<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03142
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 2, 1918
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03142

Full Text


guAlCnr A&6e 4227


QUINZE CENTIMES


Jenda 2Ei 22 V0


Cl6ment-MAG LOIRE
DIRECTEUR


ABONNEMENTS::
PORT-AU PRINCE


O. Mois
Trois ois
DELPARTEM ENTS

UO Mois
Trois Mois
TroiTRANGER
Trois Mois


0


G. .OO
* 5.00

G. 420
* 6.00

8.00


)


iRIT'DACTION ADMINISTRATION
ArIcf dcs nues rt'rou & Aiw'-racaine
I OltT-AU-11IIINCE IAI')

Les annonces sont re(;ues:
A ~ P-. ii Pin~c .,I*w.~ J~tui Jj:riu


A I "~

A NC


21, 21


'C~ .
Ii..


I. .


Abomnments & insertions payables d avance


Quotidien


mris impirlubabie sous 1 hombardnent.


Tout le monde vaue ad ss firesirs dins le pluS grani c(lml

Sar le front de I'armbe ambricaine don't on se sert au front Lbs crate-
SFrance L' lis 0irange 6/6. res 6taient coinparativement plats et
~goent que la guerre asit peu' Atre leur no:nbre total lit a pe nne une
barnt & Paris a eu lieu dimanclie imnpession reinar luable sur la vas e
lirnier, quind Paris a 6ti transpor- masse de Paris.
#, pour ainsi dire. aur le front I
Amurrment. If plus extravagantI Li people non'deprimne
es romanciers n'aurait pas rt5vA de D'autre part, si les aillenanids avaient
.idre II cit6 en ce jour extraordi essay d: d6(riuer le in )ra I ds
Cir co nin- un lieu de taxis trepi Parisieis et de la Franc,., la f,, i.i
bhntp,decalestrainos pardot bruyants Iont le peup'e so condi.uit peIld iit
levaux, de foules desoldats en uni- le b)imbardement prove qu'til n owit
birmes bleu ih)riz 1'. 'e civil en pas aeusai.
eomplets nors er li i bituelle rou ine La meilleure preuve de I'ktat d es-
@ lIa vie die 'aris allant con train prit do people d-i Francd eit da:is
rommne a 1'ordiratre, c1)o-n'lant'le novel otdre du G)uvernement
__ Im @ r,,olt- it&! d ii f m n da ..- -.- ._


LA FETE


ler mrai


Les


tr ois


Une revue de l'or a',I ltinco a r
e hir rachi~SU tutsvei~lldle granoI Iloin dXl'v Is
La N 'ir rnhi srtue Dumas. Go no-n est si soniove (1110
1e8 au res. tant par soa origiiaht. got) 4601() ptiss-milt, IIIa Io-' -Jit-ilIilt
- si MPle On tnine temps tlti'imIpo- fait frissoriner. l'~i es toma0-4 ot) -u
55110 -que par certain trait-i quialltlgre:fleflL Kous r1,0111011ntS U0,..
jalis banals, s-int comine ruv~s ito koll I~ .tr.tl bks
tiatre s5)uveiiir. luoa Iis dais Jos bras --' Ie-Urs 1i-azi
lhpoufllee do toute pompe tron- Ile 8souvt~rc7pi ostspo)111tie Iliii rdhles 1
peuse sains cation, li d~fi' ie dosauva~- s tius !1uv. pietis de lav
I LOU )'5 1's n i. b)ur enll 0:e, III c H, race su poi be, al 1,-it 'h*Auiw4t'.ni iiQet
gw~s ti abitaii-is Ir.cr~ates la "I 1 0'(Io I& force. ii Wjed pea 61('dj 1a-;
u'estalsisi que dep us trois "I's 8"i'lititle (10* 'i&.' qe Ites fioil
L! i..~b a few d.!I A micltuicc Iuret-t u DmiiiAs. le gra id pt' -, le, ii re. leA
It avul. iet Iils wit IA-urs 5s~tatuos, A lactil5
A 1'glis P i. e crois pai uae 1 od-its la C~tpit~ileI
A ~gis ill~flC d 105tis miejCItiekoniuo 1) e


