<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02973
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 22, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02973

Full Text
1166


Suflm4oi j2 SvptIra-j! J2.


poment-MAGLO1RE
DIRECTE LIR

PORT AU PIIINCF


pIYFATMINTS

STRANGZR


0


0, 2.00
* 5.00

2* .9
6.00


L)


O. a 8.09

$T4AITPRINCE ( EatltI


Quotidien


aIDACTION ALDmiNisTaATDN
&u~ IV@ Run"M-F9a h AumcloW

La auunsoosat ulrope:
A Fmarav-rau-u31c3muz krinas tim cs
A IPants: chez L-Maymce St Cs r. Km Toonabs
A L~msaxs: chcs L. Mayemw b CO. 19. 21,39
Ludgate Hil
NNUW-YO3UR niverAl Publicity CeMPS117 45 Wee;
4 ib Strict
Lat mamuscrits isiaudrias as ams m pu rimr
dkomumossis & ssorlww p ayablks iawuail


S fl.. L r a -7-- -'- 5 -_ I-


DE GUERRE A L'EST D'YPRES JA la Chambre frangaise

nllnm'indn flfnnaiun Diifnnnimin' nw un;,o rin u,. nwinTi


EN RUSSIE


UP lIp frnnfi dAp Ring


S dgUIG U5 ,UJ IHIi I hiGidmilhiUO Uil JJi1SGUI U JIl', rv I lltl ,L I UI l uI1 ii uU 1LL.U
EN 1917 -__ -
EN 91 7 l0PAR CA13LE
PAR CABLE PAR CABLE PAR CABLE
C 'r;U\\i Ik. A 20- Le communiquI
MviLt C-6,W], 1),N,\ LONDRLS 20-- L-arm~e anglaise', PARIS.- Le nouveauii cabinet a cipzs ;oi adhesioa complete, mon- )ubli aiujourd'hui dit que les trou-
iiqus mlitaires fran pris l'offensive -1 matin sur un remport6 hier a premiere victoire A trant son ab:ncgtvon et sa grandeur pt Hltulses Sur le front de liga onl
ues miaireSran- tront de 12 kn. i 'est d-Ypres et la fin des debate sur des int-rplIla- morale. repotios une forte attaue AIlle-
nt les victories ariennes ftcapturd des positi( ,s important. tions q'ui ont durd jusqu'l ,-ne hre nd.ntien d mandt au courbide lasuello lea as-,
S)sie eux mille priso'vets out dj av;icee de la nuit. La ch tmre., par U glrat d*r IIBT saIts out ubi des perte conli-
Je ties,avec Guynemr ta td comptes a l'arrii e. '7,;S voix centre i a adopted un orJ. drabls
inbre respectable da- Le communiq pub li dii: u du jour exprimant sa confian:e dans Mr Ribot. ministre des Affaircs
wrilbre respectable da- Le communiq pub 116 dii: Nous le gouvernement. Les d pu!6. socia- I+trang~res. a de.lar A la Chambic
k Cestdonc beaucoup avonsattnlaque fi a hs 40 ,Te lt listes se sont abstenu-. i qe tous les documents relatifs aux
chase qui semble pro- sur un large front a 1'es t d,'Yfres. MrI Pinlev6, repodant aux di. accords de la 1rance avcc les A11,6. U i oI1|'e
pm efrt que ddveloppe Lesprogr&sannoncssontsa 'sin *S r n taien'. prc et poriet tre pu-
eNos troupes nt dv senterpellatons ur sa Witt-taienprt et pot-raient re pu-
tt no:re ndustre uero-s Nos troupes importance c.p r desq ,ie qui attire les )eunes; positions importance, ^ qu'il availast tours ses ettorts ravant co su,ter ;cs natlo-'is A hlie-
,1 en est de nmime Le communique ofefl *u,'vant pour conseiver la col'Ibiboraticn e" disnt : r llU nos appro,' PAR CA1BLE
BOD a' emande, avec la- ce sor. Nore atta e dee es oe eepour Loaialistes. II a ajout,. yai d -i tfin de la guorre, plus nous de-
omnae emids ,airs ran- t i npub a e s or Notre t-ta ue d des so rti-r vos tous tre i tmnlc-nent unois. M rpo .s N20-- O n atrnwqce danA le
tite des airs. Les deui ce matun r est d res p ate chou et R t a aj'ute qe ran:-, ne r- Iinieux gouverneinentaiix lue le ca.
svct s o r un itroet de r2 kin, entr- le AprTo; avoir relduihon .- aux pondriit p.s a ia no.e Ju Pipe avint binet Cltinois. en r ptns. 'A la de-
unso monte .has.e s chemin de fer d'Ypres A Comm -ues ar Mr ALeI: I ho- de s tre s.,,cnJe avec ses iAlls, inall de I a Frautce, a offeit d'envo-
SdOOu tre-R in. et le chemin de ter d'Ypres it S,.en ns *cons i d'it- :.,i;os b t mit gerre sont coAinu- er ;)N.4,) soIlatI e, 'rance si tle
dr uasse alena te taque ae ungrind su ce' i quS l'abdent Ls mntrts so- e nous so:n -s pres li constituer usaces d e ll.ite:t approu-
i ps. :u t d es a opari. s o attaqu e h 4 I qnl tus !e d s o uote .o dcn 1- n dio-o us- l d m s eA tisi au
de chasse aq1iem:nei ct des positions d'une importY-tnesei.s r hai v, eodnt VIIo dli.s All O:
pMon:t ues dappreu es;mioitaire consoidrable ont e6,e o,:a ... l," inuno ,ntion urJrae t onat n&essnares. p Ia Cl-otateanfilLx Etdt-,
es .n:r 'l e s i sti e A.N i "o-st ous avos inIige od [urd s asona, e ur "o- a ea ti tl., ntaI ,iilncita' etnuit A
es ttirant s trayers peAes gnemi.de forinle dvi. .so. rn o, rlem 1t CO-, o.'6 sujt Acs Lraiotes avec nos A-,,ui- per d tti co it i'o
