<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03030
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 6, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03030

Full Text




No--- hVZ CEwV1ME 1J-uIM6 No,"br -91


S6ment-MA GLOIRE
DIREC'I UR
ABONEMUNRTS;
PORT AU PRINCE
G, 2.o%
Tl 5.00
DEPARTMENTS
U G 420
Moils 6.00
STRANGER
ilois G 8.0V

PORT-AU-PIi CE ( Kalti l


0


Quotidien


A3gDACTION ADMINISTRATION
JQnglo do@Ruesf1d.-!u Ab mdriodula

Los umoneiCU "at rqi :
& !Poia-Ac-V31flE:3UZburemuadu oumWo
A FAIxIS: chex L.Maymnct & Cie V, Rm Trabo
A Loumaus: chez L. Maycaci ft CO. 19. i:
Ludgate Hil
4 3w-ToNE Uni'versal Publicity ComPany 45 W84
14 &ki Stree

Las naousciiti s~tust 03anuonl3as so: pas read if
dkouuimstl&s A motiomiPayab1Es *Aroua


VMcls CH


Ailemagae par
lalhashsader [rard


tLes affericains


au Front


La


Failite la Le Respect ad


uuerre soslmarine a 'llaiii


Ilo0f.


XVI


~~~ir ~ ~ -1 3'; .orlO'l 2 2~ 1"0/, 7 ,10. 1-2 15, 17,


21 ,


afin, 1'Enmr ereur daigne re- rn'glement. C fut hi une ina,'ilf.sta
cevoir encore Mr Gerard. tion assez inatertlue d'(nereio de la
part du iclancelii'r. leven'low (qui
ers le mois de Mars 91Gi. il ft ava t preparId I article poirr ce jour
rorIl (1 iun grand cotu seil de ",al 's uti des r,:Idactetirs d editorial
ire aVail Lt tte .- u a C r-levillp, et 1-s PIls compdtnts en Alleinagnie.
,mial.,re tout l'appui que Falk. n- A lcien ollicier de marine, il nouLri
, le c lef d eta -major avait pit l ntie haine implacable contre les
rpi Z, le chanoeler fUt souLenui Etats-Uniz. On prtetnd qu'il avail
S.fnpereur et eul raisovi, uine vocu aux Etats-Unis et avait perdu
encore, de la proposition de re- ine petite fortune dans line exploi-
me ,cer la u'ero e sous-tnarine ai ta-tion d oranges qu'il avail entreprin-e


Washington, 29 Octobre. Un Le capitaine Peisius pub'ie dans
grand souille- d'eotouLA !i patl iotique a le B13 RLINER I'AGEBLA'Tr u article
passe Ier siur tout le -ay-, A la noun sensauoa.nel ouf, apres avoir avoue
ve'le int.id 'iate:uent repandue par que le peup!e alle-nan i commence
- ut- la piess- qio- ls troupes ame ai douter des rsultuts de la piraterie
ricaineg tuiei ei lin vetnues en co A outrance, il reconnait lui-mc:ne
tact avoc leu arinees allemandos (que Plamir.u'e allemande s'est gros-
da,.s ies ,,a" ch.es t(canQaises de Ire
.ii s Is rra- chw6rs de I rantde. ,0 1rstement trompee dansses pr6vt ions
line au couts de la journie Lie
vendred i. Aujourd hul on n'accorde plus en
BIen que la press dise 'ovalpment Allemn-gne A la guerre sous-marine
(q Ie I t seot-'or clio:st tait par'i'i les l'int ucice decisive qu'on lui plitait
p'us tranquill s de la ligue de feu. le en tfvrier dernier.
fa.it n en subsiste pas mnoin, pour, -Les calculs les"p':us optimistes,
tout Amitercain iiatr ote, qne le pre- conclut le capit.-ie Persius, ne
inier acte deci-i de la gJerire es, permeitent pis de supposed que le
ma n eriatit COlisointll rav-itailleprr nt on vivres d (la Gran-


lace. en Floride, mnais .le ne suis juinals Le sil, nce du secrItt:i.e de la
ondant ce meme mois do Mars ,arvent a controller l'exactitude de guerre, M. 136aker et des au ris per i
annona la a minaladi' de Von cetLe information, sonniges othiciels du department
pitz suivie de pies par la notivelle Apites le reg:ement do iTeffaire de sur Ievenemet d'avant-hier ne lui
sa demis ion. Au 19 qui -tait la I'Arabie (Novembre 1915) il y ePrt enl e nulleinent sa sigmtication at
