<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03274
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 25, 1918
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03274

Full Text
~u2a-'o an6ezN. 3371


POD? AD-PRiNCE (HAITI) Venired' 25 Oclobre ISiS


Cmient-MAGLOIBE
plRiCTEUR-PROPRIETAIREi

ABONNEMENTS :


PORT-AU-PRINCE
us Moim
V~OWMoes
On ~DtPARTEMENTS


STRANGER


Tro MOISl
Uz Mois


G. 2.00
, 5.00.


2.90
6.00


0)1


Quotidien


, v.00


0


LE NuMJEHiO 15 CENTIMES


Les annonces sont requea;
A I'or au l-'rmne : aux bureau x du Jotunal
I'ri :A cItz L MaJync & Cie 9, Rue Trochbe
A Lonircs : diec L. Mj'.encc c Cie. 19, 21, as
LuJpAte H
A Ncw-York : universal Publicity Company 45 W**
,4tb. Street

L-nsmanuscrits inserds ou o ae sMat pas readMla


K Solon Menos et le Drapeau Hatlien



68 liiecfre 1897 e 7 OclIbre 1918


Nous reproduisons la traduction
i diecours prononce & New-York
t We Solon Menos, notre Miniatre
Washington, at occasion de la
preontatiou du drapeau haltien A
Asatolde la Libcrt6- On remarquera
l rapprochemen" qua fast l'orateur
stre cette cLremonie et celle qui
et liean Port au Prince le 0 D6cein
kr 1897. Le mttne homenae,le m6, ne
dspeau 21 coups do canon. 21 ans
pr. La justice iminmnente a op6i6,
Cgosme toujours.
...Il ya 21 ans, f propose d un in-
eident de peu d importance, un cou-
ultdiplomatique o laita eotre l'E npire
IAllemagne et la Ilpubl.que d 'Hati
je reprdsentais en qualiht d,
Sotaire d'Etat des Relations E'xt
rinmres. Nous discu ions sur I1
qaesion depuis queiques senuaine,-
quand, soudaiuemen daux bA eaux
sgaerre treat leur apparition darit.
Is rade de eort-au-Pricee Id Go A
vrnement dllaiti rtcit un altirna
tam lut enjoignuant de saluer le ,'La-
pmo allemand daus un dolai dte
qatre heures La Kipublique d Il-i ,
smle et sans esperauce doe ecourt
a par consequent incapable d
Master Ita I puissance colossile de
Iallemagne, fut oblige do ae sou
Itre a I horrible dermade, et uni
croiour havien, A la place de,
Clears nasiouales, dut abtorer Ih
dIpeau allemand et le saluer do 21
Coups de canon. Auj'urd'hui, qu.
"7yoo0 nousi Ce mine drapea,
husat, ai hon euse nent humilie, i,
wid: Le voici deployed sur ce mi
ilihlueO Autel do la Libertel II es'
accaimn par la grande ville de New
YorL par un grand E a par uni
pand people. Lav6 de la aouillurt
aUleaaude, it reioit un nouveau lus
t 1et one nouvelle cons6cra on 1I
at arbor A ce mAt, et tout le long
do la cinqui4me Avenue, it flit e e,
plpite joyeuaemeut au vent dana la
Fd4 cst6e avec lea drapeaux dei
Allt parnt lesauela Ia banner
4tod6e0 deploie avec o gueol sut
I terry deo hoiunnes librea et aur le
byt deo braves a
D.OC, nous qui sommes res'6&
0gemonps coulbas sous le lardeau
PMant de ceite terrible hurnmiha ion
D00 pouvons dozeuavant lever lb
o 0et respirer iore metit. G(.t o ce-
r6onaie, veuant apies notre declaiu
an de guerre du 12 Juillet dermet.
Plocldme notre d6ntinuve ddhvrarce
CS A d6testable cauchemnar et on
sibe temps, montre I action irre
etablo de cette justice immanente ai
OrdaWment invoquee et attendueI
laFlancepar son grand hoeint
i'", LWon Gambeta.
La Republique d liaii. spdciale-
ant representee d3na cette t6Ie pai
a drapeau, eat voire lhte. Elle est
et h0eureuse des tenoigunages
tiO6 et do solidarity que vous lui
rez, *t elle eot reco inasaute eon
Scoax qui oat eu l'sdee d'assocet
^tal champions d une cause corn
d9auls unes a6rede manifestations
"", mass ayarnt copeudant lI
-Wprosoude asgnuticauon. Depuit
pg. oauen pays eptouve une
"et Daturelle admiration pour
le( de1 Etats Unis, pour t 1
"?.gto chevalier de ce sai cle
Scombie lets resources intiaies I
N "s gA6e inveatif et pratiquc I
lea6rosite in6puisable au
a. u PI1us pur id6al. Nous a
iasfuls houreux et tiers de ,
40 18 Graude tt6publique
a cti reement dana i e
*iM.ft a fttuellea no la t de d
, p_ Ir personaue ot dual la I
E 6erugiue touan et coufomd d
MIieW d@ .oaUo esulae dana I
** -- -- U-. ..


