<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03018
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 21, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03018

Full Text

L


Agsfe 4114.


G6ment-MA GLOIRE
DIRECT AUR
ABORTEZMUTP RN
PORT AU PRINCE


0


6


a; s.00
* 5.00

G 2.28
0.00


Gs


.j


Quotidien


ACTIONN ADMINISTRATION
&ogsoe don Russ Fdrou a3Amdrioaioi

Losaameneces sent repos :
AlFRTA,9-FLIcaaxbureaux da jouxua:
A lPAzis: dies L.Mayence & Cie v',,Itu*Tromkw
A-Loaimss: ckiez'L. Mayecucift COO' If. 21,2j
Ludgate H11
& Saw-Yana Universal Publicity COrAPX17Y45 Wu"
14 th Strcet
Li' asocitiIns imsrds on nu2 asmenti!pawreudui
AkOeIsmmlltl& SgserlsOns paya bls i'awaiw


S ElS 8 Allemagile o ar n1 Vigoll ull appl

1'Affibassaieullr raril d Sr Roosevelt


X \Vashington. 23 O,.tobre

r les numdros des 3, "4, 15, 36 octobre 7, 10. 19 & 1.- Vovombre Dans un article quir arAit aujour-
attaque3 enfiell.es sont 'di Bernstorff. L' tait une longue d'hui sous le ttre jorUne complKA te
rigees centre 1'AreriquLe lite d'articles tells quo selles auto- victoire dans le journal KANAS-
gle:president Wilson. mobiles, camions. explosifs, provi CITY STAR," M. Roosevelt, aprs avoir
sions, que 1 Amdriq lo exportait aux vigoureusement combattutout etard
loi international a toujour-'Alli6s, et it me siguifia que ce comn- lenvoi de troupes amrncAines
le droit des parliculiers et m-irze prenait de telles proportions pour le motif d'approvisionnements
orporatlons de vendre des ar- q'l faudrait la faire cessar. et de tonnage en Europe, aprti avoir
itdes munitions de guerre i En F6vrier 1915. le communique d6clar6 que tout citoyen decent
bllig6rant, et a la Convention officiel du jour public la declaration devrait s'employer A taire compren-
IBaye tenue en 1907, ce droit suivante; De lourds feuxd artillerie dre auxpacifistes, aux Huns de chez
plhcitement ratifi6 et confirm dans cer aines sections du front oc ea pactos aux Huns e cz
e3 Dr Kriege, alors reprdsen* cidental. presque to alementavec d -s nous que tout mouvementen tvenr
dtel'Alemagne pt6s de It Con- munitions am6ricaines*. et en Av i d'une paix premature, en taveur
ECde la Haye en 1907, eut I oc- toujours dans le commudiq'i ohii d'une paix sansvictoire est sAditieux"
dde s'exprimner ainsi au course ciel a peu pr6s ceci : c Les uflicier- conclu : Nous devons cocmbittre
* debats : francais qui ont 6t6 captures disent maintenant de toutes nos forces sur
quits ont de grands depots de mu le sol europ6en A c66,.de nos -ali6s,
M .bateau neutre qui fait ce nimtons am tricaines.* Je me tis dt- ou bien nous devons craindre un
aerce. comment une viola ion hvrer, par i'entremise da Departe- jioa que nous ayons A combattre
devoirs de neutralit6.Cependant. uent d'Etat. uno declaration de sans allies pour nors foyers en cen-
r6s un principle g4n6ra'ement l'ambassadeur franeaiscertifitt que dres. Taut que durera cete guerre,
an, I Etat, don't ca bateau porte jusqu'a ce moment. fin d Avril 1915 dres Tant de nosrera cete norre
ipeau, nest pas responsible d a curneb)mbed l1'ariillorie fr.ncaise la cause de nos allis re era notre
violation Les Etats- neutres no ne provenail des Eitats-Unis. cause Leur dMfaite serait notre di-
pasappel6s & in-erdire, & leurs a Mais rien ne pouvait satisfaire les faite, et quiconque les antique ou
t, an commerce q ii, du p'rnt, Alitemands Ils paraissAient tenir defend I'Ailem g ie est traitre aux
udes bolligArants, devrait ere absolumnnt a ce que l'exportatioa EtAts-Unis.
id16rd coDme ill6gal.(Confreance do touted espece d'articles saseepti It ne d)it y avoir au.unt paix par
nrtionale do l 7Paix, i 11 ave bles d'6tre tiles aux Allids fat sus- negociations. La B.Igique a droit A
kgOctobre 197. Vol.l I p. 859) pendue, que ces articles tussent use enorme mdemite et la Fiance
ramnt les difficulties que nou' des provisions ou des munitions. A reormise de l'lsaice-Lorraine.
M avec le g6n6ral IHuerta, des Les journaux 6taient pleins d atta- A la reprise de Alsace-Lorraine.
Met des munitions venant d Al- ques enf'ill6es centre les Etats-Unis rar ses assassinats sur mer, par
e pour les forces du g4neral et le president Wilson, et de carica- ses raids sur terre, et par son abso-
rtA 6taien d6barqu6es au Mexi- tures portant sur la vented de moum- lue perfidre etsonabominable cruau-
pr des bateaux allemands. tLions. t6 partout, l'Ailemgigie s est mise
nant la guerre boc-, les Alle On eut dit que jamais l'idie ne elle-meme hors la lot des nations
dsqui sympathiserent ouverte- vitil aux Allemands qu it ne nous Puisse tout brave americain re-
dt vec les Boers, vendirent n6ltait pas possible de violer la Co ipousser les coaseils honteux des
Dias & P'Angleterre de grades vention di la llaye pour plaire A un germanophiles et des pacifitzs et
Att6s d'armas et de .nuntions iiat6resse qaelconue, uinquament insis er pour que ce pays, A quelque
fes &it tre employees centre parce que celui-ci avait decouvert,pri que ce suite
hers; et cec, nonobstant to fait apr6 le commencement des hosti- pix que e soit, combatte obstine-
6tait manifesto que par aucune lit6s, que les r6gles pjases tour. meant jsqu' ce que la guerre se
bilit6 quelconque, lea Bo6rs ne naient a son d6savantage. Its ne termine avec 'a complete aetaite de
Talent, durant la guerre, s'ap- comprenaient pas non plus que l'Allemag'ie.
iaonner des mnmes articles, a I'Aminriquo ne pLIt pas fair varier
ione source. Pour ne citer qu'un ses lots internationales au gre des --- ---. -- -- -.-
p!e. il y la firm Eberhtrdt fortunes chingean ea de la guerre,
fmeldorf qui fournit aux Anglais Odictanttelleloiquand les Allemands Grande Fabrique de
Soons avec accessoirs com- perdaient la maltrise de la mer et KOLA-CHAMPAGN
IMwagons, caissons et munitions telle autre quand its la reconq16. OLA-CHAMPAGNE
Upressement model s pour la raient. D. ASCENSIO


