<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02990
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 13, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02990

Full Text




Q(AINIi cE~vT1-- Ludi ,3*b~be jtob


Gtmnut,-M&GLOliW
umRBCTAU&
A8KRDMIRIATS A*
903i715814c3


II-
0 Alois

001
Now~

N~OW'


RTRARRIIR


*5.00


]VORT-AU-13N43( EaMIU


S


Quotidien


a&DACTION ALDMIZ4ISTBTIOX
&We35 Ito6 diER UOU &at i~

L ee smeaes "toplrg
JGagf-j3-mn1c3.wU3 bunnia s do
A Vaaw ohm L.NAmSe & GO Vm. VGTwGm
AMMINS dhm L. M7msye &CooS. a.aage
-Eua a
o3wn-Tma U.veto=I Puli -*ky Compm 4 s W"



lb.WWUA~ft SL&SUW*M Pdlipks iu wj


,'Etat d'esprit Am 6ricain fcroissan c de li
ippais Itrnn* A ll~fm*W.


Jii


On commence a penser. IUuIi dIlIW U

i -- -- PAR CABLE
MeTh EAeaa7 SSasa,, 13 septenabie semaines, certain fits dans les fa-
1917. milles de cette communaut WASIaINGTO\ 9 Une revue bisk
Ua group d'ouvraers de guerre sum les renseigierrenis de l'Etat ma
Atravers le pays. dans chaque etait en conversation. L'un d'eux dit: jor trancais et publiee aujourd hu
i, quelque chose de nouveau et, Savez-vous que,. jusqu'A la declara- par le haut Commissariat de I
t different prend place, quelque lton de guerre je ne m'etais jamais R6publique frangaise, indique q",
ulles sens se developpe, quelqu-I fat une idie de la negligence des in Dour la premiere to's depuis le d6
mrption du devoir individual et dividus de notre. tamille et de I in- but de la guerre, la Puissance mili
) icse tait jour dans la plus in- suttisance de notre manikre de vi- taire de 1-Allemagne decroic dun
aisnte et la plus irresponsabie vre.9 faoioa clairement apparent.
nationn du monde. Mes fils et mes filled devenus Epuisks et retoules par lesattaque
grands entrent chez cux et vont si- incessantes des Allies sur le ft on
eotmirazuleux dvidemment, mais lencieusement dans leurs chambres. occidental, les allemands ont tent
ttrouvons nous pas precisement lil pensent. Sauvent. notre egoisme un super ne elfort militaire, api,
miracles partout et chaque jour a subi cette atteinte ecrstante e, sa- avoir puis6 dans leurs armies ino
sces temps etranges ? ;lutaire. La composition est partout. cupees du front Ociental et appel
Siincroyable que cela semble. il iQie savez-vous ? Q-e pouvez- leurs reserves de la cla,,se 1918 e
m1ss: vrai que la nuit et le jour :vous fire ? Pouvez-vous passer un une patte de la classes 1919.
le peup'e commence A penser ;exarrent de chirurgien de I'armee ? Aint au moment ou les Allii
iu'est pas une exagiration de dire Pourriez-vous etre inti'miere de la ont atteint et peuvent maintenir I
it progress mental de la grande [Croix Rouge ? Telles soont les ques- plenitude de leurs forces, tout ei
[nitj des citoyens amenacains,tions pratiques qui sont posees A la attendant I'arrivce de la grande ar
ees et temmsi. depuis une di- jeunesse de notre pays. mee americaine, ls resources de
