<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03288
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 14, 1918
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03288

Full Text



Jeiza u 'I cruldl iSIS


C6ment-MAGLOIBE
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE

ABONNEMENTS:


PORT-AU :U SINCE
Un Mois
Trois Mois
DEPARTE.N. CENTS
Un Mois
Troibs Moi
STRANGER
TroisMois


G 200
> 5.P 0


J


2 20
ti00


Quotidien


c 8.00


LE NUMIERO 15 CENTIMES


Les annonces sont reques;
A Port-au-Prince : aux bureau du Journal
-, aris : che: L Mayence & Cie 9, Rue Ttr.-,...
A Lonares : chcz L Mavence et Cie. 19, 2a,' .a
Ludgate Hfl
A New-York : Universal PuH!icity Company .4$ Wma
34tb StrLCt

Les manuscrits ins&r4s ou CCE ne sont pas rndei


lOs noe savOs pas


Nous sommes ndgligents. Nous
laissons percer notre instinct de la
negligence jusque dans note circu-
htloao sur la voie pub'iqie nous
i.e savons pas marcher.
La ccu It compegnie de refection
des rues nous a minnage des trot-
toirs, les pistons les dedaignent
pour passer a c6te, aimant mieux
dispute la grande voie aux voitu-
res et aux chevaux. 11 n'y a guere
dun peu frequent quae le trottoir
du chemin dit des Dalles a me-
nant au carrfour dit du c Petit
Four K. parce que 16, vraiment, la
circulation des ioiiures, a certaines
beures, est a ce point ii tense que
te serait s'exposer que de ne pas
Ee rtfagier sur le trottoir.
Quelqu'un a demand dQrniere-
meit qa'on fasse un essAl de nivel-
lement des galleries afiu de career,
des art6res de circulation a l'osage
exclusif des pistons. C'etait, it esi
vrai, au lendemain de quelques fa-
cheux accidents d'auto e Ia pani-
que causee par ces accidents 6tail
encore touted fraiche.
Cepandant, il y aur.- t quelque
chose a taire dans ce sns On le
repute couramment dans !e people:
les galleries sont a r'ELt Or c es,
la meilleure occasion 01 Id naniere
la plus profitable de s en servir que
d essayer leur transformation en,
trottoirs, de chaque cote de la rue,
Je prevois deux obj, cions. On
peu,, d'ebord, me dire que ceue
ianst,)rmbtion ne peut aller sans
un remaulemeLt assez profound,
dans certain cas, dan la structure
die la facade des maisont. Aussi je
reponds qu une telle transformatiou
ne peut se fire que partiefiement et
en la conciliant avwc nos systems
de construction actuels. L-usage a
faith prolonger jusq-uau dessus des
galleries le parquet de nos premier
tteges ; c'est un usage cettainemeLt
abutif .
Cependant rien n'empdche de
faire, au dessous de ca, etage, Ie
livelltment et le trottoir don't it ed
question. Au fur et A insure des
constructions nouvelles, on fera
ientrer les proprietairts dans la
i gle qui eat de ne tiire paitr leurs
coubtru(tiocs, quant a ta profon-
deur, que du point ou coiumencent
actuellement leurs galeries et ou
devront nuir, a I'avenir led trcLttosI
que je recommande.
On peut m'objecter encore la
commodi e des locataires. eat si
esgiable de a'asseoir devant sa por-
te et de deviser ainsi, sa a se de
ranger, avec lea voisitu, dto porte a
poite. A cela, je peux repliqueI
qu'il serait facheux qu'o. eu a as-
crifier une amelioration retle joint
a une tilit6 g6nerale, a de telles
manies particuhlire. Au surplus
LOe serait,ce pas precisemrntiut I'ocea-
*on. sinon de faire disparauite, au
moins d'attnuer ces tibibtudes de
Papotages et de commirages, qui
teldvent vraimeit a nos ftinmes et
& LOS entaL ts lea plus setaiuses de
lesui preoccupations 7
Avec existence de ce a trottoirs,
*1 setait plus facile de itglementer
Ia circulation. Dana lea viluis civil
s1ea oi cette circulation eat tres
dense, lea pistons prenneut toujours
leur trotioir oe drite, de soite que
16 personnes qui vont dans la mui
oe direction occupent ie wmeme
trottoir.
aQuand on a besoin de traverser
Ia ue, on no le fait pas par to aMI-
aieu. pace que c eat 1'endroit d i la
tue, 0c1 lea vaultures soot le plus au-
toraseas & accelerer leur vitesse
laiS on pousse ju.qu'au cjin, c'eOt
a-dre jusqu'au bout du isottoir et
on travsste avec rptecoutioa ; la, lesa
chauceS d'accidwut south morns
grades, pares qe lea reglemento,
so tout pays, preacrives.t uz voitu-
tas de raleutLir leur vtaese danas tea
!iersect.oQs de voies.


