<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03010
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 9, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03010

Full Text



6. 4O5 O410 re I9 ffwam eOil


Imbent-MA GLOIRE .- *,f, -amn ameIun M
*DIRMECT.AUIR '"- all# gS I* .Amlr...

PORT.AU PRINCE M:
0~, Lg 5+~ A e. Bm
5.00 H l M III &at08 ft80 -
DEPARTKMENTS |ml s La m U NI.ymw CI 3W. Mg
G l. I -
6.00 1 nstem 7 *winsl PuTet 1 ClW i1
ETRANGER o .) 3 m

Q- Quotidiern -"b -"
.Aa-A dRamZ ( al I d inf t ft u .wb. rq <--,



SK U L T U R La Mort de f eas tats-T-Tzi et 1. >apo0

r~h Biio PoiJliqe lde I'Allmagnc Kitchner le pril june qmadein_ Germany'

R9,0 d____ __ C'est pr la cour de Russie SUIr-I II I IN
trois ans, l t Kultur La slec ion naturelle et la loi cnu le vos pirates auraent u course de la mame alla:utioi,l trce de suggestion de Ia littra-
& si souvent qu'il a fini d'aprts laquelle la na ure chosit tVceniiu le voyage du U
rpour o mot ordinaire. p'erve lei types es mieux propres mrinistre de la guerre le V icolnte '.i endgaga so-i pay r t ire imprialisteet du journalisme de
,Ii eat doouteu qu oily A ruariser sea de"eins. Poutcnluite pas violer I'indtpeadance potiti- 13!rlin et de la Vallke du Rhin ten-
ll sens quil a en Allemigne .lji croit en la Kultur, lI'lunanit ique ou l'intmgtite tecritoriale de la diit A provoquer cette cAtastrophe.
s. le mot Culture signilie eit enticement soumise & la loi do NKwv-YRK. O(i lit dans le jor u Chine. Un ban travail entrepris entire To-
le d6veloppement de I'evolution ; elle so compose de ra- nal Sita, do Konsas City : Ea terms qui ont tW accueillis kio et ashington 6tait la dernikre
bamain dans le but do pro- ces et d'organisatiori toutes soutni- 6 ULn marin suddois, Axel I jiernsen come tormulant une a Dl)ctiine chose d6sir6e A la Wilhelmstrass.
ame certain flnesse intellec- ses a la loi do la lutte polr [Vexis- qui a servi dans lea sous mann al- Monroe pour I'Ae ., il dit : a 11 est vrai que les Etats-Unis et
0t e'est la signification que tenci. Par cons64uent, du anoment lemands, a declare u S11 ai,.-Pa!l a Nous ne voulons pas seulement le lapon ont de vastes intirets dans
ie lecteur anglais quand il ique les types et tle organasines. soat Iloineer 1Prese qu & en croire uu iau ne pas chercher a violer linttgrite le Pacifique avec lesquels ceux des
'ti Inot Kultur '.lecoiCiuatlbltes, La Ltne st1auS 1I'd-1 ', aiiuefliitn, d. qu. 11 ltediit ia ou la souvveuin.e de li Ctine,ain us Puissances Europearnes ne so it
i nation eat tout autre po1 i nords et san, piaid dot co atilmuer ,u0)iveni. 1 proj it duI voyige 'd nous voulo is aus;;i c re prets A d guere compirables, et que. quo* qu'il
danOsS E le paut ''rs resu lusqu a ce que la nature cli)Sisse, Kicliheieren lussil avait Let devoi;e tendre et A muntenir cene intgrtit arrive en Earoe. lei apoiats et les
deux mots la I n d- la ru- par sa vwetoi.e sur les autre, I ux .ltax eiuds par la coulr .1 Is et cette inJe nJance de la Chine Am rictins doivent solutionner lea
in d'attreas terms, c est lap 'yp lo pi is p *opr'e a aisuhbs e" e Q a soue sou s narmnas IfreniL enL o u Lre tinrepenj Cie se la n prokiis oit GeIa-s
( tId6e divine. Il'rso me n's tl. one dts profeis-urs allern in Is, lI ,Lnulure cou e que coLat. vons que nos propres f o tieres s.- ph:que j4es deux piys leur impose.
celA plus c'airemnnt que alors. eat que la rae alleinnde est dijuL'su,, au c jrs d uqe con. raient me ia;:es pir toute nnva ion C-s problems coimrenrent le com-
11 vo I Traeitnclike, l gr...a ia pilaius p utjre a Suivivre, et CLiiiI versation avec le coin nan Jant s o 1- etrangi:re oa intervene io i en Chine. nir:ce d'Oc:ident et d Orient, l'im-
mIne de la K l:ur L'essence telle, a eoe cliaiei par it nature, ,t brwik, Iji coin naUindat le s )us rn i;in C L eg g -ine it vo!oataire, dit le migration et I'tnmigr tion,le develop-
dit-i, c'est e pouvoi. lud celIa olanat anasi, sa KsKitLcr, 0 o il s'rvalt. lui IlL reiiai.q r l iq a i, de N.w Yoo k, a loge toate, pnemert ecoio niqueetcomrnercialde
consa 'uen:e; it sensult que a form i d orgminsati m poutiqe li service d'esionnagoe allemnai it possb lue d- dittereiii centre os la Chine tt t'&volution politique gln6-
sicrdi:e doe s)i s'arrte AA doit tare iunpoeeo, par la vJlwtnt d i LI ndIrs devait e re l rin organias. L-tats-LU ts et e leapoan dans le d ve- raledu p uple cluhnis.It vi sans dire
