<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03406
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 12, 1919
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03406

Full Text


TWiba -K- SW.


Pori As Pri;nc (HaSti)


aAinent-MAGjOI LI
DLSUCMtUR-PROPRISTAJRZ

ABONNRMENTS:.


PORT-AU PRINCE
On Mois
Trois Mois
a DtPARTEMENTS
On Mtols
lOa Mote

RTRANGCR
Treu Mods


530
5031


G S2T
6.00

5.00


I


-)w


Quotidien


0


LE NUMIRI


5 CENTIvE?


0 I


Los annouce sont rogues
A Pott-su-Prince au torcan ddo joural
A Paris:ches L Maycnce & Cie 9, Rue Tre.. et
A Loodres: cbci L. Mayence ce Cie. :9, a&, a%

& New-York : uwena Pubidcky COa MY45OM
148 SUorN

LU mummmiubk m bs m w eS m pm m.


SERMON DE CARFME


La LiC des l aionsIrrigation de la Plaixe du CuldeSac

Lo debat aux Etats-Unis


1e Christ promulgueo la cons long commentaire* dont6 i a n li
titution de son toyaume itrment Al eaIsistance par le Cbrist.
ICelui-ci en doonera uon atre eccore
L IDeauis prds d'on an a Cbrist plus log, plus clair si possible: sa
pitcbe ke royasme des cicux; dano propre ,ie. C'et & cette double In-
ce but il a parcoura tooa la Galake: miere qu'il faut interpreter Ii cons-
sea miiades oat dispoee Ie people titution chr6eienue.
crure on lidi; encore qutlques o- lei, le predica'eur o'excuse de no
minesa et le Sueaer va es rendri pouvoir, faute de temps. donner
en Jodee oe fattendent de grande qu'un bref spercu de ce double comr
lottes. Avat de pitrir, i va promul mentaire.
gaer Is constitotin de son Royauom Bieoheureux lea paswres en esprit;
ees Ciou; touo I'eo prtssent, amea ce n'et point I exal nation de k pau-
et enoemis, vret6 subie, oi do communism, du
Noun gallons ce soir assister a proletariat, mais du deeioteresse-
cette paomulgatioo; puis nous eL- meant; c'est en ce sens que le Christ
leadrons lea commoentaire du Lhriat sera pauvre. pauvre et ouvrier. -
li-amem aour cette constitution, en- L'amour de lI justice. ce n'est pas
Aba ous Iexamineroo eon sea rap- I'amoor des proc4s. mais de la Sain-
ports avo lee teLepe presents. tete. La douceur, la misdricorde,
l'esprit de paix b6atif6 per le Cbrist,
I.- La constitution du Royau c'est le contrepied de la doctrine du
me du chris; monde, soyez durs et vous serez
forts.
Ce nest pua la premiere fois qua Los 8 b4a'itudes, c'eet tout I'Evan-
Diae donnoe se coUiatluton SUk gile. Lea avoir presentes&a lesprit,
hommes pr6s de 2.(00 ana avant JL;. le, pratiquer menerat I'homme toot
Dau piomulgosit aA lot sur 1le : n I droit a la perfection morale.
sa au hlu dAuo appalat tirrftiaul, I.
mooatgue 6tait tmbrasee, elitirs ut III. Cett.e Constitution et
coups do toncerre acaDdaIt A i -
tole oe D eu. ALui fat dcnoe, l*'6pquo actuelc.
lia1 elite, le decalogue urmano
t. is loi de craite. Nous vivoi s a une tpoque splen-
C'st encore our une montagu-, diue, IJe rogres eat uncetsant, s*a
as maueu d on apparat bien differeu march (at foudroyante. Nous res-
que le Gbrit va, toon tour, pao semblons auog6ants qui prdcdd6ren;
uau'guer as loi. Pae de Caphasnauu, le dl6uge Et cependan' on en end
ie dreste nue colline.. Le hrbt y a des craquements dans 1'6J :e so-
pyass la suit en pri6re*; mear cial, la guerre moodiate a montre
leau, la foule s approche de lui, i. 4u'll y a o e piece de fauss6e dans
la faut aasoir our l gpzo. see a a6- Ie m6caniame, la rEvolution soCiale
trees piae de la at commence; so dreary partout.
Bienbeoteux lee pauvres en espiat
cV lse royaume dees cauex leur a- Es:-ce que lea foodemen'sa donon
uartienti par le Chriit & Ia Societe chr6tienne
Biebheuieux cetx qui out faim eteraient iosuffialts? N'eat-ce pas
soif a jasice, parce quls aerdoul plu 6t parce qu'on a voulu lui en
ILsasaais. sbstitter d autrs? Cupidit4 et dpre
BAeabeureau lea doux, car ils pos.- Id ai gain, iotte de classes, seaua
s6aeiont la teirt.l iSsme, naturalnsme. louJ, encenss p s'
Iktnhbeulzeux k mia6ticoidieux, tons Le g.en desprit soan devenrs le
car I leuar tesi lfat mieiitore l dogme nouveau qui a remplac es
bie&bih eua1 lea pacallqaee, perce visdies btatsudes du Chriat. E'lb
qual aronta peteas I hi ae Dieu bIte rtgits; et on coit la museler ou
Btt heaoreur i. a eatrs pare, cai I gaver de .. Oa es tiompe puisee-
ilU vesout.Doa. t-on ne pas le voir bien!6t
Raegbourea Seaux qui plearent, Qaelquea crises memblables ont
car i ue asoa0t co ols. dEjA botueverse I'bumaii e, entire
Ithobemureu coue qui touffren sautres A la chute do monde remain.
prdectiont pou Fr Justice, parce L'gIIso souva I hum anit6 avec Is
q*u4a osume deos cau leour ap- Conslitution chr tienoe, bienheureuz
atint. [oene pcuvre,, bienneureux lea douo,
Teie eat la Conaitotion da ro. bionheureuz lee casure pur, bien-
yaoame u CAhrat. Ee pore oids- beoueux ccux qui souffreat pour la
Laurment aeux uoaa; L b 4itudesw f justice.
pe0ce quo chamuw aasu e rommenme
per sle ot tet; ou Is armos swr Io 11 n'y a pas poor la Societ d'autre
mewsagwe, a caseo du leu L iU fut bse table qua celle*-, elsle Set so
peioouce. Ude con me Die lui-m6me. Qaico-
A propose de cette cooaatation, quo cherthe k .-Iebranler ea an
kro0 a renmaquo ; Ia e o ai le np- Sinlaiteur, que aur lui, st or sa race
poste non do suves toe oen r- retomse responabil t des ca nme
leiSe o uoavailent d oj& das lea qul q 'appr6tent eo doot II ers lau.
ventures, mais oisperseos le Chrnst *4f victims -
le giooUpe t eo 1uIt sun ccrps de n
Ktiijue; alnsi, jadis, la promulga Conclusion
ti on de decacgue u'appedrait reou. -
do aoueeau auxo homes, masi Dieu Ic eis prdicatmeur slrcoos do s're
resenablat on use seule proclama- *n A6 trop locPtOm Mpe en s so0"
tioan ks ivers precepms do A oi del 1 COOASi u*tio cb Lo eune. Call
balurold, coLfakm.nt Danacait, de. dc pi miAromenot on -eo sa ot
1oragine;aasalu o.acieace huna6oe, 6tere des bonemm:qv o dque ser
?Or orgianlat6 provieas du moment carte, tdel I ejoe m bchse oe
ea run et I aLatt fuiet iappetIa ,Ou *eguei. leAt-.e quol Ar oe is.
tmn A : a L'teures oa s'ovraAL unr ne 8o m ei j-uaAme hor d rlya-
beure aouvelle oo~ A 'ruuai. nsA.6 so do Coo .t o
bia& lAt avoir Aobsi. 2o 1L dLAec- C-e S e stdne e -o oM Goit o. |
%og* eppsalk s rtooU t cows m ~ i. .A..^ o ,ito huonmne davrit Is1
t i0 st AS b6i ssrtadecoanwe one aVor iaeuctels aUino u0rs .e* dar 9t
PK o CnUM o Li e do rut.p. 3 y An' Ta Pdi i r eoivtI.
-"-' w00 ,,,--,d .M001 4 flion, lor -.-h ii marlhera vrameest urw
pt oteau e eax de osuredietiou, ^ eri,
w ras lee as uIasl at ecirea pa dea Christ.
,a sahw deraars Pnerns dr C"ard..
tl.- Le Ohaxt co~ o =mte It. dimek adr, 4d Ahern 456 Sftl :
a1u at 0e.O0U't*usns U('. 8W sm Gb o inS- do Chri.