A 8 lie ire3 et dornie San Estten


vutila d auc in aijtro pay-t. uliii 1eL


quavecit .m, ite uu nco.up u- qui, mnalgre qu un averlissemlncit .-1 .. ... ..i. dnoerace atjnus et lo.
gIoche & chaltue q(iart d heur. d' l dive 6tre Jonne chili le fos( quie le cp e M Clr It: l e, tre a A. d or tel racnear, o ff'-.t as a I ai A Iad
grvelle retentat le o tnn-r-e formi- canon recommnence le blniarde- public ti 1son e itree abe ;ks in. teao. de touie une naton. l:t I.
dlble de ce qui est peu'--tre le pAlis meat requiert out le ionde d aller e -i rnenbres du C binetm Da isus blen alld rue e ,tle1 Al. xt
ipcroyable ei giti de guerre dans a lea alfaires, la seale restric ion A u-atot Aul, ie et I dri.. D ln is, lll a conlitil tid it 11't
Ibit,'ire du monde langAtnt des ianpos6e consistent co itre I assein et les I'ate ta
obis meortriers dans la ville bleanent deJ foules tre uli.e.s, ;e ci- e es I S I ne u ue t^s t' st' 1 -i
Sans doute le canon qui accoum Q'un pareil ordre puisse 4tre d,e a ednaeriI hit i ieaene,U Mr let ~~ e; j :s ,s :1 I s)., i-
pissait ce to action uiraculeuse donn6 et quon accepted tout na u- laiid i Nise .,ii'r.cali), Ale U *s m-su I '., "s ,I I N .
tait one ueineivetll inas I huiln,tn., rellefn nt, cest encore une t au re aess la lt' Il s ta.le ; j.e s.eA:s ,: t. t s it a s :, it
mature quise r've61a pendant le born indication dii teijias extraor1,iatrI ale lr Ibes d tla doiuni.sin ~ s ,ue I .catd 'ie 1a11,,.;s- .- Ii
birdement ttat as-i tine mervelle. jlue le mluotne vi a lheare -ctulle. cn rlae et ls Meubrs drat de c ,tr prmi U -
Peut-6tre n y avait-t-il pis autant .'l di ( l'IAJ tit l lettiur, G o i l te 0i, t i iia -il-
do persopnes dana les rues coin i tPeat 6tra un bmrnbard3rnent scli d E.at. -et4 eL qu u t un des dti.ceiu,.. i.,
certain dimanches pt 6c tients, ia ii journalier L'e se1 vice di. ccei noniial 4 ait la l'e see F",i -*1 : s ,t),iit3'e.al.l.
assure par ,|Jue'3 Li iatc, clue( .In de nous voir avec ta01t d'h lil'tAO-
permi cells qui se tiouvaient lia, i R(reient quel.tj un seinb e 8 in- l" r'A'coLe ,.l.. Chet du de nous vo. tavt de ut;n i)U-c!
'y eat aucunie c ,ie doe erfs, na quieter dia fait .1' les allen.anids a L Bsiliqel e N.):re-Damrne eti- cher des raisons por ntiO pas aiii rI
dgvanouissemen'. De ci, die la, des puissent fire di bainbardeinen une cjiuble. Les etnploy s pudies et lea 14 Fr ncee e so.iltllttr sou ai:ioini: is
ropes de genspouvaient etr'e Ivtt routinejournial 6e etcoitinuer & lan- pirticdhuers assiat tt a la soieaite So net; is ue s'i liiteratiett p Iit
i entr6e des bltimnents neariluds cer des projectiles sur la v lie 10A)'- P'endi It tout li ieisse ont a eu l re p sI 11 is vous I:e poL rrL't pAs
ekbris ohi des Iieux de reft-s goa d:s'anc-. ch ique q art d'llhu'e. la ,e lobe et ii i 1119 tistaco m imchter Ie grand soida de iLI-'pli
avaien 6th prepares centre lea raid- peaant un c.ri'rain ,i6nps d'admirer l I tlA i lo c d ts iL a u ped lts nialhea ieux orhtli ltl
Dens, manls d une i iat rerent a, Mni lei con'entaires d ?s jouir idel~-. a ,. i li., ve u I 'emptiereuir qui lea a jri-s iAiiui.,les
Con signed peur et at endai tit vi- na-x sur lea e irts d I nouve ta ca ra g Ls et dii, hI 'execuu de po:t.r l'uifoirine. Indiiagie.. II
admment dIa liri da bo.nbardein-t. n sont cArac eritiqued: paifait pia Ud rrait b;en le gtXic'al .ion, lui q1il
evantde retourner dana les :rn-rs < Njus trouverois une f-C)n dod lei ttac J41 lai \l at .'. tie 4 P4 G deva ll imLoutr, rla di s c oil-
Cic ifore une nouvelle almratirc briser ce canon o0 bien, pourle people frania:s, m i necheznon pateil s use rapildmnent et ne pa i, t ti u PedA i p-As emia,)~n-ier de soLarir dc pit lle
sui qui, eleL d 11 y a quell| dei peat tir-r que qtelque coups, ess d's ...u. es prec.eu .s SA Grandeur roinancier pop.il a.rd, I graJ d 'a
nits dana la foru t de Paioy, dt .re o. .oc "..re-leiih U Ut:S prec.eu, IiSA aaltiur
see sentinelle franma s solitaire fu re s Parr oa uens c re ,lea. c.)ui. Iretit i aasss ainci recueitiie sJus le .natu g ,uei V actor 11i ) salu1,t
toent et sirfU1tions variables di l'atm)sphere ouuiein.oer de .a parole ,.even. aingi : 11 Ies plus qu europOen, il est
Mintas cig-ret e avec calune, i pe dolt passer un obis ,ird a unile :eAe ai. Ia a T- ileto" ...i. auruvers a l. : ous ne po qurie' pas Uil-
nt que littAralennt des centaine. distance reradent la force de puneiO ...... i.. p0 h r u le ga i d p p.u seur qui s et
d'obus alleman is dclataient a 1. ou tration itnpjsib e*, teller sont les rud a penche sir ioute es djuieurs hu
UWyards de distance. vues typiques exprin-tes par la Le soir munnes eta clietch3i un ajloucis-e
Stc'6tait A New York press et sur boulevards. Ds4 h.ures de lapres-uidi le 1ent & toutLs les oulFCraucet1, qua
Sappobez que vous fussiez sur le Les m3rveilles. uns reality, CG*iip-de-it.s bladt reup a de pr..- (icest 6Vpoarrv lt Z-ontl oihleslir uide
point dentrer a la station d6. Gian 1 ordinaire dans catte guerra ,aneaurs, Ui voiLares ddLu.6esle. pourt z-usr
Central pendant q(ie lea allemands Dans I occurrence, A air est rein A 5 thures minis lu quit les plaisdre cu qui se deta tOic puas
