<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03034
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 11, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03034

Full Text

OWem 1336E4 1131


GClment-MA GLOIRE
DIRECT .UR
A.PORT U PRINCE :
PORT AU PRINCE


Tmimois


DKP ARTEM ENTS


STRANGER


0


I


5 .0


j


Quotidien


Q CINA E CENv TIMES


Les ammonces sent refies :
A Pu31.Av-Paimcs:Iauzbureau& do journal'
A ]FARIS: cbes L.Nayece~ & Cie V,. o Yromike
A LODamass. chez L. Maycocc & CO. 19. 21,2$
Luadgate Hli
Av -oatuu Luivers& P I',.ny CUM~PaOY 4S WON
)4 t ..itcct

Lit ii atscrit a is suE on;am as sonuprimgodal

,diovmeSS asst5& tinjor lionpayabI'ii gatdo")a


DernmocratiE



DESPOTISM

k. Ch. Rivet, correspondent dit
ITempse 4d Petrogrid, s'est toujours
ewtre u a vrai co'it*issnear die la
R)tie .Ast,/lheot cuseenewl, x.'x arti,'le,
k rits ip-.'dant la I/uerre. flaiet at tu,
eris,,, *, coiante disent les A glai..
pe lea censure, c esl-i-dire que tons
Iapriicipau.c passages ditaie I couple
par la censure russe et la fran 'uise II
41t betis chercher t donaer l' veil d ldE
eai' e'. ses cris d indignation restIrent
comene ce' xc de C'assandre. pas ecout"s
is mintistres fr srais. qui savaieat
probublement fort iial la evrite, se
ou .haieslt les oreilles et fermaient
rol ),tairement les yeux su-.ce qui s4
W~sait en lutsie Ls tsarisme cot
ni teixe colosse au.c pieds d argile.
iur- seitlait invincible alors qu.it d.-:
rad tatfre do qselque ds monstration
pop1a ire po w uL reerser La F; ancp
, ell,' avait pris ses precautions d
la,,,iice n'aurait pas ett laisste dans
t qut,'pier coinme elle l a dtd ds le
comm'tcement de la guterre par uste
cour allerna~sde. oi personae ne desi
rail le triomphe de I Entente, o.' les
syp patihies de I inmpratrice,des brands
dues. lofts L; et di/o'nilairePs alltaient i
la ) ,4 nachie absolute des Hohe.iazollern
et touii's les haises a la F'rance rdpa-
bitscaue et d I'Angleterre liberale.
.uius empruntoas les lines qui
sutuve't da li're de Mr Ri-'t Le der
uier 1iomanof qui vient de pAraitre.
La France est restde aussi profon-
dement ignorante de la Hius-it aprei
Ia co illusion da 'ei accords qu elle
lItait au temps ot le grand payi
slave sortait des linbes pour deve-
air une na ion semi-europ~enne.
Nous le r6p6tons & dessein, cette
ignorance de notre allide ayant 6t6
la source de tou'ei les deconvenues
franaiases, a commencer par liian
puissance russe au d6but do la
guerre pour continue par la revolu-
tion itiattendue do no re public et
pour flnir avec le tour peu rassurant
quo prend pour leas allies la convul-
sion social qui vient de secouer
1'empire des tsars.
Si nous avions connu la ilpssie
commune la connaissaient lei 'AU8-
mands, nous surions su prdvenir et
parer aussi lea coups qui nous ont
et6 ports Mais nous avons vu dana
quelle erreur la France a ,td tenue
str le compete doe sou amie P. Des
Cooaid6ratioas d'alliance qut nous
faisaient saire Is vdrit6. une press
docile qu un personnage ofliciel
rus3 soe vantait d avoar dani sa
poches, une tendance trop accuse
ctiez nous de ne point nous int6re5
ser A ce qui se passe hours de3 fron
tires tout a concuru a laisser Fca i
ats et Ilusses abioluient etra agers
le, uns aux autres. L'alhance tlqii les
unit na devint en aucune fes )u, !pas
plus dans le domain polio i,1ue que
sur le terrainicconoinique, ia chose
des deux opmQoats,adas deux nations.
Elle resta jusqu'au dernier jour du
r6gae du dernmer Romin of come
one sorts do secret da chancelle-
rit, une faC3n da parlotte en re
g)Uveraants.
D1puis 1b9.5, I'ann6e ou M. Ribot
Jitalt lea fondemnents d uri accord
POlitilue iqi elt pu etre fruc.ueux,
14 France offlcielle n et que sou-
ire. et qu'app-obations pour lea
Oinitsitres de I empereur, ne connais
salot et tnevoulant avoir allaitO qu'4u
las re et 1 sgs laqual. sans d'au
cuiae cnanire soe sa3ucier de la na lon
ruasse, cette grande muette que dis-
stYIulaient lea far.toches qui pratea-
dseat Ia representer Les chancel
res francaises ae inprirent sur la
rtaule initiate de I'flhance ; ou
seiut au commun illusions d un
Iapprochement des deux peuplea,
to tait, on a inf6odait & la c6terie du
' IL Francais prirent pour Li
i- v e q en o taia que s-
tt araaa extp elO:


