<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02989
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 12, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02989

Full Text





~~W8


QLIVZE GENTIM&S


Vemretdi 12 Ocllre 0j17


~muat-oMiGLOIREC
DIRECT JUl


JpQaT AU PRINCx


*3PARTSU3N1


XTRANBZI


5.00


6.00


S.AU-PRJNCU C( Maid I


0


4


Quotidien


ftass: uL.Mayine Capis R"T"No
LinuS.: .hm L. myism",& Co*.ago sugn
Lidpu MU
& mw-Tma UwmivusiPublily COPM7 41 W"
14 t UOM
Lu ~ is& wmua a w mins- p x~n~

jb..mMa snftswu sDWU iqbiu Jmwj


NOTES DE TOURISM

B action a'active, de la route anglaise, eat comme une image du
Sas. Sous la direction do heurt de deux civilizations en md-
bommes qui se r6signbrent a saise de se choquer sur une pauvre
au rude labour un peu | terre, dolente et rdsign6e.
an vain caress6e en de LGet antagonisinb des deux iddali,
chimeriquea, en vain cher en vain d'ailleurs on essaierait de
le b"ton des rues port au- I oublier dans la fort doR rimes.
jes. des equipes peinent La )De loin en loin an bois d ,,rmes, ai
achbve I ieuvre que prepara terre rouP', une silhouste kaki rap
mite. Le chant monotone pelle la force vigilante, surveillant
r I'effoit des muscles Y re- la voie et affirmant la ruissance. Sur
Syvoil pleine et sonore d un un post. un petit drapeau haitien
!sarclantson jardin au flanc claque joyeusement au vent di ma
er6te. Air vaudouesque, 'liar tin. Et la volonte se tend chorine un
dvoque tout un pass prmin6 arc pour esp~rer quand miine qu en
a gloires fauchdes et sea tra- depit des dcsastres. ces coulcurs
mortes. continent a mettre leur clarte d'a-
les evolutions et les mamriu- /.ur et de poupre sur ce paysage
occupant presse la route stra- devant lequel sagenouilla I irne onr-
D6.iA sea terrassiers ont; mtive des rpres et que d'un ellort
la Vote, excavation pitto- desespere, on voudrait pouvoir lais
petite grotte of .-e rftugie set en sa beauty orininelle, a l'extase
use lasse, surprise par la prosternee des petitsfi!s, de nouveau
ve. La suie au plafond dit libres, peut-Otre
feu qu y entretinrent Il-s Chaque jour plus alerts, les equi
gens devalant par les autans pes precipiten: l'ach'veinent de
routes mauvaises. I'ueuvre. A ces Iravailleurs de bronze,
j, adis, fut terrible. En peinant sur la soute de pierres
endroits, elle desespera le p#trilibe de solely, la pale liebdoma-
l mineilleur. Maintenant le daire est-elle remunriatrice, asse-s"
cement de I'auto violet la Et recruits pour la besogne voulue
dd silence agreste, et sur par des textes concus en le vitAl
e Cabrit. dompt come espriit d'autori e inaintenant battu etn
I, la Ford imprnme la qua- breche, ailleur*, par des courants
orieux de sea pneus. d emancipation politique et social,
le danger d'une chute im- ces pionniers du prog es en mnarche
on peut a loisir admirer la sonatils distraits de leurs champs
du paysage. D un cot6 le avec le doigt4 qui n'exclut pas une
ue entassement des months Ierrnet6 ntcessaire?
ta d'une riche vegetation,; Sans tr6ve, ils avancent- Dans peu,
de, ou menamants d'6normes ils atteindront Trianou. au nom 6vo-
,en Iair maintenues par des cateur des tastes de vieille France.
Sdarbres; de 'lautre avec puis Mirebalais, petite ville aux airs
ces 4gradantes de seaverts, |i ustiques, pouvant a just tire s'6--
*. Immens6ment, a vos pieds norgueillir de tels de sea tils, A I a-
e6roule son manteau miracu- tr6nit1 charmante, A l'esprit pourvu.
: appe b'euA re de lEtang, des; Alors, les yeux las du spectacle de
,des champs. des champs tant de vilenies et de irisLesses, pour-
A I'horr.on, devinde come ront se consoler des visions obsd
ines iii mobile, la bler. dantes dana la contemplation des
months aux mamelonnements infinip,
point en point la marque coupes de course d'eau limpides ei
de la main de l'Etranger. tranquilles dans ladmniration du
detour, brusque. un ecriteau geste barmonieux du passeur. faisant
au tourist qu'il a atteint franchir en des troncs d'arbres ha-
a ville E'range, it amene un bilement crtuses, l'Aribonite, le
sur nos Ivres d heritier fl-ave aux ondes limoneuses et si-
des iddes latines, 6trangeres lencieuses.
ds d outre-ocean et dis- Alors, une splendid voie de pd-
Car, m6me accrochee dans netra ion sera offtere aux activittsa
ble de pics escarps, pour et aux initiatives; soucieuses d'altir
cinq cahutes c'est mince,, r par I'effort personnel, I'adapta-
t. Peut-dtre aussi il esk aM, m- i aux contingences neuves des
ce bout de planche. IFtTm-fT#les aventureuses, hier dillettanti
souvenir de I'ordre nouveau et artistes, A cet'e here allegrdment
et ce mot frangais ville, si tendues verse la realisation de va
ment encadre eq une former (u9s nouvelles...
d


