<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03086
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 20, 1918
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03086

Full Text


Af6 to e k9evew iblj


sm ~ now - mmu


IrTS..


r"3? AU 93INCK


II


v-wN -.-I Um. 0 %S


*uVrmlru5LIr
gd&T3ARB53


a Lrn


FOR?.AU-PRJNck ohm I


W)


Quotidien


if amasm "at r op.:

4AW~, am .LZL. may== aS Go $938

wn-fts us"O" bp i pm .s we#

LM mmnowase mibna w ui
A bWWMs ft O mffWUe W~blkS i&-Ma.


LES SCAND&ALES EN FRANCE


jLes chlarpe conre I. Calia11.

Paris, 16 janvier 1918 contestable aujourd'hui qu'l ne s'a-
gi pas de 00oo ooo trncs. m ii d une
AFFAIRE I L'XBOURG Oi precise orwnme quailr fo:% wfierieure, soit Jdeux
aae les tracitons menses par Mon- insulons !
er Caillaux en Rpub'ique Ar- Encore une fois, nous attendrons
Line avec l'offi e allemand des pour tirer les conclusions que corn
flaires 6trangtres A Berlin par porte une contradiction aussi grave,
teinerm6diaire de Luxbourg, ten- de nous trouver en face d-un docu-
laient bien i la paixfranco-alleman- ment offiziel. Mais si, comme or.
de, don't M. Caillaux avait d'ailleurs, I'annonce, :e document official esi
prl ouvertement A ses amis avan: public d ici quarante-huit heures,
on depart de France. conioit-on importance vraiment
Le secret en fut connu parce que accablante qu'il represent Quelle
Luzbourg transmit ses 1tlgramme- etI la source des i.0oo.ooo trancs de
par I intermtdiatre de Beriutorf ditlerence entire les deux sommes ?
embassadeur A Washington, et qu t l)ou provient-elle ? Pourquoi le
prenaient la voice de Suede pour menage Caillaux avait-il interest 4
Berlin. Comme le chiffre de B:rns- mentor la dessus ?
olt trait connu par ilAm brique. on M. Cillaux plaidAitS au proc S
tles demarches Caillaux-Luxbourg CalmeiLe qu'il avail 1.200000 tfranc
comme devait etie 6vent6e plus ard Ie tortune en tou. et pour tout. On
afflare Bolo. n'avait jamais entendu diar que sa
Un des tel6grammes de Luxbourg temm-po.sedi.'unefoituae au moiAsI
priait l'Allemagne de fire le silence eg le. ncore une tos,, la conLradiz-
ur Caillaux et de se dtiper.ser en tion entire les diac, du manage
tout case le couvrird*'loges coninme aillaux et la vertle, ouvre le champ
Ia press allemande en avait 1'h bi- A des hypothesCs Eingulieremeent
tude On assure que M. Conger, troublantes.
cor.espondant de l'Asocsated Press a
Berlin, a racontA i plusicurs de ses
:pontires de Paris et de Londres, au REMAR<1UES.- Contrairement aux
moment de la rupture des relations bruits qui courent, nous croyons
germano-am6ricaines. qu'il avait 6te quil est inexact qu'on ait song,
temoin de la die consigne, trans- tout au moins pour le moment, A
mise aux journaux allemands au larrcstation d'une personnel de
sujet de M. Caillaux au printemps 'entourage immediate de Caillaux.
de< 1911.
. 0


LA


NATIONAL


Soci~t6


Anonyme


Offr#' Chlu,.u(' flois (il iblie Dprix de l deIuJee.at
qeuisaite U mrtle~s 1 4?50 1 it)(Lisi reparoti :


Premier pIrix


tlpem ""


Ccll-


100 Gourdes


-0


50 Goi'rdes


Des cares de toltte4 les nations seront mises Ilans
chulaqne paquet de rigareflIs.- Ie pr'ix sera ntarqu6 en
traitffrs (i tchatLtt," earte et si .at' : L. MOSQUEIl 4

Toule petrsoinew trottltviat unte d' ces cares contre-
siginee n'aura q't't se presenter it La Nationale pour ent
touttcher le montant.
La National,

L. MOSUI 'IR l, President

I a Nationale offre une boite de Cigarettes pour ch a-
que dix boites vides present#es ia 1t Fabrique.
10aF nmi I u ,h A v 1 I 1 1 : -,