id'annees-on pourrait dire de- Pour la preniere fois. la plus lennemi diminuent, alors que 1.
,presque une generation-- a ets grande partic de cette jeunesse a en- situation militaire demanderAit au
utg neglgeab'e dans ces ersul- trepris un inventaire de ses capaci- contraire qu'elles augmentent.
agei constituent le principle vital tes et est tourment6e par un mecon-
unnt6 de I1 me, et par coas-' tentement parfaitement salutaire ------ -.-. -
g d'une vie national saine Nus, Les jenoes gens commencent A
Mcru que faire des progres c'.1-.comprendre qua'ls doivent Etre jugs .I n eleiramr 'ne
tire des choses nouveles, des pour ce qu'ils a >nt, et non pas pour d ZiInlnrI -
am ingenieuses qui nous appor- ce que furent les ancetres, ni pout ev i .ir.e rn I
mat des avantages. avantages sur ce qu'ils esperent etre un jour quand
I'un ou sur quelque cho- ils auront A assumer des tespinsabi-
avantages dans l'acquisitioan lits. Les responsabilites s'imposent PAR SANS FIL
uirchand;ses, des atfaires et A eux et its se fjrtifient de se trou-
nargen,. Une telle croyance i ver seuls. I Le SecrEtaire d E-at a public le
de notre existence a fait de' Lt penske et la realisation des tilegrammes suivants du D.parte-
des egoiites et des satistaits : la prem-eres lueurs d'esperance remplis- meant des Aftires Etrangeres alle
de Nature a veille sur nous sent les esprits de centaines et de mandes au comte Bernstott en jan
I a rcompense meritte accor- milliers d'hommes et de temmes, et vier 1916. Le Secretaire gfnera
par un juste dieu au people qui de leunes gens et de jeunes filles, desire une action eneig que rela
tit plus dign,. pour qui de tells operations men- tive A la destruction sur plusieur,
dain, la trnste lumiere de la tales soot pratiquement une non- points du chemia de ter Canadiar
tle monde easier cut une tout velle experience. C'est une grande Pactifc en vue d'interrompre It
maniere de voir. Pendant des Epoque que celle d'un tel reveal : trafi; le plus longtemps possible. L,
tt des annres nous y avons A mais it semb'e litttralement vrai que capitaine Bcehm qui est connu de
tait attention, mais maintenant cela nest pas moans pris comme un vous a re.u les instructions pour
lumiere eclaire motre cheman, cataclysme cause par cette indescrip- vous informer des attaques militai
Snos vyeux Et quelque percep- tible guer.e. La nation nest pas en- res et tournir les fonds necessaires
de responsabilit6 personnelle core comp'etement rEveillee, mais Signe : Z mmerman
ce n altre dans des esprits les evcnements de ces pro"hains mois IANVIER 2". Aux attaches militaire
patiquement, pa avaiL perdu de sc chargeront de la secouer, de Ia Vous pouve obteni renseignement
s simple no ion, du devoir. Un sortir de ete leihirgie don't elle a des personnel tres entendues pour lI
du ljournali de Kansas City heriti et qu'elle a cultive pendant sabotage aux Etats-Unis et au Ca.
meant obseive,il y a quelques trop longtemps. nada. e sont :
P. ,..;..,.,, .... : 6IIU... ... ,, ...


