<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03226
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 22, 1918
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03226

Full Text



o I3I I II P-T-A--PR C (H IITI) Id I2 Io 1EM


cionient-MAG LOIl
,DjIECTKUKR.PROPRI9ITAIl

tBO.N NEMENTS



Trot bMo's
DMgI tI'A RTENM ENTS


rIlasIols
Ids ols


ETRANGER


R pi~
IRE





'0




8 00Quotidien.


0


LE NUSIi10 15 CENTIMES


Las annonces sont reQUos;
A Port-au-t'nomc :atasbureauz du Joaual
%a P~aris chezz L qiAAyeCMC & Cit ,9.'AagTrOWnch
it LAan res :chez L.: MAdyten.Cet Cie. 19. 21, SS
Luadgate H
#%_New-York -Univers" jPaabiicity.'COMPOaY 43-WOW
34" Street

Lts nauxusits inaerds Do. a=-Wut n Mk..


I _


Lettres a uin jene Ha'tiea

VI


France et Haiti
.0w- 40

L present minoii d'Ami'at marque, nouvelle d i miracle de la Marne,
acber ain, le quatrit ne anniver qui sauva Paris.
n de I'a venture terrilitnte din- Neaninoins,il s'eat trouvt de rare
toUle I Earope so trouve lance. 11 lialtions pour >e nmantfester en faveur
fll de la mort d'un homme e deo- ennemis d, la France. Mais je
Iofemmer pour qie des millions crois foitemnent qli oarmi ceux-'a
res solen: condimnans A p6ril leo uns out cddi a lear snobiisne
son carnage sans precederit dans- habtuel, tandis qio Iti14 autros on
uaoales dui mondo et qui dur )obbi a des raisons de pure courtoisie
*re Man I a tentat de Sorajivo oarce qU ties n ont pas vjulu offanset
,comnme vous le savez. un proa les 6trangers q it. eii soinnlm. vi
,e ila guerre, voulue et prepared vaient biei ave.u eux, s'alliment ii
looege ma n par des nations d. leurs fawnillea on lea a liaieu.t dans
.m. Cest ce qu il eat convent leurs altiares. A iCUIce co sirtiol
ppeler s prAtexte serbo x. D )r i ordro sentiin"ntal on moral i'entre'
laments irrfiutables 6tablissent I1 a mon avis, dans leo- tendti'coi ger-
. edi action dans l'action aura inanoplitle.. ili iennes. St. your ies
toe et allemande La pe ise Ser autrs peuples de la terke, la France
i hbumilie est, pour ainis dire, -a digne d'tre biitiue9 parce qu'el!e
idans la n4cessit6 d abdi4uer st ast un beau pays., pareA qiie sa civi
evnraiaet6. ille s'y refuse et es I'sation e-t la plus raftiiejdu ino:ide
liteusemeat attaquee La ltissie. oarce qu'elle est la patrie des Arts
So6.alt pas encore la ltass.e der des Let res et des Sciences, par.':-
mal steps, no croia pas oouvoit que son people .st le plus g6rereux,
hodonner les intfrt s du Slaviasne to plus biave, le plus bhu tmai qui
ipril: elle lait des reprasentation.i 'oit et parce que Paris- sa ca4itale,
Iriponse, I'Alleinagre lut declare >uorveille des ages, eat incoinpara-
Iperre La France alliae de la ble; st, son prestige eat tel q(ue les
86meut a son tour : it n en Allewnands si orgueilleux des pro
pas davantage pourque 'Empire adults de laur kialtur, en soit jaloux
a~nd qui la guette depu's qua- jusu A vouloir Ie detruite parce que
itequatre ana. lui declare aussi Ie secret de i'atirdi.c- qu il ex-rc
pgerre. Les choses so seraiHit leur echappe pout les hiitiens c'est
4tre arruteas l. Mais le desati tout cela et c'est autre chose enco e
i decide asttreinent, asrvi en cowt La France eat airnAe i- pate
ts visees aibtiLeus-s d'un peu qu'elie donna naissance a lHiti. La
qua aurait pu deven.r, pacitique ii.iioaialitL nailtenue eat issue de oa
le imaure du monde, grace a It'volution francaise. u'est en Fraance
iooe scientatique e comnmucia. qie s'ieeva ie premier cri de piti e
ilvkat pas pens6 A employer 1. en faveur de l',sclave, la preimeie