'n e centre les Boers.
o foreignn Office Imperial eut,
tfoi, a m'adresser une note for-
h concernant un paragraphe de
0biographie de l'ancien ambas-
P Andrew. D. White, of itl tait
lots de la guerre hispano
on, o avait arret6 dans un
Sallemand an bateau charge
e.et de munitions, destiabes
Iobains c)ntre l3a Am6ricaiins.
tleloen, l'ambassadeur W\hte
gcrit, sans avoir lea regsrres
mibassaade so is lea ye-ux, mais
PtPers maontrent cependant que
Pition qu'il avait prise au mo-
4e la pr6tendue arrestation
'tinemninent correct. D'apre6
0CUrfments, on volt qu'il avait
t D6pamrtement d Etat pour
U3.rquil etait parvenu & sa
aance que le depart de ce
Asait project; qu'il n'avait pas
Satendu que I attach naval
*tfait savoir qu il n'avai pas
itd'iotervenir. Le Departement
lwa transmit de- felicitations
.ttre abstenu de toute pro
ot intervention.
"abla que le mobile du gou-
eat allemand ait 6 de fo
.one animosity centre lea
0s sur ce point pour forcer
element amdri-ain mettre
CO oimm6diat ,ur l'expotta-
tcos articles, par peur du
h.alent allemand ou des pro-
Sgerimano-am ricains qui
aSo pro re territoire.
Ie 1191 Zimmermann me
aill a ona nnta an'il tenawte