tde, I'anniversaire de sa naissaun- pou" nous ut)n oDont de caline sa portee, sa.oir que la period
on s attendait a ulne dnontra re!atif. Minme (rard ftt d0corne de d'eniraiiinent et d'attente est main-
Je iemarqu;ai ,lusteurs chorines I'orde de la Croix-Ruge, I r.x et 33 tenant ter iinee pour les troupes
police aux environs de sa trei ."ategories ; et .Ia( k-on et hives, at a- aunricaines et e l'heaire, si long-
ce, nimis rien d'insouit ne trans chrs a lamb-ssade, r, irentt lts temps attendue d agir et de soull'ii,
-decora ions de s-conde et de 3e a sonne.
ei roj':a's un vovage Lux Etats- stories. la t'gle etant qu on n
is uants le chandelier et von .la- peut avoir la Ie ni la 2e I itnoins L'heure de l'action
w to0us deux me pr'- rent d'y re- ,u oon it at It a e : (lt i uiaest la iPi ts.ib l -
o0(er. ,f) do onnie toutijirs ila d a celuti i e c taut il jour lixe par pI.
Apaitir du .ouulage du lus tania (lu'on veut decorer de I un des deux s1dent, daus sa r cenie popclat- ione
-qu a ce!ui du Sussex, toutL- I Alle- ucdre.; sn 1rienurs. comne jour d- p.iciX.s puJ'iques
ae se itrouvait divis-:e en deux lo brui cou-rait, a ce moment, de c ns ljoua s .tat -Unis, a paiin qie
imps. Les partisanis du ch inceliei la formation d un nouveau par i: 1 ,s grants prinicipes auxquels nos
~effjraiecir de in tintenir la paix c lait en realize les 'ocialistes et les peres out dedie no0re pua san.e ei
Iee les E'ats-Unims et ne voullaiii 'bd aux qui s, l;guaient, pace tque ta, que nation ne prtis et pas
haucun pu ix, Que I'Allemngue l )tl i [es premiers, coimne tels, etarent [parmni leis lolS', riais soJent Lou-
fstiginAte d-e alion hI,-s la li. Yoiu trop nal vus, pour1 pouvoir ouvrir joars allirmts tt defends avec tine
rpilz et son part, compose d otli tite campaign contre l'armne, en nouvelle t' leur, et, par la benddic.
mrs uavals et inilitaire, reclainaient iteur' popre noms. Le pr.'jet coula tuon divine,qu Lis solent entin eta.b!is
Iguerre sous-.narine a outranc ; l eau. sur des oudatlions durables pour le
run autre cot, los consetva enirs, iLe chancelier se plaignait beaucoup binetice de tous les peuples I brtS
imeux contre von 3Betltnan-Hollwve de ce qull tie pjuvait cominanTniqer du monde.
[avoir propose lextensiorn du sot- en ch l rro, par sans lil, avec de Dars tous l-?s temples, dglises, sy-
mgo se soudariserent avec 1opoost- Hernistorll. nagogues, des priltes speciales out
Ou. Ua accueul liostile fut ft't a 11 me dat une fois: .Commrnntvoultz duuc ete dites tier pour 1 heureuse
Ilre derniere < note Lusitania' et vous que je rdalise mon desir d'ar lin do la guerre. Ce serait mecou-.
Ifus accuse d etre a.ti-allemnaud ranger A I'atniable les allaites Anto- nature la politique general du 'pre-
in que je fusse absolument etran- na t- Lusilania si je ne puis corn- silent que d isoler cette politique de
pt la redaclion de cette no e. rnuniquer avec tnon ambassadeur? se- protondes croyances re igieuses
Lea depu e- reprdsentants les I'ourq.ioi le gouverneren des Etats et presbyternenues.
tands industries de l'Allemiague Unis lne me permetl-i pis de couil
'esocidrent a. 1 attaque dinrgee con- imuniquer en chlufres? Je iui 6pon- Les constructions navales
rele (hancelier. Ces individus vou dis : a 'arce quo le Foreign Office frangaises recevront lacier
uent quon garden la 13elg.-qe et le essaya de me fire ddlivrer un saul dAmrique,
ord de ia France. parce qui'ls espe conduit A ce faiteux von Rintelui d'Amerique,