ce to lutte extraordinaire four I ilu-
manit6, pour la Justice, pour la Li-
bertd et I Independence des Nations.
Certainement, lea principes procis
m6s et revendiquds aux prix des
plus grands sacrifices peuvent ne
pas 6tre toujours realises et appli
quea, et il est possible que dans
Iavenir. lea homes d Etat A l'esprit
le plus large et leas mieux an mas
soient eux momes surpris d'avoir
involontairement et plut6t inrstincti
vement, dtendu aux petits lEtais le
m6me traitement qu'aux grande
puissances. Mais sans doute, le
principle sera maintenu par la vertu
spontanee de la nouvelle lolitique
International qui s'eat inauguree.
De tout notre cueur, nous autres
laitiiena, nous jouous notre iOle
Plans la measure la plus appropriee
Jour aider le ComatC de I Emprunt
dd la Libert6. No is soinmes aussi,
uoralamnent ant moins, intereses ai
iou success. car nous savons que cet
'inpruat a une destination a laquelle
io peut d.re udimilrreate aucune des
Nations associ6es daRs la guerre
;outre i'Allemague. Nous savons
4ue de meane qu autreois tout chie
ain menait A liRome, tout chemin
Aujjurd'hui naeis a Wasihington, et
iue lea E ats Uais out deciad de
Aagner cette guerre en faveur de
'llmuinanite.
1Ws le dibut des bostilUhs. beau
ouap d hatumns, guides soulotment
par leur amour de la France, se sont
3ugtg6s voloutairement danas la L
6ion Etrangdre. Eu ce mnomeunt des
allhers d autres attendant uu appel
pour accourir sous lea phis do dra-
teau bicolore de lour patrie qui, on
ue duit pas 'oublier, tat le premier
,pias les Etats-Uiis, a conquer
son ind6peudance.
Quant a ms, je suis ifinuiment
tieureux d avoir t honneur et le pri
vil6ge de didier A la cause commune
ce drapeau de ma patrie qui compete
parmi ceux qu i 'oot cr6e des hbomm-
.nes ayaut pris part A la guerre de
i uIndependauce americatne, ue dra
peau qui rappelle la glorieuse oiagiun
de la itepubuaque d tim a et qui porte
danes as ph. uue plendide easperan
ce, I aeoute d'uL aveutr prosper, la
promesse d'uue exaltation legmume.
dulsse-,-il tloter pour toujours. in-
tact et reopecte. a cOe des drapeaux
des auires ueowbres de la Ligue des
Nations.


VOYAGEURS pour New-York
Assurez vos bagages centre tous
,isqies i la NOKV.GIAN ATLAS
%;0.
Agence Gtnerate : TRANSO EAN
ALAiNU Co.
Rue du Quai.
Fort-au-Prince.


Les auldats des fitats-Vais pear
ja tenm 66 svoyalesal dams
Pair, par orie.
Le D4pArtemen1 do la Guerre au-
toraso IA pubati~auon ece qui suit :
pour IA premi~ce Lois daus 1Ahis-
jite do cc pays, des soldats ordon-
ags ci' service out 6Mtr an-sport~s~p
I& route do 1airsamedi 7 IS-Ptem-
IL8 hommos enzt6is IUaren. passages
itbard do tinpianes paktft par des
otfi.2am at des a"ropiaes, on form&-
Poona do J 4 et I5 ms!-&hnaft.~O! Owa[-
a* As henammes do i..hanueoField.
ILAstoul A c.*ampasga.Ild oui Les horn-
an. eat *ad ordouness o a s edeso
A c. orwotiqutse o hid"s
ksW-Uai.,t d MUSOM


OMIARD



SOMvEeff'IllIIon des Leigea
a -00.' P. af- -
Lc-, souIfr~ances Jun jrtistc -):it pour 'ou', un
phIj' 4 ai~ n., c t ontutn ic~.u du .ii'lianic. S' lls le \.
t~'Ji, I 'l I 1 I 0 II.ltt O O I ii


