<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03114
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 27, 1918
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03114

Full Text



n--p 41*St QWMrrs ~a~a


0oDuut-E' GLOIRI
gIBZCTu 5


SORT AU PRINCE
l.0 alf aas: se L.ay.e & a OnV p. L asessie
g gp& RT9MKNTS & ~.ia nes si. L. Mayemse a CO. so. .s.tt

4 .00 & Itdons:s aasiverCnU omper 4s wa
Ie" .CTRA I j1QGM ] 1h Sm .1 4 th & 4 _
d e w ft0 0ea ^ a 4L .N m m w
Quotidien --s--
._ tm*.-Ar UPRUNS ( M : jbu -s nu & ssMrt us pa)ab;s4d'emw



Choses Am6ricaines Les crimes centre la France Ol lmillBi eio lliC

S-- --LE CONTROLE;DES aINDUS-
SOUVENIRS DE WASH INGTON L'hleure d hLItimentES

LE CA: ITOLE la Ch:mbre et les antichambres des .RoI 1.1 question du contr6le des
CAMBRE DES RPR:KSENTANT4 Reprksentants. sorts d'appartememts BO LO' CONDA MNI i A MO1 T resources tiianci res des jonrnaux
ou ils ont la faculty de se retire et revient sur [eau.
tA Chambre des Reprksentantsdes de recevoir. On y voit des paysages ----*- On announce en effet que le dd-
ts-Us passe pour eire ienceinepeints pir Albett Irestidt rtpiesen-l r 9 pu 6 Mcgli)ni> vaau num du group
ats-Unspasse pour tre l'enete w iant douvert de I Hudson pu P.ris 15 Fvrier t9t8 d p'us pht que : Irsqu'il mn soiahse. prts-enter a: la Chmbre
Ietive la pus dremirqua e u 'nJr.k Hadson en 16 9 et I'ezp.- C-et la upr6meautience. Iavant- trt le piuvre, I',rs g-itfi nt o-h-e ut e pro,-ositio.i de loi pour 'e con-
ade enter. Ss tensions so ,tion de V zino Linmg a Me i dernier acie, car le drner atce u-a en tn desangoter. un nd south 6'e permanent des industries jour-
9uit ieds de nguur tery en 16 ) Aux mzar; ont accro- I'eC ai'leurs, en plein ats, pir une e 4e pitit p s s* stir nos tr9 uretd de hiuteur Celte vasitechi les portraits des anciens Prdsi aube tioide C'est fini, le rideau l, M'intenant, cpra't hfii Le consei; l'rcusemd nt, hr 'o r, la IL. a, A
re are ar un y e dedents. Au-essis d s gileri-s sont 'omb, ap-e; une reP -sentatio- i se retira pour dVib.rer ; le temp ;Iopo; d l'arrestatio da senteur
aneaux dtverre formant plto d le vestiires 0 i parvient ces gie- terninable. en dex journ&se Li'avn- paut intermnab'e ; quirinte m- Chaires imb-rt. tormulat le vt
neausss dans une ormatmitre p enties en se ig geant dans le" corn- turner pirti nouture de Mirseie. nates apres. ls sept j ges f..aient que le au oi s se prcoccupasent
t. Dencas d ppod mme sootAptmn- dos est et oues, A travers de m ,git ayr travers 6 IEpag-.. g g ^A les soene'lement leur rtre. U tr je 'orgine ds fond de Iournaux
DAS leps rines des Etast oP fiqus escaliers tournants en mAibre -mrriques. pour revenir en F aince rib'e silence p!ana sur I'ssemb'te. r -,.nment tondc-.
e bureaus desPrasident. tait en du T.un ss6e. C-s es:aliers mjrnt:ut oti l'attendait tn extraordin.iire .de- t i I ure des q estio poses I; t,.,/ 1 so i c6t.visj p ir cer-
matb b-ea nsc cue, o cupne sp n, bate souJ.iin sur une pierre u liei enn, c ti ve det t i unes allusions paruesdans la press
Slio, tlevne et centrlpe par rapport L Escalier tournant Est. noire, roule dins un tossO. celui de B 10,. co dam-n A la peine de zri' qiax les polmiquts entire jour-
1uI ct d r r Vintenies. molt n ux ne sev',nit rien. 11 est par
to c6tS sud ; les s g s des rer- ute en ie est lsu r. Les sept ge d cons il de Porchre, coam 16 A trois ais centre uwile et ntcessaire, ajoate le
setants sot dispos6sen demi-cercles bre de Thorn is Ietfero iL ive de d ct de ro .
ce a gierre en ealt ainsi dc!d. mailgrd J'i)urna, que toute entreprise jour-
concentrques lanqus dalles en HramPower Au-Jessu dau pemer M Abert Nous W Sib tement, u v.,z ie de frniJ a li-tique a v uile devant des juges
man&re ae rayons. Une plaque en odnie, est accro hee IL peinture de mas en endu nivul 6mient avo enva la si!e : it s ub qu 1 onptents son 6quete dorgine
argen fizxe sur chaque bureau (a la F.ark B.Capenter reproauianta La catnavaqle proa Bolo. C'ea pour etroivit, pir un rn ti lugibre. et qu'nsi soit tlairci la question
Chambre commeaau Snuat) indequeIa premiere stance de lec ure de la Pro- u n nom... rien de plus A. devint ut cops p.anelant. Jdes ressour.es et des buts que se
daos saUgravure le no n de I'ocu- iclamation de l-Emancipition d vwnt course des prt-de ves au len:es, l. L justice vena, de dire san de:- propose l:s jouiniux ( HAVA,)
pant" le Cabinet 22 septembre 1842.. o d r nir met
Pat eC ne d etat sptr-i snoun tart apparu come un ho n- nier mot.
Devant le bureau du Pabsident Les autres portraits or tles sui- me fii, d-gre, ,oujours courtoi,0 se tioar le criminal l'hure du ch.i
soot places ies bureau et lab es d~ s rvirts Cei coine nt par lI gau- con'eatintd'aiguiser sa verve e ses timent avait soand sur lezoir ca.ran
