<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02929
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02929

Full Text
5 wViiq Q olzrI335erredl 23 Jurl1.: y


96m- t.MAGLOIRE
& DIRECTEUR


PORT AU PRINCE


G 2


rMANGER



VOST-AU-PRINCR ( Haiti


S


2.00
5.W

2.29


1.06


)


Quotidien


3ADACTION ADMINISTRATION
&nglo des Ruess 6ron & Am6rlcaiue

'Los essnences s"at rves:
A PORI-AV-vaIuICS:903 bureMIAuS de Osxua.
F asts: ches L.Maytce & Cie 9. Rue Tresamo
A Loweasus ches L. Mayence & LO.0.119. 21,21
Ludgate Hil
& aw.Y031 Univerisl Publicity Compamy 45Wes
14 tb Street
Lot mamuscrits instrison now w meetpea rmdm
4benSouuas5 & imsortsooss payabJgS SIdXS#


Anniversaire


1lX1 I'IIOFILS


SLi


VII
CIABLES BARDINAL
ly des la lines qui parent de
Liun visage .u va dspi.araa
iya des laiiueIs qIti nous lI s
L vttir de pitat. une taiblesse
tne. La titude stulIque en face
kimort est .lgan t. It-rui lite
Echoisie, mais comiet e le est
atussi, d ine beatjte de crepuL;
Is defaillrance d une adine en
fdun e injit liorrible., sa.aglatie
bogue QJaelle ef-,t syvipatll'ilue,
ii sinLteiltt en joiivaaitt I, la l.ar-i
le regret que Vrise une viCtnlllt
ue vie coupee el sur des -tr-es
,r, qu'elle laisa -c apres elle:
toade du sou ite la froide i c
tionest unie vi.'toirie sur l -i s
a sur la iniseriable ch-iir qui
hblede dliipaail t. de pIorrir-
t1bne des ;dusi belles maiiaites
ide la vulot(', tie la supeiro
de I'esprt sur la matter, c'es
looblesbe acquise. Mats i'h iin-
alest pas utn dieti, il ne s.
Miiat pas toujours a; cette hau-
.003os ne pouvous pas lui de--
Airde ne pas tlretir parlois,
N pas crier sa tjifraance- TOUw
iet hiunutaii niI est pas abs-io-
tmprisable IPour mnui. jad-
itl d6ctirement d'un beau cri,
d'uie dou!eur inutine on
aussi blen ,que le silent
hulin d nt impassable uiartyr.
10r11e lBardmial le clihan-'aiL
on .1t illiagillatit)I anUer
Si la tt;e senieuse, et aux Iht
joyeuses est inort en sanglo-
|PtuLetre vivrait-il encore s'll
tu spiprs les premin'res bles-
;matr ses plaintes dechlraintes
Ultendriraient des pierrets lirent
rquo'l y avait un vivant Et Il
quil nen dut pas avoir
itlriers jours fure-it traverses
des. il avail combine uni
presseitiament do ia tragi-
Pflchailie. Une grande datresae
it La veille du jour. il me
Pirt de s ci a ntes. (Qu'li ltAit
triste! Deux piis douloureux
tsoOn large fron Dans ses
i"oyalt les afftTres de I attente
Mit consadrabltemnat vieilli.
*Tr ombre milancolique qui
dans ma vision tragique! Qa.'
erch? eat leute. est lase*.
el! Que de sam4 tu laisset-


Tragique.