VL ",g ,,. -me- m m,-- 5u-mJ C ,-


New York mars.- Les discussions
our la Ligue des Nations co tinu n
avec autant d scuitO. Lea m.utr. a
du Cougres et d'uties orateurs de
reunions publiques renouvelleat
leurs arguments faniliers pour ou
centre le piojet de constitution de
la Ligue. La discussion prochaine
eurte M. Lodge et ", Lowel, pisti.
dent de I Universit6 de Harvard, or-
fre un i.teret excep ionnel. M. Lod
go a accept le defi lance par M
Lowell de discuter la LIgue en pu-
blic. Les debais auaouc probable
meat lieu A Boston, & une aate qui
neat pag encore fxed- On y attacne
une importance iuaccoututine.-
Une interview de M Ta't
Notre grand coiif, 6e le Matin '*
de Paris yant in erviewO l'auc'en
president a la REpubliqu. dis Mtats
. uis amsaujet de la Ligue des Na-
tions. M. Taft a faith des declarations
don't nou n epioduitons ci-Jeisous
lee passages lea plus importauts :


Pas intervention sans vote
du uonagre
Je comptends l'aittaude d3 la Fran
Ca. Elie beiit qu'il devuiL y avoit
une police iiiiernalionase, place
bois vn Lhtif deaign6 par I& ligue,
ct tobjoura p'zd.e a git poutr pio.t-
klr a& froutitre de I'Cat Contie unt
uouveoie invasion allemauds. Mdats
lea Etatz-Unis no saurvient souscri-
te & Un tel arrangetneut.
Aux Ektas-Uuwe. ieul le Congrds a
le to svoir do vdevirer I& glierre, et
its ficed snierICa nesa no puurraltenl
6tre placeca sousto ommaudtrneul
d1 n chtif do Ia ligue des nutl1onb
avant quo Is L(oulpes ait autori*6
itur intta veti~oa dana uue guerre.
Cepeudant, ii ri'y a pas lieu de
s'izcq'jieLe', car Ia vein.ure do uou-
veatux tats ot Is reduCliou des ai-
wnieutsle serout un garaniie coutie
uue a tLque brusquee.
Fidelit6 a la doctrine do Mon
roe atonallsmearne ricain
Etait dnIue Fxidiaience do ia doeC
..iji~ do hlnuroe, lea Etats-Uuas Untn
tieri'aitnt q'a couLe-Liejr dbnj un.
ligie qui ule Itur ierweitrait ps6
wraadsiter ia police dan Ase nouveau
uwon~te en coupertiuou avec les ou-
trom iaLti aweitiictsiues.
1d viaiL y avoirt uno Cliu59 intei-
disatL Ai out uatlOn mualinikCine d'a
lI6uer son independidince ou wou ter-
riluiieau prcti.du UlOe oatioo non
aimri caine, Iifu quo pbr Ia corrup-
taipg do AALJ~ii;Ae j1- na~t 0 niji
aLwudiwainesnu ui puhzeut crder doio
Ivatuaitla L en ip.ev*.aou desquoltes
M wjCLioC, de (8lOO10d 0 PieCisA-
.aezt etd proulainii.
(.arantie d'indepentiance
La pdriode do temps pendant I&-
quedl ses clauses du -pacts aron
op~raulna devrbit Are mieuidtfauis.
It me sernbie quecutflme dans beau
COUP do couveutious, 0 Osa ion dt
vrsam voir IsA dwt de w rotirer dt
I& ngaUe ou dounaot Ua prtcsII de
deul am, ppare emiwe.
II 1faut modifier Ie project
g o"n me. Is pacts do As Lidue
4" H iocs eat i portart, main il
taut A1 &oder p pur AI sendro aczep
tab.e sa xLtatt-Lnis.


Gifrafmc-Parlsianc.

La so ri. do domain aura n auc-
cna f i, ca au programme (guru
a Qao vacis asgrand film wte do
tr o" pplema. LVoentr Ose 0I t.50
I La darnumr eioe t4#, 6 aluo do
less en. Va"148r I