dercs et des reporters ofi:iels ; A sa che h 1w n M Stanto, S rare fh serernors detin erron6s pr6sentds par des policiers
droite se ticnt le Sergent-.4ux-A.m e !a Guerre. S ilmon P Ch isse.S e am teurs
et A sa gauche 1 Huassier A ss an c',et ire de la Tresorere ; Ab -ham eQoe tot i-cet paai i- ? Nou L'loqaente -. ladoierie le .1 A'bzrt Sille s',tonne que sur
La masse du Preident est instAllee Ln.oln, Prtsident G.t. o V ie. empoyo ct a M' Aib3rt. Salle tdant de points I instruct ion soil de-
.Imoaett, devenu banal,tint on ea de points ntrucnsit de
Or son pedestal de marbre de Ve.- S creiatre de la Mwir e; V lia H Abae l, devenntre banal, tiet on el z-, pe.l A son avis, la
month A droite du bureau. S.ward. S.:retrire d E at ; Ciltb B be dnsnotre came tt- I.e conmmisslire Ju gouvernement Cl de l-ltitre est A Anvers : g Si
LS nith, S-critaite de [Ilntlereur rare :,uw ch4 doei re. le le risrend ,t hImm ige, dins son rquis,- H1)1J a ce comp:e A la Hanque d'An-
L msse gomry B ir, Po;tmaster G6- e s ss lt e, A la person)iijt1 de M, Albert vcrs, sn de ce compete sont sorts le
On appelle ainst une sore de fais- nerai : Eawad Bites, A torney-G a- duae v:b.auto if tseure. dans uae S lle, a don't sh.n )r- la b rre tlan mi I on du khadive (t les millions
ceau fait de b giettes en 4bene mete- nJral:cette deraie otterte .ut Etis sorte de surexcirta io c6rbra'e :d ,ise S. Dt sa defense de Bt!o dont le viement tut etfectu a la
noesi I'aide e ligaments d-argen' U.s par Ma M, yE z\beth Tomp- huresot piss: et nos net M"A;b:rt S 1.- n'a tell nt ; sa binqu- Aninck, tB.o n-est pal
et ayaa tcomme sommetnglbs ont plus A vt Lplaoire e bque Anick o nest p
et ayan come some un gobson en 1878 Altx. H. Stephens et- st peu a v L laoet e d M- haute reput on n. a sa 4 h!. qui .-oup.abe. Sil na pas eu de co-np-
en urgent surmout6 dun aigle egi. vace-aPitdcnt de la ConLtderation. Stile ut vAritablement n ch t- eiait I u:de Devant uie sale en- te Aivers, cest un imposteu, et
element en argent. actors un member de la Chambre et d'oeuvre d'em)t o, d'tatelligen.:e et combrie, mouvante, tendue vers sa je le livre a votre justice. Mais 'ins-
L'eas:mble de lin.trument rap a des oriteuis de o inauguration de measure. parole, le defenseur de Bolo a pa 16 traction a-t elle tait le n6cessaire
pele ks anciens taisceaux que por-D s I corridor au dessus boit en- L'honme nous a transport enosans t s pour le savor ? Non. O e le
iet les lie urs deva les magisp- fin les portraits de Gunn g -4fordehors de e temps. figu re, si .rd a oratores,, sans les rechercher du sait pas, e,, ne le sachant pas, on dee
traits remains Cest le ,ymbale de (du onogts Coitinental). de Char- videmen cette fgre, si noble et r s moins, avc uae ironic cingla ite made la condamnation A mort pour
I'autoritt du Pr6sidert. lies Cairol ( un des signaaatres de la douce d'asectvec se yeu rancsarfois. Bo !
Lorsque la Chambre esten session Dclaracion d'ladtpendance ) et de et sa moustache grist, lOgarnte. don't M A!bzrt Sdre rpoid, point par" A Bo!o sooposent, en Suisse, le
Ia Masse est toujours p'acoe sur s)n Henry Clay. tousles tra s revelatent, soulgnaient point, aux argumentations d l'ac- apport de Siddick ; en Amnrique,
pi6dcstal ; ionut,&Ia ChambSure Lespar-rne bone reelle, et je me dasaisa aia pi n
pqelestal ; on la dCpue sur le par- L'Escalier tournant Ouest u"Vo, I'h nnte h ommeatnsi qucusIdton. II dat la camp gte de les allgitionsde 1'Allemand Pavens-
quet lorsque route la Chambre tra. ,, press don't, A so avis,B.o 0 At* la tedt BlIo a voulu ftaire une camp.
valley en Comati Le Sergent-aux- Au pied de cet ecalie es une sta- I'on dasait autrctois. vactime. sa portee et les intirts qui g e de press favorable A la paix ai-
Armes la po.te d.vant lui lorsqu.1 tuoe en bronz- dite du iChppew, Les ph cases, les mots, ne peuvent It mrecnt en jeu. 11 s'atta:he A re.u. lemande I.. Une thte a done concu
execute le commandment du ePre Chief. Au mur du palier,-et vu de traduire le pathiuque de sa pero ftiea i physionomue d: l'accus6 don't le plan d'ensemnble d'une telle catr-
sident de maintenir ou de rentorcer ce coirdot, ce tab eau fait ladmira- raison. s'stplu A aggraver les d6auts, prise ? Est-ce Bolo Non. 11 nen est
i-o dre, ou encore dans la grave car- toa de tous !ei visteurs,-est ta- Livide, lamentab'e, ravag par sest pu A agraver compe dfauts, pas capable olo ? Nc ,.e 1fiire que
sans qu'oa amt tcnu compete, dt-it, pas capable Si ceae fTAire que
constance ou il condu t un ReFrsen- brtau surnomm6 le repoi anim6 d'E- l'angoisse, Bolo scmblait un noye, ds belles quali.-s auxquelles d.s sou'eve lac e d'accusation est vraue,