e pour y parvenir L Allema. protestation de la cinswienes hu
it i detruire la France, le plus maine centre le camne odieux de la
tement possible, elle coropte trat' C'est do France qu-e vint le
re par son c6t6 le plus vul soutlle do la L.bo.,etqu: coin nm'niqua
& la frontiere du Nurd. Mais a nos aieux ce Ieioisnne auhuel td s
1et se trouve usturellement pro adv-rsairescomine Rochatmboau ren
Pfr un petit Etat, un petit Etac diie- t ho nm age sur lea chdlnps do
pr6cislaenmtAllemagne a prus bataille do S -UD ningue. C eas de Ia I
meant ecri. de respecter la Francea qe noias tenons no re Ian- (
to-e- Qu& cela ne tienne I gue, nos g.)uILi no mtuwirs C eat
que lei pe its Etais ne sont de la France qtuie nous recevons la I
ecoadamrtosa dieparai re?, Le nourriture de no re esprit cette I
de paper est d6chire, et culture intell.',uelle qui nous a u
ne food sur la Belgique fagonne a son tin age, qua nous est
1 ua fauve.. 'est ftini de la si there. et qui lui adsu e sur no:re I
h. Le monde eutier pousse pays une doiiination quLaucune puis (
udeffroi... Maia no:, I hdroisme sauce hli dine n'arrivera a renver- 8
Pople beige oe le veut pas ain1s; ser. La France est aanne eic pirce I
meno, il saccroche aux jam- que nous avons h6rite d'elle nos q
964 gat dootl elan est subite- qualities et mine certain de nos
rd6. e... pour un moment... un defauts. Eu nous, elle so retrouve- I
qui at cependant pr6cieux rait on petit.
io Frauce, pace qu it lui per Mais la plupart des Fran us igno- I
or le danger et parce qu il rent cela. I-s savect biet q e la plus t
a mode de renaitroe lesa chi coioutie tiari isoe des Antilles I
'a0nt lul'ilnatum energque ee detbctia de la *Ie ropole violem I
odte-H:etagne. Alors, vol- meon ; or. e souveir de cot 6v6ne I
flair, car le temps presse et ment, sis no I tvoquetit pas sans le
0st als de la par.ie, le voir iraveirse par tes ornures mena
neQd rdsoluinent I agieu a la can.es de ouuassain-Louver ure et de
P~1 p I Sur le sol francaisa Dssalines, dieisees entire la France
1o le dji, 1 hbAte le pas, bro.-el nous. s
to' sur son passage- Jamais Uoe fois, en ma p'since, un hai- I
.a P'rouit do tela ravages .. tion raconta cect : J 6 ais & Paris
l ceCodie8 disparaissent mo- Je fus. un jour, imvi 6 danas une fi-
bbbliotbques,euvresadart, mule fraugalse. U.is le salon od j a
b '-ecroulent lea catb- penetrai se liotvaint une pa( inauea
146P 1 Compiane sa- qui je faas proseaLe. Get e person 1
40 cadavres, cadavres eut is cuniosate de in demander quell
'46 Veiltards, de f-mmes etai, mon pays d origin. Jo lu rd6
1 Cotte horreur eat inez ponds quej e asi d Ihaiti .. A ce mo r
UOia esat haletant, e hlie ma regards av.c uue sorts d'er-
deo a France, sur e ucurmura : Du pays ou
it pleure .. De~saaties a ltisae lia hane du Frau- i
Dovenez. cher ami. doe a no r nte
11 ea cours haltiens Deashnes I... Ce nom reprsene
&1 ce moment Ce I'notnine tea ib e que le desun ctaii-
i pas des m6res ou gea de chA ier les bDorreauz de sa
S Jnqua6taent de leuis race. eas boJreaux, Co furenit lea d
Nanon France, ni le s, colons, c'eat i die us fraoqais doe C
a i autres d'un ami. venus i udgoes do ia France magua- s
i^ People presque u- nue fassalirauds noe combauit qa *
i*w7 pius grand, rmas eux we-,. sur eux sauls sappeSan i
whanllt qua mua.one.n.qui U. ia lourdop spee rioal une hline V
W mIalbheuras iamlacab.e avaa armed lea malus du s
Dpev ai quelled liriosu ti 'alp audauce banuende d
I o av&n s, i la tsS au wuae49 d la FraaM 469


Amleric Foreign Bankio! Corporalion

56i Wall Street, New-York


CA PITA L F. 3,200,0


RESER VES


i. 1,1521kM.)