aRcher dans les rous Comment les Allemands traitaient

11 ne faut pas perdre de vue, L d e t a
d'ailleurs, que 'arrtd communalSo usrim
qui reglement3 la circulation des
voitures, suppose I'ex stance d.-s
trottoirs. Autrement, en ptiecrivaL t
a ces voitures de p.'endre constam- ContinuonsAnous occuper de q i a- btail des HILr.-eros, lea Allemands
mient leurdioite,c'eat-a-direen lts au tions colonials on I'ava t oublie.J atn en oroitHTro'lt pou s euparer de
torisant a occuper lea deux tcO a de rappeWl que deareformes iincessantes I at tra .nW iAi Ce q ie la peste ne
la rue, on ne laisserait disponible it nombreuses et qui eurent d heu- tia pas les Hlutns le volOreut. Nous
pour tes pistons qae' son milieu, 'eux rdsultits, availnt th faiths par avon l'expiicatioo de ctet strange
o'est-a-dire t'endroit le pLus expose ta France dans I'adininms'ration de faco'i de traiter des admiiinistrts Le
puisque ie mrme iGlemieu autorise ia grande colonie de St-DaDmlngue. doce)r Kir'! Doing' n'ctivai -it pas
la vCiture qui veut depasser uzie ce sera l'eternel hoitieti- des as-'quo autre, pourvu qu'elle previenne, a sembbles rdvolutionnaires francaises 4st ine cruaut6 envers I bac'.'. I!
occuper p[ovisoirewent loe 1miieu J avoir terOtL de faire entrer dans la Iult se glider de croire qu'Il e a.
de la rue. pratiqaelea principesphilosophiqlies seut do son espece. Les autes Alle-
Mais que les piwt)ns doivent cir- le libart4, d 5g It de fe'ate-rni 4 mnan Is pensaient exa'teient coit-
caler ser tio.toir on dans la aruf. l rt a'entlousiasmait la in tropole. ne3 lui. L4 rapport ctti un ce;"an
il imported qu'il sa( 3 que le ltheIu Notre impatience ne doit pas nous Trotla fa neux para:t-il co:ntue t)r-
est fait poui (qI on y passe, et pa- eeudre ir-juste. Q ie l'o0 soage au tionnaire. It avait aht ses preuves
pour autre chose. Avec Ie tro toir )oin.t do depart et quea Ion conai depuis lo-ntOlins. ': part)ut of
C, sereoi. derni inal, inais avec la Jltr le point d'arrivee. Et surtout VAlleinagne a coinnts quelques h i
rue. le moindre arnet, qu'on seo to ue l'on n'ouolie pa- I epoque. reurs il avait ajouLm de peites mnou_
,ise, ctee une veritable obs uc ieon L'esclave, non sealement n'av, it truositds intdi es. Ged t lui Iu. )r.
11 u'est pas rare de rencoitrei ,l:s aacune person ialite juridiqp.ie causeurs au beau milieu u'une iuf vus mellual caput hao t tn us n a que orie tde alleilatide n/ait do:i'.
voire d'unte 3ucoignure, nie s-icquie Liit qu'une chose uilancepirus sunt # ce simple in)t d or'tre: r Tdez I it o
ter on nien des voitures qui pa sent r'eu a peu et inalgre I hostility coin 11 n aveln intOre pas la it par:,ri'
et reprssett lts piotesseut ptL luso- itetiensible des colors, tes bai-ere .ies telinesi et lIs e'utnts. 1, ttu
'phqueinefnt i'o1 inion qu',ls ii'UIt one a une s'abaissent et tombent, lee t'a-st tourbe que crutl. U!i jLI 1
pas a so deranger, du inii. LL d oi s sont leutemient accordW6. La invite des chefs li Areros qui uot ia.l
queen deburs de ia place q'iis oc-' Jonstitjanti accep e- isa barre des ieur soaminission A vouir si.-ier !
cupent, it en rested suttitaturnen tulatres qui viauiteni reclatner les tVait de p ux. Et dour permue ire aux veticuits le droILs de leuts fti es (miaiutres et oAt 11 ints sans daigtier sadresser
tourier eu preuant des piecau ious iioars liores) GC's d'roiLS poiiques -d auties, I iss.r cet'.e besogae a
pour ne pas its ecraser. QeAtle soilt trCOrtiiS et I'aAsetablee qui a -des valets, fioideinentt it lea tue tous
mnoutaih 1 iboli les privileges ean rance, de- do sa Ianint. Sit avait faIlu que po ;I
Quand aux gans de i'extriina bas c are 4uelte preftee sacratier I E a chaque critne allteused, leKaisr ed
peufple, iou nexiste pour eux des pre co.onial traneais si elle doti te aux do,its une petite tadtta de sitg,
eglenuta ions doe 1uage des rues. consarver au prix de la dignite ht- ses doux mains, deputy loogteaipa
1i pensent que la rue l es a eux en maine avilie La France apr6s avoir seraient toutes rouges.
ieur qualeite inCme de proletairea ; itl li 1o lhoaiane, relevant le noir de No veoi tIug it p2s, songeant
ny. a I lus ni co o gaucte, ni coce son long assorvissement. Qae je re- aux batiades allhlalaudes et aux chant
drit,, tit milieu Is y foLtleur ,Ou conuais olen li't 1etthousiasme et ia sons des hbjrs du 11hiio. qlle le
iet.e, is y dechirent leurs bouts de getitouitt qui, cent vngt cmtq auts peOple alleOuAnd est doux et tece ,
canuu a aucre, ils y tieuieot cou- pus tard press tous les Frant;is It es. aussi feioce lque ses chefs.
ei. IUs ueciotlenAt et.taver aucuue dana u lU no1l acre: cet te EcoLttz cette tati [e : a b11 j)our
circulation el pensetm, au contraire lunine oe.housiasnoe que, presque un soldaL alletnand trouva dAus at
tieo aitcremeut quo 'e L'eat li UJuI- a Lu canons, saua mLuitious, pres- bois un petty bIAe heIrrero, g a