tant A la bare de la Chambre. manuel Leuitz. ses doig's remuatent sans disconti- personnilites don't le t6mognage ne ii y a un seul et vas-e complot diri-
Cebt une vue des M%.n1g es Ro- nuer. agitks de frdmissements ner- psonrait e s doute nse la Fe ac ho d
Les Peintures do la OChambro chases, A travers les masi--s et ls veux : quaind Iav).at cut termin~, saurait 6 re mis en doute oit endu g centree la France par un homme.
Elles consistent en deux grands defi ts desquelles o voit un train le pizht, avec u- g'ste tou himnt',av A igr. Si es- co\pable ,l agentss au poteau de Vpncenues.
portraits places de chaque c61t du d'ammigrants en rou e pour une re- plein de tendicsse re onnaissanie. e.a t tn paldt e, aon a Brritz i Pourquoi ne sont-ils pas ici ? Ya-t-il
bureau du Prsident et in une f.es- g oan pusp6re et plantureuse.La pen- saisi la m.an de son defe is.ur, la etait tn Eliet e' a A ii Pourquoi ne sont-ils pas icimnag ? Si M.
que. Les portraits ,ont, en g-andeur ture est pleine 4e vie et d*act; Q. Au bass. best urait- repgsse la tros iiere o Cillaux etat assis au bmna des accu-
naturelle, ceus de Washington et de dessous est la B rritre d Or de Blers- Apni lui, ['avocat de Porchere prit Ce nest point d aileur< la scule po5- ses, 1: ne sa s pas sil serait condam-
Lafayette et furent offers au Congres atsa represen'ant le port d- Sin- la parole. V6h6mear,excessif, deborj siblte d'echaper A 1, justice qua s ne, mis je sais bien que Bo.o seraut
par Latayette a son dernier voyage rancisco Sur les boards sont les pour ainsi dire person temp:ram:nt, s l.re A lu a e d.edug. acquit 11 rapp.aral qu'.l ya deux
daus le pays. La fresque, ceuvie de portra 's de Dniel Boone. Ie pion- Me trcel Hlerau I forrn it a\ ec so ute. 1 supiia \: Sute de ne pa asces. .
Brumadireprodumtl'incidentde York- nter du sud Ouest et du captain Cminentconfr~teunvitcontras e.Mais plaider escrouer e V L orateur dit que la declaration
town o Wahington d*clitna les ou- Wan. Clak Dans le corridor au- ce june avocat a bien du talent, et Loateur moe I co e e P.avenstedt est invraisemblabe.
vertures tattes par Cor.wallis dob dessus est accroche le portrait de ..----, Blo di.s failure d l'achat des uQant aux tlgrammes amEricains
ee de. )our de c"ssaton des Marhll. Che de la Cour Spme. Jurnaux, I accuse cncourag-ant le, M* A'.bert Salle a la- conviction que
hostilit.s. Lea Chambres des Comit6s Dans la chambre du Comite de I campagnes paitrotiques--n tout cas, ce sont des taux. Ces t6Igrammes
La Pendule. Quelques-unes de ces chambres I' lAgricuiture laborieusement dtcoree : n-ex:ipant lamais de sa quality dac- n'ont pas 6e1 expdnis pour la raisou
". '" 4 .. 1uli.esa u dnquic 4oanent accIs les corri- par Brumidi s)at repr6sentes Cincn. tionaare poar s ,mmiscer dans Ia qu'aucuu contr6le 0 leni expedition
Au desI s de Ieentrece pincipa rsde ,la Chambre miaitent de rete- natus tirC de sa charrue poar 6tre redaction ou la directio des jour- n a el 'ait nt en France ni en An-
S.ier peas ....s ,n ir ..e.tion pour lers d6coratasio rev4a de la Dctature romaine, et naux Et loraleur condlut que rien gleterr.. Le ddenseur explique ea-
ylels .en retoanoes en arr6re ie C-est oinsi que la Chamb e du Co-. Putnam sollicat6 pour prendse par A ne peut demon.rer que les aces de tia, pour donner ss valeur 1 la lettre
sr J --'de la one uo mtde Vois et Moyens et B-le del l "Ro ua B.io, queIs qu'ltis soaent. I'inten- du 6 mars Ia marche banquir: des
eq.ells.ne p ntaata.quer e Appropr at o renterment des fres. D:s scOes repr6s$ntatives de la lion cninmcik .. 'toads, qauil voit normal et A l-
re I aournment avant que les es magnifiques. Celle du Comit6 moasson ancienne et moderne. telles Pour lorateur. le le il a nexisie quelle oa ne peut opposer que les
am.oes d a e.aambre ns silent 9s Attcs. mitaires conticet une F oral ( le Printemps),Cerds ('E 4) pas dav.atage E;. u stu4e a soa mensoages de Pavensuedt.
Lampeadieeant enpbotes. v. .es eIC pc-ntur.s des fort .s diEta s- Ba-chus (I Au'oane) et Brte (L'ht- tour les tats de Sassc et d'Amr.- E M Albert Salle en arrive i Is
9aC peSdtle est en bro nnaveces U.is Le hmie de decorations du vyr) les portraits de Waskhingtor et aque. \t dc:tare que le rapport ptrotaiso de son 6mouvant plai-
Sresl Irepsentnt e r ioan 'se d caase cosacr, au Afftiesde lettersoi. qui t4reat tous deux Si ddk r6dig6 par M Casella-citt dove. ;
t 1 Aiot le amtrican.l: T o s o I etaa fermtere, la 4dautres dd als aussa ian Papavre dun bomme c og6 p6 c --1I ya quince: ours, messieurs,
**_,-!ot11 et A~t, ohernbre, ve sauge; st la chaabre des Affai- L re~ss.nts/ot de,ct_,e pth ue des l: khe./ive, fourbcet rt .s, aat sac- un grand phalosophe, r.u A I'Aca-