Considdrant 1 poque ou ils se mi-
S lRP NSES IIrent en route, avec les matelots ti-
I rant leurs P. 2.50 chaque mortel
DE mois, la note payee neat guere au
st.oI Co ^Lomb, total que de P 7000.
.tOpP ,t COlOmb Ainmi, c'est ce que nous avons
cot-. C'Uast bon march. Nous 6tions
tous alors des indiens rouges, natu-
' d&uaerle ma cult qu< P. 7..,. rellement, et cela nous tait #gal si
1 nous dtions dipensiers ou si un lun-
o I di nous faisions de bonnes affairs.
tont, pourqoi I esprit hu- CGest different maintenant. Nous
'frait-il orgueilleux? Nous n'aimons pas A penser qu'il y avait
mras arranges nous-mdmes, une 6poque ofi I'on pouvait nous
s sommes dirigds avec fier- d6couvnr pour la meprisable som-
*Itre progrds et notre rros. me de 1'. -4000 Mais, ii y a lea ar-
Sions avons appel6 le vaste chives et elles diset que le prix de
SOatetmpler notre beauty, cette d6couverte 6tait bien P. 7J00.
|lUde vient de Genes que Et cela nous englobe tous. Quelqu'un
Ceot6 quo 1. 7000 pour ayant Is passion dees chiffres pout so
ive ir. figure que c'tait ce qu'il a coIt6d
r fouillant dans les or lui-m me pour etre decouvert. .
P itit .1 trouva le compete C'est assz mauvai%' mais cola
SdoC ristopbo Colomb pourraih 6tre pire, Supposez quisa-
It d ontr emr et nous belle n'eot pas voulu donner lea
it 10e Post Dispaec de St- P. 7000, nous n'surious pas e6 ded-
Sr d Colomb bait de couverts et nous serious rests des
trois cents? Eb indiens rouges jusqu' ce jour. Nous
r Et it eut deux on aurions tire beaucoul do vanity,
Spr ao cacun et i mais it n'y urait pas la e quoi 6tre
do Tatots&S P. 950' fioer
I NOWvais P.3 j DSpri Th 7 Sting Sun, 21 Septem-
Je .~bre 1V17.


