<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03407
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 14, 1919
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03407

Full Text


Ulnuar t4ivril *1,


W


*3~U3-?OPt&an

ABOI4N3MENTS:
PORT-AU-PRINC-


fc Yols
flub MTEobNT



Tnk u Yim


0


0. 200
o 500


6.0
SAO


ii


a 8.0


Ln'p a pa&o

d'inutilit&s


Dani6reaat, j'ai envisag6 la si-
Iatn qui eurn tstoe a l'itat si,
gr lee i JMfu't^s aecuelle de
aet lea avptages..qui, bteot6t,
omot offers le commerce on
mdsWtrie, lea employee et fooctiou
Irep publics conntionaient A 6re
ist percimonoensemt appoisa
Squ'ils le snot encore aujooad'
it s sas l espoir duone ausmen-
ioa qui lour serait comme uue
e *' indemnit4e de vie chire ".
, on n'a pas a se le disaimuler,
problem do Is vie cbh 6 exite
\ eut nol oe ait quand et comment
rera r6eolu.
poesant les chores as pire,et fai-
nt Otres, poor an instant, lee by-1
bequea du Nouvelliste l
Sbon queiquefois en fait de reves
Ssuppoeer le pire.- j'ai regarded
Sface 1 oa od pour augmenter
Sppoinlementa de certain es fo c-
eo, on on aspprimerait d'autres.
t larsn ej uademand6commeat
un disunguersit ceax qu'il faudrait
rderdoe ueam que 'on eeralt for-
Sderenvoyer et comment me forait,
raveitr, i recrutesmat des em-
ps public.
tJe Ase presque certain que
a stoe no es priseetera pas
tou D'aura pe i faire de oou-
suppresonsoe, ca,, comme de
M ts oaWffle, s derriere reform
a emporte toute le ema1cares,
ktea le '* iunatutes pour parlor
laage expreseif de notre con-
1 n'y a plOs, deasa s, dinistratino
use, de foomton- inutilee. An
traire. oaa certaines admiis-
M l mMino memed'emptoyee
c'est on ab leurs effort eat
boone votouat quo coa qua
d* 6epargue par ra derlmOre re-
me, expOecit la beeoge quot-
a u volt donc quo si, unbe
foMe, on on 0atninait le
on, n ea leument Is mMWre.
auogmaterat, mase encor
eautsaveraMt I marcbe dee al-
publtqeas. Et ce neat ceatai-
pasa le but que reve d'at-
o plojet d'avgmentaUtoo.
Soa but est, d me eemble,- toot
dlurant aa Te auz eosmployd pa
btout on ler losuftant I'amom
lears foocUtons et le deair d'y tra
Urt o ea ament parce
a y soat Meo retnbu6s,- qae
travail auqu eelt soOumsm chaqae
namre soit falt comma iI etl
actatueemtnI, c'est-a-dare, tre
.M. .ela 6e peut b'obtemr an Ga-
uast le nombre aes employs
quisttait pour doubler Ia ebso
GOe lactau d'eox.
ea projet d'omentoo, de-
Svoir pour conoa6quece de
Vilel aupprs tona iraIt dooc
oconatre ga beaao reOltas qu'
Seel in droft d4 a teudre. Moesu
laseaer aloesa le cboas
rtiat o0 ellea soot. Le pire
tAttce' muitou que oe pis.
L. L.

AVIS '
S t doend avsm a public et as
qin'i et oireu ae de-
Sde P, 4 U doMaae par fOu
SKater a fea Altred Wianm
repnEgcataln Ia & art 0e Mc
auer d aar ottpLbe o l Ga o00os
do Oz., poots et de
a .au do dYIt-da-w'ix.
S.imqueoce, a ucae trasm
auwua puoemaut to'al on



SdlIa 1i Wt delgi-


lotidien


tc~irc~ ~ Y~i .02esure h6roique
IteliTR all F EMUrrl- ems~



boux Is. criea .pprdcikitiioen s (1
vaest. qWu dousse w~ie idde do@.up
rpportpr I &r HIS via sansbige
voyagAcmz "Qsuo:


Am reauI Cteoux, gans
oirs,nous come avec esprit
grace les impressions qu'il i
au coors d'an voyage chez i
blables de couleur 9, A
Cuba. i Saint-Domingue, i
velle-Orldans.