REMACIION ANWU3&IIS
Am Is df.uVUuOB rum a L1


Patnanido Is, pautic poiterieure de rsIs ndiecuaes contient (rectl t iuuc~ein OhesteI La- lait j Cnt LPeAS LCLn. com ple, dcuaaic f nsissgnalait le danger
I& chambre et derri~ne I* bureau 4u de peawutuess ptt C.4,9-Eastman as Pda cr~etat. s pius quvete ac p:ut tenir cocip.d- ds jgmasqimcso ot
ua." i ~ w~.i~4gne uv esSq~ JMUV2tom tsalea rajiportaplus pu gnmoms que siar des d~posations d4 t*mis






g A9 Paits Diver1 English Section 1
n^ i-- -* --.- -.--- iofe.e.,
3 MuNSIG~f-llfS aMMISS ANmNE MORGLN RETURNS Morpi. Of course I sam swys de,
asdtm M T O Q Q l W Wak lighted to ters tomy hoe. bet'
de at o y"rn OBSERBVA BREi CsAAFoIDmT AERI reovetre.I
-1/33*11 "86 Sg.INA1R1 "E' York city committee of The Ameri-'
SMINAI COU a Mi Aim. Morgan etured yeter can Fnd for Prench Wounded. and t
pri de vae maximnlmg s par A NT-MARTIAI d faIrom.France,wbereshe had been then its moss probable I .ill give A
ravat dorer Coma liqui d )6a Mardi So Mars 1918 guidingg the work of relief made pos- out a statemea regarding the work.
-Met doi Ooiwmurce. sible by the American Fund r .I
Ce43 quaoou vood& A un prix 71'" French Wounded When asked for a M,ss Morgan is a daughter of the
plus devA rt poursnlvUie confor- i ,imu, ,., statement the said .he must colter late I. P. Morgan and first took no
SidOfMot A o li T-tr-ntur. first with the committee at No o20 a t v inteoe* in the American Fund
i c-0 de refN, de It part d'un nevip r e West Twenty third street f. r French Wounded in o196 na
piderde .svndre la orse sou prie .maxim um 33 Miss Morgn w-s one of tw hun- O tober of that year she rented the
de u. ir immd liartemen eteo dare dred and tweny-out pisserge s. ar old Alca rd E .be'w en theCh ,rps
do vorvce dn I quartice qun Cies clair le jour etp antculire-. raving vesteaday on board a Fench E ysees ,ani avenue Gabnel. Par,
c.-l..rA I'arrestation du d.inqnaot ment covert la nuit. steamship at an Atlantic p vt* It wasjand stab hed an office and store
t Ite conduirs o bureau de lapol'ce. Barom6tire en hausse. noiicable to friends who goihered to roo-n there tor the organstitio' She
Ceo x-t qui en ach6teront so mar- I S'HFRE meet her that she hid been w r- thcn made motr tours through
ch4pourrona sadressera MrCiubja, I."SCHERE k'ng v-ry bird in France and ihat B,intany and Southern Franc-, ins-
superiatendan do police du march, 'I y aura de I A thgilue his lost muth weght Shv ws ei- pec iug h- h,-pi ats wh re th- woman
pour Ie contr6le do poida Pare Lard coated from he pier by Mr H.ib:rt ded are k-pt andrepir ing dAulyiheir
Pour le petit detail, lee marchards Depuisle dernierarriv.ge le pubic L Saterice. her b o her-mn -w needs Tiough acive co operation
devroot fairi en sio te que 12 mor- env"hit les maisons de commerce "'Al' I can say just now is ,h :t my and generouse reipouse by ithe ch-
cesU doe 10 peeWt I livre. pour reclamer de la man'dgue II y h art and soul ae in the wo,'kbeing riaby inclined women ot America
Port-Z u-Prince, le 27 Mars 1918. a meme des personnes qui en ache- c-rteed on by 'h American Fund tho wa k of relief w.s pushed wth
....___ _L ..... ent plus que de raisor, come s1l for Fiench Wounded,' sad Miss vgor.
ittait necessaire d'en mettre en rise -
II pensait aux jogements de l'His- ve pour pievenir les eltets d'une
toire. Mais les )ugements de l'His- penurie prochaine. l,'nalemenl ce fut la Gendarmerie qui Voilir Eusope capitaire D'mos
toire sootrevises, rtguliercment, tous 0je les tamilles oieot sans in- rntrsp'iit Is lu/railles du pautre ftelt ;hne. venant de Jeid6mie our lest
les cir quante snr. quietude Une d6pE.he que nous don't Its r,'ts avaient ronge Ie ,aduvre. Volnier vEusope cipitan.e Dmnos
s Mas il n'en est pas de mtme venons de jecevoir dous permet -kes barbarcs hntos Abg
pour les v6tres Les v6tres sent exe- d'annonccr que par le po hamn La mwaise Saile Vie,...r A.na a cao Dij n ve
cule-quelque terinbles quils soient Panama t nous r(cevious un D uis lundi a remmeic6 a Se nan deJreon chai-a. Dj nae
-dans un court delai, et si. pour stock itl de manitgue pure laid mane s.inie Dana tout, ls l* E-m.onrchandise 3 caiag- man-t ua 12
fonder ces jugements terrible, vous Amour qu'il y en aura pour tout "e agiies dts offices er dles prires h .*e* Eiteles huile d o3v 3 csB"a 1
n'avez pas autre hoseque Istsmoi- niondeet rendant lot g-emps. apucit ix c,','3rPnt la P'assion du hoile d olive 1J ball's cas,-aves
goages d'un Sjddk et dun Pavens- Pa..vie .et n. Chaist ont ihs chtstiers (n .cutan la igamnes ; cocos a.ec4 ." sacS c )toi 4
tedt, h liquelles erreurs, n essieurs, i ruv, irer ,in... c erre or t lIa devour de -e r.epe'er la eua ca %, aa: mats 1tes ca ccao.
ne voust eposez-vous pas Et ne Ad'vant ier soir.ercs 1o M l resn loignue a I m t oe eo ; o n te e ,e ller Divi-n 6 ca spit ie Luma
pens< z-vous pas qu'dl est itste sui- vrea enilat ;ls. sau"eruea eut amend r.-urree' on I d joui de I.a ve ". : v ,. det Ganaives ch irgeniutu 8 ,,
vanst a belle et torte parole du phL- Iur.au J' l e.Jarmer. Ioor obeirA I tra Iio-i rgeus", 1 bal'es colon
ia.. beei..t.orde paroe u Pf L enLfant ei mort a Biourdon ]ch ,a- ple biur-.,ax publics, la *i aqu1 e lei Voilier UDeu Comm in le c..pitsine h.
osoe so eon de ne pouvoir son-; dame Ranrc qu allait taire les lu ;e- Commerce c.Aneron demai'i et v-n Zorgtin vai t i e G *i GA der ses ijsgements que sur le s. ble r iles quand e pa,,, du pt d'tunt dreds. g ment 10 anc t ltl 1 ,us nist,
nouvanrdesttmoignageshum.insi.. vnt enev'r le adavre et Ie transporia a L, Main s e piri'ra pas. 1 sac cotton sac r cia.
SCes aue chose qbe les pre et mie, plus lo a Gros A a B;a.iliqie i.olte Uie Ad
faut pour fonder vote conviction, o,, Lidemmnnent ce ie tu pas sans Iler soar it y v -iin or' flUe Ia A
et avec vous. dailleurs. je n-ai au- p rotestabo'queu.l Uen.vement" Bailique N)tre Dam' poir ertenten MtiiSOD .,
cune craintu Vous etes dcs homes dans le cows u oloque arrva u dre le serron dd Monsaigneur e D & -
de trop haute conscience pour poa- gendarme qui arrita es parties et les Coadjuteur ; le do-rnier pour lea E. I ga d & Co o I