Un salut rsgence, one pironet'e. mez tant les auteurs grecs, surtou'
un rire nerveux et cest Demard qui ce Lucien don't le rire soonne et frist
torube sur nous en saluant boa- A travers ls ides les plus strieuses.
jour lea anthropolog 1stes. aNous e comment pouvtz-vous,sans record.
iions une dizame a ilverdure comme pouec mvousrsans remordc
taliant la bombed. II eat ri tu par utLe hell-niste, cundamner nos eclats
acclamation. Lher mantre aci, chel Le ,re est quelque chose de divin.
p -tt. par 14, c ebt une fete, c eost ui vous le savtz mieux que nous. 6 en-
dese. 11 a excuse. il passait,a i, suis tant churi des Muses, pour avois
une eilde filt7./le.*Mais A la tin il est gravi I'O'ympe, regard les dieux ei
vanicu. et aiuus tixons i'6toile parni en'endu le tire formidable de Jupi
nous. On ae regarded. Quelle vine ter. Dimard s'apaisa subitement,sor
Quclle juuinae 1 Pour le nettle en vi:. ge s'claira d'un sourire et il
coutiance, nous gaidous uie belle mtr! nnura '" mLaju,,n /tjeese. *
lteue, pieaque lesptctueuse. It ie Les qu~lficatits les plus splendid.
taut pas Cire brusque avec luW. Pow tombrent sur noire hros, telle une
le taire causer, il fdut beaucoup lom rent serr noire hros, telle neu
dart, sunuler un lournoi, lui laisser pule de pierreses. E2 son honneui
i lmprtssion qu un lut eur esa avec la boisson couleur d'or scintilla adan.
lui dans I amptla I aitr. Ctlui-ci don't les coupes. La t ble fut rouge de ro-
I exciter, le piquer de sa lance, se ses et nos fronts veidis de v'gie.
couer devant lui la phrase, le mot, Comme on couronne un dieu p;i:n,
la potnte, tel un orcedor on face du Pun de nous s cgenouilla et laura
itu sau. la solene leg6rn *tsou, I. ses tempes gonCfie Et parmi iepay-
L. uu deaso nous : quel piaeir de sge autoinnal nous improvis-Ames
vous posd6der prince edt le tres ose fte rme ; vo mon
It repond l t'rai plaisir est obscure. une te romane nos voix mon
Et I& veritable douleu ? 0Elle est ea- rent, troublant la paix campagnarde,
ire le deuxc 0 Dmnard doe mun a ie, en rythmins alteraCs, celbrant notre
voia seui pouvtz tlouver doe tele., Appollon noir. e Avec Demard im-
subutnites I Sjbulite6 I Qael muot operator let e.x chantions-nous,
sougea-t-il out haul. Ceo meajieuss, quand tout A coup Etendint la muin
conuiua I inieriucuteu,. discutaieut a un geste calme,il dit : ** lanemn".
quand voua s e airriive, aur la phi- Instinctivement nous nous itdmes.
Iojaot bi ia n int pas pu s enteuure le n'ai pas assez de viruositt dans
sur uue dl, faiouon, quen peousez la plume, pour essayer mcne de
vous ? aimuelles racines eoa-us tIrou- donner une impression fugace de la
vees ? Plusours dout Ceacuue eaCt sLie qui eut lieu : aucuae plume
absurde.Jecrois etre leur inteprLte, s ne iq cut ter : accune plume
eu dnm nWant a vo rde rauscenaante no pourraut en noter l'action, ni les
et uitiwieduite.ltgeucu.uue explication mots bous, ailds, absurdes, delirants,
totaie, a laquelle usi se, rallieront. 11 que le personnage, debout. laurel,
protuena sur le payoage dautomne debita dans une exaltation. Seule.-
un visage empreiutt'uue haute sout- meant. je me souviens que come
trance intellectuelle, puts en berrau des lueurs, les mots de Rome,PMtion,
les levres: eu suin e la philosophie Dessalmes, Voltaire, incendie, By-
cest I iellliaynce I t Cetcte tdetiuiluon zsnce, drapeau bicolore, heros de
tlpadUise, e.Loucee vOc la taLquit- i lndependance, Ricine.CorneilleHe-
h.e ou savant. qui trouve euu li a baei dsn
formula gracieuse, ou vivra o teruel ogbae pssaient dns son discourse
fo rheoreaWe irmCbe, utous m eui et qu a a Ii l, A bout de rooms his
larmts aux yeux, biisa les ec.uses toriques de tours les temps et de tous
dte LOS ile accutules. At vous rie: loes suicles, i1 langi enfin de tous
conI us t il d uUe voix ou 11 y avust ces grands bomines qui se sont allustris J
Uo la coleOe, de I i.oue et doe I la G LreI-d Pserrot, au si le de Louis
patlo, maws vous tne i etere: done pas X1 V, a da gaos, pedagogue, je parle
jusq'a I'ddamde la di/nitive de mon grec.
dar 1I Le circle qu uouus lui fotai.us
so rumpit. bur la pelouse d or tauve, I Nous tions tous A terre, presque
nous routions lee visaLces de Ihypo- sans ve, na enteadant plus rien, que o
conjure auttoques. I'ale, superb, lea notre bannomme gesticulalt encore
bras crosesa aur la joiunue, las 16. dans Ic vide. comme un boutffon an-
visea fiemlssantes, lea yeux laucant tique. l
des eclairs, uous dominant d iou ..
a aveiteesse, et un geae do mabre *
non, it parla daus uu sourare hau t