geois pabsant dana sa voi ure qui que sans arines, lear fai1 gaguer la peine de neuf a dix LIois. Active
eZi. I obstacle et qua troubLe eur D utallie da la Marne et sauver avec au camp les soldits lIentojartret,
quietude. Douce DeanocratldT I -'aris, avec ia attce, la hbertd du toeinrent an grand cercie et so lan-
cno de. Parout oi passe la France ceretL le D-eb quits chrcliaient a
il demneure plus de bonte, plus de embrocher avec leo' bDaoinette en
justice, poassa6t des cris de juie, coming
di rd M.*a il M phefLn Al Coinblen on n'ei peut dire autsit s its euaseaot t6 incoisciiLtsa d un
ar el'Alrlesage..s Alatrese derreurs tlcrimne..
*.,0 uAct solmbres# laurait appftlee 1enan. So lancer un b6bW pour le rece-
I taut exposer lea criinmuels au voir sur les pointes des baiiannettes,
Grand stock de ciment, kero- pilori. La press bitkanique vient n etu pas lteur seou pasa leilmps.
d y ciouer i'AllemLugn aaus son its S'atnusaieut beaucJup A[ prelrue
sine, savon barrques Attappoit sur les lndigenes dI sud- lea indigeiols eit aUvaenit imagine des
ouest atricain et leur tritemient par systdmnes de pendttison c phliques
i'--'Allemagne.o L'authenticiLe des fat s et njibreux. La grande gaerre a
S t a i apportes ne saurait etre wise el uoutre leur itigeuiosit3 dans I art
Une StatlOn de l. S. F. dou.e. La source do chacuo deux dt fire :o iAflfi eL d tir. It1 y a ua
est inuiquoee e sigueusem in cou- tiot olemiaduJ q.ai existL darus au.
SPort*-au-'riJCeC tLiee. Les lenseignetneunt out etl cuae languo et qui est celuI-i Le
fournis par des europeenus, des in plaisii do traLi' du Iu,, Mats it pa-
dig&uea des documeitts utli.tels et rrit quoe eur JeU taivoi a. ait de
Depuis trois jours, on peut voir les propres notes de quelques pru- oW tl er ea n6gres. tslas l allutuaient
s repuiser, dominant la oll, ne du feasonunelsa allemands de coloaisa- tel as des Ltriles da 'easioe t cO.tn-
se dresr, ndomian a cdanteie d Lion. Da nomoreuses photographers me N ro u as'eclairdait a la luour de
1-- Air, fun des mits daantennede stat i rapp t et acnevent dd cs I auuuauy v0vatts. Lms ptotu
a nouvdie status de radiographic hui donner ce character au.tientique raptuea uou3 oat conserve lIs spec-
4ue le D6paitement de la MaIatic aes que 1 on doit exigor d une at docu- ~acles t-rritiauti do c s corps a de ui
Ecals Uais fati eiabat au' Bois St mUentee et emouvanti publication. cinsutne5t- ttjrltt, d cea corps e
Martin, tout pzis de la teoatainc Le- Lea matheureux .iudiagtue avient pendus douIt id cordd fal un nti de i
-oat-.d passeues accurdsaveciesAlleiuaid. iotr UAbi bi, altairez ta cruiut, i j: ,
Cette station, e'une des plus puts- 10aurtqu.i le tour repruchter puls4ue tie Vox pas part er d s ptlt)gt'aptii:s
san es de I'Amnarique euitra e, seia taut id autS a 8y OuIt laisses pren qa lius rt'eprdseuAnttl l s stpplice~
equpe pour envoyer dtes Mcsages t re? E niatutellemnent, comianet vattes lans:leaq letass iiuCeut lteat'i-
quipe pour ygtO, sas transit i seaenatre ait ce que les Allemands les uient des entanat e de teiaiaosl 0
lusqu'a Wahlington, sans transt.i. atiet rfspettea? Le contraire eut e onprerd q(ie dan i ces cijnittons
mias d'antennes au nomnbre de eeux pLutuLt toine.- Ge U'est pa depuis la populatluoa s eiU etaie dAa tea)
oat 476 pieds de hauteur au-aessus u.*tLi.nllaun Hollwegg qLe les traits toiets. Elile .y iqurAit do fan. d; C
du so e nt so distanis de 500 pieda. su" lesquels l'Altetnatgne appose sa soit, paisque Ies soa.iesi t cleas cjcur
Naldoutequece ltustiunicntaepro iruiatUIA asOt de aoupieo cuniotioa d'ea aVdliit oi e enpiti.iaaes. Ei
g;, mis A la dispotinoa da mode do painer. CGla est aussi vieux quo pau d auaii,, eile ftu decioiiae, quet
acs attaires, ne natrribue a deverOp- -ta eioraute. fTicite traisaic deja les ques ctiit'es pioAveroat (ueus qpiue
per la rapidite des commanacatious goruisiaa as fourbas.. N otIrez iauA is o4t conuiniu elei avai dI souilrir.
Svec notre puissaate voisine pnnaci- oa graiutte a un Alttmaud la aigsia- ai a tEUJ lahe itinoi a dd tidt'reco
avc none puaLJL d ut u aure Attetn and: yuas eitvait a 8J.0J0, cat;e des 3 l ALt u3
paemenstruction se poursut a e- savez imen que deux augures UUjis a 2U.uJO, Celit des B3rd DAil I-
La construction se pursuit ac ie L.s uraeuL so regArder auns atre. La aas a 3J.UUi. Sep: aus apr~6, tis
mentsousle condiri unSeeivtci tclu e Alleiauda uuo toJss dana le pays sept aunnis d pJdap at ao't liasoice
aique da Departemnent res fravau proteges et uia I aisae par deb ic- slut:. c*uqgM peudit as a vueae,
eiub.ics. cords avautsgoeux a'eorent nen de Ls it rroTus ais sO. piUS que i. 13J. .
-.. pas passe quae de uetiLiiI'er les ea i At:L.uto.a 9.71., tl- lU d DI, Uai
St iudigeute. bh .,u unflma ua epideatie las 12.oJl.
avail eniteve plu de la motie dAu Vo. a iueiqis ciltoi djis muat-
.


