<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02994
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 18, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02994

Full Text





AM~ 4OS~ Q (JhVZE CEA TIMi~S
- *


ci6ment-MiUGLOIRE



PORT AU PRINCE


DKEPARTKMK NTB


ICTRANGER


G, too0
5.00

2 .20
6.00

G &OR


00


pORT-AU-PRINC C Haiti j


0


Quotidien


Jeudi ii fkcobre J917


RZDACTION ADMINISTRATION
&Iw ug do@ Rawes fl.-3uB#A inla

Lu sannouw "atrep..
it POar.AW-13hMC3 AIRZbUreauSZ 6 09A
ftisz: chez L.Nayeace & Cu ,. aeTU rM"l
A Lonsias: cbez L. Mayeuce l& CO. go. sin,2
ILAdgateNil,
Ew-Y@35 Universal Pub~icity CGUIpSEY 4 WW
54 thLarSt
Lee meanaguts Inaraafts ots ucm owpsi rink,

A boxx#=*Wssl& ens uriwu Payabkslas avan)


Traite on Emigration


.n lej aIuu% yaitUjur


Sepleni lre- Ortubre 1917 /


La Cruise Ministrielie Assurances mililaires L'Aulrice desire

Unnn~nio Q lV Lf _flnil P1


QUalA JilUliaUUIlaICLI


goe lieu,' ievimon de la plagele qui n'appaitiennent a ancu )e pat. ie.
bhollsiandlis viet'-. dejeter I'ei ll peuvent been re hii ienr, cor.
ga milieu de to,,te une fort de ses, francais. j inaicaina, bermu
qoe la lhoule fait danger. ce- ditni ou alleinand4 ? te qu i s c :-
t que de IelLtes vagues apu- racterise, c'est ce minme regard cu-
Sdterlant dans un ordre ide qu'ils ont tou4< *,t qu a adlunr=
e renrderlt diflicile notre ac- da s leurs yeux, la lifvre de l'Eb-ne
aupris dii wnarf immense lit sont venus pour une exploita
is vue ebrassu toute uie gie tio' d'homme-- Ce sont les negriers
festona- de graviers blancs. .ies Cayes. Ecoutt-z co qu'ls disent!
voila atix Cayes. Oin est surprise d entendre leurs con-
e trarislijtriaion Co West versations iojler sur ce thorine utii
mItte in'iia1 ville narecageuee que qui nepeut tire q ieceliii de I e
e, basle de vieillea unaisons migration: aLE'Epress a pIrs .121)ttets.
aorailles imouiisles se miran Le Coura-Maay 2(0 .'Atlantic 17u. Uri
ies eaux vertes du lRenaude. h inline du ui.min type elitre en
hui, elle est une cit mIno- coip de venr II pog i d'un nlOIi-
entiteru itent reuouvelee, qui ;cho:r de sole sa grosse face boufli *,
e avoir sirgi, au lendemain en ajojiant: *.0) sont ietourne4 ltner
h de cc terrible incend e de sur le *Queen MV,'ry. J'en attends
rcomme puiiUlice de touted ses 20 de Port-.S dut. Uii petit ventru,
@rg accuinulles depuis plus de au cianeluisant ques uioine: *ihju- I
pate aris. I me (enl endez le Cormnatndeur) esL-dl
wlart on s engage dans des revenu de Maragoane?s To ate cette
oL n fa.te~, tres ages, prosque conversation hiatiee et encllev4 r'de
lues de o des gens afTairda se fa:t dais plusieura langues paru'i
mat avoc une ha'.e, je dirais ft-ilesajueldes le Creole, l'Anglams et
jlimne ms',,wy. Sur tout s na I E,psgnol dominent. Celui q-a
I, le voyavear es ob ig6 dt nWest point encore habitu4 a lentuon
pourr corn emnpltr lee nou- dre so dewn ia le ce qu'elle vent bien
i constructions coquettemnnt dire. Cela ig inie tou bonneuent
lalc, ce son deis diufces aux que des goilettes south parties des
nions peu coinImunes, etalantiCayea avec des haitiens lbres qui
aifcades en cinuut armn. LA, sont vendus, out, vendus aux Cen-
.aiets au style e61gant sein tra'ea & Cuba e. que Ioa at end
6iaerger du sol, sous la direc de nouveaux contingents rcrates
stthodque des ouv'iers alora un peu partoul per l'appit du ie
titres brassenrt dans d'4uor- Doniie riiiuniratiou.
hkc. I ciineut,I eI sable et le lAs sont vendus parce quis sont!
ii n6cessaire., qui, plus Lard contrainta d'accep.er des consditious
asltorinront e ces mUoulures oiereusoes et fiustratoircs; prdsss t
are s itirl I'o rne cesse pr le besom, on abuse us leur
irer C e-t vraiurent Id le 16ne 'gnorance, en lea fa'saint souicrire
wo atriae. 'artout il tiomphle. des obligations epouatab.e, qui I
isiure que lei heures a'ecJo u les liendioat pour lontumps entchal- I
SMdiramt que I e nouvemant;nes. a Is mnerci des tiatiquants.
hres se relactie, juqu'a laa lD la aorte, ce in eat plus I'dmi
dede la nuit ou lea nouveau gailion, c'est le ralic de. homuais,