? T 1cllclo


E ILUSSE

'rToit le mal Iiisnr vient deQ cette


SIMPLES NOTES hLa


.Si j ai cloaigne lem ataques eo le.:
R erlidies dun mouchard mgare dats
0s ranges de la press, il m'est i11-
possible aujourd'hui de ne pas rele
ver certaines expressions employees


derniere conference
1)D


M" LICE ARCIIIN-LAY


erreur d op i pie. La vraie Him1sie a par Bleue tl lI 'u/e a propose d une < r."/r'//,. a ,/, t',,;" p llit '
s *c )tu le tstris ne et ses sate lites euvre lq ii. quo. 4u oi en dise, a Ie(;u 1 or/nil t''.iil ,fI Il ,' ',ii' u;' ,), i't
elle seaib e n'avor cure ao 11d h ell en f ele'. appellet utle superb absurI proVns,. ,i a I',t, -si,1,,t /1,," .11 u,' Lu*"'
do ceux qui s'etaient trop exc'us,ve di do idee d cleverr uii InoiiUllleiit \.,.,tt Lit wr, nire reporlt r ai/i, i t ,;"'
inent attachel s au sort de son tyra- coinlu in irtif a l Ttor, sauis penser /,.zs I -, t,',, '-,i'. nouis o// ',-as a ut.s
Ilier encore, les liberauix moderts qu il s'tdresse a toute la press quo- ,, /,. ,/,s, ,,<-rs par lei 'Il ./1' .su-
russes, voyant venir la vdg ,e r6vo- tidienne qui a adopts celte idee, t ,,/,,,s ...'s uditteutrs la
lutionnatre qui lea balaierait eux sansit qu Mgr le coadjuteur Pa'thou a ,tlt, U.,' 'i/cfrctic'. '. q i eat ,i,
mnt nosa un jour. adressatent des ap- qjui el encourage la realisation. suc.s lptit .
pelh d4aespors a I'opinion fran use C'es pour le nuitin, d scourtois
pour la conjurer d exercer Ia ures- et il flut vraianenti dep!orer ce wan- Mesdemo:selles,
sion bienfaidante et sur out -fti :ace que do tnesure danes le language, qut
quelle pouvair, qu'elle avait le dioit pourrant crder do regrettabes iiuil- .Mesdamines,
d'exercer sur leA gouvernants de enlteduts. Ce n'est pas une raiser'. Mcssieurs,
Petereb )urg Ces Rupel iinoira:etit p rice qu o tie partage pas une ,dee,
A nos tio'ltires. No i enteidiuris le d oublier les egards que se dlivent \'us n at ndlz pus que je vous
dernier, traduit de taQ in ai expres- entire eux des gens d'une si'ine nrspntasion de Midame
save utin boir de banquet orgasmis& a corporation. plant de c1oSes pouvent IsCe ur Uc prcc'Etation de M oidame
I o'caon do la venue en I{ issie de otre di es sauts gros iots et averc tle L Arch n I.v Elle n'en a bsoin
MM Viviint et Ti)tnas Le dpau 6 sourtre !... d' auunt. lor- ijelle se place dans le
cadet, M. Maklakot, prenant la pa No re conifrere ne s'arrcte p)as 1i do Pnine de i penste, elle v occupe
role iimopinteinen' et rompant ainsi le et il tertuine son pa-.phlet en re- une p.lce J m ienr.
prograinineotticel dit, ell s adressarit prochant a note ,*,uvre -on itanuLe Li. est co nine ch z tile, tl'e s'v
aux deux mini stei francais, a la de desiunteressement. 4.: ce.lt i- insta-!e av.c s .nce tt acconplit sa
veritable stupeur d- Sturner, g Cile- chant ; je serais en diult de dean :instae avc esAncentt a t sa
mnent pr6.ent, maisis 2coinld a son der des precisions. Maits Jat J ja dit sogne ae ,une urprenante ossu-
c.rps deft paidl1at t qn iI'll faut ptevemii es iialeiteitdus. rance et unc inde m.n.irise Pour
-trps d let p ver.s aFranceadini- t1 u t it(Ie I;/E' '1 lt',, /,, cepeti- ne pas recent *r bien haut,rappelons
rde d hai que nous nous touno tOlulS. dint, rest convaincid uue Ctl)-e,- sa r6cente ont irence sur la Cihartte
Messieurs; pas davantage ves la Cest que, absluncint d accuid sur trute A la S:. c NlMixte de I1( ivre
France d aujourd hui devani laquelle la poltee et la noblesse d une niouS nous iincitnos bien bas, cest utile et belle, la press quuticdieaue grand renoin qui irvonne amour de
a la France do domain, a la France en poursuit tranquillemenu la rdeall- sa personna:ite, bicn au delA des
libre et forte d'apr6s guerre que sition. Et c'est tout. murs de Port-au-Prince, bien au de-