AFPAIRF D'J COI-FRE FORT DE FLO- Tant qu'on ne sera pas en pr&- x*- I'tIne ou JUr( r ( t o Uot.ts.
RENCE Le plan de reorganisation sence des documents ofticiels. il
de la France pr6part par M Caillaux fautsegarderJe racontars fjntaisistes.
daignait lui garder, A ce qu'on dit, Oia parld dans la pressed lettres
a la forme rpublicaine s. Si cela est de M Caillaux A Buow ; [1histoire Le In mouvein t | Iu lieu s'appliquaient a des bois It- contracts sur cette denare sont
exact. come 'assure le I Gioinale est controuvee. e vrables siur place. S ivatt la lar- locallhses entre u trda petit nombre
dItalia, on ne peut pas parler de Oa palte auisi de la d6couverte, CO tttui 'rcill gur" etla ljngueur, it y aurait pre d opdrateurs.
e document come dun plin g de dans le cotlre-tort de Florence, du neurs d : 25 a iSj ceits.Iides halieusr La. commerce d Importation
Coup a'Etat a ; c'est un simple pa- a c.h ITre qui servait au ministire le pied c e!t I ocaijuon Ie rappeler source particulitrement de eI'tat do
pier politque qu tera plutl6t sounrre de i'uteritur Rien ne permit de Le anarchliniii cier dana I ensem- aux coueuri ue ii a:jo ue e chosetes existant, et beaucoup de
On sait que, dans ce plan, cest M. croere, uqu a.nouvel ordrce, A exic- bea t b eatcal e e Utelate epgeld qP a sp'oAudx i la tils ; I' e dntee etpr. o none ve