u et ni s'applique pta a la nature, sa r le reste da innde,i -- .L),,ires dit I co nan Iud >'ft, loppeient de i po itique en Chiue qu toJtescesg-oses questionsn'ont
pusi 'll n y a rien ad dessut avec la In'ue inladcablItiL ak c la- croy-z-vods qe6 linfornatiogi soILt 1 Cbgrislia 5 iece .\fir pense Pas et rogites d Ons quelques con -
Ut quo i 1Etat phase s~ u irntlaup ou larplaite lutt-a -venuo don .iritetl'e veir ?que le declartionsda Vicomte su versations A \ Washington Ie mois
SI devoir Ie plus lev' d- e t u e l .tte a enott. et doeIn 1 a P n "sez a itendroit of reui IJint~gritt de la Chae et lapare oa- pass6; ce qu'on espere, cepa-ndant
com1,e ceui doe IA ruchie, est que IA nature plysiqu nCe nnIlIAt d it Kitchlenzer: ious avons d tr i verte constituent le plus important :est que les deux Gauvernements
cu~nerverr. Da la, alors, dr,-1 u i uerei it condi'oAiiIs, de neo lid bous amnis dii tole h1lutes qpl~lres document politnqu:qui ait t app3r- ot dissip tous les milentendus et
itatlement la diastIMc4'r, s i E..- t ie .Wo.t u,'.-ter ui mnorci i di P'etr'ograd. .-io tI au monde depui le co:nmuce- q 'its oat 6tabl. une comrnunaut6
?Tit eitslcbkelui-m6meinsiste, cjnpromis. ltite, comlpritnis, ce Sule une pers nne tres hlant ment de la guerre. T es gnedrale-1'1id6al, sinon d'interets, dans lears
t. moraliL plvde et la mior. sa8)It des rigace de taibless, eL cuit place aurait pa conlnaitre le voyage ment les obiervateurs eJditriaux methods reipectives pour absorber
' ie Liblot morale qui pes me tells, selon TreLs-haik, so it le ue Kitciene'r, dat Ij* '.ilsen. vent le spectre monstrueux d'u ie les questions non resolues.,
:i(,idu n'exiSte pas pour t pec66 t Il poiltiqI'0, Id pejLd cjl 'oe -- La plus haut place, repondit aagress'ol laponais: disparaiss int dans Apres les importantes declarations
ione de I Etat, pjr:e que I ELdt i [Saltt-i prni. S einbr-nk bi nicaanant, la plus haut iaurore d'une plus complete col- otfi:ielles faites A Washington et A
bl) pouvoir, Ie connai pis It eat atse -I y voir par 11 conun-m t p;aced de tojtes.* i ai' a dun plus compicie com rhif f t A Win t ne
l poqouecellaod se prefer I ot at o i par eur, coarltat et la. n plu tteprehensioa mutuelle entire ce pay, et New-York par le Chef de la Mission
'aftirumer. En raison de cette que le s )ldar, t anarchaud autant .. e lapoa. a D. toutis les Missio is Spciale laponaise, l'Ambassadeur
pi, le plus grand crine poli a ijAe lo ltahjeau, out pu accept er la amicales qui ont visited ce pays, re- I ipoaais A Londres,dans un dascours
aMla faiblesae. La faiblesse, de Ltioaie qu ul trite n el qu'u (L e m reic A1 JOffre marque a i'E gle a de Bawk ya, la proaoncd au Club Arnbricain quel-
etde I'ata', eat le p6chl cointrt Ciillon dd paper, e. Ie Lorpuiae Mission Japonaise est celle qui a le ques ours plus tard,a eu de son c6.
It Esprat. Quiconque saimit ce diu L *si araa.,. lcs d~po tatlous It et a C (d i e plus contribu6 A conjurer les guerres At, A atfirmer l'existence des relations
la veut dire n aura auzcue inend ie plui s angjmaice hiltocaui- tuture,.. Q i peut douter miinte- amicales existent actuellement entire
td6'voiler le myst6re de laexhi- le des batHllois a lemauds sur lea Bien qu'elle W ait encore rien d&- naut que chique cAble d'un journal les deux pays. Le Bireau 1-.rop6en
d'horrour A lquelle s lvrent culnps doe bllau le. LtL guerre eat cid6 otffliellement i'Acaddipd fran au sujet d'une agression Japonaise de he Christian Scoence Moitor a te-
ideds dupuis Ll conu inc uuLe, tua Cms e t ls, vo. ena. ura l ise soge, parait-il a recomnimeucer au Mexique 6tait inspire par des 1egraphie A ce sujet au grand jour-
I~e liora sigguerre. lature pose pour oAaer sa a drt do survavr se.s ~tec ons. L'allustre Gompagnie agents alienands a demand leaRI. nal de Bstoon la correspindincesai.
borener a une p a quelcon. lI ruacie doi.renoyer sea basatlous appelleralt tout dabord & elle le publicans de Spingfield, qui coat- vante :
sais I Ett put regarlJer u:i ea foulIna ion epasise, a c'et neces- rncta Joifre, dot, par un dft uansLe Vicomte Chinda, Ambassadeur
isqu cEtluti qui ret antssait are devan ela gueue d.es ,tra.i rean ho nuateu, ulec uill prciderdit Tous les canards de Maggalena I iponais,a ere invite au lunch donna
ralit6 de la Begique con nM leusi duas lea tranchdes. S ce En attendant, en M staance d hie. Bay dans le passe venaienti d'Ale- Ie 12 octobre courant par Ie Club
Imple chilon de paper. L'indi- proc6 e d o'i la Ipitn et exclue eat Acalei.na a procda au renouvtl- magne Des protzsseurs et des edi- Am6icamn et a prononce A cette oc-
