<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02957
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 1, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02957

Full Text

OLUNZE CENTIMES


448


~Mout-MAGLOlRE



SpQRiT AU PRUINC


*I'LRTKMZNTS


ZTRANGKB


0


G. 2
0 BAB

aLis
6SA


N?.AU-PRINCE ( Efalti


Quotidien


aRiDACTION ADMNTAO
&a esRim ftqu &Aagp

Lu usesm ."at reps:

Fasa: dm nL.Ninpme l& Omp, 3?T
Lema:chin L. asymmbCO. uspuuage

&AVbM-TsmaUmivemsl Publiday CsmpmV 4yIV
14 th Saum
Lo maumoriks hiaakd m-- wemmospuIm

AbeMOMMSa & SusSIMs payeh1.s iara


Fr6d6ric Marcelin


v

Voir les N'" du 28, 29. 30 et 31 Aout.


am descend les degr~s de F&t~
ow.dm plui Marcelin exceliw
pmoductionis.
est un liv~ve ilicomp ira
Is peititure des inteurs pu
image pkis pittoreslul' el
que Cctte liaison de hI'
Irn, habite~e par trots uoil q.a
du o itubiiis. Cesse et
Is ma eld~ssier, ie,1 et I(-
suitre Joiia~ssit-N1 iiili-;s.e ei
Iecymnballer etc... Ce'tc wani
et dtmeetut lie I-
cette 1t.wiihirift dais Iii
ibvivent et IklUi tkt pw1tIt'
le racOri trit'leo ius ''tI I
lea plus iiure~,ie soiii c*-,
ak caracitI~t i Lies de ntitLi~
lix~ne dtI ac 'ouhnwlie t d.,
qui ne st,_.'it pas qiie c tti
wMie:
& par Jos-ph It!lecv11inA"Lt'ie
It Toilinestait.ld acutirt ..A
Uploator1 I .- uris. It's lwil n
NN OUS 1A leri, iii.de'-
uaugrenic, t. t poll issui''
hisque vous itw 1')U'.IVIe '
pourquoi aavt / vmi i Iii
bm Ia vie l I ,a t ,v NeI e' s
devant .. A[M-cs IC *J!dIaI., II ,
sexclamue tin autre ,
t qie potissi%e cmuime
ggUe de 1)it bati ie, la bgrt-'_
12shsiste Mairlisse, enaie
lftv6s de la S i~e tcIt nunItI,(('.
at aIIm6 cliirulier. i, ti mihunt
heitux pour callier lei do
MR patiente ,pIietiedt. ui c u
I hMieL iii ithu. '.. c ta.it
Pff tie pas et!uutl r..
Ia m lhsi '. cela titdi in
iftfaut pas ina'iger s s duni-
w
ub pas, mai- ic trout c dann


Sableau, oue raveuc crious-
quelque close de telrroit
Ishlittien peut plememeint
bIasytz par la pens e, de
I creole, ces gaulotseries
0ortations de t.essi et vous
10 que j'essaieiais en vainly
ir exprnit r.

M ioi naturelle, c'est (qu'on
Istodance a initer cliez
hI qsalites ou lea defauts
'ille geinne. Ainsi s'ex-
Iiate inltluence qu'exer
France sur le develop-
: talent et la tournure
IFrderic Marcelin
Nir fait le tour des pinlo
*6tre bien rendu compete
Aft6s; aprs leur avoir
ment 'explication de
fUt notre vieux mionde,
Crise de Sylvestre Pon
d so e rvolter contre
nature, s'tst r6fugi6
e to it plein din-(
aos laideure et nos
l'ironie am6re don't'
comme satur6e; de
visible qu il preni
des sages at achbs[
immuables, m6me
LAmes simples et dou 1
peut-6tre la can
a dtiffrents, Mar
Go sont done ren
domaine d'une psy-
ot d'une philosophies
Sno. Et c'esat pour
at fortement d6 eint
ttiax romanciers pul- a
fantoches sublimes
cocasaes qui sont
une deformation
par un exc6s
asbatlfrre, (1) Al-
a


cibiade Scipion (2) sont de la mk~me
taruille que Jean Neiviei. (3)
Los Irento cinq Ireaveies 1 aisl
Tiun jet de la plume de Vrauc. 11
I,,ya pas jusqu'A la petite ph~rase~
#t&re, ciselt~e, par quoi se renuartlut-
soti hell.dnisme q~i ia nes'y i'elowive?.
1'leoclaoidis Ced Liois-ci -
a Marilisse, iestez sage. C est la
,age-;8e jui donne sunx prix A Ia
beaut3. (juand vous morn zrr on dira
iur v'otre fosse ; *lIle fut sabie et
uelie a. Ce sera 61IorieUX puuF VuUS.
*L-6pitaphot est belle, Ma: alisse, ii
..IL beau deId La ntujt-r. Awle Candile


Le japon ira

jusqu'au boul.