I

I

a

a


caU- in if ewic piowL -.paaavres -c-oiacouaus
sat;! aslos, aux Meaa.c do det~as daual.
Dammacais yuass ne evstatiars, La LiastU
mass ed s pianesac tr iats itmociiers doerta
sublammss~quos vii Its ILamanem do leu so
rescumoranrLosgeactl .2U itj~nCSa. ait.. Lou
joaar does quiibulctcdama e la ummbam.-es
IfAllgchx o4 gratiL.:-Los 6Soiksa ; cus
40016r~jsj, abrit u-. Voos avez raigi,*
10hsunwaeLet tie dust pas IrejVAueor I"
p~sin.j ai dit. AAoUe. b& 11 out 00
pilo SUPulibi, COfLifLU Opu~r S..#v.-
hipper d4tUne invisatis e ..
Non I pardon duet MAIMren'as-
sombrassoxpas DOM Ce al de votre

,41 su1re, mass cost notr lal;on AAflogs
4c vouss applaudur. d VOSeS signcer,
vouis 6tos ueurc piatnEc I lEa blen je
* tcaipse, rugat-uL I Nod I vous toncz
msi a as as oimme-do basen P4Ao
monsbamamesuA"*4deo Yes., dm oil-
a.- I"


.
Ch:r maitre reveillez-vous,nous al-
loas dejeuner ? Le front sur la table
i dormant. Laissez-moi doacn, je suis
latigu6 rdpoadit-il. le ne sais com-
meot, une indicible tristesse nous
euvahit, une espo.e d: hate et de
eoanords, A voir ce pauvre diable
dnianmme, la tee couroande de feuil-
les, les youz fatigues et humides, le
visag plain de plis, suant. Nous
sncions que nojs venions de man-
quer de coeur, d'exploiter une folie.
en jeunes egoistes ratfolant detoutes
les joulss*Oces, ignorant la Isu.aee
jose d Cre charitable, ban, doux en-
vers Les tres fables, les mal lotis de
La Creation. Et cette gene de cons-
cience que chicun rssentait sans le
dure, .e mamtestait en attentions dd-
ticates, on mets aimables don nmous
le carssem sans irojse, asubtemeat.
&On serit. Ledjeaa fat a= e i.1


Faits Divers

AENSEIGNEMENTSJ
METEOROLOGIQGU C
OBSERVATOIRE
DU
SE 41NAIRE COLLEGE
.SAINT-MARTIAL


B Joudi


24 Octobre 1918
760.8
-;- ~ 0 t-_ Af


fuill imam 1.
Tem d 6rtureI m a m um 3 0. 1
maximum 30.1
Moyenne diurne 26 4
Ciel nuageux, couvert vers 6 h.
Pluviometre 18.8.
B.iromt:re constant.
Tremblement de terre A 10 h 45
Ju soir. Intensitt IV.
I. SCHERER

Ciuinma-Parisiana
Le public aura le plaisir d'admirer
A la soiree de diman.he, d.'ux chefs-
dAuvre : La drogue maudite a et
g Le Baiser de la Sireie a.
Tout a etW prepare pour la piLt
grande r6ussite de cette soire-.

Nes boursiers A Paris
D-s parents de boursiers de 1'Etat
actuellement A Paris, nous parent
Je signaler la situation qui est faite
A ces boursiers par suite du non
versement.deleur 6moluement depuis
pries d une annie.
11 est a ddsirer que des mesares
imm6diates soient prises pour met-
tre ti a cette situation deplorable
qui est faite en pays stranger A d'in-
Leressants haitiens.

Reprbseutition .reavoyje
A cause de L'epid6mie de gripped
il a etC decide de renvoyer A une
date ultdrieure la representation de
a ServirP, la vibrant pieCe de Henri
Lavedan.

rmfves morts dans leara dealcild
Li listed se pursuit des individus
trouves morts dans leurs domiciles.
Oa se rappelle que nous nous 6tions
an sas l'autre jour au a O.tobre.
Les iribunaux de paix ont eu
ensuite A coastater les cadavres dta
individus suivants :
Le 22, Noel In Gilles, rue St Mar-
.in Le 23, Demostheaes Antoine.
rue St Martin. Le 2;, Precius Pres-
on, 17 ans, Garede la Siline. Le
23, une femme ( identity non eta-
blse ) pits de labattoir ; aupres do
:e cadavre out etl trouv6s deux en-
ants don't Pun Agt de 5 jourset
-autre de ans ; is oat etC trans-
port6s A Ihospice. Cinq jours avast
.e cadavre du maria de cette femme
avait etC enleve dans cette meae
maisonnette.