Depuis les premiers jours de 1915
juasqu aceluioujequittai 1 Allemague,
je no pus jamais avoir une coaversa-
tion avec un Allemand sans qu'll lit
allusion a cette question Qaelques
jours avant mon depart, en Janvier
1917, et apr6s que j eusse t60 infor-
ne, au course d'une soir6e chez le
Dr Self, mmnistr6 des Colonies, de la
reprise prob-ible de la guerre sous-
marine a outraiic., uin gros atlemand
q ii si trouva e re 1 ui des grads
dues de MecklenbuargS3hVhw in. se
plants a quelque distance en fice
de mot et nmo diten allemtnd:aVous
t'es lainbassaleur amn.er!ctinI Je
veux vous dire que la cunduile dei
Etats-Unis ea fjurnissant des armes
et munitions aux ennemis de 'Alle-
maagne eat profondement gravLe
dana le coe ir alttematid. Groyez que
uous ne i'oublierons jamais et qu'un
beau jour nous nouas en vengerona.
It 61ovai. iellenien; la voix en par-
lant et se fcappait si fort la poitrine
que tout le uonde interrompit sa
conversation pour 1'6couter. Corn-
me il portrait sur sa poitrine I'ordre
de I AigleNull, ceux de I Aigle Rouge,
de I'Elephant et du Sdraphin. quand
11l se frappat. la poitrine, le tinta-
mnarre de toute cette menagerie pro-;
duisait A lui setu assez de bruit Je
lui rappelai poliment la Goovuunion
de la Haye. ensutte le fait qua noas
ne pouvions changer a cheque ns.-
tait la jurisprudence inLernauooale
pour suivre les IlactuatioIis de la
guterre, er, finalement que 1'Allema-
gae avai'. fourni des armues & I'Angle-


Cafe du Port
I ormuile de la Jamaique
La medlleure

Avane f[ranaise
PAR SANS FIL
Les Franqais qui poursuivent les
allemands au delay du Chemin des
Dames ont atteint une advance de
I mille L[2 au sud du littoral de la
Rivwre Aillette.O'uoique depuis hier
8oo3 eaux de terrain soient tombs
entire les mains des franpais, les pro-
gras sont n&cessAirement lents parce
que l'oa ignore ou s'arietnt pr6ci-
sement des atlemands.


W. A. Wissmann
(laison hollandaise)
RbE DU Q1-AI- 44
Port-au-Prince
Achats de Caf6 ( tri6 ot tel


terre centre les Boers. Mais il me
r6pondit toun s.implement : Nous ne
nous occupons pas des traitds.. Da
mon cOte, je rouvai que la rdplique
SG'est-ce qu ils disent tous ,. s'impo
salt trop d'elle-meme pour que ja ne
la lui fisse pas.


I




li
t

c
t


L' aarcclle Petrograd


est au Paroxysile


PAR SANS FIL
COPENHAGUE D'apres une ddep
che reoue hier. La guerre civil sir-
gissant de la contre-revolution des
Bo' wisky en Russie,prend apparem
meat de 1-ex pension. Oa rapport
que le general Kaladine A la l te
d'une armee de Cosiquts a pris pos-
session des centres de carbon de
Done'z et cont!le main'enant les
approvisionnements de la Republi-
que en combustibles.-Petrograd est
tenu par le charboa et la nourriiure
et Kaladines est mainienanten situa-
tion de require la capittle parla taim
et le troid. Ses cosaques out en leur
possession tout le combustible ne-
cessaire A 1-approvisionnement des
chemins de fer.
STokOLM 20 sept.- On made de
Hapamanda aujourd'hui qu'une san-
glante btaille fait rage A Mocou
Le th6Atre national et beauco-up
d auties monuments hisioriques ont
et6 demohs dans un combat entire
les Bolswtvtkys et les forces du Gou-
vernement provisoire.
WVAsuINGrox-La Rassie a trouv6
an novel home du jour, c'est le
general Kaladine,un commandant de
cosaqnes. Daprhs une depeche de
Tornco A Washington oa dit qu'il
command la region entire des co-
saques et a vous sa main a toutes
les provisions russ-.s de charboa et
de pain.
Kiladinetient Petrograd A samerci
pour ce qu'il s'agit des vivies.
O. dit queque Petrograd ne pour-
ra pas tenir boa plus de que!ques
heures.
On rapporte en attendant,que Ke- -
r.nsky torme une nouvelle armee q
dans le but de prendre le Gouverne- U
ment des mains des Bolshev:ki.