Les responsables'la Prcss Etrimagrctlne gIrande

DE RIGA AUX ETATS-UNIS victolre


Au sujet de cette honteuse dctaite La p
sans combat, de l-abandon d'un sec- serieux
teur qui n'w6tit pas dithliile defer-- I'Amer
dre, les militaires allemands. pour ra:son
donner de la couleur A leur taib'e public
victoire, ont imagine dans leur durant
compte-rendu de la prise de Riga. ivec I
une sorte de mise en scene prepa- routes
rations d'artillerie, contre-attaquts adverse
tranchissminent p&rlleux de la Dvina. tont pa
Et tout cela, pour impresionner vens ar
t'esprit public allemand et taire ac- ges de
croire que cette victoire est le i6sul- scandall
tat de leur force militaire. c6; dan
Tout au contraire, la chute de nelles
R'ga est l'aboutissant d'une admira- a la c
ble et methodique champagne de pro- cnnemi
pagande don't les agents principaux ou par
sont Lenine et les espions allemands laux ral
qui ;gissent en plein jour. 11 y a tait par
encore les socialites pacitistes russes quelles
qui, sous couleur d'idees humani- L'ext
taires, ont sem6 dans I'armde et le lemand
people, les germes dissolvants qui pour la
ont attaque le resort moral de cette etre su-f
grande nation Nv a
Les grands ch:fs iusses, les vrais aussi gr
dtfenseurs de la Russie nouvelle, qui se f
ont cri6 leur douleur patriotique Nous p,
devant la conference de Moscou, ottficiell
quand its ont presentL le tableau grie, m.
de la desorganisation et de la d6- Balgari,
moralisation qui se sont empar6es guerre a
des troupes et particul'eremen de cette continue
2eme armne quiatui sanscombiltte de 'All
Peut-6trecette chuite veillera-t elle bui s'etl
un echo dans l'me national et por ressorti,
te-ra-t elle le Sorviet abandonnercette lemagni
absurde institution des comites mili- ricaine.
taires. d6lib&rant avant la bitaille. L aut
Ouelle que soit l'armre, fut-elle la stricte
plus discipline du monde elle ne blicatio
resiste pas auxenseignementspertides voirs qi
qui repr6sentent les oftiziers comme son pe
l'ennemi et le veritable ennemi guerre.
come le tire. On a vu ce spectacle ,oyons
sut le front ruse, des soldats em- l' Xllem
brassant l-ennemi qui violait leur cette ve
territoire. Les responsables de la de -lAll
taillite russe sont les illumines, les en guer
pacifi-te. du part extreme gauche,
allies A l'Allemagne. (,ExT
Malgre tou', nous esperons en la
Russie. Nous ne d6sesperons pas
d'un people immense chez qui tout JK i
sentiment d honneur et de dignity .
nest pas mort. Quand on songe aux
cceurs vaillants. aux hommes d'or-
dre ct aux claires intelligence
que recae la Russie, on ne peut Or an
s'eminicherdecroire qu'elle r6agiraet douzaini
reprendra sa place d'honneur aux
c6t6s des allies. Mais, pour ceci, il -
taudra que ces energies consentert A
appliquer le ter rouge centre la plaie lJne
russe.


La grande bat


Par sans fil

LoNSREs-L'ne grand
lieu sur deux grands p
orieLtal pendant lea
heures avec les fran
aux deux endroits.
front des Flandres des
dent leurs gains. Quoi<
ifussent constraints d'a
terrain & la suite des v
ire attaques allemande
secteur, lea troupes
francasies sont engas
effort dsseap6rd A repo
mands de la foemt de I
Belgique Lasderau re
t6 ouest et la plus re<
sad se font on pays
deas plus grand imp
Sique. LI _Ataillo con


resse 6trangere constitute un
prob'ene de guerre pour
ique Le colonel Roosevelt a
de pr6teuJre que toutes les
tions en langue allemande
la periode de notre guerre
Allemagne. Dans presque
ces public ions trangeres
s- le, alleminds qui ne
is semblant d'etre des cito-
nmricains, occupent des chir-
r&dact.urs. C'est pire qu'un
e que de tels individus pla-
s des conditions s. exception-
soient atnsi capab!es d'aider
ause de 1'un ou h'autre
s de ce pays, ouvertement
la plus sinistre m6thode de
pport,. que cela soit constaim-
les publucations avec les-
ilr ont des rapports.
,tence des publications al-
es est une menace directed
nation. P'les toutes doivent
pprimtes.
it il pis presqu'une menace
rande dans les publicat ,ais
ont dans les autjes langues ?
ouvons ni'etre pas en guerre
ement avec l'Autriche-Ilon-
ais 1'Autriche- Horg e et la
e et la I urquie sunt en
ivec notre pays, lorsquelles
ent de se battre aux cot6s
lemngne. Chaque publication
tctue sous le continue des
ssants des p iys ali A I'AI-
eest toncicrenei.t anti atni-

ort6 appel&e A exercer une
censure snr toutes les pu-
ns serait u inte aux pou-
ue detient le president \Vtl-
endant que le pays est en
La fiction qui veut que nous
en hostiltes seulement avec
agne ne doit point obscurcir
it6 cvidente que les allies
lemagne sont cons6quemment
re avec nous.
r*i 1 D )Ni.w-YoMR H[liRALD )


ng Pure Malt
Vente en gros
Chez EcGL"NK LE BOSSIE


ericain P 18 le baril
es.