PAR CABLE
I:RNvic 16. I)apr.i ntn dtp .'ie
de Vieinn auax Darniares Noiuvelle4,
de Miraiieh du 1$, on attache une
grande importance A I'enLievue que
I. prtsidn-lt dii a'ons-il a dii avoir le
13 avec I'Empereur Charles.
Des difflicil s a.s,,z graves out!
iturgi dans les rini isf*erts lhirgrois
Pt dans les parties gouvernementaux.
Tous les journaox do Iudapest
avouent la crik superHicielle, les autres profond-4. 11
semble en out cas que le contlit a
eclate entire plut-ieurs membres du
cabi.,et La crast politique allermande
demeure s'atio'raire 11 pparai
swulement aujourd'hui un peu plus
claireruent qu hier.
Dains le milieux approchant le
chancellor, on ne considered pas la
retraite le c'lui-ci coinrne indisp,-n-
sable. On invoque contre une solu-
tion radicale que le gouvernement
ne doit ras psrvi Fe ceder A la pres-
sion du R-ai listag et que LuderidorTff
ayant dsijge6 le chancelier Mich ii
au choix imperial, la reiraite du
chiancelier serait pour lui un dchec
personnel, stors qu't convent de
indnager davantage le general que le
parlement.


Sons-marins alle-
mands d trusts


ri no
got ri
sous,
di Ler


'** ruent vers lea cafes qui re- c eat la trdie des hnaiLaea.. Eu nouus
t d leu leurvoix etdeeura levan centre tou l oJieu de ce
IMoores. Sjus la vtrandah de tratic, ce nest pas que nous soyousr
d Ferranditi, vrai temple de des adversaires de oEmigra ion Au
iet de bon gout se renc-nm- cntraire ; e.n priseuce da lins.ufd j a
.0 gyrsses hul &s qui, eux stance de I njiysna d existence, du
Viewi.eat se reposer des I"- travail qui inAnqub dans le Pays,
tda jours, en absorbant force on 1i1 saurait emropcher auun= indi-I
friappes. L or circle 4Maa vid de disposer do sa piopre ptr-1
kite idiis avec u'le profusion sonue en vertu du principle de la PI
a magaque Lsa cuLsomiaa- libeite indivijuelle, pour ull3r ail- offlci
1it saus cesse renouveldes et leurd, amasser un p4cule qui lui allem
casli arrn.ment en gourdes, perm ttra eusuite dt retournar dans trees
Wi en greenbacks amorncaini, soin .ays. ruis<
'Utchander. Tel que ce traflc ae pratique ac gago
mir des tables soot assis des tuellement dans le Sul, il est ae anno
n, moles aux r6gulcoles demauder si coa malhdurux dtai- oenlt
Wt de toutes lea couleurs: grants, par la si & tioin qu, ltur *et dans
jusqu au plus negr. lie ont taite, pourrout jamaia ainassur au- rcoi
I*Doyenne et soot v6tus. pour cun p4cule? Apr6o comubien de Alle
4de ces completes bon temps revoeodioniils chess e o, s is P4
sortis des fabraques de Ma- jams, its ddairent revenir? On ne tie su
A New-York, oO ils sout pea don,: qu admettre qu ils soat do ca
6s par containes de mille. ampitoyablement vendus aux Gno- Serei
l des soulier verTais ou traces de Cuba at a leur insu. Dd ce doe g
sur des chiAjsistte de fait f haitiem devient esclave cabaiu.
Ila ont en outre la bour- rout .le monde veut A exploiter.j
A tea biern oD~ervtr, on Gette l86re du Bois Noir faith de
R remarquer que ces exou- nouvetles victiieso chique j >ur. A
Bu faux air d'anglais, de GCube srtout. c'Alt a *- cotire eu
des do ks et des chau- plioe Californie quanJ on y avail
ies. .decouvert des gisoaseuts aunrfres.
riches d un jour putlleant Maus, a Califoruse, ce msal 4tat eu-o
et. et devaot lrw .adpea- core tolerable. Si on y accouralt
es qui samuleat le bi*e ave avidit6, cotait pour extraire deo' A
Wa de toute cstl giaod* I'or qui ga eat on quentitd cousid l
o on ae .uoit dms aa n- rable daus le miuaes6 .ma ct, quil
5W1toerroge aves un@s cor* sou e former de rBgiSaditiol, ce0
S sont des homrnmea, Ce sont nos pau-I
tuenent ces gens? Sjut-ce vres frdree des champs qua I'on v gdndr
/ Par cubAiua, U eaten vendre GCuba e cela pour sassu- jamai
0k ces citoyens libres doe er de grosses pr6bendes. I1-bas
ue voi.ine, inais bieo de Le cultivate ur halriec eat done pour
rnts 6tab.sii a Santiago et devenu une ma chandise que 'oan n est
ectianage contre des greenbacks. On sucre
Sfer de lui, A Cuba, un instrument son as
*R'bligeane d'un ami, ces notes de travail, uae btoe de aomme, car
a course de son voye atz' tout ce qu on lui demands, cet Ac
su-is heureux. livr, ms$ effortt d sa"e bras. Sl samit lire, 1l
Sdsee uffac ddedieS eI f(orC6 de le-ccticr. Nos ancleas
49 089.~ 4