Grands efforts aus-
tro-alleinandIs sur
la Piave
PAR SANS FIL
LONDRES Ua effort considerable
est tait aujourd'hai que les Austro-
allemands pour gignei la bataille de
la Piave en envahissant le plateau
d'Asiago et de toadre sur les derrie-
res de iarm6e italienne entre Bazano
et Feltre Oa a remarqu6 la presence
de Von Elinbourg sur le troat ita-
ien. II y eut des nouvelles concen-
rations de troupes dans le district et
'on dit que ceite bataille est la plus
:ruelle qu'il y art jamais eu sur le
ront itatlen.


Sccretaireric d'Etatde


1 lGteIteur


Avis
Commuiiiqmid.


Sur la demand de Monsieur le
Receveur Gendral des Douanes de
la Rtpublique. la Secretairerte d'Etat
de I'lnterieurinforme le public qu'une
embarkation charge de campeclie
a et6 trouvee aux environs de la
Baie de Hlenne et conduite aa port
des Gonaives ou el e se trouve en-
core
Le propridtaire de catte embarca-
tion peat la reclamer, sur present
tion de tirtes authentiques.
Port.au Prince, le 19Novembre 1917


CONFERENCE
DE


MONSIEUR P. MARS


Monsieur P. Mars est un remueur
d'id~es et s'il aime beaucoup la so-
ciologie, c'es' parce que ctte science,
avec la complexity et la vari.et6 de
connaissances qu'elle comporte, re-
pond aux besoins de sa curiosit6
intellectuelle.
Histoire, Economie politique. Droit
Finances, Statistique, Biologie. etc.
tout y entire en etfet. Et j-imagine
pour ma part, que par cela seul
qu'on la cultive consciencieusement
comme le tait M. Mars, on a droit
A un respect mil6 d'admiration, car
cela suppose outre une grande sou-
plesse d'intelligence, mais une forte
discipline de la volont6, de longues
recherches, par consequent un la-
beur patient. Et telle est sans doute,
une des princioales raisons de ma
sympathie pour le conferencier.
It est evident que notre avenir,
en tant que corps social, est un
problnme qui obsede son esprit
jusqu'A l'inqui6tude. On se rappelle
avec quelle maitrise, it nous expo-
salt nagaure les r6sultats de son
enquete sur nos origins, et comment
it etait arrive A nous expliquer nos
tares et nos travers tonciers, heri-
tage d'un passe n6taste.
Hier, encore, cette idee constituait
le pivot de sa conference. Mais elle
6tait envisagee du point de vue par-
ticulier des relations de 1'1ite avec
la plebe.
De quels elements se composait
cette elite au lendemain des luttes
de liberation ; quelle tut son attitude
vis-A-vis de la masse ; quel r6le
celle-ci a-t-elle jou6 dans les des-
tin6es de la nation de 1803 a 1915 ?
Telles sont les interrogations aux-
luelles a epondu M. Mars avec
une franchise que j'admire, il a tait
e bilan de 11elite, et nous a 'nontre
a tendance, constant A maintenir
nconsciemment peut-etre, le vieux
:adre colonial, z'est-A-direla division
trbitraire en exploiteurs et en
:xploites.
Helas Ice jugemen, si s6vere soit-
I, nest que pourtant trop vrai. Que
e voudrais queM Mars se flt trom-
>6 I... Eh ouit nous avons toujours
portd et nous portions encore le poids
le dissolvantes hereditds qui sont
:ncore les causes reelles et unique
Ie nos malheurs.


Les jouissances, la domination et
I'emplot plus ou moins deguis6 des
moyens qui y conduisent ont tou-
jours Wt6 la preoccupation de nos
elites successives. Pendant qu'aux
stages supreneurs elles font franche
ripaille,brisent et gaspillent ;la plebe,
elle,contenue et bride supportant le
poids de l'edifice, 6pargne A ceux.
qui s'amusent la peine de travailler.'
Cela dura ainsi jusqu'au ]our, oud,en
pleines saturnales tragiques, nous
fdmes brusquement rappeles l'ordre.
Est-ce A dire qu'il ne soit plus
temps pour Polite de travailler A la.
cohesion des classes par la r6paration
de ses nombreuses injustices ?
Non,r6pond M. Mars. Cir A moins
d'une destruction sys'6matique ou
d'une deportation total, hypotheses
aussi absurdes qu'irr6alisables. nous
sommes appel6s, malgre l'616ment
nouveau qui est entree dans no-
tre existence, A etre encore les mat-
tres de nos destinies. VoilA pour-
quoi elitee doit entrepreadre sa.
mission d'tducatrice de la masse,si
elle vcut que nous coaservions dans
'avenir une phpsionomie et de