tI triste.Nous avions vraiment aba-*
donne nos vilaines attitudes.Dhmard
maogeait silencieux, du boat des I.
vres. O passa un plat de *pam.
cengo '* qui etait excellent. C'ess ex-
quis, dit I'un des ceovives, merveil-
leux trouva un autre,faramineUs, ua
troisi6me. Mon bonhomme nae per-
mettait pas qu'en sa presence, d T
eat commae uan assat d'adjectifs* I
voulut, sans provocation de notes
part, trauver ane expression qui sor-
passAt les troas astres et murmur
dansune contraction" des livesa,c'st...
c'est ... c est impinrmeable.
SrTmai ALEXIS

L~ oa ressgmde


_ I I_~crB~O~MUM=


-PORT ko-parrac (HAITI]


Veni~red! 25 Octake i~ll





L. mmiu -


Ddpeches
PAR SANS FIL

Washington. -A Le Prsident a in-
form6 le government allemand
qu'il a tranamis mau Alli s des Etate
Units, sa requte, pour un armistice
ot quoe l coe gouverneamnt soont
dispos6Es A ffectuar la paix sur lIe
term.e otprincipea do leur coo-
seillers at de coa do ce pays. I'Alle
magne sera require de cautlonnei
iee termed n6cesalree doe a'rmistice
d'une flon qui devra protiger en
tiarement lAs intruts des people.
e Jeu. Loeur acceptation par lee Alle
mands sera ia meilleure preouve
coocr6te do I'acceptatioa sans 6qui
voque par I'Allemagne des terms et
des principes de pai.
Londres. 2 000 prisonniers fu-
rent pris par lee Anglais dana leurt
attaques contre lea Allemands au-
Jourd'hui. Lee Americains et let
FrapCaas ont aussi pris on grand
Lombre de Teutons. Tls out capture
la ville de Romeries et ont avanc6 A
pea pr6s de o miller au nord esat dt
lesmes. La plus rude bataille de
i'oflensive americeineo sur la Meuo
so deroulait sojooad'hul. La lignu
vacille de I arriere A I avant.
Amsterdam. L evacuation de
Ghbant, Belgique eat en pleine op6ri
Ulon. tel eat le rapport du tdlegrapbt
deo cetto ville qui declare aussi que
les Allemands sont talonnos A hl
tiontidre beige.
Amsterdam. Lea ordres de von
IIodenbourg aux ofticierr allemands
captures par lea Anglais montrent
qu'il approve les propositions de
paix de son gouvernement. Un ordre
emis par le Crown Prit.ce eat ausai
tomb6 en're leas mains des Franeais
avertisasant lea cflciers de leur rea
ponsabildt en perdant des positions
en modifant leurs lignes sons ordres.
Dur kerque. Le ioi Albert et la
reine kI z-belth de Belgique ont visit
te les nioupes anglaises et furent
rteua avec de joyeusesa acclemations
par Ie peui le.


La Rlformc judiclair

Courtes biographies

Pierre JOSEPH DUPONT DAY
Est ad6 Jacmel le 19 Mai 1872 Ii
fit ses etudes au Lyce National de
Port-au Pricce. Rcgu licenci6 on
droil, il occupa successivement lea.
fonctiors suivantes : commia-greffier
au tribunal civil de Port-au-Prince,
D6cembre 1900, charge de la direc.
tion du greffe en Fdvrier 1905. Juge
au tribunal civil de ce resort le 28
Septembre 1905; iuge d instruction
le 15 Janvier 1908; juge au tribunal
de Cassation le 17 Mars 1913; ac-
tuellement tt depuis le 17 Septembre
1918 il est president du tribunal
d Appel de Port-au Prince.


Le 24, Louise. ainsi connue, Agie
de 18 ans, Marche St Louis.
Ce matin encore, il a 6 6 tiouve
sous une galerie. avgle rue des CA
sais et Grand Rue, le cadavre d uo
home don't Pl'dentitt na pu 6tre
itablie.

Chez Normil Charles
Les amateurs d oeuvres d'art pcu-
vent aslier voir aux ateliers de o'ar-
tiste Normil Charles, un Christ.
mesurant i m 5o de haut et desti-
ez su caivaire de l'Arcahaie.
Selon toute probabialat, l'inaugu-
ration de cette statue se fera dans
lea premiers jours du mois de No-
Ve;Imre.
Nos Tribunaux
Nous disions hier que le tribunal
de Pais section sud n*a pas pa tra-
vailler cette semaine, le grelfier et le
commis-greffier de ce tribunal ktant
alitas.
'est la meme situation au tribu-
nal de Paix section nord.
T6grauue (uanbre
Use d4peche des Cayes nous an-
nonce la mort, survenue hier, de In
hie Ligondd, ancien Directeur de la
doneaie de 'ort de-Pais.
Nos ondo6taces aux famillei
6prouvmes.
jumma de Pasr
On tMoveMr au MATM tons lea
s t de Paris, mais il
9"reeibrL,