CHOSESS DE

LA GUEf


RRE


Salle d'operation

Son ameublement


I ) SS 1 I S 4 j illet Une comm-id- s'el*int 1 Si\
AASSASSINj l 1 1 \ ll" ,, C d, '/ i,/ /., /.1 14<
WVAiiNc. r \.-I.e President \\il- ;,t', iiil ct,'iluni s,. ( prix d, fabriquit
;on signers aujourd hui un bill da- avant a gudire ) vient d &re iracet,
IT: vlAtion de 64 000ooo ooo or. pour i'ameub:ement special de la
Les diteAt:urs des principles Stll* d'optrations.
sd par son rival M, tellus, le recom conpignics d'assurances ont eu une C tte command comporte un
penia par le cacho entrevue avec L S. Rove, soui-se- 1terilisateur. des vitrines. unchirriot,
Et ce vieillird isole, vivant. do la crktaire de la Trisorerne. sur l'utilitk une table d'operations et accessoi-
gdzrosite connmmune, avail en o.s'4, das urcr la vie des mirins et solduts res, pl. teiux et cuvettes sp6&iale-,
parlatit. des larmes datns la VOi et" am'ricains. thermocautre., microscope, ftc. etc,
souvent dans s s yeux chiargs des Le senateur I Hamlewis, speaker en un mot tout ce qut et necessairt
v oelle piti reso veilnuelait- v dmocre, a dit au senat qu-il in- a une Sal'ed'oeratlonsbienoutiliee.
paysa sdel 1 tirs vde Va ital',ro. ta- terprt e le discours ient du nou- Pres de sept cen;s dollars Ic'es,
',lue dfevoyd ,ie 1- tre alirclItie so veau ch incelier allem nd comnme un une grosse some. sans computer le,
isale! I'auvre lioun ine (iui 11 avait appel pour la paix. 11 a exprimr la surprises du renchtrisseminnt de tou-
q te d. syntl ,i-i, avec sa voix, soi ig ora'i rtcherche d-un p'texte qui lui per- 're ; cependant la Di)ection de [tios-
C '. s oii costuW "a trinsess., le mette d accepter une paix honorable pice n'a pas recule deviant ce chittrt
symibole de toltte in clasne dlli)nti pour doiner toute satist action a nos
ines, dt to)ite la n sIsa- sacrilii HARRI HLURG PA -Trois allemanis, medecins et toute sEuriti a4 no.s
obscure et q it seralt p )tciliue, st 'soup;oi'nes de colporter des empli 'op&r.s.
no as Ia'oun voulu. I' iurquoi n a Itres empoisoineset. par consequent, Deia, du reste, une pirtie de cettt
vou ps leur devios-d d'ttl q l; detre des espions, soit giudes aG!r- valeur ist couverte la Direction
,le reue trddan le .Mxr N da ")7 mantow\n cn aTe idant que les in-Ide I space a attecti i cette coin-
Juill t 'o0n visage barboutile d. stn. 4 'eeigations soient lutes I s ont ete; made la some de trois cents dol-
manurtri : et iii utitenIn e vois ..'en arrests pendant qu'ils circulaient lars que le Gouvernement lui a at-
alel dans le soir sa s il atte cour- leurs mirhanJises dins les quarters tribute pour la Sille d'opdrations.
bde d'ancetre. ruraux de ce bourg. Nous avons en outre les promesses
IX de Parisiani et de Cin. Vari ~ts que
"ALFRED CHATELAIN 25 ju llet nous valuons A cent trente dollars,
C e-t touted une mnagrmi-ue serin environ. Par ailleui,s M. Robeblin.
attitudes, que in evoque Alfred Le I'resident Wilson a eclairci la l'aimable Dirt ceur de la C. G. T.
Chitte ani, le comp tigonr d iines si nation pour ce qui regarded laa souscrit et vers 10o dollars. It nous
tieu're, tristes et gases. (:est dans question des constructions navales,. este donc, A trouver deux cent tren-
Un vieux portrait, un entait rt'vauit en iamintli dlu conit Ie MAjor te dollars, lus le ft etc
lans u, pavyagie de Vers-"aile'. est GuethAls. William Lenai et Jopsn L e ireioa que les
n.1 adolescent dtdfaillant de joie et U. White. qu
d'dnmotioa, laureate di latin a i Ii bient .ieurs de St Francois de Sales
cnouri gtenteral, a'lan reeCvoiC \VAS.I.1.;TrtN PN6s de 1(J.00) ne I'ab.ndonneront pas en ce der-
d -s trophie CGes un journiliste hiomn.nes additionels de la Garle nier c:up de colli-r pour mener a
f,ugaueux, pouirleiidant. tel ni Cyra Nationale seront appelps de- tersne la grande tcavre de i'ann6e.
no, contre les abus. les Iladle es, l-+s maina par le Departeinen de laGuer- Ouant a la sale el!e-meme, son
tatiases guiares rablies. CeG t ui re dans le service Fi'#drol contti- achievement est assure. Port-au-Prin-
profes-eur de la iw lisanit "'acite tuant une second levee dans lea ce continue A verser ; de nouveiles
da,s le t.-xte, ebloui de visions re- troupe s tie ICat. Dix-neuf Etats et villes marcheat : Gonaives a r6uni
inaiiies ; Ileuve4 eIls:..Ilglaljtt s char- le District die Columbia coitribie- tros cent quit-/. gourdes, L ogane
riant des patricieln., des clievaux, ,ot a la forinatiortL di ce Le troupe s'annonce coqi-e gdevan passer
des ca sJS-. Ce-stntevo de c .nit i.ille oinine.. s'annonce coine .evant depasse
cateur de leioits cotsulaniies d a- Ds o ll "i.rD sli avaient accoi- routes les autrts vilits ; beaucoup dt
gles dor. d'orgie latiifes- C est un pagtie le Major Gt general Perslirig en petite souscriptions se continuent a
jpote )yrolletl, clalioniiant des IEurope couinnt des observateurs Poit-au-Prince.
vers dans da cr pnscule. C'est un sont aCl de retoar ayant la ferne La Direction espere cloreles sous-
panachle 6voluant dana des maatins conviction t(lie la guerre seca de criptions pour la construction de la
etdes soirs de batiile. lo",aue drtee Li dernier appel de Sal.e, le 3j Juillet courant. Avis aux
C'es un patriot exai e, genkreux 1 Allemnagne, out iI dit. amene sous retardataires Pass cettie dale on n4.
et triste. C'est un exild qui tive de- le drpeu au service nperial des pourra plus souscrre que pour It
vant ui mo!e curag.olien de la t enfants tros au desaoue de vingt et r m
.. .. .+. ... ......... -11"A m obilier.