se doit pas ignore la loi pro appltquee a ce to vanrie.6 do lep ement dd son bureau et 61u M ltCuIS Pan-Germainsavaient d6cidd,il casion un discoursqui souleva beau-
hdela proprete, maIis lEta lielaei quoe soul lea aleoimads, ochin, directeur et M. WRicepin. y a lougtemps,que les E ais-Unis et coup d-enthousiasme, la compagnie
vahtir u1 paye qual s'est en .va.e.. ,d.p..ea ,&ou-iuer our le chancelier. le lapon devaeint se b.ttre pour la entire se mettant debut et Pap-
au et atsir lea bin s, auevai u ilel oa a Le tMatin' da 28 Sept. 1917. mAl rise du Pacifique, et ainsi toute plaudissant pendant plusleurs mi-
l^ioaa pour I exzcution doe os o9 espirJr que ia pati0 aeraio apptl- -nutes. "
d oupoa. quoe aux vaielt6s luftrieures? Ieat .- --.--- ---.- -.- -- En 1labsence de Mr. Page, l'am. -
laidm ne doit pas c)mmettre Ia uid~thJJe de lectoi* do tLa uatu- le type de 1 Europe Cen rale rest ruche. Etant' donnes cea premisse- bassadeur amricain. c'est Ar Frank
rtre, mais I'Etat ne connait re, et oeO n'a pas b au11 d'ere dt encore A <&re developpe quoique il n'y a q,'un argument qui ait quel.,Powll qua pr6sidait. Parini les in-
brestrictions et peut sacriuler fendue par lea tiomeuos. C es la lol dbj& il aout en formation. Autour de que chance de se fire entendre, vites se trouvaient lA'miral Sm. et
hd'u individual, cmmo danas le de la ruchba, et par suite, i eat in resprit allemand doit grand catte c'est qub 'ambricain peut avoir un le g-nural Bartlett. U.S A. et les Mi-
llMiss Cavell, ou la vie dune hustle et futle do blamner la relte- Kultur de 1 LEurope Ceotrale qum se- plus fort miorteau quo celum d Ialle.-' nis resB.lge,Roumain,Serbe et qua.l-
it6, commune dana Ie cas do abdatlle, oude d aue de Citte abtille, ra plus tard impoaoe au rest bar- mand. ques autres encore. Le Viccmt
no Cel e signifl peviai u5 e telle undApiuord u est pas bare du monci, par lea armes 'll IChnd. re. arq. e --.
a. Coe alal^owaI trop hardie. i bauc eoa-issae dle d faut. En ample language de mmo e N N1 n a pr6vu plus clairement ce q l trerqnEs eats UUoiesran,
16ement cruel, ou que la ruche. que le musulman partit de la Mec qua devait ar'iver, ou comprise mieux que r.e.r e a: s 6 acce-- u das .Ia
iearnds portent une dose La terre promise #on. de la n -. que |o porl. 'manurt npoa er Iet plus panfai eieut le rsultat in6ae- guerr favs tr r icciee -.. lP
Vl de p4a original i el. Mai cola velile dispeusaUon, eot le cltre de religion dI prophet e par la vertu vitable de ia nouvelle philosopbhie avec de prooos aen.tmets dappl
a qu'lt- so.oat livrds corps et i'Europe, et tole peul elu eat le peU du cametel re, de m6me I'Allemand quoe ce jut merveilleu quAl aspp.e caation et denthouslams Cela se*
& une ph-.os he politique pie ailemaod. Le* pure alleminds doit s rtir de Postdans pour impo- lait Heni H.,iae. 11 y a longtemps, fimalit pins ffrtemnt 1oe jamais la
R imnor5ate E orie et inh.- ue oerasut paa asea omoroux ser la Kultur a I Hum u.it par la verse le muiliu di ai6cle derm., ii conviction ,apoaise, et la cotsiaace
"oo pratSIe. L'*aptre de la poor imposer la Kuatlir A IlHui ma a l tralleuse. ave..It ia France. en particualUer, do da people dans la justice del ceas
trs voe S pas di tout a ce t< et a cause aO cola I premre Car, remarques le, la Kiater eat cm qui devait arriver queand le dea Alts et la cenitmtdei d a vic-
Ide vue .bose a faire eel daunerer as ian- en elle-mme nuone religion. Herr diaes de l A de o errd l errant oireim. 1 par da brileamit a ls d
It- a" t..io. av.c I'e.at e '?naeace de la IKltUr lee .utres a- Numann le dri edue oa- r nescitd palr Ia phdolople cina. asi- me l-ep m, IEa.sUs.
tn-e d, ih tBnp donlh voi-,ne@. Vrledricl. Nauman, flnaiment claire. eQ amnd I ue-r tfqus. cl dea, -7 -- ---- Thor. gg 2 P---, --le- n..M u-",
? it n*y aSqeute pe Ians son uvre ba. conana *L Muro- d B arck derit-I, fit m pNas i aee .on martea omlo boad-ra cut e er 1 i
l I'Eta o S Etat -Maijo pe Centrale, ezptiq*e comment ce- le Pape et l parti do centre, le ca- t travers te Rhin pour r63uire en tpsat dr, ee p
COulez los AAteaux san laisse .a doit "s a. lu..es leds La- ractre protestant des empereurs pieces lea cathedrales gotbiqes.. .mps atteadre. is serat vus et
teS Ie. ls. .iilmainds Ia Liotia qua separuent ce paya, ici-aI, Hohoeniz)llerns deviant un caractere Sruvent, pendait ces dertiera s.ntlas dns lelncente loordinltj~ o