PAR S\NS Fi[.
WASsIlNGro. T6 S pt. Le d6-
partement de la Tresorerie se con-
certe avec le reprcsentants de l'jr-
mee et de la Marisepourrecomman-
der aux enr6'.&- de s inscrire pour
une assurance militaire Des delegues
de I'armie et de la marine sort arri-
ves ici et durant trois jours les au-
torites de ce Departement leur expo-
seront les avantages qui devront en
dJouler pour les so:dats.


VENTES EN GROS

Ciment, Swon tafl'tt
Aerosine, (tazuilinee
A/ luine ,'s
Edw. M. RAPHEL & Cie
6 Rue du Fort Per
PORT ALU PKINEIN.


Les Allemands tor-
tutrent tes prison-
niesP an glais

PAR CABLE


W\ASHilNGTON It;. Un document
PAR CABLE parlemnentaire anglaisdont les copies
aHIs 10.- Le ministre de la M viennent d arriver parle des insultes
anmnoie que des navires de et des tortures physiques ii fliges
're farais oni, detruit dans l! aux Anglail etAnglaises sans dt-trise
idre semamle de Septembre deux par lea Allentadsa qui les out c p
-inanr allemnands dans la Me- iures dans I ast al icain au deutL de
raneo Occidentale. la guerre. Ce rapport co.ilient les
t______ _______ tmoignages de nombreux mission-
^---+" .--... .....-- naires et professeurs qui etablissent
Si des f[aits qui certainement seront
Torpilleurs mentiounda lors du reglernent lial.
lelds e M Toutes les vicii aes a apies les le-
lff ^U1lm Ceecs gles iuternationalesauraiel.t du avoir
le droit de quitter le teo:itowire a'le-
PAR CABLE mand aprds I i declaration de guerre.
Les function aires alltmands leur
TROGRAP 16 Le communique out refuse l'autoiisatioa., sous pre-
el announce que deux torpilleurs texte de n6cessit, s rmilitaires. Les
sands out dtl could. deux au- mauvaia traitemenas auxquels tous
endommag4s et un torpilleur ces prisonniers civilsa ont et6 souma
e coul6 dinanche dansq un en }ont idescriptiblea. Lea bornnes
ment au nord d I'ile (Esel "out 6~' ob'i6s de servir de maneu.e
minister de la G aerre russe vres pour lea ouvners n6gres et lea
since quo le coup du ddbarque- femne-e ont da1 subir routes lea in-
t al'emand continue aes progrdsa sule et le judJigmlt46a de la solda
Sile (Essel et que les Allemands tesque allemande.
vent dea troupes de renfort. Les _
mands out pris Ioffensive dares I "
ninsole de Svorbe, dans la par-1
id de 'ile et out come objectif COUn ell de (fuerre
apturer lea batteries ruesea de
. Gem batferieeprotegent'entrte deo A li s
olfs do Riga.