bolmbarderaient "Timnes Stuare avec p!i do theories concernant la nature 'roupes de la g-ntd it i.eid, Uuus' q lt1gie a isoia, 0 i re e -ciaes un iju"i
tetengin di destruce o-, don't le du nouveau canon einployi par lea e0l tee. cominauen;alent ia lRevue. L ti.e s la bhtie dm e sushomrta ca-
*emblable jusqu'ici a 6 6 inconnu A allemnands. Personae no doaite sA. Prdsadeut de la Kepub:ique tal |sou a b-N.e zc,!Ie qsu t fhomi Cas
ainani 4 et que vous auriez ou un rieusement de I existence du canon, present. Q as nenn, 6N.et-zit di notr abai
oupe de famnille debut. calmne, a pirce que cette guerre a fait des Puis a eu lieu la ceremonie de li Q io pens r.u, it-Is doute, pourab
S42e ru-. assistant aux expositions inerveilles uie reali;6 ordinaire et remains des d-coratio is aux g ujar caepon reur a it d nt ,sdoute, p ur
eti allemands pas plus loin quA riea ces jours-,i, ne surprend rael- mues CQusGeoogeset Augus it ai'trre. m pereur a bs sa:vags un pe,, pil
10 milies... element Paris. Pl'ua tLad, But A iitiViaio.i de la fortemsab tes said do ciL'sUation p,1
Supposez aussi, qu''ant & p-ine Les hommnes de guerre sont g4 Couumission conl aunale le Cht doe i ca ganta les vgsux dea Ili
[Ueau da front ame6riain o eI- neralement d) I'opinion qu it est as. I'E st et les Siacetil:es d Etatc vas- raids ces g0arts lea oguax des .4is
boabardement eat un dvenemen, se probable que !es Allemtandsaieent nt I'exposon apre quoii f- grads?, on an pouruo veux
1Nirnalier et, en fai, ou l'ecia eilnt invented un canon eipab'o de lancer liciterent tes membres de la G. t renoceri, mn aini pourquoi veux
etSlosifs eat devenu familiar au des obus loin derriere les lines mn.ssiin d avoir, en st peu de tempsa, realtacaier ton pa s profdaux a es
inat d'tre lobjat d une plaisante frangtises de defense, mais I opi- pu organiser una lb.e si reussie. qu ilattaaiegues lon prqo veux- aiie
I, et alors, brusquement, vous au ..*4 parmi eux ditffre sur le point uremer at n Itool s:e Ierlag;qo Le bu
entendu ce bruit, qui dclata 4.eavoir .i dans la constirutiodndu ..- .-.--. dre a vier ds e te toilorts la raison
PI arise ce dimanche ma in. cet canon entre un syst6me nouveau. do a ':re. ce so:t les toi La raiso
oge, sourd resonnement come ou s un novel explosif ran pos E. Dndre, c & Co sur toAs nol. Ionu.ents usau
enorim, inqxoroble horloge, e sible la tongue. port6e. peut-etre blen les conuprendre Li
t au dessus de la stridence Pas do Zeppelins en va.e Angle des Ilues dit again deI Elat ber.,, Egamit, Fraternite. Ah! cultlve
cones d'automobile, du glisse- I et Dants iDstouches. done toujours to i pe It jildili e.i
4 des cars des rues, et la rue 11 y a eu quelque palabre cancer soledlli- Plaes e tes legumes, cueitle
itufse des sabways? nant ia possibility da bombirde- Viennent d'arriver tes fruits, soigne teas liJar et cnan e
Aurait pu venir de Mar inent par quelqqe canon inoetr sur E: sois &out snplement un hIjan.mte
Szait n ars s u zeppelin, ma celtte poassablit6 a EMULSION SCOTr, homine, n hoinme bon Laisie-ino.
IdcoSnnt maintenant Ia sour- 4t6 6carti par le fait que le ciel, ce gros tIcons et o lire une lettre que jm 0nv** a
t d obus, matis dimanche soir ils dimanch-lIA, pendant que le born- ,, ros cons et t nore gnrad poete Elmond Lforevai.
0a*tit pu venir de Mars, pour ce barda ent s'effectuair, 6-ait sans IIUILE pure de foie de M.)r le ToU sai quea l ta race a 61eve one
conocerne la ville. Et cependant nuage, et I on pense qu'un el zeppe- -statue mau g6oral Djmas Jo voulia.
popala ion alia son train de vie, lin n6chapperait pas au rep6rage. Prix ddliant toute concurrence. qos tu pe aes joindre too obJle, ms
so ai rien d inuait noavait eu La discussion a beaucoup aug- __ otite aoit-elle, a cells de tous ca
qua accident dans le 61tro ment la popularity d artilleurse -- -petite sot-r s qui reu dios t so cos
14ntoina,do en ddpit de la nature francais qui talent revenues du front au M.elsq uriet 6re to faou do
natoe de c ltte our prise et au et qum furent assildgs de q:iesioas dissent cornmnen*, d'aprAs e, le uerae. auraitnd, ui agolu d
e _ve dee r sultats praiques, et press de donoer leut opinion. bonbarde'neni eat possible, et en- mrer s grand paren qua al
S mbardelaeot r 6 6 une faulite Ceat uel sapc acle fat liher de sui e. ddambnb!ant avec calIne, comn & to race, Alotan so asgatfiqa4
mage exiatat fat one simple voir un gioupe de gene s assembler me si la discussion avait pour objet bonuour Cola deuair #te I remue
t. et un exaamen des quel- satour de ces artilieurs et leas tour. la denrtlire nod de ch paaux. Cero S oat doldeor n po, I
t ees dobae qui Ioccaionn6 dir do questions. Gendralemenst, ca-s Paris simpleunent a trouv6 quetr Fran quM gl1oralt un do ses teel-
ldqoaum qee la force des nou bones natures de sold sts repair .sent que ch se do noweau pour because e 01114.
projects 6tWi amoindre quoe leor audience de tout ce qu ils onutm-se dpules et dire cGot sla gw | Moo cber Maitre.
obts d2 940 mWaAUmtree doam lear sac de coonalinco. ear re* I erhac T~ 1 g5torier lIw 6 6al