--., l.um .irim n .a .t-e--
Sde nme a sqei I Etat Major doavent lre a ce puit ellac.es par priv de ceux qua, portan la cou- teomp, pendant qu'ils voyaient dettorts cotmuons dana as poausuite
ftede d6porter des femmes et les epreuveis do la griaude guearo ronne, sont au dssaus de tottes tes lea obus alleininds d6truire le tot de buts commune.
tnts, lee ftemi.s et el en on que lid6e dd I'union seas suppeor- croyances-. Eu 4'autres ternues, et lea sculptures de la grande 6glise Un bon eftes do Ia p&rUdpatim
Wlront ddportm L'ide t doit table. Il y aura, aanmet il sans I'Etat 6tat u deaiaus du seas hu- dui St- t6mny a leims, lea francats do des Etat-Ui,. danprtcipi
et dot Otr o@, m- ae route uneO orte opposuaio au nou- mmia de la moralt, etant one reli- la Champagne oat du ae rapeler m-a daos la gerr cre.1-
e dO disparare ur vel tat de chose en Autric.he gion en, so, ceut qui government ct averussement, et ilts ont dor inlsr'lamintioades pemiidees
quo -"VE.i igoinar gan a pa luigrai reasM I'union, en depst l Est, quoiqu'il puimse continue de rendre comp:e qu'il n y avait r~a &i influence allemah.u qai oat s
'046. l -a a s.nt'dao_ la d, e toui, cela, es0 ianvit6ale. Cs n' mt a d6clarer protestant eu leurs per fair que de suivre le qatet du activemean tia~athe pend-at co der-
sla Ilamr mt I tapicatiUo pas une allatie de basard, .clare- sounes priv6e, *onu .plc60. su po0o, e*st-A dire d roster sur l tAC mQs annbea n detriment des il--
S olit4 at0. 1 eLIf u4U ncessi6. Le moud deosmas do touse confession religiu- gard.e I to fsl %Vr I paues, rts matuiels de I'Amwqg. etd401a,
"l _sa.lit Ce que cola v4ut dire lorsqu ou mo. IA nouvel empire, par suite, m pon. Faisant allusion A .ee m.r-
'-. ,. a uesa, 4 AIG1Mina, Or a P" kM 9 dat 13 Sp' m b.. "- ". .,9,IV,17..*, s ;uas. ,-Y
yr^r t. I 1 4a. ,Se A"IA." l