client Douvoir acquerir les depts -ous pretexte qu it se renddit aux
achirbon et de hou lie qui s'v Etats-Uis rejir dese secours pour Washington. 29 Octobre. Les
lauvaient et obltenir, par' ce ioye, les -ges: peut-tte \VashnngLon habiles nigociationls du haul con-
iDouopole de ce conicelcc sui ,pe'se-t-it que vous vOulf-Z encore tilSSair e itrnQaas, M. Tardieu, vien
Continent. Ces gens. sains nu comnuiUiquer avec des personnel neLt d'obtelr uu nouveau et impor
iOute & la sold des usin, s Krupp, du miine typeD tant result. c
o se lassailent p-s d activer I opui e cnia'iceler parla alors d autre On sait que certain chantiers de
peubassliue. Mais dil iveotouv doe. chose II ne diL qu'il existera de constructions navates on France
nits plus pondrMas pioe troupova des ,llpat 11 men Allenag,.e centre les avaient du suspendre l trav.il sur
Ltes pidlus. On r6direa pours pettiose X: i irats apr6s la guerre. Je lui de nombreux navires en construc-
tte aidnexion r6die a unelgique ; et r epodis qu'il y avait lonagemps que LIon, patr defaut doe l6es d'icer Les
Ieaesnexionat de la lcque; eit des Ailetnaids et des jouruaux du negociations entamees a ce sujet
les signataires depce docu e dpeys me ddis uent la nnome chose Ot avec le gouvernenent des E:ats-Llms i
.:Traietnble prince d1Aze. eld, Ia up avais dja re.u bon ombree viennent da recevoir une heureus q
rahanberg et deieur pe la qulettes privees .des Eta s-Unis tme solution. Au debut de septembre. L
kl Rou Dner nberk, le profssIr distant que si 1 Alleiage avait in toutis les comnrandesetaient lances
l D .unetko orinachk le d'autte ention de se batire avec les kEtats- pat le haut comimissaire et les toles
ik, s aps cete onachg re, put-d auttre commeucerout a arriver en France /
e. Us ape a cilLe ye red a63A ddn: les premiers jours de Novem- J
rage des conwervateurs, A la| vaudrait-il autan sy jete des bredan es au bon vouloirw Nonti- 1
.lu do I alrdireo Arabie, rio con preselit.
1 d IalTdid rb, 1e c r ppoit. Odt alors sur un fon dans tous les depirtements p-r ole q
.as de bornes, et attira n tue m ne r1ipond t alors surmu tondaou nsl ad riuai, la flotte
pression pour quelqutes jours des plus aei.bles que ce selait ts gouverncisment a rugican,ee de qua lotte q
ageszeitung quitavait pubilt ruducule do se ba tre avec les Etats trangaistx na laugtones mt esd ua se- q
tiruletnt article a propose de ce Lnis maine derniere par leShipping Board q
__ la disposition du gouvernement J
franciis. pourra saccrurire tres pro- j
L'hInpressiont aux Etats-Unis chamement de cent mille tones ti
.. ---- uni)dl6mnentaires. r


Nw-Yoik, 12 Novembre realiser 1 unit d'action sur l'unit de
B dep&:he de Washington au tront, don't la premiere manifestation
LoRi Tu~Ei dit que, deputs est la constitu:o d'un etat-maor
toire, allam~andec e:n Italhe, les inter-alli6.
ivernements O est particulibrement heureux
)mpte de la A W-shingoan de ce rappro:h.-ment
:urie de la militaire enitre les allies, car on y
Ce. serait partisan d-une action militaire
le, les revers e neagiqueet d'impottantes operations
esulta. Ae navaic.


W. A. Wissmann q

R&E DU QUA,41-- 4 t
Port-au-Princ .
dqo
Achats de Caf (ti6 ou tel P
-#,q


de Bretagne souitrira du fait de la
guerre sous-marine avant. la deuxie-
me part: de I annee 19 8.
S D-ailleurs, :jou'e I'oracle naval
du BEaRLINtit lAG -rnL,:Tr. j tmals i!
l *a etd que'tioi d'linposer la paix A
1-Angleterre par la guerre sous-ma-
rine, mats si-ulemcnt de la rendre