Constitu~ce d'pr,, l'acte Je La Federal R erve autoriasnt IvN Banquets Natiotnalcs J'acquir t-ic.e
alctiomns ans unenin,utution lde credit caiga,,%c darn. Ivs .atair,.,Jd: b~anque iu:natri on~al%,i.% operant
SOus le contr6Ie de LL Feder~al IReserve..
a Arcliibal.i K SNS, I!tsidcni:
1Ilvdcn 11. I IARRlS,'.Vice-Pr rcidnt "T. FredJ. ASPDE~lN, Vicc.Pi~ '.dent
Chlarles A. .MALKEiNZIE, SIccataarc e. 't Tvsorir
(ONSEIL D'ADMINISTRATION
Albert Hi.WII, Pr~idvnt Ju Constil dA&Iministration, I rc'.adent &e 1A Chase N Atifon&;
Hank, Ncev-York.
T. Fred. %sPii)r-N. Vi~c-Pr~sidcaut. flarri-win NaCsinIT. I' de11nt die IA Diang o
Gerhaird NI. )A1IL. Vic.e l'rt..ident die Ia Cha. Paittburg N. A..Vtt~aburg. l'a.
we National Waink. N'Jtw-York. (;corgt!N If. PRINCE, IPr.1adcut du Conseil
Norimin If. lDAVIS, ir.,i I .kI '1'.LAt ..Adumanaltrat oitide la %Ix-rcjAantl Niationa;
(iorivarliv ot (iiba Ha.v~ana.i.Batik St. 1'.iuI. Minn.
I C. ii. IbASSUN, lDan.:.tctar Gtn.n J.-I ti. Stan- Kim-rv1'. ltA.ISDLI-L. Prrcident deIc A rnAnu-
turd Blank of C~miada, Foroua:,. ia..:uicrsb1'radrs N~atiaoaaWilBk. Butfalo.N.If
Claarle-, L. FARRELL, P-c'.idcnt dic la Nation.al fired L LIJ, Pre~ident& dgLA Mecrdijnt
NaewarkL, \ [l'ctx an),ing Co. Ncwairk N. J. National Kink. ik~to 1 lass..
Etnecst. A. HAMILL, PrCsidcnt tic la Corn L- I.C'ic I.- RHlF. I'l~ic'.icii de 1A Pliil~Adlphii
chAnge National Bank, Chicago, Ill. National Bank, I hlaciviaeptaa Pa.A
IIavdei B. HARRIS, ~c-riea.Johnu SHERWIN. Prt'.ident die la First NiAijo
C:harles A. HINSCti,Pr~sadent dc 1A hl'ath-Tlaird, uuial Ilank. Lle~clandj. 0Uso.
National [iank Cincinnati. Ohio. IJfill \. SI'ALLY. Viac Pr%sidcritt J Ie ThePco-
W. R. IRBIY. President tie ICAna.ll Bank & pI)CS State Blank LDetroit. Mich.
'frUNt CO.. Ncw vOvrIcAns L~a. Ljgcne V. R. IHAYFIi, Pre~jdcrit de la Ch~ast.
C. T. JAFFRA'h. Prt~idciit de la rrust and Sc- N.Ational Ilaiiuk. Ncw-Y urk.
curitv national l Bank,. Minical~is'~hi,, M\inna. Fred. %VaJ(oLL. 1.rr 'r%idcnoitide 14 Firbt Naitiorui.'
Archibald KAINS. Ba~dct lra, Nav Wec ~is.
john 6. LONSI)ALE'i. Irtidcnt tiC [A NJ- iInrv IB. WILCOX, VYa-l'-rrNidlnt de la Mer
tionAl Watik t Commerce. St-Louibs, Mo. ChAn~ts-Mvccianizi. Iar~t NationAl Bank. iaIti
Aiaore, Md.
LA C~ompagnic s'o..cupc de toutc% .alf~re,. de Banque Interzanat ian- iv. E~le pov-cdc de Jt corres
pondant. dAns toutes Ics pArtach du tmonade aIhnet ncutre.
OPER ATIONS hT SERVICES DE LA SOC-IETE:
10 COMWPIT-78 de CI:;QEOav'ertkire de cornpic; e. jclicities tranc~lcona fllisia-)n.
20 CERTIFICA fS adeIDr; POI,: t-iu1IssIiartdeCe( tzinAts,: De llcp'settie boris Au porter u-
it ordre pav-abic a vue ou .A terine, productils d~irtcrct-,.
;0 EscOMP7JE :Esconipw J ti ctts i: Coianinaerce loak~ux et Ltriangc s.
40 CHAN4.GE :Achat t rctvtJc ti etias ct 2ixue ,.r I etratigvt cz.reui~c & ond.l par posted ou
par CAble LAmas ics princapales villkb. %crangcres.
S AVAN'CEiS SUR lIJFRES ET MfARCIJ.4VDISES. Avances sur titres et Autres valcur,
uaobillq~ves suivant les course et taux courants Ju nawrchc.
60 LET-TRES 1)ECR1i)IF POUR VOYAIGEUR~S: Ernision &le lttzrceb &ier4Jit et chtquc
cirCulaires p2y Able tians touted les pArties du nionde.
7 0 CREIJtrS CO~lMLRCIA UX : Oavcrture tdc _rits d~xunzent~it Pl poar I'iupontAtion et
L'cgportAtion detic maiandiw-i deti ous pays.3
SU LCURSALES
Port-au-Prince, Htiti Panama Cit, R6publique de Panama
Cristobal, R6publique de Panama.