I o0paresi du type fixem L7 cm mtn u u irst e toutes ntr U ,t l--,t.r i." M r o(lbj t it d are oqud i G o "a:- al. o0 r ati' i aAllRs.
tawes oagentssLran',Yeov, misous s Ie oI stusnent un e. P- _a__edl
i : ,.11 hU A R T I E R s' G: N RL d ,:s ^e n sT a;r.kt \ti t a v e r e mdt dC o-
Kde I'russe, mort de L-oftensive u fe Id mrer:-h al aig tentio.i de duaner une trop grande "az.cord Fianco-Russe. 11 a dclar c I
spres avo i descen comment& ce ai sur ubct A ces scandals dans la ion avs3 on d-vait se confoimer f Sie
t i y a uaremois. rons avec beau- ; sse, arce uls t e dmande en raisol de la si- ntaelenne
cchtsh e a pour b out surtupt dans uno a etratger et fTabibsesaiedut le tmo- n 'r-" AItfi an a nnee.
Kh-r l'aVi.l ion en- secteur important. centre le che'nin ral du pays. rouve n. t Al .
Ies reconnaissan- de fer d-tpres A Roulers et Hollebe- Ce'tc ptrLte "du disoairs de To- d,, eude ul Deu ha ar AR CABLE
de tir, des observa- ke. Une lutte ar:harnee se pursuit Painleve a et6 violemment interroxi- ii1 elaration "u degputes du Vara de- L
St~uminbaidements. dans le voisiruge d'lnvernesscopse, pue Pr la gauche, lins que ses M\1. Renaudct, -,,istes a-tendaient I, *l 20 larti Its prisonniars
he de 1'aconautique du bois d'Enores et du bois de Glen- dclIaratio:is bur la d ces:mtide d i o dare que lsc So avant de vot.r aLiits ,ar -es ItalteinI ur to Carso 8s
bie nos aviateurs, car coase, Les a'.s lilants conservent les censure qut doit &rerespecte. Its a.:tels d- lPainle president truvet ie Ti. C ui prouv
tes .es initiatives per- positions qul's o'.t ateines ls L chambre appluait le president pour lui. 1. a reproch u res i e I'Atco lne ficit apel
les ;s audavers ; elle ant accompli un des taits les plus du corsel lo:squ'ii a tail a.iusion a du conseil dsavoir cho:. t pour le co- teie s Autricllors oiIie fit s ppoiA
krement a' note r marqbles et les plus importants la sozte des Nations v e au mes- mit de guerie des homn, e l u ote r t lAorcusive Itallti6ne.
*nPches qui ama tsou- de ces dertiErs mols. L'itnf-nterie sige du prtsidet \ViJsoor, ftitmant, lieu d-avor choisi des horn.r est J ______nh
aiop. lee combats sin- oillemande olfie la rsist.tnce la plus que ea France donuail a ces prin-nes et ardents. -
.de t desespLree pour conserve.r ce terrain --___ ___ o- o 11_a -
A'ie:nands ont deve- essentiel et lartilierie al lemande ri- e ------- d o-------- o it S D VerS
tioo de chisse, ils pose aiec dnergie aux g ros canons LA hat eeu sLosrainneLa Io rnce nLr taire litsiv ers
Plus nlglwg- leur avia- anglais. arlLa e e il ai
abom ardemet. L'otfensie d'aujourd-hui sera uent U yi boule.... dti Bd sil tt R.,-EO.GN iIENT s
ardec o a---eser boi 'ERrr"s dusE bo Ies Neto cl e Md oEl ET %lEONO LrO G lI Es
services aero iauti- connue sous l o denomde bataille de
soit grriupes sous la route de Menin. Le b eau temps 1.,,,is.-L 1-. \. < l p ilt,,s ,, u. ., r r,. ,t,. *o it OBSEIiVAT- s t TaIE
ign arul de d vislonl atntalore m le err. s-. m is 1ns! a; boue est di o el l loA qu a i, ,tt u on- o Dh' s u
f item ent enca drAs encore trci protob l e et I out le ter- DU".ie ax p atles 1 ol s d etlau .,),i m e ,s ,,s t', f ini!l IS lI M rn I fibers suprieurs c rLtor co vert de u s d'obus inI SLLtel) ti, .u Mr s Ha ;',., l, ilativ cLe cS, S I 's t i. 'ore 11I iNA. IR COLLu-GE
| grande r6aine a remplis neau,- de les de ter barblds Mu seLour do tIsatc aoa, l..ano al ii d *orie e IC d(n ) h luu SAINT-MARTIAL
Public alemand en enhevl :ra s et d'rabres a )attus. Les ran Le nio:, le *it a .i -"d i n, mi llies i n .t arn tl .nes de It u o let S
Oi' : exposition a d& tenses alletrandes se c omposaient qu'ele nt suite do I i g.u rr iniitii.f o ,i *lns la guerre. Se-s r-- V ndre t l Seept. 1917
t grades villes de surtout deredoues en b d toun.Lesalle- It Y pi. Si (I, s'c-. u- ia. r I- a 0.ci ll r a ue re.eNliEre reprO-roS
el rls d'aviation m indont dirl,- iec' mred, luteunevive da ctNL e. L- teiil.s et v.'ru e et a no tii te orces ie iu erro Baronre '" 1
O il A "te ne d s a Ia t1ubia ti L e Brn t l 9. i iM atiL mtl tmC L*e
lites dans les fusillade dan les rangs des troupes )uCl" nlos tuidats do s'&citt.l stir dS tout le S.ud,-A-nque .*un. minimum 23.
1o0mbreues lines qui s'avanaient. Toutes lees ;va- l. rd du liln de la dette qu al rse. ve entrai est dep:us
..&*.I bill A(',...roijt w i* it i jr" k.n,.t j#4 ja,. -4 __ L'- ALI 11;4:y '1',r~rnn~r~t t re