F~aits Divers

R E- TS EAI GN E MENT S

~frIJi'Ei HOI EAtO LEOI~c

6 dICUAiL-ECOLLEGEL

Morcredi 1: Novcinbze 191R




m maximum 29.-
Nlcyenine diurne 25 to
Ciel clair-jourtt nuit.
Forte ros~e.
Baronil:re en b.Jse.
I. SCHERER

A i)~NCDL;12 Njvj.)VL&iRE 1i8i
Jo,_etmuts prononcds
Cclai qui dit que l'action Lia
*t'ur N S. Lifaatari a en pairtie U11
objA !e maritant des loyers .rdcIa-
nes, maiis qu'aucurie tauta West im-
.)ta'eau siz:ur CisLera DMiennc,
(cIa ivtrneat au veisernent ; doan-
-cte Ai cc dera iier du d~p~t par ~ii
Wia i~ ta birre de ce Tlribunai de I -
iornm: ;2 eii) g~urdes, repr~sentant
lks 1oyers dtis aui premier Naveiniorc
courant ; en cofls#quence, enjoint 'c
-;ieijr N. S. Litotanta d'en toucb, r
e mnoaaat coaire banne et valab)
qUILttnce ; rejette la dem rinde da d~
zuerpissemenet produite dit quii n
& pas lieu d'ordoaneri'ex(utvri pro-
aisojre sallicit~e ; condamnae le sieu-t
N~. S. L-ifonwiat aux d,-pens etc.
2 0 Celui qui d&clare nul et dl2
lul eiet 1lacte &opp)ositionduquatie
N,:vembrec-our..aa,ininzts'>re del hui.
iter Hyppohie c cny, du 'Triburial
X1app--i dze Port-an-0rince, ftit A .
ieq ie.,e des ir~res I'oussaint; en con-
iequcace ininiaent datis toute si.
form.- et teneur le jugerent de d-
taut de ce s:-e en date du 25 0;-
tobre 'eraier rendu conute les sieurs
C-I~rnent Toassatnt ci DWmosth~nes
T17ussainit, au profit de la dame Pa-
rndIie Roui an ; etc.
3 0 Celiii qui rej.-t~e la demand--~
le conrtre-expcruse sollicit&e par le
iieur Nicolas Cordaszo dans I'affaire
le la datn- Ernest Rivilre;
4 0 Celui qat reavoie A l'audieri-
cc prozhitne ie prononct du juge-
ineat d~aas faithire lIe la dame Erucst
i~t!vi~re cotitre NLOLIas Cordasco ; ,
5 0Ctlmat qui ordoaw! la compa-
rutiozi personinelle des parties dan5i
'altf.iire de la dame Alazicia Dieub.ri
coatre Porcia Myrhiul et Uxe cette~
zompurutiori A I'andien:e prochaine
la vcadrelt Ij dci cjurant ( oppo-
SILioiI ).
6 0 C.elni qui coad imne le Sieur
Fr~ag.-ul Oa a 4:Apiyar la valour
:cicaaiZ pir des teraics mensuels de
I;,x g. araies, aye,: caused p~aale ( at-
:.nre hie p oa)
7 *,;-iut qam .c.Inac que lesteur
[o.egh J0 LocUS sot. entendu A LVau-
Ileace dii vezidredi ij du courant
I.Is [~atlaire des sieurs Lascaze tleri-
ri et E I ju rd euerre;
8 Q Gcliui qui doane acte au steur
Frajai3In "hurles de ses reserves
ceiaaves auxix oycis dfii ; conda'mne
I) .Beraard A dccluerpir des Ijeux
U;L-Ues d~as le de~it de deux mois,
Accoide iext~iztioa provisoire m-io