ur ouverneur militaire deParis. setant abtenu : c'est M. Thomson, est plus nouburtease. que ctlqIues a tellsiou des coalrs. penent que tout le m3nde en puiase
U cenrat nombre d'autres noms nous '.avons dut hier, qua avait con- par suite dep bebatoi de goudes Le nrcue du M ius a nontre vivre. Souhaitons, en tous cas, que
figurent dans cette pIe ; les inet fiu A M. Caillaux sa mission en Ar- pu le co its n tuenu t as, e graelo ainatio' Les couri I'-hypotL, se se rdaltiae.
reads nont pas tous etI consuIlts gentian ; celle ci a ans pour but de BeauN:oup dl e persones pr6voient bot" o uaiales d t a JJ ne eon I sP amfa qUae l correspond toujours p
par M. Caillaux, qui les englobe s assurer des posasbsittesde ravtaille- bass, e de lor aa d.ssous d o t1 d ou)su. an. saa n Manque d'a:ende Dand e lo eo
dans la mu me snquelle. Certarines, ment que la France trouverait ne pour ten, le umn.uerce d1 lu-i t. La qeata eIn diec, lr s e t dm notre tuatrcia6, cI manque dar-
ersonnes se irouveront sans doute Argentine tt au Btesil a. Les ser- pourtatrou etaut depoarvu de gour prouja d- i' 7 c i OaUt AiS a o nute pas gint rend leo ventes de chajues
eD surprises de se voir en si man- vices iteressas issurent que les d:ux dea. OUu srinate d amileura d.puia dcvotn J &n ti niutr. ia n.tivLesitseo pcesql'oe Inpossaibles. Sei eTfeta oaot
rise compagnie. rapports sediges a son retour par M quetquet Bs seaulea uste grande ra oliiitteii0t di A iuM sateniLa p q ito fis td nei sur leA op6ratUonas d
CaMilaux etaient remarquablcmentade" u: I*kot d eur pinCe c6o tiui a i atielt y oat is'U, Jiluta e it dollars, change (or a'n6ricain centre gour-
documentes. II es< tAleux queceraaums egards, pen en effet dtre eot tt trds quart. d~ s et sir colles de Caf6. Cotte
thomme polit&que, A qui persounepowrpretA torn inn signe pr c r L t'ttl.l-Mdi a fait son appari- derniere Jcnr6a eat da plus en plus
Est-il vrai qu'il existe aussi dans ne contest sa vie ntel.igente, nsait -. Le Gate, taste d'acheteurs est ti our le a.irch. couid ar3tlea dlaisgaro, aet cest e psin a sin oldu
le cotfre on document, de la main pas voulu border A ss mission ot- la pe-tre d uan aouvetau r ,uIo t.'ar- u t 1)aut tin lya j a rC eles pitalistes soiotareas o e
Intme de M Caillaux, project dip!o- ~:etcle les dmatrches qu'rl fit en ucle eat plutOt delaasse. oa Yea 4 laes. Lea derniera steamers oat ap.
matique tendant A detacher I lahec Amernque. i Leao iavsOs dL Coton aug- Loa PLois roursea aJt 6.ale port qudq.esa lo's defarnoeetd art.
t la France de l'Angletere ? Voii LE COFFE FORT DE FLORENCE Le menteut de jour en jour et le prax ae en deude. rictle. ie aalairons. Mat s pau de
ai lerait beaucoup plus srsenux. Gornoal ditalia crout savor que sout eu wLetuS. u pale Iei te -- u cote des Provisiona impor- motA die.- Gepeadant ai e rnoeie
d*aprns lea documents trouvs dans d uue uouvelle hauass a New York. t6es i uy a neon Je Dto ie pial a que I accord intervene poar la ri.
iI,, le cot-re, M. CaiUaua se proposait de t- LVs peaue de Cabnita so0 al uoter. La r pariton du lod1 Farine no a td 6altemant coanc pour la
fire anrite MM.rPoincar etBriaad, -bo.ne demandd, "a if ya achets r6ceiment arrive weat taite entire mint6gue et le slaisons.
Mais venons A un fait ui corn-'et tous lea horn mes d*Etat tsaorais .s s uties e n prnaepau Aeport eura com-
ce ntrr i .dan ?e domai- qu soot succ.dA go rne t gAo gcampuctflase omater Qutr &215 ut a undae quudiens lon& neatounde. L- sousigri6 a Phoanusarde porter
-.as sertitudes. Cest la somme au course de ces dernsiees aunses. caou, it arm sU dJorle i.eua d'assez u Id u.& .es la coaa c des intess qua
dgt tUoL.ve dans le coffie-tort. i Deus legatentos, recruate en oor.se. uouu, atflAesr e oeiL qu ua auo u. e !*.i saut'dOWs, ai lar e.]hU &a .- m y:tette>.ie a g' s.
as toute kits interviews qu'elle aulaient aee apP-e*s a Parts et au- e4u qu1"v ainer cA m- rque a ala *., d jait est ag i. .
alne depuis vngt quatre heures i ratent ete places sous Ies ordraes 4- -- ---- a urcere uaLo u Ai as v e depsdpuiA P.rt-a-Pa a tt- gagsn' pr
ptrebe, d .ns ctlle que nous avons'de deus generaux amas de Caiat s eauaei tp. A teIoasteur E.ne P.ters avTc 4t
S'tue bier notamrient Madamel Urne oaTvele los aurait coOfetsa u r r*readuam populaire u prop. vaua s ensemble, aff alTsires ontpolits 11 sasit cette ocasion"d: Uir
slSUs part de canq cents et quel- Ce dernie lcs pouavoir absoli et la sauwr entani a la sig:ur ^ emu vaiaea uu, porlt mwie dire, ses m -illeu:s gmerdmean* A tea,.
mille trance. la CIsambre et is seuat aulajalt COA pail. out rat coinple. .ueut Jetaut. Lau CUa 1u| lui oat donoa isao con-
Sft amisA de M. CailL ou nt D a. dLamous. UA pA a pet paitout que cc ch e A d*a Jr m P o a r Port-au Prit0ce le 1iS-avieg asiA[W
M. ani,. O,, iio, a lR .aa- Lw!.A, 4 ~ ara. .ns. .. WAW 4 .... .ie ,d.A. B.S*S A &Z A. -


&D0on


MGM:


I I


Sr- P, = --o


3Lll~~j LJ~lli~


w


Totalc






LBa MATILN


likI Illipl lIlf l lif f ilG1 1tilllliHII l'Paita Dir ers


PAR SANS FIL

LA SITUATION SE COMPLIQU
EN RUSSIE
Stockolm. Selon un mesiag
tardif parvenu du bout de la fro
tire auiourd huA, le Tiphus a fat
son apparition i Pitrograd -
Line situaLton compliquge domin
dans la capital Busse depui
quelques jours, mineutes, pillage
et fusillades dans les rues sont fri;
quents. La nourt iture est trs rar
et cette raretd est la cause de ii
,maladie. La possibility d'un
o//ensive allemande contre PdNro
igrad a tres peu intdressg les /ac
tons et lulle, mats ce qui a pro
duit un intd 6t considedrib'e. c'e.
la runmeur relative 4 une ligue qui
les allemands doovent fire ave
la vieille Aristociatie contre It
gouvernemnent Bolchecit I.,.
PETROGRAD EN PLEINI:.
ANARCHIE
La llaye. -- If aprs une nou-
relle res 'ue auioura'hui de la roun-
li, re, les UI.raniens onut Ifal ppelf
flux [orres allemandes pour les
ai'ler cGntre les Bolchevti'ky.
Salon les lermes d'un accord
A Pstro liont/rois, seules les Irou-
ips all manndes peurtent lire tin-
iply'ees d sister les I'kranincs,
et II lutte dri a se liuiter entrei
la fionliore tc la ,Jrahwle ilussie
a / I'/.ki 'ic. I)Dap, s rapports
PfIrfentus Ui1 auljoul d'(lm d, e lules
:,i'rrs e- tre led's forces ,in'rtee r'/.,y
et artt-tiolchetidcl.y sous le ordties
du *it;ntiral -41r ts. prtcdemmenin
comnmandato en 'cht// ,le l'artn'e
llusse sous i'antzen gJine, I'e-
it o./iful e's apparemntenl et pleine
vIPurchie.
II' REICIISI AG 1 1 iF PARIT--
MEN I AL 1RICH11:NS SE RiUL-
NISSENT POUR EXAMINERK LA
SITUATION
A ,TFRDAM.- 20o fivier 1918.
Le Reichstag allemand ct le
Pailement autuichien se reunissent
aujourdhui respectivement it Berlin
et i Vienne pour discuter le projei
de loi d'union des puissances Len-
trales.
L' des points principaux qui ti-
gurent A l'ordre du Reichtag est la
premiere lecture du traite de paix de
1 kraine
Un pense que .'on Kuehlmann
ministie des attajies Etrangcres, sai.
sira ceitte occasion pour txpliquei
pourquoi les pourparlers de paix .
Brest-Litoowk ont tie tomFus ei
Fourquot il est predtrable pour lets
puissances centrales de tairte la paix
avec l'Ukraiae.
SUICIDE, RAID, CANONNADE
LONI)Rt'.- Les nouvelles rc-,ues
de Petrograd annoncent que 1-ata
man des Cosaques' Kalidine, un des
chels de la revolution centre les
Bolchevicky, s'est suicide.
Le commuuique ofliciel annonct
que I dernier raid asren des alle-
mand,; te troitme en trois nuts
consecutive, a about i un eche,
c'-mplei. II n y a cu ni viacimes, ni
de ats materials.
PARIS- Violents duels d'artil erie
pendant la nuit derriere sur le tront
de l'Aisne et dans la region de
Verdun.
La canonnade a 6t1 pazticuliere-
tnent s6ere autour de la foldt dt
St.Gobain et dans le secteur de Be-
sonveau.
LES ALLEMANDS .PRENNENT
L'OFFENSIVE SUR LE
FRONT RUSSE
COPBMMAGUEL- D'aprts les nou-
welle requesde source allemande.
les anees austiro-allemandes sons
les ordres du Prince Leopold de Ba-
v~&re oat repria l'ctlesive aujour-
a'bui centre la Rutsir. en attaquant
lea lugnes de Dwinsk
SBBULi- -Le communique official
1 Gud Quartier General announce
quo ildi denier l'arme& allemande
a force ie ptssage dae ta Duna ei
a'est emparee de a oreresse de
Dwtosk Les russe fisent une testa-