PAR CABLE
I\V.\ n i, i>\.5o-- Parlant d va.int
le senate. It \icomte lchi, ch.t de la
mission I pon.ise, a aftirme que I.
lapon L .'it entr6 dans la guerre pour
taire honneur A la signature qu'il
avait appoese au bis dun trait et
qu'i! y restrait jusqu'.a la n. don-
nant A ses allies quitee r'aide do.it il
serait capable.


La tiche des
(irtilleti's allies


Dans les





PAR CAB[
P;:I's ;o P
Jern:,re %.2o navi
les ports Franits
qultt ren'. 3 njav.
et un nljv re de in
nes ont 6t6 coulds
rins; 4 navies att;
marines out r6ussi


Comment
Ies )1'-;s41
It's .31i11)s


s ports Proclamation de

Francais Guillaume II
A L'ARMI E ET AU PEOPLE
-,--"W ,--- -
LE Voici d'apres un telegramme otti-
ciel de Beflin, te texte des deux pro-
crd nat la semn-an I declamations que 1-empereur allcmand
res entt-crent dan: lance .i 1enirc de la quatritne an-
s et i ot; na\ 'e- nee de tierre. La premnire A P'ar-
res de 1,.oo tonnes mae et a la mitrine allemandes, est
loins de 1.600 ton- 1insi co:i ae;
par des sous-ma-
aqucs par des sous La troisimce annte de ,gu-rre e.t
a leur &chapper. terminiiee. Ie nomb.c dc noi enne-
inis s'est augmnentC, mais leur.,
.hasces de victoire n'ont pas aug
tnc int Lannc.: passee, vous aveL
Slllt Iri .t abttiu la Roumanne, et a presen:
IllierS (lanS 'empire russe tremble sous vo;
.oups. Et la Rauiiit iie et la Rusie
SIlellnl'lll(s .ontt sacr.flcs pour des intdrec


si iinpleInenti vcrtueuiue. Uu me -- etrangcrs et saiinnti. 1.. .i Micdoine
Sarul. Iar line parole iriconseluente us a.vi b .i tenu d.uant les at-
e voas evollter, ct qtie, tcolne PIAlIS i .-Le nomnbre d'attialeur PAR CAi.\11.l. aqus ei:..nlce., l),Dns la puissante
/o s l ttes votre chiitlet6 renterine en Ig te dans la bataillc de \e:d in iataille du troat ocienial vo.,
.J 6inois int '. lors des re.cnles operat;on;s etnt p'P i's 2..- L e itLral ( ., : s .es IrLs ls rn-itres \ o, ligies,
Gredne, triple chietne, sais-tpluslvque lu des nts'i:. do ds ho de L'r t qut piott nt notre che-e patre de;
luelle est ton pitapl e, tol aui I Ce fat suI-trenal te espt e piu par qu-I a pclp e un p:o. s-vrb l iJL ic ,,rui ct dec. devasttitons de It
aisI pli mtounr dais la sages etIa le coriespondatt du lemnpsa \.r- 'dJ regime J pusonniers dans les g et, extentt terms.
vertu on d.r ie tu eus le visage li, co'nmae t it dt la i he df- canmps allem uiJd, dts de reprs iiles M1 Ate aussi a remport6 de
1 la aiite t I ne de la ru.e... file des canoniiers pour 1'untlsi- CI ons le pss relit I aL traitc- ;grs suE.., Elc dyjte it maitrss
lion du nomnbre tLeve dts cano is. !ment des p oiiuners amncns sur lc des e nUs a Lennncmi et menace se;
En i sant It passage suiart, oa, Pendant des cures, de 'oards obas oto; o,:lental ou 6Is restcrentl de ne;! vitaux. Loin de la patrie, un-
.idarcclin b!Aiiite son chlen Ciquet devalent itre transpordi.au pr.x de itv.eIr amai : petite troupe allemande gtrde u .e
Siui vient d-ocutre un mnaloui.t ne grandsetforts par des hoin ncs obli- co.onae alcemande centre une gran-
diarat-on pas le vieux plulosophe gcs de par er des masques leur rLn- ells ,taient di\ ;ss en conmmandLs, Je supiL.rioritc numrnriaae
Bonnard, Igoarxnandant Ilainilcar: dant la respiration dilticile et leur chacun d un miliier d-liommes La Nou et nos allies serons vain-
Criquet. t1i te trotmpes. Tu nas obstruant la vue. '.Lh qui leur etait as-.gide t',ait 'a quur. aus' dans la quateme an-
liii atiiun U i-Iexploit lu as sunpie- qurut aussi dAns Ia quabii anL
.rent abuse .de tloa c .T as J envi del Le correp>nJdant ajoute que l ar- co.ist-uction d-s tameuses lines ne de guerre. La vactoire liaaie
te houssiner a inoun tour, J oar t ap tillerte maitiiienint a moins rour but Hitndenburg, concistant en trois ou nous appartrendra.
ptentdre a itpectier ceux qui n-out, la dtsLructio des cano is ennie- quatie lig ts de branches tt de bo- C'est, le ctr mu, que je vous
In tts dents, I. tles gritlts. Mais cela nmis que de torcer les artillturs Ai- vyux, et sur lesquelles se fit le recut remertic en mon noin et au nom de
lie lt serviitdle rien. fu conitiIIuerdas lenmands a susp~ntdre leur service et dil strategaque. la patie o. e que vous avez fat,
parce que toln rlte i-bas est dte lalne de se mtat're a 1 .bri. C'est pour ccate V oici Ie rcgimne des commandos pendant cetle trosienie annte de
jusq'--a la lini *le tes jours du Itul raison que Its obus a g.'z sont emi- On p.irtait a 2 1i ures du m rin pour gucrc. Nous persons avec un res-
au< ,-shu,/,.- i.e soout tex qu1 oit, ployds en g-ande qaantnet. ne rentrer qu'une fois la t.iihe ex- pect profotd Iux courageux morts
tort. 'ourquoi se tiouveln ilt nu' ton _______.....,ull, cutde. Au dJpirt, un catl > d' oge b.t r
MINIMin s uric ternp rlturu e iui torburcnt pour Ia grandeur ct
SLost de travail s u, use temperature de continue. Naou soirmnes torces de la