plus accessible aux idces ce paix .


Donnezy atx bbdes
LE LAIT CONDENS-. ua
Nestle
Cela 6viLtea b 1aucoup de maladies.
E'l vente p itrtout Eln gros cht-Z
1'agent pndra i p)o r 11 iti.
L. l'RETZ 1 \NN AGCGE1HO1LM


UN DISCOURSE
DE M. BARTHOU

c Les h;tr'os seraieitt irahis si les
Ira ires *t'itnin' l pas pou iss.

Au course d'une ckremonte qui a
eu lieu le 2 novembre AlaSorbonne,
Mr Louis Birthou,alo-s ministry des
atlaires 6tranger&s, a 616 amen A
tiie dei declarations d'une hiute
importance sur la n6cessit6 de pour-
suivre jusqu'au bout et sans consi-
deration d'aucune sorte ceux qui se
sont fails A l'interieur, A un titre
quelconque. les complices de 1'enne-
mi. Vo ct ses parolts.
La corruption don't lAllemagunes est
faith unearine einpoisonnee pour venir
au secours de ses armfe-. refoul es n'a
ni trouble, ni souilld l'dme national.
Intacle etl erme, unie et r. solue, I drne
de la France a resistW, et elle a tenu.
Elie n'a rien de coimmun avec les
quelquesi b ndlits don't la bissesse a
lenil dde servir au-dedans, par des in-
triguecs abdectes les desscins de enane-
mi du dehors. Elle les renie commnedes
its indiqnes qui onl tendut leur mere.
Mlis it ne salfit pas de ce reniemenit
I [14ut qu'il i ait un chdtiment, et
ru'il soit rapide, et qu ii ne manage
aucun cuupable ou aucun complice, et
'u il sfil inexorable pour des crimes
ui soentlinex.pi ibles.Nos morts veuleni
ujaen tout les pouvoirs publics aillent
usqu au bout.11s exigent que la pleine
justice devance et assure la pleine vie-
uire Du fond de leurs tombes glo-
*ieuses, ils i'tieent des voi.c qui ont,
,les, Le droit de parler. Les lhros se-
aient trahis si les trailres n'dtaient
)as punis. Je jure d.nos chrs inmorts
Fu'ils ne subirejtt pas cette honte et
u'urs bras inflexible assainira la '
'rance afin de preparer I heure certai- I
e ott le droit et I honneur solidaires
riompheront de la coalition cyniqite
ui a associd I hypocrisie et la force
tour une aosure nauidite et djsormszi
miseani. .


L'autre jour, a Vick.barg. une
populace dmrnonte'e A assailli un ot-
ticier ne-,ge et 1-a brutalement chassk
de lendroit.
Cet actede violencee nest pis seu-
lement un affront fait Alarace noire,
c'est encore une insulte A 1-uniterme
militaire des Etats-U.iis.
Un autre ofi :ier negre A qui 2
sold its blancs avaient retuse le salut
militaire, enleva proniptement son
dolman, I'accrocha i un poteau et,
ordonna de saluer I insigne des E'.ats
U is. a Vous n'8tes pic obliges de
me saluer, leur dit l'ofli-ier noir .
mrns 'vous 6tes tenus de saluer
I'un I)rme d'un offi :ter des E:ats-
Unis.
Les maniaques les plus irreducti-
bles du pr6jiog de race devaient
pouvoir se pMnAtrer de l'id6e du res-
pect qui est di tant au gouverne-
ment qu'lls rzoainaissent qu'aux
repre's.ntints de ce gouvernemen',
Le seul respect des Etats Uni.,
quand ce ne serait pas celui des mi -
liers d homme- noirs qui s'otfcent A
mourir pour leur pays devrait
faire taire des propose tels que ceux
qui furent adzresses, A Vicksburg, A
cet ofi:;er qui en tut expuls6. On
osa lui dire que w Aucun negre ne
pouvait porter en Mississipi un
unifo:me que des blancs soat tenus
d honoreri.
iCe soni lA des desordres qui no'as
discreditent, pas seulement aux yeux
du monde que nousessayons d assai-
nir en vue du libre developpement
de la democratic, mais encore A nos
propres yeux. Ce sont IA des actes
qui ne peuvent aucunement fortifier
le moral d'une arm6e dans laquelle
sa trouvent des millers d'hommes
n )irs.