t agne. .. tions et tousles boquet :aux talent' au, Cetsa uake.
an. grnis demtrailieuebaChesapeake. le lfresil Ualntuent sin artmee de
V gig non plusA s de mitreuses. avoir diu que la pr6tezntC on eL u, tfor,'e )pohiclte. de maximum 33.2
tement A l'avia-1 Les Anglais ont ren..ontir eii ce r- alleinainde iquo *uI l acc-Lorrame e at 2Arho el ntes atl.-s au serviCe mi- Moyenne diurne 27.1
de nombreuses, tains points une vi ve resistance e, a nllade "D uPoate pa exauen (t ane.r uiih population Ju ,,uar, ,el clair squ helures et cou-
titls et,en outre mais l':uvre merve ileuse de le r li* Arbuni a relate La questiui dcoi s Ciel cir vert suite heures et cou-
ite, d&coratioartillerie conttibu beauc up u J til aua s nrioctij e te snio lteid copt,, iluiedorage h 4om.
agrie, au capital- rendre les debuts (e l'attaque p lus crnines quo le .\la.nnhId. on coI e cea a p e .x as, que le sr- Pluvlomtre 22- iii. m.
sasoallemand tres faciles. Le tir de 'oarrage anglais ba- ills depuis ;* ans u. lo, eUit t u Barometre consid6rablement I.n
lit i lui avait layait le terr .,n come aveC un leuar pIClude eIn. Alac l.oraiiine. v icue d i aidoblatoire se. Et depuis basse.
l*ttre autograph- balai. Les allemands savaien t tries Cest la ut 1 A ragne dcion ra la ue aide sagnnuellsse. Et depuis bis perturbatio cycloiquese.
ks rcompenses bien que l-atiaque allail se pr odtue doctrnu de a torce et I'Avangle de o ai otn re adninuee robue t u'u U, rouve a sd-esrbation cycle de ile.
,ftrier n i mais ils. ignoraient l'nstant pr':cis la terreur apphiquetes a uS people t ra de au i a arns, so presrentent e SCHERER
orts de nos en- 11 a 'a lg&erement pendant ]a n uit 8as1 defense. It Alsce-Lorrauite esLa u- .o :U piue s datiu da d eutraine-
kgnande restera tr-le. temps s'clairc i au. mat in, uleon Ty'boe l dsanti el In'ltaire. [s question d'eai i Ain
ariernnes al- augrientant considerable ment la u s 'ibl le *ermiAlseo Ll- il p se nous 6crt d'Aeu APoM nous
lei d l,0i it.ta i o d Ia rance ns'et ar aa in,, passablemtemit fort e t une On nous crit d'Aquin pour nous
equn e suera t pvlbilt,:a. la 'C eL U la dcLue de laac rest mAv' naval considerable Par signaler uae 6pid6mte de dysenterie
f alriene piStrtorce pt iue la do dS, ctoe l na r 6e ut, Sill so jttait dans la qui sivirait dans ocette ville depuis
Srcme stra taorce p mlan le droe, subsisteta z ,re a force sersit d'un poids quelques jours.
o a r ite prJera cell des troupes qute 'Alleeague etgplu con liderable quo beaucoup Notre correspondent incrimine
Smi ca airer lleerpe eti. ricaiis no le sauposent. Le l'eau. On sailt qu'il n'y a pas do
ie ayan Jr-. restores, come la dtfaite navale et pj id le sn iiluence morale ne service hydraulique A Aquin on l'on
i and*stride le la disparition des merm de la marine il t r.ut pas o considable, car le provisionned'eaudans lerivires.
ett.e. v"iendra allmrninde oot ta;t prvoir la dfait l t.Pu e aJS est Lo geaut des i- publituea sapprovisionedu audaons lesrivir des.
bhtrles. La- finale des E.upires centraux. Vent en gros tsud 1-tal dnoattes, de par I't d signaleus nousletfaiso qu le devoir do
sioe, mal- Chez tGANE LE BOSS d aoS1 territoire qua le piceau signaler letait A qui dedroitpourque
t- son d6 Lieutenant G. DEPASSE Or americaan P- 18 le barl de1o raang p rami tle Rpgpbliques du le n6cessaire soit fait 1 plus t6t
Sa d4- Tilote brevet6 douzaines. 4 mond. -ible


QLC'lAZ E CLV 1ili..c~


U


wix-ft


II





Ll IMAIfL


Reprsentation pepulaire I
l.e public se rappellera avec plai-
sir que ce soir il y aura, devant IA'
Tribune du Champ de Mars une
grande representation populaire, or-
ganis6e par le Cine- Varit6s.
le programme que nous avons
dijl public dit assez quel sera le
su,.es de cedte representation I la-
quelle, s'll y a beau terrps, ira une
toule considerable.
Tnibuial dO Pail section sad
Cnatus Viol, rtcidiviste, prcve-
nu de vol de mouchoirs au prejudt-
ce de Madame R Milo. est condam-
n6 A 6 mois d'emorisonnement.


Contre Avis
Avant retrouv6 mon Livret de|
pension, je d6clarc nul et non ave-
nu mon avis public dans le Matin"
des 28 29 et 3o du mois dernier.
Port-au-Prince 22 Sept. 1917
SAPINY

Nouielle la lmaim
Un de nos peintics montre un ta-
bleau A un ami :
--Voici ma dernitre Balaille. Ah I la guetre, quelle horri-
ble chose !
--le ne l'aurais jamais crue si hor-
rible que celal... repond iroidement,


I
I


Tromper L'