Doudai iLAC No:338


-Y II~i .1 LNMW


i I I IJ~ilEPLI


PORT-AU PRIIMCK (HAITI)






LE:.A 6-r


Dernieres Depeches
PAR SANS FIL
14 Novembre 1918 magne, rdsidera ddtinitivement la I N '!
PARIS.- Aujourd hui les armies villa de Corfou. I -
allemandes faisant tace aux Ameri- AM TERDAM Une d6peche dit :
cains sur la Meuse et la Moselle se Un auue rapport tst qu il ach6,era
retirent lentement tout le long du un domaine et restera enferm6 en
tront vws l'intirieur. Les torces am6- Hollande ainsi que tous les autres
ricaines sont exactement sur les po- hauts o1fiiers de I arm6e allemande.
sitions qu'elles occupaient lornque Un communique pubhli donnant
1-armistice commenga d'entrer en ex- une autre version dit : que le voyage
caution. de ['x-empereur en Hollande ne tut
LONDRES.- La flotte alliae entra point au la peur, mais qu il a Exses. toujo*..
dans la baie de Constantinople au- laissa lAtlemagne afi i de taciiter le ".e.emaq.
jourd-huiapr6s avoir franchi lesDar- travail du rouveau Gouvernement as
danelles en lui enlevant Pembarras que sa _
L'Amiraut6 annonca que les trou- presence pourrait y causer.
es anglaises et iundennes occupant Londres. ;- iex-Kromprinz Ru--
gP precht a etd fusiilg par sas soldats
les forts 6taient sur les. armes pen- pendant qu it essayait de tracchir la
dant que d(fi'ait la lotte. fronti6re hollandaise lundi mrAin, Program ne de la
LONDRES.- Le 1oi Georges, au dit une d6pdche: mais Paris informed
sujet de la signature de I-armistice, qu'une depeche de aI Haye dit que tmanitfeStatioft
envoya des messog-sde compliments i arcien priuce est arrive a Maoe.- du
et de remerciemens pour le concours trich dinianche 17 novembre cou-
americain, au Pi6sidenf et au people Copenhague. La lut e a eclatd a ranch 'A occasion du triomphe
des Etats-Unis.- Des message s ont Berlin lunai. Des messages rt4( s des Nations A lliees
6t6 galement changes enlre le Sa- ici a jourdhlui tabl:sseut que ues
otDic'Ors 1(ccux out tile sur lea re-
cretare Daniel et sir Geddes le pre- volti onnairts a Linden e que plu- Dimanche a huit heures du martin
mier lord de 1-amiraute anglaise sieur's turn tues. Des teler'amnnes A 1 occasion du triomphte des Na
PARIS.- Le nouveau gouverne- venus du palais ae I aLcten Kion- lions alliees, les 6leves des Ecoles
ment roumain a d6clar6 la guerre A prinz fout voir qu'll se propose d'ex- Nationales et particulieres, accom-
l'Allemagne, dit une d6~p he de Bu- pelier a Maveild des roupes tes'.ees pagnes de leurs Directeurs et proves
dapest. tiddles. seuis, le Lycee Notional. l Eccl de
PARIS.- La Hollande a accepted Berne. Une emolion intense MWziecine. 1 Ecole de droit, tous les
de s'occuper du transport des pn- 'est produi e a travers toute la employdse tfonctonnaires du gouver
sonniers de guerre allis qui se trou- Suisse. Lex ermpereur Charles (d'Au nemelrt le comrnerce, les membres
vent mainttenaLtr en Allemagne. ri'che) aiusi que sa tauiile out du COrpS Judlclaire, le Conseil
LONt RES- Des mantestations laisse Vienne a 9 tires du soir ma:- d Ltatse rendront a la Basilique
LONR iS.-, De a dessItliO de Tkartsau rat N,.tre-Damne oQu un Te Deum se-
se ont piolorgres lundi lies lard a destiation (le Tkrtsause, iton -
dns la nuit.- Le people va dan, usne ddpectae emanoe d la cap tale la chantO en pi0,entede Son Ex-
aL(dlchilenne Labdica ion de o'e- cellence le Prsideit de la l pubi-
les rues dans une veritable debauche pmeur Charles a 6L olticiellement que, des Sacretaires d'Etat, ties
de lum:&res apes quaire ans d 6- .nnoucee. 11 a publiC uu InauitettU [nalsons civil et militaire du pre
raisses incbres, distant qu'll reiionce a toute partlic sident.
LONDRLS Le come William pation aux bllaires publiques de A huit heures et quat t la garden
Hcherzolkin, cx err peieur d-Alle I'Alleinague ou de I Autriche. Prsidentielle tt la Gendarmerne