__-- -- -iI


-Ewa=


006
solo3

of3
,moil


DSPARTEMENTS


ETRAN IER


QP CJVZE CEN TIMES


Nqgejqi 21, Novcmtbre 1917




,. .LE 'MATI

Lacampagne centre la Les allaires de tra- Un Dactllographe ChampaUgne Dernldre lleur
propaganda allemande hison en A ndri- CUallfjr&apshe ields lea commie lrge de
aux Etats-Unis que. Goat americain et Her le rmateriA de la P.C.S. a c
0fTie s:s services au public et Carte blanche s on report.
New-York 22 0:tobre Arrestation de deux agents au C ommerce-. S n Vee cit ides faits graves que contient ce
allemands Pour renseiqnements, s'adresser Siion Vieux port, le tratic sur toutes les 1i
La New-York Tribune continue Ia NEW-YORK 30 Octobre.-- Le nom. au bureau du jirnfl. .CanEs Co. a tresuspendu. A
publication d'une sdrie d'article md Liiem Lellowes qu'on suppose Wp.. -. .....u ld/t y n&.'ral cbez- le tragique dv&nement de Thor,
contre les propagandistes an:i-am6 e rO un des chefs du mnouvement desa L .PREE'Z ANNA-(G'ttiOLi Corpagnie a d~chae dans
ricains. Sinn-Feiners est le baron de Recklia Lelfres recomlnadsq e-n so.ffrance redoublement V d
Aujourd'hui paralt un deuxi6me ghausen, 6troitement mdl6 cgale- du U 1 u h Nivembr poses sparrment ou en group, gence et de cyvoontai re de n
article consacr6 Hearst. Aprds avoit ment au mouvement, ont etd arrM6 S hin St Mtn. quelle que sit esp&ce du ousti- tenure des
fait allusion aux fausses d~p c.ches de bier. pquelle que soi t ol'episedu mosi- a ten eet pinessd e urrie S
Londres briau6es New-Y Les papers trouv6s dans la cham- Melle Valerie Leville, que, leau o. son tououse dispostte s ti es et l es rde failies.- cot
ondreasationq Hearst New-York par bre de ce dernier demontrent que c Eupena Moise, dans leau. U fait digSe d'attenion ce qu'elie aurait fini par contr
organisation Hearst, et ap favor des sommes importantes ot t6 e- Mr Edmond Michel et d'une ceitaine valeur pour lhy le goet du crime et qu'ayant
rnontrd comment Hearst, exclu de voydes en France pour y tre em- Dme Vve Camille Dort. gi8 e est q'e la emelle du mousti- vers A tilot le sang de plus d
rance, d Ang'eterre et de leurs co ployees dans I intordt de 1 Alleina- Madame Franris Delrn, que a besoin ab.olument de sang personnes elle voudrait encore
ne,. NEOR srves u e' b n e.er. irtern. Monsieur Gaspard Constnt, pour le ddve!oppement de ses cuts temps en temps rtp+terau dses
gne, la NEW-YORK TRIUUNE ajoute : i.e baron sera intern. Aie Gprdon apiei avoir ete tertmsde pir le male de tous son morsatern d's
1 II est int&ressant de remarquer Uo nonmbre consi.frable de do- Alexandre Bcher. it nedposera sesfoir ets qu apir le me de Avant hiser uo n motux assassin
que dans la liste des redacteurs du cumnents intressant le Gouverne-. nDes suce du sang. Alourdie pir le sang s'est product A Fbom zeav. La
NEW-YORK INTERNATIONAL NEWS e de Etats is ot element On annnce lanorturnn ce s le vol t et p b.e va
telvc figurent desbourg, Fuhr, d coans uvaerts duranta Me owes atin,de lierre Chlar!eslo. ini.1Moise, gdneralement t l'eau la p:us proche rompue de rechtf: tenders,
tells quest Vibourg, Fuchr, Emilt de Rlcklinghausen. Ce dernier dc6d a. su'e court ilad e ddposer ses oeuts. S ii n-y a pas gons et patcs ont t6 bi s
Klaessig. I serait, parait-il, un agent laiss6 part Ses fuicrailles auront lie l Oemain d'eau dans les alentours ou st tous leur pression r'ciproque et ce
Le journal conclut : Ie Comte 13ernsrotfT, aprs son de martin ent la lsiliqu.e N.tr -Dame. les r6cipienis contenant de l'eau, pr!s restait du convoi entra a cegar
Hearst, convaincu d etre un part des Etats Unis: il ttait gale- Maison unortuaice:" 1u des Fronts- des habitations. sont frIquemment Nord cahin cah. dmantibula ar
faussaire international professionnel meant associ. A un group de Turcs. Fots, deriittre he Piesby re. vides, pratiquemo nt tous les oeufs a Notre sympathique ami I
dans 1'intiret du kaiser, est un banni Le *New York Tiwness dit que of symiupaie huues e otido attce videsontdruitsrHdnt tos les us i i N tre u
international condamn con.me larrestation de ces deux individus aux tulles. Un aut et a utes ce it singulier est que les q subi un ch tell