Pour P1

c'est ce que font beaui
prennent des toniques ab
reality ce que leur organisms

SL'EMULSION D
Puisant aliment et m6c


", ..... .. .. ..... -" f 4 aux UestinulantU ce
.-Lamercie Joseph est condamnAe A ,i
1-amende et a 5 jours d emprisonne -----.--- -. --...
ment pour voits de faith et blessures ...
volontaires sur la personnel de Etien- viaIg nd meg
ne Aor. l fl llh vaux A entreprendre immediatmement Revue
TJ iUyou o UbicUs pecut done se r6sumer ainsi : 1
Cinkma-Parislama I.-Routes nationals : des Deux MO
l.a representation de dimanchesera Rdseau Tel1graphique a ) Port-au-Prince A Hllinche par. 15, Rue de Universilt
tPcxnsationnelle, le programme prepa- Terrestre Pont-Beudet, Mirebalais ;
rA par la Direction est tout-A-tait b PeNton-Villea Nouveie Touraine
nouveau et saura plane tout le Notre Rkseau Tbligraphique Ttr- par Kenscott-Fuicy; SOMMAIRE DE LA LIVR
monde. reste tonctionne passablement et c ) Croix-des-Bjuquets.Ganihier; I AOUT 19t-
Le lau.c part eat uine gentille nest point dans les conditions of Jd ) Cap A lo.t-Liberte par Tleirier I LEngre de
conmettie interprelte par un select de nous aurions voulu volt ce service Rouge. Ie Trou I La manceuvre d
I dat cLindiatograpltque, SitNuHET, 'Si important. It faut penser A le re- e ) S.-Marc aux Gon ives par le -I. La mcombavrets
aided autres vedettesparisten.esen- taire totalement, car depuis quil a Bac d'Aquin, la Savai ne D1,olee ; b Les com ( At
tr'autres un nouvel acteur JEAN Si- t install(, il na jamais subi del t) Miragcae a Aquin por Fond be(e6-25 Aor t
Or:, son is don't la renomme cates, par M. Gal
G .-'r dson ein odunt la renompulcne reparations serieuses. On a souvent des N~gres aredpAad
3 ,.l-n de jour enl jour- Le publicno, d ne ,o d taux. de l'Acad6mt
-ijniluera pas de fire connaiasance lat des reparations de tortune aprs g ) Ml .oane a Petit-I ou de II. Le Cardinal V
. it c ce june e. cehlbre aittate. les orages p.riodrques pour rtiabir Nappes par Anse-A-Veau ; M. Georges Goyat
Le /ftu t'eqeur, beau drame do la tant bien que mal les communica- b ) 16eemte aux Cayes par Ply- Ill -- Rcits de L In
S. '. A. G. L plein d'ittret passion ons interronipues. Mats ce sera mouth. Histore de Go-to
nai.t du couinLncement a la ltin, tovjours A recommencer jusqu'A une 2-- Deux grands points sur le Ioo (deuxA:me p
c'est le tableau de la vraie parisienne refcction toltale des lines. fieuve L AAtibonite Camille Mayran.
clhiez deux conmtesse et mat quise au- Dans les grands travaux publics A ; -Arrosage par le Bassin Joly de IV. LEttrn n Ch.
pais d u n situple artiste peintre. entreprendre, la reaction du Rtseau la Grande Pine du Cul-de Sic, pa ta le. -- les bonn
La I ,tse di sueu'tr, coilnt-de dra- sera une des premieres auquel il sera la construction d'un rOservor au h nou par
t1 Ji'lUtnd'ur inte pal asonuiat t ndccssaire de mettre la main. Bassin General Btrand.
t ,'hit Itr htal. a BerPrand.
L.e i rogiammne se complete par /e Lt pendant, malgr6 le mauvais 6tat .'iavaux d rrig.tion d- la Piaine V. Poesies. -- Le

fP.r'ue J/hudou des lignes, le Rseau fonctionne des Gonaives ; lardans, par M le
oluoniae on le voia, les amants du quand meme et grice A 1'6nergie et, Travaux d'arrosage de la Savanne nest de Grnay.
lieau ou[t une bonne soiree j our di- a la bonne volont6 de I Administta-' DsolIe ; VI. Le Mar yre de
nianche qu ils pasteiont en samie lion actuelle, les recttes ont aug- 4.-Cadastre de la Rzpublique ; Les 6o!ies dnrs le
cormpagnie. ment6 dans des proportions remar- ).-Etudes geolog-ques, hydiolo- journal de I Inspe
quables. giques, minraiogiques. Prospections matte par O tave F
Ciniit-aries En veitu d'un accord sign avec le geueraies des centres mincralises. Vl Ou et l'.. rnee
11 West pas 'douteux que toutes Gouvernement Americann, l'ing&- Ce pregiamme qui n est qu'une de ar *"
les places soient encoia replies a nieur du Gouveinement nommn en partle de ce qu-il convii.ndra d tfaire 'La Situation A
la represei.tation de deimain bullr si vtiu de l'articie Xllt de la Conven- pour atteindre le but que se propose Franc.e, M Daniel
I'on en juge par le mnerveilleux pro- tion, a le contiOe dtc 1-Administra- le Goavernement, est deja asstz vaste- Re c nien
grainnmeo suivant : a Foutbeiie de IX Revue Scientifiq
?ld~e, ame poignant en 1 nte,'tion." et t l taudra du temps et de [algeant plates de guerie,
S utdreri, dHiarne ap natitln eI aut, 1 me restei vousparler Messieurs pour I executer. Ch rpesNo dmanr
SLargnt des auves a f ilun sesa- CharlesNchever cmaos, des grand etempsnousauons lar-
tixontel, a Lo supplice d'unte ruie a pour achiever ce Exos des grand Le temps, nous l'autons 'ar X Chroniqtuedela (C


-ii par its, e. episode du Masque Itravaux pubiics qu t est necessaire gent. nous letiouverons aussi,
aux dents blanclies. d'entreprendre pour am6iiorer notre griae A un nouvel am6nagemcnt de
situation tconomique, en augmen- uo: resources qua niiront plus qu'a
Pour I'O, ph iinal de la Madeleiae tant nos richesses naturelles. des depenses productive tendaut A
Ce martin, !a Commune a proc6d6 Les premiers de ces grands travaux un developpement intelligent, mte
*A la ddlimitation de la propnte doivent tre, A n'en pas douter, les thodique dts richesses du pa .s.
done aux us de FOrphelnatvotes de communications, la citation
donate aux cuis de 'OrFhehnal i
,iet la Madeleine, en vue de l'gran- des routes, qui. en attendant les De l'Ex.posd G1ndral die'la Siluation
dissement de cet utile itablissement. Chemins de ter de p6n6tration, do-
vent fair communiquer nos centres
de productions entie tux, Afin del
qui a tte change de cette operation.uctions en
tacilater les changes, c'est-A-dire u
Suicide par p ndaisen notre commerce, et a'mener aux plus puISSant
llite" iia ee tearouve le cadavre ports dembarquement avecle moms des VINS TONIQUES
tidut onnie Petit losepht monit dee dilficult6 possible, nos denree|
peiditsoujn au iloia St Martin. d exportation. |
L. t-t la i Cta e d'4tre arnet6 qui a lii meme temrs qu'aux grand
potusstc le matuteuteux a cette taste routes nationales, il taut aussi pen- ouBEEP LAVO
detei inttliron. ser aux ravaux d'arrosage mnthodi- ou B LAVOLX
;Ayant voie le cheval de Telus que de nos planes, d'end guement xocomman4A par 1o
Cihai les. it avait lo1te la bete a un ae nos couis d'eau qui causent si OoTonPs bVIDwkOAL. danln
aouime rHigaud qui talsait transport souvent des ravages ccnsiderabl:s L*ANtMIE
Let du sable.Telus reconnaissant son sur leur parcours. tA CHLOROSE
i-val lit appeler Hlgaud devant la 11 taut dresser le cadastre de 1, LA DYSPEPSCE
Getdiarmientie et ctlu cit dit tout sialn- LA DYSPEPSlK
penrlt; do qui Iavai loue I ani- Kepublique, explorer notre sous-so L NEURASTHNIi
mnal. au et en extrauie Its i, hesses qui y so.,.
Petit Josepii qui devait imnmedia- 'entouies et augmeuter les ceveuu.. C1 ONVALESCENCES s
iti, (t.a -,t: s~ika. Le pbogiammie de c's i-'nds t sLO = TROUVE PARTOUTr l