mille. IA-bas. C'est un hammede 32 Uli 1a. ,eltd a
ans, de tatlle moyenne, A ia figure troupes ait entrevoi
eacadree d'une barber dure et noire, gnae au x ssera a pli
lux yeux petis et vi's qui me regar- auiant d t quc si 1".
le eti nue parole en fumant une eier- un otlicier Frains;
.,elle cigartt:e,dansun coin de tlobut. quclle 4st, ai son av


ir que 'Allema-I Port-au-Prince, le 23 juillet 1917
*ltique de per | Pour la Direction
ius. Un officer.
nu demandait a *.- J PICHON
ais uu 'iglais
is, la duree de .


Itrce de tes pas est enti r dans [1aube deraere, unae ceva guerre, i vuS ritu au nez, LA MAISO.V
VIII vois hautane quand meme.,un sourd car l'inpression g jnerale es quon S. CIee nly j4 Cie
Mil bruit de lutte, un cliquetis d-armes, attend a uuoe laite logw el dure. 0. Pe t i m If C
1ISAVE VINCENT un ieu de peloton, un hommage des Le D.-partem-nt de la Marine a 96 rue Ju aga'sm Jie I Elat el 7 rue
tan vieux paysan, un viex tigres # quel lion qui marrnvent ; expliqu auourd'hui les dipeches des Irolls l'orb.
'COtaudos voi.!. a la face et puis,c'est dans le jour un cadavre d'OJcsia reiauves A lacceptatioa pir enr d rcevoir dcs articles su-
,W, I la tIme chauve. hache etendu dans une mare de sang lAminral K ltchant. de la marine perieuts lt tiL, vari's, teli que
i personnel etait courbg e coagule. Russe, d'un commandemet dans les Chaises, uodines, harnais, col et
qit qu_ H s'.tait long emps Alfred Chatelain a mignilijuc- forces navales des Etats-Unis. Kolt- huile rFor hirnais, mttriaux voi-
t Cyble. Il y avail en lut ment recu ia mort, lui qui uo.as ap- chant sera detach co.ime Ch-t"ob- tures de toutes especes, emailles en
b ien d ddeet e d o pe Lons le pr nce da unesa e go- iservateur dans les forces navales tous genres, berceaux pour enfints,
Sautres hommesde sa naivienne. Am6:icaines eisera le bienvenu con- machines Singer man t peds,
mt'#manait de Jul. 11 etait' 11 devat la recevoir ainsi, carul:la me h6te sur le biteau Amiral de la v6locipkdes, lampes appliqne et or-
We doux. .\vec u..e voix defiiL tous les jours et il disait dans Flo L de I'Atlaotique. d.inairts, boujittes en ai6e eti mail-
et cas.6e il Uous disait une sort de Marseillaise Its, f:r A repasser, porte-manger.
BIy *" and Ia guerre, et Cesl IsMl I jesw. les tallas. PANts.-- Les AlltmanJs ont lanc Ges articles se vendent A des con-
"rO6 4e se falre caco, U ae la jaIais a'effraie une torte ottensive au nord de l-Ais- ditioas excelleutes. Accoturt vilteI!
Mitson et sea chiampsa fu '-sa 1a phalage q J ul [rate ne pendant la nuit dcrniere. Ouoi- -- --- -.-
tu, son prestige de rle~tlsoa ~a as rhal a-l. qu'ils aient employee, dans cette at-
tasre, l'autorits nora- Adieu, vicux camarade que je voIs taque, des troupes sp6ciales de cbwcc, MAISON
t hur lea gens de asa me sourire. Tu dors en .not come ils oat t repouss en laiant de Vict )r MangOftS
talent, dans le d6sarroj, dans un sarcophage antique. I irai cc nombteu mnores et bless6s derriere 93 Rue du Maagasin de M EtaA
SnAd comme chef da maun fl:urir de lauriers La U lan ,.'eu:. ,rrmaesa de *mater trds frais
i guerre, di3sit il, tout *omfe, de lauriers que le vQuirs Lehlromprins a aussi lanc6sestrou- Bis Royar L/unch
ioant. Jamais ilne corn cueiliir dans tes jardins palate cs i et pes de choc dans use puissante atta- B -a" Ryl Lunch
Ui qun reproche a re terai graver sur on marbre, cette e contie les li nes frangcises A SodatZephyreues.
B --oup e.jeq.es gena s ratriln tumulaire : ,rnay, so nord de ancy, mais elles Prunew dEnte par cue de
do2S-e scQn interven- iatorr hercam chalcas. fuIent repousses av de loordes i e t fe6anc de 5 IS.
111=... -, "" S"t-- -ALiBVIS r Pru, lg ,