yVnnant une caution de vingt gour A I-Avenue do Travail
des du present j g~ement, etc. ,
Aftaire entendue ( en continua- Ious sommes heureur de cons-
tion ) later qu'on a mis la main 4 la rd-
Salvator G cvir.7zo ccn re Calis sectionn de l-Avenue du 1'ravatl au
ihenes Montasse. B1ots V'erna On se rappelle coin-
Chez Normilt Charles ln nt noous aoors in'iste sur la
Le public cst avits6 tu, l'expo .Lndcessit de la 7rparation de celte
sition de la novel e etvie du avenue qui (rail devenue lattrale
sculpieur Nor mi, (Ch Itis pendra, went impraticubl,.
fin uercredi oir a 6 lieures. Aous /eltcutons vivement les en-
SQucnrredp soire do deu 'aller trepreneurs de ces travapjx don't
voir le magnillque Christ qui les r. ultats sa oncert satisfai-
va edre expedik pour embellir le sflnls-
calvaire de J'Arcahaie. Tribunal de Cassation
Cinema Farsana Audience du ii Novembre 1918


Nous rappdons le beau pro sidcnce de M A. Bonamy
ou rppo e bea o Art'13 rendi,, qui, 10 Casse et atr-
gprannrne qui sera excu ce oi ne, our contravention article
a Parisiana ;cAua/lte Ide/guerre 148 c p. c. le jrgement du tribunal
comique et La 1'erle dcN Antilles, de t commerce de Port-au Prince en
drame tn.ouvanl. date du 14 hUvrier 1918 rendu entire
ceenSiiillient A. Larreur et F Schmict et renvote
Avourd'hui 14 Aovembre, .- la connaissance du tond au tribunal
Ion 1'arrdtl communal, coimmence de prerre instance de PetitGoave.
,on tarr f, colno,~, c 20 Casse et anirule le jugemen,
dans toute la rille la distribution n asu e p t tibunae civil uemeort
des bulletins (/, recenccnnut tur au Prince entire ALguste Ahrendts
habitants. Cest i'occasion pour et la maison Charlh, Zirz et ien
ncus de demanider d nos lecteurs vote la connaissance du lon4 au tri
de prietr tou loir coitrour-s en bunAl de p. emi.e instance de Peii
.zte de la ru'uisile complete de ce GoAve.
1ro7et de recensemeni. Alfaires entendus : Lubin et Tar
Cine Varietes ditu centre BoraesLaritux. Monsieur
Un ccidenl survey dans 'ap- e uge A. h pge entendu en
parcel cinmnatograpiiqiue a con- s tappoits, le Mimistere public a
trarielarepresenlation d'iier soir. conclu au itjet du pourvois.
Elle a Wt renvoyee A ce soir. 20 Alluia ieerre An Icontre 1.
.Nous rappelons qlie ce sont les 1'a;gan ente .u en son rappoit,
4e, oe et te episodes de 1 intre.- te MiNnisire pFblic a conclu au zejet
sant film Le Alasque aux dents du pouivoi.
blanches qui seiont exhibcs. liRm scieaits
Le grand egoilt de I'Avenue La famille Fet hire remercie
John Brown da plus pr/ond da (war tos
Nous avons dej'A dit avec que! ce qus pr occasn de la tur tort
entrain marchent les travaux du de ont r cs Ocaer Verrne, lat nt
grand Ogoit de 'Avenue John dond tdes marques de -mpinatallhe
Brown depuis la r6ouveiture des proioute ou de devoumcatu inls-
chantiers. sable.
Aous transmettonsles doleanc.s Cay.s, le 5 Novembre 1918
de quelques habitnmis de l'endroit
qui demandent que la portion
i6ji. faite soil couverte, atin d'&- Mine 've Auquste Estive, Mr et Mine
viler des accidenlF. Cbs. Esteve ct icurs en/ais, Yr et Mine
Vol avee effraclion Ed. E %tL've, remercient Messieurs les
D s camb.ioleurs o it pOenti6 avec Secrtlaires I Fltat, le Superzeur et les
eftraction hier ch z M 1i amanu-l u J're i du Suninaire, les lilies de la Sa
Constant au Postc M irch.ian. gesse. Mr lng,#iucur du Gouvernement
Divers obje-s ont eC emro-"'6par i Admninistration du Service d Hygiene
les malfaiieu s que nous :igiaton, la Fresse et tous ies nombreux aims qui
A attention de la Police. l, ur out donnet des temoignages te si
grande sympathbe I occasion de la per-
Prestat.on de sermeat le de leur regretted Paul Es've.
Hier le Tiibun I de premiere ins- i s les prunt de cronre iuti situire
tance recevait le segment de M. At- reconnaissance.
ide ouard, notire a Grands Bois. [ ort-au-Prince le u Nov b, "tL8