Dumnas


h)ilnas. le u-11'aIt4iql~e S3AuI'.u:'. IA h
fos Iio i'vau%.ile[I t'es Vt' I i. tie [I&
Att~volutiozi. le 1;-'t'tie C'.' te talziew'o.
I1'ilte e rodi' -~I.;IA h Ii'nii's It acute
dolot I nistuae t.alt -.ti li'ht eprest'gieu1
8() Ii vte1331.
4, 1Alet granliC d exi-i p1 is* Ie ,44nle #
tra;IS11lt'tVV 11tAii (ic t) I )# *T0 I51 1 Al-
polefialuiiat Iro~Stltlts 301 Su~c'PSSI-

viirs ut's vitmii lu iipalla traili lilt. La
Vra.'e rt'', n id iicte tout" cettfa
,il011 elu'l1 lllIii iIitas minCoen Ller
Vetit 1111 tt'IVe'lii011i iitiii,1iileit.
1l se dr-sse'ra stir la place thi I at-
(to sti oe-tit leiI et lit s-' iae M iilti 's c


.lbit, e.devit-uutirti I .i plA~et dese

3 1 a i41i4l, tQ q il[61tit kill [coi1n'xe noi r
;Mx c 11,; ir.4 it-vo'i \ t'i'.Iu*4 doat
1 .4 w.-I)1 I lk. 4 1),)1Am t- I i lk!9 p si 3t all-
~~Il 11 r.' jtI liiijtult a )i t
'r l .4 V ~ :h's ii.s (I.Itidlislitlit,
m~s1Ig-L' ,* S4'. tii'u c i ,t' $4o i do.
d ),ma b 9 II I%'ItJ- x a tS "rw lA I' C. (ii

.1 e t3l: 4 4sosIitiut, it .4, "I. iVtuIiluice
4, sit ; A4 vIi d.At v eiic t (it' ig iA, pour
t' i.' de(i 1irt mIlti s iil trcha&ux do
1'1-: 1, 1111 t M (i -,s till tataic t'rt3 141*3-
p9Iill) Cm, u oit-lAit, iixjapa ueattide tout.
i I (CIIaiL 1L to~r AL i l itik, excusIr 1( s
in III IC..4, ;t jliA) i vor tP )i eA 1*5 Pell-
5 ~95 sitC''* IL*I trtouvait le joug