ILa rdorganisation
de la Compagniedes
Pompiers
Nous sommes pris de publier la
lUttre auivese :
Port-au-Prince, 35 Octobre 1918.
Au birecteur do journal a L'aeor .,
FE ville.
Mr le Directear,
Dars votre journal d'hier, j'ai lu
ne no' qua m'apprend quo je fai
psrtie d'uoe commission ,endant A
taire un rapport sur I'etat du mate
iiel des pompiers. Bien qu'aucune
not fiction ne m sit 6e0 faitetouchant
celte nomination, je declare quo je
m abstions de prendre part, quant a
present, A mucun acte concernaut Is
Compagnie jusqu'A ce que lea vues

6changees dans a reunion pl6ni6re
do 23 Septembre dernier so soieri
rdatiseea.
Rec.v z. Mr le Directeur. mes sa
lutatious empresades.
AnRTHU ISIDORE,
Ancien membre du Gonseil d adminis
tralion des pompte s.


iecetle8 tiles
Centre Is Ilarves,chenilles, in ectie
La naphiaiine en poudrc es& un
moyen exceLent pour d6truie les
chenilles. les laives, les tiques etc.
Rtpandre la poudre sur les planta-
iions intecties. La naphtaline ne se
dissolvant pas dans I'eau, on la m6-
lange A de I'huile pour en bAdigeon
ner les azbres truiliers qui sown in-
test6s ; de pu:erons troitez les teuiiles
avec de la naphtaline en piudre.

Alx membres de lIsociatios des
Orpheias de la Gaerre


Mouvement
Maritime'
Le Seamer Oranje Nassau est
parti aujourd'hui A midi avec les
passagers suivanmv :
NEW-YORK Mr E nile M rcelin,
Consul dHAiti A la Nouvelle Ocleans.
Mr Armand Hagreno*. Con-ul de
France A Port de Pail. Mr et Mme
0 A. Lon.l, IMr et Mrre William
C Hanson ei fille Mme L.Mou quera,
Mile de Matin. MIme Duvia Clement
Pool et fille, Mr I I Mc Faddien. Mr
Mateo Cunille Ab, s Mr Abdon
N. Attaya, Mrs Eug Le Bosst, Mr
Sylvestre Silvers, Mr Thomas .
Woods, Mr C. C Woolard. th Y.
Baldwmn.Captain Harry Hil.ady, Ma-
dame Harry Hallady, Captain Peter
Walter Hartmann, Mr Pierre Rivicre
Mr Daniel Wallace, Mr Henry Nith,
Mr Henry Nash, Mr G T WVlson,
Mr*G(o ges Corvirg'on
GONAIVES Mr Albert Mac Culfie,
Mme Segrtdeau et fil e.Mr lean Ma-
zou!ki, Mne Liure V.t6. Mr Fran-
ois B .njim n, Mr Cadet D;.sources
Mr KIm tine ApFo'oo, Mm. D. Bx:-
des, Mme Elisabcth AppaloaI
Port-au-Prince ce 24 o:tobre 1918
L'Or.nj- Nis.an touch: S. Mirc,
aussi.
II a pris ici pour Johi Bu n & Co
environ 3- tonnes de guac pour I.
J. B:gio too belles de coton.

Astbmine
Soulgement Pt w-riton -inl
par 1as CiGAUETTES o a PAOB E I*
2 ,5 r S a s T t P La.a:,2e. 20PA IS I
E ger sa 1 a re J. ESPIC sr c naI.e cgafette.


4ux Armnes
de l Par&is


Si vous voulkz qua ces ort helins 1 :;. Grand uIe, I.i5
cooinouent a jouir de ia vie faniliale, Collection dle Tenue 4-9s li-res,
saine, active et heureuse que leur r l l e r., po-
assure I Association dfs Orphelin Litres classiqur,, M oun io t e po-
de la Guerre, si vous voulez que le che pour hminei en tole, fit el
plus grand hombre possible de pau colon el colon, b tl au crochet, Ai-
vres pttits,abaudonues comme ctux' gulles el bodes four ,eringues,
ci 1 6taient, soient receillis par I As Essene pour eau de colo*ne.
aocia ion et profitent dea mNmea Ero p eain s
bietifaits, substauez vous aux PVrjts 'rop lJ.giqm S
tormbs an champ d honneur et pre Souverain pour calmer inslan-
ut z A votre char ge leu trasi d enlre- tanintent routes les affections de.
iien et d education de leuts enfansa voices r, spiratotres, oux, r,'hume.
En raison du prix croiassndt doe influenza, Grippe etc.
vie. ces frais vout atteindie, par_______f_
tote et p.r joui;.2fr 65 tout com
priv. L L.-at Lous versant un fianc ULo erais ul CiagnIlnt W
d'allocaiou. it reste une deperse de
i fr. 65 qui constitute la bourse Materalt6. Etants rebust~s,
journalhre de chaque enfant.
L'orpheli en en aveur de qui vous sains et forts
souscrrtmz cette bcurse sera comma
adopted par vous. 11 vous 6crara oe-
guli0rement. Vous serez tenu au
courant de sa conduit et de sea
progr6s e, vous le suivrez de loin ..
comme a il etait votre propre etfan.
Lea individuaiites ou collectivitesa
qum souscriront une bourse pour dix
enfants (maman comprise) devien-
diont lea pa rons des foyers de ces
families qui porteiont leurs noms. \
House pour un orphelin : 50 fr.
par mois. 13 fr. par trimestre, tOu tr.
Bours. pour uue famille : 500 fr.
ou 100 dollars par moia, 0.000 fr. ou ,'0
I 200 dollars par an.
On peut sousciire des demi-
boursea. Il est prouv' qu'avec le
La bourse doit 6tre payee d'avance COMPOSE MITCIIELLA-"
par mois, par trimeaste ou par an. e eurs de ac. eent ne
Le montant doit etre adresae direc- "nt pleus u ra d.ie adruc.l fait dnis
teoieut A la Directrele de la Colo.ie. paraitre ;es nma;ai-ec de la grossesse,
supprirre les Io meticrs d tic accouche-
mnent retahlit trn nli)te mient la fenime.