PAR SANS FIL
S. WASINGiO'o. lcas E atb-Unis
A* V 88ss ltclM # seroni represents au procaain q'ia-
(laise hlJllamdaise) :ri6 ne conseil de guerre des nations
(aisnl sBollandaise) allies centre l Allemagne. Cette
RLE DU QL4Al- 45 declaration formelle a ete faite au-
Port-au-Prince jourd-l'ih par le Secretaire d-Etat
chats de Cdd(tr6b o, IlLansing.
hat de ( ri ou tl Cette rtuniin connue seos le nom
de la Conf6rence de Paris, bien qu'otn
Sasit encore de nrmin6 1-endroit Ui
-.2 .... -- 1 epoque A laqinelle elle aura lieu
raux d, division qui ne furent aurait pour objet deffTectuer uue
s qui des cominandeurs, st coopratiorn plus vaale paril lea
, sur les plantations sucridres Allies et de doubler lea elir.rt de la
lui rappeler sans cease qu'il gterre. Le secr6taire aurait ddclar6
ici que pour sarcler la canne & quo tea r-prdsetasnta amdricaina
. Easuite, als pr6dlvtront sur n ont pu encore did d6iigrabs.
. A t I -a -a a i ii^" I


laite I& dim e c sU raiq'uants.
DAPTiC PARlloGER 11ILAIRE.

(LA MAN ADIIMAItNj


PAR CAI' I*:
I ON.)REK !ft S ivqnt iae ddp4-
Slie de o I Excihane Telegraph a
'l'Ams'etlam. la f Dlutcclioe T ges-
zeitrgs d.-1 Derlin dit qAie Ie con e
GCzoini, aniiui-tre des Aldaire s E'ran-
geres aiistro-hiongroia a r.Acemiinent
demiaide au cliancelier allemand, le
Dr Miclu.'is d etablir des terines de
paix en l*- prianit de pousser I Alle-
inagne a faire des conc asions dans
I'Out st.
Le comte pretend qu'i' ne peut
negocier plus longteinrs avec le
charicedier, attend que les declara-
Lions de ce dernier sent vsgues,
alors qui'il est ilpnelieusemelit l 116-
cessaire de les indiuluer d une ina-
niei'o claire e It'anche.
La depIclie dit que les d clara-
tions de la Deutsche 'regetzeitungs
ne sont pas dminenties et tiles ont
produit une grande sensation, car
elles demontitent virtuelltment le
deair de pail de IAutriche.


Nouvelles de
la guerre


PAR SANS FIL


LONoRMS. Les troupes britanni-
ques out de nouveau bombarded lea
travaujx militaires allenards A Bru-
g's. L arnirautd a annonc6 qu'una
aeroplarae allemand a tO descend.
D apres un radiogramme de Birlin,
l'auinraut1 allemandue projette d 6ten
dre birintot sa guerre sous-marine
jusqu aux eaux a (ericcaines en de-
clarant cormine zo:es de guerre lea
c6tes des Etats-Unis, Canada etCuba*


Contribution de Porto-
Rico A I'armn e ama6-
ricaioe

La Petite sie de Porto Rico, deve-
nue poasseasion des EtatA Unis do-
pais 1898 a une population de
plus d*un million d'habitants, qui
neo sont pasimoins enthousiastes:que
lea aut*as amdricains de fournir leur
contingent & la guerre.
Conformdment a la nouvelle fol
militaire promulguide le 3 juin 1806
par sle Presidnt Wlason, le rgimenot
d'infan erie de Porto-Rico eat orge-
utia dans les minmea condition qua
tout antre regiment do I Infanterie
(lea Etats lnis. Ce regiment com-
prend des citoyens nts Porto Rico.
Mais lea amdricaina rdsmdant dans
i'le et exern'ant les profearions in-
dustriA-les ei commercials aident
A former le corps des officers des
forces de combat. Ls tuturs ofli-
c.ers IEOn entraiuda dana deux
catup ti ablis dana I le.