La Terrer en Alsace-Lorraine


PAR SANS FIL


i
a
le

e
'S
It



t

s


t


5





a
S
S
S
r


I
I


A iojcpa acqrenarrintyn r aiiiapA, 2
lohn P. Keating. Michigan Chi-
cago. ; Jernish Ozeary sixteen Dark
row Nek--York. i et 2 sont absolu-
ment dIgnes de confiance et sont re-
commandrs par Rogers Casement
pour le sabotage A faire aux Etats-
Unis de toute esp6ce de fabrique de
munitions de guerre.


orEvIDEo( 9.- Le Gouverne A ces addresses obtenues par con-
IUruguay qui a rompu ses re- irainte, il nous sera facile d'opposer --- -
diploomatiques avec le GOU- les aveux de la press gouvernemen- ..._- _
t allemand a no'ifie a e. ale qui, depuis le debut des hosti- Compagig ie No t 10-
t de ne plus quitter leterri. ltes, ne cesse de procamer la ban.- na1e des Ghernt
atqueles, eprsentantsdiplo- queroute de la germanisation de nale des, Chenim
Urugayeas en Allemague I'Asace Lorraine et d'exiger que pour de F er D laf tt
Vqittt saufs ce dernier pays metire fin A opposition national ..--.--
0pIPagne continue. La situa- d'une population rest6e inbranlable- I y aura ie dimanchs 14 du cou-
S.Alsaciens-Lorrains est extr-- ment fid le I la France. on d6mem-raintn tra speial pour St Marc
ditticile, car lea provinces bre le pays de 1 empire et on Ie ratta- it les stations intermediaires aux
sout soumises A une dic- I che par trois tron;ons A Ia Prusse, A conditions usuelles de pri es d ho-
411itaire rigoureuse. Les ar- la Bavinre et an grand duche de Bade. ame des trains d'excursos.
eti dportations s'y multi- Port-au-Prince, le -o Octobre 1917
lA conseils de guerre siegent L'Allemagae affolee par les on- au- DIRECTION.
lt.amence. Les prisons sont sommations rEp Ates detous les Gou-
S La terreur rigne dans vernements Al 'is, voudrait bien,
ip .y. Dans ces conditions, il avec sa mauvaise toi habituelle, or- __ Lu -c
queredoutant de cruclles ganiser un pltbiciste truqut. Rien Au Royal LUnCh
ur leurs mandants, ne saurait mieux Etablir qu elle voit Les families trouveront demain
corps ius se laisseat venais 'heaur ou elle devra ennf dimn ache : Galantine de iolanill
A d atios qui sandsmei r sa proi i m he : Galantine de


Le Sonatenr Lafollelle


sp ilpfnl


PAR S\NS fIL
\VAS4I1N\GTON
Ouvrant sa camp.-i-e contre son
expulsion du Sinat pour cau'e de
dfloyiut6, le S'nv'eur Lafjllette a
envoy& aulourd hui .Ja Comrnmis-
sion d I invest g tion du S~nat sa
version sur son discours de S Paul'..
Laiollette pretend qu il y avait beau-
coup de mauvaises interpretations
dans les intormations de la pre-se
et nia catEg )riqiieinnt qu'il aurait
dit: '" Nous n'avio as pas de gricts
pour enter dins la gierre"--. Le
lPrsident dii Sinat Pomerene lui j
accord le droit de se presenter de-
vant le Comit6 et d'eximiner les '*-
moins qua ont d6pos" coitre lui ( )
suppose q:.ie linvestigi'ion prean-
minaire 1i itra cre sein uniie.
Le Cdlonel Houie a niO les ran-
ports publids i ii Attribuint 'idce
d'ouvrir des Ojartiers (Genraux
pour le part de la Panx et d'ob enir
Vappui d hmrnmes notables du pays
dans une org aisation qu'll aurait
co ibinL.
Mes quarters G6i6raux 1 sont
sous mon chapeau- aurait-il dit
dans une conference avec le Prksi-
dent Wilson- le reunis des donnees
sur les conditions 6conomiques et
politiques de 1 Europe. Oa pare
trop au SL'jet de ma tazhe.


IV. A. IViss.annt
(laiseo hollandaise)
RLE DUC QLJAI- 45
Port-au-Prince
Achats de Cife ( tri6 ou tel
quel

La croix degierre
allemIande

PAR SANS FIL
AL. CAMP D)E ARMi.i:E FRANtAISt.S
Des documents sasis derni6rement
sur des prisonniers allemands indi-
quent que la fameuse Croix de
Guerre, dolt le K iser a distribute
plus de deux millions depuis le
commencement de la guerre, nest
pas seulement donnce pour des actes
de bravoure, mais aussi pour l'ha-
bilete exceptionnelle dkploy6e d ns
la destruction des villages trano sis
et des fermes.
Dins une lettre 6crite par un sol-
dat du Landwher appe 16 Alfred Slur
A an camarade Fiakelhaus du 396m:
Regiment et publiee aujourJ hui,
Saur parole de la consideration con-
voit6e qui lui sera d.cernee pour
avoir decouvert la cachette des at
taires personnelles appaitenant A une
visille femme. Dana sa lettre au
service de requisition de l'armee A
Fourmies il dit : e Nous avons pris
des tram;aistous les objets en plomb,
cuivre, liege, huile, etc...Nous avons
pris les chandeliers et lea ustensiles
de cuisine et he tout rassembldde loin
on de pros est expedi6 en Allemagne

VENTES EN GR OS
GCinent, Savon Babbitt
Krosine, Gazoline
A llumeUtes
Edw. MW. RAPHEL & Cie
6 Rue du Fort Per
95T-AU-VPIUsc.