La Ligue Maritime Franiaise nous
demanded de publier ;
Les atnalnats allrmands
Au moment ou I'opianion daus tous
lea pAys allies so preo..cupe des
sancuouas apporter aux crimes
commias par nos enuemias, Isa Lague
Maritme Frarcaise organism dins le
grand AmphitibtAUe de la S rboane,
so xI Decumbre procbhain, u.e ma-
festation qui a pous but de afltrir lea
-atten'tas illemaudsa ar me*, en vue
des sanctions necessaires. M. le
PreAsdeut de Ia tepublique assisters
A cottet c6emouie

Ii otel-JRestaurant
L'aventlr
Rue Fdrou No 16
A codd des tIdgraphes terrestres
Se iecommande A tous pour sa
cuisine select et la regularit6 de son
serVice.
Conditions ir6s avantageoses.
Se recommiende A todos para sus
Comida Se!ectas y la regularidad de
a su Servcio


...... AJ..... ...
exerce une gratile action sur lea
a'landes mrnmmaire', perniettant ainsi
a la mere de nourric le nouveau-ne.
et soulae les tfenines tnerveuses
faibles. qui soufftirent de menstruation
irriguliires ou d ,ul,'r -uses. No
content aucune substance nuisible
,o.r la femnie enceirtc, ni pour it
qnbe qu'tllc port. Fae-on I'essal
)our vous en convaincre. N'admet
pas d'equivalent. Sans diete ni neces-
site de harder le lit.
En vente dans toutes les pharmacies
et chez Veuve Edmond Magloire.
86. Rue Republicaine 86.
Pour la vented ea gros, s'adresser a
RAFAEL FL6REZ '..
2 Avenu John Brown.
%'kl Agent pour Haiti de l'InstitMt
Medical du Dr. J. H. Dye. o
Bt"alo. N. Y.. E. U. .I

Donnex aux bb6da
Le lait cedens6 pur Nestld
Cela evite ra bepuccup de mal ladies
En vente parlout, En gros chez
'agent gng~ ral tour Haiti
L PREETZMANN-AGGERHOLM

Transocdan
Trading, Co.
Re du Quai
[ ga ad~fc~efoiii


Haiti Impor t Export Co


.Nouveau Maga4in
67, Rue du Quai, just en face de la Donane

Aginls dc I a is a clu oReprte i1:
Automobiles 'Overland* et arcessoires.
Lait Condens6 AIGLE
Sardines SEACOAST- P. 16 la caisse.
Ciment A tlas s- Huiles pour machines.- lluiles pourni.
Peintures DEVOE-Tabac c Atlantic Leaf -
EiUj s PILSELIt et SCIlAEf ER.-P. 14 le BI. P. fJO



Laboraloire Sejourne

Pi#paration de totes ampoules m6dieameateuM
et Injectables
2 MIEDAILLEK D'ARGSNT AL'EXPOSITION Dt BRUXRLLS 191
AIPOtI LP d'eau de mer Isotoniq ue s adon alate2
L'eau de mer que nous employons a 6te soigneusememnt ,,
large, au delay de I'll de la GonAve. Nous faisons remaarque
medical l'observa'ioni jidiciure que font leas laboratoires 6trang~"'
L'tau de mer inject;.ble doi, ire de fabrication r6cente pour avoir
ses proprittes thtrapeuques. D- nombreuscs attestations aous permasew
de certtfier que ros products ont donn6 tous les resultatsesp&kr
SPrcCIAL[TE : Siram navrosthbniqus.
Ge serum r6gularise les6clhanges nutritifs, il a 6t6 empolyji m
succ6s dans la neurasthunie, la tuberculose.


