulte des eufs
brouillhs. Belle omelette sur le
bMLon I
Le cyclisle qui. sans doute, so
souvmt que : qui case les euts
les paie m, s'arreta et p'aya. Ies
choses a'ullcrent pus plus loin.
Legumes, r6ti et le reste repri-
rent leur place dans le panier
et 'lhoiine A b canc, son. che-
niln.
*
... volt, A toutes les hiures da
jour une troupe de deswuvr6
et de vagabonds, des marchan-
des poissardes, shines et toute
la ribambelle aux propos obs-
cenes, se grouper devant 1'Eta-
blissement scolaire des demoi-
selles Gardere A Lalue et prold-
rersans respect pour leIjeunes
eilants qul Irhquentent cette
ecole, les mots lea plus ordu-
rners et se liver aux scenes lea
plus tumuUtaeuses. Parlois iU
taut mieme arrneter ea coTs
taut le cuseda est violent.
An secours,a olice


A ParisiRa ... a va, bier matia. tout ea
AP dun lu o la Iruie Alaets.Oeutu.
A Parisiana, 11 y eut, dana chues, n grand ltbhars. e
la soiree, une grande repr- gonsi du quarter, entaue en
sensation cinfmatographique uenilles, lemmes aux voi raw.-
offerte A la population de Port ues, hommes n t:mbre aviae
au-lrince ar e l De partement (a oublir pe quo c'tait bdWM
de I'Intbrieur. Parisiana cut aJanvierlf)paisaient de I'ora
un success fou.Les beaux films la fontine" publique mtAe dans
comiques qui furent projet6s ce pr 1e. sles6Omm i enm
sur 16cran furent, a tous mo- dit pla t: tPi.mltk- Ecl el
inents, salus par des ton- de voix, bolulscde, fiite tlntr
nerresd appludiasements; t san en qui na.
dis,que sur la Place, pros de ail lait attention: aa tro beant
la Statue de Desalines les de I'gooat qui long l'Ophelinal
feux "d artifice 6clataient au tie la Madeleiie,s'y engouffra sou
milieu des illuminaticans feW dain. On se porta Ason secours
riqcs et cdes rejouissanlces ec le gosse en ful tire indemne.
)pu1)lil(ques.indescriptibles. I leurlusement I


,w~ i"' -_, *.~. ~


t
I.


n
~t


0


h





.----css-"---wo
- ~B
..--- ---- ..L.ii~niiifc~--iiu'l ii"""'*TB'rni-in- ^-*


LE MATIN- 3 & 4 Janvier 1927


-- -~ .----. ------------ -1 1 111-- ~ .-- -_- ~ __i


PHIOSC 0


IENDANT I'allailem nt, la dA;ense orgsn'qne dae l m m
re est encore pluh considerable du (ait de la secr6
fi? tion lacide qui doit aller eu augrmentant de jour
Sn jour. La encore. I'usage du PHOSCAO p, rmet 6 ;6
s ju la aourrice de prolonger impuniment I'slaitement, .
t.aiuos que le nourriison binuficie largement des bientaits de
Sette siralientastion matertelle.
La premiere enfance passP, 'est au PHIOSC() qu'il ~
faut race~ i pour pr6venir on combattre lea crises de la cro s-
sance on 'simeatation phopphatde joue le rble capital.
Le PHOSCAO sat us des rare aliments susceptible de W
conjurer les effets du surmenage iutellectuel, resultant tou i
jours des ltudes scolaires notamment A I lpoque des examena. j
EN VENTE
A 'ort-:.u-Prince, litZ Simn Vi. ux, ILope Rivirs, A Bol~t,
Ch. Picoulet, E. Dersix, B N. Sada,
L6un R. F6quibre, Ed. Eitlve, Al-
phonse DNsir,
4 Saint Maje, chez Madame Maurice Clesca, Madame Cl--
D menrt Coicou, Mudime Leco hetlire,
\ux Gnaives chez Lacruix St, R1my, Madame Eug6ne Dd-
breose, Masame Entw s.e.
Au Cap-laitien, (hez F. Altibri, Cb. Javaux.
A Petit Goave, chez B. P' Heid.
Et dans toutes les bonnes maison d'alimentation. 0


SAlfred VIEUX
Soul Re-pr6sentant pour ilaili
~b~t~p~' c~f~*'i~~:~93~'vr, 1 -4, ~


vase qui se trouve tout prios do la
route. 1' 11 s'v enfona, imas de(I
la belle laon i licnii de cnsse,
loit het reusemnnit. Les 5 jurines
gcns (ui cccupIaient la \oilure
Uen fur(nt quitles I our' uI I;on
bain de ... boue.