laouim res allemandoe


dejouies


PAR SANS 1I:L
Hi L\O A' R.L Le rvipport suiI
vant intfrmnie qu-une ins'allation
le sans til t.ib a p c. d* Ia I-ga-
*ion AllemianJe a motiv une In-
vestig ition Celle-zi a r&v616 que la
iLte installation ta11 plIJce sur le
*ot d une mnaisoi occupte par un
incien Ambassadeur Argentin pris
1-une nation sud-amaracaine L'ins-
ill.ation 6tait si intellig-mme.it dis-
simulke que la police appareinment
'ie pouv.at rien voit.
C'ttait une petite iIstallation et
le r' es auxquels Ies tis 6taient at-
*-II s, mesuraient A peine 8 pieds.
\om re d'autres nations de puis-
sance suHtanante pour des messages
J-Al-nmagie avaient &tU antrieure-
ment detruits par la police


Un tDacltgloyraphe
Call furaphle

Of re ses services au public et au
Commerce.
Pour renseigniements sadresser
au Main


L'Abbe 13etteri cldd-
nonce les inctwue
voles alleonfindes


en


A Isace.


PAR CAIBLE'


PARIS 10. I'ahibtb WetterlI dans
le Matin 9 dtnonace la campaign
menee par aes Allemnands pour rtu
imr en Alsace Lorraine. les elements
d un plebiciste trutiue. Pour exercer
une pression, dit-il, sur Iopinion
des neutres. les Allemands ne ces
sent de multiplier les manifestations
apocryphes Jo 1 opinion publiquu en
Alsace-Lorraine.
DWja, lors de l'ouverture de la
dernrmre session du Land ap. de
I'Empire. Bethanan-Holweg a eait
rendu A Strasbourg pour obtenir des
Chambres des dtciarations attendues
11 no recueillit d'ailleurs que de
maigres applaudissements des quel
ques germanopuiles des deux assen
blies. Par conoeque. t. A la Lhatmbre
haute, lea deux 6v6ques allemauds
de Strasbourg et de Metz ont d6clar6
quo leur conscience leour interdit
a'cffirmer que leurs diocesains noe
voulaient pas redevenir Frangcas.

Bataille des Flandres

LoNUSRs. Les allies sont occu-
pa A r6organiser Ile terraiits enle.
v6s. Haig st Petain out travaill6
mereredi & consolider le positions
qu'ile oat prises aux allemands.
U e lourde pluie tombe de nouveaua.
Une cousiddrable activity so montre
SI es t ei come il entire, dans ses
babitudes le Feld-mardchal Haig,
mercredi a permis aux troupes an-
glaises dans les Flandres do se re-
poser un peu. landis quo consoli-
dant leurs gains de mardi sur le
front d'Ypres, les troupes franchises,
places sur le tlanc gauche de I'ar-
m6e anglaise. a occupaient & orga-
niser leurs nouvelles positions.

Voir suite 4 la deuxime page.


L ,,


OVJ;VZ~ CE,,N.TI4W


Uwd--i 13*Aobre l~il


Hal an nio | |i i i B





w luAr'


Alfaires enterdues.
,.ugene Normil contie It 1Duper-
rouzel.
Marie Mallette conliu Iobert 1
King (defaut ).
Le eikge est levd.
Audience civileerdinaire dlI I (cloire
Sous la presidence du juge J. J
Desar, yanst le jugs G Pouilh et le
suppidant de juge Lucien pour as
sesscurs,le Iraibual la iendu le juge-
ment qni declare que la 1'. C. S. eat
j irmnthe de I tfat et la co damne a
Iti payer six ninile gourdes monltata
de 10 anlles de ferinage chlea et
dues ie 23 Avidl 1U16 a Iriton dt
:{U gourdes par an1 pour le terrain
sis au Champ de Mars, a'vt les in-
terlts igaux et applina iont de Iaiti
cle :.-' de la loi du 21 Aout I1L8 aui
le domain National, en cas de not)
paienment.
Le Ccl Ege Holly-Jones
Nous av5 na eu Iavantage de visi
ter, cer jouts dernieis, le Colhlge
lolly-Jonev. L'tablisbement eat fre
quent6 par un effeclif de 3JO t16ves
et comporte trois sections : le corus
du jour, colui du soir et le club an
Le but de ce deinier (st d'elendre
lea id6s ar glo-saxonrics pour I'etude
de langlaia commercial, applique
aux doeitsea batches de I activity
moridiale.
Leonseignement de 'Idcole du soir
eat grtuit pour lea adults. Comme
on le voit. 'est 16 uoe asuvre qui
ne saurait trop meriter des encou-
ragements.
Tribsal de Caisadle
AUDIENCE DU II OcrTORE 1917 .
Prosdeen r dJu jwg Viard
Arrls trendus : 10 Celui qui, sui
la plainte de Bignon Piere Louis,
odoanne qu'il sont piocede A une in-
formation coctre Eugene. Francis
Ruitz, subsaitut du Commissaire du
4Gonveineamet dsigae ..pour y
piocder Monsier Je Commaassaire
'ThEmistace LAon et le jogs d'an.-
stami'dyIt is IVbsaal uivil de latI