tiv., rmeU e YSiD, do sauterlec pon
ear I leudve pour eurayer l'avance


Parfois lorsque un orcheatre jou
SLA-bas ,. je tevois dans rood espr
les nugrea do noire grande.ville a
moment de leur depart pour le
pe cantonnementsa Quand lea blanco
n partaient. c'0 eit lout i fait impoisan
i Nous tions tous protondemten, ena
et essayions instinclivement de hI u
r faire honneur Lorsque le tour de
e n6gres arrive.ce Wncat point que nou
s ayons 616 cruel. mais cela, na urel
, element. nous ne le savions pas ou I
Supposions. Peutd.re, 6tions-nou
encore quelque pen troubles, apr6
e avoir expddi6 les n6 res. Tou:efol
a le jour lix6 pour le depart des noir
e 6tai froid et p'eureur, bien avan
, que les personnel pauvres se ren
- dent dans leas mines.
SNil ne inemblai y pirter besucou|
Sdataeno ion, excetp, que quelqJes
4 families negres, greloL ant a mnoiii
e et ent6cremaent crouLtes, s'taien
C Oparpillhes dans les ruef conduinan
e I la sta ion de chemin de er 11I
availt un home qui. de la fin6 re
de sou bureau, voyait quelqueb-udm
d'entre eux Subiitemen al alia at
t114phone et arr6ta que le plus grand
et le mneilleur orches re se rendraii
au lieu de reunion des hommne de
couleur pour lea conduire & la sta-
dion Avtz-vousjamais vudes soda
negres mtarchant avtc mnusique'? .Ges
homes n etaient pas encore eni
uifiorwe, inais ils se seniarellt sol
data quanid la musique ioua-La- bas.
La pluie redouble mais nous I'ou-
blianes (quand ces h )inmes sdbtaan
leet-nt. Leura solides personnel, not,
eicoie exercees au pas miilnaire
avaietit uine cadence naturelle qui
oulena uine cernaine beauty a leul
mnaiche. Je doute qu ild aient essayt
de pt nase a autre chose. Its parlts-
staiett tiers de leut nouveau meieai
qju ils savaient plein de risques nuor
els. sinpleineit et joyousetiei-,,
comine leas entlIAts e it Crouidde.
Quelqu un etait si conten' dd let
voir potseder un oichlestre! A le tx
cution de o LA-bass des blancs et
dea bdlaches vitmrett en foulo aui
lea tiottoirs es acclamcren etl beau
coup d'entre eux seisuy6rent let
yeux. Les;negrebus dans leura belleb
ptruevt- e. potta t dans 1eur bras ui:
p tsL net il 4 sb ilLhetileiit hlaunIlt'
lais-tereit leur ltef r nie betguieu
De patits titgies ite prunetles rou-
lant d extase et d'envie, regardieamu
leuts p tres et leura freres ainsis
tianasloriits en htiroa pour la guerre.
Cesm uet chose as agr6able luraque
lisolemtnent et peut-e mt une tragedie
inuette peut etre conveitie enl unt
peale gloire par une muaique. (;ut
beia une chose s mniervellleusd pout
I un de Cta nouvea.ilx oldait noirb
quand I otchestre est seulement uni
souvenir et son corps discipline et
pi patr6frappe aussi ctuellement que
le seront ses otliciers, si la Gruix
Houge e-,t la pour panser sea bless
sos avec hab)lete e. changer la ira-
g6die en LuAlque chose de bon en-
core. Quand je %s os negres sen
aller, je les regardai avec une t!oite
de uoul)I vision. Pour le coup. jt
voyais une parie des blanca du
jour condulis dans une staoinO ult
peu en deliors de Patsi et parmi let,
biancars quelques unscontenant dets
hoinmues noirs de IAftique. l.s ie
faitaient entendre aucuu cri de dou
Itur, mais leuts yeux, leurs tenites
et splendides yeux se relevereni dainb
un tel appel. comme des entlan
lrapp6a ou des aninaux leduiis au
aileiice, que je ne peux janlais lue.
uubhlier. La Croix Rouge 6 ail, l.6lol'
ljedecins et iltitimie es et abbitalnce
LIhnrurgcale, ambulance et hiopiul
pour le people ont monitre leui
Lendre emotion. Quand lea lhommea
nous furent transportes des iramnb
ftancais sur des brancards, la
etaient au milieu de beaucoup d'au-
ires. It y avani des arabem, dea ol.i
ciera fra.'as de haut grade' deb
paysanf, des liummes et des jeunew
gensa qui avani que la guerre eut fai
deux des sold -- etaient des geuu
aimanit le fuye. bes ce momtn de.
no re. blanc et noi de ttmps en
tempa Stront parani eux Je ne pou-
vais pas 5n emp cler de rappeler la
majeate de certe ranqualleprocession
des blesses, quand je vis uos n6gres
parur sous la plue. Et loraque leas
instruments de cuavre e, les tam-
bours lalic6reit avec fracas aLa-baai
il resonne a mes oreilles comme ai
tous lea orchestra de I Univers exe-
cuisient ensemble une march des
plus majeatueuses dedie au courage
des enfanta de 0 eu
On demand
A acheler une dazaine de car
reaux de aerre arroabe A la plaine