nous faisons le plus pressan appel... C. M. mds imits dt la Patrie, est la re-
e dicour ne fu pas co ecompense met des efo ts cont-
Fance. ou nou I avos envoy, la nuels qu'ele ne csse daccomplr
censure republican, d'ailleurs, eaIuen s que e d c se de c p r
unprinit lea passages, seditietux S Iusription pour I E- en ue do uoge de 'esprit Na-
liattentive aux cris de tout un ional.
people, la France, do par son bas do redtiol l Ull I. IOIU- Aujourdli -' lle va vous entr te-
laine, saemploya encore a forger ses *De in tL; inins en Hittl
chains en envoyant avec largesse a ilat c 4illlItllll iraill s' Eni, D vous devinez bient des
Peteraboarg des economies qut al- au Ponlt de 'lhor drotis et des J- voirs moraux de la
latent ahiunenter la catsse de auto
cratie, atlin de lut perinettre de se emmedaScitHatienne.
mainenir. De cette tQnot, la deulo- Elle vous tera des revelations et pr6-
cratie franiaise se faisait non seule- Lisle des f(onaijes viendra votre esprit sur le mouve-
ment I ainte. inas encore le soutiet, -- ment teministe dans le monde en-
de ses deniers et sane protit pour Abl Iacroi G tier ; elie vous dira que cet impor-
elle, du despo isme russe. Lea em tant probleme des droits et des de-
prunits uccedatent aux eminprunts M. Gullle & Co io voirs de la femme est aujourd-hui
-wans qu'une seule fois. danas leurs R. Dupuy & Co to entierement resolu dins plus de la
conditions, fft s ipul6 un simple Enile Girdere 3 moiti du monde civilis6. Que sur-
desideiatumn. L~s Allemanda, sa8si F. Sigado Itout depuis cette guerre qui se fait
avancer ia laurs voisins lea milliards D. ce guerre qu se
que nous leur faiasons tenir liberate- R M. de Lain _5
lenit, formulerent a plus d'une fois G, Martnelly
inieux qu'une dernande. E. S 5
Pour n 'avoir fait que cela en Rus- L. A 5 L Lt!te Aoire
ste sU' leo dos et aux depends dune i F Mc Gute 2 L t Aoffie
na.onl, nous I avons vue se reveler, Will F Mc Gutie 2
en Mars 1917, quasi 6trangere a DesertBlemur 5 i
nous, cotnine igti'ante a peu prs,a Edouard Latortue } Le Charg d'Affaires de Si Mljes-
son tour. de no re existence, d une F61ix Pthissier 3 t Britannique aviselecommerce que
guerre cotinliane et do ce qua nous P. D. jacques 5 le nom suivant a 6te port sur la
lnous iunagiiona de coinlnunr de- N. I R. I liste Statuaire ( Liste Noire ) Bri-
voirs C esa que il taut .voir le Ultimo Allen 4 tannique : Otto Bieber & Co, Port-
courage de le dire pour abandonner iRobert Thebaud magis- au-Prince.
eiili t la fausse vote I alliance francio tat commual 20
russe telle quell a eLe comprie et james M. Mc Gutfie -
aInise en prtaique sous otsarisne, Un ami 2 1 Memcude a aeer
at une duperi, u ne petble o -d cher
die pohai ae don't le bourgois fraa- Richard tils a2O e r G i ne oP
Cats a fa tous los frais et le people Turian 2 Un moteur A Gazoine ou P&-
russe a support les terrible con- John B3ulos 10 trole en partait 6tat, ayant une force
sequences. Une personnel I d'aurmoins quatre A cinq chevaux.
ourquoielealcren Silv6ra Prire d'adresser les offres bien d6-
fat coutrquo anesn raines aont qu'el Dr D. DSsir 2 taill6es au bureau du journal.
(nenaQulIt Ia lussie'? crnait a Ke .
rensky, au Conseil des ouvriers et Total G. I 4 s
soldait. un deput6 du proloariat -;, ,,..,. ..t.. ,, ,, ,,, Im dir fnJ bI n


Nou3 n avons envisage les aflaires
russes qu auL ploI de vue do la
guerreo te seul qui c3mp at pour
nouas; le populaire russe, lui qui n'a
pas coipris grand'chose a uue guerre
a laquelle il ne prenait part que sur
h'ordte d un tear qui n exisse pius, n a
vu surtout dans la revolution que la
fiuaie social. Qd'avoOs-nous A y
reprendre'1 Qae pouvez-voU3 dire
sux grand enfantsa lchies aujour-
d'tui dais la rue, voas q"i n avez
rien su dire & uo Sturmer ou & un
ProtopopO?