voir envoyer un autre homme au conduisit en ville homines era pronoic- ce soir a 6 Angle des rues du Magasin
poteau de Vincenses sur la diclara- heutes et demie. Rappel nI qeiaae loe de 1'Etat et Dant6s Destouckhes
lion interesswe et mensongere de s irsrons do jea i et de ve.dredi Vienrent d'ariiver
l.Allemand Pavens'edt et du Eermini- seroot pour l pub Ic en g n, at. Homard, hutres corned beP, i
se Saddak J.;tingue maitre, apieS avoir rendu Les eameas ft I'Ecile de 2Mdee.le Iuonh tongue, sardine sauce tomate ,
Pour que vos consciences soent homm:ge a Me Sdle, decrit la vie Din lai urnde d hir, .s lt e, l huile,arguiles fimes et gelees >
en repos. vous n avtz, mesieurs, simple. paisble, mediocre. insini- tudiants suianti. ont donned pleine ( Snoked and Pick ed E Is ) sau- 10
qu A ecouter la voix juiedreure qul fi in e mais honn6te de Pcr, h re Tous|i mnon en bites *a i
va vous parler. Ils temoign.gs sappliqLe.V. t A direl .l.x ^i Bacona en j are. chuc:roate, coear a s
a Dans quelques minutes, vous sa bInt e sa probate. Por.here a _eexanei MlJeeine 1re partie d.rtichauts, champugnons, asperges all. a
quitterez cttle salled'audience. Vous t.it des tires pour Bolo, .vec Bo. e( preive orale / Ldon Ferrus, en branches eI pointes d'asprges en
ztldchirez a ces lorgs n . vous alhz reotrer en vous-memts detenseur ea trouve une p-euve, une Dejean. Dougd. D9dir, ber'u. tint dij -uner du matia ) olives, ca-
et vous delihbericz Vous vous de- preuve humane, dans uue leitre del Le Jury ewail composed ,ie JiM. pres, pi kles A la mouaide Ct au va- P1
anandercz ce qui, pour vous, surnpge Porchere A Bolo qu*l lit au tribunal lies docteur>, I'drigord, Kernizan, aaigre en Ilacons. ef* t
de ces debats, vous ,cartertz toutts L-s terms ne sonr point c:tx Jont Lis ide, Civil. Moutarde Colma'sen bites, mou- I
les circonstances accessoires et nt-I se seivirait un complice. avec son er2eet3eexamen' de Pharma. tarde prepare en j irre, sago, ecune
gligeabes, et vous penstrez aux comnplice suttout lorsque, entire eux, 1cie : .Std n Maximilin. Juru: de poume s de terre ea bates, sauce -
saules cho s qui puossent former ,1 y a la trahison I Et. dans uon beau Al D Dr anave, D,' Carminte. Janglaie, saue tom0ite grand> t pe- -
rotre convicou et deteimicrer votre movement d'eloquence qai dresse --c .' I r. lss flacons. 4 1
volout I orattur face au tribunal, Me Marcel Sautnon, Marue,pom-nes de terre, Dr/.
a Ah je suis tracquillr, massieuos. Hdraud p oclame lianocence de ton session dexam en qui lut prriid6e o ugnoiMs baoc elt ouge pAr liere Dvi n
sTr k. rebultat. Lonque la voix de client et dtmaide 4u'Al soit acquiti4. par le Soi -Insp(c'eur Carrd. Lpton's tea, lait ste lisa, conden- vie le
la consiecce aura parle cht? vous, Le president ,,e leve et pronoace Feacailes se.Nitld-s et Ag e band par boites,. dr qr
vous tertts aire les bruits du de- Les deb.t sont i.rrmes. Nous avons requ I*. fair pnrt d- hjvivFil par 1/4 flacon, bau -e de iab r'
hoset vousw vous Jir(2 *-Sur quoi, E le consetil se retire pour deiib.- ialii. 1 le'* te ol lie 7hhre-e Deariviires table Bruuo fromage gvuyele cL bon- G tiei
comment puis-je me det eniner ? rer. Lheurc es decisaive. Edaie exas- ave M Joseph/ CluientCrre no pA e gra!s -tna boine-. d e i livre procura
De .emoina, il n'y en a plus Les p re les nerfs ti e uAente devien MAilleura comnpliments. Mac Aron italien ( Spagh-ti Port-a"
pAeces. cu sont-elles ? On ne m'en a aoutoureuse. En vain parlk-t-on I Bonne nouvelle Regiina, Sp gh:ti4ni etc ) Vewmacelle
,ps montrtu ne sauls. Les visages sant cr.ipts ct orsque les Confrmnant notre prcd :b e infor- ( FiJellini a noutiles par ai et -
S Si, mulgre celo trOs vous lais- n.mbes do consoiln de guerce rer natorin nous aninouins qu. d'a- bo ds.
sioz alr A .are daot A la demand ret seance, lent.ent. 1'un A e re on env l de ( Pches, po.res, abricots sees our
de al. l commissaire du gouveore- q ba I'att e, regignant leurs places s vo ahfnitepr l onfiture. Pruries en bocal. cernses d.1. 3
Eneot. 1iwo prononcuszcontreBo- i-a, goisie de laudnoire cst aides- i e zinanr Aggersolm de ceto ao marasch ni. Peche, pores, ab- '-
io l, pease inrxMrable qu'il tous do- criptable. Lts juges son: dtbout, e place. cot e au ias ( ga es ) avtse le
meaest j pzroonocer, sorg z, unjk:,sur la te U ae lampe ab~n- Bombons a>sort, chC olat 1 la Me I y
instant, auxs eeorddoont vous sent C jour vert ee.-i e en dessous le visage 'cricne en baites iflsitries. cPera c
torturts be jour ou, apris la guerre, an Colonel Voyer, qui apparati done Ila M ralne amenrL f L while rure de toic de more
je pourrais vous apporter lacopiedu ampiessioananie Evadice. Cest lug c*an (b banche) Amer au soutte, Alerasj
4omptedelolo a la banque d'Anvers. au,, dans on sileonce grave, lit la cC ord a. Eno a Fruit Sal Pepto Fe.r Pafln
a On vousdemaae ac condamocer Motonce. leune poiu I an ais seol et sans Taicopbeiou,. Bumine ( An(ise.ti1
its Maltres... C'st eatendu I A uOe famille, dasrerait correspondre avec dental)
ndioitunrc'est que voua say.z la LE JUGEMENT unemarraine ameracaine doat i se- Vaselane Petroleoamlel'y.B.y Rum' Le S/S
peae de lear -ulpab .c O. 0 .i en,,q queatio.s .po e, e rait trEs hureux de'tre filleul jus- acide acetique. e Nrw-Yo,
ns a s is a ir e d;e -.l a.- concerns la culpabilie de oloo. e tri* quA Ia lotte finale. Str ia ae- Mellid's Food ( Exclleate nour- leudi 4 at
psabilit de Boo et. n'ayo n pas a binal da I uwneemiU,ardpondu.Oui sande de la marraine. enverrait future pour leas b.b.s ) Cream of mall et
piwave delacalpabtiat d / Bolo, vous A La queI,ta poee encegu con photog'apbie de poi'u. Ecrire Wheat. Cea s
acquit. at Bole, et is Frsace er: ere cer.e la .e pabitU4de Govalani letri Recommande i M MoMron Lou ..lse Caroe. Hierro y Vino ( Com( as av a
iaclneCa avec respect devaot a ver wunal.d 4 ual cimiua, rpoMd.: Out. train. 4 a Cie 0 are (Vacluse ) de vande, tcr et vwan ties tcom I avBtc-
dact iadpendaot d sept officers tan- Au.x Wroe. question. poe c. en ce Fiance. dable pou|r I, peaonneas dSi-l e tac
dals e it.concerneto culpabiiidde Iowdrs. MOIROl iqueurs AMesaS0 t Be Po*-
L".oquence de Me S tle a dan. tribwao d dl mur-' '.4 we' I Br, |sard at o oL tt n