dueGul de Sac.
S'adreoaer aux Wagons TrustL
rue d Quasi


RENSE GNEMENTr
e METEOROLOGlQUE'-
e OB taVATO l-A
w DU
S M SAINT-MARTIAt
t. Maidi 19 Fevrior 1918


Barow6tre


76;5.0
'Etolimum 20 9


1- Tempe Sature
e a
s mail aum'3'2
s nyo.an.' vaiiiren 124
Ciel clair jusqu A 5 heures e
s covert ensuile.
t Pluie A partir de 6h n, mar
quant au pluviometre 11.3 m. m.
p Baromtir, hau, et const ant
G 1. SCHIRER
t La .qrsdiei alinmenlaire
Nous crycioas utile de ,appeler a
t 'oas ceu r qui ref usentl de renadre cont
Y forinamedna au.. taxes #tablies pour le
e objels de contson,,nalion les prescrip1
l tins de la IoI du a Octobre l.'t8V
i additionuelle at Gode p6nal.
S .Article premier.-T'ous ceux qui
tndividuellement ou par condition
refuseraient de vendre ou n! dE:ide.
aicent de vendre quA' un cer an prisx
Ct contrcirement aux taxes etablies,
en vertu de la loi, les vivres alimen-
taires le pain. les bis.utts la viand,
trit-he ou salee, le pcosson et autres
objets de consommatio i assujctlus
A la axe, seront punis d'un empri
Sonntment a'an mois au moans ei
de six mois au plus, et d'une amended
le canquintie A trois cents gourdes.
Les .oupdbles pourroL.t ae plu-.
.arc mis, pir le jugemnent. sous i.
wuiveiliance de la police pour un
temps gail A celut de leur empri-
soine Tient.
Spectacles
GiN.I.A I'.AlA.IANA -A la soiree
de deonain, it sera ofIrrt :e Dans Ies
iL nais dts baindi st beau drained po
lacier de grond intelet.
CIN:: VArTi:rKi. A la repr6senta
tion de ce toir il seia reJoone It. (e
episode de .klavengars intitulI : le
collier du Hadjah.
En outre on aura le plaisir de
voir un dratne policies trts interest
sent: .Les llquinsi de Paris*, ui
health journal, etc.
Aaleise Joseph dil I'lit Neair est
apprvfhese pir la Gra4armerie
Av.aul hier apies midi. sur la re-
quisition du Delegue lolibois Fits,
la Gendarmerie a proced6 A larres
nation d'un nomme Antoine Joseph
dit Petit Noir, demeurant au bis de
la rue D)-ntcs Destouches, ci-devant
rue Pavee, qui retusait de vendre pat
livre, 1/2 livre et 1/4 de livre, _6
terbtancs de ia lives de pure laid,
sotn 16o livres et i tetblatn.:s de cot-
tolene soil noo 1. qu'il a en stock
chtz lui. II a ete rclaxt hier apres
avoir donn6 l'assurance formelle
qu'il vendrait au prix tie. 11 a dC-
clai6 que ne sachint lire et ne sor-
tant pas, it ne savait pas que le
gouvernemernt avait ptii des measures
pour fixer le prax de cer atas pro-
Juits. Pour cc, il n'a pis ete con-
Jdmne A la prison tt a I'amende
La mason de Pelion DlIbeau
pe quisisio.n&epar leJuUede-'aix
H-i mintn, -et: juge dc paix, Char-
les, sur la requisition du _4fp.rtre-
mtnt du Commerce represgste par
Non de.egue, a peiquisitioine th.z
Mr Petion Delbeau- It a eie trouve,
cacbhs A l'etage 44 lei blancs de io 1.
de mantegue pure lard. Dx ter-
biancs ont eie tivres A Mr D.ibeau
pour son commerce de detail et le
reste a ete repatti A une quatie vang-
taine de families.
Cont- 61e des Douanes
Le steamer *Panamas, ae isa [anaa
ma [til Road Company, apr6s avoir