iAt le pttit opuscule edited A 1 Impri-
menre St jacques.
Cine VariAtes
Le public poil-au piatcien qui
s intlre-se tant aux uuvres de coa-
rite Ze tuppellela bauts doute que
c'tet ce aour que be done, a ila-
Val teAs, la IepiC teita iou Ogaimaee
sur I'mitiaaliue du Mlne Eli K. Gule,
aU pai)tl de iUOphaeilat de la 11Ma
delta me.
Nous avons deja dit quel unervedl
leux progiaaime a ete piepate pout
la reutsste de ce te reprebentationu
qul a.urera u.e toule counideeabtle

a Elsr'a de seelaire.
Une nouvtlle ceuvre d'utlit6 so-
ciale vient de piendre naissance A
Port-au-Prince,clle anom sEntr'aide
Scolaire a et a pour but de ventr
en aide aux entauts necessiteux qui
friquentent les 'tcoles relevant dela
paroisse de St Ioseph.
En t tet, hier soar, dans les salons
de Me R. Barau cut lieu une reunion
des plus intimes et des mneux coi-
ais- Un bureau proviboire tut form
,vec M. H. Heraux, president. Les
,tatuts furent votes apias de bien
vives discussions, puis on passa A l
formation du bureau dtfiuaitf com-
pose de six membres.
Le conseil d'administration thar-
ge de secevoir et de diat.:buer Aes
secours est ainasi for mt:
M* Rodolfhe Barau, Prisidin
nD mosihtae M assevp, jwcr/aire, M'
IMondesirPlaieae, rsorier, U emue
Potbel, W Tertalniena Paupo. Dr. L
Louissaint, ctLidUers.
Cheques et Traites
'Les taux sont pour lea ch6queE
de New-York 1j8 a 114 010 piLnmI
premieres signatures-
Pcur lea traitea 30 jours de vue
ur Fiance, 12 escomupte ache
Lea c asO pour Le a cbxW
* Pariale 0ifgureo : 7 a 70.
g