Histoire politique.
hairles Benoist, de
mie des Sciences n
politiques.
XI -- Bulletin Bibliog
PRIX DE L'ABONNEM
Un an Six mois


Paris, Scirc,
L)FPARs I uN s, Al-
!ace-Lorrasine et
Les abonmaements tay!ent .iu ler
,;,aqua WIoit
Pr~ix du Numdro 3 Ir.---Etringer


Qu'),n ne
d6sespdre
Plus de maux d yeux inci
< L'Elixir antiophialmiques
e, Barbe don't les succ6s est
,uerit toutes le attections c
En veote aux pharmacies
son, M. Petrus L. H. Paris,
uoeph et Ptrou et chez I
.*yre.


CONTES DU MATIN" cevrolt... vyevous qu je trait toujor sil navai pa t given ui lana un rearddegr
in'en aille. t0 cotte histoire d'une s pxration un aourire de reconnatisaani
1i ajouta avec un geste de doses- soudaine qmi, a'tendrasaant Ie co=ur reveuaement, par uune porte
powr et d'ntlime lassitude; de I aimde, laisait faillir sa chair. it entra dans le soir :ui
l IE RUX AU JE U... Ge serait pourtant ai facile de Souriant, it ae penclia vers elle et, froufoutait comme une jup
SU U me tendre houreuxl presqu au tuyau de I'oreille : no.
Elle nie repondiu pas. Coinae.vous me rend--z heu- L'ombre des arbres, allo
Elie eut dana bes yeux come reux, Angele, murmura t-il. dansante, tAchetait to sol d
A FLACIDE DAVID une satie do deliberation. 11 a'en Elle leva, our lui ses yeux. Leurs t6.
apercut.Pieassant, il nurmnura, a voix regards se rencontr6rent et ainou- Un coq. dans la nuit, par
SuirE & FiN. basso, doucemerit ; reusement, so sourirent. nique m6prise, lansa un vib
Uui, ce serait si facile. JO n'au- Comment, vous par tez d ij. fit corico. cornmm si I aube et.
iEt 1 ltn avail 1 ri la main, une rais qu' & inuter un depart Je pas- Flambert en voyact soni sincere a i chaine.
I-t t, iillain tout humide d'une berais par ceite port at vous me mitateur s'avancer vers lui, la 1an1111 A pus de Iou., Ovttnt I
ttt uir loalde et 1ui tii quitta pas sa retrouveriez dans la cour. Elle eat tendue. crier, sous sea pas, lea foui
imai qui a y blottit a" contraire, as protnide que lon ne nous verrait Mars oei. Javats oubli6 une dies qui pavaient d or tot
c.uttie da isun cher refuge. II allait pas. Et .uis, et I'otnbre de ces petite alT.Air t rg''-r. Je doin voir, parties de la court, Pierrat a'
cIirne dans ue chse vrts e g. tands arbes et cette nutt obscure, ce sir rn m i, Miral. d~ans I'ombre, gagna le coin o
Mais que faites-vouts, se rrcna- ar.us lune I Diteb-vous que c est pos Avo,"z qi 1 j'at At, goijat de ne re tous regard indiscretu,
t-tle. La, tout pa s de imon mari. |tL-e et quo vous me retrouverez pas vous avoir cad6i ma place de b-es Opais d6ploymatent Il:
'est vrLa i, gnt-l, j'ae lainon corn Lout U u,:te, dars la coutr. pults tout ce t.e:nq, Ia. verte do leir rideau de feuill
- ttre une vr gli,3. it je rested eCl Elle se tut ,Lcote. Mars ce silon- 0:1! tili eui'n't. roucom la PI'-r- .M.aiani Flt- itb-r. lie lo
core unerts do vous, j2Et cui ettrai c at. u aC luitescea't.l. It en eut rat, ii tlice ta.-,.L longterupis attendre.
dacore ra de. vous, jun iettaur d indticbie jure. Cl rt .nn.n', lit lVI.;nb-rt. On . . ...
Elie reptit, douceiment, autoritaire J1 y ,avait loi-.teoiips qu'll C(,ar b* .ie et oi uil)l' ii i11 Une demni-h-.ure apes, ler
-- Je eveux pasque vous par Mue iaiLet. ---oyez ut u' l-tiad:ubet t noiin stblement. chterctt A reg-l
-- Je ne veux pa qe vus par- C'etAt la lerflntie feunme qui t ,o b1 uc. i; .r.u1a Ila'rd, bairiere. 11 rasa tie tra pre
-t11 le faut, rpondit-il. Si je neo avait taut resitte & la miage ~iaosr- av-c ronte. i coln .aguire ieat aur2 tlte porte oppose 4 cello qui
men vais pan, jie erai bien oblige colanite de Sa voux et avait itesit%, a, algrable siion plus, qu'une prtie franci;ie au depart.
do succ6dr iuue de cet joueurs et Lant de jours, avant de soe jeter dats do bteo. Its jouatent eucore 4 I b4
t sum ii mdu quor e .etou a seas bar 1t avaat sents qu'elle r6 is- Et des yoeu, il ciervba sor ason e lencleux, iotress4s. L'oo U'e


i


1





tLU M&V ARY


Reprfeatation pepalaire I Contre Avis
L.e public se rappellera avec plai- Avaat retrouv6 mon Livret de
sir que ce soir il y aura, devant la pension, je declarc nul et non ave-
Tr;bune du Champ de Mars une nu mon avis public dans le Matim"
gran4e representation populaire, or- des 28 29 et 3o du mois dernier.
ganis~e par le Cine- VarWts. Por:-au-Prince 22 Sept. 1917
le programme que nous avons SAPINY
dija public dit assez quel sera le
sues de ce4te representation A la- N'ouelle la main
quelle, s'il y a beau terrps, ira une Un de nos peintes mnonre un ta-
toule considerable. A.... ..


