<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02995
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 19, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02995

Full Text

5im~ IWWerur


OlVWZE CANTI MU


weemm it osb. 1IH


OCment-MA GLOIBZ
DIRECT ISl
.DURWNMU.RTS
FORT AUl PRINCE


gWAI1I~rT3M3UT


. Mot"e


smu~


OST-AV-uPnM (sEaid I


U -


uotidien

Quotidien


ril m

&IN. es mm fam fops

-- mu r o w:
ram dsm sLm Larim" aan #N
ow dmumu L, MqSYni SCIt9amSS@
-pe
Uuw.Tm UWW ubint PbldyCmpmnv a W

La mius"*8buld- smm SM- iN~
abomomtm.k aei &psmsru qblu dfme,


Traite o .Emigration

Notes d'un Voyageur (Septembre (relol)re 1917


F1IN


Isaddanocra ie du Sabre, les
a haitien., laborieux,
wUs la vie rurale, sont res-
gotmpAps a esp#rer cot e autre
iaie don't on leur avait parle
acs: cell de la Serpetie
& I attondre encore. Cepeu
apts l'avoir proclam6, I'on
depasser & Iaction. 11 faut
|apliastes s ecrie-t on do tou
|pUtset pas un seul ne vient
aeclame et qu'on nominee
o ne se pr6sente pour appor-
preoede ndcesiaire a cette si-
p6nible d'indigence qui con-
as pauperisme. En attendant.
1conis6quence fatale, nous
S que ce paupd6is ne a al-
gte llevro dontj nous avona
d qui ronge actuellement le
r embraser le Pays en'ier
e pourtant ebt bien connu.
y Beaulieu ne pretend-il pas
gouvernernent a pour de-
pitparer A Idmigration un
special, qui rest oun terrain
en cr6aut des colonies? lliidi
de colonies. Elle ne peut
on avoir con plus. Per
nous avons chz nous des
lument vacantes qui sont
asa&ion fructueuse pour
) colonies Alors, pour arri
I9n enir dana do sag-s limit->a,
asseoir sur des bases equita-
ibuinanitaires ce inouvement
actionn qui prend toutes los
iuiois de la trate horrible d-i
Be par I'homme, 1 Etat n'a
Iplacer totites ces terres vacan-
lircuttes sous la dwIectton d ein
meeurs civilises, ricbes en ca
Net t.os cultivateurs haitiewn,
its d- tuir lo I'ayi, n'auront,
Ieboiu d apporter ailleurs leurs
ICtifs et v goureux et sutrtout
pesat bien plus prdcitux, leur
mcce au travail.
ihtrminait, il n'est pas superflu
porterr ici le itsula d'une
feaqukte que jeo ie suis donun
dlde faire, au sojet de ce
dbhommus centre lequel tous
Mishaitiens doivent prote-ter.
ie la parole A un tvieux notai-
ICayes. Lo nine tet inhtejW'


rencon'r6 aux liaard d'une visit
ch-z Mine M... fei'me distie, gs&e
deverue mair enant la Providence
des voyageurs, aprus avoir ,te cell
de noshommes politiques de* tempt-
pass4s.
Go C'ibain m'apprend qu'il n'est
que frcteur. II es venau iiettre ses
bateaux & la disposition des traitants
wroyennant 20 dollars per ttte
d liomme, ( j allais dire obtail )
IPour corroborer cette petite enquit-
te, je fournis moi-um 3h cette attes
station particuliereumeit suggestive.
Le Collecteur de la Djnaan dt s
Caves eimnu de constater avec quelle
dsinvolture uimpitoyable on eiitas-
sait ces centaines de malheureux
Migrants dans les cailes des voi
fliers, a pris a cjeur dapporter un
certain r6glement a ceite pratique
odieuse, ne pouvant h'lnterdire. 11 a
dtecidt que telle space .nasurd se-
ra reserve a board des vomuers par
chaque tonne brute d lhiuanes em-
barquas Lui-indme, il sest done la
peine de jauger chlique bateau, a la
gianile co ere des traitants qui
evajent pour Labitude, avant ceite
measure. do no nren observer on
chargeaut leurs cargaisons huimai-
nes.
Co nme cette pratiq*ie se rappro-
che do ce mqu se p ass~i if y a dux
sit :lea et qui nous est rappo.'t dansa
tin impresluiai nti ar.icli, par I. J.
Vtrey; I
*(.'es mdhieureux sont eniass4s
par bindes, jets a fond de cale
chacun sur des cares si ttroits
4ju iI leur est iiupoii'ile de se re-
toarner. lis i occupant que le iut.ne
space qu ils auraient dans leur
tombeau et nie iepire d'air qu'au-
tint qu'd en t*ut pour prolonger
leur douloureuse vie, car on a accu-
mul6 des centaine sui un seul ba-
teau. Qu Oil Juge do la vapour p.Ais-
se de transpiration et d'odeur infec-
to qui saexhlle do tant de corpe
Ochautffs dans I air mnephalique et
einpestd des soutes de ces navires,
sur.out pendant la nuit et lorsqu'on
f6rrme les 6cbu illes.*
La Coistidance sindigna d. sa-
y ir que de elb aces so perpttudut
lucore en pleii XXs siecle.