L'hydrologie egricole qCi ;nonus c- duisant 150 milliers de sucre brut.
< ope ep6cialement s'est d6v. lopr de. pact lea autres culture.
de nos ieurs d'une fagon surpre- Actuellel.e st seul le Bosaio G6en
nante. ral, etabli sur le course de Ia Gran-
L'agriculture moderne se conooi de lHvibre, eat en boo 6tat : l Ba-
i peine sans i'irrigation aitificielle sin Joly qui distribuat A 81) habitat
Ce sys'kme d'arrosement est in- ions une partie des eaux de Is Ri.
dispensable aux rg'ions rides et viere Blanche a disparu depuis long
abandonnees, qu il transform en temps tant bien quo rnal lea eaux
un clin d owil en champs verdoyants de li rivire Creuse soot utilis6es
et produclifs ; il est aussi necessai par le Bassin de Dremulzeau pour
re aux terrains alterna ivement hu arroser 18 habitations.
mides et secs oii souvent les pluies Done le probleine d'irriguer d'uae
ne sont pas sufinsamnment abondan faCoa compile et moderne toute
tes pour garantir des r4coltes, de _'etendue de a la line du Cul de Sac
pleine rmaurit : l'irrigalion artificial eat posa 4 noa~eau-et appele A Mire
le en dernier lieu, est une pr6cau resolu par le S3rvice Technique do
(ion indispensable contre les gran D partement des Travaux-Publics.
des sdchercssus imprevue, meme comrme nous I'avoos dit au com-
dans les pays rdput6s tres humides. nencemoeu de cette etude.
L'extensaon qu'a prise I'irrigation Malheureusement lea donoues pre
arlificielle eat drmonttre par le faith alables necessaires manqueient en-
qu'actuellement dans I'ln e quaran- tierement pas m6me le plan g6ne
te millions d'acres de terre sont anton ral des canaux d'wrrigatio3 dese-
sivtment cul ives par ce moyen. En vant le Bassin G6neral, ale Bassin Jo
Europe quin:, millions d acres sout ly, etc, u'a pu otre retrouv6.
de mmine irrigues, et en Amtrique 11 a done fAllu avant tout, pour
d x millions, cti'|te qul 'chque jour t6 udier e adop'er un systeme d'lrri
avuiien e duns des proportions seu ration en due connaisseuce de cau
le.nen- rdalirables dans ce pays de s* tt sans exposer & des m6comp-
progies stupfia:nts. ,es, etablir le plan c0.e de Is plain
La plane du Cul de S tc, d'apr6s a grande 6zlelle, c est-A dire un
More.Au de Si Mbry est compose plan topographique sufftiamment d6
,le 30800 carreaux de terre don't 19 caili, a couibJs de niveau t6s rap-
658 sont arroses artificiellenent corn rochees dounant excitement le re-
me Il suit : lief du sol et indiquani leI position
o1 )Lk Grande Rivi6re ou livi#re relatives de touts les parues de la
Grise sur laquelle e-t 6sab!i routes, canaux, bassans de distribu-
le Basin Gen6ral 7938 carr. InJs, pon:s etc.
2 = ) La Kiv.6re Crousse 11 a et aussi indispensable de cre
augmene6 des eaux er un plan parcellaire pour que Ia
des sources Palmiste Laxe d'irriga ion puisse 8.re repartie
clair qui so jette A eutre les divers propritetires et
a'Etang ou lac Assuei 362)0 uatIruiliers des terrains qui doivent
30 ) La Rivi6re Ulanchli beniticier de l'irrigation artificielle
don't une pdaitie a tabibr.
des eaux dtaientautre tAest ce p eiier it long travail eo
fois distribueespar le trptIus depuis le mois de Lovembre
B~Isiii July 4S53 19I7 sous la direcuon de I'ingaieour
40 Et les rnvieres des C.. UG.hehlqui vieu. d'6tre beureu
Orangers, rivid e La sOiueut achieve ces jour -ci.
BAdle, rivire Savaye li re-te encore A ire des tuodes
qui -rrose Gaz!au et liydrcgraphiquescomtpletesdescours
Damien, I a rviare Gal a etu, de leurs sources A leurs de-
let et cell de Fond bouctues en plane. 11 faut aussa dea
Parisien arrogant s-s douiries geo.ogiques inlispeasables
habitations 3uJI a reouetlir par des expert saur ea
Total 190 icarreaux Iteux pour completer toutes lea don-
Ce qui suppose 11.142 carreauxi neeapralablea necessaires leta-
le terre dela plain notoiremtent in u.Isauent dun project d irrigatio
cultives pour une raison ou pour "Tosr ces travaux preliminaire
uns eutre.s ces traaux prliinaires
Tl est le bilan guE par 'ancieoo etout bient6t acuev6s. ce qui per-
e olonie de St Domirge. .U&ttra la Directios du service
nomlu amnuf d. U L.I'kuxm tieu dim


Le mem3a uteur, constatant que
deo 19058 carreaux irrig es, on
pourrait dire theorquement, A pei-
ue 13000 arreaux eosient effective-
ment; cultivds et arrosee. ne peut
sempecher decrire cependart :
Q e seraient devenus ces 13000
Carresaux Aepuis long emps nuls
pour 1 Agriculture, as Ilrilgation
u'avait combattu u.e sacherease re
prod jaie cbaque anaite pendant six
mois e. dde vents qai achevaieut
d'sauautir lou es ks resources v6
g4ta.ives. L'rrrig Liou artificielle y
cree tous cs miracles, .'eau seule
peut les conserve. Leau f6coade Ie
scl, elle preserve, accroit, embelli',
p.rfectionno lew prodouts, eile de
vinot au agent puissant pour des
macbhies, et le Cul de Sac offre
plusiears mo Llin quA soot dds &
a ses direiss riv.eres. Ea ua mot,
sans ce bienfait. e la nature, i'eau
q io l'indus rie de i'blitme a so s'ap
popritr, de vastes manufacture,,
Jes hbanp dignea d 6tre admires,
d'immai:s s r.cbease n'airaient ja-
mais exist ". ., En 1713, avant
A1 urgatoo, iI n y avait que troi sau-
crersee aansa plainedu uulde Sac..
et ean 0t'1 apres lee travamz a anr
galona i y wvaLt ad sourenMes pu,


Monsieur L'iugfaieur Rockwell, spA-
ciufsice, deucuiLoeu arnrve do& Es to
Urns, us preparer, sous peu, is pro
pat d irrigaiou artficiolle qui coa-
vieasira a mieu A la Plwuc du
k;U.J(I-SAC. IL, A )
A l fur tr & Auaosure,nooo tietiirone
ie.a lecteurs du" Mautia au courant
des Ce qui aura 6t dcidA do f s,
ausal bien quo do I avancement des
Lravaux qu aser-uut inaugurts pro-
cbnan am Jut.
Thomas I-RICE
Ingdam~u~r
z.- L'Irnigatioa artifciell cit goaurulemt
itablie u Aumoyca A df tn auidac Ma 4rvaw
poguM, ctc ; par des ,r a-@r- 0 i
par 4 dcrnvatwa de cors Zd'cw ct 1tabuiuL-
men: des coi saUnt aboutir ks Caul a-
)ours aus cadroui Ws pis 4InGov 'g chaqus
*ubitaioa & narrow.


Gin&- Varleids
Les bbi aft di CinA-Variftf SO
relqui-ont dWpprecdro quablare-
prt6sntation do dwainara H sera of-
fort L'Aiglb an 'eier.
PersonsW e vos dra Ma"qOr A
cous grade souo.