Tibumal de Paix seclien sod
Cnatus \'l1, rtcidiviste, prive-
nu de vol de mouchoirs au prejudi-
ce de Madame R Milo. est condam-
nt A 6 mois d'emprisonnement.
-Lamercie loseph est condamnce A
1-amende et A 5 jours d'emprisonne-
ment pour voits de fait et blessures
volontaines sur la personnel de Etien-
ne Aior.

Ctinma-PansriaMa


Uidau a ui almi: .
--Voici ma derni&re ueuvrc : La
Batai e. Ah la gueirc, quelle horri-
ble chose !
--le ne l'aurais jamais crue si hor-
rible que cela!... repond iroidement
1'am,.


Traalux publics


l.a representation de dimanchle sera BR6seau Tel6graphique
F.isatutioniielle, le programme prepa- Terrestre
rA par la Directioni est tout-a-tail
n.-uveau et saura plate & tout ie Notre Rkseau T6lgraphique Te.r-
nmonde. rest lonctionne passablement et
Le jaux. d,'part eat tine gentille Wnest point dans les conditions ou
cornettie imterptetee par un select de nous aurions voulu voir ce service
I dit citLt1iiuatogratnque, Si.tNUrET, si important. It faut penser A le re-
aided autres vedettespaiisienses en- taire totalement, car depuis qu-il a
trautres un nouvel acteur JEAN Si- tinsta'11, il na jamais subi del
GNo|er', son !ils don't la ireinoi ense praons s&iucs. On asouvent
a eLten de joui en jour- Le public lie n ar -parations sreuss. On a souvent
zntnquera pas de fare coiinaissance tait des reparations de tortune apres
. etC e jeune e. celbre aratiste. les orages p riodiques pour rIiakir
Le /fe reniqeur, beau drame de la tant bien que mal les communica-i
S. C. A. G. L ,lein d'tnter.t passion lions ineirromputs. Mais ce sera
iinati du cutnntncemetit a la lin, toijours A recommencerjusqu'A une
'cest le tableau de la vrale paiistenne refLction toiale des lignts.
uclie/, deux coittease et tnaluiIse au- Dans Its grands travaux pub'ics A
pits (d tin simple a itiste peinitle. entreprendre, la rctection du Reseau
l.a I ,se ,u si,-t'e,tr, conuitlte dra- scra une dcs prem,,eres auquel it seraI
.thiulut! d'ut intleieL pastiutmiaut t necessaire de mettre la main.
ti *- S 'litillit'i tal .
Le j rograinine se complOte par It Ltpendant, malgre le mauvais 6tat
Prince 1/tl(tou des lgnes, le Rcseau fonctionne
Conime on le vo t, les atnants du quand meme et gil.,e a l'6nergie elt
lieau out une bonne soiree tour di- a la bonne volonte de lAdministia-
mnanche qu its pasietont en aamie tion actuelle, les recttes ont aug-
cowpagnie. ment6 dans des proportions remar-
quables.


I,


Tromper L'Organisme


Pour Plaire au Pale


'is


U


vaux A entreprendre immediatement1
peut done se r6sumer ainsi : |
I.-Routes nationals :
a ) Port-au-Piince A llinche par
Pont-Beuder, Mirebilais "
b Pt ona Villea Nouvelic Tour.ine
par Kenscott-Fuicy ;
c ) Croix-des-Bouqueos.iGanihier;
J ) Cap A to.t-Liberie par T''e ier
Rouge. le Trou
e ) S.-Marc aux Gon.rives par le,
Bac d'Aquin, la Savat ne D&,ole ;
t ) Mir.gciae A Aquin pe'r FoId
des Ncgres ,
g ) Ml -IoAne A Petit-'l'Iou de
Nippes par Anse-A-Veau ;
b ) 16temie aux Caves par Ply-
mouth.
2- Deux grands points sur le
feu\ a Amibonite a.
3 -Arosage par le Bassin Joly de
la Grande P.aine du Cul-de Sic, par
la construction d'un reservoir au
Bassin General ,
, 'iavaux d irrig-tion d- la Plainte
Les Go:ijives ;
Iravaux d'arrosage de la Savannel
Desolie
4 -Cadastre de la Rrepublique
5.-Etudcs geologques, hvydioo-
Li el as. minLraion i ues. Prnosiect.ons


C(inh-Varieles En veitu d'un accord signed avec Il genera.es des cenues mineralises.
11 n'est pas douteux que toutes Gouvernement Am&rican, l'ing&- Ce prcgiamme qui n est qu'unew
les places soetent ecoia replies a nieur du Gouveinement nommn en parties de ce qu'l convi..ndrade taire
la repiesei.tation de denain bcL" sF vcltU de l'ariicie Xlll de la Conven- pour ateindre Ie but que se propose
I'ori en iluge par le nerveilleux pro- non, a Ic contii6e de l'Administra- te Goavernement, cst dcla isstz va.te
trai imo suivaijt Foubei de lion. tt ii taudra du temps et de iaigveni
I L d t en I ae, me resea vousparlerMessieurs pour i executor.
- Laigttit dt.s Pauvtes aWiltn sensa-
tinel, a Le supplies d'une iusere ,, pour achever cet ExLose, des grand, Le temps, nous l'aurons ; I'ar.
,i1 ** par is, Oe episode du Masque travaux publics quil est necessaire gent : nous le tiouverouns aussi,
aux dents blanches. d'entreprendre pour amiiorer notre giA-e A un nouvel amnuagcmnint del
situation tconomique, en augmen- uoN resources qui n-ircnt plus qu-a
Pour I'O ph tinal de la Madeleine tant nos richessses naturelles. des depenses productive tendaut a
Ce main, a Commune a procded Les premiers de ces grands travaux un developpement intelliger t, me
*a la dllmtation de la proprte doivent &tre, A n'en pas douter. les thodique dts richesses du pias.
A fa dilation de la popievotes de communications, la creation
-donate aux -muis de lOrphelinal I
one la Madelenu en us de l ran dat es routes, qui. en attendant les De l .'Expost Gnral dc.la Siliuatiuo
Sla Madeleine, en vue de gran- Chemins de ter de 6n6tration doi-_
4.hisement de cet utile tablissement. emnsde de p raton, do- -
Cest larpeuteur lRJerer Leveque vent fire communiquer nos centres
qui a re chaigu de cte operation. de productions enue eux, tfia de
qui a tehage de #-ite operation.taciliter les cchanges, cest-A-dire
.i,,a. .... .a..i... notre commerce, et amener aux pluS pulssant