Imperial Japanese
CoR t8mission

PAR SANS FIL


( I II Le secrittire du Commerce, M.
IMPRIMERIE DU MAT[N Rudfield a annonc 'Parriv6e, daus un
'Travaux lypographiqlies ea Tous port du P-cihque, de Limnlprial Japa-
I Gorts. nes Commnission.


'aix.


L --- ----- ---------


QVINZE CEN~TIMASJ;


r
i
i

)


,Iwo 4089l






EATMR


Les itflrigues du Tra ns Ocean
Comte de Bernatoff Trading Co.
aux Etat." Uni AVIS.
Noui arons I honneur d'informer
ALe Dpartement d'Etat a public* le public eti Ie Commerce que. pen
aujourd'hui, le teixte dune com- dalt absence deo otre sicur O. A-
municatio address A Berlin, au LUND. PIsident de notre Sci6
commencement de cette annee, per it Monsieur FERNAND DENNIS esti Meg
Is comite de Bernstoft, alors ambas- charge de la procuration p n~ralpa
.adeur d'Allemagae A Washington. des iresde Is TRANS QC EAN WN -- Ti
Le mcssage.date du 22 Janvier A917, TRASDING COMPANY.
est come suit. Port-au-Prince le a s O.tobre 1917 w de&i Aw ,
a je demand laulosisation de Dm Wwy VtgV mUi,
payer jusqu'A concurrence de 50.000 ecevoir de l'argent dans cc but. I et.
( cinquamnte mille dollars ) pour erais infiniment" int6ress6 s'il se |
arriver, comme en d autresoccasion-, rouvait des accusations portant qu' il
A icfluencer le Cong'es par voie de ut un membre quelconque du
I'organisation que ou, sav(2 et qui Congrcs sachant que des organisa- .. _
pourra peut dtre empd.her la gueere. lons qui cherchaient A l'infiuencer
En attendant,jecommence A pren- talent finances par 1-Al'emagne Tribhsal de Casstila 4 Augus Mrntor contre l.udotic irenne venant de GranJle
dre des dispositions cn consequence, Le senateur W.dsworth trouve AUDIENCE DU 16 Ocionu 1917 a'Ugati. chargement camphche.
Dans les circonstances actual es- que la communication du D6;pare- Prsilence Jdu vice pr~adent F. Iarons 5. M -ad sp, Vv Camille Dismbois Voili r Dieu Protg c.
une declaration publique offi:ielle mert d Etat explique la quar.tit, de Affaires eniendues ; Absolu l)Dnos- contre K'2-rd "lyp'oli.e (peresuplton Frange,, venantide de Grandpaits
en taveur de l'I:lande scrait absolu- messages rr;us, vers ceite 6poque. thbneq centre Ezalus Pierre et con- ich,,rgimuent marchandisesEeutCn
ment A soubaouer, vfin daob:enir le C Q Carrid c e la Co. ises we ss
meit A sourflene iandaise n per le Co:-grks. g Qiand vous tect- sorts Le juge N. St Rome entendu p.gn Eu',eCariie. ontrela n- Volier Lina. capitaine Audit.,
'appuis de irtence ilandaise ici. vez en un seul jour, quatre cents en son rapport, le Micisere public 7. Fauti Itframe u co t'e Eje'venant de Corail chargenent caf,
un^x^'de cmessagea p7. !?" flame u co ve E.everin .omlcagne
Le tzte de ce message a tC Pu- t61igrammes, tous dans la m6me a conclu A la condamnatlon du de- Geneiti, chccolat, barriques videos riz du pay
bli sans comat entairs, tout come langue tt signs, presque tous. d'un mandeur A lam-nde prevue pour in- 8. Annuly-se Andrd centre ChG is-
bgavaient ,t celui du come de Lux- rom allemand, it est evident qu'dl y sutficance d timrbres. tian et Eltme. d Aubgy ( ptriap
burg. ministre alltmand A Buenon a. que'que pat', quelqu'un qut dis- 2* M61ail Blaiqe contre Divid lion din-taniee. )
Ayres, qui a si bien bouleverse les tiibue de 1 argent. Nous re;umes dcs Villarson. Le juge St Rime entendu- 9. El&derd ,Driuii contre Chris
relations entire I Argentine et I'A'le- milliers de tei(grammes-chaque se en son rapporn. Me Salomon en s-s tian e l:l~ae dAubi4nV vporemptoo.a
mogne. et la lettx e du ministre alle nateur en a eu sa part, j'en suisdr-- observations pour le demanJiur. le d lo-tance )
miand au Mexique, Von l'rkhar donti l'obj cif 6tait de nous int:uen- Minis ere public a conclu I la con. lea csour s G rli co .
publaei tics r6c moment cer contrc la guetre. damnation de 13aise A 1' tende pour l r 8 r
La communic tion du secie-aire L. s~nateur Norris d clara ne rien insultisance de timbres. Ntvedlle i la maie
Lansirg a joult une rvdlation de savoir...pource quilui est Fersonnel-- 0 Germflus Domond contre :i ERT'-. DE PAK ENUE ( au proisleur \
plus a la serie drja longue des in- de questions d-argent se iattachant jugement criminal de lacmel le con- depiaino )