a revolution planait, admire et leurs sympathies- Concurremment
chidiee de sos esclaves quell veiait avec des perso.inaite balitennes,
de declarer des hio.ut-ns Avec la dea fran; uits dminents oni contribue
ibertd conquise s etel-it tou e amn a provoquer cos sympathies. Dana
moSai6 dans le c.v ar a2s noirs. Nos a le sidcle a de Paris. M. Jean Her-
ndres se rappeli'ent que dans esa bette ecrivait, en I ~f : 11 taut sur
vines des enfants que pormaient tout nous occuper du pays qui cons
eursentrailles,ituitsdeleurs amours titue la citadelle de la lingae et do
coulait le Sang fran.i'is. Leurs ames I iJOal fraC.is aux Antilles, la Rdpu
a attendrireont, et quand nous viutnes bliq-ie d 11aiti s. Vous serez parucu-
au monde, dans lea premiers mno as liteement touch de voir notre r6le
qu'elleanous apprarent &prononcei.,l at bien compris, e. ce no sera pas
y avail ce doux noin de France do it sains fiertO quoe vols entendrez un
ces coeurs samples 4taient reinplias. home po.aique franoits qui a eat
11 existe peu d haitieuas qL ni asen rev4le un po6te de valour. Mr Eug.
pas 6te elevds ainsi, dans la ven6ra IKdveillsud, s'adrosser A nous dana
aion de la Fiance. plus taid, a ces termed qui tbnt honeur A soa
'Ecole nous c,)itanuarnes a l'amner gand c(ajr;
pluca profoodement encore, quaind ~ om o n ,;. perde et pcn.lant lace,
son gewie avec lequel nous avons ,A ja~uen aaz Iran ii., noas rcv lent .inte
es afinatds lesa plus granJes, corn- V- .. ', .I:c : o ; :n. A::n-., :e ac noj, ai,.
mneac de pindtrer no re a ta spilI K a .c-, c z e i iti J., lt c ais
,uet pour s'en emparer A tou jamaiaas l ,. ii cturde p.'r ba. ae C
Vuiia ce qu il unporte aussa quo I e A*c"-, '. r jc .t proj arnt
sacheat tous les francais. Ceux qui Lt A.1.1, : :.,i 1 :e n i>ac. r j 'avon it e.
aguorent sont matheurousemainut leio tei ,Js :.,1j- .11,1t et dc L grarndc tra ...c
plus grand nombre. c est' preoa ue I, !i amp t au uci (:c.. dAre s dC1 i[arfA rn
k ), c%,)i,. a t endaIAt~v IJar an a, % 'cnir. la inina
oute la France. t ias son coux qual IeC ),c, ,LJ ,1,1- -, n., a trt is genre
ia Pris umm dl'anecdo.e rapt)oitee huni.,n a-
plus nau oen tail foi ). Counai-sent A l'appel doe a W'anc qui so lire
lati. la petite Fiaince des Antilles. pour deteudre ias cause de l LiberLd
11 tau uu temps, pas biin loiutaiii qu'elle voas a donres. n'h6sitez pas
oni, dana uae circoustauice doulou- a rdpoadre Vous l'aimez mavez vo as
house, nous adreas noes des repro- dit,etvouavouste essouvent proiagu6
:hes A la Fiance qua paraissait so pour fair r useir les f tes quoe la
lesintereser de noire sort. El e las Soci6dt & laquele vous appsrtenez
niriltat danes une ctrtaine imesure, do.inait on sou hjnueur. QA,'est ce
:est vrai, inms h~as, combieu plus que cola saiguifierai st, subitemerit,
vrai encore nous etions indigu6 j am moment ou cette France tant
lora qu'elle s'occ WpA do nJus I vaatee, taul chaude par vous, cro-
Mas ast no:re peuoe sat grande yant eu la saiuert6 de vos discoura
1'6re parfoi ,udco'mnu-i d elle, e. de reclams de vous uu ac consaqueat
oatatier quo cdrtains frai.;is qua avc vos paroles. vous affctitz, par
'occupeut d Hlai so dispensOul tiop ce qu'elle eat maiheureuse, de oe
ouveut,se conformaut a une regret- plus la co analtre .. Je vouas estimi
abDie tradiuon, d'avo r da cuear trop, pour croire que vouas risqae-
our pouvoir rai:ier & i'aise en fai nez do tombdr" vous ausai. dans
an. de lesprit. nore jbie no so lababa uelle mifterise baiUenoe....
Iasimule pas lorsque sam voiz fran Uue beas auon cbez yous equivau-
aaes sae4vout poor oaso espnaw drat ita rapture des Multpis


c


I
r






r
F


d
ti



a
r




q

a,


Paits Divers

RENSEIOGNEMENTS
METEO ROLOGTQUES
OBSERVATOIR
DU
SEMINAIRE COLLEGE
SAINT-MARTIAL
M1ercrcdi 21 Aoitt 1918
Baromktre 763 .7
minimum 23 3