M"odamne le tralne,aie dt-il- .. .. .
b'a pas d'autre Dom. Mais Ai re~ un court s jour. ious quit-
botnime, que voulez vous ? Je tons a cieval la vile des Cayes
baes 20 00 sur les acts que pour Jereiuie, poursuivias par la ru-
bauts signen aux trafiqiants. mneur qui s el6ve de cette activity
1*0 ces actes en brevet et ins mercantile. Du Pont Boyer, nous
itaceest tranquille.Satvez vous regardons une derni6re fuis avec
0M actes il s'agi ,? Ce sont des tr stesse lea douz-. ngriers cbainus
Oithentiques pour 900, 300, et qui, lea voiles etaldes au soleal le
Mirs que signent aveuglezaent vunt, no ism a,arais Sot come des
itihureuses bdtes de some chars funmbres que Ion apprete
EU la.. r....a... u, and I nnur les funArailles do toat un poum.


I


* Lea Socialiaes


ella guerre


PAR CABLE
AlilERDIM 17' Le flyi a pu-
blic aujourd'hui une information
positive de Berlin disanit que IL
nomination du secr6taire aux Aftti-
res E'rangeres. Von Ku hWmann,
comme ch ancelier, en remplacerment
de Michaelis est imm'nente. L- jour-
nal dit aussi qu'il e-t deinitivemenl
Otabli que le Minis're de la Mzmne,
Vo i Capelle a demissionn&.


Suivant un journal socialist
allemand, les socialites allemmin
voteront centre le credit de guer
de to milliards de mart A la pr<
chaine session du Reih .'g en DL
cembre, I moins que le chanceic
Michaelis ne d6missionne. Cet
decision a thi prise au Congr
socialliste de WVuzbourg.
Le Congrei a adopt une r6soli
tion preconisant la reunion desdeu
fictions socialists allemandes, afi
de poursuivre une propaganda pa
cif st plus active.
COPENIIAGUtL 17.- Le co:respor
dant Berlinois du Fremdenbia t '
de Himbourg. pense ,j'oa travaill
actuellem2nt dans I-entour:g,- d
chiocelier Michie is, A la poisibilmt
d'une dictiture mitltaire ou tout aL
moins A celle que le chancelier rest
en function. m igr le Reichitag
avec 1'appui du pati mihlitaire.
Les jouraaux so:ialistes et con
servateurs sent engages depui
queque temps dins une coitrover
au sujet de la dictature mais il n
semble pas qu'on consid,re la chos
comme strieuse.


W. A. Wissmann
(laisei hllandaise)
RLE DU Q.UAl- 45
Port-au-Prince
Achats de Gdf (tri 6 ou te
quel


AMutinerie parmi
les troupes alle-
maudes.

PAR CABLE


r .uei i hb P1TR0GAD -8.-- D'ars des redp-r
A cette opinion, iejoute un ple quit fut bse. P.TROGRAD 18.- D'apr6des rec-
imen quima 1 fuuraipar- s egnements reg;as par 1'itat-major
-e cuban, d aspect dddgtot, ADAPTi PAR RCOGI HILAIRL ruame, des mut.aeries ont dclat par-
mi les troupes allemandes sur le
exposes, en lent quality d' ttangers, root russ Plusieurs soldat alle
OTESTATION n ecrutement atbit.aire. mand# a t4 fsd1. Le mcon-
S Ce dpa a s e criiqutentement augmente depus qelque
D BeR mepo asmLc m sonI LI et *^temps aans les armies allemandes
Tt / B n i LIEN dic"scours .t tsequemment it'tesompu sur le front orittal. It en extste
CONTRE principalement dans lartillere.et 12
onTs ginie.
irolement des Elrangers Con#Frence Ces Iroubles sont dil principalse-
.111 Eliats-Unii es A 4M fieLt "U118 nouvel* oorgia*tiaon
"-u- "des'A"d d l |iS militaire secrete coanue *ous I*
non de"LUgue Mill aire Allemanile.
York Herald, V0 SE'pt 1017 PAR CABLE FQtar une paix prcchame, dent I,
S-.. Apombre d adbdruats augment. cba-
CIrnt du BaEsip, an dd- WASmINGow 17 11 eat d 1id que j ur.
,pati de Ioppousito a de- que les Estau-Uois seoat repfmtedu Ld autountts miliaires Alleman
t implications au Gouver- per des otfiasers doe arid et de la doe prenwaLt des mesnsure om6re
anm jet de la possibilat6de marine A la cooMsc ddes Allies poeor fais8 ossefta etld d sadism
tforc6 des bleams qGa siowsvrra pioJAamest A Pasis. ,VU
a amricaine. L patet da eat deM q
A le|ture d dierm k peM aMI iMe d-ta&s -- I I... E.. M
P m =s q ilul es s ur Is pmNSUs pob J M UM DU J MI.IM, J DV .AIM
0tatious q i ei* WM Statk 1 vo5S!hsue
r-'T=* Iu- ,A .. S^i4...- .. --B n *.'