IArtidles Chojsja Pour la Toilette et Pajrfins

OnPe j ug diirsfi msut d'un. pm.... patIs chik
P0 .ll.et d'arficics ciquo o r sa mIsStbt
paqonu fmraouta
Lest parftims dle Lobricati,-n franeaise Tentation et RI,., soot
crnplo)v'. setieinetict par les persontics raffunies. delegates et de
bun gout qui s;A'. mt di~tinguer ce qui est vraiment bon.
LelaIcieux ao Orinoka n~apas d'4gal pour la toilette et
prfrdes ipersonnie,; de 1iau delicate. 11 est antiseptique et
Irt% icnt ut. ii, it',itt ndc laIca tu. Lmipluyez-ic uie tots et
LU-. tie .1. ,utervz jlti.
La Crime Crinoka c-t ivic spt.. alit6 pa-ur trtiire lei boutons
I. t %.-dur u Ilm z ';ui ~i ntt s i .d sdait aun v aede fermei. et qui
m ii'. mtt lii foit t tr,]: e 0it -on cltarine. Cette Cr ime en mime
i. mtps t in cclle jai, 7Ii;t la 1) Ad ii dmine la puiret6et la fraicileur
("iiLtA) 10.1Ctie ru-vc.
I.~:i Poudre rinolca iitiir la fi~zure os 1rh~al pour tine dame
ewfts r afinilt1 St araci tc ine, parfumke en tin
La Pa te Orinoka c- t icr\ ti leuse poutr llanchir stir-le-chanlip
1' dceitta1, ,plit.t.. ii I L&.t wcjreztd iiic 0(1.ur agrt~ablcet
oIlie doltme a i i mc a 1,, 1,I c wuteloit-, sensation de comfort.
La Flora Bella tc-t 'titieLotion Toitiqite pour faire pousser les
leNetix. E.ll, exterititle les, pelli~i~cuect n'importe queule autre
inaladie (In ti-ir cl.('.C!'i. \tc sont usage v liaceveux dcviennent
lujsant, t.sentcnt bont it (.iidulcnt nakturellenlent.
T strs li ha ,'acirs. P gje'2idfr t Parfum iris t,sfrqt vis *et
P "a !e--L ha,, I 1 e erc h*ivans ,,, 2?rz-o (tRI.V.OKA

THE ORINOKA PHARMACAL CO., Iac-, wwy&.TViA.t


College Louvea'lure
Elub i~stoe~nl dd'f vis-ignemnent
Seconda ire Aluderne


Internal


112 Intrnal


Lxternal


Le College Louverture eat lustalle
duas uu quar ler paiiable et dans
le voi t age de i Ecole de Mme Vve
rare e t e i'Ltooe Naiminale dU
Droat. 11 iat a proximi e de thacuue
O StalOLS dst daeux ligaes de
uimwy t11 occupe une maisou
Lieu aetee avt, glandes courts ur
UtuX Iuea.
L.e LolIlge louverture est un
Elbblibbtt iutnt paive di teunI:gnement
stCojuaOite uoOerlue, Cate fcu vue a
aouner mau jtuues geus une alisJtuc
iou pratique juu e une fuorte
educauon luot e et patriotique--
Une diasCpitpae a la tois lerme et
uateiatioul assure le progies des
eievea.
k.u touted citconstance, Its ee6ves
du Colitge Louvoituie sont soumas
a la pius atluIte surveillance ; ila
aunit ubjet de la solicitude Am plus
bteuveitalute et la plus Cooatante
pour tout ce qui cuoncerue tur am-
.uatou matetelle, iutellec.uelle et
IOt ale.
Pour (ons autres renseignements
a'adaetser a la Direction doe 'lcole
Port au-Priuce, 73. Rue Lamiarre.


P. C. S.
Le public eat privenu qu'a I o:-
acason aea tes aae La Tommasit a
et da Serlice des Morts a, un usa
suppl6mentaure cucalera toames lea
dtmt-heurts utre la Gare do Nord
et i. Fon s lme, lea In i Oc-
tobe ief, a21 j Novembme a.
Pesi-a-Pnace, a sa Oobn l ssS
\ .L&


Hotel de


France
Viennent d'arriver par VLI
CAN US des 'ins dvi Bw
de rvemier choscx.
.ente en gros dt es l
vin rouge gal. G.iA
in blanc a 4
Sp. p. p TRIZf
a- -- -


I leIs pieds vow oA 80
soulage hd.
tatite par I'aDOBIO"
Mar~arddarSh i
trouverel c meciYS
d'un veloutd AdmimisbISdm
les pharmacies et do* k%
paux magasaim.U-
chit. rae tache PSI
efficact asbs
propdetesanSd
de doulew al
10 No. ons$dii pm9
Vorn vaim ae eat c
assutes.OUSq4eV OI
rmemOmimad.car me


ft I.


--


- -- I ,


"'Y1 -- --