()ai. parce que Marcelin est un VWatchl, Itigersoll Trenlon, g)ol 2J .1 25 deg- s de troid, aucune nour- Lonlinuer. Njus combattons pour
peintle iineitte, aije dit. 11 reuts t tilled case. lieward Le Matin. riture. no re existence et pour notre avenir.
adinirableele eas persuonna;g s donit A h ures du s3ir, soup mai- \vec notre tache croiisan e, croit
la vie est toute ext'nxeure et suscep- -- ......------ gre A lorge ou au a utabagi, une aussi noire force. Nous some; in-
tible consllquit intuent d Ltre repro bouchee de pl 6 de pore et une vincib!es. Noas voulons vaincre
duite par le teui pinceau. Et ce te Les nav'res de o uerr8 cuillre A cate d.e coatiture. Com.nme D.eu le Pere sera avec nous.
lacuit6 devait fire de lut un des- a* Vpain, une baule allemande, poar 4 Au tront, le V' aoit 1917.
ciiptif remarquable et vaiticuliere .4lli1ricai as co lvoientll jours, soilt 2o grammes par jour. WILHI LM,
Nul avant excellent ays ste lit t esra- n levif smarcihad Na biscuits que *1*tat frarciis envoie 1,inerair ei Re
Nul avant Iuli au note t ra- de pls aux prisonniers, ni colts. Interdiction
ture, aygest u montrde extiplus dacheter quoi que ce soilt lettres Voict egalement le texte official de
Jamnais a oi mavait eu un bi giand PAlR CABLE arre:.es. la proclamation imptriale au peup!e
touci de Ia plastique. Les sous officers qui surveillent allemand .
Ce-t quxi avait, jo le rltpete, la \\'\IVsn, ;>,--AuDepartement les prisonniers, etatent munis d! Trois annres de durs combats
passion des couleuis e des lignes, de la marine, on a adins ctli, elle- batons ou cravaches. La punition sont derriere nous.
gtacea quoi suon wtil avaiL acquis Ia meant que des navires de guerre de prison tait remplacle par le po- Nous pensions avec douleur A nos
sensib:|ite d'une piaqlue photogra- Amdricains convoient r6gulit4semcnt teau : 2 heures de poieau par jour morts,avec orgueila noscombattants,
pu qu o. A travers l'Atlantiqve des flottes de de prison. Ceire torture etait subie avec joie A tous ceux qui travaillent,
Maas, au contraire de ceux-'a qui, navires marchands appartenant aux au rttour du travail apr:e 6 heures et d un ccur pesant a ceux qui lan-
essayant d atreindre aux etfets de allies et que les pertes nont pas d.- du soir. Le pa lent itait licele au po- guissent dans la captivity. Mais au-
aiart pictural par le prnent es liter pass uv demi pour cent. teau sous la neige *. dessus de toutes les pens6es, plane la
raires, a'ellacent entaireIent de leur Le guenral Chexi.s ajoute que le ferme volo it6 qoje cette lutte de jus-
cluvre, Maret inLm Ui, soe t xMle des feu fratoiis fit parmi ces travailleurs te d~tense soit men6e jusqu'A une
cIIdes victrm.s no:nbreuses. E-i Picar. heureuse issue.
di. I unpression pasi ticuliare que oluui lunii6re, regardant en dedans, telle Ielesperes moyennes ont tde Nos enemis etendent les mains
communique 1 oujet qu'd veut nous est la baigneuse de morts die, les etemoyennes ont 6t de osep ems nd;nls is
representer. e. .Tou e sa vie s'elait ainsi pss.e o tueset 100oo blesses par kommando vers les pays allem nds ; jamtis ils
En voukz-vous un exemple?... dans I intimitt des cadavres. t|.lle en Le general Churfils conclut : a Le ne l'atteindro'.t. ls entrataent sans
avai non seulemnent con racte cet e mot represai.les est bien une inven- cesse de nouveaux peuples en gueire
Toujours vdtue de noir, d'un odeur fad,,, aromatique, qui envelop tion de duplicity boche, cache sous centre nous. Cela ne nous efiraye
noir sale et roux, commre si c'dtait pait toute sa personnel. mais encore le prdtixte que nous avions gardd A pas. Nous connaissons notre force et
une defroque d'un de sea clients lea une fason d lre qui semblait apnarte- I'arriere de nos lignes des prisoaniers'sommes resolus i 1'employer. IIs
plus misdreux, le tignon de mou nir d un reveniant fortuitement dgard allemands. 11 est Itlitpour donner veulent nous voir faibles et sans puis-
choir blanc cmpes6 sur son crAne parmi nous qua un vi'ant. 'une appareuce ligitime A une mesu- sance A leurs pieds ; mais Hie ne
6troit surmontan une face angu- Parfois cet impressionniame va re diabo'ique. nous rdduiront pas. Nos-paroles d&
leuse. aux m6plats prononces,. une jusqu'a irendre lea teirtes d un va Par son epouvante, la repr6saille paix, sia les ont accuelllies avec me-
bouche profonde sdentvear de loges e Le Bipa de bne ciharriant ses tacilite l'oblissance des prisontniers. pris. Anssi ont-ils de nouveauappr:s
doigts o.seux commei es tibias de eaux en torrent, apr.s une pluie, est Elle cherche a travanller la d6morali- comment I'Allemagne sait donner
squelette,une maigreur d'asc6:e;glis une diablesse en tut, ravinant le station en vue de Ia paix, don't les des coups et vaincre. Its calomaient
snt plutAt que merchant dans des Champ de Mars tLabaster:e p. 32). bohces oat un besoin imptrieux. partout dans le monde le nom alle-
eouliers sesn ta'ons, les yeax sars De m6me, Marcehon verra dans les a La repiesaille est aussi use for- mand ; mais ils ne peuvent eftacer
flamries d'un incendie, *une bWte me de guerre. Elle debte et affaiblit la glotre des exploits allemands.
dtvorante faisant craquer sons sa te- la race trancaise, qu'elle decime par Cestainsi que nous nous truuvoOs
naille les toitures embraces etc(p.61 ) la tuberculose. De 2o i 30 pour cent inebranlables et victorieux et sans
Se dsr e jean Serviip A. France. PLACIOB DAVID 'de ups infants sont victims de cet crainte A '-issue de cette ana6e. De
4 Le Droit de a roe. Cofon dc Ba- La fit Lundi 1 ssauinatm6thodique etscientifique. dures 6preuves peuvent encore nows
Qouncp.e f* 31 ..