Blanc$s es
et bone
a rescues
nos sem-
Haiti, A
la Nou-


...S'il est un Dicu, pourquoi fit-il les n4gres,
Pourquoi noircir toute une race ainsi ?
C'est de la sorte que s'exprimait
je ne sais plus quel poete humani-
taire, un peu avaut 1848. Paut Re-
boux, lui, ne paratt rien reprocher
sa Seigneur. La nuance toacee de,
ces braves gens ne l*a point choque,
et il semble meme les juger plus
agr6ables de frequentation que les
btaucs qu'il a rencontr6s sons les
mmeas latitudes : ils sont gais com-
me des entrants, its aiment ,la danse
ils vivent au lour t ljorr, ils vous
abordent avec majeste,et bient6t s*6-
vadeot de la gravitt quails vc.draient
aflfcter par un bon rire.Aprts quo',
de t mps ea temps, on s fusile com-
me entire spartacins oa entre bol-
tvrsks, moins qu'on ae s'empoit
sonne, cc qui est mieu.
Mais il y a unn question que je
voudrais psNer A Paul Reboux. Les
uons qu'al a vus soat en contact
avec des Europeens, avec la civilisa-
tion eoropteone depuis plosieurs
centainesdainfts. Or, ilsressemblent
trait pour trash. A ceoz que j'ai con
aus en Afrique, des rives da SCn.-
gal cells du Congo, dans leur
pays : wmme eaentailage, mime im-
poisivite, meme insouciance je
dirai aussi memes conceptions reli
giea es, o la danse a le plincipjl
r61e. Comment se tait il qu-ils aient
st pea change ? Cela donnersit quel
que tondement A la m6fiance que jes
Aminrcains proklment A leur regard.
Pierre MlLLE



onlIerpe Cn Ie Pall

L eonflit des petites
paissanees,

Paris.- Le Comitr des dix a tran
che le conflict qu s' tail elev e ntre
los petites puisances ao sujet des
16legue a commer acx co mis-
sions floanciere et 6coonu ique.
On sait que pour protester contre
le nombre trop r stretntde delEgee
qui lour talent attribud ollses a6-
ta ent, dana one premiere Sence,
wbs.6auee de vote. Dena one seon-
de aeaunio le naUtoonS sd-amiricai
nes a talent adjug6 toout0 lee pla-
ca A Iea-clusion dee petutee ouous
myant rftllemeat pa tacip* A 1a guer
La. comila des dix pour cooper
court a oote discoueson, a d ede
.d dsipier loi mene tee 4lyeue
dee peiwte poifasnces oes dim
comlia
PS.Usemar Elate sUd-amedricino
vos 00 .u1voclu. -trO prt
StootavowLsr ag ot d P e"
a *** 8@ghso MWwb
40 edwSssg esesereS -
be 4e O0pera
LS !I we


LA 1 -1 11-L-- A -- Dl -- -


LE NUM') 15 CUPTIN


Los announce cont rereew
A Fort-am-Jrince e bureaux d oJura
A Paris :chez L Maycoce & CIs 9, Rue Tn%. e
A Looedre: ches L. Mayencee tCie. s.as, a)
L.udgae H
f Nsw-Ymrl : llmI'd PPubiiclY c CO g r 43WON

Las samscrha Sinorde w ur, po romr


Les Graines de Sablier


Le Congrds de Washington
intordit d'en boire d'en
importer A partirdu
16 Janvier 1920