1s ii w, U p 0* 3patom as- w n w ~ UD(U ~ ~ ~ .Cham pi 's. M erame com t.
dma I msm iesL Netare Premee I ibumi A leogget deValbrue et Pipet Hsgjdgjk

innbuii, do 6@tlD sadtED fol do u0.1. leConsoUl do Votlmo [vinitt, cepit~as emu* P harhnswc
JDO IWO Marc#GI EdaUd Mile 33OLO A is peft izo' oZ4; 12 112bwuviceuos ti-fis. &WerUsiHw4d
I& formae d.Wudace, me Mar- POIROMERE &ALtrot ams d Vo- e lile- ~fa~eCu *ja L.-

u B. eaed mon, 3.Vedlr IAig.
JIN b" GV" Isue.bw d
to lm ) m4s r s M -TW VONa.-- .W-I"I

UlI









Communique
Contrdle des products de premiere
nstcessitd.
II eat rappel aux 6piciers et aux
marchands de detail que la more
doit Otre payde :
Boucault or am. 75 CO
1/2 ( 3886
1/4 19.50
prix de vente maximum fix6 par
I'avant dernier Communiqu6 du Dud-
partement du Commerce.
Ceux-lk qui en ont vendu A un prix
plus dlev4 seront poursuivis confor-
m6ment a la loi.
En cas de refus de la part d'un
Opicier de vendre la more au prix
de G. 1.20 la livre, I'achefeur devra
requdrir imm*diatement legendarme
de service dana le quarticr qui pro
cedera A I'arrestation du dliinqnant
et le conduira Au bureau de la police.
Ceux-!& qui en achteront au mar-
chd pourron s adresser & MrCueb.4s,
superintendan de police du marcl,
pour le contiOle du poids
Pour le petii detail, les marchards
devront fair en soite que 12 mor-
ceaux de 104 pdaent I livre.
Port-:.u-Prince, le 27 Mars 1918.


F'aits Divers

REN SEIGNEMENTS
METEOBOLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLisGE
SAINT-MARTIAl
Mardi 26 Mars 1918


Barom6tre


Temperature

Mc
Ciet clair le ju
ment couvert ia ni
Baromietre en ha


702.1A
minimum 21.3


maximum 32 3
vc.nnp dinrne 1.0 5
ar et paiticuli&ce-
uit.
ausse.
1. SCHERER


'I y aura de l. Iiailt'1gue
Pure Lalt
Dcp;iis!e dernierarrivrg- le puboc
envihit les rmaisors de commerce
pour r6clamer de la man'egue IF y
a m6me des personnes qui en ache-
ent plus que de raison, comme sil
etait n&cessaire d'en metire en r6sei-


English Section En vue
j vapeur pour Santiago do
l de es premiers iours dA
MISS ANNE MORGAN RETURN's Morgan. Of course I am alw ys b liens, tant de ia povin
My HEART AND S UE ARE IN WoRk lighted to return to my home, but" Capiale dsirant a engages
M IN HEART FD ON BY THE AERI- my tho rights are over ihere.;I excgt_ treat avec une Centrale Co
CAEING FUND SHE SAYS. to meet other members ot he N w allter y travailler, peuventS
CAN FUND bliE AY. York city committee of the Ameri-tcrire a partir de ce jour
Miss Anne Morgan returned yester- can Fund for French Wounded, and du Wharf Sable, de 8 hres
day from France,whereshe had been then itns most probable I v'ill give a 5 hres du soi'.
guiding the work of relief made pos- out a statemea, regarding the work. Port-au Prince, 27 Mare
sdble~ byd f~reici


.sible by the American uu .o ta
French Wounded When asked for a Mi,s Morgin is a daughter of ihe
statement h said h- must coifer late I. P. Morgan and first took an
first with ih- committee at No 20 a tv, intee't iWn the Americn Fund
West Twenty third street fhr French Wjjuded in 1916 [I
Miss Morg4n ws one ot two hun- O tober of thit veer she rented ths
dr-d and twenydour p:sserge s.ar old Alcaz.rd E .bew enthcChmps
driving vestciday on board a F ench E ysees and avenue Gabriel, Paris,
steamsnhip at an Atlantic p rt- It wts and stabihedi an office and store-
noiicable to friends who gathered to roon there to- the organ'zitioi She
meet her thn .ihe hid been w )r- ithn made mot~r tours through
kng v y hird in France and h it Biitary and Southern Franc,, ins-
h s lost nmuh weight: Sh" ws ci- pec ing h-h. ho-p als wh re th woun
cited from ihe pier by Mr H-,b-rt ded are k pt andrep >r nmg dailyiheir
L. Siiteriee. her b o her-in-l4w needs T"ough active co oper.atoa
"Ait I can say just now is ,h t my and generouse respo :ie by the cht-
h art and soul a-e in Ihe wo'kbeing nab y inclined women ot Ame:ica
cared on by !hi American Fund th& wa k of relief w.s pushed with
for French Wounded, sud Miss v gor.
-- --


!Contref


I les pieds vous font aoS
soulagez l'inflammationile
- flement et cette sensation
tatite par application du LnI
Minard d'apr6s les4irections.
trouverez ce merveilleux linin
d'un velout6 admirable dans
les pharmacies et dans les
paux magasins. II soulage,ls
chft, ne tache pas. II est f'
efficacit6 absolue A cause de m
proprietes antiseptiquesetcura'-4
L'effet est presque imm&diat-n
de douleur aux extremit6s p
%' Ne consid&rez pas le nombre