Same~di terSttkebr loll


I


_ __ ~


ll m ww


- -V





IIAI


1
e

&I





do
.d 1


Ltre indiges. Nous lea accueillerons' Ceoseil eomwssal
avec srieux et avec confiance. i Nous avons reu ile Bulletan du
Au course de ces trois annie. le Cosil communal d Port-au Prince.
people allemand s'est raffermi contre fasiscule i uin. septembre. contenant
tout ce que laI puissance ennemie a les mati~res suivantes: Stances Jti,
pu concevoir. Si nosennemis veulent 7,22vrieret4 mars ,- R-
prolonger les souffrances dela guerre port de la commission charge de
ils en pAtiront plus lourdemenr que vdrifi.r les comp'es de la gestion du
nous. Ce quis'accomplit surle front,magistrat communal relatits au de
lA-bas, le pays y rkpond avec grati- xitme trimestre de l-x'rxcce t.)t6-
tude par un labour inlassab'e7, du 2 j vier a
II imported de continue encore I pport. mme but pour les comp-
combattre et de forger des armes. relatits au trois b etpoeutres du
Mais uotre people peut 6 re certain tes relatits au trcise e tibneatre, u
dune chose : estpas pour une er avril au 3o juin.- Tableau r-ca-
dombune de s ce nest pas pour une pitulatif. des recettts et d~penses, du
ombre de strile ambition, ce nest n juin 1917, etc.
pa.* pour des projects de conquete 2t au o
et d'asservisscm.nt que Ic sarg alle- Les imp ,rl :ioas an als lais
mand et le travail allemand sont
mis en jeu, mais pour un empire Au course du mois de juin denier,
libre et tot., oC nos entants habite- lts imoriations aux E'ats-U us ont
. .. .. ....;. A Lte:nt une vlotur de 281.000 coo d_