Ce m6pris et ces insultes ne pou-
vent qu'aigrir le coear de ces hom-
mes qui sont venus spontandment
sacrifi-r leur toit au pays.
Honte, honte, trois fois hoate aux
faux ambricains qui ir-hissent ainsi
tous les principles revendiques par
notre pays,
Exlrait du Globs
IL I --- -


Les sousc ipleurs


Fnor


A Idison KRaa 0: ro,oo
Mumus 10o,oo
H. Silvera 5.00
F C. 3,00
Pere Duclos 1,00
Mgr B.auge 1,00
Filles de.! Mine (Elie Dab.)is) 4.o0
P&re Guidec 1,00oo
Clergy de la Cath.drale 1,00
Pere Lucas 1.30
Comptoir Franc tis 5,oo
Victor Mangone z1,00
Pairizzi 2,00
Anonyme ( M. L. ) ,oo
Anonyme i L. F. D. ) 1,oo

Or 47,oo
Total des listes pr&Mcdentes 65,oo,
Total 0; 112,oo
Total gourdes 265 So
( A SUIVRE )


Viennent d'arriver
SA' S VIDES d Ecoase pour caf6 et
FICELLE.
L., PRETZ.MANN AGGBRIOQLM.


Cr------L---- C I IlI I-NOR


at.;I) VjVZE CEN NTMJEIS


c


S-


1111ke 4127


Aui6 Wccembre 19t?





"_ -LE -MATIN


Faits Divers' Grands journia aux ....
_-- _-- a-s ROParisiens N t QM UE
BENSEIGNEMENTS Oa trouvera aux bureau du'MA- LEs PSONS A
METEOROLOGIQUE; TN pour ia vente ,u numrnro:
Le "'mps
OBSERVATOIRE "i F r ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
Le1AcEi e Matin
DU Le Ptit-Parsie qu'un medicament est un puissant aliment
L.e Petlt journal 1 -
SMINAIRE COLLAGE L.e lournal En, concentre, productif de sang,
SAINT-MAnRTIAl L'L.mme Ln haini "m /e ,i
Mercredi 3 Dcembre 1917 c or forces et bonne couleur.
Mercredi 5 D_',ceembre 1917 Le tyvs E4
Baromette 700.9 La Victoire I
Sminimum 21.1 L'Humanit (Demandez toujours Emulsion de Scott)
Temperature JDi7e Scs lit i
maximum 17.8 La meillieure des bires.- Ce!le
Moyenue diurne 23.1 qui i conquis le monide et est *-- -
cot,sider.e commne 6rant !a pre-
Ciet presque couveit toute la uire. C)Le vapet S avan an D d,- lauaR nail, HJ l LSe i cu4 d IreU
ournrhe. -E, i vet(r pa!ot Le va, euI'. avt N .p L e A St P6tersburg, Etat de tlo-ld
P:uviom atre 6 .3.ut~nJi.: m.lliNu 1 S.. Y- o k Ye 27 ,!oV.nrl, C e 6 cMle, e..t une Com pagnie se propose dieve:
Baromb.re l grelment en hausse S<- e i1 imn- ou- o n n r (r Alliar c ve- ui unee de cide r
SHR hale quins "a omnme de 300.0oo dollar
Att I'tict I-de la- Lanque N^ti0 -J r.int, pppnrt,;nI pour For, ;l-Prince quini la .omme de 300.o0O
[ SCHERER nale dllati MilIle r,-te ltenx tow r ( 1 032 T 64 ) d'.'tii-s J-'vrs. AMirc l9) couranl prenant. ft et me la pche des requins dins li
Tribunal iclil Cin 'aiitilt.s Port-au Prin.e, It 5 Dicembre 17 as-'aeri pour New-Voik. eaux de 1Alaska et de Seattle.
Audience correctionlle La soi r6p d' hir a Ctrd.-Vari' tas es.t Es Le trair. prenan la nialle et les La Compagnie souiient que
d dcene 17 audessus de Oult'C ele. Le fu-,nir.ilfs ,e \:\ i P( LSI. PIsla;3rs li.s-r Ila Itgare ~1 D.l peau d-un requin vaut autant qi
Le Tlibunal prend siege a dix 'Pst u e solire'P iflie. ,d I J '-e in irInicl e cou al, a lieuresa. celle d'u beut ; par contre ii e
heures pr6cises du martin sous la IUn monde di-tingu assis'ai a moins dsendieux de pcher ile re
n ;e s! on' moins dqisnpendeux dne pher le r
presidence dui jug` -1 H Bonhomme, li1xiib1itL<' de li~ini u Ln q es dans i ^.p cuv p t ,a, I, inn .--... .......... ... quin que d ever un boeut II yt
vant conme asesseurs Its igs l. .u environ dix varnitS s de requin dY
Thoms Pierre Philppeet le suppe-. ). I ,n L ,,'o- r eii ( "r e t, tI la peau ptutrrenplacercelle dbei
ant Emile Lucien, en presence du rud:an do.man.enr t ae I no N-.,sc .. sd c a o; s,,. auxl It ,S ,SN dns beaucoup d-us gs i" ustrl