tratrs S Fen la vit6fas qi dev ait ter Les amis sont price, de consider ditfarentes varii6es de moustiques terrible qu'l perdit connaiss
des, a Paques piochainn es, atv versaire l rs nt comm invitation. deposent leurs cealt et na1ssent pendant qcelque temps et ne re
de la revolte de Dubin. uanivere is la main sous des conditions diff:renkcs. A lut mene que gize aux s
CHEZ dris he nesa sublion l s quimalrai- Par exemp!e, le mous'ique de la empresses de la population de
_*___Of Ma_ Ar s1nt--- dusnot q melerchaa: fidvre jaune pr~dfte eclore dans ou m zeau il en a tee quitte A
F lO a laniyones Le lLonument du Poon de Thor -eNoe atourmer.te pas les bates, tu pres de lhabittion, peu importe manrch.. Uai autre h mme do
L3e, PC ue dha .1dIn te l'tat. Ne sast cu tuptd'eeau, sale ou propre, dans de petit nom ne nous est pas parvemnu a
e a de Le Comitn charge de 1rection du ne sas pas ce que tu peux dev vases, tels que les mrnsites en fer- g,,vment coatusionn. Tout
Fromage de Munster onumeT t comtndenoratif du Pont un jour. b an, les pots a teurs, les sceaux in zeu etait en moi A a vu
Genre pAte grasse hollandaise. tion en vue de la realisa ion de ce d eau, les b.arts pour tecevoir leau cit accident dl A I'mprdvoyan
Saucisson Cervelas, noble piujet. BmredmInt *IP Il Iti .idr de pluie, les citernes, les goutteres I A I incurie notoires et inddni
Genre Gotha allemand. Iltsera tait appel au Chefdo I'Etlt, i ttc, tandis qae le moustique de la di la P. C. S.
Saucisson Armour' aux meinbres du Cabinet et de iOc- %lanuse pltre n. i re en plein air, La P. C S. est mintenaa
eorie Lyon ramncar. cupation et en Oiaeral a toutes les dans les receptacles du so', dans les bout de souffle Forcee de ne
Ii tjautes personrinlit tant tluitienncs j couranis, dans les minrec.ges om- alier au delA de B zoton, ce
Vite, COUIRAETS! Venez prendre et etrangeres. UJl breux, les sentieis inonds, etc, pai- ajoute une nouvelle contraven
votre quart ou votre livre. On ne saurait douter que le Comi- D 1 / No0 ou il ya une cAu plus ou Acelles plus oa moins scandal
ressez-vous. arrive a oleir les ureux r6- utli2 A moins propre. Les condutons d'e- don't ptitt son contract avec l'1
ais PESSEZOUS DONa qui se rose. ECOSION DES MOUSTIOUES closton du inoustique Malaria sont A expose mainten nt A des rupture:
Salle d'operations de LES LL'FS ptu pies les memes que celles du ch.ines piesque quotidiennes, I
-- St raois de Sales famous ique de la FIatuose, saul ce- yant, contusionnant sans mer
AMEUBLEMENT Les mous:iques, ainsi que les pa- pendantqu'dl est un peu plus delicate, tioublant protondJment le moral
caracristiques qui soient bien eort ds ite pillons et plusieurs autrLs insec.es, prdferant de I'eau plus propre et dJs ses voyageurs, elle mentebien q
nous et qui nous distinguent des erdentes or P. 65.70 ont dans leur existence quotre pha- places plus fermees, habitueilement lui fasse, sans delp, cesser ses
peuples. oa r Dumarsais llonorr ses, <'est-A-dire qu'ils re n: dissent le bord herbeux d'un courant ou tics jusqu'A ce qu'une nouvellei
re commune entlkrement avec %(Irh versement) 2 pas ou n'closent pas des ccais d'un 4targ Les ccu;s on larves du tailation, prdseatant tout le con
Mr Mars dans ces nobles idecs, et lir le Snateur Dorntval '2. come les petits mous iques, mais imoustiquc de la Malaria n'ont ni la desirabe, vienne garantir la contia
je souhaite, avec lui, que chi- iMr le Chanoine Colcanap '2. doivent subr deux periodes inter- vitality ni la resistance des autres de tous et dissipe les inquittu
que unite de notre 61ite, compre- I ere Bernard (2-, versemt) 3. m6diaires de d6veloppement. 1 y a vartites et ccci nous est un grand leg times de nos famtiles s.
nant entin l'irreparable malheur Lopin (J3 verst) 5. done quatre phases distinctes dans' avartige pour combattre la a\lialia,
qui isulterait de son indift&rence Mr et Mime Louis Borno 10 la vye d'un moustique. Trois de ces car le moustique de ia Malaria suc-
en ma coire d'ducation populaire. Me Otiol (3e verst) 4. phses se passent dansl'eau et durent combe A nos ttiots p'us vite que,
travaille A combler le foss qui I'a ret Mine eval 0.0 de 1 A 12 jours. Cette circonstance celui des auties varisiLs. Le plus puissant