Total 523'5o 0 "


W. A. Wissmann
(Mlaii klMldaiae)
RLE DU QUAI- 45
Port-s-Priuwe

Achats d Cafe ( tri6 ou teo
tI


poste pour la lion-
Pgrie.

t PAR SANS FIL


en Eutope dont lec deastreue~s con-
s que-ces I :ppent notle p:,ys avec
les autrts. il n y a plus de barriihres
pour restrn indie I action de la temme
dans Its Societes. La temme est par-
tout.dins toutes,les branches de l'ac-
tivit6 humane
Apres tous ces ijb'eaux.ellepourra
vous poser des questions embarras-
santes sur vote action A vous, mais
aide de son experience et de ses
6tndes, elle vous indiquera tout de
quite les moyens A employer pour
que. votre volont6 mise en action,
vous ne soyt z pas tout A tait en re-
tard dans cet e formidable e:olutiotn
qui va changer nos coutumes, nos
lois, note mode de vie, car l'6mu-
lation va naitre entire le sext tort et
le sexe ftoble. Que dis-)e, -e sexe
O'est plus table, il est au moins,
d'un coup, l gil de l'autre depuis
trols ans.
N-avons-ncus pas appris quil y a
des at mes dc L ines qui se battent,
meurent sur le champ d'honneur et
tont des prisonniers hommes ?
Oti, .\ladim:- Archin Lay vous
dita tout celi, et, apres l'avoir en-
tendu et retenu ,-es conseils, piquees
d'honncur, Mcsdaincs mesdemoi-
selles, vous vous mobiiisertz en une
a-mee pour opcrer pacifiquement,
dans no re minieu, l'[volution tcmi-
niste atir de collaborer avec l'armee
de 'autre sexe qui, hilas! ne donne
plus impression d'une torce, parce
que, nous les homes, nous nous
trouvons uses. veules, pusillanimes
apics nos luttis steriles et aburdes,
devant une situation nouvelle.
A lhicavre done, temmes d'lliiti,
prouvtz au monde,prouvtz A I'Ame-
rique, que vous eLes de la trempe
des fetmmes c6lebres qui ont sauve
leur patrie dans les moments d fli.
cil6s.
Hanneur et gloire seront A vous e
particuliirement A toutes celles,com-
me Mme Archin Lay, qui auront
sonnt le clairon.



Balourdises !...

Ayan, lu la lettre de MS St Gc(raud
A Mes Abel N.Ltger et Paul Barjon,
ot it est question d'une balourdie
ae notre journal, nous avons cher-
c:h dans notre collection, le nu-
nero ci:6 par le peintie-portraitiste.
Nous y avons trouv6e lavis suivant
qne nous rep:oluisons ci-apris. II
estdeMonsieur S. G&raudlui-mEme:

Avis matrimoeial
Mr Feidinanj St Gereaud demeu-
rant 66, Avenue lohn Brown(Lalue)
artiste-peintre, de reiour de Fiance
ou il a Wt6 appeal sous les drapeaux,
pile ses amis, clients et toute per-
sonne en atfaire aveclui de ne point
s'adresser A s1 temme Maria Mos-
cosso, pour quoi que ce soit,une
action en divorce devant re pro-
chainement intent centre elle.
Port-au-Prince le 19 janvier 1916
-Et voila comment M St G&reaud
aitiste-peintre-portraitise, qui.parait-
il, en est rich-. pr6te des bAlourdi-
dises aux autres I I...


T o- L u e


washnington -Tou es transactions
de mandat-poste avec la Hongrie ---
on' 6 6 suspendues par le Dpart- VEND
meant des posters. Cette suspension A ENDRE
date du7 D0cembre, jour ou la guer- Cordes de pianosimpleset double
r. a 60 declare e I'Autriche." S adresser en nos bureau.