La Proclamation
Pr6sidenitlell
A l'occasion du 124ime an-
nwversaire de dI'dependance
Ialilale, I r,'sident iBorno
atiressa au Pe:.ip),'e ccllev:br, n-
le proclamation :
LIBERTY EOALIT!: I'liAT IIlNiTIK
REPUBLIQUE ID'HAITI

PROCLAMATION
BORN
President de la Republique
CONITOYENS,
Au seuil de l'ant'c nt uvel:e
qui s'ouvre devant nous, je suis
heureux de sa'tIer, au non11 de
la RHpublique, Ies glorienx Ca-
pilaines et les Soldats vaillants
(ui nous conquLirent ulne Pahrie!
.Je suis lcureux de letur ol' iir
les sentiments proloIns dle v
ndration et de gratitude de la
Nation qu'ils out cr,6e !
Its Iavaient croe ilre el in-
dependante en lace de 'etlrain-
ger. Mais tant de ruince miale-
nrelles avaient Wlt aceuniulees
p)endanl la lutle!.. El (td si tris
Its competitions se rc i\'i rel n
el se poursuivireln aprcs le
triomphel.. Malgr6 les efforts
des grands laitatlns,- ii v en
cut dans tout le coars de nolec
histoire,- la Inobl)e coOiii te dtce
'Pres se trouva un ijouRl c I'iiio-
mise! Elle f'eit l i1rre16n1tlia-
blement sansla paI:iotique sa-
gesse qui domina celte here
pdrilleuse I
't aujourd'hui, il est possible
de se rendre compile, i Iravers
le l dgent dgg nt tes passions,
que l'euvre pique des Atice-
tres est sMauve, el qu'elle s'or-
gunise. glace a la pauix stir des
ondemeientssolides et delinilifs.
Et c'est ma haute joij d'aso-
cier maintenant aux hdroiques
souvenirs de 1804 les vastes es-
p(rances qui se d6veloppenl
sous nos yeux et que precisenti
les r~lisattions successive du
prorianmne de 1onl Gouverne-
ment.


Uniss >ns noi s, Co: ci!ovyns,
din- line enuertlque pI dll.,sion
de il)i en l'aventir et da(ns ili voI
lonli inbvlninable de nmoirer"ai
mondCe,. cI (ie C ceju i soiS l p'i
chain uine l.\rt: vraiimei lii-
bre cl ,dl6pendlan'e, unlle I)Del;)
crati' dtline 1l. proi p Ire.
I)( n & ;u aliis .aiui,;il, 1 v
leI Jan.icr 192. ail 12.liiuc de(
1'l nudpeida 1Ice.

Les beaux sonnets


A. Sarah
El ce temps sans baut Saeule encore tu neus
Sre li's
N; chant descendre iille un grand escalier clair
Ceindre un bandeiiu,prer ni I.s,br.iahr lit It r,
Reine de,' liltuile e pric ,s- des geiles.
En C' lempi sIns Ile iarl,;'e It: prltestls,
TI dis des ers, t l. urs ilainnir, tIa u sw
peril
Tu Ite is dl s Irais, ir e ti 1 *I p us tie bras :ir 'i'"r
IE qu:inl Phcire par.ait n1us s;nilimii lteu im,-
ceuls.

hidl die s;ii.ffr:r IIn t'aj;i;lr' die* rrirs.
Toules Ics lariu e s d s AUli sr les i" Is.
1 8iws .iul i I, s u.s b e,i, S ir.t'i, 'i *i 1 1'(f',s
fr sin ~ I .rivi,,u l :? p sr ql a iid lu ji l s,
I's livres de S' t kesp ire 4 blx ijies (to I's
Edmood iROSTA.l X

Avis prehssionn I
Docteur LOUIS BARON
Chet de Laboratoirs de I Hos
pice St Francois de Sales.
1267 Avenue John Brown
( ilue ).
D )ilnne avis I ses clients qu'il
reprcnad I'exercice (ic sa pro-
ressini et se tient ltois les
iolrs a letr tlisp ) ;ili )i de 7
l1. 9 hlciires a. '1n.