3UEIC ve par IIuciUVE
Iliet- ii aet~e lelruouve lecadavre
ti, ot tue kPetit Ioseph wui L de
petidaisuti au Bois 6t Martin.,
L. t -t iMCa etait, e d 4t~tzoat tte ~qui A
pouL.tSb e he izaicuieux a t.eLte trxste
tIeteCI tuinItoti.01
A'~Lvoiele vic eval d~ o '!luS
Ch~atl es, it avaiL to~ie );A b~te a util
~~ja~jtncIl igiaud qui Ia IsaiL tratispou
*,t- dui sabto.Te'lub zecon.taissait sutt
4 Iit.%Ul tit api-eier ktilaud devati" la
iGet~ddriinei I ie lCk 101 t di t ~t utsill-
t, elmu.sL du qui ii ov.Ai& 1ouutI ani-
Inal.


ports d'embarquement avecle motins
de dllicuit6 possible, nos denitee
d exportation.
ii mime temps quaux grand,-i
routes nationals, il taut aussi pen-
ser aux ravaux d'arrosag milthodi-
que de nos planes, d'end guetnen:
uc nos couis d'cau qui causeait si
souvent des ravges cc.nsiderabl.
sur Icur parLOurs.
It taut dresser le cadastre de i. i
k-pubitque, txploier notre sous-sL..
et en ex'rale les 11ri esses qui y son,


Joseph tqui devait iniiietdia- entouies et aui,'nenler lEs ItvC-Iu>
appit rle par lapolice ple-,de la Republique.
s I. ~ih, Le programme de ccs grands tra_


t










I -

H


I Revuci
des Dewr Mondes
15j, Rue de P LUniversilS, Paris.
-00b--


A propos du dern
incendie


A la suite ne la note eot"n
SOMMAIRE DE LA LIVRAISON du lir.cendie de la rue de lenter
I AOUT 1 917 publ'hec ar "Le 1 ouvelliste. MJ
LE Ume de1917 Pierire Louis,cummnotdant de Ja
SL EnI gme de Charleroi ag.I e des Pompiers a address di
La manuvre de Belgiqueonlrre la note suiante dn i
Les combats de la Sam- demande 'insertion.
bie (16-25 Aofit 1914), avc Monsieur ai
cartes, par M. Gab-tel iHano- Monsieur Chdu raquit
taux. de l'Acad-mte fcarnaise. Directeur du E Nouvelliste
II. Le Cardinal Mercier, par En illMonsieur,
M. Georges Goyau. Monsieur,
-Il Rcits de L lovasion .- Avant de r6pondre A la note
Histoie de Go ton "onnxi- veillante parue dans votre jou
loo (deuxtime parti]. par dhier au No 5732, je vous den
Camille Mayran. de de me taire connaitle le non
IV. LEttinl Ch .mp de Ba- son auteur.
taille. -- Les bonnes gens de Bien A vous.
ch / nous. II, par M. Louis H. PIERRE-LOUIS
Bertrand.
V. Potsies. -- Le poeme des
lardins, pir M. le Lomte Er- AuI Fenris Qui aignent
nestde Ganay.A emeE as "
VI. Le Mar:yre de Reims. -- Maternite. Enfants robusts
Les &-oles dans les caves. ains ef fos
journal de I Inspecteur prin-
matte pa-ir O(tave Forsant.
VII- Ou et I'.'rine Aileman-
de par "**
VIII La S'.tuaton Agricole en v.
France, M Daniel Z.lla.
IX Revue Scientitique -- Les
plates de gjerne, .par M.
ChArles Noidmani. .- 9
X Chroniquedela Quinzaine. /-
Histoire politique. par M. / ,
Chirles Benoist, de 1-Acad-
mie des Sziences morales et i
politiques.
XI Bulleuia Bibliographique
PRIX DE L'ABONNEMENT '"r .


Un an Six mois Trois mois
Paris, -S inC.,
--nA-1-Lt-U Ce SO Ir. 26 14 fr.
.)I-VAR 1 1M, Is, Al-
acet-Lorraine ct
-olo ran.scs ^ :r. ) tt. If tr.
IRAN.si-.fR t4 :r. ,2 ir. 17 tr.
Les abonement ,ia.'r',:t -i Ja t .1 if iJ
,aqua "Wis.
'nri du NumdrO 3 tr.---Etrangcr .5,o; tr.



dese8pelre plus
Plus de maux d yeux incurables A
, L'Elixtr antiophialmiques de l'Ab-
xo Barbe don't les succs est mondial
-urit toutes le attections des yeux
En vente aux pharmacies E. Bris-
son, M. Pitrus L. H. Parisot Saint-
u'-eph et Perou et chez Alphonse
lyre.


/ w '/ .if J --
II est prove qu'aec le
COMPOSE "MITCHELLA
les diuleurs de l'ac-'ouchemer.t
Tint I a craindre. 11 faith dil
parai're !-s nmaaie-- de la grosse.t
supprime !,-. dIuleuri de l'accoucha
minet, retaldit pron'nte nent il femm<
exerce unte grande action sur le
glandes Tnammaires, permettant ain
a la mere de iiourrnr le nouveau -n
et soulage !s fcnmrnes nerveu-,e
faibles. qn'i ouffrent de menstruatsoni
irregulicres on.u douloureuses. Nt
content aucune suhstance nuisibli
'our ia femme enceinte, ni pour 1(
sebj qu'elle porte. Faites-en l ess
)our vous en convaincre. N'adtmt
pas d'.quivalent. Sans diete ni n6ce
sit6 de irarder le lit.
En vented dans toutes Ies pharnacie
et chez Veuve Edmotd Magloire
8o, Rue Rcpublicaine 86.
Pour la vernte en gros, s'adresser I
RAFAEL FL6REZ A.,
2 Avenue Johu Brown.
Soul Agent pour HaTti de l'Instifl
ZMedical du Dr. J. H. Dye, 0
Buffalo. N. Y., E. U. A.