3!iii W, embre


IL&DACTION ADMINISTRATION
&DOSIO dons R.68 G:-)u ArndricaIDI


P' RT-AU-PRINCE ( Halt,


_1


4


11




LE MAIIN
I L i I I I i in-- I I J I L


Curnct molldil Surle front italien'
PAR SANS [IL
M u i~. -Avant hier, dans les Londips. Daptsaiwes (I experts
salons de Monis' r~: M~ me ilit,41wi s, de gra'vde~a Iitai les 4(wit
Mt.Wro~ t1 I errc. au Boil-Verna, se ;iv itvs -iir leIrmot alalwienipendannt
zeh bi utt n oule 1 riti iii'6 ~le imar;.t- (t4 el 'tij iiamue 'Fout le lowi d Ia
ge civil eOe MN1irnmoi'lte Ieerni ide m u#,vet's Caniois -lit te~bJ6Ct..1otmsiueI
& :rrt6.i e .lons' -ur Hugo NMevt, itmweit ac!i loll. ()Ii Ci'uil(1p1i e Ie41
his dui cLrnn-er-iont bien connu. Les Allemiviid-. pr'Spiremt pour uuej
iernoins de la irniyiie viieni -\M.M at"Tt' 9r3 9a11rtcs-q'ie sur hle fI Oat
F". ~ un. M.-.uri:e lVrtlv, FLxr~ei,,- ~dI
1) i. t'upct. l'rtniy st.j4 t' el pi ln~it0' a4emn n
Me N so,:lus din i'4,iI*'.tM ean. taill Cqd Stir .had 1;ese oil
.\l Ieu 'I -I 1a" t NI C\ uti fl M. 1 bI e' F~i'na ntct* ci da ns m ini au ttre p m o s de
S'ui k, LF.Nl-v t(ieoiges lRegnier tG llZILIkelBeIgq .
ML ns-it. ur NIauric-e Brun, o -cede-a
JeUIi LS LVO7LX, 1p11-on-o j acelLc Sarah Bernhardt A Parisiana
(JV,iISC!1 iC SLL1 SUIVCit Cest ce soir que, dants L La Dame
Sil uiici Ct v Lkdearitt un iUrderritte aux Cam~lias to le chef-d cmavre de
1e.jucI il w'j,~ ie quel~pic chiow '4.i.. q, oivDi rn is Ii ''c. Lt rande, l'incompata-
doit rc,.,'ta uir powU1 Lil i1cCde trcti'.ic ble S ira ii Bernhn ,rdt sera v'ue pour
d .itt i otwu &I ii % t: nouvuveilc d.in% h i .
qiitl vo 'ui ttc Qm-1lL: op si,:t motrc i.i a prcmrnere lois & Port-au-Prince.
tiIlIL. Iifl)"1.iiI'-1i2 de vots.% 11'clpitcr. .. ecroirln'. Le programme cornporte. en ou- t
tahr.0ir aIun:iidi'.prcs,:rqwiiow nsiipeirmu'. du it re. a L g-!ice Czriftird s,,-a Le e
so0.' &\ti.. vii it. c %fl o't' is \Lrti5,anit point .4ue dan'. I i
CleC\I~tc :lX .'.cn. pcifics !ouit plus. frtcquentct. poison hintiou b et Il Le jugemerat
qepi les jo~i*', 1ai, que ct Iles-ci lenefivotOrtantdu ch;en a. s
duxidcmniet '.r xuics-14 %'.eon .que vous Iaure'. ht I leeae2 Cu ds blo
VouIlo. I A \'oiontt-,e '.prrcii.te Jolicc otiliii lele Ete jnre2(p dsbc
11:cress'.eltel ij c 'otre ictc16. Pour quc k go-urdes. loge 4 g.uardes. d
10Illt117. CCttC L110SC OdIgIL:Is'. C, cs.kee dappae- st- ii V _sot n dd nv:te r A u ne telhe c
raitirc .I~IIS.1V.:ILI i~j~.h Oti..ll- te2lrb, soi re cdart q ui. cami me b1. cco
*ic 2Ut\ dirc %Ic' iLII\ 111.16 kC. 1, s*. ...dtj lit .A rc- en l n
a 1Ik-.t l~ciF~llit deTic point pen se es, of erte A I' i ntent-~on de gi
I rI~'.C c i i~ d'.I~;edspI~ tous hes Ikitres et tous hes artis es
gl c i rci-oilis'..iiit 'ur I indi-.soubiiet e lei
Lk: Li*.I-.kt.1 Il. '0so I.il ,Ilpil Xl ecii~.tUil, eI, CE 4 tollfiiOD qtile

j~lgCJLC qU '.Ij 'j1 u'.xiC.1 OrSl, x ,ca- Dl-n~.1 nclie iiti ". 9, du course ft.
d.:%.pL-i I,'o:.1u '11C .nlsi:~ic~l, ppci di 1 u tiphe de ha 1(fs .Leg- La V.-I-Pi
dLIk fd~i, de 1.1 ini.iojl dc" s I re's ioi:o~un'., iiNO 47, Plus d.e trojs cents ma- eti
V ~. ~ t.)1\c. i c nI i.jj it uncrit pour it;),s de tous grades issistaie nt A l
titi c.' t !lottcr ct .mndtr mtour de OUHO. t I 16,ci ion dua nouveau (..i in~i M. Itre, rel
a Ls.: l '.ti ulnc .tilo'.plicru G-. ni C ,,rln in nd c'u r d e PU'd re maI- ;co
N Ix i ) do2,C 11ic 'lcct y5 0nn' q utf Nus nre\visions se sontidra- id
.1111 ~ IC -*!_' it \l t .1 [cc~a'iol 1 isdes. C-t..t he 'I Ill...cie t 1 -Puts.*.
J'111 TTI;t. K 11; 1C tffC 11011t .1k F I timn mlnruc1 ornirgue qui a
p.1 ': 1 't'LI) \ LU'11C ilitisique im.Anipirabic.L6W C Iciapresqu d l[unanimit~des ox
a 'ltl', .Ui io iu cutici.rt que '.911'. d5IItiire.'/ sOLIN1-
14: CO: 1111.I JI dC Tnt Jr C lV.kmor, pcr-uad, +1'11 iiTr, buia mi I il lCc