Les x0ellUates marMqus
doe Farina
La riAch & losila
Dc la Southwestern Milling
Company, Inc. de Kansas ity.
En vente a bon niarcl chez
G. GILG, Agent de la Comipa-
gnie.


1 Benoit Couba
Rue du Magasin de I'Ft:it
Nouveautes et Fantaisies les plus varies
Articles de minage IleS plus ultil' Ve:'ri';'., ct
celaines de tute; hl uttes et le p is' a; L 11. ;
Sacs ai mais p )tr df in et P ,:'t! ii 1 '; ,
esles le1 p.lui> e':: .'rli un et P' .i 1.' -
suaves.-Jouets amusa its ct iustri;etils ;.' :s 'i
du(its E Ist manin Ki lack


I'


I :


I


Reooavtsu i blendml .- s e.o e oa.. ado r.

ELE AVAIT MAL AU.DO E

A LA CUNTIE

Un simple rem de de famille la
calna corner par enchantment.
I1 ny a nauc'.ne raist nour qu'un mal nous
cause dcs heur s Oerncllmn de aouffranoe quand
fl est si fIil le de le fire diparattro avee un sim-
ple rerrm& c de famille. C'est, du moin, l'opinion
d'unodamnede Lille, France,qui en a fait 'essai.
"Jo ne pouvuis presque pas me remuer par lI
force de la douleur que } 'vais au dos et & la cein-
ture, maia q'ilqiue applicatir's de Liniment de
Sloan sufnirent pour me gurir. '
L'effet rapid et bienfabuant du Liniment de
Sloan eat vruimret Eurl)renant pour fire dis-
purattre la rigidity; et ca lumr toute douliur nius-
culaire. II sunlit d'en appliquer un pctit peu
pour quela congestion de tis.utesmalades diniinue
et lea muscles a t nitient et e oul ag.icmnl soit
inundiat et coraplet.
Le Liniment de'Sloan est reconnu come un
vrai calme-douleair, pro:)re, ,r.Lab'.L ct facile 5
employer. I1 n'y a mni,' pua br-'oin dc e fruiter
our que eon action commence. II Cl aussi tr&s
acil obtenir. inocoutatt pus cher,ct et uiuve
w vente dana touts lea pharnmcies du nunde.