LE MARTIN


"Il a linp'' eLe8 operations F'aits Divers eiverseient pro.
u f.UUUdIU -. en Italie ...-- -- bable de Kerensky

PAR SANS FIL RiENSEIGNEMBNTS ---
La Nationals est sppelde & contri- MPA SENEI O TOLOGIQUEN PAR SAN FFIL
bier puirammentA Ila prosperity du ROIE.- Les baves troupes do METEO OLO IQTEA
Pays. Alorxque bien des exploitse- G e .a t raves rOUpes o OBSERVATOIRE WA IINGTON Une dirh e offi.
tions do ce gore n'offrent en rdali- G&neral Cadorna et des detache- OBSERVA TOIBE cielle de I'ambassade iuse dit au
t6 que tries peu davantages, eu, mentsdecavalerieontgiandement ge- DU jourd hui que celle-ci a it# inlor-
egard A ceit.,ines garanties on6reu-Inn I advance de rennemi tout le lcg SIEMINAIRF COLLEGGE m&e qu'il west poirt olffiiel que le
sea qu elles obtiennent Pdroitementt de la riviere Liverza, scion ks d fr- SAINT MARTIAL Gouwernement de Ke en-ky ?it tte
de I'E'at, la Nationale soci-to auto ches airavees du t ont- Jeudi 8 Nuvembre 1917 renvelt est' que its M rximilis es
nome ne jouiesent d aucun privilege Les rapports militaires c tli iels Barometre 758 9 ient e co-t 6e' des aares de la
ni d aucun monopole, idunit tous parvenus ici, disent que le general / minimum 21.7 Rucssie.
lea 14minents dune entieprise as- Cadorna ne lera aucune ,taque us
rituse et selide. maintenart mais p.ojette s;mple- Temp6rature .. ,
Pour rdussir en itrIt, elle ne, meant d'emr her I apptozhe de 1en- maximum 29 8
ccuipte q.ue sur l'txcelience de ses'nemi. Movenne diurn. 5 38 Mlle Eug;nie Fo'.-gere
produits. Elle admet la concuirence1 11 est annonct que les rentorts an- Ciel tisnuageux le jouretcouvert r a Cin6-Varit6s
4tant soire de ses l)rocddds et dc g ass et frarcais, envoys au general la nuit. Nous prcnons plii a r rapptele
sea moyena d action. Voili pourquoi .adorna. sont places tout le locg Pluviomtetre ,h m m tnue clest ce .oir admirer Vaieurs.la
lf est permi.a de fonder lea plus l de la Piave. E-:airs t lfe i laquelte on admirer a Iour la
gitimes tsprsnccsa bur I avenir dei Ma'g- le mauvais temps, de vifs Birometxe en hausse. prm c e lo's A Pout-au-Piiice ie ta-
cette exploi'aton. erg g inents ont tu litu ur le i. SCHERER lert dr Mile Euginic touge:e et dt
Elle re propose un double but., 'renun, Pu nord-ouest de Lfghi, sa troupe.
Introduire dans le pays. et sur une Poisnar. Des contirg--nts ennemis Preehalae Sirte masirile Nous avoris dj \i dit que's succis a
large tchelle, la cult>e du tabac. or.t ec repousses et centre attaques Nous cMoyons ,voir que M. losin Iempoitts daus Ies ganJus ceu rcs
de telle lason qu'elle strive A fabri par nos patrouilles. Des Ioupes hos- Elie. nore alentueux pan se-com- cette ctbrc at ste ia Lst A crea-
quer avec ce soul tabac, des cgares tils, dans a rgon de Bocche, dans; ot e taletueux psaniste-cor- tride on genre.
e, deca cgaettea ic, uiJ tol ou. la va!Ide de Pe igrino, enttrent entNio el qisedonnraaia f s e Naus ne reparlelons pas du pro
in emerieute umairnpournt roa t e coi contact vec nos soldats, mais fu-!rdis, au ( ercle B.-llevue. granme merveileux qua serA ee u-
pris parmi lea pioduits d exl oria- t',t forces de se iseiser apies un D-vg.ab e4 surprises at enden, le tes. Mdusl talent des tro spar enai-o
,ion. On voit a'wi lea van awes. violen: combat. publ>-. qua aura l-occaswcn d a;plau- ses. MAs Vans dap affima on de a-o
'ett qu'uire dent0-' riouvelle, et t es L-ennemt a montr une activitA dir urse de nos rreilleurescant;itrces, risea de ar s dans ud coin de Pa-
lucrative viendia builinietler le biei- d artililerie sur le fior t des A pt 'qui. apie; une longue retrai e. a itul de la Sia a tt deu Ma yl. La