;te
ds
-re



I-



I-x




Le
u
te

is
e

ie
;e
I


PAlR C.AihIK
PAtIII. 17 Mt l'ainlevts, pri-t-idelit
du cors-il, a etivoyc' aujonard lani le
tt'dlegrainine suuavauat au -,mit'ral Per
-K Mona cher g~ma~ral. je stfis infor-
'mae. (1, v("tfe Maui inatioul au rd
dJo pl-nt'4 al jo d, sire s'oiaqf9 liciter
iunuinthIateinctit de laaItauto distmea-
tionl 441uuvolis c';t C zfite et (111i
est time J iste itoinpevaso do Vjala'
v'aletir etde os sliazutes (lialit~s urn -
litairt-s
wLan m11)6! fra'au~ai -;e tout ei&t'tre se
t-4 j-iut avec mo4) ide la prinol( ion de
I(IIamiun (amu.oil1uiwra Nel (')u i t a 1I-
ha' aillo et it l i i sm i ro ls vauil ant is
so~tbt fie IU IG(t'Amade Itpih Ue


Les Allies renfior,
cent leat blocks.

PAlR CAILE
WAsn<-msro\ l7.-Dl)s details re-
,;as pir voie olti .alle sur la recent.
conference Aliec Loudres indiquent
qu: les AiAes so it r.:jitui einp-
cher le ravita.leinnnt de I'armee
allem inne par lei neutres, en renuant
leur b ocus plus cltacace. La cor te-
rence a recoijou i t escisit6 de pci-
ver I'Allemagle des metaux suelois
E le a. en oure, de-iJd d'oblirer les
neutres A fournir leurs proJcuts aux
Allts, en echinmg des amportatioas
que ces derniers p.rm t:ront.


rius ^> f^ f >jw*


Deosroyer americain


lorpilie.


PAR CABLE


WA~UlN.ION 18is.- Un d stroyer
amdricain. en service de patrouille
Ains la zone de guerre. a 6ti torpille
par un sous-marin ennemi. Un
hommne a e6 tu6 et s sont b'es6ds.
Le navire a pu rentrer au port, mal-
gr6 de graves avaries L'homme tuW
a Wt jet6 par dessus bard par lex-
plosion et son corps n'a pas 6t6
retrouve.
Le vice admiral Sims a cab't^ au-
iourd hui un rapport de I incident.
li donne peu de details, mnis pense
qu il n v a pas eu de combat e' que
le sous marin a rdussi de s*chapper
sans se I ire voir, aprei avoir lanc6
sa torpille
Contform.nrnet i la politiq'ae du
Gouvernement concernant les secrets
des operations naviles amnricaines,
le depar'ement de la marine n'a
Jivu!gu6 ni e1 nom du destroyer ni
i'emplaccrn:nt ou l'incident s'est
product.


DoptneA
1,E LAIf


(( cxbi: b ss
-CONDENStr- pus


NestI6
Celt e6itoura 1, *atcoup 1e rimaladies.
Lij venzte jigrtout En gus cl ~it z
V&agoeiit -.1ier-al poor)1di citi.
L. iIt'll TZ d4k N N AG 6E tI U10 L.