Liniment

-ide Sloan
IAnfantit Toute Doule


L'Abre de Noel
do iad s $BORN)
S'il v a une fC te qui, parmi
loLI's ti.e ls iqui cuielnt lieu du-
rant les dernlcirs jours de Ic)-.,
revC.it le plus touchant et '"
plus c)hr1inant cair,ctcre, cc fu-.
a:.;su!1r cinnt celle qui sc ildcioula,
je'adi derni:e', au Palais Natio-
nal, autour de l',Arbre de No;'i,)
dress par Madame Borno.
)Des oilers, des jouets, dc;
bonbons, des jonjoux A prof.i-
sion. L'Arbre est lA, magniflque
ment ornc, faisant miroiler uix
yeux des petits, I'appat fascina-
tcur de scs clhevaux de bois, de
ses trompcttes, ide ses revolvers
a cau, de ses boiles de ch:iolat
croquant, de ses drag6es, de ses
pralines don't on ne peut dire le
nombrc.Et, devant cela, les gcs-
ses sont ranges, lammes aux
ycux, sourires a:'x levres. Ils
sont 200 ; cent pelites iilles, cent
petits garcons. it tout Cela est A
eux. lls se partagent ses pr'e-
sents sous les regards hcureux
de Madame Borno satisl'aitl d'a-
voir ameni le sourire sur ses
petits visages ct un pen de jo'e
d ils tol s ces c'ie's ininoceni';
lis dlpouillent l'Arbre de to''s
res b-aux ao:'lo:s et clhacun,h'u-
veux, e inm porte i)prcieusc.nent
sous ses bras, qui une boite de
pcinture, qui un co:l'net de pria-
linHs,. 'qui un clairon lintamii-
resque... Mais coinmlat parlkr
de tout ?
Oui, ce [.1, toucht 'l ; ch:,r--
m11nt ; c il fant vivc::Lnt re-
mni ieric M d:ul.n 'o-'!') d';vo(r,
va.int t Coie; i ;', s. I,' "i
r-nd;'e h o"lrer Ic 1 L ilt petit;.
t rres a oir ,i un
eapior en F 'Ltmc *,
1 AIlS-Viviaan Stra.in-;rs, e -
otli.'ir anghlas (iqui vien!c tl'. d'
aril'rci purii eslio' in \1:, aur!:it
avoui l qu'au course (d- eel t :;1-
nee il aiuait agi pIo' le c ).n)e
du service l 'cs')i :irl, n' le-
in,1id pou" espion ;er luav;i;.',:;
fran1.'aise. SIt'ande,'5s a C',' ii'' C
la s'maine ledniere :h n a;fwv,iMi
oi il quittait Paris p ;:r r'c'ri
en Allemnagaie. II auraiil d&lar'
aux aulorilts (iq 'il ,itail ve.i .1
sept reprises a lParis au course
dos ,douue derniers Ilois et qu'(il
avit applortl 'h Be iid. i '; rc.l-
S" _ ".- -- "--
seigllell-'i ts lit s im )l'vin.;.
4cc dent
Snarilim ,


PARIS U'n mess ne ticpho-
;Ii n l()iii2 l r U ii' pe i
1; Mcr NoiM' A LA -
IM V-ili i- uI


_I _-- o -


Urandes itnonaa- 4^.
1Ur aux Eiatp.


N.\A VItLII. (leni :ssi )- I.
N shville (fanls utite des lius to
!-il Ills iu lldalions (iii s oie S
Irodutls dw(ns cette ville ses. WN aet aCrig
dP i, dmI,, till pisg lrrob u de n dlin
vitoire, ce clui a olilige 1 phlusdeurs
.enLaines tie ,pc'sotmnes a se join prennM at-a o rl
ir I ; Sx millers (dautres qui olut prn t opi
!'li devaut le sinistre. La rivie re u a.
qui monte grnduellement avait l o
atteint une hauteur de 16 im. 50
)presque le niveau atteint lors
de la fameuse inoondation I d desL a s a e
ISM1. Le chef de 1:1 police Smith
a dit (,ue 300 faulllles avaietllt -
6td l'ories de quitter Ieurs habi-
Lations. Le dplarlemient de la
police a Cvalu A 250) le nomhrc "
Idc Loes de maisons e;va.hi ., ,
p-" l'inontlation. Ei u: 4 ,.
.000 personnel ot t chasse; "
de chelz elles principle ct.ii.L .' lF a. .. g
notrd et A 'est de Nashv.i!c. n,. .