de io


lettre de
M. Wilson


aille
S.e Dans une lettre adressie A Moo-
Itt rage sieur Gompe.s, leader des travaillistes
le President d une alliance qui s'est
constitute en vue de prendre des
measures pour combattre la propa-
le bataille a eu gande allemande en Amcrique. nous
ointa d u front extrayoas ce passage : K Tandis que
dernidres J24 nos so!dats et marines travaillent
ais engage du 6nergiquement A combattre la r6ac.
fraoueais Atn- tion Jans as for.ne la plus brutal el
que eo anglais Ia plus aggressive, nous devons op.
bandonner du pose. chez nous tous nos efforts
violentes con- individuels et organisEs au manceip
* sur un vaste vies de ces dangereux 616ements qui
aglaises et cachent leu: deloyaut6 sous le voile
16es dans un de phrases sptcieuses et Cvasives.
userr les alle- Les rais americains'qui oat la vi-
oulthouls en sion du monde libE veulent que
tqu d. d^C6 sarr6te la politique de fer etde sang
covert et eat t qu'eoufi vienne Iheure de la
ortace strat4- tiuce pour tous ou la democratic
MOOue. '4pu0V ra Ie moode.


I


4


PA CABLE
(Ci'arglanlit sur un terrain inondd
sur leqiel des pdlaquies de lit-ge atta-
iches par des filt barbells avaient
0t6 6todi,'lis. .e batta t s' ts une
tempete te vent, de pine dIi teu des
canons, le- lFran:ais lhier ont reprise
le tetiamn Il.Ige que les Allemands
detiennent depuis 191'I L France a
vraminent reallskt uln an rale l1o ler-
nie en faaiant marcher so- solda s
sur un mer, ce qui a permits i ces
derniers de rempoiter tune randel
v'itoire dans cette bhitaille id inon-
dat io
Iravaillant flvreusernent s)Aii aun
dl-lnge dte )p'lte, les ingmieurs tranl-
c.ais ort tapissts de raii les lies do
S~'ge la grande e'endue d eai qui
fatit part. ,tli terrain neutre dans les
I lat d lres ll% ou lt construct les kilo-
jnetresdtie trtteaux etd'iniomnlbrables
l 0nit; sis lel'iels le l- ran<:ais so
da411C"lOrt a la vctoire. On petit
se i'trid ie Ct ,iiApto' CO)Miien cette
victoire de.s Fran;si.s a d impor stance
par les conitle att4,lm's dosesiperes
(dIs Allemnand4 I.- c.ommnandant
Teut'ni a jete tle fraicies divisions
avoc ineo prm)digalite niaccoutuimIbe,
saci liant aiiii bien des millers
d'homtnt-. atn de reprendre ses
positions pIrdlues


CHAMPAGNES
POMMERY & GRENO
.lai'sonf onwlte ,en IIS.'6;

Une des plus colebres
Mai:;,'nis de Frince
Adre.ser les commanandes a Mr
ALFItED VIEULX rtpie iientant pour
la Rtepublque d llati.



AUX ETATS-UNIS


Ls Ilesure s du Conseil d.'Export.

Nous annon; ons dernierement
les measures tigoureuses qui avaient
6t.' prises par les allies ea vue de
couper compl6tement les vJvres aux
illemands. Pour resserrer tacore ce
blocus, le nouveau "conseil adminis-
tra'il des exportations, south la prk-
sidence de Monsieur Vance Mc Cor-
mick, a informed les neutres qu'ils
ne doi vert pas esperer i de nou-
velles expeditions de ble americain
avast le ier L6cembre, et qu'apr6s
cette date, les expeditions seront
autorisnes seulement sur production
de la preure inattaquable : i* quoe
les provisions demand6ees r6pondent
asu besoins essentiels de leur pro-
pre people; 2* q uaucune panie n'en
wra employee, directement ou indi-
rectemeoc, pour aider I'Allemagne.
Pour mettre en action Ia method,
svec l'autorisation du President W\Vl-
son, le bureau d'exportation a refuse
d'tutoriser le depart de cent navires
hollandais charges de mais qui ase
trouvent dans les ports amnricains.
Le bureau croit que la Hollande,
nalgre ses d6engations, a assez de
ivres poor nourrir sa population
jusqu'au ler D6cembre.
Vance Cormiki a refuse d'ap-
prouver I'airangement propose par
Le Ministre des Pays-Bas A savoir
que les grains seraient .galement
partages entire la Hollande et la
Belgique.