~'pli-r N jviaill leIcfranclair NA-
P )Ad'ib- 1A ts M 1 ili-llii(11111 U valit
i) IS *Q jhur (1--s b@,i!-ts et tdes ballet
e't Jim s te s-ut b4s u di iuas toujours.
c )imo i0t atirait-i Oil peur cd un Aaoi
fw!'? I se..y ve~ uet ffd'~mrant &i l
Frii-no st~v deux I i. S !a aCtioas
solit lill.gemt t ires et it (dut (lie l'inx1
p irtiale his nire nou~s lea raconot
pI)Uriiii 3 li,)wi 4y cioyoiii... C 61:44
eni Italie. L lci cef nwirsent derra~r.
tui ses hoin oci fh.nissarits colutflO
ilesi in )ri'ires anpatlentes prdtesA
se calirer. Tout A coup it s3 redIresse
si r acs tstriers, gratida sur ma h tuto
selte, tes jtamb.-4tendues it (eir
s ititer tes 0:riv.lt3 'es et a 6crie :.aLes
ttctes 1i tute!& G eit pour charger..a
D~es cris sauva~ecs, des cen~aies
l'e'-Aairs .. 1-04 graiules Iamei cour-
bas b;-u at.'iiieitti~tes des longs
tourreaux di ucier I'jis d'un geste
b:'usqtie, toChet denit~ve [a charge, la
prtecipite c lifind un torrent tu~ieux.
t~' ,lancd dams une course folle, coin
mne un b.u'at, coifl!De un ll4au. id
pass-i et repatse au travors do Pamr-
tiv'e alit ri,--hitidnne i~pouva'itda... t.as
tautre fuis, [a ragi au clearF. ne you-
!-nt to is recule:', it se mat A t.id~e deJ
Wttertdre ufi poait &Aui seul. d'emn.
lpt herrIarine enneuae de lo franchir,
Les Autriclitens avancent. DUM3s
teit li, seul, to saibre mu poling. Les
iutres ont Ncil, quIi'iparteo? *0.1no
passe p1i a *Les Au, richiens s'6ton-
iient, 1166atcnt, font la md~ne 6m~mra
tion- Dum-is leur creche Is mAins
r41canse. Wiis & le voir tout iseal,
Il tosenlaArdissens. se pr~cipitent -
a0 1 no passe pas. on no passe pass
at frapp-int d'ostoc et do taille. (mu-
chant it droite, fauchauat &Agaucho,
- uant, D amuas lea rejotte. lea culbate
lea rofoute. .. #.J avais dit q & on Do
pammait pas* ai(t-Hl on emssuyaocman
(Isla ro~ige. Limnaparte, entlaoumsiss
will loinbramss.et le maliao du biaat
nom d 1 iatatas Cocdes du Tycot.
Son files n's j~mia ieunon ven 6 do
plus beau. .. Tant do bravoure et taut
d exploits tmdriaiment biera lout r6.
comaperns. L,% France vent r~pmww
tan oaabli et d6cide do.li AMover gag
AAGGs. Usn 0o046 6e44form6 po
lrmqd-w 46-404 14T" 1%q qsso0e


-- __


V


1


IIV~~ C~arr-spc?~yllc IL~`~-;\rlc~~rise


- .- .m




LE MMATIM


Section English

Paris,- Violent cannonading con
tinues along the IPicardy front, es-
pecially on the southern flark of the
German salient and along theSomme
according to the communication is-
sued by the war office today.Frenchi
patrols are becoming more active
along the whole front.
Washington. The Gerinin mad
rush for iltheia English channel ports
struck a snag. Following the strong
thrusts made by the Germans from
three sides. along the Ypies sector
the allied troops began a series of
brilliant coun er operations thar put
them in possession of the strategic
village of Locre.
Washington. The Uruguayan mi
nister,Dr Charles Mariade Pana died
here to day after a short illness.

La Maison
Al f red A. Cooke
68 Rue du Magasin de I'E;itt
Annonce a ses amis (,. clients
qu'elle vient de recevoir par le der-
niers steamers un stock de vin rouge
extra de Califoinie.

Avis important
le soussign6 donne avis A qui il
est necessaire d'informer, que de
longtEmps, j ne .m'occupe plus ni
de polmique ni de journalih'me
Mts attaires de commerce absor-
bent routes mes facult6s.
Luc DORSINVILLE