etre de unos campagnarJs rI'edant julienres. Nos b series or t repondu fi cette da'e, pour t. i e sa reappa- l de l aura S1tu quil pade Moul. La
la inorte sais-n pt'iotde -i redoute par un 1- u de concentration < t1 cac. ntion en ublic lee aura lit quil pl6ve ou non
de cetto claste. la culiuie et lan pi- uNOW cotnen en pun n. Le public et invite al ler en tou-
pers-tion t le Par ce tm's de mAr sit6 et de le A carte toiree txceptonnetlc don't
chnaine e iccu erlint leur acvit. A uIour de 1la ristesses, cette sore ne viendra le i d'cnutee est dc 2 gourde.s.
Et s r'o'i ajou'e tuu le prn lit qiie vraiment, pas trop 6'.
in t ra le tisc de id xIoita iton di ta- C ttI(t ('OJ) Ei Nu- en zepialeruIs. Mr R L. Farnham
bac kai'ieni, (s'ns touie de clgtles, Le tLei de bt-.'.arc ou. a a npne
cigarettes. poudie a p-er liactias a Ti bthn:al Civil luier Ml. 1. 1.. i'aruihaf, 'i : -ptsa-
'liiqtr) t t O o It Ii ,ui -i 1it' ie t ou I REI UBLIlUUE D'HIAITI \. ,, ,.e cri,,c .\ \',a',,,/,re 1) 7. ue't du Coneal l d'Aduimazl~atrato- de
tre tous llesb lars:' ui lo'ait funplo-, i I. ',b ,tal sons la te-. l a e la l d tyoie io pale d I lii at po e
yes par les diveise-i fabti(iq es. ol l Port-aL -Prir.ce,le 8 Noven b:e 1917 du l)o\ en L'uoun Ndu ,yant tp ur as- si le la ."Pa* de I t Nat ina.e
conctvra aiii meant toutie Iaj)( rtid s Isselis le Ic n e (;. ioI lli, ie stp- MJtus C l le1ii, de t er dllalti.
ce que prendia cttle induLstUic datis Secrt.aireie d L at iear l N I r4iri en ei r.eem e 'ait lian it on cupe tne hauite
la vie du Pays. de de .I'aul Salo4, St bstitut du Gm- s tuatioi liantcere aux Etalsl i ,
In ltareur d .l. u i iut a C till elt vice-piea idelsL de luIt, due s plu-
On sail que les rigares corsli- f t enl saire doaGmve'e" r e '. v ,.. a iros e ba.dques du inoide, la pls-
tuent une des piincptale sources N -1 24 R C S. tetadu l-s all" ies uiart. Nn al Cl ia" k de le w
qui alimentent la prosper it de (Ct- L .O .\IUNIQU-: A: ba. Ces produils sont renoinlim s Lai or t) (aewue .ut Iik p1, siL ptt bt.L.cUip hour aiiene
dana le mnonde enlier Or. riotre ter- I D u'ourfuscment trapp6 A la rou luLiu N iaeau contre I-aac Lpeiows e q a pne itse a Purt
roller eat sei siblement de la IItie veile de Ii ,eir.be ciiasrorhe, sur- '. consorts cntre au-p'ce tacilit. r.t la oluton a du
inatuie gologique qu t(eli t os venue A hor, le )manche 4 du AInld I'irtrnr n t coave po.orble llnlt r d llalti.
voisins d outre-iner. Si eLa \ nales, coutme elle Se le propo-e du courant, le Gouvernement, dis on Le Triiih al a lev le slet 'e apimt Mariage
resle. atpelalt pour la fablica~tion *etlour dts Gon. i.'es sempresse d'x- avoir otiui.e ule ile itu j,.ur D.main mann a i7 neures sera ce-
de at s products. des ihommes du ne- Pr'mntr aux parents Jes malheureuser. v ltbre, en ia Basslque N re-D.>ne,
tier ayant pas.e par les mzarnltactl- v>litmcs l.L iarge pait qu'il prend A T iabhnal dle< eImmenrce le i.na1i.ge de Madrnioselle Ger-
res Cubaitius. les cigares liaiiellns I ur vive lhliiion et tes prie d'a-1 Ami,'ce lei S .V\,ci S,', I. maine 1.l oniant avcc Mo iseuG l
auraient outes les chat i'c de aire g eer, a ct tte occasion. 1 expression Le 'raibunial piatside pi- le Dov iln .Egae iLSuitl.
une rude concuireLce anx ellaba tcnue de 'es sinceres condoleance.. lastien. s4vat pour as.es-e'a s lesa L .0e h
1nas1 aur les marchls du monde. i on pi, m-er devoir tut de se ren- Juges 1tboul e, Verret pienJ siege a ._ contract civ1 aA sign.. hier
2nr.-r~mid Adn, loa al,"c.- ~~i