CONTES DU "MATIN'" e 11 vos'ue
l ajouta ivec Un lgstee de dsesa-
pon et d tulitume lassitude.
li'IR l AI A IIIU -Ge serali poul tanlt i facile de
U RL ItELA U A ljU me iendie houreuxl
.- -. ---- Elie le repondit pas.
Elie eut dains bes veux come
A i'LACID- DA\VID u)se Fite de dehiberiation. II s'eti
bipelt;ut. Pi ) tsant, il inurLiura,d voix
SI ILE & Fi" basu., doucement ,
Out, ce serait ,i facile. Jo n'au-
ft 1it II avail mrias la main, une raise qu' miniutor un depart Je pas-
petite main toutO liumide d(une erai, par ceteo porte ot vous me
bpt ni toide et tio t e quitta pat ma rietrouveriez dais la cour. Elle est
iurnm, qu de y blottit aSd coitraire, a protmnde que Fon ne nous verrait
cmaine dans y cher retug. 11 allait pas. Et uls, et 'otnbre de ces
acomme das un sete retu. aldt Sd arbies et cette nuit obscure,
Mais que faites-ous, se r-.cria- sans lunel Dtes-vous que c est pos
t-oite. La, tuut pt deo mon mari. siLe et quo vous me rettouverez
Co'est vr.ai, g~at-ii, j'allaig con Lout Uts s'te, danis la court.
mettre une lohie Et sI je reasti Coi Elle se tut Iwtcoie. Mais ce aslon-
core prtls do vous, j'.m couiusttt'a i ce 1tal. un .c jlulesete"'t. It en elut
Sudun .oup:r d indicible juae.
Elle repuit, doucement,autoritair' ii y vait lotenps qu car
-- Je ne veux pas glue vou1 par- L tit Mu lMee FIWeit.
tiez. tU'etjIt la, piemnui (e feia ne qu i
1te.It le faut, r6pondit-il. Si je ne avait taut resite & I la magio aisor-
w en vais pas, je aerai bien oblig celaute de a vyou et avait hesita,
de succedr 4 une de cea ioueurs et plant do jours, avant de so jeter data
t suis si emu quo tou.s is s'ea pe:r- Ies ba'-. LI avait sent quelled r-eis-


terai toiijo 1"4 s i i na vait pas in von
04 Ct'ttt3hi ll'tiu, id ,xrios'j, rratirii
Isowlat no 11111, a'tendti as'ait lIc Ctx' ii
die IA i atmte, I 1sivt' fail i~ir sachair.
.',ui'auit. i1 se ptezichma vors ellaeot,
jiresjit-ant'i tlau k!c oI re-l I I:
G0o111'.e VOUS me renid. L hieu-,
reux, .lngtle," utiw~ijila t-il
Ell*-Iet va, ant. Iii sv~s ytux. Leurs
rt-girds so rencontitirerit et atnom-
reuseinent, so sc:tnrrett.
Gowinetit, vous paitez dtsjA. fit
Frlambert en voyart-t ut increa i
ni~ateur s'avaticoi ver liii, I&Ili-All)
tezidue.
Mais oha. J avats ounbUiurie
peite a~lfiirt- ;N rt~g'ot. Jo dnai voir,
ce s)ICirmNiun Miral.
-.Ivoi--z qio j~auttsO goujat de ne
pas votus avon ctdI6 In placa do
puts tout cc tt: 11 .
0:11 IJiUIe(1ii-1it, 1roucULiaI' ir-w
Ct rLtina3'neti, lit 1'lainb-mit. Oni
b ,i)iLjdet4AOtt OdWiI3'11r) In a.
-uLroyez tu., 1 ~1e l- isixibert tmmi
t r. ii~a b,? auct.ujp;, iwauisna Vi'jral,
avci'c ronle. Si con aguie taeat aus
a, ajjc~abtcsa-ioti plus, qu-1ine p.rtie
dob~o.
Et des yeux, 0I cker%,ha son armis


ct lui lant;a utn regard do gratitude et que le bruit dt? leurg mains frappi
un sourire de reconiiaissanc.2. IPuis, lea caries sur la table.
r'veuseitent, par une porte laterale 11 s'arreta do marcher. 11 st
il entra dana le soir iut dehors pIit alors distinctement Ia pet
froufoutait combine une jupe a trai- voix tlt6oe et chan ante de FlamInt
ne. qui,. inme dans la conversation
L'ombre des arbres, a.longee et plus intiime, gardait le timbre as
dansante, tctietait le sol d obscuri tenu et la droite allure (iL'elle ?
t6. en d6clamnant un discourse. El a
Un col. dans la nuit, par une iro- disait, la petite voix flnate et c*
niquie mtprise, langa un vibrant co- tante de Flambert. confiante, ai
corinc. cotimin3 si I aube etait pro native, loyal et ferine, coimm
chatne. defl lac6 e& tous les InIuvasi I
A pas de loiu., 6vitint dq fair sards:
crier. sous sea pas, le femuiites s4-! -Ce que j'ai de veine dans lai
dies qit pavaient d or toute une C'eat Pierrat qui serait heuroeu
parties de la cour, Pierrat s'enfonca s'en apercevoir ce soir.
dans I'omlbre, gagna le coin od, con- JAl BREHiULT.
re tous regards indiscrete, des ar- 5 Janvier 1915.
b-es tpa.s deployate;t I' paisseur
verte doe letr ridoau de feuillag. .
.litdami ) Flatiit)rc nt lo lit pas
longtemnpa attendre. Qu'altendeg-tVOU$S?
Une demi-h'-ure ap:,4s, l',errat. p ii- Pour vous rendre
sil)leinent., cliercitit a reggner la Chez Victor Magoflo
brrire. 11 rastia d tr*, pre la pe.- dCz Vito ""o
tite port opp.s4e 4 cell q1'1il avail Rue du Magasin de LtPEW
franci;ie au depart. et essaye. les merveilleuS
Ila jouatent encore la bte, i arttes Jb
lencieui,iantress6s. LCona 'eotendailt UiartIt s J


Sc'est ce que font beaucoup de personnel qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
reality ce que leur organisme a besom c'est

L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et m6decinsans let
431 faux stimulant doe alc* oL


i etit


r __


_ r -rr I


---


I


i


1


I
I
I


.


I