_ _ __


I I r ` --


I


srinrsar 1~ ~n rs~





It I mtE


Fais Divers

A I'Ecole de l6dtecine
C omme nous I'aooncions, c'es'
h' r A 9 h urea du midin qu'a C:
ouver'e A i'Eco!e de Medecine Isa es
sions c rscrdinaire cn tfvur de 1'C
tudist Duncorbe qui bi avec
succIs on 4D esamen de MCiecir'.
Le Iu y etait compose de MM. les
docteuis Docsainville,Camil e et Hy
son. L I srec-ion etiit iepfrseciee
par le Sous-.nspectcur Carre.
A -Iavenue MaIlo re Ambro:se
Des h.bitaots de l'Avtnue M g'oi
1e Ambroise nous s;gialett ut tsit
qui peut ivoir des con:quecces plus
ou moins graves-
Des i htures jusquau soir. une
pluie de pierres tombe sur les mai-
sons du quarter mettani en danger
les habitants qui sent obliges de as-
briter.
La police devrait surveiller les au-
teurs de cc mtfait.
LEcole de Droll
Les separa ions du local de I'E-ole
de Droit viennent d'etre achevets Cet
Etabissement otfre maintenant on
aspect tnagnifique
An surpluslea bancs t Its chaises
des profesecurs ont 6t6 remis A neuf,
de tell sore que le mcb lier se trou -
ve dana un (tat corforme A celui
de 'd'ab i s ment res'aur6
A Is Bjsilique N.sre Dame
La Retraite Pascale ccmmeacera
lundi soir A 6 heures ./2. Pendant
cette cetraite qui est pour les hom-
mes tt qui durera t'ois jours Mgr
Pichdn parltr-.
A la messe de jetdi qui sera ex-
clusivement pour les homes, ils
suront I'avantrge de pouvoir s'appro-
cher de la Sainte Tab'e.
Usique represeutat :*
C'eit ce soir A Parisiana que se
donnel'unique representation de Mile
FCugire et M Ruiz Madrid. Ce sera
cerlaintmet uon succ6s de fou-rire
Allcz-y en toule tt vous vous ama
serez beaucoup.
Alles A Il Rue Traversitre
Si vous voulez vous approvision
nor de jambons, saucissons, froma-
ge gru)4te et tee de Maure, marque
reaux,eaumons, barergs saurs bceif
ale, pied de cochon. orrgnoo, porn
meu de terre, inorue, on g os et eu
detail, buile d olive Durct-Alioth. Al-
Iz immrreniaeincut A la Rue Traver
siAre au No 312 -
pi.:p4chez vous, car le sto(k itani
tr6s frai est A as fin


A Bo'osaeest d6t6d4 cette ruit
Jn Joseph Dteudon~, Rameau. Sea
fun6railles auront lieu demain ma-
tin e i I'Ejli-e Sto-Anne.
Nos coodoleanceas A s veuve et
A sea eLfalt '.
Le present tient lieu d'invitation


I


L'aafaire
Tiesfeld-Mateo
O0 e@ rrppelle que ooan rela'lon*
derni6rement i assaerinat en territol
re dominicain do j one Mdrez Ties-
fold, hliuen bien conoa & Port-au-
Prince. Nous disions q'e le nomm6
Valen in Mateo 6 ait accuse do cet
hocbicid&.
La Justice dominicaine- vient de
conra;rp d Il'affrire, come noou
en iriforme nn entrrfilet do Lie
tin Diario ". Valentin Mateo a 6!6
acquit6.
Le tribunal 4tat- prrtiJ6 par Ie
jug fardonTo

L'affaire Romulus
Lespse
C'eat Me Emmanuel Cauvin et non
Me Emile Cauvin qui, avcc Me G4lin
r6pr6aentaient la parties civil dana
Seffaire Romulus Lespes.

Blance et Noirs
Noun avons rrfu de Monsieur
Paul Reboux son dernier livre avec
ceite dc6icaco aimable. A la Rd-
daction du Matin '*, j'offre, eo re-
merciement pour son si pr6cieux ac
cueil ce livre ot, sans perdre le
sourire, j'esalie de In ter centre I'.o
just ligended laiti /Paul Rebouxl I
Nous rarlerons pr chainement
de ce livre qui contrairement A Is
corftrince quo fit Movsieur Paul
Reboux A Geerive, rat plutot bion-
veillaLt aux baitiens.

Al proftl des orpkelius b-Ilg-s
On s'est assure le concourse inteil,
gent de nombreuo jeunes-gens pour
la tte qui sedonnera,an localdu Cer-
cle Port au Princien, le samedi 19
Avril. C'est dire que ce sera-un sac-
ces.

NEW-YORK.- Le ViceA mirt
Gleaves, Commandant Ia fcrce de
croiseurs et transports voyage sur le
Washington, a qui te ct ap &i midi
A 4 heures Io en voyage d'inspection
aux ports d'evacua'ion.


Dpcpdhe8
ARCHANGEL.- Les croiseurs Amrricains
Galveston ct Chester transporant des troupes
dinagiarn et Ie Brigadier General Richardson,
cinamdant des orces A ricaioes au Nord
de Ia Russiae sot arrives Mardi A Murmansk.
Le getaral Richardson est attend A Archangel
Ia aemaine prochaine.
PARIS.- La Conference de la Pain est tom-
bee daccord mut tous es points concernant la
paix avec I'AU ane : Rparation, indemnitts
et Proati re du Rhi et de Pologne. Selon un
interview paru dans le etit Journal le :St
cretaire pive de Loyd Georges aurait declar
que le derniers details scront arranges dans un
ou dex fours.
WASHINGTON.- Des avances de salaires
se chiffrant A 65 Million- out ete autoristes
aujourd'hui per Directeur General Hines puu
400,000 inrnicurs de Chemin de Fer, nicani-
cicas ct conducteurs tant pour le service de pas-
sagers quc pour e fret. La demand d'un aug-
memation de pris pour les heures supplementaires
A raison du double a etE accords seulement aux
homes au service du Chantter tandis que lea
autres c s ont et rferts au board.of Adjustment.
WASHINGTON.- Le Commander Ackerson,
Constructeur Naval detachI an bhiping Board a
ett nomme president de la Corporation de 'E-
merency Fleet. II replace Charls Plez don't la
demission sera effective lc ier Mai.
ARCHANGEL.- Hier des foces Americaines
ct Russes ont tait uu raid sur ls positions 13ol
chevisky aux environs deBolshisoerki en falsnt
neuf prisonnicrs et deux canons.
COPENHAGEN.- Unc colhlion sanglante a
eu lieu hier entire I foul ct les troupes devant
le Square en face de la Station de Chemin de
Fer. 11 y a eu trois tuIs at plusicurs blesses
quand les troupe ont ch rge la foule.
MEXITO Ie general Z *pata, le
leaderri blle dangle Sud du M x'que
a 6et tu0 par les troupes du Gouver-
nement. Cette communication it t
faite par le Dpartenientde Ia Guerre
mexicain hier soir.
3ERLIN.- re Dccieur Szhifter.
Ministre de c de P ce do Goover a
meat N.tional allemand a donet sa
demission.D- apis les journaax cette
d6mission obtit A -des iisoos per-
sonnelles.
PARIS Is discussions sur l'a-
mendement i Ia doctrine de Mooroe
par laCommissiondela Ligue desNa
tons sont dcrites parceusqui etaient
presents come ayant ua carac'ere
dramatique. Ces discussions oat pras
fi par un dicoars de Wilson con-
jurant opposition eu expliquant la
doctrine comme an eompar contie
le despotisme. Lat .tude anglaise atit
douteuse fort aid dans Ia nuit d'hier
quand Lord Cecil a hiit ua revire-
mint en de;laruat G L o'y a pas d'ob
jection i I ameadeoent ,ld qu il a ett
soumis.