Dimanche cls rc'es du ( arti conerl:,
m cv:Iteur Ilitt (rqute 1(K)O soldatsl
tor, Pe Iqn $1 llu Ill 'ti ,:sct.ervatlur ont es 4i
x" E te 1 a!j f o1,:ot ,'e cI, Ilte M lk) iiln) ibrax
,hUu;i! :;.1()! anu:icnt t des Meii-
Ie s 1 li lA' et 1 a''1 tt n h a 1 c II.Ii. :s collservateurs n'.
"' ,ld~anvicIr, noLI ,1,'2 s alC :s, :c' p12:! ; !:il die imun itions et its
bi liels jouri s dlN st 'lCNl i: ON ]s Etass Iai trouiv ie qe (t'eurs mitraillie.
u-'in'ice. l furit z r u s nis o lr.ert l: i:: aft. ;alitL ,s no i Wist: ieit i pas pour re.
aiait gise lus ei tiici itL )llS cis po litlique Xca (ra \,i 1'ssci s idoulo e pieces d'ar'.-
f'aisait gnr sc 1i:1 II Cit ', ua. Le ",",a d -"1 'cl a t .
.na. 1se- S.nu. e ISKel 4 d- m* t1:01-ic (de etl.uignc des IiH ..
gris sale, ie grois uiimiges loIrds, r a d'ht I q 1 soldits ru x. !I:; ordo rnt la retail
tlistes, chair s de 1lui. vo- i iI'l. ll nte ie d rC ill' s e 40 I lOomn s corb-
tdll pnf'nrp (I IMaii c c*l' V .e-IM 11)111111 h Cntell ,
Itient r'ail clair et chaud de 110- qus pour 1 p'rotectio des dv viei Iu 'li entl len, mi pour )ermevtre
tre s uoil. et (tie tl' iCeSe beas anlt. ri' i ts neut -cste de laoupe e se ret i-l
Mais u'i c, on reii a;l (t !:S [!: It qm !I lutlj ;ie ":ll, .I' yoiic neulre d- .
V'cux Ic Preni'mt *alru icrl ;ou 1 i 11 i IC r u ll C^Bt: i'C!' d ut /Q i C iieutrC diu
Veuix le Preie anvier ;i o (-' quill se pours'' Il ent s,.e 1to )!; 40 tou0 homes de ler-
c'11I encore dimaluch. De)s itoli- )es (liu ',er nt '. i c t' un "grand non1 ) r4
les d'env nts, he -ur e x,, I ,I'C" OU- %'v1t! C rd tl qd
e out le i t s rebcs d i o Aii sa ren ,, nII ,Us et d autres ontt 6t
.',icnt lIs rues, Imettant a no- fi Ii e c essaired. e.itolt- e f.iits prisonniers. Le
Ic a 1 )lus gai c. is ll"n:,ln I ,l it, 'ii l ''or ,li ial est arrived A E
Au Chamls de Mars (le le rssi i, c,)nviC, e eI' s'nt' l"iiroli ii ra d6sarmni par i
intes variiLs des costumes iIi- io;iInr d( > 1;2I since 6tri l de ses in- .ro:.icos na ses amin ricainti 9l d
sent resscmll cr rn i n i t '" in( tension s )ci'fiqucs. AprT;C; e i: il ii.neurici nitQl ncutra dan
chamln p tout fieturi de b)luets e' C : 1 oir)j cc nf.-, avecl Ic sar ita t t -cn% i 31 )A .%.k
(i coquelicots.il v cut uin grm Ki'logg, I., Borah a d' l. :r
mltch dic polo qli lrep'senal le qu'il ne vovait aucune ne essil : ---- -
plus grand inttrue'.Match ti!.Lan deo icriieCL une oiqle:- '
1 ore B nrigadle allat rcalisN 3 union dic M. Io a, n'ts: pis p A -tl p.
buts et la (;. dt(I '3.. ta e q s o rdur-e d e ordic adn... l
Ensuiten Ion assista i la nati- (1101r,'e du MOWt.l :1( qul a Ltuv
ne e cinmatographique o!lerte n)a:icc qu'i nrcsc.:ter it une r6- itakla deallen
aux enfants i Parisiana, puis ia solution au S,iiat :o r riclame'r
la soir~el done en Iehoa l e 1. cle retreat des navites d e guere ROME- M. Mussolini et1'n
de la population par la Corn- afllnriacinls 2s c .ux dii N'cara- bassaideur von Neurat'h ot
mn c. ,s deux reprscntatons. gu a m:lnA s q(to ne ks 'rcti- gn auujourdhIui un .tr"itd
ont eu le plus bea succcs. 11 rat volotantaireiiit. Unl1FOuisie- conciliation'et d'arbitr en
n'e i saurait tMlee (d'alluer., il- , sCnatcur a s'occuper de cet- 1'It.,ie et 'Allemagne pour
tre .nlt pisqu'lles sc (l n Iquestion est Ic siiateIur Hans dure ICe dlx ans. t :
nrcnt a Parisiann, tell, im )'rate ,c I ln BERLIN- Le nouveu t
I)nhe auss cuTl ,l ia qui a alriil quc tt( cra- gcrnmano-italien de C'ncil
de I'Auliae du Lvn. Ots approuveraient la pIliti(;ue et darbitrage sign nldjo h d
Lealocal du il mL e Ol r alle i 'e, "f'a"se .... a
Le local du Ldnc.,stalm d aui ne c otiet acuine ct aus
tenairt lrendre partlcette bemle ia au Nicaraua conornite ave. esrit de
reunion, v.)ilant aiasi m o.'trer !-, ., 0 ,, e _lo e l
combinen .ee.oeuv n--- Socitc i des Nations pae laquelm G
te doamis tl a lla Socite pomrt illa sera enrcgistr6 sous peu.C ,
au-ptinenci e. r lb n porte-parole du Minist
Automobile lnis a ila raeia aU N laro a de s Affaires Elrang rs all
cts r,, ..n. le o,, 4 ..-. e. r mandiud quii a fta cqtte dueca
etl e gagnl; par le o alidear- MANA .I ". \pls :vre. Irei tion ,ayourd'hui. Le trait i1
teincu At lle :inonde Ftl- pouil. 1a victo ( d. ais Ulae ha- voit I'arbitrage et le regleine
itol. ai leL. a s lPerlas sur kI c6teL r'anmible de presque toutes l
La voiture a i. 'imm iat-e or.. ientae, Is .l..I.es it.iliales duA disputes qut pourralent s-1le:e
me.. reo- ,: .S.. huruse ,i "l,' c".tIl.iccnt.lt! entire 1'Allemagne et- I'talie/I t4
E. puis ho tcmpsso l.lsai.t pls iaz .- ( I;lt th on.u I)r les ss treite ps le c odlenre n la
:nussadc, totcs Ics rjois,- Etats, I,. onU et( for",'lXs tie e par l'Alleniagne avCc huit
cs prircnl fin ct ,rcn r.l- rcc; ,,,.- .t le, rel)clles. Ie tions y corn prs la Suise,. ux
tra che. soi, tlcieuxdcX tie cts goCivi't u t d'l i lih a lul e h le"er, Id -aenr ed
deux jours tie l:c:;c dce gaitc. tc Ico. e)1'l 1. lMexique. Le: rents Eatas Balles.d
'es