I1 pensait aux jugements de I'His- ve pour pr6venir les elt.ts d'une ris vainseffortsquiontpr
loire. Mais les ugements de I'His pnui prohainc. Fnaimncn cefi t la Gendarmerie qui Voili-r Eusope capitaire Dmos assurez-vous quevous avez le
toire. Mais les jugements de l'His- p nurie proc ain_. id'uli et ^,henes vent de Jeimmid sur les. meant IMinard, car rien ne saura
loire sontreviss, regulib&ement, tous o ae Ies tamileks soient tns in- mnirep it les undrailics diu panre eit nes vennt de J ie sur les mentMinardcarriennesaur
les cinquante ans. quietude Une d6p. he que nous Jont les rts avaient rone cadare. Voilier Eusoat e A otane D oge s rempacer. Liniment M.
s Mais il n'en est pas de meme venons de lecevoir dous permet -les barbarcs nes venant aes A cacots tharge Minard's Lniment Mfg. i.
pour les v6tres Les v6tres sent ex6. d'annonccr que par le p:o hailn Llet se Sisacs cacao Framini Sh., A c.Itatslaii'
cutds-quelqueteiriblesqu'ilssoient r Panama nous previous un D -1uis iundi a c imunc Ila Se nan deJerenie cha-t i-nt i cas I MEne
-dans un court d lai, et si, pour stock inl de maniegue pure lardmaine s ,inte Dans tout. s la E-ran: derJredie cahs- g-ianet I cuisse
fonder ces jugements terrible, vous Amour qu'll y en aura pour lout :e glises dss offices et do.s l or a te I les h uiledoie l cas Ia ( 1 Se
n'avez pas aurre ,hoseque Its t6moi- mondeelt endant lot g'emps. sptci mtx ce,.')rent la P,ls.on du hiile d olive 19 Iball's cassav ei
gnages d'un Sddik et dun Pavens- PaItnv pli!.. Chi st rtont hs c, tus d cr tam nes ; coTo .c ,) s-c-s Uc to 4
dt. herreurs, terre o, t l, devolr de :e ,rei:-eer Ia sa, c 1 sa, mats s.ts cacao.
tedt, ,h !~ quelleserreurs, essurs, an bcr or'rs o beures,n cada li., me te .' e e loitier Divit e :capit i>e Lumna FrauCk J. l trtia
ne vous exposez-vous pas Et ne vre U ef,///iat /i/t a len r orrcaon ie jour de 'ie I. \Viv pens( z-vous pos qu'il est lIste, sui-^ a lurelu j' la G,'/naenru. Por obeira I, tra liin' e. g.eus-, harles colon
vant a belle et toe parole d ph- L enfnt c mort i l Boardlen ~h a- les bnr-'ax public, la lBinque e l Voilier Dieuu Cornm nmie c.pit ine
losophe Bergson, de ne pouvoir fon- aie Rani ,r qui atl a tire hls i n ,'- Commercec.omeron demrai, et vnn Zor'no v',tamlt ce G id G. );a e i (.h.r 4. .is l M
der ses j gements que sur le s ble ales qnd i pa ti du pt dunt drdi. inent et sac iS RE DU QAl- 4
nouvantdestmoignges humans .. 't evr le Cadavrc ci le transport c L Ma'in t) e p rFi ra pas. I sa cotonl sac CiaC. Port-au-Prince
SC'est autre chose qu it voushc ,s pre et m?,e, pus loin d Gros, A 1:* I;tiliq ie 1 Nolie oDile Achats de Gaf6 ( tri6 0o
faut pour fonder votre conviction, lornc. Evideminmcnt ce te /ut pas sans Ilier soir it y t', ,n :or, ftJule A la la qul
tt avec vous. d'ailleurs. je n'ai au- protestaton quiet lieu ct en.pvment Liailiqtue N)te Dl)at po -ir enten mlaiso it
cune crainte! Vous etes des homes et plans le cots du cioloque arrive un dre le seron d-e Monsedgneur le Dnld & CO Le Purgatif Idea
de trop haute consciencepour po-gendarme qui arrdta les parties et les Coadjuteur ; d iar por Angle de ues d Magasin 'est la
voir envoyer un ;utre homme au cndu/sit et ville homeIies serd pronouc. ce soire 6 Angle des rues du Magasin c'est la
poteau de Vincennes sur la d6clara- heutes et demie. Rap,)l ,ns quo lte de 'PEtatet Dantes Destouches Pil Dh
tion int6res6e et mensongore de sermons d jio, i et de ve idredi Vienrent d'arriver : ille d D Deha
I'Allemand Pavens'edtet du germ.in- seroot pour 19 pi b ic en g ne at. Homard, huttres, corned be t, 147, .u d Fauho.rg S,'nt-De#Ai
s6 Saddik dJitingue maitre, apies avoir renu laLes examiens i iVEcole de ilde ih te lunch tongue, s.rdine sauce tomate ,
Pour que vos consciences so;enL hommr-ge i M. Sdile, decrit la vie D ins la j,-arnde d hitr, l.s u t- A I haile,arguilles f]mtnes et gel-:s acile a prendre,.
en repos. vous n avtz. mtssieurs, .imple. paisible, mrndiocre. inigni- tudiants su nts ot donna pee ( Snokd and P;ck ed E Is ) sau- pNo n6cessitant aucan prpardtit,
qu'A counter la voix ictrieure qui in e mais honnete de Per. hire Fous ,athifacti'n ax e inuteurs o en bites j ele ne provoque jamais de dagoit
va vous parler. les tmoigngf ss sappl;qL .c; t a dire a'a eto Jeeine titn parliel Bicoa en j ire, ch-u:roate, coeur Supprimant la dite.
v Dans quelques minutes, ous sa bont e sa probitq, Potrhdre a i eae d'artichauts, champgnion;, asperges tlle ne d6bilite pas le malade.
quitteiez cetle salled'audience. Vocs -,it des fttires pour Bolo, avec Bo- ( 6preiive orale / Leon Ferrus, en branches et poinies d'asptrges en N'exIgeantpasdereposieLamf
r(tlechirez A ces lorgs .bats, puis5lo, mli, ii n'a j mais traht, e le ( epreuve pralique ) Mathartn, boites. vegetables soup ( po ir ie pe- elle ne cause sucune perte de temi.
vous allz rentrer en vous-memes d'tenseur ea trouve une p euve, une D&jean, Douge. Di ir, ,erriu. ut d)j -uner du matia ) o ives, ca- u tous ie a
et vous dlibbeiezz Vous vous de- preuvc humane, dans uue letre deJ Le Jury eatl cotose. e IM. pies, pi kles A It moutaide et au vi- el est, par couluent mmein c
inandeiez ce qui, pour vous, surnge Porcheie a Bolo quil lit au tribunal les docteur., 'irigord, Kernizan, naigre en flacons. 'e tpar uent. in
de ces dtbats, vous 6carternz :outts L s terms ne sout point c~ux dont: Lis ade, Civil. Mvioutarde Colma's en bites, mou- DOS B RGATIVE, 2A3 a pli .
les circonstances accessoires et ne- se seivirait un complice. avec son lper2eet3eexamens de Pharma- tarde pr6parre en j irre, sago, ftcule LAXATIVE, I pilule.
gligeables, et vous penstrez aux comrplice suitout lorsque, entire eux, jcle ; Stpin Marimi/lin. Jury: de pommes de terre ea bites, sauce .*'* --'- 1111
,eules choses qui puissent former il y ala trahison Ei, dans un beau n Dg, Dr Ceanae, Dsau C'mie oe. ie tonn"te graoi d tt pe-