S .-


--u- .I ul a h"1


L'E ULUION DE 8007

achete le meilleur aliment m&Iicinal que
la science a product en cinquante ans. k
11 n'est pas possible d'obtenir les effects
curatifs de l'huile de foie de more en
aucune autre forme.

(Prennez garde d'obtenir toqjours I'Emulsion de
4A) d&


-u'"*". e ..x i. ine po>hvii.- s'ouvrira en o O
nouveanx; aLe marin jloux,*.Le bon e r sura en
cambrioleur P ( 2 films comiques re.
dans lesquels tigute le tameux Debcs
Max Linder ) a L'aig'ons ( mganili Nous avons regu un tul6gramme
que epopee historique ) et un drame annor;int la molt A Miragoane, de
ceitbre a La voltuse et i'Enfant w, Monsjtcu Eudo.xi Gara.-- Les funk-
interprWt6 par les meilleurs artistes railles ont tu lieu ce martin.
de LnOdeop. r Nouelle i la male
L'entre gn LraA este CE GEl RAR
GOLRDE. A LA PACE GE1FRARD.


- 'lens, Paul.., on


ne le voit
* *I v-


(Cit,-Valietls p!us .. Et comme :u es chic I .. T u
Chest avec regret qu'on a laiss6 la as cu un hi6itage ?..
salle du Cind-Varities. hier soir. La Non, -i-is je suis cntr6 chez
taule qui itait allie assisler A la re- un banquier. .
presentation catraordinaire n'a pu La nuit ?
contenir son admiration. C'st par __
des arplaudissemtntstrcnktiques que
les deu principal films ont 6 ac- P etite Mtiso
cucillis.. Le double chemion et *La L( Pe#Ue :L.a.o,
France avant tout s,grand drame pa- I18, It UE' d' CAIN 7P ,
ttiotique. Ani.once A sa clientle qu'elle
A la reprtsfntation de domain il vient de re;evoir un j>3i choix de
sera dorcn Le joyau secret 9. chef- foarnatures lines pour lingerie, -
d'oeuvre du Cinema co 4 pari-s et Rub.ins. chaussures pour enfants
- Le Masque aux dents blanch.s i 3e Dames et bibis etc.
Episode. antitul4 a le toancau de Les commander de layettes, trous-
Cac seaux, lingeie fine sont excuttes
n _. a ma devrait manquer A avcc le so in Pe plus minutieus et
set I so xwmwoMc brillaase ax meilleures conditions,


Avis
Boulcilles videos
La P'harmacie WV. Bach acht .
le les bouteilles vides de 'iola
champagne, et au'res boatcilles
de mdme capacild.


Avis


Messieu, s IIM-unchmeyer
de Jeremie avisent le coum
lt le public que goo2S
bIoo lHcy n, fail plus pA*
leur mason partir du ter |
ten-bre.
J&drmie, !e 30 Aooul
II. IUCHlEYERI&O

--bhe et plus Jpanomie
I ;e ~,lcie de la beauty 6terudW.
Dl)e yce;: profonds, reveurs, so
Ou mrne, com.-ne a une citemre,
Vient boirc 1'eau de vie.