gubs wtlut Agnant. di, wfrpini.i li i.- di ner sl ir 1 C. Le p U S *i n* ...e. .. 1 0 ee pos
Aftaires apples. i rin dt i 's l 'l is (Illi id ,e -ii L ) No sl il os Ti bres-opie
Vincent Creidy contre Vincent loiu, g q i ii. t.'esis i 'a i, a s. AL-s Nous desioii s acheti, at coiP |
Mack!out fixee :a maidi pio-hain deu:x -s s, inc)nparane tinit par 0 P t n on. aura lit dinatuicIlt J dl tanR, I's tillnres-Ioitcs de IPo
M' I i, :' [ I p c vI) t l ',,,- .cO:11tarl'i till S dl s1 1-i"r St IU II)FIING alcienis sur er velop
Minis 're Pub'ic et les noninm s m s if ) ri' i-s ti:rils ie ipar' I. ii de;4 ae a. i t ,i co:i n iI S i a pour St Au PRINCE CI S SU en
I ( 1 ,- 1- ,r1 cS ;111011S 1111ell11J6 ItNs l i 1i1br'es eminu s dt- co cP
Raphael Acosta, Ignacio Roter et te, us et J i.- i i d 1 ii t r- s 1 I*' ,p i Jo 1 Pi r",;'- rc ia Vs s aiiOi inlter llt liai les br~ coni ius des colonels pi
Augustine Lucien, m culpes de con the un ,u plUoi > us'Il i bli Ju i:_ re a u'l ix c. ltolio sj usu(i.ls de ttd ais q e les peutes
D I tgranL, es col'Ce ior s.
iebande de cigarettes. 'Tr:lhunal die (lis CIi .r !i>rie DUl tU. isx et < lornire es Iiamis ciex-, G. SiKlISKI 7 7ue Cnd
curionIsI Lyon Rhoi.e.
Sur la requisition do substitut AL-o LcJ DlU l),i:.M;!o r19177 I cur ons I Lyon Rho(
Agnant,le tribunal a renvoyel a!t.aire pPicsidc;i:e dii pridieJul LL' cr (u C. 'ein i il'a L-ZotU Prince le )b'e 1917
d mardi fromch>in pour qu'on piis choisir un inaerp;ete pour traduire cio ,ontre PlhiiJor Louis Le )u n ,e o lc pilu qie lui i j ri
linterrogatoiie et la defense du prw Io ,1 en enidu en so. r pport, e d' tj u ne lu a poutants p v ,
yenu lgnacio R~ l.r qui ne peut .\l e ic a co .iu a la c.ds- e ,:a v. 11 f ic Pelo I"sina SalVCn
exprimer ein fra iI. sto Uiinitts. ua. u j --- Li v I ip a rrsc ei formne Beauti, jeuresse 6lernells
sar 0, o ld n e,: Li s R I nt o,1 a r.- _- ............. .._1..1. 0 Iti ,' ,; en I e I J 1oh w- cafril-elres mervp, rm
Suite de l'afiire Josa hat Jos'ph 2-, Rh-, Is Rhni n o tre V x u4 r. -i uJ (. bligation hypo- I Ltio catI, eu res inerveilleuse
incu.pe de vol de bceuf au prejudice nIer M ,let. Le ]uge .n.in cnte ... ai te et pa. en tul e O, INAKA rajeunit la chevel
,'c L-2 ..1,- . rae unit la ch.
.Mercius G in ,.. ;... e :e .la ~~~t .i o .L iis Vil
eriusGn du en son rappoilt. M iorpeAu en 11 lui redonne sa teinoe naturelle et e
a.7...0 '",r'r't eo la ,'itl'P.
Le tribunal,ap,&s avolr entenJu le ses bserv .on pour ie .euend- r coileu* timoin Alcius Astre), a envoy6 ia le M ,iN e nu ic a ca -, ia l ., ..----e.i .. --...t.-. PELO LISINA.
continuation de lufaire a mardi ua .- ; et SUAVELINI
c apsslation du jIJg-mtut de :o ice. m i cii tt (fi 4t uitiaL I emauts eLpo
prochain vu Ilindiposition du j ,ug P .celcnt co.nt.re L h- D r- .-A ;. unint en., date du Deembre Loio s proi iues p ii r
C" ,.-U.-'---... .-' ,, '. chevelure lt plus rebelle, dtrfripa,
Thomas Pierre Phiiinpe et a lev6 le cii-. Le j.e emo. en e .e h plus rebel dfar
S. :'.') lic Un t ('u it d ix Sp-t -a .-I .l lt'H S-. les cheveux teut en leur dol ant ,ii
sbi ge.E r lson rap.o t. le Minis' e pub ic a -- ---.--- ---.- --" e et dt ni-I r U I1' iU ;u uI-ux, 11 S- aspect ven t t bri plant dl niral,
Ethfll n)u(qile cncu iu r jr, du pour-o .... ....... pco' 1 I- r rdi qne I 'o 0o pte. La Pelo Lisina et la Su ivelin
Dimanche 9 du courant, A 9 heu- 4 1 A. L. .\. Piqua; t conire jo- -: :" :" ra o z, Dece bre couri utla dix lieu ont hla purtt de guenr les miUa