aMMAMOR ADmng=T&ATM


--~ --- -- -- YL ,, ------` _Jli~ I


I

I
1







t N&A r fi


Service d"'Hygbc'ne Mr D)AVID) FIFE, v~Iurinaire, A, its L~ione u11 U"iacident de IP td-'
11 y a quarante ande celi Ics pr ~~lit'i asoi dc Pagnmen- cause do lareprit'-eritation qi soii~rliil rn
r/w~fs vU 01 ,v~~j1donne d-'mnain soir & Cind&Vairtit~s
rnoustiques It~taent, A l is ~rilt~, con- 1(111,011 4a j ,,wi,''r ds arha,tv/'eS ail prolit di F lIIrplicliurmat tie a Mido- cipitle des e
sid&ris comme nuisibles mais noa I t/' viserai/i/(f/v' et aweir wle,,~l. Iirpis M tda
dangereux..Avec lei progress de Ia'qu s ,ti Iiv' let- Nv,,'be i e ICivoute iatmadi sctir. cs
M~decne ciparticulierernenrt desi/01'urhw v/ /1,fvul f ie ~ e
Sciences qui s'y rattachent. la Mi- list it iti q vowtiin 110sufl. I.F at felIV.I'.C.S. leim.;L
croscopie et 11 Bactii inlolgie, ct: it,_ ..'l ~"N~ ria~rae III w acrewiIiii~iijij~r~. -Pm ruI~- u
opinion a 61.6trouv&e I usse ~t L es i4ar//si t *, 1/;/5 )pogaIa*'t'vh iiru-4o e-Lt ela'1. C. c s, ri itiiul.
rnous iques ont mnaintenAr~t reco~i- ~,*2/i .10 "ithtl c
inus comme une des csp&.es les p! us / ,N 1- IPA t I t'meIII Irrefittie Ia oll-1 eie apl Nu nu s(11"ju m.i as
dangereuses dts jnsedcc, CAus in! (; e bllj/ If)eo-.,o;o awt,!Nu ou ie wip'%ia
N-raisernblablernent plus de maladie, :6 iv's t's cL ocu ltQ its a I apjt Iide, parler lie (tol, Iicitlei'tA
de rertes 6,onorrilq4uts et de inoi t s III -Priil- w bI. I !)~4 'I, A ll' dft i tom I t ht oiol--d -4 eyi si rend 1a19.4
qu.aucufl autre~ogeiit d ins le moold:-11!tl em-iee'11eda
11 ya quame mAladIes que [:11 I' dp. 1p.u- n t -Wi rc. IItilve., aIA pers tite ( M.Au
sail. &-une f~lyn certalne, cire :.I- f 1 es otdeei.110 i, il
ort~es par leb moustiqus L L 2 tl .~ N %% -Yo, k ef I I urope-6ia N w aI3k- No i c441, 1 esal reste en out Ps
0 "t qJHLies .e: 1An NIA-, '1 viIjeJ r i. atIcP"'."llr q (is ts l'"torii""-
a~ria, I LEa h iniiasis, Li jcn el- etL :a .dclI ilS 1 L-,I ['11)1, (jlti mdu Cc'
1:1Vje JAU ne. I)e p:US, 1 V1, i a d at J ILisCOLlr.IU a ) hicu res pie,..a'- s.& i mfli n Iiu ltc 1 3.4 1. iI t' I Ik li vs ()I pi t etjrm I] au
rnalad~es Joni 1'orlhnleTII ,'d1]* 11. i '-RE T, 1 2L ~i ;N 'ou I-JU-tP: II ,e, Ile ;()u b r eie ,e I 1) 1 AP II 41o 11 -4a 1114) itI j ex -
core cu dL tinltivelnet t d i N1MFT Ell0 I) ;,QI(: I Q u ,-r110fl t ,I i Iil~
1i1.11is que des itchci~hi:s allr tjc:-(), TV 1111111~, e :iI 1 ie Rlit uoi'l- iI'IlS-.1 ,lau o i e.tel tr~t d, e
de pItis en plus iux trousli ju~t'. Iii'I -' iIM ..eml i I 't' it u rt I I tw. llit.ble il4i'iw tionI IT4, d -
(.ha un ~fl1~I en I~i~l I t~~b sI~!IN'I'I':I u.1.-U2- l~ U I'tlF1 'it, a1;111aa t 'i 1111 t tt Ilt, It'tim i -apurt aiIi till"
fl'au de Lit Malataa dmillsque I ci \AIN I' MI lkI'IA 1, it :wv *-l-i i'- (I -t s tieM. I-iii'uroN ij,, [isju *c-iteic gt--
laidissernent ci i LL t ibea'' '*L,-HIL it *f*i ~
par I elcph-intiasis. S 11 ac-' _1 l-, i 7, ;~ -I L' L I. c tit.Ilidi 1 lilil i S'I l inta1CtI tl at
conflaissjflzC de 1 1:L i l CaaA Ell! I, 1 12 1 t t t' I ii mi(, :a (I lehIt. lat ittiVi I duC olihI)CIatls la ti
huiribtbcs n~jijdes '1'1oo: JaIui' 1 dk! i I' I 'Iii [ '\ ii I itie dtilllivrma'tie Ic icenC l ie I'\1111ui
I a-m s*Ati e- il .t- r'1g
qu -j'Ulsl j .ciie d~ i' It, it, Ii 'i Cos 4 C tisi. .dait 10,11 C 'ueit' ii
11IUU'AiqlUeS et di c C.~I I ,_' I.2 N 'i11111a t' itial'~ t t iA W4%Sill'
lais tI iL ~ a .*a-I. til 111' A I a LatieI It- 1p.1 I Cijal IliteritC5 t', M.I
It,.i rPak UtL A.Ii 'n tI !lli.I M )Itim a \ a -.r .lowlhI -iir, stksLt xi'Iiju j i ver
g n ei IL t IC S Cdl ,'did L Lit ) I', s I IIt' aSl 1a NII! t U it 'i il ee
'A I I V''.