ASTHME *-
S fE' i rt i tsnn r an Cits :t is e P: FuI ESPI


S20 Celu qui. ejete e pourv
a its D iv ere- d'Octavius Th6odore et Macceus
Colin exercL centre une ordonnance
RENSEIGNEMENTS de la Chambre du Conseil du Iribu-,
METEOROLOGIQUE3S nal civil de lacmel, mendu en faveur
OBSERVATOIRE d'Alcina Pararaon. n'n -
SAffaires t tcndues./ean Sul'y Ct-
DU viil contre Ernett Voyard. Moi sieur
SEMINAIRE COLLe.GE le juge St Rome cntendu en son rap
SAINT-MARTIAL port, le Ministere public a conclu A
Vendredi 12 Uctobre 1917 une intormatioa
Barom6tre 7it..3 20 Le Commissaire du Gouver-
minimum 21.1) nement de 1-Anse-a-Veau contre le
greftier et le juge de paiz de Nippes.
Temperature Le juge St Rom.n entendu en son
S3.3 rapport, le Mintsre public a conclu
.imum ,.-.11~.7 Aune information.
Cielun peu g enne ourne 30 elainte con.re Nestor Eustache
couvert la nuit. tJ Le ljuge St Rome entendu e n son
couvert a uat6 rapport, le Minis're public a conclu
Pluie 3. 6 m. m. A u o i
Barom6tre constant. A une information.
I. SCHERIR Comptoir d escompte
Lea emsnloyes publics penisaient
Cil.ma-Parisiama que dtcj ia Banque aurait rouvert
Comme nous Iavions promis. on comptoir d escoinpte qui, sous
os~ pblions av c b dl. i-'adOinis ration du J'rdideaLnt Le-
nous pubions aec bacop decot, endat de si grand services.
plaisir les films qui doivent com-, Les u~uIt,,rs devienlnent do plus etn
pl-ter le success de la soiree de de- pjlus exiagants. Dans des cas de
main; ce sont des ins qui par eux- io. Laliue, Its ptrtis de laujille sunt
mnt^mes component un grand int.r&t ulaiges d hiller4 a etax et do perdre
Le Iournii Je la Guetre, organe de plus de 10 olu de leurs appuinte-
la propagande frar,;ise. jliellis, lta, dia *quila tie peirdralen.
Le .Alia:,asii JA-.fniquilie, drame le "2 olo sl la JBanque availt son
d aprs licLns, auttur arg'.is. ,Loiptuar Co ser\i.e u.n pouvanit tai-
/aJp e ik la, t,,rmihere, comiuouee q ue du leii tant aux eumployes
1iou m pubtics tq a la iBanque, celle-cl eio le
bo, ,l e n. i lelli'etituatnt, servata aussi blen seep
Nous rapFelons encore a I'at- ,,teieta que ceux des employes pa)u
mention des amateurs, le hilm sen- lltics e u
sationnel qui lcur sera cilert .,s "
Alfoalst/ -r.l",e t, le celcbre romanai La question d'eau a Aquis
de Xivitr de Monitpiu qui esa Dernetiement nous nous' fiisions
adapt par la grande Marque S 1 iclho des doleauces des habtants de
C. A. G. L. de la maiton Pa:h is vtile d'Aqutn cu se 'tAt sentir
et interpi:16 par les maitres de! -h.que jour davantage la necessity
la Comedit-fran;aise tels que 1Jo.I u"igL.te *'un Service d eau. D-api
Bernard. .Af/e1 M.liaiaonetc. deb rense'goements qui nour sont
Qu'on ne manque pas a cette palvenus, cs Ingenieurs tn tournee
soiree arnistique oi I'on sera en ties 11. Gyiver, M1:. Lean et Louis Roy
bonne compagnie. ont etc A Aquin et se sont rendus
Tribunal 4iril omplet de la justtsse des rclama-
Aue r ml, fions dts Aquinois.
i ,1 .1,olre Nous espelous que I-on ne tar-
Pre1sidene' dujuge A. Vieux avanit di pas A dooner sAti..Lon a I'-
pour asse seur le uge F. Acluiue elt Ptctsante population dAquan en
le supplant liuto Vilgrain eni prte- ommenant, bieni6ot Pintallation
selnce diu substilttt Moita-" de ce service d'eau qu'a raison elle
Jugeitieiets ientdus. reclame.
Celti qua condaunie Ctan Louis- i. .
s4 etS Failttuiit IutIt a ui an de L'S ,ports i Jelsmie
prison et qua revoke Saul Lorisse La Sbo.iete sporive a 16r6mie
de la prevention. r.ous a faith le plaisir de nous adres-
Cetlu qui retivoie Chit'risant 1'am ser lIs statuts de la a Vert athletic
phile de la prevention polrtee Contre L.lub e.
Jut. Nous avons narcouru avec in16.