Nous ne saurions trop ret omninan- dre aupc, de nombieux blesses, A Ct Allaireesd soanerdP odo.phe La ntat au Hois VUerna
der aLa Naliona'e a Ialtentimo des 1 Htopital, dans leur toyets, p ur kur Cure: o Tsadng Co contre !. Les temoans ont ete : MIV F. L.
mnaisons de commerce ct des cou- appoiter le rItontort at sa parole et D inois et C ) Cauvdn, Clement R y. MauaFiLent
sommatEurs haitiens in general En de sa solli. tude en les eshortant au ._ onis t Co centre J. A. Assad. C.z- el Cyrus S.urcl ; pour la ma-
st endant que ientelit les jour's de courig. Le Bo-sl coatre "F l{meehqub. r e, MM lThmoces Lfontant, Chs.
pleine pio -ptate chacun, dans 1a A tous, il adresse un compatissant .\ltaires privees Frank R y et Ftnard Barihe pour
mneaure de se mnoy-ns, dolt encou- hommage. V. G. Ma k'ouf centre V. Bou- marie.
rager l'entie| rIse en se comptant au zi.e ma
nombre de see clients. Commi d Le osed centre A-.rholm.
,_fim. isi eque Un ted Eyport conue Dieudon- Service Ilydrauhque
Une commiss on a 6e6 formie aux nS Tlibulle. AVIS
grand kvinement dars I hbitoire de fi is denqueter sur I'epouvantablej Heimbold centre PiIcio' o Les abonnds de Pacol et Bellevue
I humanity erait la gueric entre lets catastrophe de D.manche, A Thor. Morus ae Co cotitrer Ii tat p!ve.
o -- Biyardell,- contre Miartnupuu. so L pjveiui (ullsa erout ptived
Etats-Unis et le lapon, le Vicomte Cette commission est composee du Joseph % exis centre Fra.cis deLu Ipendant touted journee de
Chinda ana'ysa les prob'kmes qui C mmandant Unoeiwo-d. du M jr (;~nin Lundi Noveinbe pour caus- de
existaient alors pour monirer que 'uAkety,et du Mjor Marstons quinettoyage du .eeevuir qua dessert
c'tait IA une idte absurde.et qu'it y 1i faut admirer, en souhiitant que Une voiture reverse c a quaetiers.
avait Ia, come il y a eu d puis,un cet ext mple soit toujours suivi. 1" in- un enfant laort-au-P 'tce, le Novembre 1917.
d6sir de la part de I'Allemagne de pressement qu'ont mis ceserquteuis Hiier, A 10 leures du martin, a a LA DIRECTION.
causer du mauvais sang entire cle la- A dresser leur rapport rue des Froras-Forts. preaq a en face -N -
pon et les Etats-Unis. Le raoport, en (iLtt, a vt remis du ma.ch6 la voiture portant Ia Cons itquences
Toutes sorts de faux rapro ts hier, au "(*hf de la Gendarmerie, le! paque 1 ona renverd un eonf nt qui
svaieqt dti semes au loin par lAlle- Gendral Butler. a a foremen co taus-oii Les de l'asth me
magne pour occasionner des troubles pass.g s tat udescen u gn- grave por la v
I-dameaaniu le co( h --r Welat d or- Ouoique peu grave poar la vie.
entie les deux nations et cel. devait Enquete Judiciaire restation, asthme pioduit a la longue, quat d
server dexemple Four lavenir cr i.e Departemnent des Travaux P.I il est neglig6, des complications re-
l'Allemagne est partaitement p e A blics a demanded au DSpartement de Fete renvoyde dou ab cs du (6-6 du cceu-. 0 em-
recourir aux rr.6mes mdthodes si elle la Jatice d ouvrir une en(qinte eu Nous woiluiiesa puie-6 d annorcer peche tout accident, et on guert,
pouvait encore avoir la chance de lei sjet de la catastrophe do Thor alin que la stance solenaitulle qu( devait m6me comp'6tement tn f isant un
fire. aai waiver dans le plus bref dblai a donner la Jeu easse Lit16iaire au usge, izgulIarde la pouare Iouis Le-
Le Vicomte Ch:nda raconta que le fix.-r Ies resi.oniabitlitls. Grand Irete de Port-ptu irnrpc' est gra, ce m rveilux re, 'e qui a
soir nrtcdent, il avait re ;u un r. p- I Ie Service technique dJ Dteparte. renvoy' e a utnedate ulter.eure iatane be, a i ht rI r 'e qae a
port d'une rumeur de quelque train e'Ile' ta a rt u pour iaistt auction i de de la cata: trophe du 4 Novemnbre. olao Uruiversele 9 0pense
secret eri:Ie le Japon ti Alith magne se htvnir pitA a coliaboi-er ave(c leg I EDpoito on UrIhverselle de m ro.
cret ene le lapon et l i ne u ,qua e'ott dsigns pa Tribaale C-saDep6t general Phrmaccartial
par lequel le laFon sengageait e le lUpattl Inent de latJustice. 4p r e P6trus. A Poat-au-Prince.
d6tacher des embarrass de sa pr6sente ` ;taos atal .oi ationl sont exactes, AL') iENCE i) 8 Nov;l t5 191 7
allacce et de reprendre sa liberty M. I ouis itoy et EugAne Max'mi- ipre'dent aron
L'action au moment oil .es immen- ien repi~senieront le Service Tecti- lltaires enlenduis : Looon iargird UIa e ral ld eonf -
ses resources amiricaines se por- nique. centre Paul4, Pongnon. Mansieur
talent du c6t- turopken de l'Atlanti- le juge N S Rome entendu en son rencee e tiendra
que. C'6tait trop subtil.Ces in rjgues Che Directeur, rapport sommaire, le Minas6re pu- r
sont vraiment intFuisables. EtL am- Je viens vous pticr de rela'er le blic a conclu A la condamnation a Paris
bassadeur consider toutes ces ru- caB grave de tmon neveu, victinee d du demandeur A 'amende pour PAR SANS IILL
mnuss come tr6s intbressantes en la catastrophe do dnmanche 4 No-J timbre insullHsant. L'attention des centres olficlels
ce sens qu'elles sort I'explication la vemnbre Ce jeune home qui est. 2 o Plainte centre le juge de paix aux Etats- Unis est ponke sur Paris,
lous claire de la mentality allemarde Louis F ran;ois Paul a 6tle projete de St Raphael. Mo.sieur le juge N. oi le 1S de ce mois commencera
Finalement, se fetirant A 1'eftort dais la r viiare tt est tonb6tellement St Rome entendu en lexposI som- la pus importance cont&rence que
Am6ricain, le Vicomte Chinda dit meurtri, qui t ne peut pas ae lever mare de la cause, le Ministere pu- conn-i ra 1-histoire americaine.
qu'lluisemblait que la nation Am6- de son lit 11 rt;oat les sons assads blic a conclu A une information. Les organs officials se taisent
aicaise tout entire lavait mobilis6, du Dr Calixte, mais il continue a 3' 'oseph Fouch6 centre Henry sur les instructions donn6es au Co-
ron sumt ent m lment, mais avoid des indiopoa ions ter6s inquid. Dutort. Le juge Magny enteniu en lonel House, le chef de la d6l4gaton:.
B n Aculementomatiriellementc mais tantes. Mardi soir et hier apida-midi r t
4qPorE economiquement et spinituel- il eat rested au moins uue dema here son rapport, le Mirst&re public .
emnt sara conrinaisance. conclu A la d6cheance dou ourv Changement d'adresse
Je vous salue et vous remercie Les autres affairs appe ses out Cabinet ae M" Seymour Pradel
D' ai s T Ur. Digt d'avae tt rat.rvei sur la demand* des Francois Molse, Rue Forla, N s
"'.0 -r3 Mr. Y sUMAUL. PoU6U a aoot ,use*i. & Iason Demoiscl .Dg,
wK~w_|