A partir du o6 janvier 1920, I1A-
mCrique entire sera seche... En-
tendez par Ih que. A partir du 16
janvier 1920. lAm6rique entire ces-
sera non seulement de fabriquer de
l'alcool, du vin, de la biCre, miis
qu'elle cessera den importer et d ec
boire.Ainsi en a termellement deci-
de le Congri d! Washing'on,et tous
les Etats de l'Union- saut deux-
ont ratifit la decision du Congrks
Plus de 3ooooo debits de boisson
et mgasuns de detailsfermeront leurs
portes. 236 distilleries et 992 brasse
ries representant un capital de I 294
ooo.ooo de dollars soil pris de six
millhardset demi de francs suspendront
leur tabrication tt pr6s de 2 millions
d'employes. formant Ae personnel de
ces ttablsssements.seront sur le pave.
Ouels seront les effects morauz et
politiques de cette nouvelle et extra-
ordinaire loi qui, do jour an lende
main, retirera au libre ciltyen des
Etats- Uis le droit de boire an inot
fensit verre de vin on de bitre ? II
est malaise de le prevoir. Les ou-
vriers-ceur d-origtoe trang6re sau-
tout- manifesterout lear m6conten
tement par des gIrres : tImoin les
ouvriers du bAtimende 1'Essex-Coun-
ty (New jersey ) et le personnel des
manufactures de pneumatiques G3o-
drich qui oat decide de quitter le
travail ie xer :uillet prochai, si, sen
vertu d'un decret pr6sidentiel, la
prohibition 9, en tant que measure
de guere, centre en vigueur ce jour
lI. I y aura peut-ire qu. Iuss ma-
nitestAtions un peu bruyantes des
terAussiers italiens et d ouvriers irlan
dais-manifestations que les LW.W.
ou bosheviks d'Amerique sauront
mettre Aprofit.Maisil est bien certain
que lef Americains ne front pas de
revolution pour conserverla a liberty
du gosier n.En tait d'agitation popu
laire genorale,nous ne serons temoins
que ae celle qui marquera le ti
janvier 1920, jour oa les Americaina
diront de patbetiques adieux au per
sonnage populaire qui symbolize tci
le vm et ses douceurs, A john Barley
Corn, le Bacchus des Etats Unis.
An rest. a ne manquera pas d'e
Frits ingemeua pour trouver moyen
de touoner la lo. On suggkre, pas
exemp:e, d'istaller des bars tottants
aa laige des c6tes asmric.iqw, au
dell de la limited territorial e4oij
uaalement de trois milles maria.Ces
bars seraient approvisionads per des
navires venant Europe.
En outre, adi maiteaat, dos pro
visions enormes, des provisions t
baleases soet accamules par ts per
uculiers dame loas caves, eo vae de
s s cheresm prhaiae. Crn iA q
entloram dam se se06-sol4 o de
son hangar des banl de wisky etdes
IlAs ae -obe. I seas doac toujoars
possible, ch*a na ami,de bone antre
ceboe quo de 'eau glacde o do )as
do poem...
La echerese a *a ryaraiy cod
iera mnaamoA cr la sance.
LA elqi ei pour e commerce
- deda ema vas et oas itaemai
S, i ,n te am Ie ,
.1w ~l LIL ~--t P