Tribeaal de Cassatier
AUDIENCE DU 10 DFCE.MBRE 1917
Prtsidence du vice president F Baron
Alfaires entendu,'s i 0 Mirc-el La-
our contr les consorts P G S:hutt
t Co. Monsieur Ie juge Muihieu en-
endu en son rappor, Me Mortl. en
es observations pour le demandeur,
e Ministere public a conclu au r, jit
u pourvoi.
2 Les epoux N. Saint Rome
>ntre C. Lyon Hill. Le j' g- Mii-
nan enendu en son rapport, Mes
mm. Cauvin et Leon Lbautaud. en
urs observations pour les parties.
Ministere public a conclu au re-
t du pouivoi,
3 o lacob Romain contre Piere
ilede. Le juge Mathieu entendu
i son rapport. Mes F. Sinz et Ce-
r entendu en leurs observations
spectives, le MAnisee pub'i. a
)nclu A la cassation du jugement
enonce.
Le G i la de Cise-Vaiiaels
C'est la pl is grande soiree que
>n puisse off ir au Cinma qLe
lie de dem.ain A laquelle il etra!


J .- ,;'!Lr1> acJ. le-, .; c t qu r.;uillc A .i I 1 ti re e. h',b en Ce ter : Les deux g )sses 9
C.f. J; r.i.hI. '/, / I ,'tit, I 1 I le chef dut:jv e de Perre de Cour-
Su Prs'dence du juge H. Mondestin celle. Oa peut aftirmer que c'est le
L'ntiecsant couple sera conduit Minits:re Pub'i i. Bnoit. i!m le plus emouvint et le plus
A l'iutel mercredi, 12 du courant, Jug.Cm.nts rendus. moral qu on ait represented pendant
par Mdame MNov4 Pierre et Mon- (CJui qui matltent le diu pro- la season. Ce soat aussi les meilieurs
stur EJouar. Mevs. noc: la derttn. e ,uJie, ce centre acteurs qui tiennent les oi6:s.
t_ ::_ e s ur At'gasin 3B eniAme qui, bien Personne, ce te tois-ci, ne voudra
as 1'c n L ,o.t) t compAru nt per- mirtquer F-occasion d'applaudir les
F 1 U V el sonne apour lui, et pour le prof t huit parties de Les deux g ses a
F 1e.)int a caui e du d&taillant A celle de Tous donc domain, A 7 h.ures, a
---- Mr Oreste Voiy qui a constitue avo- Cne-Varietes.
R NSE, G4NEMENTS cat, etc, etc. D s
SECelut qui ho-nologue la delib6ra-
METEOROLOGIQiJE] t'on du conseil ae famille dunaineur Par d~p*hie de Jerdmie ea arrive
v r a Ie. la triste nouvelle de la mnoit du |j-urne
N1t :LVA iRB N cker Gale. enjamnin Llitrison, surveuue uans
ObUFiNVATOlE Celut qui remplace l-expert Justin I ,oft du 5 au 0 courant.
DU Ljtcnd empcche (ailaire Assad e:les Nos condoldancts a la famille du
SL I!IN AII.U COl I .GE he~ritirs Veina). d6funt.
,\lNT-MA ItTI AL Celui qui enterine le rapport des
experts de la succession Andre C. Faire part funebra
l.iudi 10 IDe etbre 1917 Lherisson. Monsieur Nerva Nicolas et sa
Attaires entendues. famille, Madame Vve P. Nicolas les
Earomrtrie 7U3 9 Augus'e Alirendts centre Ren6 Dmoiselles Esther. Louise et Ger-
minimum 19i8 Martin, detaut. maine Nicolas, Monsieur Arthur
SChristian Valm6 contre Louis Nicolas, Monsieur Maurice Nicolas,
Temp4Eature Emnile L.ie. Monsieur & Madame A. Hodelin et
rI Audience ,'orrectionnelle leurs entants, Monsieur & Madame
I maximum 1U ()t0 du 10 ddcembre 11H17 D. CIlri6 fits et leurs enfants, Mon-
Moyenne diurnue Psidence du juge A Vseux. seur & Madame L. A. Timoth6e,
Ceit r'air jour et nuit. Assestues T nylvau E Lucien. Monsieur & Madame M Desquiron
ForteI osve. M ste Pubc P. Sales ucien.et leurs entrants, les families Matti-
Vent latble. Altaire entendue don't le jugem neau, Lger, Fouchard et Lombard
Baomtre en husse. Aaire entudiencdue donante. ment ont la douleur de faire part A leurs
SLHEFER Elmira lacquet, Dilus Thermius parents et amis de la mort de leur
Set llvire Saintil. inculpes de vol de regretee Cpouse b-lle-fille, mere,
ies (ionaise, n. ( ap-Hlailien Lhv.ux au preluJice des sieurs Ca sceur, belle-mre, cousin et paieat.
La (;erid:. r neatdllita ri:1unel,&s Gaign et E lesijste Giron Madame Ve NERVA NICOLAs. n e
dAithi h inf dps (;(nat,|S vu Cp-Iaiei'h e4n Le limbural a (ord.mnr D. Thee d6e:dee le samedi 24 du cousant, A
autoiolile ,, im,.m la route de i ort- d Io heures du soir munie des sacre-
au-i', ice aux Gonnivi a est prefqj a-I mtus Acicq ans *em prisonnement, ments de i'Eglise.
chevee iI .t t prubble que d ici une Elis Sintil A six mois et la dame iee 7 Novembre 7
..... ...-.- I. Elmia lacnuetest mise en liberty Irmie e 7 Novembre 1917