D apartment
du Commerce

Arrivrges de archand.ses
Le steas ner luo a de la Ligne
Hollandaise syant laisse New-oaik
l e m9 rs. ecoule et arrive A Port
Au-Prince Ic i r avil courant appor
:ant pour les ports suivanti mill
quJtre cat quatre vingt treize to.n
nes 96100 ( 1493 tones 96 ) de
m rchanJises diverse ainsi leparti es
P rr au-Prince, tonane 728.35
C yes 2i1.8
'orl-de Paiz i5.92
Cap Haitien a 109 81
laciael 9 I18.78
Gona ves a 73,96
Saint Marc 56 67 56.67
P, tit Goave 1.01
I(rrmice J 9,58
Mirago6ne 26.o0


Tromper L'Organisme

SPour Plaire au Palais

S't ce que font beaucoup de pmsonn q
prnannt de. toniques alcohoiquesquand en
rmlit6 ce q u leur organsme a besoin c'eat

SL'EMULSION DE SCOTT

qJ I; faux eaulant e ralcooLA
- m. ..--


Total Gonaivm farine 4a sacs, mai: cue
14)1,96 6o caisses, beurre 34 caisses,hrugj
saurs 200 cAiuSe, SAVO 12 taiss s
Ce n-A;re, a apportE enare autres 112. ]jmbona caiusse, et i 2 barls
arch n rises. sucrelo bails, more j661 vies,
Port au rrnce, frtine s 4 3 sics riz ioo lives, tTsuS diver 2a clsses
miot6gae 2iz caisses, bcurre too et 9 bdles.
cusses, riz a2275 lives, morue 1840 Saint Marc. farine zlo sacs, fro
livre, savoa 425 caisses, tabac io0 o mage j casies, mant&gue 17 c -s~,
Iivres. biscuits 2'4 caisses, Poissona poissons saulds 5 briis et 7 ti : ua
sales j barils, harengs saurs )oo 12,riz 5725 lives, morue8o iivres
caisses, hareogs aumure 85 barils. Pei Goa.w farine 17S sacs, mia
fromage 16 caisses, pommes de terre t6ge 6 caisses, hareogs ooc..
1 brins, sarlines 2 cases, huatres aUa oi.casse, arq.ereau 2 bs.,
calsse, huile d'alive i caisse,- pates e ca ue, harenas saulmar a- birn'
alimentaires 4 caisses, conserves all ba cf s 7 biritls c i 2, po s3nS
mentaires, 21 caisses, marquereaux I a s 6o bsriL t 4 ti.Ucl, prioue
brs sis2, salmon cusses Ct 2 b. 16o lies, riz o40 irestabc 44. )
rnls, caef salt 60 barils, sucre 45 livs, tissues diverl ) caiss et ij
barils, allumet:es 5 caissei. balls.
Caves, marine J145 sic, hirings
saurs o00 cases, Mant&gae 172 firdi harengs sau 410 caisesw
caisses, fromage n) caisses, biscuIs berre 7 catssesm anBM Egu. ctsies,
11 cisses, pates aImentillcs 42 cais fromage 4 caisses, savoo clsse.
sea. baurre 19 caisses, hule d olive pon nes e terre 6 bails, boaa ,sI*
29 cases, aucre d2 brils, lamb o j b rils port barils morune oo
2 birls, hale de coton o1 caisses, tires tabic a222 livrer, tissue ivr
allumettes 12 caisses, pommes de cai~es et 6 baJles.
terre za barils, et 5 ciScs, riZ to
200 lives, moru: 2ao lives, tiass Miragodua farinae a1 sacs harengi
divers 3 cisses et a1 bAsites sauis o caUses sumon caaiss.
Cap hasltin larinae 3a sacs, man pommes de terre j cases haieao
tE16g 54 causses et 2 baris. hareanl saumure to bans moMe 20oo lvr[i.
,.auts o causes, fromig o10 ca s .s Port au Pinace le u Avril 919


4- Feuilleton du MA&TIN

LA


Danse des Vagues

PAR
LEON LALEAU


Iait nerveusement. lonant alors Iin-
difference, une inditterence hautaine,
elle deposa le balai d-un geste lent,
presq 'etudit. Et se croi'antles bras.
II ay a maintenant plus de
dou'e. 11 taudrait ere aveogle pour
en douter on instant seulement.
Puis jetant A son mari un regard
d'infini degod'. elle dit, sans que
sculemei t boug, un muscle de sa
Sire ;
Do ic, vous av.z de'i femmes


.__. ici ?
S Qaelle horreur I s ecria N:yrta
Lucienne plcurait A chaudes lIr- _- eIla constate implement cette
mes.la cte dans s centre la table de faibles sanglots commetiez,sous mon toit et pres-
la faisaieut haleter. qu'aux yeuz de mes enfants.
Elle navait pas,bouge,attendant que. E elle ajputi. avec Un branlement
come A l'ordinaire, elle fdt route de la tete et un retroassis do nes :
ainsi qu'une petie esclave quaelle se De nous deun quel eat le coo-
savait tre. Seulement, elle avait able
coach son visage pour ne pas voir, Comme Lucienne recommencait A
d Eoutie qu'e e en serait,les regards pleurer devnt cette nouvelle grossi6
Smhants de la mEgire don't la voi retE de sa tante, Mr Neyrat se tour
sculement lui taisait dejA aussi mal nant verse elle, lui dit l
qu'ne fessee. Comme les coups ne To peux t lever ma ille.. Va
venaient pas, lentement elle leva la dans ta chamber.
tate. Mme Neyrat etait tonjours t- Lucienne quitta la salle A manar.
rinose. Elle tenait encore le balai et Vive, elle fait Mme Neyrat, tsadis
la collie de sea yeux ne s etait pas que celle-ci la regardant ses aller,
Eteinte. An contraire. Mme Neyrat murmora A son mari
etsit exaperie de ce que, debut Vous pouves la rejomdre,je ne
devint ell et protegeant ainsi Lu- vous geae pas.
ienne, son maria se tenait, p:I6 A Mr. Neyratcorm me s'il navait pa
Ircmog, ner A c quocdisaaentst clair- entendu, so leva de table o, se din-
Sment le plis de son froa, et la -ast vers Ila cou.r, ala sataiafr*
&paptios do m f!ir qu'il mordil- aam do ediw o* il SabAedoesM,