res du mann, au Temple de la s2pha Mir:b. au Le ig'- 1)) ;mond ". i s do nil'l: en I e&tlud et l tionli dl cuir chevelu extirtpr l.
iiis I'r'e Isd- Nb L is Vllii'a rNo-
Resp .-. Loge l a 'Venrit N o 47 eniendu en .on rapport. M : < ons- ,-._ -', : -*-- -'" -- i tS a Sit'o u-a l ve p'lIi,- s et 'viter la lchltle de
siege du Grand O ient, on procedcra tartin Beno t en ses obervatlions ., -I' au los (llit a t rmier tech cleveux. Ce sont ds Lo:ins rafral
A election du rouveau Grand M 1- pour le ditendeur, le Minisee pu- .- i a mr ne.10 plromee f'od, et chissantes, toniqies et paifumesq
tie, G rand Com m andeur de 1 0 :- b ic a conclu a la c i sition du, j ge- .t.- -. .! n ccl U -V1 s P-IId a c a si u p lit t6 ode u 'en
dre m.t onnique, en remplzcemen n..ent at:;qu1'. ..._. -.-'-.e s .:-''-e r1 N. 75 nes--porte q elt a lt l el s dlutiol.
dr m I- *e r"ri m e t a Al lis. N i mnPN- o- /l~( ic tt i 'l i i lis c itC3
du T .'. Puiss F ". i Errie T.'lilin al die tx'. .'C -il S O,... rd ii. ",-a L. itf r l i;t i.Lpl Ids ie lude y c< inprs nos ,ircipanx attiles Rdve, "'lnta
don't le mandait triennal va prer.dre Z/,,la Doisca ei. Lucinje S Fo'rt r--t- .-.tE pT. cou luit des -aux et ]nqualite n O iti p aLa
fin. pour scandal, public, sout condainm i---.- sep eds de plioii.Jeur et buirnee TIE OHINUKA I1IARMACAL Co
Plusicurs pernonnag-s mar nni- nWes al aI ende. -- iau Nor7d par IPet cou 1re, au ud .999 WaterSireet. New-Yo kCitj
ques sont cites comnme candidates A Le inribunal a condamnmn a '2 A-7Oll!vOti8 ( par la rue des Caser'es. a IEst pa"
cette haute d'gnit6, mats celu, qui it-is d'ctuptisonneme,,t Mine La IlesheriLier,),iiseta ues Ai i traigtii a
semble r unir ie plus de sulfcages i rcie vie re, coup.ible (e vol deie l e diva r
cst le T-. Puiss F .. E.nrma- 'a, tesdeLrau udojIPARS de iAN, a iS FIL Wainhdie d ei dae.e du sei p Uh its matuerni Hfants rks
nuel Domirgae ierG .-. M .-. adj .-*. but c qaire vint dix neur t n a inS r
en exercise. BI Ic:iln dtie li Chailib'e de C Nous avons r,' cu I1 facicule d; re a auinnonc la cp-'ure de netes se poursuit, cotlp)ri'e et s'6tend
Cifliina-Parisiana Nove'nbre 1917 du 61ul'e-in bimies potions sur la P.iave. Un armniiceC sans enri nec. excepier ni reservert.
Striel d la Chabre de GCoinnerce est 6gilement annon 6 sur le front L'a dite vente se tfea -uc la riise A
Unbeu programme est prar ie ort.au-Pice u,ts les dex occnpe par l-arm6ie roumaine. pIix e hait ceit soixanue qua re
pour la rrsentation de c.soir ols,parait avec des atitres d uO rapporte au..i qu-' des corn- doliais . ... 80'.
il est de grand inte:et. Le voici in ,.rand io,:ni, t. bi.i peu importar.ts ont li u sur le tnontantt de i'bligationi hypoh Ical ;
ex'enso : Nous en conseil'ons la lIcture a tront oaest. re en principal was ui pejudice
,< Un Path -Tournal a Le F.re tous ceux qui s oii.er.unt d's piodigue ,, << Tti sera grand chi- tions ecuoinoique. et Clmilnerciales. ralchLces a4, ,. ises ont trt, rra'q;e- jour ut des ion. irs ue 1 puiavocats -c- ^ ti
lu gien 4 tt sLa garienne du feu. Fd !Uiaisic Siie-Piretlllto ment nettoyes de leurs dct-nseurs. te ei dung .uv e d e Ia de,.,usele l1e- 7, I
Cmme onlevoi une bone et Les repeti ions se poursuivent ac- gona Iteni-r, piop ielalre d meu- /n/-
ommb e on e voi une one et ivement de la Revue que Cin&-Va- LOUVrelles diverse' iant el dunfciiee a Poi'-au--',nuce, /