Ll' U 't~ ,AII I L t. 4' 1'' I--1' I i I I t )IItI, lii tiit IIt'"' ij -t' tL z't' ii -c 1) 1
o11Jj A.i11) ~2O LI-it Ldeictili :d


L'~ii' e lnou'd(iqIL
UL to-I t L I i 11'. C'


I.


1 : ;, 4 1 ,


Ii I \ It I I t ,*it I4 C 1 lelC I It LO Itato
I~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~e ).......... -*4jtjt e nL jut' (I all.te-9 d.; 11-Iu's
at Il ii:- ~ ~ I,-I t"'II 'i t dill't&UI 'I -CV 1.4 L t, l' ~I t~ a tim t~ i. a


Abtlnerifed.
la I lotte alle nittggd
PAR CABLEi
AMSI'KKDAW I10..- Uile Dilutino.~
O'clatd A Wi~lleui~shafll ,parmi166
&iuip 'wes do -4 ciliIIt4908 aIle'uMap
I..qii de,% navireq est Ii" eWesmkjln,
d, ni le copithains aU idJet ar des..
xAti borel et p- eat ioyo. *Le ankq.u
pi)WeM ouit dt~barlquA. ea bidwet,.
d jifianterie do malrine ofit re(b.4 do
tier miear etix. Deis soldtitsorit iglolri
0nt')ur6 lea waring (jul se 53ut Ion.

.oil s'irale uigalemuentit le ciui~~ne..
Hei -mr lo cuuiiaisO c Nuroargb& Q *
#~AAit A Id iotr, Oiiil it qua lea horn.
azle- 8e soot empar&s des officiers
ot 9-3 Qoiit avanc.~s dan a Isdirecti"
dle la N )rv'tge, daus I intanti)n ide ao
faira i-tterner.
ILe N urn b ri a ekLj entourt; pardes
coiitre Lorpilleurs et f4OiCde as
ri i J re.
'it,4.11paire'iz' tuiIawimt e 8t 1:renda
a Wi I1i3iiish ifeui a Oi-dul.OhI46(ju'ar
'inivik ir %, lti~t ft ugiI. Le ctIen.
celuer Mich.t' is a in'erC~e~l et 3 M11
I lls s'-Ulatiflen lit Out. E ft-i f'JSlIi WIS
colid miuiuatl01' 8li Seres Ouit 6Wpro-
noij, is.C iicoiitre 186 autre0.