To -pdrptare
m aa *zimum 3't.t
Moyenne diarr '27 I.
Ciel clair, sculemeit convert vers
Its 5 heures.
Gourtes de pluie A 4 h. 40.
lI.:lirs et toanerre.
Baiometre en hau'se.
I. SCHERER

Le Monument de Ther
Nous sommes en measure d'an-
noncer que c'est le jo aouat courant
qu aura lihu l1inaugurationdu Monu-
ment de Tho- don't nous annoncions
l'achkvement des travaux.
ios routes
11 tHut rendre uu just hommage
aux entrepreneurs qui ont sillonne
de routes si utiles la region de la
Croix des Martyrs, rendant ainai t',s
facile l'acc6s, par cette region de Pea
de Chose et de Bolosse.
Nous saisissons I'occas on de de-
mander pourquoi, poursuivant ses
intiressants travaux, on ne construi-
rait pas une route transversale qui,
partant des nouvelles routes 6tablies
et aboutissant aux avenuesde Bolosse,
serait d'une utility incontestable Nous
soumet'ons cette idce i qui de dreit.


liens qui vons attacheat A aIs France
Ces liens constituent. au reste votre
defense sla plus sire. Sans la culture
frant;iso doot vous vous nourris-
sez ce qua fait votre personality
disparal rait et d'ailleurs ~os no
parviendrisz jamal iA vous on assi-
iniler une autre ansai patfaitemet.
Ceat d'elle quo vous tirez vote
distinction quo vous vient votre maf
ite ; C eat A elle quo voua devez de
n d're pa re'o nbj sous Ie d6chalne
ment des passions aucestrales aoas
la barbarie d6fioiive. Cettq culture
qui renferme Ia quintessence do
routes lee civilizations. elle voeile on
vous, comme une lInur divine
iclairant lea pronoodeurs ioqui6tan
tes de votre Ame africaine ...
Aujourd'hui la barbaric n'eetpoint
de ce c':6 cisans i'6tiquette baitin-
ie ; elle s'tale dans tout son hor-
rour, en pleiae Europe. reprdsent6e
par lea peuples qui ont bruld Lou-
vain, saccg6 it nnas et bombArd6
Paris !
C'est pour leaemp6clier de passer
de ser6pandre surlemo idedpouvao-
t; queo a France eat debo.t, ease*
glanthe. mais resolue, soe acAhnt
ontour6e de la solicitude univerael-
.e avec. a seas cO6ts, italie et I An-
gleterre, et par derriere, constituent
pour elle un r6serveir inpdaisable
1d neres. la ggau.esque Unioa
amnicaiae.
Jo suis aIr qie v,) n svez jainais
r6flchi. cher amt, sur ltot ce qu.,
roaa devez A cet e Friace qui set,
SI tbeure actuelle, I'uoiq to amdu du
noode, car elle eata liberi, gracs
sinable. seas do la measure, coartoiy
ie, dtocr6tiou, ton se ; elle eat in-
luljeuce, pita6, charity ; elle eat
tiunaut6on e u n root Je vous iai
onor6, et ise vous dis que vous
vez dejk tro, tardi a lui seaingaoer
otre gratitude etiotire am3ar. Vos
iuemquea fer.e 4qet9oaus o'ai prc,4
te noe Uffloet pas poir acq'aitter
a dstto atcr6e Elle eat ani anm. ;
SeOt. a tJi-, IA nAuoq T .rCVteA.
oeat& uo1aner et co C evoir.
Dr ArtUar U4. ;Q 4sP


1I-' '


I- -


__


-- l


Jeudl 22 loit IMi


D,,usieje annis 3Mr


PORT-AU-PRINCF. (HAITI)





LA HEI11


Conseil d'Etat Une Ece le
Stance du 1 Aouit 1918 d'l"firmidres
PRI:SIDENCEDUCONSK LLERLK;ITfl.MK a, via que menP une inflrmfire
irnstruite comporie beaucoup d occa-
Sont aux siages r6servwi aux, inons favorable qu elle ne troliverait
membres du Pouvoir e cnititf: 1MM. pas daiis d'autres circon-tances. %