,vote conviction et deteimrer votre mouvement d'e:oquence qai dressed Aicec les rosul'ats, prt fin cetle t D n v C 8 OmaEin racial,
olont. 1 orateur face au tribunal, Me Mtrcel sesn 'exame qui S non, Mrue,ponmnes de terre, Ddvant voyager A l'E ringer,
Ah je suis trarquillr, m(ssieuts. Heraud p oclame I innocence de son b o'gnois banac et louge par lire. le public et le commerce q
Sur Ik rebultat. Lorque la voix de client et dtmande lu'il soit acquite. par le So a-Insptc'eur Card. Lipton's tea, lait stelhs6, conden- durant mon absence, Madame Fle
la consie:ce aura parl6 cht7 vous,1 Le president se l1ve et pronounce Fiau ailles s6,N4.l-s et Aig e b-and par boites, i1y Fequiere et Monsieur Auguil
vous fertz taire les bruits du de- Les deb.ts son i:-rmes. Nous avonsa rcu I- fair p-rt d.-s 3.>vil par 1/4 ilacon, bu -re de Gabriet uront conjointement ni|
hor ,et vous vous direz .Sur quoi, E. le conseil se retire pour deiib- lat;': i le dile M ih- 7hdr -e lsrivires table Bruun tfromage gIuyee et bon- piocuration commercial.
comment puis-le me de emineer r. L'hcure est decisive. Eile exas- ave.- M Joseph c(lidnet C.rre ne pA e gra, s: un boite de i livre Port-au-Prince le 25 Mrs T$
De .6moins, il n'y en a plus Les lpre les nerfs et l'attente devienm Nl-illeurs coinpltnents. Macaro n italien ( Spaghetti, FLEURY FI:rQUA.
pces, cL sont-elles ? On ne m'en a auuiouieuse. En vain pirlc-t-on Bonne nouvelle Regain, Sp gh:ttini etc ) Veriimcelle __.-
pas montr6 une seule. a Les visages s3nt cripps et lorsque les Conrirmant nutre prpceden e infor- ( Fidellini ) noutlles par live et A
[ Si, m lgr cela, vous vous lais- mn-mbes du coneil de guelie ret ntion no'tse anino ns qui d b tes. Avis
.siez alter A taire dioit A la demand trent en .sance, lent:.meni, I'un caisses re I I,nngue pure lard, cthes, pores, abrcots sees pour Pendant son ab.rence de coa
de M. le commissaire du gouverne- ep l'1att e, egagnant leurs places Vnarque W\Vso a et fai la ma- coniture. Prunes en bocal, ceases laree, MeSuirad" Vllard,notai
anent, si vous prononcit z centre Bo- 'a, goisse de i'audioire est indes- [, ree za:n Aggerholm de cet e au marasch n. che, ore abc:- ave public que on
o la peine irliparabie qu'il %ous d&- criptible. LUs juges soont dbout, e place. cot;au pas ( g a tes ) -Me ry osthnre Rosemond, '
anauje de pioooacer, sorg z, un! k ,u 5ur la 16te Uie lampe a abAt- 13Bombons a b otrt cholat A !a cupera rdesaire e son Ets
instant, aux iemordsdont vous seritz jour vert &cl, ie en dessous le visage cre.ne en bte allure d es. oie de morue
tortures le jour ou, aprks Ja guerre, au Colonel Voyer,qui apparai d-uLe .l *rai- t IRt t- L n-ile rure de toie de more
je pourrais vous apporter lacopiedu inipitssioanaie lvidile. C est lu i (* blanche ) Amer au soutie, Aletris
oromptedeBolo A la banque d'Anvers. qu, dans un silence grave, lit la Cordia. ELo s Fruit Sail, Pepio Fer, Panata liail'O
s On vousdemandede condamner sentence. Jeune poilu t angis seul et sans Ticophelout, Baiine ( Antiseptic L i
Its tintres. C'est entendu A une famille, ciesirerait correspondre avec dental ) SS L
coniitwrn : esst que vous ayIz la LE JUGEMENT une marraine amer:caine don't il se- Vaseline PetroleumTel'y,l.y Rum Le S/S COLON, en route
preuve de leur -.ulpabilitt. O. in ti o rait tres h-ureux d'etie filleul jus- acide ac6tique. New-York, est atiendu A Saint n1.
vous ni'vez pas la preuve de la cul- c tcp SetioJ os en c qu A la lutte finale. Sar la ae- Mcllid's Food ( Exclleate nour- Teudi .,, avril prochain prenanitfi
pabilit de Boo et. n'ayant pas ia l it,apon:Oi ande de la marraine, enverrait riture pour les b.b.s ) Cream of malle et passages.
preuve delaculpablit* dte Bolo, vous A la question posee en ce qu:i con. photog'aphie de poi'u. Ecrire Wheat. I Ceux qui dirent partir par
acquiteitz Bolo, et la France ert:&re cerne la :tlpabilditde G',,allhti letri- Recommand6 A M Moiron Lous,Sie Carne, Hierro y Vino ( Compose navie sont pries de s'liscrie
sinclinera avec respect devat gle ver bunal, d uIaititiu,it,a r pondu: Oui. train, 41 Cie O arge ( Vaucluse ) de viande, tcr et vin t1i6 iecomman- l'avance.
ditindependant de sept otficiers tran- Au.c trois questions pos es, en ce Fiance. dable pour les petsonnes debiles. Port-au-Prin:e 22 Mars 1918.
cais I! uiconcernela culpabilitdde Porchere, MOIRON Liqueurs Alexis Benoit et Marie E.I. LIND, Agent Gi
L'e.oquence de Me Sille a dan Ye tribunal d la ma.joritd de 4 voix Brizard et Rcger.
l'auditone, un piotond letenutsse- centre 3, a re, pondu o.Non.. Champagne Mercier, Comte de
meant. L'audience e st suspendue p A- u.e quesl insubsidiairecon6ernant Moo enentdValbrun et Piper Heidsieck D m .ou
dant xs minutes. Les ..ommentairesl c e tetibunal, da o, it de du cabotge Prix d flint toute concurrence. De a dez to o
sont passionnes et, dL.rs ratmosph oiore une, a r dARRIVAGES DU 26 MARSI98
re surchauflde, une motion grandit Enfoi de quoi, le Conseil de Voiller Divinit6, capitaine Eetnne Pharn acie Caa
Plaidoirie guerre condamne a l-anani venant de Arcbliaie chargement a
JDe Me Marcel H6raud iniLe BOLOA la peine dernort; 12"112 bar uues t fi. Alberti t Ew ,ht4
A la r.pnrie d':udience, Me Mar- PORC-iERE. ~ trots anrs de ter '.ige, n Martial A. PETRUS.pine Cpar
cel Htraud prrsente au tribunal la prison; Cavalliiparcontu verbanes mie i Fonde e Martial (Place ValliereSs s& vnte parto
defense dePorch6ie, B un, ha, polf- s- te .". Vollier I Aigle, capitaine 1Culpa Sp6cialites franOatses at f i nte parl
au, vibrant. le ruban de la cioix de Les accuses ont vingt-quatre heu- venant des Abricots chargement 150 ambnricaines En gros chez: -
rnet barrant sa oge, ie june et res pour se pourvoir en revision. ,sa cacao, S 8iavicr as ... PRETZMAthNN-AGG .
~S 11p el -C* W 6 -* &r .- -&. -- *


LE MaTIN


emu-N__