Un vaste cornplot
d~COLuve.t dan~s la


\ i~'Ak lii v'ce-amiraL

3110111a, f *a aulmnce hl-r mall Itdecb
ta~ qu uoil av%'Ut duo vrt da"nq I&
In ill 'IC aill CMt plj i t IpLi former Ium
co) inVlie d. (le tit egits sitll It- iod~le
rivi t pour p-r i l v-wuI t f] )ite do
it ta orcer I t! i~LIltmln

-t. esaIe, ouIta t t' (I ie la revo-
nt r~ii. t, mt t t4)Ai-ne la It.~te. de
pp-'lt'siuli'mes do fui~re miijlrjj
*'L Hl it In tlutdil:it It- it ''s lt utjiad.
ilalit'S ;JIM Ml tlix. IA eu' P1,111 lllseI)U6
c4) Iisintalt. A rtcru ter dos z'epi-fsen-
tlt-ai i ll,~'II tmnt l'les nmlivi e-, pour 1 i
liI,,., j lpda ,.i aa t.1ijsor obair
aUix o le. tal' irak r lafl-Ate ift


r, I i ot ALLaICct s lt ai I t 1Lwk il't I U colm CI im le lI'avet: I e PJIMti o
I-jt t'Si -It a texpote ses jIu~jets aix d~puta
ie duti" c *' i '- '' I I '- .1titi 1 I'C alIi I' tIlC ae du t- iz-ase e. uthia'rr coL obta wiii Iur a-
I uc -.i I \ I I i', j Ii u L' I Lcu'ikltet~cl e. probamini-tt Jo Ali eVtu.x it Is aire Ii

ul- H Il![I4 Li t i I ~ I' 1 I -I m, a iK il i j-L iielzi'a qa.1 beSC iOt p ijdijits d~ars Ia
~jd ill.5 Ac i ..ail
~~U. uor u:~.a. -~ .. I, I 2 '- apt A.jl -'till Wl.-~ ul. jd aiu'a Ii IA-Le Purgatif Ideal
dq n ,~n ii I' lto~i])! S LIaI A-i' iti G u u ICt, I k irduest I&
CI *V* Ij ''C--t-I' J j is- s2dait cir aI,tJ d li; ir du

1 4 11 os i I '' T-uq At a 11 1 e147 N e e I~ f. la ,bo ztrg SD in f-D arn P &An


Ce~o k,!ui".Ii':c ar *'a ,J N )I-, iw iltl- Ic Id ll ulle d LI a a

lb uIC. 1 1I I'I I L,' In -dIllS I I tt oriitii Le.11S i+1Cdt all* e me d -balite ai mai a de g t.
CC' 'CC I ~ l .J',IIleI aL LtdtICPCI LItI
Le m t d om~il e 11 Li IImI u l. 1U -I oasiat a d'Stij--L eS ~ e c u e S CII et e 1
g~ci.C te ura tuus Sc'. Cu '. l'll' i I. I t---Li'I: diItA a ele e(jmel I" Iiij'juu I le'mait mat

l a n teI-,, .A Ce p u ti ll ICsa \ 'U a A N I 1I. ICa a uI1 1) Idnt I e I I &' j 0 ,-! a UI I d e a armtm a uit i o ns c h n

N ualie t n in a W1 IS Sd --m 4LI!t U-t U L-I I k .I 'm'. N ALI I ilIILI I IC ; .CtiL d (I "111 L I e3 pile,1memamased ti a 1.: l6.4,.pdetat illil
Ccmnren': i'. l~ua~t'-'aa- .a~I~I~ IVII t t '' Ii t'..' Ict.ie'(, (Ii" iiIle1 i p'1'rn eaIt-ziivAetd ut id LjCAt LIup plt I 'cc d-
a I r I %, t. r i aa Loti:Iom dc --otie 2 1 ie lo lta1Lrs 1,uV,-1 ittL 0 1 Lit' I Ai" 1tilts z t Ua~ities t iti de s-4a-lu ie ,U e, I larn
1a t s e tu- **. **-'I 'ss' U i iii Ilio aest.l-rtaral elsa aval a Id tlO t l'. n1. L nt-u