( La Renaissanee


Reunion ce soir A 6 heures chez
Normal Charles.

vernement, en demandant simple-
ment aux organisateurs de cette ck-
remonie de vouloir bien accepter
leur collaboration ddvouee aux pre-
paratits A faire pour donner A la 1 e
tout son eclat.
Les membres de la Colonie, les
Alhlis, les amis de la France sont
don: invites a assister A cetle picuse
manifestation qui est un nouveau
emornigaage desympathied tl i pour
la France ti ses grandsAllies


Avis
La Ligation Dominicaine a
Port-aL--'rince porte a la connais
,ance du public en general et ou
Cumnlerce en panrliculi r, que le
(GoIIVullVamnI ,r ......


sel Bt ux i-)a rds de la Bsdilique '-'UJtLiL1licall ii a
Notre-Dadie oft a hint heures et de- cause de leopiddum- d'influenzd
sile se rendra eoin Excellence le ou grippe qui sevit en Hala, a
President de la R-pubiique accom- etabli sur la frontiere et dans les
pague des Secretaires U La', des ponrs matitimeS uri quaralaine
oltciers de son Eiat Major et du p matimes un- quarauline
personnel de sa mtison civi e. iigoureuse lant pour les perfobi
ArIve a IEglise, .'ou, Excellence nes que pour les La'e.ux allint
le President de ta tepubliqud seri d'H-ai daus la Iepubliqu Do-
regu par le Clergt. inicaime.
D) s maitres at c rutnoi i, conduit PortauPrince 1i Novembie 19 1
toit cheque corps ou digni aire a
la place qui lui est destitee
Des sieges seront rit rves dans AUx Gentt M.tille
le Lthwur pour les nembrnes du
corts diplomatique et cousuluire, ai Pticiles
le ch, f de I Occupation awueicaine Grande venle au rabas pour
e les off.ciers de 'armiee et de la ronou d
Marine des U.a;s Unis, le Conseil rnouellmeiJit de stock,
d E.at, le corps Judiciaire, le chef crosses a t-te, brosses a habit,
de la Gendaimerie d'Haiti et son Lissus pour jupes el chemises,
E at M eJoi, le conseiller Financier. chapeaux pour hGintes et eu-
le Re lsveur General et ees aides, faitis, rerpe anolais, souliers en-
rliugerueur tes 'riavaux Pubhics et I.i, beleS, Sies a las so r-
ses aidet, I'lugenieut Dirteteur du s S scs a mains, r-
service d tiyiC,,e eut ses aides, 1'ad- rurus etc, Doucles pour panla-
tiismralou Gomrinuuale, le Bar- Ious etc, toll- cir6e, lit en ter etc.
reau, la Banque Nationale de la
Republique U Haiau, la Chaombre de Avis
commerce le commerce hamien tt
etranger. la cPrese- L' Maison II. Silvera vient de
Lne save de vinyt ,t un coupe de recevoir euicre par le dernier
canutn aerd tiet aiu le JDu0t. I baeau d'au res magniliques Cai-
A I isue dae lua ceitno, ie r a iMu a s a q
sique du Pa ais jouera !ea hytneI rsiduCi,, di'lle li bblanc su-
nationaux des Allis eur le parvi. peiieur, aiusi que de jolies toilets
de I Eglis lues de LouIes nuances el qualities
Ge jour, outes les mioions seron pour les le es de liad'aniee.
pavoibees aux couleuia haitiennes prix d6,iauts routes Conur
eE alliees. concur
Le soir, it y aura illumine t o0 g&- renc'es
ntrale, concLCt, et i(jOuissanct s pA:
Od, P aUPrir.ce le 13 novembre 1918 Au p lerand lue
Le 11cet. d E1at au Dprietnen En face la caserne desPompiers
de 1 1 iteriour
3. DARTIGUENAVE n, eer. hchal g ie tOus oojets
Mas c iin de cOL fiance discretion
g bsoluot.