_ __ 1


WASHIlNGTON.- Angust lPlilioP Icen'ral empires are schedr
SInt nrw Netherlard minisa r to I li convene today at Berlin and
SUnited States, this afternoon p-e resnectivoly one of tli 3 Or
sented hi, credentials to IPre-i hrin inl i eich:tagia program
\Vlstan. Mr I'hilips,. who is a la tirst re ding of the Ukrainias
wyer, succeeds Chevalie r W. L rea y In thi, connection DM
F. C. Viii lapperd, who is about to Kuehlmann, he foreign mil,i
return to thA N,-herland.s to till ain expected to mIki an adres
important oftic-3 wi li i:s home Go ,iai why the peace treaty t-
vernment. utitov-k broke up and why i
Ttti present wirn spoll wIl ov r t Ivantjeous to the Central
spread I Atlantic GC districts to to m ke peace with Ukraini.
ni.4ht con itiuiing Wed esdaiy. Al
though ihee w II bi a change o --
much colder weather b *ginll-g in F ,M TAH COLURRIER DU Soi
the Ohio valley W\-diics.lay 1110 iii!i JANUARY .I 1910
and in the Atlantic coa-t dis rnc !
north ot the Carolinas Thursday, iiIt r'COLMOI ,
morning a-d south of Virgin lO COLMO
Thlir.day night or Friday. the waa-, Right Revd. Bsahop C'lirn
hliar bureau announced tod\y in Porto ltico, Bti hop in Clia1I
special bulletin 'the Orthodox Apostolic Chiu
STOcUIOM Gernny s olffdn- ti:i.i arrived yea erday by w
sive gains IRuisialen the trout bet San'o-Domningo. j
Wdeen the Betic Sea a id thi-) sou The Bishtp has travelled on
then fio tier of Volhynts cones at ba k to sLac Azuei*, and then]
a time when Hussia's international automnobi e.
conditions are most desperate from light lievd Bishop Colinore
civil war. Advices received here to- llyvd. Lloyd, the Bishop a
day state tiuat fightlig is raging airy, hope that with an eaineH
b-tween Bolch.-v'ki aijd anti Bolche- ret'tioi and the moral and foId
viki forces all tile way frot Moas relp of lie Protestant Epieo
cow to the Black Sea the tide ol I church of United States, and
bitle has s bwaig tfo: aside to sid i citily wi'li tlh continued coad
with tti- rid guard victorious at so- tion of 1wg veterans de la Mil
ine points and tli e.ossack,, Tar Riods Mid Pierre E. Jones, Cba
Leit LUk'tmiianus Co-sicke daid tj)u- t3enedict, A Bilatiste and the a
iania is victoiious at o.tiers iou ,gtic action of the young HiS
.uiania now occupies a peculiar po missionaries, the 0 Ih )dox A
sitiOIl. Thr Iit ),itinni4s and Uk ai tac l ii rch of Haiti will conD
ni .s trel tightuig thie Bolsueviki i i.i a large measure to the t
d- by side (Galuai aid Austro ning of tiaiti and making of
iluigauiamns at aklsor lihtir.g of th.- jariaon and a people of God
tiiga Ing side of he Ukraiiia. but a Th isthdlaealofthellaitanC
siate 'A wi s a ial exist u,-tween ktoJ brinA', an Am-rican citizen,
ua'ina Lin 1 C utral Pow :rs. conscious of the high obligatil
CorE.Nii.%.t;c. G -ruai troops serius respourabdiaIy ih a
under l'rince Liopold are atta t king government and people have
.hi d'teniave or t I sia of Udvtinsk red tow rds the rebuildinmg
according to intrwiuation received ter Lh j fashion they have fo
today tio u a Gtrmai source. tilensilves, is AXbou to take
BLmHLiN.- -Line German army that and adequate measure to that