dilt
I


SaI IIaWhtesn wiIet
I nIs ui*I *1 ,'lefti
j ^iP~iiliir~ i^^^^^^^^d^^ I


Un le
Un gallon deljce e iiuf conmeablmaent r appliqeud r tr -.- -----, -., d ;., .
les important idifiace ruionot pre peito a Am employee
SEglise du Saer6 Cur, TorgeRu-Eglise Saint-Joseph, L
Cerle Bellevus Royal Baok of Canada Banqu Ni l
au- rince Bmanue National de Il Rdpabliqueb 1'HAitI, ta. ...t
la Ripublique d' ati' Petit-Gove b Banque Natioal-a -- -ll*e< L ea
Banque Nationale de Ia R6publique d'HIaiti, Jaamel -- 1
orG an d Matio te amdricalne Rtdio Corpor it
Rue du Q -ai -- Bar Termlans, Chomp de MarsVilla --i 6f a
Martneau, Trl'reau Villa iUon D -jean, Bell"uVi a % T &art
S Ville Edmond Maagouon, Pea de Chose Villa M mt1 if-Cau1P a, '6f
SVilla mem Vve T. Auguste, Bois-Verna Villa AA oln e TTamlas:, it'
Chose-Rodolphe Roney, Peu de Chse-Villa FiehlWr Auslmel TeTurgea e i
Villa Ed. Lespiasse, Bellevue -- Villa teOA Paibert, Belleue
IVil a Mme. Veuve Barbancourt, BeUliue V
Villa lHermann Pasqaier, Peu de Chose Ville Me A. Morel, Beller. et
Villa Oswald Brandt, residence Villa Luc Th6ard,Bois Verna-Villa Luc Thard, Avea J oh nal
Les meilleures constructions Archilecte Geo. Baussan Les meilleures constructions. nch Ger
Daniel Brin Les meilleures constructions arecitecte L6on Matbon dai
Pour'vos commander ou tout autre renseignement, s'adrmser ni
0sst


I I I I


i


-~lp--YS I I


: tt
LI
,,i.*f


k


1


*<