F'aits Divers

R EN SE[G N E ME NTS
METEOROLO4~iIQUES'3


S- OBSAER1VATO1HE
Salt !... D DU
--- SSMINAIRE COLLEGE
PAR CABLE SAINT-MARTIAL
Jeuli 18 OUctobre 1917
PAris 17 Comme reprdsentaut du Barometre 760.8
Congr6s Americain, Mr Medill Mac- mUimum 19.V
cormick, de I llinou,s a assist au- Tempdrature
jourd hui i ua dejodaer donn6 en
soa hanneur par un g'oupe de par- maximum :a5
lementaires tranis sous Ia prd- Moyenne diurne :&.0
sidence de Mr Fankk'in Bouillon. Cidl nuageux le jour et covert
Repandant A un toist Mr Micccr- la nuit.
mick a dit: jle craignatn de trouver E:lairs.
la France 6puidi;e, mais jai 6t6 torti- Barom6tre presque constant.
fie moi-mLme par sa vigueur. Au 1. ScHFPIU
couis de moa voy3ag, passant au- Trrial iLiVi
pie; de crs p.tit, bjis, de ces ferms Trien d 18 cloe 117
qua aux ycuxe de dv.: Ja made pa- Audience d s18Octobre 1917.
r rassent autant de judins. ji'i vu Le tribunal prendi6goe lOhoeurm
aue FAncet ata. de loeus".r solue. pia sts du nation, le doyen declare
--cs iavo pa.t.e.... ) .. "ao "s r I'audience de ce jour ooverse et pro-
D prs avoir pAre de 1unio qua faS- nonce lea jugements suivauts:
semble tous ses Franq us autour du Prsside.ce* l.on Nau. Asaseaeur&
drapeau e. lie la lCranae de I arrisre G. Pouilh, M. Perpagand.Ministre
A cclle d- l avant, apr i avoir expo. Public Paul Sal6s.
rapidement 1i vast preparatio I I. Entre It's 6poux Isaac Ltger,'la
Amercaine A la guerre, Mr M tccor. fo1am'I n1e Lucia Nadereau.
nick a conclu en ;es terms : 2. E tru leos poux Ltonidas La-
s\si sr qoe la France v t naus veoure,'a feminine nWe Mah:.lde Moo-
savoas queses fils nesoat pas mots .d6sir.. .A
an VainNa- s. A.arican... can..i. _s-.. fo 's Ia Brix Viard, la
sons cette France douce, gie et len-, "A irels n e ndue.
dre qui tatt cell d hr et sera cell 1. MNae Elizabeth B-rrau, Veave
de demain. M iis oos coaansisoas Luximon Hyson et consoctb contre
sussi la France d.s chuaps de ba- le comoptoir Frangais ct L. V. Lm-
aille, mire d indomptables armees. gendooek.
Par desss les corps de ses soldats 2. Dessoi Comesa centre Lionide
tombis am deli de m, champs d4- Evae W l4.
vasses, as delA des fles doe eimus, A ugnmet reondo.
A travels la Iab. oe= salaate. a, H. Bouboaome.
lprm- .aperm lNieditd vio s r. "y---es.a .Poerli..0 s U. Eu tm
0o1 nM s aM oemtte t qul 1 trein "ltt, Pir. Lou.
InaBEI,'oSmamoputg' glos s I IaMaria ood sent.
Win 0*UH KPW! 14 GN a*t WOA Il ieN%.i


- .