Sous ce litre a Le Journal di Hdvre*
continue sa champagne en favour d-s
products haitiens.
Dans ses Ler.vs sur le MatiUres
Premires Organiques, le doctiur
Georges P-nnetier nous donne ce
renseignement : a Les graines de Si-
blier e,'astique, hura Grepitans, soot
employees iA I Guyanue comme
mnetique. Le suc de cet arbre con-
rient un principevolatil trce irritant a
It Baillon, dean son Dictionnaire
Botanque, Ocrit : a Le latex de sa-
olier etastiqueest caustique, a graine
olagineuse est purgative et son bois
idger eat employ k fair des palis-
sades, aux Auti!les.,
En Haiti. le sablier eat on arbre
trees rdpanau. It y en a partout, dans
lea foit :s, dans les champs, sur les
routes, sur lea places publiques des
villes.
Les ilei:iens ne connaissent de
I huile de graijes de sablier que sa
vertu purgative, don't I action est plus
puiasante que celle de I'iuile de
cicin. .
(; rapprochement entire I huile de
sablier et l'huile de ricin pose un
proble.ne dout la solution serait des
plur otleressaotes pour notre avenlr
tiiusa.nel. L haiile de sablier peut
elle dtre employee, conmme I'hule de
ricin, pour le graissage des moteurt
et des machines?
Mais tout d'abold, qu'est-ce que
le sablter?
Ls sablier eat on grand arbre de
1 Amerique tropical. Son nom scien-
uifl es eet aHurat. It eat du genre
dos Euphorbiacdes, de Ie serie dis
Excceariies, et compared deux ou
trois especes. L'une d'elle eat 1't lura
Crepitaans ordinmiremens conaue
sous le nom de *Sa6!ier Elastiques.
Suivant les regions, cette espece re-
gait des noms divers. On I'appelle
Btuis da sable, Aoyr d An&rique ou
Pel-da-'Dable.
H. Baillon d6crit ainsi les dflurs
et lea fruits de L'Hura :
c Les flurs mooolques et ap6tales,
out un calico mA e cupuliform:,
imbrique et denticul4, des 6 auiniae
centrates, monadelphtes A antheres
extrorses, sesesles et disposees sur
plusieurs veroiclles autour d'une
cologne contrale. La flIur femelle a
un calico gamophylle, ettier A son
orifce, et enveloppant* 6troitement
an oraire A 5 2) logos unioiulees et
durmonot duu loug style cyliodn-
que, diat.t au somuime eu une t.;e
stimulant one corolla charnue, adi-
visions nombreuses, 6paisees, riflb-
chies et garanes de papillee stigua
tiques sor leur face exosrieure. te
truit eet orbculaire, d6piime, garni
de nombreuses cOces mepardes par
autant de siltons et so detachant a
la maturte sun grand nombre de
ooques qui souvrnot elastiquemot,
avec traces. Gnacone de ceo coques
continent ue raine orbDcu.sare Uom
primes depourvae d anue t dout
'embryoun mverm a une radicule
coutoe sup6re et des cotyledons
tatsra. esuborbiculasres, aunrcuie
et peomnerves as ba.e Lse Hora,
qa on appease vwhgaTe maet daebuers,
*oot do beama aro a l aiollea al-
aenoes. petoloes baeti9pale4 pea*
neomrve, mte do dou gmando& a
Ia base est aie gliodleuee aor
lea borda Las le a UisAe, aoaw-
pagaeasme oe bracee tkrmat m
soatc d'tsolucre, soot reuaies ou
pias p64oncuse,tandis quoe ee floues
temeMAse saot pedoacuee, sotIasaur
das I aisselle dee feUiles, o0 la
Oba., ou bur to cot6 de. 6yi, males.

xceleat cldentse... L.a S javier
paohaia, ceste cliaatle sa schd :
amm d se ~qt'al asee emoo,