trigues mentes par le (ouvernement ta : inteiets allemands mais il ajou, damnant i mort. Le jge~ I. I.F. Madame. 11 est inutile Mi 0
allcmanden Anmcique it aileurs. aux Magny entendu en son rapoorl, le demoiselle que vous uo int, z iout le
On inore si le Dipartement pes de I'ai entendu rtpdter que l'Alle- Mhnilst6re public a condu I 1a cor- temps A ma ti ie une measure pour
d'autres prtuves encore de lativite mige et 1 Ang'e erre ont d6pens6 damnation, av nt dire-dront au tond. ren : nous avons tes moyvns de
de cet ambassadeur, mais les docu toutes les deux des sommes d'Ar- du grtffitr du tribunal civil de I c payer t
mnents txtraordinauies qu'il a deja gent considtrab'es dans ce pays. mel A 1 amende prevue pir lariicele
livresa lapub:icte ont fait noiae Aucune orginisat on que le saohe 3)o du code d-inst:ucion c imi- -t/t'j, 5i
impression que les ;gents du Gou- n ate,;u del.argent allemand ou autre nelle. p ah CO Ite -
vernement des Eats L..is sont par- Assurement aucun argent allemand A. C aiei're Lion Sp6ciaL
enus A reunir e a dupliler omande ne tut employ6 A ntluencer les Ceux qut suivent les coivois tu- Ea vertu I d. la g use en forme
het que, store de la dup tres c hallemandes nembres du Congrks qui etatent nera.ies jusqu'au Cimeltee savent executore d-ute ob..gau on hy, o he-
er que, sous peu, dautres chapities centre la guerre. L- message de de Jacs quel Etat se trouve notre n6- care passee au rap o. dcMct.h tries
sront ommuniqus. la gerre qil 3ernitof, remtrqufz le bien, ful croproe parsuite des pluies actuelles Mailejy e son col.twue, nota.ie A
convie allusion A la gjerre qunil enov' A un inometr cu le Ir~si- Uie b>ue abo idnte rend extreme- ,ort-au Prince, le vin;t de e-nbre Efl 'TTE AIX PI.IAaccS
de iBendrait d tr tat cancerr quee Adi n.lt!sc.n tait co tre la guerre. meant penible la circulation dans les mil neut cent se z: *2 d'an o.n-piPelrus. Pfaou. ST. losEw, E,
de Bernstof savat A l'avance u A P avenues les moins trote. mandemeit en dAte du deux .;tu- ALPONs HA ;, en fa
son Gouvernement alait dmpclarer Du limningg Post %1? Septiembre 1917 cEit attendant lestravaux rarionnels bre 1917 demure intrueiucuxu B e HA
ctqu'l tit persuads-maie imple Gu- -- qui dolvent faciliter la circulation I scrap procede le sainedi que I'on ne.
vc qrnumi t dpet as-nis ne se Gu- gynarale dans toate iitienJue du Ci- compiera vangt octobre courant A
laernement pas pacifier par de simple 1 Vmeti6re, ne pourrait-on pas penser dix neures du ma.tan la veute au
processes. Ce nest que le st Janvier A en macadamiser avenue principal plus olfrant ct dernier enchelasseut
que le Gouvernement de Berlin RENSELGNEMENTS qui part de la grande porte nord ? d uae poprnete toads et baiusse sie .
annonca son intention d 6tendre ses METEOROLOOrlIQUE Nous soumettons cette idee A la rue des Miracles de ia countenance de
activates sous-marints, et le monde OBSEIVATOIlRE meditation de qui de droit. quarante huit pied* de ta.Je sur im
ne tut pas momns etonn6 de la de:er- DU Tribaial de Commere denat soxince tavors peds de p ar to .
mianation de Berlin A supprimer tou- S,.hINAIR COLLAGE Audience du 4 O.,obre 1917 deu et bore s r vo : su nopd par a
tes restrictions, que de la declaration SAINT-MARTIAL Jugements proqoncus Ce u i qui ldteue peoprou au sudp E r t Ai-t
que cette disposmon hostile devien- Mercre li 17 O.tobre 1917 dit que 1. P. Alexis ne doit pjs A H. par des egpuls opntn U pop Agu EPIs nd mleb tef-a
drait effective A paita du lerdemain Harunttre 761.4 B-:ker la some de 8 5$ dolli re, le par des guts coan u co,.rgu : D h-e dr M
Trois jours apies, le Gouverne- minimum 20 0 condamne A payer A b.cke & Co, au 1Canc T uuc poprMe" Arm ed hv- La vet en u Lutnive Ms
mentI des E ats-Unis maiqualt sa meme par corps. la somtnc de 119 Elouad Pki pro.l IA ni entdisparadtrlesallinsme
d&sapprcbation par la rupture avec Tlemulrature IdollarsI EiouaAd Arpeutatkno : A U Cvain pro.' quCi fait diaparastres douleUCrs
I'Allemagne. Celui qui se delcare incompe. e arml darp aa dag a' li C S i- m ani troec IM
It s-etait trouv des peisonnages m maximum 28 .tent pour co initre I'aff ire d- Clo-,to g en date di neut l'lan m ailneLf prince da
du monde olficiet pour deduire. m il- i ur domi Drouin outre Vdor TeCm0- ce eieq enregistr6. Tcit e dailleurs oa=a s lasts.