Quetos osactes ct touter, vosdolti,. C'est le total inensuel le Service Saniiifare 'irgt p'Lds, quatre pouzeiz.et trois
Litt i'gnes sur le milne chemin et virgig
pens&.cs aillcrnt Jacette lutie e -U e PIUS LILcVc qu '2'nait IIimiS COn Li, sIx id i o..ssrl ~~
soit la prOlIlLsie so'ennelle de tt din', ihistoire du ~o-nnm r.e du p~y ju*six. drrieds sixpur q u r l.ne stx ped
L'augiemataioi puite pcqcefl'a- deprcfondur, bo~r~zvn-e sixp*,r
journte. remcnivsur les r j-lrcs prm ciiWrt auPince e picfnd e ,brn au nord i
Au l ont, Ier aoiit 1917.aizsrenLS. SEC7110N des CABROUJET3 une autre prop i~6 au sud par I-
WIHEM"Ij e ddesueg grand chemin de Pt00 Ville-,
X~lIILIM, i C(Ou Csau .qi~ evi Pud 1est p :r le sictir P~ricI-;A! xjire
L' e ~ ison e 2 o oodoP as 01011--e,.-. '.1 et A I- -u, rt pjr la portion de la dc-t
L:,e:,it ison e :?)o c o o'IJTSP., se' c Athi-rn se G'raliti. suivant,
L.a Aittisoti I1. Silve Iu 1)1'at i' i~ ll' .i*': .'.ii~.C Ci' di ~ ,' I.n et pio..v.s vtib ii &arpent.ge de
Idun V, I)( Litcojie 1,.: 'q 20Ut 1865,/ .t/mim iij ib Vi ,lilt i' --I A IH. Bruno, en d,-e dii qla'o;-ze
Avise sa nc inbri u,;e cI hn. 'Lda uS le laZ II u' oi Le P7 jX CtiCVL (I""" I''I itle( t cs.&j, /'. ill. ,I c aoit r ul hu t cent ci..u inte hlxiti;
qu elle vient de rcceveir, p r Its dr I-`qu'.ie ci ;wVacde si rnvnt Ii ciitie a ~i ar li.'el (,i'(, orjv'i'S% t, tle a l!~ ri quc Jidt~ r p
iiers steamrs ricg d~~~ u.ccr cd .iutig l'/WliSC'CO /, eponovsu tcrrnp3 t! et so'.tend.
noir, bleu minriin c! alp,I i nov I t i to(I/e i dte de ./ell/.* 1**- Lt ('sans au Jwie excphion iii r~serve. A
sup~ficur a.1 10irnme, c;xSiinir. *-P C011 1I/011,,' s / e,,se~i-.a'''s ss'e/.'.d tlt (uIII(4 e d~ M nlur A t~i
leur trak- its, di gorni ri.i voi!L dt(,.e. well c~ (hecl, .lI'v1ile1, 1 'u/. .1 owI .I c i impei, propi d~cie d.m c ut et
blanc, urns it a lour, so% ( UX AI 1 i mOU 1S40.-ci a P ot1 h h r / I, j i r taijl' et.- J m jo o t* ri! e ui.LT La .m
che couli oir, pi k `blanc, bl;I. %(-)I d v.t.g neapoo~~ elpls. ou r .,vo :at constiruut \l%1,:~ l~u
demi dLIIu, &. i-1111 sC,,Voile I ~-'~~~" a u c.. b ii t dJe qu', R u [K oxI, No
coulurdriprei itbY ~~ LIe pa etuint du is ii:''41 f CU'' %L 5it \ N i K", .i dn-,:i!t: du, cont~re 'c,-,eur
a n g ~ a isc d ri ll L .ic l l ti -sc. q yL u j om t c iii( n ,u I, i o 1 : -, Iti l Ii 'f I /i l /I m eI I '~ ~ [ i r. i nIt i'Lt U -11 .1 1: t ;I -1i '. 1dn"
et, e tc lci J pCiut~ ~f~ u 0)'. t I lle'/C 1, I iiIl i m l /C~'.' ie r anti "ncI j LPo-i-j.
PI'm & I flt m tute dn 2. .L iAC li *-LIX Lt lIliiC. t:C1'1- "I-/leu e, flt' sur IIa i~ll, A pri IX I lult C'[It
PloL S L ;s ixi-te u-df, (86o) va,!cur dioe
Ii h's .1CJLLS Ilie s3IV pas '. ch .'lS, AI Isv 4 r> ,''i ,-ex pincy.pi t iirrCiLi r! I.'
A F 1 ic [ .~ J L U ,C .:iU Liu /(")/I //I s, (Tse'r '.l ,,e' / i -f''] l 1. l" e et,' ii *n or.-ii, s d e 1';V O C -II P O L;r % i' Iva It
F a i t c:! .u 1 6 1 11.i i 1 ,t S aIu C ()I I 1 s- > 1'. ici h a /ep w /'n e l /1 t wi'/ c ll ,it cs i. !!:e sc IfIlLd"". i: 1 ,ih c
E' ~~~s ~ iL. ..4 V~I. oI ;. d u ( ..crexLP;sL It'll(cp~ ~1. i, "Pi. ,' Pour p'us inp s C's LIt~s4ii *nt11,lk
2RB SE GNI EI"~IS B t. ~ 1','. lit 'I' 1-;1' jt 1, (5 i -' sadreSSLr .1 %e JI.an Io'.eplx .\.' e