. m i


Faire part afn :bre ai Sects tairse Daniels L uinm qhw *an -.
Nous avons re;u ,tes DGives I#-at-
re part de Is mort de Guilaume ealoI'ise l la ,li Mamti EDl '
Louis Ligopil d'c6dh le ) 0 -tobre -.- Ulil
A I&ge de 23: ans. Les tunerailles rit G ton suivatte: Sli S 8t S ''
ont eu lieu le lendemain a la Calh- Amiral Ma-o U S N. et Pon 6tat-
drale des Cayes. major sont revenues d Angleterre. le
Aux families I igondA. l orpeau, but de la visit de I Amiral en An-
Ramnau, Dubreuil, Cambry et Ld gleterre stait de manager une coilt- .
veille, nos sincArescondoleances. rence avec lea an res au orit6a des
Nerivlle Ia mai* ma ines allies, a'in de so rendre -
1I y a tantot vingi-cinq ans compete de tous les details de la si .'e
que X a perdu sa f-mne. 1 disait tuatiortelle qu'elleest en ce moment -
haer en prenant son cocktail et tlle qu elle a et.s auparavant et
e m'apprete A c6lebre joveu- te discut"r les plain pour I'avenmr.
-sement "eS LOCes "rntde L'Amral anglaik a dotinn bit nvet-
sement les oces d argent de on lanment a a mission toules les Ia-
veuvage. ciliatsnec.s.-'4aires A son plein sUcces.
L'A niral 31 yo c)ntinuera- /ml n/-
.AT. IL... FL..... .,- cdia etm-nt pour \Vastng'on, oni' il
BATAILLE: des FLANIRES. Suitec era un raoport dttadill au Secr' aiie /
Une pluie a tonbt durat ha j jour de la Marine. L Amai Mayo a visited
...ne pluie atombeduantlajour la I at e blitanntique et nos propres
n4e et auctine attaque n'a ete tent4e orces dans les eaux anglaises et 11 st r --
de part et d'autre, bitln qae en plu- ,franses. alin de .ouveir se tanmi- MPO uviquavec le.
steuis poi nt1 asl %at desinc' Crsiot Iar ave les conditions dais les COMPOSE "MITCHELLA"
qui laissent prevuot de tornts opA- ,'uls oenl les forced al' e. les douleur de lac,,u,lcment ne
rations de la pa:t des anglais et des tis op"eni ler forces aih es. Sont plu.ii a iranrete ll fait .,!.
fratinjc s et de gros~ss attaques et su)prieme i auktur, iea.c. uc" e-
colUtre-attaques de la pallt des alie ment. retabhit promote: cnt la femme,
Imalds. A -t11 xerce une grande action swti leit
iLes dermntres na mieuvres de ces A A s0 vUI ICI CIlLA x glannde mamanare.. ,perettant ai.i
!, -I )a, mere deik ourrir le nouveawne
dtriers It, rent repo.issets tout le m.. e e soula Ic teoi e nouveu .c
tong de la rive droit-* de la Meuse Le co inIeict c est avis qu a parti faiblei. qui soutfrtnt .c iAni.,triatit,,.s
dana le sec cur de Verdun %pot6 de cette dat e,, Mr A l.IE.N CA.. IK.KA arreul.eres ou '...io.,urru"es. \.
content aucune sut'-tance atisl,le
un violent bombiArdetnent les alle est chtargte de I I pro. uraon general our femmue enceite, i ppJoL
mnands penetietrent dans lesa ignes de ta a mnson de commerce e: de b qu'elle port. iaite.-en 'e-.ia
tranaidses, meats la violenIce du bolu representationsetlabiedSurcette place jour voui en convamicre N'admet
pas d'equivalent. Saii. dicte ni n&cez-
bardement ordonni par le general En. .LE BOS. site ilg"arder le lht.
P1tai lea emlupeca de faire aucune Port-au Prince, ler 0:ioure 1917. En vents dans toutes lei pharmacies
avance et chez Veuve Edm'ondN agloire.
avarce.* 86, Rue Ripubhlcaine &8.
14ro de 1 SPIga Nitne Ernst von" LaaigenFcliwVar. Pour 14 vente en gros. 'adresser a
.rOuvm t t a'eStaant retiree de la malsonl lenry -RAFAEL FL6REZ .,
Grande activity d artillerie et d in- S a, k & C. dont elle 6tat 1'un des 2 Avenue Joh0i Brown.
fanteaie sur le fiont de iliga en Hu- as-oLaes. j ai I'htonteur d'ainoncer Seul A2ent pour ifaTti de lrns;f.t
sae. Au sud-est de la terime d S.jo- au commerce et au public que je Medical du Dr. J H. Dye. *
tali, lea alletands out violemmient continuerat seul e en moan nom lea Bnffal-). N. Y.. E. U. A.
bombarded les posi ions russes au atlaires de la maiao. -
milieu du secteur situe au iurd de lIENHY STARK
Alkemeaziolla. Avis