gr6 es denigations de lambissadeuc Citl clair iusqu A midi ct couvert ue I que ceete pborietl se poursait. ient 5e n'r.- le tumaeSa3n
que celui-ci etait avertidesintentions. P"ue C-lui qui reo t A b ic IB r-ico "pore ci end sans aucune i
de so Gouvernerint car. dans Piuvioe dorege h 4)5 n. i houmieux opposa.t u i gm n deltxepton at r served. S r la mise a unm, d set taste nsma-he-m
.:on t urage, ou 6tait artiv 4 so- PuvAometre q m n delaut rcnd -u -pofi, de R .bo d px d' Sspt cent ht doilar5 man.- ItSSk a diue m
voir qu il tait contie ce pr.oet ctc Bromre gereme n b e et Co. retrc let d t jugtmetL dit ni ie" P incpu p ale 1-ob:gat.ion Lde Linsa nt Mierd set dtem
ouoil avait meme cherch A laie I. S RR ne 1oprosa at ne doit que 175 dol- 0ue les traas, le honora.res d absue-m
nodifier. NMrLandal lars et j ;I g )urde.s et li accord, la Iaocars poursuivanis r les au'r. s propWeet boa nmrcb
Onne pense pasquelarrmbssadcur Comme nous iav;ons annonck, taculti de s en delibkrer pir des ter-l~n.j gese i enchre. A la requte ,
bit rkellement terte de suboiner, ou ce-st mardi soir qu'a eu lieu la deu- mes mensue-ls de a goards et -so i a.ia-ne Lou sHPyppo ite du ne,-
t'ir luencer dtectemcnt, aucun mem- i imine representatlon de Mak inda.l dollars. as-ite die on pou lesieur Lout-
bre du Congris et le doue s'avre u Thil're Pariciana. Ceiui qii ,',nd i'ine Courtilien yPoite tou -u proA it.ire
Q2autant plus possible par le fait de M.'gre la pluie, le public, tait ve- Roy A payer AR imbo'd ci Ce la. inur nt i dom ca"es A Po .-"u-
ia valeur relativement minime quil'nu asister en asset grand nomb-e somme de 287 g urJes I Pice, ayt p -uravozas co0i uet a
demandait. Come on I'a tort been a cet e representation A laquelle la Celui qua r, it P. Lac 6'e op- Mes Eg rd Fyppo *: e D.nto ',W
faith observer, une somrme de tin- piece de Me I-naidtn Vieux tat ap- posant au jun-.ment de debutt rcndu Frargots avec eleclio' de aUu.nm.tu
quante mile dollars seraut A peane plaudte avec en.houiasme. Les ac- au profit de V. G. M k;uut, rctracue ei hlur cabinet 38 rue Limarre e, Freak U 1INN
suffisante pour corrompre dcs sna ti.urs qui remplireat lei difateents le dit lugement et lua accord la f- cette vii!c, cortie lce dat An'oint sea mar ti dae
teurs. ludicaeusement distribute. it6esne mtitenlquedesl cependant, parmi des gents idtels que mC-P.rs ensuels de 60 gourdes. Pour plus samples r.. .. ge nents aTnpRI
ceux qu on a setrcuves dans le sys- Cita*--PlristlaI --Celui qui ordonne la present* sa'aresser a Me Laraque 4, harlo PORT-AU.IPRINCK
teme compliqu6 despionnage et de ILc p" st pe sas o tion des livres de V. G. .Maklouf et Milery. notaire A Pout-au-Prine o
piopogande si minuticusement difie rendcz-ous dece soir au Canema- Antoine Abrahum pour tre verifi:s aux a'ocats soussignes
par de Bernstot. cemte somme aurat risians cu 'on done les baux cocfarm6ment A la oi. "Port-su-Prnce e 1a O.tobre 917
puprcduire des esultatsappaciables films Le precipice justicer. L Celui qui r j te la demanded Earegtr, etc ( S g" ) Daion
On pretend quoil existe. au De- sge de la Cro"z,- L ohe do GE- de commuoucationi des hvres de F Os t E igard kyppolt.
partement de la justice, des docu- ... Vic or Margons et condamue F L- -- .. o eVi
inenlts qui etablissent peremptoire. 1I taut all r en ouhe A cete soiree vitle lui payer la on am e d a La e ma.. **T.*
mentque la machine allemande en q s*annonce bnri ante. ola Alei payer la some do 1ra38e MOAsseent ....SS.-A
roAmrique a, avec la question irlan- It les qertlers di era-.h-Tel? par corps et depeons. hN o-
daise, une connexion plus Etroite Encore une fots nous eomanes e I |
que De Piodique le message de de obligEs d'antervenir pour demander TruhNual dith ARR AGES DU 17 OCTroR 1917 | 8[ L Fl! *d v
Bernsofl.Cesdocumentscon~ienentila reflection des quarters du Morne Audience d., 16 Octobre 1917. Voitier Eafant Dleu. capttmne | 1e i tu I
ads orms b en onus en Amerique. Tuf. Ge jours-ci cea quartiers sout Le tribunal p end aiAge aJ Oheures Eugene, vemaui de Leoghae ur | -Ime"-
ass mms be icu eniu cn Amenque. abso|ument impraticables, ce sout du inalion soua l4 prdsideuco du jujia lest. -,- m.L .