M EjTiEO1iL.Qu0,1IQ U I:3 -c ,'., -'a /r'~ h iLou' is 'mInn '-,- ,y incluite b~p'%.-iare
OBSE~V.A1'O~~L C'-V ~:I'1!2U CKI2 'I (lei 11-'-'I ,,q., d....,hi'cr d,.s :h,,,, s Cu a. ,'Aoc.A
Id I 91',at/ICI' "(.,Ifi' f I .,,/ tit' s do, il 'I ill, 'S U St'
SEWtINMiHE CCI I L~G1' i L: PL; "-Z I J IC .V.;:- tOILLI ciIt' ta *. ,,*i,,4,, I er .u-LIrice.le 27 a1106'.9V7
.~ IN 1'M!,'1\ al' it-. -P wc n -I tCill(_blC 2i.'11/,tte,4 ..a o,,*4, if 'j( gn )
Veniiiztdi .31 ;Aurt 1917 S~~~~' ii i' C'.qiiv''C ~cilt'.' e / 11'e '-toog I T. LAIEAUJ, ;'.I
i3~ro~ tie L~L~IULS' Ii.l ,L t2.OX J I S L L 1 111111 -1111, 1A0. 0;--L '.1 I ..fw(ii i' tll/ ''/nre '',1 --- __-
-- dur uc rit..bhssc1,11t;de1sa- (/1:, 'eif~A*. ~ I, *t)0Il~jLitil' iE L 1rrC0NDEI"Stipur
Tetnptiatur.- 1CN S1W.ii lneli~s lii.'*.Ij c el'''ih.'t
I rnnw~ur :~ B ::urlapvm~'smhArt. 7 L.i~ itIU' jul's WIai ells Iei. Li tfl oi't r b 'uinit) d' m a~iies
Mo~n:e ~~uii :;'2() Hi C '. rr hb z itO::i s t / UF. I (U55 Ii lit' I' 'i e''llvtEi r ~ ~ ) .tou't Eii roq 4.11,Z
Ciel fUjU\ '-,lu'A t id! et _-cB P I'' hC Wi Cell 11)("'."li' ,IIII / 1 L I'l 1.t~"/ t'. I (;6 ER!II 10'i LA
i'crt eiiS u o. Lp.1- C11it V'. l t, pUi- C l. ~l' ~ 'e tejl, ('' fhi'
Plure '-irs 9'11Ku: CZ. C 11, /It' s l. if it '0 1 t oes e ,';, I t o- pIi' iG
I-clairs t0 tOnnIC;'i'i.Lcs pcrsonuIs L1qui LJeSiicnt ,'oy.- i1w, Ileit' I Ile'(. oi5U fioiei ,n fe.l ~. L .0 _.
iPluvto inC re 6 1. r OILt A Pt. o vi lie ou a C re- lit'SIlS I,,oed.'i''Slip'(lo e'Cii i / c' 'hz e l
Baitomire lU-grtm:ent cen b.Iis'. It u.puits~ise Iii cnaent U'Id1"ap'hiu'SOl/'PL'I/t
1. S'AILE(E lui. AiI L S -- Tuu It'e/C (I I,/1)Ir 101, Une des plus ce1~bres
11 deon, ure A1ai gle de la IRue du olC,1ICloot f5if 7 C~'Ib' l., ;Maisons de France
L 'Iiiauguration dui Servjree i~IIII Mgsin dLe 11:1 A et des Carsernei. i. La'i'tCiii jiS'ieie i A iS-"'i'11-4 Cutixinid-' A .Mr
C est au jourd'hlui que S'El:~luuure -3 Po: t -.1u-P1.),e I SePtemb e 1917 C( lit, pu'euide a1 (ut,,&,ui (tait, 'k 14" lED VI ELX tei u it tpour
le Seis'ice organiso par lAdi-mini- ira- j O-ci os DURLEiAN ffi ~~i~~' ui~llE (.15 "I'sit/ ,,,I$. a Iwkublique d'i at 1.
tion civ'ile pour le transport deCs fill t-trolt' primii-re de ki 1111e18~ I srlctpis 0,pi s
mondices d'kcunies, rebuts de jardm, ltezi'. i sw(111)I ,( VND
't de course. )n se 'a p ll iue ,, iiidijions sjql* jj e VtNDRE
On vera par 1'avis ins~rC iJ, Ics t)i s r apllqeno uc Isinlions seu.itrt.Jol-- L'Abe/. JtlPoil~." ius G inthier. de 18S7 A 1904; to-
:onditions dans lesquelles lonction- "encreitIa cn'IUlO r.J--'lueisdi!pii'i/ mes 1, 11, t j it.
ncra ce nouveau service, dit S:r%-iCC plus curs 61-olLs piilnairts. sur tit simpl/le dteiwoteh'(its Iiai,)e'c/lews, S adiesser au MKIA-11
slabonner.ot emn~eder*Sitir cecle de la Crox des-~missions Pl- il~t UUPriine,le li- 'Si'ue',u/,,ro: 117.
11cr s'bonr I C S! pretlin .1hcv~e.1L' Lhrectte ,r d'iti Set i
PARISIANA C-es: un boilb ben af~ru, divi!,6in DURCLJI l/C LIXVOlS A U i
.-ux partit-s, I'une de' tl1i,e 'ux gir Vu :L 4dtn'Pi* ora~u (',il A i i i u
Accourez I Parisiana oui~i iVyau~ rsc ~ur u ds it cl
remain scir un piogramnme txtraor- I JOIerL\'0 nntaliv~ l e
in~irheii r~emnnt Z" frmi' li del em ct111net111C IS-Capi.- US. AM C._________