L'A Ileinagfue et ( iOrdre des avocat18 L'Administration Communale de
la 1a ie P. r t."--ri" Port-au-Prince, en vue d~'viter tout
la j a (IC PODI' -l L -* dI itCe .nalentendu, raprelle aux contribua.
La paix serait imp)osibIe daprs Er. eri des i leinents de bles que les droits locatits doivent
une a&edaa io0t du chalicelier lle- a ale o
m uned tou le i .o du colcesier nne-m 1 o dre, i est istitue un bureau ltre pay s en monnaie natiooale O
demaanderout ue pa celle du ol de colsul alOns gratu.te pouren or amiricainslon que ls ye
alleumand oun say ront de 1so- les indigents. soot verses aux prop.taires to
daise'r le people de son empereur.I Pour le Ir.me.'re d'Octob.e a ouudes ou en or, l, tice 36 dei.
Le :Secretae d' tat aux Altri'es .--r j oi odu 24 O;toble 876 surta Tr
Etra ngeres a diclare de utn a u ie au cemubre 1/7, 1- bJreau est des impositions directed modifi
Ieaichstag que la seule question tun- alnl compose I'article ier decelle du 20 AouA t 19
levte par Ia priesse qua ne pteut ere Me Ed. Lespinaas-3, rue du cen s'exprimant ainsi :
tranchlee par des negociations eat la tre. a Les maisons ou caces quelqu'
rbtlamation de la France pour Ie Me F. L auvin. rue Dantis soit I'occupant.situeesdaos les vill
retrocessicn de I'AlasC-Lorraine. Destouches rue du Port ) ou bourgs de la Republique ct 1.
,- --- -- Me Beroit, rue du centre. qu'A un quait de heunede leurs It
'Co'ntre L ees a~udigents p'uvent s'adre~ItIc5 st asSuJ"tier& U" rimpo.a
t eoeau ser AI un ou Autre des Iroisl tcatveif de 3o suer annual eu 4
---- I "d"fyer
I douleurs avoca s ci-dt sius en lears cabinet Toutes les utres cottributibal
d" respect.f4 e, it leuts lielures de ou taxes gtinralement quelconq
Aez 211L consull-lios or. linan.-e. sont payables en billets de caisse oi
la R ex I Le 13&A o;n.er de h -ire en ot suivant le rrme principle.
C' 3 BEN4IT Port au Pii,.ce te 12 OU-tobre 191

| m daf"a--- r Comm tuidez directemeut aux .Maiufacluriers


dusn veiout d. irable dma totes
.eIharmacies et daus le prFlinc-
~u~alms5 swmra*aa
~bts. as tan p oft N et
46 sbuiswa&caMe do.an
L.Osrtetrlda-h
do dsuhrnr UIsids
-% N. omi psModw.d
-WI-


Fro AJ a 2 TIN
OgW I &pow Mb
139 HUebdu PS pp*p109


33i Ulsin Sqeare NLW.YOiR
Vous imetront en rapport avec les manu/acAuriers Ijns nipWOrI
quele lUjIne mde archan lises amricaines.
Eacetentes c.mdilions. Ecrire en fournissant des rfeirence.-


Le Vermouth Cinzano
N.a plus besoin de riclame, car tout le monde sait. qu il est
L' Ap ritif le plus efficace,
Ledigestif par excellence,
La bo tsson la plus d6licieus
et de meilleur ton qu 'on
pulse offrir se8e aa J
A__ s ci c-aviS ee-il mtelans t por ous-dire que vousm I
Mf WTK CIAAMO bka


I
I



a
3



I
I


- -- -- -- i~


I I II


___ ____ __ _


I


CROYEZ-LE,
POUR LES

ENFANTS,-

il n'y a rien de tel come



L'EMULSION DE SCOTT