'Un Herculte.s
front talien


CoGmptgf ie Nait
ntule des (heinu
de lPer D'HaI
II y aura le .jn inche ii du cc
rant un train special'p ur St -M
et les stations intermedi res.auzc
Jitions usuelles de prix et d hor;
des trains d'excursion
Port au-Prince, leqN \. -nb:ei5
SL\ I) REL. I \.

Avis
Les survivants et les parents
victims de la catastrophe du
Novembre. so t pri6s fe veiir f.
leurs rkclam mons d o.)'is g
au Bureaude la G'ndarmeried tH
Dkpartement de la Police
11 a ti& trouv6 sur :e th'.itre
I'accident des livres, ch ipeaux. P
te-teuilles, montres et au:res ob*
qui seront ddlivrts aux propri/tl
produisant leurs identity.
Bureau de la Police. Por -au P<
ce, le 9 Novembre 1917

Rrmerriemltmt
Monsieur N S Lafbitant U
Vve C Fou, h ird e' ses enfants,
tamilles Zephir.Lacroix et tous
autres parents remercitnt bien
crement, les amis ainsi que
ceux qui leur ont donn6 une pIt
de sympathie i I'occasion de la
craelle qu-il viennent d'ep
dans la personae du tir6s frt
Joseph L-io C Laion'ant,ancieCs
de Bureau su oDpartement do
trieur. disparu tragiquement
la catastrophe! du 4 Njvembrel
pier. r
I!s ks pient de croire lear
protonde gratitude.
Ce 8 Novembre 1917.
La famille P1trus reinercie
ceremnent les chers Frdres tie I
litution Saint Louis de GonzaC
les Rldrends P6res du Petit
naire, les am;s. tant de la villa
de Bizeton, a,,si que tous ceu
lui out donnr6 one msrque d
fonde symnpathie daos Is perteqi
vient d'#prouver daus aIs Ps
do jeuoe et regrett6 MARCL IP.
mort traglquement dao il
survena t 4 Novembre deroe
sile loeur en gardeisUne
de reconnaissance.
Ce 7 Novembre 1917.

Mme Vve Charles Millery, et
enfants. Mr- Pascal Mille
The61ide Labissitreet.Melle
Montasse et tons les4 autres
de Is tamille rmrcieUclotos c6am
, .OCCSion de Ia sort de190
tdLar ChSrds MillerY1
don6%psuv4 *a


k


IIY a sour le froltitah.
notninA lilaci ita lin
lireuves duni ealcawm
rasie & IA es a P""~e.qui Ig
A I& froratit~re autrichia,r,11
IosMii'atie d" la Gliefrr
d o n n A N14 p e rr r ) is -ai o n A l
gui.. ifl6cindttowrapahiiue d'im,,,
me filma qoua eprArente le dram*
I.. muetre dara4icA esAlpeiqat co
on exlaib, ce Win dans unn t o te
L~ondrcs e, on Pett Are rq
*ien de s imblable ,n a 6e Ulll
1 -m te in p ,% d 0 S aIins o D .en e m1 atjfri
force hum: Hre
SMaefsit t aiaerse des hoingis
des clievaux comn e 14 us lOLaient 4
jouets; il porte Ciinq 1J1C-isogm It
dos avec Ia Phui grauide facility#
fie flo~cijt pias sous le Poidsjd'
6tior-ne cation piacA our me,&A

A vis importantt
Les Docie urs L Camlle. V *B
c/aereams el A nnotial. 'h urg~s

de V'cscideni da 4 A'ovemb~ re
,-apel el.tide. li en /'ie nap
giri .ent "El/es qil Wow0,4 its en
re's ,&lew'i ,Lite de /,ten toiS
leur [cu'te iountmailre e#' irle
1-141' demeusve :re, c UUivro


tacit e.
]Its qe 1iwndrotaf. eCh na, e,1e
#11M.c tl/se'~ ie -'; t -
(let sotil., .'i I/ '1 x1Sf,, 'Mm"
Chirurwgicialv. uaee U i \ A
A1 I IE11, pos I(-) 11 iidc(1" 't, ,1 rcli
tol*0fle /e's qitis'!j /it;smen
/)LiE~ cIIC allim1)1e's.


I


I