A sa sieste quotidienne qui cette allait revenir habiter la capital et
apr6s -miJi IA fut tris agite. que sous peu il serait pres d-ele
Quant I sa femme, elle gagas sa pour lui rendre la vie agreable,infii-
chambre d'ou elle ne sortit quedeux meant agreable.
heures apie;, piare comme pour an Aussi ne tat elle point surprise,
bal et sentant boa Ia G Gloire de lorsque, un soir, son pere bot'e et
Paris,. EHe tenait d'une main lasse crotte,pEnetra daus le salondes Ney-
an paroissien en maroquin, sor le rat. 11 avait la face epanouie de ceox
quell paraissait plus rose, le rose de qui ne sont pas I'aaphytrioa quo.
sea doigis fusoformes. A son poigoet tidies de la douleu.Son vrsage aat
gauche s'enroulait le serpent d'un trista uo peu cepenjant A la vue de
chipelet en crystal de roche. sa fille. qui,timide,maigriotte et pAl
Elle allait A coofesse. Et!e y lui rappelait sa temme, sa femme
allait ,souvent jusqu'i trois tois ia lorqu elle etit dijA marques per Ia
semai..e. Cependsat. elle ne s'appro mort Alors seutement il comprit quo
chait jamais de Ia Stinte T be:, t aa fille avait souffert de sa a-
n'allsit qa'aux Imesses sonptueu conad mire et das ses yeua i crut
ses pour etreaner les toilettes nou- voir qa'elleavaitea touted use eofat
velles qu'elle acheait, dieai.-elle,sar ce inalheareuse.
aes economies. ,
Ceobscines-l.A a renouvelaient sou Deua jours apt6 sans faun regrets,
vent. El toujours Lacenne ea eitai ni dsespoirs byppocrites, uctesse
I'occasion et A la lois la victime-si- qluttait la atisos de t8ate peor
tencieuse et resignee. aImais poor- celle que oon pre avait aclqeie ds
tat, alle ue s en plaignait, i a a o. so' arrive A ct-aa-PriacM Bile a t
tendement de Mr Ntyralt- ile cral. cpendant uoe larms a board des
guait uop de le peiar davautage.- va ea embrasesat Mr Nat aqui
s A lentendement do as taste%, Ii dit ana meMat de pnir et test
disaut quoe le swol moe de par bas :
goer cs sort d*iajres eta de Soid heurae ma Lce...Tm asr
montrer A cell qui es lei taisait quo droit A cals.
cell A qJi ellea itaient adressees Mais cetto lars e tout do sIt
en so trait aceaneaemt. Elle Sa- s'evapeor Car Lucillna e voit
vit que somartyre finirait unlour. s6uvirirjdevat ll, umn )je sus.
Elle en avait 1a conviction. Bt cha. comble. use vie plaime, upris d
quo fois qu'abatiue, s Pea chtA .p.... qAiln m .i et l ^las is
on doute-, s reliUssit Isn Lomues Ir. a-"ai. s c. A It .- It
.quo"" 0 ...P ......... Ii 4u4


Au bal
Le bal ,trait A sa fin.
Dans le salon ou les tumaltts de
la jois sa'taiet pea A pen etints,
quelques couples touraiat encore,
avec langueur, au rhyhme (i'une
valse qua devena;t de pias en plus
lente, come si, elle ause, elle etait
contaionnE par Itla litude Cgao6
rdale. a ien d6 de la fatige qui
chiffonoait lear visage et courbalurai
leurs membres,damsers et danseusc~
tournament sans relicheavec aa cou-
rage hbroique, stas eanve presqe,
come s'ils itaient roads aua plll
sirs sans fi et cAndamy* aza joies
perpetaelles. O.elquetois, haraas6, I
boat de force, ua coop's searetaits
denouait. Le jeuoe home s'6pon-
ra it la face de soa moachoir teat
humide, fiuait maladrotemeat s'
cravate qai e tenait plus A sna ift
col applati. L jea4-1 Is, tis't
courir sa maia darsM f cOeltw.'
tachait nen tas res le aediSti
mouvemeat allait L rdprd
de oouveau. Piaaa.m o0
bnieot damr lees ba, l'ua doe tu
et s lainaieant emptue -P t
quai gremsist~chqahm vasn
ltagecar caetaif its AA t esa
da amt pda A
;M fsafts 4er i

""I^^~ =W9


~ II- C -1 r- -- -~
- I C


1 Anniverssairc


8 as (19f1), n iaist d Por
am Prince A vwau Mtsww, Idoy
du Tribunal do 4C e instance
Le Nouvelliste I Avril
Dorc,hiervendredi it Avril,i'a pr
I tphtbtride de rot easpiritucl coo.
f re ILE NOUVELLISTE, le Doye
du Tribunal de premiere ionsfn:e t
Port-au-Prince, atte'guait a HUI.
TIEf E aonne. II me manquera cert
pas de g'ns mal informed pour s'6.
toner de cette britlante ptcocita
Toutefois c'est 1'occasion plus gqu
jamais de presen or noa complimeo:
i notre ami Montas et de luo so-ibi.
ter pro;ptrite et longeriti.
S UN GROUP D'AMIS

-~~~ --- --
bearre 27 caises. jamboa b.rils,
pore 1 b bris. biscuits 4 caissm, bi
con 2 caiSSes, saumoi4Sa C2 csse_
pomme de terre 8 barils, pos,o,
sale 2S barils et 29 titerf)a. Inrue
SJoa leshvr r' 10ooo hvres tissue
divers 6 caisses et 9 belles.
Jacm l marine roo; as a b.o r. ,
Ci sea, mantegue 7J harer g sun
25o caisses, sucre 1o barils, bh Irgs
saumure 75 barils, iis i516 .vres,
tisus divers a caiaes et 10 I:. i:es.
Port ds Paix marine 124 sacs beur
r: I caisses, mantIgue 8 caisse b
cuits 2 caisses, tissu divers 7 tisses
et it blles