--


PI





M 3at3


en -'. j cars. Service des Postes' DEpart piur A S_
contir Marcel Daplessy. La d4eman- .. ,-.,ma, WI. n am ,w o"
dosmen en t deboue t condee Avis doe part Santiayo de Cuba .
a-s d4eus. Lee ddp~ches pour Santiago de-r" t" -
Asglina Brutus C6sar, coatre Cuba, Ki geton. (Jamaic") viA ago Lt Goelete nadis. prra threcte- juu e quc e I' Al ce-Lorraine w)it s e G--
Augustin B. Csar.-. Le tribunal de-IdoeCuba par laGoeletteeVe Louise. meat pour Santiago de Cuba domain tsb.rte ausati di : Eh bien hon Mr ( d
boite la demanderessede sademande aseont ferin6es ce aoir & 3 heures soar. Painlere veut de I'Alsice L'rra)ie 'Ort-U 4 *P~ Lr i,,e
d6clarte irrecevable et mal tood6e.re- prc'ises. Pour fats passregrs s'adresser A qu il vienne la prendre.
jete les dommages-inter6ts et la Port-au-Prince.le 19 Octobre 1917 Mr. A. de Mtteas & C. .-- Achbeu'ra d p, ix tesi avant
condamne aux dipens. co,1LrI ____.ose __COSmhbat avtal entr' ero t .5quan*tith *le bui s br
SAngle Bernard contre A.Molse Combat nav l r er qo lui oiri r
Paulrenvoye il audienceprochiine- Per Gol. _, .... .U88CS et A 1H" -, LA DIRECTION
-Cidonie Augustin centre G In- Demaan CinVarits offre A l'ar- IReceltes Utlles .I.... ------8-8
Gilles. Le tribunal annule Pexploit tiate Goldman sa aoicie de retraite. la dite rue Farou as suJ ir .
du 8 Stptembre pour n'avoir aucun Elle aera brillante et digne de I'vr EwTRnTIEN. DES HARNAUt C e I cieune pop-Or t Pio" p E.,r A 'e
eliet, rejette les dommages intirets tiate qui s'en va, meurtri et d6cou- une habitude g.utrale dc laver daus PAR SANS FIL par desi outs com on e co I'u
riclamwa par le defender et le con- rag6, vprts avoir en vain lutt4 pour I'eau le harnats de cuir. Ce mr.yen P "TROGIAD -- Lt cuira R se a P'acieone prop u rs .' _ndgh
4amae sou dipens. uue cause qu il soutient depuis tU6s est pr*judiciab'e, car, en se dtes6- HAVA a ete cOl6 dans un couubat baud et a 1-onear pfr l ad
-Albert Brautu et Augustin Bru-. l'ontenps-. Lea carter no hont qu'A chant. le cuir cause des 6corrhures naval avec les allemmods A lentree EJouard Pirakomb* st ivnte
tus CQsar centre Angelina et Veuve d,,x, gourdes. aux chevaux. du golfe de Riga. verbal d*arpentag. d.ti- pro;.
Brutus Chsar. La continuation de I u 0, .prtgramme avrc deux pieces Pour eviter cet assez grave incoc- Pre'quJe tout 1 iquipage. su norn., tooge en dateM;du uf i C.m Sa
l'affaire.apr6s que la communication sua di'ai lno ogue i. ur v6nient.oa recommanue de fire b-e de 825 hammc., est suve. Le cent ciq ea gistru l daill.n
des pieces au greffe ait 6t6 ordonnee si souvent dsert. fondre sur le fu dux. rar is Rg est renvoy6e A I'audience prochaine.; e .. de suf et d'huile de n.v.ttc ou dt qui cherchait A emce h-r les All.- colaporte .e stenJ pours
--H Peters conire Adam. Atfaire H ea de I des reltes linn O flotte cosuite avec ce simple mandsi d" torcer le pa..ge A t-vers excepion i r.serve. Ssans acu
nvoyre. He adeux.leuresde l'apr6s-midi, 161&nng-, et du c6tt adh6ren" au le M ;on S )uad au large de. I.e Ct- prix de sept cent h it d.as m.se
Mme Auguste Verna contre ~. de .se t... dhr aiti...t .co.a. corps uu cheval, la croup re, le ro- sel. tant en principal de olino
Albert Edouard.Le ibunal ordonne 1n des S t tires Et C l train, la & i-e, etc Aps qu q es Les Allemands avatent plu, de bl- outre les trais, lea honorair
mAlbesirt od o mpaenant L detJ"d.stE rChain des g ndraux E. K. Cole," i e.
la communication de la quittance chef de I'Occupation aueicaisie," U operations semblables, non suae- teaux de plus de tonnage, mai les avocats poursuavants et les au
locative et renvoie la continnation tier. chief de la Gendarmesi et du ent les hirnais se conseivent en Russes out conbitrau vllamment, charges de ench6re. A la' re
de I'affaire a l'audicnce de huitaine Uc Lechaud,Magistra communal.ront booa tat, .lhi-i ils resisieot A la plute jusqu A cc quaits lusent co .trains de MaJane Louis Hyppo ite dS
Mme Calestin centre Luc Guillard et-i en auto vibater les travaux qi cl A Ihumidnte. par le te de Iennemi de setra t-i. a-.isietJe sDn poUrx le sieur L
non comparant. Le tribunal done me poursuivent sur la rou:e do MIt- Le Dpartement de I. guerre a aussa flyppolile lout deu -x-l o..s
d tt aut. rebalais. &oianonc que toule I fti de Vesel es, dc m.uetrnrAurn et domiclies- Po
ChErubin Lafleur centre Deler- e 11 us revient que ces personna-. Eacs dC uche.s maintenant au pouvoir des A leI Price, avant Purav ts
me Desir, non comparant. Le tribu- go uS su 4a o arvs js u (j Terre nivale S mand.,mrea lds Korts.es j tau:el.t,odr Mes. Eg *rd Hyppoitea et Din
nal done defaut contre Dusir "t le' ouge, csdrovenus eohanu -doe dC etruit avant de i traiter tout ce qua Fran"os avec ectao de domi
condamne aux d .pens- ea etepro de fairo s ak OGRAD 17.- ie announce of aa't une mporyance m.itaire. en leur cabinet 28 rue Linarre