rgieable soir.e a passer, rieies representera dans la premiete ayant poutr avoc.t conistitue Me Lur,,/h *m
Les proprftn s il'ri-n Le propliutseirbigiess teurs de spectacles rarts et de f.u FErROGRAD -- 4 D-cembre 19.7. a cabi71t cdu d avocat gT'end Ku ,e ,
E ertu d'une Moicvotee sous loe tire se prparent. Cente revue toute Une R-pubbque Ta:t ire a ~ e I, c li le sur fuerie
government de Mhel Orest oi d'esprit, b:en que n-ayant d-attaques proclamee en Crmee avec la ville e i s, Pr au-'rince ps et II est prouvequdavecl --
3axant les Fopridtn s irrigu'es de a m~chotes co'ie per-onne, ugratt- de S b istopol pour capital sa ,qu.tl, e d'adtinistirateur legal de COMPOSE "MITCHELLA"
Republique dune gourde ar mois ge. n passant, nombre de nos Les n et par carreau, Je gouvernement va per.sonnges. mondains. et blague lion des pri onniers allemand", au- Maiana e Marc D saves. sont plus craindre. ll fait dis-
.ntteprendre, des iundi, le ielev6 du mats poltnent, nombre de nos per- trinchiens, et hong'ois soni en bon- PIour tous remar'niemeints s a- paraitre les malaises de la grossesse,
plan cadastral. Ce leleve permetra sonnages .. otcieis. Mllie Li y ne voie de concit sion. Ces prison dresser au ,otaie Louis Viuenay, supptrire les doulemurs dent l'accouch
de determiner la conte.ance des Faldy y tent le ,6 e de Miss Pearl niers dcvront &.re relaxes immedia- depositaire da coillelr des charges exerce une gri-ande action sur les
aerres irrigues. \VWhite sous le vi.ag. de qui se pr& tnemet Port au Puice, le 6 0 c~c.mbr'. 19u7. glandes mamnnaires, permettant amt
C-est l'ingnieur Maximilien qui senate le Cinama Melle Fo.,gere y D)a,'s le journal Vitdemost le Lu iLAD. et soae es. femmes nerveeuse'.


mest charge de cet important travail. tait la comm6re et le compete est Tso!zky, le ministre dts aftaires ""'- fablesle, qui souffrent de means
O-1 commencera par la Croix des incarn& ar Mr. Maurice Lqudun.Nul eiratgeres a pr aujourd'hui un Oiffred'eusloo re aucde us eane nuisib
Ire at e.p' Oiecontient aucune substance li inblO
Bouquets avec une quipe d avan- doute doac que ccite soiree r.ussisse, decret revoquant tous les iepr6sen- Fainiiite peu nomnbreuts, dtsirerait ,tur la femme ence.intee ni ou
ceumeu. et qu-tlle soit un de nos grands tants diplon4tiqueset consul res d. une bonnie, ulfrant de serbesea rfe- 'qur os en convaincre. N'Fda ,
Le relevk, rien que pour la Plai- succe i. la Russie i stranger r qui n-out pas reices. Lioudiions avauLageuse. pas d'equivalent. Sans di'te n I
an du Gul de Sic rapportera A I'Etat A leucr reconnu le gouvernement des Bls- S'a dresser au MATIN. sitEn e dae rde notes le p*sft
an moins 12.000 dollars par an. A Bolosse, grande maison aussi hcv.ki come le government e- et che Veuve Ednond alM
Accourez de suite agr6able que contort. b'e, vue oiagni- gil et niaonal de la Russie. nuit dernitre. mais dapres les deru- R dbi
C/ e Melle Saurel 80 Rue dot Poa- tque sur la mer et sur la ville et LO .DRE-- 4 D"embre 1917. niers ipporns recus a mi.,son airtil 8. pb Ae- *
vtas utouverez, Ab m smar. ho, do nant ac, i ti grande loute de Le Prince Ruppreiht de IBtvire, ler est tr6s active.Les positions an- 2 A A,2 I s* .S
lpetit stock d msLL.aujile: s-. BiAosc A Peu-de-Chose. qui cot"rnirdden ch f sur le troat glaises A Mwcuvres et A Bouillon.2 A _.i|_I
a- sb r b, i .ffeta.. te- u, aUe S'adresser A Vcuv.: H.c or Rioue6 Cde ambrai n pa pas pu renonveltr sent violeimmeat botbirdeon t mausea w M mvow or. L
it, s aaiuts 4 dIn!ati. CGt I iny a ar e. O.