Pharinacie
Al berltini Etv lti
M irti.al A. PETRUS, successeur
Fouiidtde en 15dU (J'iace Valle6res
picilahlcls l'ratn alses el
amiricaines
S HVIClE ~E NUIT
aie la Comindie-Frat; u.se il a donnre
lin gala ait l Gatete.
La l.egalion setait inscri e pour
Uto lOu t. J ai pense qu'llaiti devait
auss i eivoyVr son obole: qu elle ne
potuilt st1 Utsinwtresser de cet honm-
inamlu, fi1 it-i a l un de ses plus glo-
neux etitants. J'ei pense a vous pour
propw,,er cette idee clhez nous et
thacler d \ recueillir les souscript ions.
i't)s etesa tinaux place que quicon-
q(iUe et c'eslt a \ous, tout naturelle-
iatnt. qu'i il e tallait d abord songer'
Dultas vous appartient doublement t
comtne Jeitlmnietn et commune pere de
poetes. poeti lul-mntuie. La bataille
n estelle pas un poeine,le plusvivan
de tous'.' A ce gdant i tallait autre
chose qu'une plume d'acier; c es
pour cela quil *cruvit son epopde
avec Ie sabre
Vous otes Jereueien tous deux...
J6rdenle, notre petite Athenes, la terre
classique des lettres hat.iennes, qui
16unit en un superb bouquet ces
trois grands ;omias Duinas. Laforest,
Etzer Vitaire'.. Je me suis souvent
demand' en avoquant cette tiilog.e
si c'Otait hasard, caprice de la totu'-
tune, jeux du destin, que sais-je
encore'. quif tail que plusieums de nos
plus grand ptes esont nos dans
cette ville de Jeetine- Pourquoi done
la et pas ailleurs'? Le ciel y est sans
doute bleu, l'air plus doux, 1'eau y
coule plus fraiche, la mer y vieni
niourir plus languissante et plu-
charmeuse, caprcieuse souvent coin
me le sont les femmes jolies La vie
plus facile y nt toujours, 1 on y es'
heumeux... e Cesi sans doute pour
quoi les jeunes gens y sont poetes
et les jeunes titles y sont plus belles.
Un peu de la douceur de notre clel
chanted dans ltkrs beaux vers et c'est
d'avoir peut-6 re tris louiguement
contemple vos 6.oiles qui leur a taiLt
des yeux si brillants et si beaux. A
vous, cher Maitre. a taire triompheti
cette nobles idee. Et ce sera encore
une belle victoire,
...Er quaint a Paris le hazard de
tes courses vagabondes te fera tra-
verser la place des Trois-Dumas,
que tu verras le grand pere .e prici
piter en un geste fougueux et le fusit
au [oing, le grand pdre don't le pro
til est tout a fait le tien; que tu
verras le pere assis sur son large
fauteuil, I'ecritoire a la main et qui
sarlete pour sourire a ses lecteurs,
que tu verras le till reveur et qui se
penche pour ecouter Diane de Lys,
la princesse Georges, la Dame aux
Camblias, routes lea femmes venant
se p.aindre h lui de tous les homes,
tu te sentiras heuteux,granui peut-


4tre pas un surhomme... mans sun
plement I'ami de ces Francais deli
cats et charmants, qui, A ta finesse
enjou6e de l'Ath6tnen, savent allier
la termed et la raison romaines ..
Et pour ceate bmotito qui fait ea-
core mon coeur bat re plus fort dana
Sna poitrine, tu aimeras e,.cjre bien
plus la France...
rNEMOURS


Faits Divers'

RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUE S
OBSERVA4TO(I F
DU
iEMINAIRE CULLAGE
SAINT-MARTIAi
Mercredi 29 Avril 1918
Barometre 61 2
minimum 19 8
Temperature
maximutu 30.3
Movennp diurne e3 8
Ciel clair jusqu'a 5 h et couvert
ensuite. Pluie d orage vers les 7 h.
Pluviometre 2 )6 m m. Barometre
en hausse.
I. SCHERER
Le paiement du mois d'Avril
Aujourd'hui a commence le paie-
ment du mois d'Avril aux function
naues et emIloyes publics.
Le service se faisant, a la Banque,
avec la mninn3 admirable celeritt, il
es probable qie tout le monde ob
tienne satisfaction avant detain.
Cine6a-Parisiana
Ce soir, le progra'rtn eat des plus
chics et couopoite des t!imts de choux
II y a un documnctair/e. un comiqnle.
L.e p'opt-.ltire des Hey'lallr,. drame
.olicier en m2 parties t L- Pl,"re in,
cunwt; grand drame senisaiionxel.
Qde personnel ne man iue, car ce
grand drame sera done pour la
darnmire fois.
Nos Tribunaux
iLe tribunal de paix section sud
de 1,i Capitale a, dans son audience
du '9 avii!, rendu les jugmenits
suivants;
D. Dormay centre Sor VYute
D2sruisseaux; le tribunal condami
tie la dtfeiideres-e a payer au de-
mandeur la .otmne due et lui ac
co. de lataculte de sen lhbtrer put
des Lternes tunesuels.
F. Guirand con re J. Doacet,
le tribunal ordoune la cominunicA
tion despidees demandees par le d-x-
totedeur, depends reservts.
C Valte centre E nile Lucien,
It tribunal ordonne le depot. des
pieces pour rendre son jugement a
une autie audience.
A. Betthoumiteux contie E
Chochlotte. le tribunal renvoie la
con inuation de I atlaire a la plus
procliaine audience.
Les sieurs Audain freres con
tre M. Fernandez, le tribunal donne
default et pour le profit condaine
le defender a payer la valeur due
sans terme ni delai et aux depens
Roux contte L. Santini, le tri-
bunal donne detaut et poAr le pro.
tit condamne le defe.ideur a payer
ia valeur due sans terime ni delai
Dame Jasmin contre D Sainval,
le tribunal conuatitie le dctendeur a
payer la soulme due et lui accoide
pour ce faire t e delai d'utin mloi i
ie condamnre en outre aux depends
Vve Auguste Verna centre Lau-
dun Laforest, le tribunal deboutte la
demanderesse de sa dtmandt, re-
jet e les dominages-itietee.s recla-
rmds centre elle et la condamne aux
depends.
L. Limousin centre Robert
Gerlack, le tribunal condauine le
defendeur a payer la dite summer,
lui accord le uelai de deux mois
pour s en lhbrer, le condatnne en
ou're a 20 gourdes de douinmages-
inmterets et r-jette la con rainte par
corps.
Dans les Sports
On nous informe quelAssociation
Sportivede Port-au-Prince et le D.s-
salines Athletique ,.iub se sont tu-
sionnees. D'apxes entente entire les
parties, la denomination : Associa-
tion Sportive de Port au-Pnncc A S
P-P est maintenue.
Le conseil d'Adminitration est
ainssi compose : Fedor A. Thomas,
President; Latoantant Renazile, Secre-
taire, Leonce Archimede, Tresormer,
Joseph Rodr gucz, Capitaine.
Sportmann