SCROYEZLE,
POUR LES
UNWMT


a


v


le condamne en outre A 40 gourdes I I CoI
de dommages intrets et aux depeis m&,-e A au eter leur cornt
Frank centre S In Louis. Le d cip a ion, i ne su p i *d so aure
Tribunal condamne le defendeur A ndutries d c p d o imetre
Fayer la some due avec des intcr s de ottres dre qu elea ub'i con
lgaux .. tini de te inher sq notes da onn.s,
David L orquet con're Alphonse t de n..ertsintes doun s,
Haynes. Le I tbunal declare nulle la d-ue ui ico sab.e pcur let;
saisie execution de Ihuissier \Viguier alh eUrs d'acir dehors dproluits at- 1
en dA e du 6 acit courani; rt)tte ile ugques en dehors d4s Ea s-I
les dommages inr ttts rtzlameseU Ufs h ressoL dd sa lecture que les
les dommages inti es riclames et Ials r S o, ; ; *r..,
condamne le defen feur aux d6pens. hommts qua sont Ai tae, dctamai-
C. Bastien contre I I. Dessa- son Crouch possedent au plus haut
Iincs, ebtniste Le l',xbuual annule deg 6 le seas de la responsibility 6
lacilation t cond-mne le demandeur qui leur incombo dc- servir La clien-
aux d6pens. i le 6trargere A son e"tie satistac-
MNrelegtile lion.
l"~*ue ilo (Cjee sont des commer;ints puts-
C'ts, az'c u4 t Joultiets"e s uprae sint d'une longue experea:ce, qui
quep tiu ar'Ons rt~4 de main le lait e connaiss nt les bcsoins et les desi-
part de la moit d, Louis Lauicnce dtrita des marches etrargrs et qui
Joseph Emiae Bun urzenut plna 'ompenn'ent la necessi e de se con-
turiment bier a ; bhures de I aprt midi former aux xi'gen:cs des clients
Ses tundradiles -jurnt i. iit /i ap ''tra g:s... piu6t que d. leur impose
miJi en la Basilique .\ote Daim .V1ei les us ges et coataines du commerce
on moriuaire : liais I trid i amencin. Cest iA un grand point,
eous ceux qui juusiaitet du coit qun ne manquera p.-s d'eng ger nos
tmerce agrable de Emile WBun. regret- |us nels et nos commei-ut-s A se
terout cet bomme aux manicres stmpnhs metire en rapport avec nue mason
et accueilantes et qui 1tW un excellent auesi bien intentionae
phre de lamille. Le mouvemnent d tires de la
A sa veuve. ses eintanis et t teus mason W 1 CroB ei parents prouves, nous eo volns rable, et 1-'uorme volume de pro-
lexpre.-s tonuede r no.s symp.Uatbtis dunis metalluigiquequisortent jour-
condol1dK' t. nellement de es usices tend a lui
T siaaames flunebres ItAire obtenir la priorite sut la pls
U 6:rame rc tu des C3yes par des expediteuis. Edie posieie
ua aptegramne m..u des J. ,e une Division Speciate das ransports
oous apptad la tst de r os et on Bureau des Permis d Exporta-
Magnan. uon, iet .her.h-! patr ous les moyens
G-esr une figure poli.iqe bien A mendre sa mnrere de server irre-.
connue qui a disparu 11 tui ut des,prochable. M.me dmas les circons-
survivants du fameux s Cge de Mira- proes actuhable et mi g les rcstnsc-
olne et on se rappelle que sous le t ont don't les Etats-Ums ont trapped
Gouvernement d'Antoine Simon il les ep"-tations, elie pairvent ea
cut A diriger le D1partement des Tra enral a obtenir le permas d'expor-
vaux Pubuics et de I'Agriculture. ation pouA tes les commands
Le d6tunt avait 97 ans. L.-tl pou co det.
Nous pr6sentons nos coadoldances u G J.M.
amx families 6prouvees et particuli- -,
m6et A noIUre ami Placide David --
dont le d6funt tut le grand oncde. a mort de Max Romaia x8 moui fdsJe
d Uon Romain
Uim dJkbes&s Go am noawwn NOs sir&a co n ms a. -j


olll i 1CUre Ipo ique par )l a VInI C L [Uoist,
de l'Acadmtie des S iences morales
et politiques
PRIX )"U I'*ABNoE\FMNT


Un an Six t?1J15 frouis
PM.ar Sc'nc,
Seir-LtUm$0 f r. 26 fr. 14 ff.
DEPAR I hIEM~(rs, Al-
sacc-Lorr.Ainv Ct
Colonr ies Hanaiscs 50 fr. It.fl 1
ETRAINGILR 02 r. 111. 1
Los .sbonnemenis pa c'! el du s j~
Prix du Numniro j fr tLtritngcr ;r. )U


lt0,


SSoulage
imm6di-
atement

-EPUIS de nombreu-es annres,
Sle Dr. Minard prescrit et faith
uisagei du Liniment Minard.
I.a vente en est unverselle car le
L nimmtit Mnnard tst ie scul liniment
qui fait ti-paraitre les douleurs de
tius genrt.s et qui Oe trouve chess
tous lea pharmaciens et dan les
principaux magasins.
Le Liniment Minard est cremeux.
veloute; il gukrit presque instantane-
nient lea nevraigies, les lumbago,
les sciatiques, les rhumatisms artic.
ulaires, les lesions inflamtoires,
comme aussi toute inflammation
des pieds. II soulage let douleurs
des reins.
Le Liniment Minard est d'une
puret6 absolue-ne tache pa, mais
produit un effet surprenant. 11 est
I proper, et bon march.
.Mim.d's L .niiiu it Mf. Ca.
u... a... ..be tuaewrs...