CommutiiUque

Les bureau des divers grcupe-
nents de la Colonie frar iuse decette
ville ; Sociftc de Bientdi ance, Co
mile Haitien de 1-Alliance, L'gue
Maritime et Chambre de Commerce.
avaient decide des la confirmation
de 1-Armistice de fLire celebrer A la
Lathedrale une Messe d'Action de
Grice, suivie d'un Libera,et d'y con-
vier routes les autorites locales,et la
popular on entii:ede la Capitale qut.
ces jours derniers, n a pis menage
A la France. les temoignages de sa
sympahie
Ua comit6d'organisation avait ete
tormi et la date de cette Messe fixee
A Dimanche 17 courant. Le Gouver
nement de la Republique allite a
entire temps t6moigo6 ie d6sir de
prendre initiative d'une c6rdmonie
semblible et po'r la meme date.Le
Lomites ,ranraisene pouvaient qu%
sj iuliaer devant la decision du Gou:


uit 'Gondense
Vermouth
Bay Rwun
En gros chez
L. PRELTZVMANN-_
AGUiERHOLM
iRue dau QuQ -

Aorwegian Atlas
Insurance Cy, Ltw
Coi0puguie d'assurance maritime
Contre les risqu es de guerre
CAPITAL 6. 000.000 de courunnes
fi6ge Social : Christiania
Agences a : Copenuague, Stoc-
kholm Paris
io tterdam, Amsterdam, NewYork
Agents d Port-au-Prince
Transocean Trading Co
Rue du Qua


Huile de Ricin


Gros


& Dtacil
A LA


Le commerce et le public en g 6
neral sort avises qu'd pritir de
cetle date, Mr Maurice Bllanie,
mon fils et mon principal collabo-
raleur, entire corno associd dans
la Pharmacie St-Joseph tablie
(n cette ville, don't la raison socia'e
estd'sormais: Alfred Bell in le&Ce
Jacmnel, le 4 iNoveinb:'e 1918
Alfred Belhinde


Ilecker-Jones- Jewell
Milling Co
Farine Hugarian 00
Suprmne et Boule Rouges
Farina uk Rouae
French American
Wine Go.
Vins Rouges : Claret, Zinfanw!l
Burgundy.
Machines a rll

Glavier franqais ave-; acjenl
Eug.e Bosse
Rspresantant poar Haiti
Agant Ganerat pour Haiti


I CE QUE JE SUIS
CE QUE JE SERAI!
Toujours reine et re cher
| Toujours pr fiere et envi~e
X' ORINOKA No. 1
C'est l'ideale Lotion-Teinture
pour teindre les cheveux blancs
: et leur rendre sa couieur Prinli-
tive sans teacher ni les vetleents
ni la peau. C'est une prepare
i tion indigne et v taile
Zi grand rnrite et duniversel e
P renommme. Elle ne content pas
Nitrate d'Argent. Resuitats
nervilleux. 11 faut I essayer
ORINOKA No. 2
Cest tout ce qu'il vya ees d
:1 pour detruire Ic s pelces che
cuir chevelu; fortifier s h e-
; V(Ux ect arreter sa chute sansles
h; teindre.
;| Dcmandes le traftemenf s ci
.3 da tles DroguIf i grees-. ""
Eigoes Ia m Oroka e'a
I T-AS.ICAW
S The OrimokaPhr l 'L
T w. Ut.s. A.


porte L'A ge


pour prendre avec benefice
la ligitime

EMULSION DE SCOTT

productive de forces, vigueur,
et energies.


m=== ===a si,


Y I L ~Ze --


Ph irmiacie Brisson

Pour gu rir ou 6viter
MIGRAINES CONSTIPATION
CONG ESTIONS- ETOURDISSE MENTI
EMBARRASS OASTR!OUe
IL SUFFIT de prendre
S1'i.xn cde vos repam
tous les deux Jourmseulement

Sune Pilule du D Dehaut
| 147, rue du Faubi St-Denis. Paris
Saisliiaut exiger les v6ritab)les
qui sont tout h fait blanches
Lt sur chacune desquelles les mots
'-EHAUT A PARIS
3,,t tires lisiblement Imprimts en noir
II I I I