_ __


C ----- -- -- --- -- ---- -


fbii A Pdim- CHADl


Lea ipis mAles soot simple dans
certaines espdces et deux lois rama-
fies dans d'autres : ce qui rend fa-
cile lea distinctions specitiques entire
Sdeux planes d'ailleurs ex'arieure-
:n 3t organisdes de tr' ne.
Iette description, d'H. Billion,
nous est confirmee par Augus e Ds-
guillon, daos le Nouvea Dictionnaire
des Sciences et de leura applications,
pubhl nsous Ia direction de Paul
Poard; par Privat Deschanel et Fo-
cillon, dans leur Dictionnaire Genfral
Ues Sciences Thdoriques et Appliquees;
par Iaussiogiulr, uans son Ecoonmis
i Hurale.
*
J'ai pos6 cette question & M. Bar-
nardin, le sympattique Consul Gd-
i ral d'Hai i au HAvre:aCroyez vous
4u'il soit possible de taouver l'usage
Sindustriel de I'huile de graine de
sablier, comme on a's trouve pour
I'huile de ricino?
Void la reponse de M. Bernardin :
a Jo crois qua cet emploi industrial
eat possabli. Malbeureusement, us-
qu'ica ni dans mon pays, a en Fran
ce. que j5 sache, on n'a fit de re-
ice.che b A ce sujet. Mais si les chi-
a inmates tentaient une experience, ilt
ooueultratieaoe e1'epre, en bon
1 resuitat. La aecouverte de employi
Sindustriel de I'huile de grains de
sablier procurerait one source im-
portente de commerce entire Halti et
la Franca : car quelquea soviet eI
Sdemandes de l'ndustrie franchise,
moa pays sera eu measure d'y re-
pondre, tant aet incalculable fe noa-
bre de sabliers qui pouseent ea
SHati a
Le probl.ane urgent qui es pose et
que davrout aolutooner nos chi.
tmites, eat done de savoir dans
quelle measure I'buile de sabber peat
eare utile i industries Le soul em-
plot connojusqualors, en effet, ne
constitute point une base o con-
soninnation suftluateo alors qut nos
pharmaciens diaposant do tant de
matters purgatives duji, pour quo
nous puissions distraire une partie
de noire tonnager, a rbduit bth6la
en vue do 1 importalon d une mar-
chaudise don't le besou ne prseea-
terat posit un cAractrte d'urgente
necesaite.
Mass, j ai de tortes raisons de
penser que I'nuile de graines de
iabliar trouvera un emploi certain
dans le gruassege de noo moteara et
de nos mnachluaos tout commune I while
de ricin.
Vjici,.en efflt, Ianalyse chimiqae
qea j iposselo des grains de sablier;
IIjile 5&.1 olo
Matieres organiques 44.5 o0o
Eau .1 o(o
Ltbauz et Potuese 2200
100 0o
Or. lee grains de ricin fmarnuamat
a la preeam bydraulique:
Huile 350o0
Tourleux 55 oto
Pertoe 10 oo
100 o0o
11 resort dooc qas gr aiso do
sabli at pIe rtbe he*a I qu
is graise do nric. Or, IHbuUe do Ia
Sgree dcib at trmee fa t o.
AIse quo Jo Irtias manrdi, dam
moo arcle ar ha L" et 5 RteIS
dmo qua'lUta saootwqaoI por
q anee buile puise "re employee
uomme bule de gralsage; ce soo :
I ~l Iimpiilte; 2 oane acidite inf
rieure & o graamem par atre. J
jautais que se doceur Roe, dieo-
ar du laboratoire doe laUtat Pao-
our Saigon, avail dtmustri quil
6aut irie tseaei de doaoer a I'& m
do rnim ce. deax qaile i-andipe..
ambics No poorraiseo pais pr a
a*e meAeaodeo 6auawhr pmend





Lit UMAT


lte aI Coanre
& 2 fIll

Quisqueya
La Ncuv l Marque du jour
Rivalise avc la Natgional
dans la counsruction et Is m6ca*
nisme.
Chaque machine, avant sa li-
raison, sera enfilee et touted prd-
pait e pour. 'usage et munie de
ase accessoires.


Prix


par Machine
Ur 13,00


('IAS. STEPHEN
31; flue oax, / ci-devant Ru,
Bn ne du Cosulat A ia
En face du Cosulat Ambiicain


( Itex F.
VencDnt darlrive


C h dries


Exttrminatetr des punatses don't I't
c :eado service i r cr bre de families
h'atbo your la destruction des
Ncux de bois.
fin Bed Ia mox ce fonifiant et re
constituent depuis iorgtemps appri
cit, et don't les pioFrittis salutaires
sont incontestable
Vin St Ratbadtonique et fortifian



Aut Fermes qul cralgnent I
atemnte. Enfants robust,
. sales at forts


Pie Fnent d'arriver:
1600 disques Columbia

Anglai, frnQais et syriens
A ccourtz vite & la mason

L FrarnuTaw AGGERHOLM



Artides CM ou PorIaTdmtte et ?arf m


Les parfums de fabrication francaise TetatL et Roe, sont
employs seulement, par les personnel raffinaes.l gantec et de
Le d6licieux dn Oinoc n'a pas d'gal pour l a toilette et
le bain; son parfum exquis et sa douceur inimitable I'ont fait le
prifer6 des personnel de peau delicate. It eat antiseptique et
privient toute infection de la peau. Employezle une fois et
vous ne douterez plus.
La Crtme Orinoka eat one rpicialite pour dbtruire lea boutons
ct vers du nez qui sont si laid dans un visage de femme. ct qui
souvent lue font perdre tout son charm. Cette Creme en mmem
temps quelle blanchit la pea lui donned la puret **t Is fraicheur
d'un petale de rose.
La Poudre Oriroka poer Il figure est 1'idmal poutr nue dame
de gofts raffinis; elle eat rafraichissante fine, parfumie en un
; niot delicicuse.
La PAte Orinoka eat merveilleus pour blanchir sur-le-champ
le dents Ics plus tachcee; h'haleine prand une odeur agreable at
elle donne i toute Ia bouche une douce sensation de comfort.
La Flora Bella est une Lotion Tonique pour fire pousser lea
cheveux. Elle extermino lea pellicules et imported quelle autre
maladie du cuir chevelu. Avec son usage lIs cheveux deviennent
luisants, sentient bon et ondulent naturellement.
Tero.t ast Pharm,,a.e,, Derouor Perfm.,.vi v wde. arre ckSd
Dg#im.,,d-l-r auijourdAui mh esiaet to mw.ue ORINOKA
ui est ouras u soram d Sur *us uomme eumretiD.
I THE ORINOKA PHARMACAL CO., he., T.W.., I.LA.