-- -- -Y


-- ----~- --




savalm


Avis
irt des poueoirs qum eur
MaMsrAs pwr ha los iu 63
S i9I8, ls SMvustres -L
des maiom 's nes r.
srocederonst l1e Avril
A to hewrn du motin, dans
de Id Bqua alatio-
la RPpublique d aiti, tau
aiten 4d la venm par sou-
cachetde du stock de tissues
mA4o0o Edw. Lutz & Co.
Hastien, divtsd en 10 lots
lot est vendu en etier,
la marchandisee trou-
u comported, sans aucune ga
de son iat ou de sa quality
en laquantit annoncde
is Jisteset garantie, et en
difldrence 4 la livraison, ti
ait une compensation.
at recommandi aux soumis
ir de visitor la marchan
ant de fair laurs ol/res. Lt
sat permise s'r let lieux,
ts jours de 9 heures 4 midi.
plis cachewtd seront reuse
I Is 12 A vril, d partir de
es du martin.
o/fre devra dIre accom
d'un chqute certified de
ede 2 010 de la vateur du
Slois soumissionnAs. Les
Sour les lots adjugds seronu
les avant Ie 13 Avrdl midt
Sde quoi les Squeslres-Liqua
s pourront annuler la ven
ocdder d une nouvelle vents
des lots en soul/rance de
nt, et confisquer les 20 0t
es avec la soumission.
SSquemtres-Liquidateurs se
vent la faculty d'accepter ou
tr une ou routes soumissions.
as plis seront ouve ts dans les
eaux de la Banque atlionale
a HlIublique d'llaili, au Cup
,itn, ad t heures prec-ses, etn
wce du Commissatre du Gou
ement pres le Trtbunal de
m an nce, d'un iuge de pau.z
representants de la presse ct


FaANcx I. MARTIN, agmt
On demand
A louer, dans les quarters du
rord de Mer une piece pour Iins-
tallation d'un bureau.
S'adresser au # Ma in a.
n .a" -- -
IOUVEAUX ALAMI!iCS
I. E:S.ilLLB a aS Irett
z'STL L ..R & 115-TTj
Los ,LAUX-OI-VI
ML'UMS, ALCCCLS, 0. *
DEROY FILS .

-- -->.
s pi e a 44-


d'autres autoritis, ainsi que de
tout ls Ioumissionnaires qui Ie
ddsireront. Les soumissionnaires
pourront apporter eux memes
"leurs plis, e remettre avant 0
heares, et en attendre Louerture
Las Uquestres Liquidateurs,
O. SCARPA & A. J. MA &M US


/A


--.-


0


En


rue de reoJre plus facilcs les lelatioDs antre les villes du Sud et Port-au-Prince et de prmoltre
aux comm-rgants de aogler leurs affairs avec moins de lenteur, il est 6tabli
a Miragoane un service requlie d'automobiles.
Des measures sont prises pour donner aux voyageurs toute
la satisfaction possible-


Deux voitures neuves


Chaque jour 7 h. 112


Des agents places dans toi
donneront atcx voyageurs
concernant le


tes le


assurent le bon fonc ioonemat du
service en attendant que d'utrms 1
soient employees.

du matip, une vaiture laissera Mira-
gokee pou" la Capitale ei retourn .ri
le nime jour.
s villes intt6rtssdos


les rensejlre mneints


8eroZce


Les voyageurs venant 'ei Cayas, dAquii,. de I'Anse-.-Veau, eic, oourront laisser leurs chevaux a
MhragoAne aux oins de ardiens procures par le service, qui re charge 6galemnt de fare avoir des
chevaux A ceux venant de Port a',-Prince, L&Ag.ne, etc.
Une vast ma son eat mise h la disposition des voyager obligsi le passer la nuit A irajoAie.
Pour plus ample reoaeignerments, s'adresier a


Mr Juslin DORET

Miragodne ou d


Grand H61el


de f rance. -


PATRIZI

Port au Prince


/


,C'est un fait connu de tcus que lea embefemenls que rouvent
Propri6aires d' utos, quant aux travaux executls des lea Carapes
Port au-PriLce, proIlennent d'une cause et d'une seulement
ui est celle-ci :
Vous amenez votre autofmoble dans un Garage pour tire aipa-
ne supposant las quoe six ou huit pe*sonnes ddjA ayant quclque
ne avec lea eurs les ont en meme temps conduils au garage ou
oies Ont 16 asaez heureusrs pour trouvar une place avant nous et,
ous esp6re rez eoir vot;e car ou bonne condition, n d6sirant le
iser au garage q4e pour quedues heures seulement
E.r conMquence, Ia personnel charge du garage, aisant de son
e pour maintenir a position, ea acceptant autant de r6par -
a possible, no ous dir pas franchement : II eat impossible de
Srttourner votre car en moins de trois jours.s Si el'e I'avait fait.
e aurait m -nqu6 cttel reparation et urait filalement proc..r6
auroprintaire du garage le moyeo de courier A sa pe te.
Ous vous demandons ,Jouc, ]equel des deux eat prl f6rabLe :
D, reluser de rparb un automobile n'ayant pas suffimment
temps accord pour Ile aite ou de I'accepter dans notr.
rage et de fair to ce qui dped d ou dana le temps que v.u j
nous fixe, l ceC dans 1 but de vons plaire ?
Donc, a6o do d* I melleur sin possible aux travaux, the
WEST INiDIES TRADING COMPANY ac cepeaa de r6parer
-lem l le a autos FORD, ESSEX & HU ,SON aux prix suivanls;


Expert McamnieS pour auto P
Assistant
Travail am sour
Batteries ccharg P.3.00 and


1.00 par hour
.040 a
1.50 1
4.03 ch~ctune


Quand notre Garage

recevra un car, il sera

0nli remenl repare par

otre meilleur inm6ani-
.. -


cienavec autant daides

necessaires. Point dex-

ception a celte regle.


Imitations des piiees FORD


Soye s tr qye quand nous avons re-
pard votre automobile nou s n 'avon
employee que les evritables pieces Ford,
manufactures par qThe Iford Motor
Car Co b. Tout mecanicien competent
vous dira que c'est absolument indis-
pensable.

I es euls e Port-au-Prince emplo-
yant les authentiques pIces Ford sont:


The WEST INDIES
PANY, Gardge,


Garage de G.


Et tOUs nos
province.


autre


FR 4DING COM-
Distributor.