qulinizi Une de jours on puisse alter -. ,---' -- -
en so ture de la Capitale au Cap. Le siege est level A t i1a here. Neevelle la mal
Audience du \0 dicembre
Social dA ir Presidence du jug 0 Leger. Votre maria ne vous accompa-
Soci d At o Ari.ole M ;isee Publuc ui Morntas. gne pas A Pettonvilie, h6e mada-
Dans sa seance du mardi ; de ce Attaires entendues : Ime
mois, la Societs s'est consacice a lBogeila Camille contre les eroux Nondot(ur. et,les &moions
'6etude d'un piojet present par le Henv CoutarJ et 1, R Delatour. 1meme heureuses m etant deItndues.
membre Aifred Morch portant crea- Les consorts leanty contre Victor dites-lui bien qu il ne s'avise pas de
iion d une cooperation de la produc- Riobe peremption d instance. venir me lejoindre JI limprouiste,
nion, pour la foundation de Banques A. Gluck & Co contre A. D. Ra- noest-ce p.s.
Agricoles, et d'une Caisse d E- meau. -"--
pargnes comme corollaire. CHEZ
La sociiet, d sireuse de voir 1-in- Avis Victor Mangonds
tcnsitication et la diversification J announce au public et au corn
imm6d'atcs de la pioduc.ion agri- metce qu a partir de cette date je !P3, iue du Magasin de l-Etat.
cole, en vue suitout dc tircr large- ne sigs.e plus Joubert Pierre Au-
ment proli: des nouveaux d&bouches gustin. miina bien Joubert P'ierre Fromage de Munster
oilers A nos produts,--emet le vceu1 Durlus Genre pAte grasse hollandaise.
que ce profit uile entire tous rtoive Jouber Pierre DORI US. Saucisson Cervelas,
Genre Gotha allemand-
le meilleur accueil des hommtg s Accourez de suite Saucisson Armour
dalstairesmet du public en genera. Chez Melle Samuel 80 Hue du Peu- Goere i yon prancais.
Dansle mreme o-dre dci)ecs, elle pdnpie, vous rouwv-rez, & b)n ma'ch, Vite, GOURXKTSl Vene prendre
arait heureuse de voir tiouver dan. un petit stock de machandises: votre quart ou vote. liw.
le pays meme les precieux fonds tin, ,oie lavable, ifftss, aeig., tulle. Pre1 z-voua.
ecesuaircs A la raltisticou du projet'point d'espait, et Moe PRWSSEZVOUS DONGC


A Saint-Marc


A u Cercle
des Emulateturs
-**. Q -
D manch! 9 du courant, A ii heu-
res du martin. Monsieur Henec Dor-
sinville, Dirtcteur de P'Essor. donnait
S,-Marc au local du Cercle des
Emrulateurs une conference sur
I (1 ivre de la leunesse dant la
fatilite national. Presented au public
par le distingue President du Cercle,
M E Miot. no re conf ere entretint
l'auditoire plus d'une dcmi heure et
eut un grand succes mdrit. ('est au
milieu de trenetiques applaudisse-
ments qu'il descendit de sa chair.
M. Kenol avant la conference, se
fit entendre dans une gentile poesie
et au moment dudepart, M A'phonse
Henriqutz. de passage A Stnt-Mirc,
solli:itt par quelques amis, dt lI
a Greve des Fo gito s a
LE some ce tt use agriab'e



m 'i MALADIEd GASTRO-IMTLeTINALK.
Diaer the erto e; tnourrtssonn,Ent6rltt tnuooo-
memnbraneuse, tuberouleus; Constipatlon.
Aoclcints appendlculalr., rIN re typhoid* .
*>1. s ,o. &Peau,Acn &Eoztma, Iuroncle im.
i QUt9*8 CK TAIPIK *",ig *u le 1- J |
A\ L1 u


Le PLUS PUISSANT ANTISEPTIQUE
sa**a Mnoroure al Ogivr
A! I& d eK *- d60 A100gouttes par jur
d ANIODOL INTKRNLE
dtiq u'r tai.' 'le n'.ij%'" d'or-angrr.
6 d* 4o I ANIODOL.32. Rte des MaUlknw.PM18gl

L'Emnpereur, d'Au-
triche stLr lefront
italien .
PAR SANS IL
PAKIs Le D1partement de la
Guetie anr.once seulement une acti-
vit6 d'artillerie Des duels violent se
poursuivent avec des gros canons A
Verdun, Chambrette et en Haute-
Alsace.
L'Empereur Charles d'Autriche est
part pour le front italien.