Pour deniaia
Nous serons heureux de publier
demain 1 defiant discours prononc6
hier A la Bisilique Notre Dame par
Sa Grandeur Monseigneur Pichon,
apies le Te Deum chants i 1'oc-


casion de la f6te de i'Agriculture, de
I'Industrie et du Travait.

Tribuaal de Cassation
Audience de la premiere chimbie
du lundi 29 avria 1918.
Presidence du Vice-Pr6sident An-
, _a ..


U


A- .. mI


Tro


j4W c'est ce qu
S prennent des
reality ce que leu

S L'EMUL

Puissant a
431 faux
( 11 ,I


mper L'Organisme

Pour Plaire au Palais

ie font beaucoup de personnel qui
toniques alcoholiques quand en I
r organisme a besoin c'est

SION DE SCOTT

aliment et medecine sans le
stimulant de Palcohol.
U ________________________________


Arrdts rendus.-- io Celui qui d" Q1 trlier Geaeral de la
clare non recevable le pourvot exerc~ II
par Mne Lemieux Daquella centre Ge darmerie d'll-titi l U 1 J
un jugement du tribunal de Com-
merce de iJrSmie, en date du 26 Port-au.Prince, Hai t,'e 3o Avrit 1918
acit 19 7. au profit des sieurs I L. 'SUR LE FRONT DE PIC,
Hitchmann et Co. Ordre du jour PARIS- Une violent canO
2 0 Celui qui reje'te le pouivoi de continue sur le froet de Pi.
Hermann Corvington centre un ju- Le Chef ad Interim de la Gendar- sp6cialement sur le flancsudde
gementdu tribunal civil de Paor-au- merie d'H iti a 1 honneur d'annon- lant allemand et au longde la
r'tince en date du 9 Miu 197, rendsi cer aux offihciers etsoldats de la Gen- me, selon la communication
au pr fit de la Vve Corving'on. darmerie d Haiti que des m6dailles aujourd'hui par le War office.
Affatrce5 enleudics.- *Emther Guerrier militaires ont 6t6 ddcern6es aux sol- partroulles tranquses sant plus
et Marianne Aiee Pinard et Lamarti- dats don't les noms suivent et pour ves sur tout le front.
ne Martin ti s. M. le Juge Henriquez les f iits rapports ci-apres-
est entendu en son expose sommaire, Le Caporal Georges Cius de la BRILLANTES OPER.TIONS
Mes Deslandes etNevers Constant en Gendarmerie d'Haiti,attach6 la 15e DES ALL1
leurs observations. Le M. p a conclu; Compagnie de la Gendaimerie,trndis WAs'IINGTroN La ru6e tole
A la cassation sur le premier moyen. qu 11il appartenait A la garnison de allemands sur les ports anglm
Cerca la-Source, H iti,a bri!amment Canal a rencontrean arret. r
CLnema-populaire contriba6 f la defense de son pose suite aux f rates pouS es opflt6
La stance de v ,in Am. populaire peudant une attaque fxite le 2S Mirs les allemanis de trois c16 s, au
par quoi devait s'achcver la 16 e 1916 A 4 hearts du martin. S con- du secteur d Yres,les troupes
dhier n'a p s eu lieu a cause du dune, dit le report de lofficier qui ont commenc une srie debt
mauvais temnps cela nWest pus perdu est soa ch:t immr diat, a et6 excep- te contreoopratioas qui les lt
cette stance sera offrtie au people tionnelle de sang -troid et de bravoa- en possession du village strait
prochainement. Nsus en dirons la re, et a son courge d6sinteress, esi de Locre-
date des quelle sera tixee. la'g ment dix le fatt que so i post
Le 21e AauiVeiSaire n est peas tocnbe au po ,voi des ban MORT DjUN MINISTRE
du Nomttcl ist dits. URUGU
A lo::asiori du 21e Anatv.rsa.re I Le Gendarme Augustin Pierre at-
du Vouvediste Mr Henri Ch.uvet a tach6 A la :ne compagnie de Gen- WA'HINGTON Le ministry
uffern. hier sor a diner A quelques darmerie d'Haiti, &tait present pen. guaye, Dr Chules Mariade Pamt
ufamisert. qulqes tdier s quelques i dant une ttaque duir'ge centre le mort auj urdhui, ape&; une c
am is et L quelques ut s de ses ledic oriimnaie.
teurs. Cetue petite iLte intimne eut pose de im e a Feritr, Haiti maladie.
lieu aux Taernes de Cine-Varites. le 2i junm t916 A cette occasion, AVE] IARME AMERICINE
Etaient presents: Mr Cl6nent Mi. Pierre comb tt.iit b.avement et s'tx- AVEZ LAR\IE AMERICAID
gloire, Drecieur du a M.tin a H.nri po;a tellement quit rtqut de serieu EN FR
et Htnec Dorsainvil, D.:e-teur et ses blessu es. Les amdria.iins sont dins lan
admini-trateur de l-Es o v, Hen.i La coaduite de zes deux h.mmes mitres ligx es de tranch6tsettia
Cthauvet, Directeur dua Nouvelliste. don't les services soat au dessus de le front de b ta lle de Picirdie
Danits BellegArde, Limo id Mo itas, toute recompense, a e-abli un pr6- battant a c6 de. Fcang is. Itshi
Valcin, E Ch uvct,Andre Chevallier c6dent que la G:ndarmerie est there expedis en avant de leuts pre -
Davignaud. Chas,aiug. Cl. Cocou, dadopter come sien. positions lorsque la batailledeli
et. ec. I' Ds copies de cet ordre du jour die se fat developpee.
Mr Henri Chauvet A la fin du di seroat atia:hdes A leur dossiers mili- De lourds bombardementsonot
ner porta un spiritual toast au course taires tout le long du f ont de bitall
duque l l remercia ses contieres deI ALEX S. WILLIAMVS Picardie. Les Al e nanis renoutM
iavoir toujoars soutenu au course de GdJ~ral de Brigale leurs attaq-aes tout le long da
sa vie et exposa le but que pursuit Chef ad Interim de ia Gendarnmerie teur des F.andres s'dtendaaloil
sans leve le Nouuellisie. Apres ce d'llaiti diatemeL.t au sud d Yores
tut le tour de Mr Hcnec Dirsainvil -"
qui aptis quelque mots aimabkts se OrittOku, PelO isina, Suaveli.e
lra dattaire en passant la parole au1
Ma att coinre au plus aunt la porse des ousle, products de notre maison portent le timbre den o