nam aquete"repris de fire 17- 0-1 unna of cunta 28mruet caser
-Mme Sinaie contre H Th6a : licietlement que le mnis re de 1.4 ct.e ville. cortre le dat Antoi
non comparant. Le tribunal done La Ligeic Littiraire guar e de Ii Kasste a conmpeltemen Arrd at d'a( Pierre Paul. debiteur hvpothec.i
d6taut avec la contrainte pir corp<. Convcque ses membres act I. perdu out contact avec leb forces Ce main. veiS 9 heure, une auoi Poar plus samples reiic gieme
Elinoto Durand, p even de pourle atinaache 22 courant, rue russes de i'e d O-sel. Les es:ar- passant A toule vitesse paie du b- s'adesser A Me LaraJuLi Char
voics de f it suivi de b:essures vo- td Ocuple N' 47. 1 y aura stance rnoucnes navylts se continent d.ns reau du Port, herta un travailiear Maillery, notaire A Port-.u-LPrin-e
lontaires A 1 c I gauche au prejudice oidirane. ts eaux u our de l e Aa 'a-ge du du wh if. Le ch3c tut si violent q je aux a oatss soussigfns
de Orkv.1 Codio, qui a dte txpkdie Nerelege go t: d! R gi, des navires p.arrouil le maiheurei x, renversO sur le tol, Porit-su-Prnce le 2 0 tobre 19
aun Parquet Nouis venons 41 app esidrd la mort leurs russe, ont eu des renconritre' eut la amb g t I h: cassee. Eareg'stre,. etc ( Sge ) Dint
Duilus Msreau pr6renu d'ivres- d'.i-canire Quaali. doc6de ce matis avec une eScad:ille de torpall us a& Ceet pour nous -o:cision de Fiacoias et EIgard H'yppJite.
selet de vagabondage es condamn6 a t'inot Vailie- Q jal l1ai-se d ei. lemr nds. rapp ler encore une tots a 1-orJre
A 2 jours demprisonnement. net-i regrets pat ii tou3 ceux qui U i d eadnou-ht alkmand q'i les chiefteurs qu Int ainsi de lai -
Nous sommes en measure d yan- ha d es c ti un .avaeur mnts dtedant li e d Oesel. tu- Pnce. t se moquent do la v.e d l l l
qu'uIsomeprpe.n mesurd'an-lomike t courageux. Uasr
noncer qu'il se prepare, une magni- Lea fu,,eraill's.auout liu de.nain 'ha une mine, ap, I'zposion dt passaEns. J
fique Kermesse A occasion de la atin; I A umanation se fera au Ci- celu.ici,le nv.re se renat vers, .
fIte patronale de Calrefour qui au- miete,,rs de Petion Ville. .6 e, miis on n'a aucun inJice de ce Vesnte pUa co vtes i
ra lieu le 14 Novembre prochain. Nuus prisentons nos sympathi qu'il est dtvenu. tion Sp cial
Les o'ganisatcurs travaillent active- ques conidouldisces aux Hilst t & Iou -ormPAR SINS FIL
anent afin de donner le Flus grand les parents du reg.ett6 defut. VYOuS at' e (f U Eu ve tluto dn la goosse en forms A D6 -Le t m t d
eclat possible A cette fete qui se don- w i executotre d-une obt.gition hy, o.h-. Io.aoAu -Le tp. ,t-m at de
lera pos sibleachement e qua don- Iemerrimeats le8 prendre, dit le care palse e au rapro.t deMeLharles guerre a annonc ct :, ;-m
rlera pours ahrevemendrons cha- Mme e Auguste Durand et ses ii, Mileiy e son college, notaseas A qu'na teu terrb e d'a ',itiie a
elle. Nous y reviendrons. entrants, Mme Vvc Rosalvo Durand; Kaser. 0ort au-Prince, le vangt dt.embre lanc6 disec ement p pr l canc
Trismnal de Cassalim* remercient tous ceux qui leur oatn ml neut cent se'z* a" d'Wan coti. allemanJs contre les positions
AUDIENCE DU 17 OCTOBRE 1917 maniteste leur sympathy e A l'o;ca- PAR SANS FiL mandement en date du deuc octo- tanniques sur le trout o:cidntai
Prsi. -encedu juge I R. Donmond sion de la mort de Icur regretti LA HATE U ie d6pe.he de Berlin bre 1917 demeure infru: u-ux. .Flandres Le bombardem nt t.t st
A4faires entendus : I 0 Optulis Fe- Augusle Durand tt les prient de intorme que le Kaiser aurait dit que li score procede le samtdi que 'on cialement intense au sud J Yores
lix conire Dulou Louis. Le juge D croire a lear prrfmide gratitude. 1 Aiemagae ne rendra pas 1-Alsace comptera vingt octobre courant A ps6 de Ionmteb*k et B oodiet
Maignan entendu tn son iapport, le Gon.i/cs 17 0.,obrc 1917 at la Loiraine a la Fiaune, A momnJdaix heures du mitin A la vcte au p-6' de Gw.l!e Sir leI foi- d'
minasiere public a contlu A la cas- Neuelle a la maia qu'els soicni prlies par &a torce des)plus otfrant et dernier ei chessCsu les a-gilts ont fit un r.JI sur
station du lugement attaque. ENTHie AAL.S ames. d*-ue propticti toads et bAutsse se traichees allemanlei e intlige
2o Valmeus Saint F.eur contre Quele datdrence y a t-il entire Le Kiiser, en lisant un (ompte- rue des Miracles de la cont-nance de de loutd.s I eites.
DuvernaAlmonor. Le juge I Dv6t un pecheur e u11 wouad ? rendu du dibso-is piononce par et quaraute huit pseds de t.JJe sur un
entendu en son rapport, le Ministre 'est que le pe'heur lend des premier Miaistre P.Ainieve ou ce;ui- ceut soixantc tiuis pieds de profo.a-
public a conclu au reject du pourvoi., filets et Iue le usourd nt extend pas I i declarait que la Fraucc o nb.bttait deur et bomate savoit : au noid Paz:


5- -


U


Edmond LAFOREST ierinie." Et je rpondais. mans ceasse, Cla dbnItait g ara'.,ment star un tre flitteuse P t d' crivain, tUi nrie sur la potsie hHllwtrip Je c
Edm nd l'A son appel,avec jOie, ptsp u'Sulsthic rythine nionotone et ti4es doux. ua connutusur lesgSONNKTs MIDAILLO')s geaispor lii (ldes docir rn -fit et n(
-1-- ._ J-- ]tivetenet. J ev.4is devine qu it avaitlplirase, tojours correce eati. d', I.e bruit non at 'eAue" de cet Ion- par iuns snuve t des atle;jr4 I
pi u r de la Solitude. b d trel lant' et pl,6rt ini,'.Iose sine.s adrora ,rtiossilenit cher ai tien4. Gels ia's pernis d ,.v *ir
AI or.c.eion du r e arnnirersaire de, Je le voEs encore. E I- s'e avn.t do trop de dlaia s, cme or de H. Laftrest. E> ce.e o serai o..ou sur qtielq.ii-.us de d
In wort dlt rlrel poe EDMOND LA I eat 1Ae. Sa paleur parait mala |Iinee dds pIs menus et des Snooi4 pt a s oiinel de I,@ ve it( que d. ecrivain- ien.iesa t t t i x t d-4 sa
FOREST, nous umblions celle page dive a cause que sa barbe noire uelis. Quelq ti-fois elle 'ar.etait easer .uit le pr #frait debaucoupi coumlle' il ete-n taste Ire CI Iqle.
e.ctraite d une f(ude sir La ie el les I a1cease davantag ceate borbe q-ia pour lea uj.asser at et aloh.,dr Bs au s.uranu.re pllus- proct -, de. a 11 no isrt iradast d |)s les *i
ravrues de I auteur des iSontets-MWdail counptltait son visdge de Christ souf manarh -. Mais lpeu & pen, ell so co- pscanation4 do e a s onpatriole'. Kt pourvu qu it Is- ct Onelt i e M
IonU.s transit, dun Christ qui u strait lo'ait. U I int, gati lui pittAit la qa-i so' geruit & lai en f.aire un re- i clierch i d o()ces-ioi s de ia
qu hlorine et n aurist pas, pour at Iuanmce d un souJrr. Un i as)( de po0hi-? 11 prataiilasit I obsdi v i' ec
Je vain ajyer de parler un peua tenuer Pes profondes douleuria, le; io oreuxo .o Lerrible I ech leiat.. M& I forestt sosth sitait qat'on saint rageauite a, t le a regret i.ii s:ii
do M" Edmond L'forest. i' nifortatnt espoirdes lelicater eter Elleh lIkitat e as tir,lait a 'i do se. v-eri. II la souliaiut.it a dammocit, Les lepr' ach- quit I I.;it a
Je in'abandonne d aatant plus i ce n*les. toute la putt pr do 'ein tsou, (,in saltan ucepeidat. eo ri-r's laser pa- qu'il Jutse It. itl wan )'it e" to
d4sir, qu'il me ,emble quo I on n's LEt notre cnversaaion commence. me ces bamWbn4equi aba idouinet t Iaitre Alais c. ux- ai n a e'mJuietid t autant quo *.-.l 6ta cel,. a qt
ried fait dans le monde des letres D-ai elle a cette allure lente d'une une rode o tilnul ue sis3 et q ,t e aicertaineujoiet coupt ia qua. cj.nbie tate-it deltlist. Kt plns et sur
& Port-au-Prince, du moi,,s. pour tagreable hlnerie quuelle gaideiajus revienneit essoulIlli, avec ds rja..s a liesi il ltait t-s*a denltre podai-., ia vai oujo,'. de&s d a"s de cr
arracher de dessus sa mdmoire 'te qu'A la tin; cetei d inarche lasse au joues et des p apiatsiijus atux' t fe,,illta de sou ma u*reant freaui-' lorti ril batiaur- qetilse rorp
double couvercle de silence et d on- qui Uranchatt de la raligue ou de levres sait du f. uanaus.oaent de oes dotgits. S il adnira.t sOuvenlt, se m
bit, qu il y a deux man & peine, la I eanui. Ii et a el6ait lien ctpedan'.. Lea meilleurs contest de Mr L-f*- Ausieus ainet, o es yeux als-i at de'etaient iiieue as t 1 blain a _
ort y iaisa tomber. Car. toojours intrep*at.le, elle vo- rest sontpeout-A re ceula et qu'l s a t lecture & vo yes. aUpeatent le1quefoir, ta thit tujtours avec
Jeddesirerais parler de lui, sans lait d ua sujet & un autre ne s'ou- past cits sou ire qui aduar loOUr ,n jouur ou it se et regret
passion, sans parti-pria, conmme it bliait pas d ns lea stntiers clasai 11 me pariait des reivre- q il Ia luoaue decuucer au*I. qua co..dai jt i c e4t ainsiai q9a j aurais _
parlait lai-meme Jea au'res avec quest de lA banali6 et, ena course do avait sur le metier J I aene eaeaist ie. pouren stullrr sle.awuea.sat.- 'pa-ter -l lul, co e it parla1t