Une paix
germano-russe
STOCKOLM D aprts le journal
Huntstass PAllemagne a signo la
declaration de faire la pain avec la
Russie sur la base de non indemrni-
tcs. D apxi, ce journal, ce principle
est tavorab:e auz ir teeis fi-anciers
des deux pays. Il a ete rapport de
Petrograd que le Gouveritment a
Bo:hck.-vik, public une procldma-
tion foimeite jeudi prochtin pour
etudier 1'emprunt rusue
Eiu luss.e
COPENHAGUE La nouvelle rEvo-
lution qui a eclat6 en Russie pourra
mlttre tin au ntgociations ulterieu-
res d armistice, sur le tiont oriental
et roumain.
Le Gal Kalandrin et Kormlv, les
chtts des coiaques qui avaient d6-
clart la guerre au Gouvernementdes
Boleikevaski ont dtclar6 qu'.ls con-
tinueraient la guetre contre les Puis
sances Centrales si jamais, ils sor-
taient vic'otieux. Une ttsve tempo-
raire exi-te dkjA sur ces fronts.

Palm-Beach
Gria
Beige
El noir updrieur
CIIEZ :
L. VERRET
Tailetur-Marchad .
73 rue du Magasi do I'Si-


'Lt 'Turquie ne paiera
pas int rtls !a I'AI.
I i, agnje.

PAR SANS FIL
Bit.KLIN- Entre la Turquie et I'A'.
lemagne il a 6ti convenu que 1I
Tuiquie ne paierait aucun intret
sur les emprunts qu'elle avait lats, en
Allemagne et cela pendant 12 an,
apres la guerre.
Par voce de Vienne le Ministre
des finances turc a autorise a rendie
publique cette d6clar.tioa.
A Iouast de G(rancourt sur le
front de Cambr i les anglais ont eta
repouss-s de leurs tranchees.

INouveuute

La Maison
A. Salame Freires
ite, Couibe .V N
Antnonce aux families qu'elle
viciI (de Icevoire Un assornmi'l t
dieliles ('imif.v, lelhtsque : voile cle
sile, voile )rodd, voile blanc,cit-
pon blanc, uni et cr6pon blanic i
bat ies, voile couleur, -o.le icGn,
basin pique, flanelle bleu maiiij,
casinmr ;i carrea. x ( blanics et
Iolirs ) pour jupe, drap noir,
Camilietiecouleurqu-ili 'e -upr'ieu-
re, Laise de broderieanglais,, ehl,
etc.
Venez visiler la Maison Min s
et vous en serez satisfailte.


Geo Jeanseme
liepresonling John Bul3 i i
Company 23-25 Bearer Strett
Ne\w-o N k.

Demthudez toujours


Cacao

PETER S

En vente parlout


En gros chlez:
L PREETZMANN-AGGERHLOM
La Mason Vincent G. Maklouf
avise s s nombreux client e,
principalhtnentles acheteurs de
detrres qu'il a requ un grand
stock de sacs vides.
Acrourez dans son magasin,
Hue Traversiere Nos 4,6 et 10.
Prix reduil.

A advertisement -
Department of Public Works
Bids for incinerator
Bid tfor constructing an inciners-
tor in the Place St-Louis will be
received at the Office of the Engi-
neer of Haiti until noon S tutday
December iS, 1917.
Further information will be obtai-
ned at the OLice of the Engineer of
Haiti.
Port-au-Prince. December 8, 1917.
Avis
D6partement des Travaux
i Publics
Incindrateur aux encbtres
Les offres pour la construction
d'un four incinerateur A la Place S -
Louis seront reues as Bureau de
l*Iagenieur d Haiti, jusqu'au medi
15 D a.mbre A mi4i.
De plus samples istori-@on
peuventA tre oblees so BUrM d
l'nanieur d1at ."
Po ua-Pring S 8 DjctLe !s21


Tromper L'Organisme

I Pour Plaire au Palais

< c'est ce que font beaucoup de personnel qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
reality ce que leur organisme a besoin c'est

I L'EMULSION DE SCOTT %
f',T Puissant aliment et m6decine sans le I
1 faux estimulant doe 'alcohoL
Lama m m ie mummUeinmemnem emememinnmmmme i am..meemmmmm a


a i


- ---- f- -------- -- -------------- ---


2" --- El


!


|