contieres. No.re D.recteur ne se d marque enregistrde ORINOK et, sous cette formality indis
roba a ce devoir. 11 eut des terms qua tout consommateur doit exiger, nous garautissons leurs
heureux hier pour 1tlici er le a Nou. pour 1'usage auquel ils sont appropries,
vellistre d avoir pu vivre juzqu'a sal 1
majorjte, malg-e les embu-.hci di-'
veIrsc et les vents contraires el d'a- 9 -. '.
voir ainsi enseig it a ses co..Ilrres )
t'art si dttficile uc i'tquilibre. I, a t6 .
I experience de ses cout.eres et nc .,,_:
serait- ce que pour .ela ii menriterai. i. ,,--- I
leur recuuonaissance. Mr. '..tement .Lt t I ( j I-
Magione, a la tin de s.n discours
sounanra que chaque annee,gr~e aux -.
conditions uouvCiies d'cxibi-n e qui i .
permelLent i'cntente, ks journaux
de la Gapitale reunisscnt leurs amis l r V
et rtdactcurs pour te.er leurs success. ;
Nous renouvelons nos inmentleurs Ii-
voeux A notre Doyen. .


Messe de Rqtuieia
Les e61ves de 1-Exteraat S e Rose
de Lima invitent leus parents et les
amis de IE.abassemant a venurassis-
ter a la Messe so.eaunele de Requiem
qu'elles teiont chanter, A la ta.he-
atale. le 4 Aaii. a 6 ares 112, pour
le repos at 1'a ne de ML re rumee de
Miine, leur bien regrettee Direcrice.


Gompagnie hatien-
ne de navigation

SL'AMAZON* sera tci demain
martin et reparlira Samedi soir
pour le Nord.
Port-au-Priace, le 2 Mai 1918
Les Agents
ROBERTS, DUTION & CO,


,' .-- M g,

i Q-



Autant i la bont6 de nos products, qi'A leur prbse
le grand succ6s do leur bone acceptation de la part
gAneral.
n vente chez les meilleurs Droguistes, Pharmacies i
Fabricants: ,
The Orinoka Pharmacal Coi
97-99, Water Strea New York,


- 'Y~~ ~ -C~-~i~LI r Y I ------- --


I