cette froide quoique souriante im- rcute, se perrat eait la fantaiie d'une do iues lectures. II wme -u.veuut d un Get e ttutuje trdi hs..qaae vous utresa on G.*, pletre, al
partialit6,avec cette asrdenit presque bone blague ouu le lue d'un mot jour o0, sayint ait allusion uan e*abrrarait. II eablas trupo tlear aquon p rtil de Iis. Et pour _
morne qua cbz lui jouaiit une vague d'espir, commune ces proreneusa qui art.:--s dA Directeur d ladPa use do & vitre as ~ i t A.dei-er u f' t ptroch.t.ise plia t dg but, Ji 1
lodiffrence. s arirtent un instant de marcher Fratce ', M to Prince de Ba uillrenout agreable, comeae sa e putwe,. doka oublvr quo je o verica p.IO
Je le volT encor. pour a~pirer une bonne odeur de our ues po *e africaisa, M. L6ovilloe gUraind neag e0t uae d01m iI vitVe el4s c. 11e 1e la l'i ra. qQii'
Cot uoe apr6s-midi d'ld. II eat brise ou cutilllr une fleur. t cs L.homine, .I le vi devanir *oudai- our le.lsuleot to-l o Amoe -at is Tie asgojioe lI* centre"
sai heures et sous la alerie oB li causerim soeraient n 'par ites i M. nemenat soocious. II parasmest dra* obil6 te e'ea evais beim u't slam s e0 g j peanse d
accord as reverie so dodelinement Lafraeat so souvenant, realWrt lul, g ter on souvenir tia loidtaman, du por y crorea. de la (co0 vida"Io *s t iom1 l e dmbe q**
keat de son rocking-chair, I'ombre d'avoir 4M6 profsseour, no les em arfond de ms.nmoe.re Pets, mies A.sste, q-te joi .ful ial--, s..auaidri .frode idte ast
s'allorge deja, couple ca et la par bairassait d'un peu tlop de cots ils, iant : .ors lu it badpercevatt quo vousa i.z jeuness-o pasAee, toute e"tieres )
lea derni6realanesd'ord'un jour qui lotjours Ales lilles, c e t peut- Leovil!e Lhointne? di'-il, j- crois pieaneanent et reellemint conqai, que, entire lea quatre murs 6
*attarde A mourir. Son sourire, un etie touiquoi je In1 en souvitn-,- et le tonaitire A tLn Lz .. Attlndexz... qu sea vyrq, touo lea vera de cas awse, out. eu uue sensible rAl
sourire qui s'efforce do i'tire pas ne ie restrvat pas le muonpole Je vads voir. pi6ce vous avaient agrdablenent i.u- cushion sir sa po.sie. qJae touted
4rtee. ine bouhiite la biemnenue et de longues hus otiies qui navaient Et alerted, il court a sa bibliotht- pressiomiate. C'et-it a vous m6pee.at tuvre etiin salt reseu"ts doe.
le geste accueillant de sa main qua de valeur que la ianierie don, elh a quo,. 11 eto reviit tout d d sute non, ure sur vous-mAme. Car A ces mo- t-eop.rament et de o eouca
vrient de presser loyalemenit et affec- etaient coritses. Je ne in en plaigucits cutanne ie I esprals et I a-ouh aitais, nientsa it orenait voa yeux I'air' il ne erait pas inso ile Je Pe
taeusement Ia mienne m-indique le pas. Au contraie Jo leur teudais avec un volume d. vera de Leoville d'un disciple qui un maitre vient parler do a via qul. a1 eil eoi
sge qui m'a tendait et est vis-a viaI o cason de naitre. ft c tlait m m Lhotaiue, mais un cahier tou sim- ;e jeleri'tlogejusqu'oa ne montaieut n ione, cwane loou e J t-"Va
ae sAen. ,j.ie de hI acou er. Car M. Lafor at; pleinent t qu it soe uit A feutileter. pas ses eosprauces m6me lea plus wen garde pas mouod que'lu 06
Nons noua voyions tr6s souvent & contact bien. IA contaitt merveille. 11l my uontia uine le tre du podte folles. d-interesasautet ed orgial- .
Nt* 11oque, l m'avait demanded de 11 tsavait a lenvi. mettre routes lea africain. Ce cahier, copit, me coonla-t Qand la mort le I rprit, if pr6- o LtoN LALiAU
to vitor cheque jour. parce que sa inflexions de sa voix au service de't.ii. par la tille de Mr Georges Bar- parai% pour une rseve du anada
fMsfld qll aord t a vstgUbtuait a c quil dieait, et ous mes geaes. ral, ltait un recuail d'appreciauaa, Jo cro, Us *.d. oadeo le moo


---- ---


.rid


I


I



II
!


\