Spaghetti-Di -Martini
a la sauce tomato et aulromage
Prd~ ar6 ;ar des ( heels de Cuisine Italiens


Lahoratoire S6joug
Prrts isooe W jaI*iS6~ ~I~~~
It DIUM"M WMOSM A W Z&OMMrLOo 302 f ttlvmu-m
NPIUt Lbs d' su domdeclU fmiq jalo"
Loa do emwq q uo mona ensZ pi07o0" a soIsaeust m
mugs, m del do I l do I Go'we. Nous btusousemauqe.
= 1dksmt lobs. atom iudtoutofs I orstoirs Judnsmr s:
L'tou de mer injectable doltftre de tbI&catio recent. pour st
so Flopiliets ibdispeuqus. De Dombumuss attsrtioa us no
do cettleI oque nos produits out donA tons es r ltais nm pz'
SPEC.,AITE : Serum ndvroethdnoqu.,
G o6rum~a rdguflariae esJ ochamnutritik d U a 616
uecs dana i. I&u wfSthiO, ua tub low .


Au magasin de

SVictor MANGONI
Rlue du Magasin de V'Etat, vow
ttouveres des articles de ler,. he


Enregistreuse Natioi


o'us done les
les plus exacts
encaissoments


lier.


Enavent

L. IF REETZI


AGGER


Agent gIndra


Un R6gal
John Burns & Co
Port au-Prince


UI et prouvi qu'avec le *
COMPOSE "MITCHELLA"
lea douleurs de 1'accoucherent no
sent plus i craindre. 11 fait dis-
paraitre les malaises de Ia grossesse,
supprime les douleurs de l'accouche-
nent. rktablit promptement la femme,
exerce une grande action sur let
glandes mammaires, permettant ainsa
l a mstre de nourrir Ie nouveau-n-,
et soulage les femmes nerveusea
faibles, qui souffrent de menstruation
Irrtqulieres ou douloureuses. No
content aucune substance nuisible
lour la femme enceinte, ni pour li
0*bi qu'elle porte. Faites-en ressal
*our vous en convainere. N'admet
pas d'kquivalent. Sans dinte ni nices-
4iti de harder le lit.
En vente dais totes lea pharmacle
et chess Veuve Edmond Magloire,
I, Rue Rkpublicaine 86.
Pour la vente en gros, s'adresemr
RAFAEL FL6REZ '.0
Avemw Jo a Brown.
,ld Agent pour Haiti de I'Institu
3)dical du Dr J. H. Dye.
Nuhalo. N. Y.. E. U. A.


Elesse Monsanto

A I(crrtmW ncDt en d0y6t de
la.o.fillo", de tcutes sorts de lis
sup, verd dec ms rcbendises smrl
caso s, frosvcise et noglatces noD
Velkau t timipoites.
Grand d4p6t do lancbes,:do too
ts dic.JoaLs, jois a ortuaotls
deo heaum res poor bommI, fero-
nes et efant. Chapesoz de tes
enar poor toose le goets t pour
toao teen bouros.
Rie do Quol o fjwo do lI Dom-s


Une bonne occasion
A vende our C- se de dprSi
A vuw"to FODb "douw
a& Div" IIII ioil

tli-A l ecrr


- Une Econ omie


Bourne Toomey
New- York


Co


Les Macaronis DI-Martini sent les imeileurs..


I ____.


Demanded


Prospectus


et Catalogues


c


06
4 0
C o
t4dprnr,


u Monsieur


E


Eug. Le BO


M


I


wwwom anummosom


No


I