&eIn s sun t \pubis pou r ZdisL l1 U I' I] I A-a tIC Ii n. i 11ao1m e p 1m i i a cc butAu or TOWLa I piule. f
Pe e p aie aI UUI~ .kJ','. t L u' tI. 1 II t I l d'IUle. SCS! tulI 'itleuS I ll!It IiaiUV1 i
coup, A:oOttI Ip Oa1.1,C I IU it.I Ine J 1 Z5 ts 1I ic d eues jIS
qUAl Il~ i.SA Iie di 11)aiC 'i 1 i uas d itu lq IC a.Ie I Aj L l f- I.'jll~ti'llu. rt ur d eue a t j
C C In itanes LL. U t 11,n U iuMrSII tc jeV I' L LI s A f 11 illuts u e.'ui~t ux ntapr sn-e UsL A C
A1,o-) n i-o h 'cil iit si t r e d IL kit ds kmm Ieitoall e nIA e bu e u
le tuiie apIroduIt que tcqi1'(ut,, i, o, c I -I I n).ttit-"llJ f 's d tiet & rt ,L tI' M I i C L T je M'rll q i ua i
1 2 .u desIaa 'Llobict U(:ia1. tIO s lO.JeLt.dak. 1b1L i N'iipt, tin 0 Ii pmc iunraij d -,j aI.iu tAid&. Po ur c- de 'ttqs.rte
441 31s aux t ~iaisd \-1li, at:; e pi f L II ,,i IC m b -, Leu
daus oulesJes iafl~~eS t IWII ~ "~~'". ~ ~ ~ _____ ~Iioius pouuahi.- S de A biecvouour deendC josel'I
beaueupn de e.,t -.1j, i i CTo!l fltSAuS ) 1VlCt. I (tC SI letitsiice Aieq C-i ljqur4IjaMVf' i tou R d 3 y cutn d. 3 Rb 130 me
Pele ilpail: Li JO LL"" IU I: I I c I iP-i > tI II.,It 111 Cdl-,Ite nebet L1 I6013t4 U III ol0 1 4%; u'uc n
a tio s Utu ~ s h IefI~ l s I i(ffl' tu "' lu ,1t o 11a 1 1t' I0a e ja d i n sb r e A 1A L i o n L1ro b a b11lu ls 1,1AClemetul d audmt,4M i m f r F e. Adr t l p u f r a

p rVut t a a o c i' d a IC I L s 1) iIx A C U r 1 ,-~ s p a d r '. tt su 1 ..1 i'a "L h u) b urie tie IA iu r e Le a t d e Iur A* 4u r d L e le a t a m
E~ge ab~e itin d tact ii m e N4111%0 4. t I vt pb qu u a "~ceL'mC1IAlaL dH i Itrer ca Q tio Cle tIs le uAsit I w'IAc~auahe, C~ep t le plirv es po r dete "

ega. T ut.le zoade n abesiz. J ~ ~tiS. 'e ~l~r.~s'etIle tle du 2.i S 'p)Ltnbre% _S r-pll frea irtodo etat rmLao. .aitea A A ebr~eau. ner SI

m ern e Lsvre hieritPu s w e, s si ss1: 111.101131 I r I hide t teni ) is b p55 re bdeep, d 6 u LAA a """
441 a s au Elas-Ulilis a z p~lce 1t J~z I.Ile, Ii'u aitt dmizMtIffaism il & re, our'S.0 a wl- to a I& "J""11 d ieiv uors nr o avs
&1 R lule C ure, Port-au-Prtilnc euNas, 07,) pLIAMon Ls que pIeA, C -L j. itJlive iI.'ulgtinqido e to mMe. tA voc 1-41 4 u t ai. cufso uuaelur d Li'ettant iY
accdet n onidraio, 0 del i u-Cep'QI d su-i au 6eceus ioyr,-I equ1ercal mu rawaupe e ll. It-O~L
t~PesSGov. zca~a l (i, clee cs bsaLes. leu8ri gi)UOsui 10. ileourjo;s e dos oopmalao mcl, .i as

Pii seI .vu i par dol us ne. de i daoit !, 'r itsdcpaux iii cs Ie -4s c ar av urgD L oit e Q l it i pOubb'i psj o en~s,06, qtu diphl I ud i.l eatimisrs C e# d Pooic
Ceprditif asXleird~l e aniels ,cs gOSC PefetJ( mejswnl to, ut-u eevn de ul.a
s~rl~beje ~h nilie l qiobtuci, a vl: u Ile u Lf ecw~ied w dAI nerer.acuaiosno uiide,6 Q~j)U


I


I I I


";