Sauler
. agents de la


Rue da Centre et Dr Dant6s Destuchbes


I ~ .~ -~


SERVICE RECULIER D'AUTOMOBILES


_ ______ ___~~


I~ _ ~- i -~


0n~r


1




L .MATh_


( Natoesobl a
aft Is 1n60-


nin e.
Cbhaqie macbine, avant- li-
wraison, sera enfil6e at tout's prd-
raide pour.lusag. ot munie do
ss acc4 soimres A


Prixe


par Machine
or 13,00


CllAs. STEPEIEN
315 rue Ifoux, ( ci-detanl Ru.
Bo.n le fd ofI
kn faice du Cosulat Amiiicain


Ci, Ides


F C h er ies


Veneout d'auriver
xteraminate r des punassrs dout nIi1
dcscitt et d j* birn conruc cl q
teadu service i hombre de tami its'
,harbo pour 1I debmauctioD des
mooz dr. bo'C.
P fin Bee( I atoox cc forvifiant et sr-
corrimllant dtpuis br gtemps appit
cii, e dent Its p opiieti Osalotsixes
tout incontestab es
Vin S1 Ratbobutonique ct fortifiant


tICISa 1 Coidis



Quisqueya
La nA uvdll Ala*que du Jour


Articles aoi i Powrkla Tlete at Pa-----

Prefers .

Les parfums de fabrication francaise Testatio et RI&, sont
employs seulement, par lea personnel rafinies, el6gantes et de
bon gout qui savent distinguer ce qui et vraiment bon.
Le delicicux. av~n Oriaoka ua pas d'gal pour la toilette et
le bain; son parfum exquis et sa douceur inimitable l'ont fait le
pr&f&ir des personnel de peau delicate. II est antiseptique et
pr6vient toute infection de la peau. Employec-le une fois et
vous ne douterez plus.
La Crime Orinoka est m:e specialiti pour detruire les boutons
ct vers du nez qui sont si laids dan. un visare de femme. et qui
S ouvent lui font perdre tout son charm. Cette Crime en mime
S t~mps qu'elle blanchit la peau lui donne la pureit ** I' fraicheur
d'un pitale de rose.
La Poudre Orinoka rc'r la figure est l'idCal pour one dame
de gouCts raffinis; elle eat rafraichissante fine, parfum6e en un
ri dot dhcieuse.
La PAte Orinoka est merveilleuse pour blanchir sur-le-champ
lee dents les plus tachees; 'haleine prend une odcur agriable et
elle donne i toute la bouche une douce sensatioja de comfort.
La Flora Bella est une Lotion Tonique our fire pousser lea
cheveux. Elle extermine lea pellicules et a imported quelled autre
maladie du cuir chevelu. Avec son usare let cheveux deviennent
luisants, sentcnt boo ct ondulent naturelloment.
Toute,# Ira. PLwmh# t,. Drogweri n Parfimeret we.denl aes eWtiele
Dmte*n's-l s aujourdAhu meIme s.*ren. t mrerVQ ORINOKA
ut eI oIOursfI ePat-fs aor us cOme Iear .e.
alids.. THE ORNOKA PHARMACAL CO., be., xwyt.S IA.
wecm u m es.oo eee e ^e.^mee n-- a ma


ALn Femmes q1 cralpent It
MtewMiti Entanis robutus,
I saidtt ftds 0


Spaghetli-Di -Martini
it ta siuce tomare eft aufromage
Pre~ ar6 ; ar des ( htls de Cuisine Italiens

Un RBgal Une Economie
John I urns & Co Bourne Toomey Co
for t au-Prince New- Yo k

Les Macaronis DI-Martini sont les mellleurs..


Fi,- inet d'*rrlver :
1000 dfaVplue Columbia

AnglaiU, fr. ngis et- syriano

Accovitzviie A In waisoa

L Fayizmsnu AGGERHOL%


EUregislreuse Nation


VouI doonwi les
,as plus exacis
socaissgI s



En venil ie

L I RMYSIA%~
AG El

Agents gf6t aI4


I1 est proavi qu'avec Ik
COMPOSE "MITCHELLA"
lea douleurs de I'accouchemernt 09
osnt plus i craindre. II fait dis-
paraitre les malaises de la grossesse.
oupprime lea douleurs de l'accouch-
ment, r6tablit promptement ia femme,
exerce one grande action str lea
laades mammaire.s permettant anol
l an mre de nourrir Ie nouveau-nwk
et soulage les fesmes nerveuses
faibles. qui soufrent de menstroations
irri ulikres ou douloureuses. Ne
content aucune substance nuisible
9aor la femme enceinte, ni pour It
*&b qu'elle porte. Faites-en esal
pour vou* en convaincre. N'admet
pas d'*quivalent. Sans diite oni n6ce-
sit4 de harder le lit.
En vente dans touted lea pharmacIde
et chez Veuve Edmonud Magloia *
16. Rue R&publicaine 86.
Per la vented en gros, s'adresser i
RAJPAI L L6RREX '..
S Arems Job wDews.
md Asent pour Haiti de I'astitat
3Mical de Dr. J. H. Dy. *
k j 2lk N. Y.. L. U. A.



Elesse Monsanto

A CrrltFrmWnDt en d#t6t dtE
Ithavisillosa do tootes sort a doe it
are, ecLd des mricbhndisws,&m#si
csioe s, frtrrclrs et s*glstsae oPn
vrle( mi et impotties.
Grand d4pt do panches, .d tot
tes dien sos il, jos 0M*oUrUt*
do chaussurt pooar bo nmm, eM-
wao et entan sa Cbapoeus de *oo
Umres pour ious lea gc sa et poet
tootes lea bourses.
Rao du Quai eu face do la Dous
no

Une bonne occasion
A vendre four cause de dpU
r. )FORD bon a" do mar.
chs. Div Pf

($fpay do to P i.


*.- --- -
0

I _.a


jcmaudes


Prospective


et Catalogues


c


AY


u Monsieur


E


Lz


Laboraloire S-0.jo
Pieprotirn do joute. leetaMu
set !a pou=essdica
3MftA.Lu~M IVaeSO? L'EiiOor A 3D
AMOU LUS d'au doe=or Iuaeoniq ues melon
Leen do mer,qme quo moat S' PkYOn.- too
Ing, an dqM do 'lld do a GorAve. N as aiosreorn
m ,dlcal I'oboa va lon jdic eroe (onlee I b lm iretofsrue ge:
I'ti u de met it jtctuble doit itre de sbtiltatioD ricente post;
act porlituti beshisaguqm Dc nonubIuSCS Atteatatiens mo G
de ccvtlfia r qua nos produils ont donat tous es rttsulats espir
I PL 0.A LTh : Serum ndvrrdst6nRique.
Ce &rum riguharise 4g.a fhangem nuunifs, ii a d a6 &6
uccis dana Ia neunmtbdmtie, Ia tuerculose.





Au' magasin de

i iVictor MANGONI
Ife du Magasitn de P'Elat, vouaj
it ouverez des aric~es de ler. eltt


Rivaliie avec la
dome al ccnsruvcion


Eug. LI BO


I ----


.AMMW M-- ommomm-


-- -


I
5