touours spar de ses tesr Felon issier (Gona 80 nous otre tout A la fo s le moyen des VINS TONIQUES
ryeurs. ves) 5 le plus simple et le plus etacace 1a f(c epti d
PLACIDE DAVID Pere Bossennec (22 verst) 10 pour dctrunre les moustiques. Si on
Un Frare 2. ne laisse pas 1'eau croup.r pendant tiran se nttilltpletI A
Mr Dumarsais Hlonor6 (4e ;dx jours le moustique ne peut par- s
D et 5e verst) 4. faire Ls t.ois premti;es phases du a Le Courrier du Soir s, dat ou BEEF LAVOIX
aits iv eI Dr Felix Coicou 5. cycle de sa vie et meurt forc6ment., sol tditio i l ier, siginale un noa
F ts ori e rIit semblerait qu'on ne pt ut laisser ,vel accident de train d it d la nad co sm-mmb atIl0 l I
N*S" or 702.50 aucune stagnation, meme en t's Ulifence de la PI. G. .- et survenu
KRrENSEIGNEMENT S I1 manque encore 297 dollars 50 petite quanutt, et les faitw le prou- a homazeau. L'ANItMIE
pour atteindre le chmlte de millte qa et les fito usr I article qi parole tA CHLOROSE
METEOROLOGIQUE' dollars, ptevu pour I outillage de la vent, pour qu i1 n-y ait un nombre de cetraccident et des ceirctnsances Larl YSPEPSIE
Salle d operations; les personnel con-riderabe de moust;ques. qui I entrainent LA DYSPEPSI
OBSERVATOIRE qui dte,eunen' des lists ou ot mis O. doit se rapptler que les mous- u NqEURASTHINIE
DU ent rtseve leur ol/rande sonit prices tiques demandent tres peu d'eau a Au secours I s':rie note con- CONVALESCENCES
DUE d.. AiRosLLEi u de Is sacheminer au plus 6t soit a pour naltre Un vieux recipient, frere, tel est le cri de toute la popu- o NCWA
SEAINT-MANAIRRTI COLLRTIAGE L ArchevecI soit a il ospice. n'importe quoi contenant de l'eau nation devant le- ravages incessants I w: PFae.,Amlma
AINT-MARTIAL Le Directeur et reposant sur un terrain vague ou de la P. C. S O dirait que dcp:.is SE T OUVE PARTOUT
Lundi 19 Nuvembre 1917 -- J. PICIION. sur un tas d'immondices que la -----
Barometre 762.4 Cinmnih-Parisiana pluie a arros6 peut donner naissance
minimum 22.3 R~pondant A la demand g)ntrale A des myriades de moustiques. C'tst
le CinDma-Paiisiana consent A don- pour cette raison qu'll y a beaucoup
Temperature ner domain soir, pour la derniee plus de most q'es durant ia saisoan
m fois,. Le Calvaire d'une Reine,. film' des pluies que durant la stcheresse.
maximum30.3 d'art en couleur interprepat Robin- Les mrnous'iques que l[on volt pen-
Moyenne diurne 25. ne, Alexandre et Signoret. dant la s&cheresse provitnnent du
sai manque de precaution.
Ciel clair avant midi et nuageux Entr'aide scolaire La premiere phase de la vie des
Court le rest de la journee. Nous avons reuu un excmplaitre moustiques est l'oeu, It y a beau-
Pluie Sh Iom.r des status de cette oeuvre utile qui coup de choses intiressantes A dire K
Pluviometre 3. 7. m. m. a deja rendu des services apprecia- sur les ceafs des moustiques et il
Baiomrtze constant. bles A la jeunesse des 6coles. est rugrettrable qu'ils soient si petits
T. SCHERER Nous ne sautions troperngagernos qu'on ne puisse les observer sans
1. SCHRER lecteurs A y pr 'er leur concours le laide d'un verre grossissant.
Soirue de Gala plus empress& et le plus large. Beaucoup sont beaux. Les mous- AUTOMOB1LES A 8 CYLlINDRES
A s a Jenaesse I illraire tiques f.melles, selon leur espece, Ce C pa nu S
A causedu Gala au profit de eu- C est au n dimanche 2 d4cembre disposent ditremment leurs ceuts Ctte Compagnie table depuis de ong
vre de Mgr Pichon, le grand gala prochain 3. 9 hs. du matin qu'est De teile sorte que toute personne vtrs dtsure avoir un agent dani cetto localiL6 et
artistique ae Parisiana est renvoy A trx2e ia staance scienmelle que donne qui en a fatt 1"tude peur distinguer I cffe dos avanegesa rars s Ia personne (u & Ia
SMarc Antoine et Cl0opAtre .. qui Cercle de Port-au-Pince et a la. qi infested unelocalitd par le sim- daslodroelnr t eto
falsait derni~rement courier tout quelle Monsieur Emmanuel Trouil- qui infestxament undes ceutsaquis'y trouvent.m- ar I otdre de leur exception.
Port-au-Prince. lot fera son entretien Comment je p xamendes ceutsquis'y tro vent. 670
eoncois un relhvement moral de la Le culex ou le moustique trans- Touring Car 7 passagers P. 1 670
.- -t_ "?,II