LINIMENT

MINARBI

Frjnk'A J. Mariln
Agent

Cigaren Cigares
de 1'excelle*.. a marque
"La Habmneia pour tous le
goits de 4.75 A 13. Dol par 100
En venle chez :
L PmsgnvAxw-AGGEIHOUOL


..1
~
Is


I-


~$0"'`


FA I


Autant A la bont6 de nos products, q.,'a leur pr1sentatta
le crand succi s de leur boone acceptation de la part du P
gAneral.
En vente 'hez les meilleurs Droguistes, Pharmacies et Pr
Fabricants:
The )rinoka Pharmaueal Go,


917-99. Wajspr S


Pour gudrir 00 dviter
MIORAIONES CONSTIPATION
CO NO K TIC"US-gT:Y 0 usa 5Cm UTs

IL SUFFIT do pioabdrie
& 1'IA C14DeV-100rcmftw
tows ke detax jour. scuiement

ale Pilule du D' DMadl
447, rue du Faub' St-Denis, Paris
lWls0ilaut ez~ger es virtables
qui Soat tout AL fait blanches
*tourekar Oh*u.e5sq*?ftq I*& Moto
DEHAUT A PARIS


~L LNe 1ork. bi'


SPanama 1W'
SSteamship I

Le steamer G.l
as el le steamerC
re premier le 3 t le
du courant, e@S00
[ York, prendront en C
Spassagers et la m .all
| Le steamer
IHoges en route
Sparsera A Saint
courant prenanlt I
passager"
SPort au Puince,
J| E.J.LIN DI