Machii es neuvcs ou de second main, touted munies du o
6leclrilue poir deinarra.,e automatique et instantan6.
I -- w ., .. -, ,. *Sp ntrjm;lflm l


LcS mneiieuies inlcln nes pour Haitiai, leger, etec -,iu,.-
Vente par conven- Eug. Le BOSSE
SepAcil Aent gnral pour Haiti
En vertu d une obligation hypo- I
thicaire pasiee au zapport de M I' I l E. All 1
jean Joieph Marie Louis Vtlmenay P au l *E A ux la
et son colI'gue, t otaires A Port-au- V e t d r, e
Prance, le treize juin mil ceuf cent Vient de recevotr:
tjeize et 20 dun commandement en DamassA pour matela., Toile d drap Et fif, coor,. QCg
date du quatre act. mit neuf cent pique Toile fil fine pour chemises; Sois lavablepour coWr
dix sept enrgistr ii cera proced6, le le,, Tulles et Parures pour marids. ChapeWax pourhOW
ina:di qie 1 on comptera quatre sep-! laine Formes. paile e lain pour Dame-s, ar,
tembse mnd nuf cedt dia sept A dix alm-BeaIes, Drill efDuck blanc el couleurs en I9ii 44401
heures du m.atin. en I' etude et parI am-Beaches, rill a Duck blanc e couleursea.
le minist6re de Me lan Joseph Ma- et chaussettes; our hommes femmns fillettes, Toill A
c Viimenay, la vcan Jose au plus victesdanassdes et de bain. Brosses tdte, .tp8Uvs
offraot et dernier eochtriseur,d.une dent, Monlre-b'aci lets roar' dame, Parfumenrs
proprie:: toods at batisses. situee lane et amdricaine,; Descentles de lit. caar .es
sur la route J Petion-Ville, A ren- buggy: cravates, rhemises blanches et coueur, f iwu l
droit connu cous le nom de Savsoe c~edgons et .chemises de nuit, cemisettes, .gifels d
Valembi un, de la contebance de hommes et fememes fl eltte par .naesm e uS=


__


I


Quiz prend donc cette belie criatume
ple~in de sant6 et de bes.6?
CONIPOS! "NMITCHELLA'4
POURQUOI?
T':r 'e'~Ic (,UjrnP( e "Mtchelk
!c, 'C I'.,Irni '.''uiues, pau
1-.: '' ttl-kce tde quitter I0 a
r.p.~itt-I ra vie active. Elk so
I ~~r'. e.11L.tIiit, et sa sma
uiti ".,tinc rang parmi hm
1; : ( i rtes et jlites.
I j Ir v C2Ic Cutnposi'uce
iii(:ut Xeir t,'iCqueepowr IN
~ en~.Z.ratct paarticuliire
I ~ ~ ~ ~ ~ ~ 11 C : tit 1 t i fftenli41
;.-~rua'i rr',.4u~ni'c'tci etdoui'
r( IiV p'ur ic, i let ic.iervtuM*
pw~ir le, o--, tie tratail: c'est ih
U itta'..'t' tcetIiicur ow.
1i C'*1 e t itrt e t 'gitaI et 14
~~Ci~.a~eti:cc(-t l e nditcarent W
d-ot rert-:- ic .tiutc fcrnrne 'ouffrant i*
It i~ -e rc'Iottc's qii Pro0V1
net ct'I'wie 'atti'ne gencralc." NaS&
wet pad ; 'ic'(jiii alent.
i:,C %ntc*1311 dan'. uts ICS ph
cic'- ct cliii, \euvc Edmond M291
go4-', Ru Rtej'uldicainc 8-).
Po.ir la vente en grom. s'SdrOMv
RAFAEL FL6REZ Z..
2 Avenue John Brown
5iu1 A\gent pour iHaiti de. I'sv
MdtIdu Dr. J. Hi. Dye.
Tluffaio. NY.. I.E U. A.


BILE'S


_~__


,,. 0


.,,/