oiree sens )nll nation. metteurde Filarose, par exemple, a. Foursome 4 .'
SoirNe sensa elle naionean ge d6pose ses cuts en masses formdes Sedan 7 4 2 300
C'est ce soir que Melle Eugenie Par commission de S. E le Prdsi- de paquets d cuts places les uns A Roadster 3 1 1 85 a
Fougere done sa reprtsenlation dent dllaiti, IM. Mondrsir Paul a 6tW c6t des autres, dune fagon tres Prix f. o. b D4troit. Roues en laiton P. 1001 extra
sensationnelle pour hommes seule- nommn judge de paix de Gressier. M. nette et ties rtgul:;re et cts masses King Motor Car Compagnie Export DWpartementt
ment A part les chausonnettes a La Paul etait juige-sutppleant au tribunal flotTent comme de petits radeaux. 50, Union Square, New-York City.
masseuse >, Haias et d'autres aussi de paix section Sud Le mous.ique de la Malaria depose '
spirituelles il sera repr4sent6 le cou- Trihnunoal de IPaix reton aNord ses oeufi un A un et celui de la
.ber de Fougire. Ce sera le clou de Th:rmicia Augusta, revenue fidvre jaune en group, mais pas en
la soiree" de votes de tait sur ta personnel de radeaux Le moustique femelle de- .
Les places sont-au prix de TROIS Maria Verdit, est condamnae A l'a- pose une moyenne dq. cent d'oeufs et .
GOUvRDE el de EUX GOURDES. mended plus en uae ponte. Cepeadant, -_46.