Laporte, secrdtaire d E at au D) nar pait le bien q,'elle peup fair en "A k A A ,9 A
cement de la justice Louis llor pregnant soin des maladies et e en- "
no. secretaire d'Etat do% Financei. seignitnt ceux qui soot en santA i_ a de re te COme
du Commerce et des Relations Ex- comment prendre soin d'eux.mmrnes l y a riea a de -conrune
t6rieurea ; Dant6s Bellegarde, fe atin d viter lea mal dies, ell. a aussi
crdtaire d'Etat, de I'Instruction une profession pouvan lui rat porter
Publique.
Apri6 le d4pouillement d- la que noe rapporterat le metmter doe L E D E_ i, ST B
correspondence et la sanction des coituriire ou otit autre profession.
process verbaux, le ministre des Fi- ) ismd une intirintire reeott son I
nuances demand le re'rait du project dip One ilre peut exercer st pro- 4, 0
de loi sur la fermeture des ports et fession ou elle le d4sire. E le est
fait. our lea bureau du conseil, le libre de rester en llaii, plans sa -
depdt de deux projects de loi. l'un propre ratrie,ou elle peut alter l& o .o
relatif A l'accord sign; & Washing elle veut Durant le temos quvlle eat s Aeo .. o u .... l l6--_ .
ton concernant I. Gendarmerie. et de girde chiz un malude, elie revit L.A Ml SOn 'el(OyeZ vos automobiles. Ddbarr
I'autre au traitement du conteiller sa nouriiture et fait peu do trais 'n tOIN O rT .lati. .. o .. .i ..ns des v_
financier et du receveur g Iner. sans computer qu'ele a un bon sa- a
L% a*ance levee les sections des laire. 11 y a en lai i de belles per 91 lue da M! Ka-in de I Etal .9! Gi)LDEIN SIIINE- est un pli pour le nettoyage des m
ComitYs deo Travaux Publics et de pectives pour des intiruieres dip!o A le plaisir d'aviser sa nom- e. un ipou e age esm
1'Agriculture out travaill. mees vu que en ce moi.nent i ny a bre ,se clienileh eello vent de gn rai; ne coniientaucun acide pouvant endoninager lesl
guire de personnel exer;in le i eto m .., pAvec ce poll, otre automobile sera toujours neul
-' tier d tniriitres dans le masons recevoir par Ie derniersteam-r iin BD BUL KILLERl: -- Tue les punaises et dtruit leurs
S, proves. Par consequent. lea jeunrs nouvelassortiment d iPalm-beach c'est un iquide non explosilf; il ne iache ,as demandez ce
A Vis. ItitiIonnes qui recevro.i leurs d.l o-,double larger de tonties es8 con- car Ii ne taill i jamais.
Le public est avis6 qu'aux jour, ines de l1 piial apie. ux ans ti, leurs. Que les clients s'empressent L" 1101 K.LLEt, le II iT B E et 1 Ait B tE, centre Ie,
de ate ou de ch6mage, A defaut de ott se nouvelle ca prier aux ouvmer de rcli,.r lers costumes. les Ials et les oursi, vous aident a debarrasser votre m
la Fabrique Haiticnne on trouvera de ce pays. Q La,,d lea per.-ounes tPrix detiatit toute con :urr(nce. cts vei mines.
les mmes cigarccs A la ruc du qa habitete e lipubiique auront ENAMEL CLEANER. CREAM THICEER.
Magasio de l'Eat N 0 ii9, au mernte coinplis tout lavan-age qu il y a a Rev ute NAML CLEANR CREAM rHICKNR.
pr. tire souiner leurs milades ch z elae Tous les produils ci de..sus meneionnes sont de la maisoa
avec iteilltignce et dune tea ;u ha des e d D u MondeS conijue doe 1 II flr It (Co, himuisies Chlicago, III peu
bile, II y aura suiement une grande; P.i es, C peu
Ci..a P demanded pour tlea itirinlert s quii ),Rue Je / Lmveratc, P ars. obienuus -oil cliz Allred \ieux ia la rue I'raversiere, sG chlz
LiaienIa 1a iaa raurunt ete ptepai ets par 1 liopital o i ,-- ada Col l a ha ue it :publiicdie ou cClih agunt pour 1a,lt.
Nous rappelons qu-a la repr6sen. "eotralt et qu. pata it, pourront tire SOUMM\AIRL DE. LA. I.\ RAISON DU jlore B.Aktr, a Ia rue des .-6sars oui ont Iorouverd egailemn-l
station de ce soir it sera donn6 a La ce getre de tiavail. GCe ntinriretes i ll .L- ig iS cai reaux rouge ei blanc et des nmosaiues
Gardienne du FRu a ce chcf-d eavre auunit ati einent iiieitre les Jols re.- La b ,tale de Frct : de. 1918
ou I'Art tilomphe dans toute sa'veius itellets pourront filer de Entre Sam ne et 0 se X. avec une
beauty et dans lou'e sa grandeur.Ilr p'ulteSSioI., car it leur tdaudr carte.
* Le drame du mecinicien et gRes- 1 re eux iniieei .I etude avaT d ob -La f.mille \1 s-zal,deux-rmepar- -
tons ca!mts a. bouffonnerie. acheve- abiraquei s oit acheve leu s tie, pir he. G:nux.
ront de tire de cete oiree tune des! etu ed u1ie, 3 niere sa ut iaa.te e IUtic, e 1 unhue. G qu .pi la
plus at"ayindsc du Cins al-aisd oudeu d urne anrrtu re t satee t L une di 5u itn p d. la f
plus attayanes du CnmaPasia- n sure d exeicer leur pro- tronde., par .\ A-I.e B .'*h er'. tOiIok(sI, I P.10 ,si'ta, Suacplim
na. ltesioun en preeant soiu des ma-! Les nouveau x riLh!s, par \ ve lous les produils d(1lnotre mason portent le timbre dealt
Neos Tribnaux Lidtia Gto-g-s ,d \vel miiarque enrelisiree OitN.OK v et, sous cette tornalite in.ispeet
Audience du 21 Ac i19 i Po. es pir H1 -rl Je R gnier, qu- tout conso.inateur doit exi :er, n.)us garautissuis leuwsl
Le Tribunal de Paix section sud a. m(laisolt I. J. de ont d- ie ar Auiguse G, pour 'usag auquel els Sopt apprupres,
sous prsdene du t Louis -Le ron e, u-
Romulus, rendu en ses atti.b itions ro upItch .tO1 ( gt rard.
'R-. I p eu'-terre pendit i preu-e-- ,
civiles les jugements suavants : nou. co un qu un be o t e pniin prEm m- -"
s.-ges. Le Tnbun.al declare le dtrmn in dt p lt n 0, LiS: u ,loe nuet lbnt p.L r
deur irr cevable Un sa dedmande, lul Ls con ours du ervoire II
\.mso ,. I. ,.. ou 1 Uomp 10),la pal ene Doumc, de t'A,.ademie '= -r, ,% at" 07i "r,
ordonne d'admnistrer la preuxe des .. os .. e.. wi t c ax ende D.mc d m :
e.. .t .....e uP^e ..... txpOtta utSu d a,:ier, a .w-Yu er trarttise ,
faits avancis et sei ve les pens
Le sursCh.Ipot co"-,-t. .tresur le deveo, pemut r.pide de ss Revue s int liue Les ca
Les. .u ipoeau att.ures nons A lih dicier, par .hIrles N rd- -.,,.
Albert Ltgitime Le F1nbunal done Cee mrso seb e rendu mann.
defaut et pour le profi'. cond.,.mInIne e, mann. de '." !R .. ''
. dtendeur A payer la some due.. co pte que sleblitats Uii t.nneent Chronique de la Quairzine.- i
tlle r rt Ie-U n ,t e .. HpIi.. Ih l'


-- --L


B


1