do v6ritables cloaques o& Ioon a en I on Mont6s, ayan pour aGsaeaeurs Voilier Grace a D.eu. capitAine U i U
Once jusqu aux genoul. If jJugrs H. BonhooUsne et Ie sap- AIulas. ~ easat dcs r .
A Nous conseillons de commerce ptmaut Pervignan, en prnesico doe g*meetsm-ve. Iu "es ch tr. kW Pa *
Au capitol, pescnne n'a paru sur- les travaux per la Grand rue que Monaier T. Agoant, subetitut da VoiliJe A d Die, capiti -
pti, 1 on dbvrait arranger. depuia la rue Com mulsaire du Gouvernement. G ,a a, dM -*. a-pio1tt ilaeW
e sAnateur Reed adi,: Cet urgent ds Caseres, doe la m6me feigo qua f. Lou.ia setJuas Lafotuaat -confreo G .as t e-. v ma d w-uan" I
Se d vie met ur la r* do 1-Enterfoment ;Racino aiu: chu.Soaro.6:ig cocos 6: "n se
a ut dapense, Evi dem meo e ot u 1r 11 eet temp qu on songea srieuse-t 2 Edouard Dorainvil centre Dr. Vodiecr lafoceat, capitUne Stal,, | 10 on"
Is vo ana 11 est ossable qual meat & cer travaux don't I urgencc Da'eocour. vesaot do Grnde .tMhas chbug^- AP
y as ce pays des homines assaz a -deute ceaqoa jour to plu o 3a. Maleaeno Matbon N Albert meot camae iU A PARi l
Oand acdlerats pour accept de pO # Jlu. I
UIWBI =9


ir -


I