Commanttique W. A. Wissm
R;E DU QUVl- 45
La mason Reinbald & L.l Je Port-au-Prina c
cetie place a r(a4 avant-hier de Achats de C&af ( tri6 o I
Dame-.Mlare cinq caisses de mante- quel
gue de tAmille qui out .e reparties,I
au pmix de 3[ dollars la caisse plus Mme Ch H. Me Namara
un dollar pour les frdts et trais de couturi res Modistes "
transport, aux personnes don't les Annoncent & leurs clients tla
noms suivent par les sons du DWle- Port-au-P 'irice,principalementl
gue du Departement du Lommerce, de St-Ma'c, qu'elles se tie
Me lotabofs tils : leur disposition com.Le par le
1 Mme Pierre ( de I'Arcahtie ) pour ous genres do coutures,
ci aisse jours A des prix moder6s.
.2 1e1 ph Grand Rue, entire lea rues
2 Lile Physm 1 2 sernesa et du Champ de Mars, q
3 Ehlie Acktmes 1/2 # au-P'rince. 1


4 Elmmanuel lie 1/2
5 EmmBauduy 1/2
6 lustin lhoinA i,1/
7 joseph L.arre 1/
S.viarc B-aube .fi//2
9 BAyardcL.e 1/2


Total i c usses
Ces personnel doivent revendre le
fei banc de lives a G. 9 o, et au
petit detail, ia livre sera vcudae A
G. 2,00.
Les march mns de petit detail doi-
vent vendre le maniegue dAns les
m6mes couditious que par le passe
et ne doiveat pas retuser d'en ven-
dre pour et so centimes aux gens
dc la classes pauvre, car malgre la
rarete, le prix de Iarticle o'a pas va-
rie. Si 'e Goaavcrnemen a nr. d.e


I ,isses N ew -Y o rk ie 13 Cevrm er cou e-. -ft---......... -" r .. .g
rait eL anve St Marc apor at measures. cest eu vue de soulager I&
pour es I. orts suivants des maichoin misere du people et noa dans le but
dishes divtises anii reparties: d'enrichir une classes dindividus.
'or -au Prince tones 1538 13150 Oa trouvera de la manitgue pure
Sain.-Marc V 37, 21150 lard en detait et par 1/2 livre et 1/4
Port au Prince, le 19 fWvrier 1918 de livre ch, z Peuo.i Delbeau 51.
Avis rue de I knterrement et ch zAntoune
II eat donna avia & tons et particu- loebha "d Detit No- au bs de rl
lierement & a lGendarmerie d Haiti r e s .soluches ci -dCvan rue
que samedi matin AI l-heurea unepe e A 2 lv
titP fills ipondant au nor deCarda Ceux a qu vout acheter la man-
Israel Beauvais, Ag.e de 9 ans envi tegue en province soot advises qa ils
rondouIt les pdre et m6reueout domi duavent La payer au prax fixed, les me-
cili6es Brache, Commune ot Amcon- sures priases par le Gouvernement
disaeiiantt de lAog&ne, a es auve etant valables pour toute la Repu-
de ma mason et n a no etre retrou- blique.
v6e malgre routes recherchea et tous
ronseiguemeilta. .
Pon-so Prince, S rvrlverl 118. A LOUER.-A Pa ino-vule, jo Va.-Sa ,s.
Hor e ASPI ,-. r as No. o KAM dM Ma sis di lm.


Une nouvelle
intdre8san

Lesclienlsde la Maison BIl
lreres apprendront avec ph
que la command de
0ale et Etamise Abarres detl
lea ceeletrs

qui a 616 fuite express6ment p
r6pondre A leurs demand@,
arrivAe,
Qu'ils s'empressent d6s ceo
do prendre leur petit loi; ca
tissus, come par enchanted
s'enlive'it rapidement. -
lois, si I'on ne so rendail
foule et bien vite a I'a
rues Courbe et des fronts
Maison serait d6sole
retardataires.
Port-au-Prince, i fEvrier I


Demandez.W toW


Cacao
rAFiitZ' Im


U


En vetne pw


En grsw cho
L flN=MAM4RI


English Section

The Rererend Dr Turnbull re. forced a c Cosing of the DOv
quests i he following notice *Divine ou nModay ban entered the
Service is held in English in tihe fortress of Devenpk. thie w-
WVesleyan Church, Port-an Prince, announced th a afternoon
every Sundpy afternoons t 00 o' flcial report added tha,
clock. sans mide an u>)uc'!*.iful
A heary invi at:on is extend d to to blow up lhe bridge ovIr
all. na river anil this hinder hib
ce of the T. utons
United Slates Navy ASiTHUJAi o o Ia lthe
Press News eitcs a g and the Austrian
Inme', the law making bodies