r


EMINEW


P7 Jttillfbt lj"-' Jcllel ""17


"ABDIQUE"

l el est ie tite suggest sous le-
quel Monsieur ean Hennessy, dkpu-
e d. la Chiarcnte, a tait editer A la
L'baiale D--,on, une interersssante
,)taquteie qu il nous a tait I'h-nneur
ie nous expl'd;er. Monsieur lean
ti 11nessy n est pa.s uninconnu. C'et
ut qu, Jet :in client reclamait A la
Ch onbre,. Itlstitutioi d une pro-
zeduie pour que des sanctions effec-
tives, puissent c .e prises centre les
ot'fiiers suprieurs a )ntrairement
. ce que disait de lut un journal
tro idcur. le depute d-- l. Ch ireni e a
:ess.s d c're u.ie force d'avenir. Li
p-rt q a'il preitd aux travau% de la
hanmbie depuis les ,graiiJs evenc-
nents qui Jlt-t.ent I'l. iaop: en taiL
jnc tjrce pr.esetle CL qui agit. E:
tuis n a-t-i! p is clih tng ses v'temlen.ntS
le depute contre i'humnble cipate da
.ploaj Lt co 1n: lul nat-.-il pas ilt
e copJ d ICU :
L.- p-tzt livre q ril no a oltre au-
l-urd hai sc-t d u iiiterci. pirtaculier.
'e-t co. t. AlMis ic'es poagi int. Li
jentsce en Lst h L ut'2 et I ex..)ressiio
tellein mittc:nouvawte qje, si un jour,.
41 iomli. tiL sous les cux du K user,
ii lu Jdoatierait piut C're A refl&:hir
'.est tout simplterent 'hiastoire
I'une convcrs.atoa de Guillaum: II
tvec un anciei olticiet de si girde
u'il reuLcoatra ui jour qu'd traver-
sait piLd une parnie de- territories
tran us Jevastes par son arme.
-(-at es-tu viel.ard, lui dit l'Em-
percur.
-le ne suis pas un vieillard. |'ai
trenitc iis, je suis un ancien soldat
de votre garde.
Et comine le Kuser le pressait de
ques ions, un c-lair de lane raya sa
pupilie ct lui dit Regarde ce que
tu as failt de ino, rearde ce que tu
as fiti dc tcus les beaux leunt
homes de I'Allemagne. Ceux qui
ne sotl pas en:ore mort, sont sem-
olablcs t mno. Eux\ au-., tu les pren-
drais pour des vieux lous, nous
avonS tli1111 Jde l[ai il, in .s entants
sont morts, ina temine i est more de
loulcur. Garde tcs recompenses, tu
ae peux ien, 11n pour noi, ni pour
eux, ni pour aucun de nous *: abJi-
4ue P. EL tout le long du. monolo-
gue ce mot revient coinme un leit-
motio douloureux, corum e la yvox
laintaine et intermittente du re-
mnords. 11 tailt au K-iise I histoire de
routes les detaites de son armee, la
narration. dI tuuIes ses ,iluslons lau-
chees common t 1 I'A\ de ses soidats
eux-i nes, elt lui IJontre la res-
pons.bilate q'jal a pOse en tle de
crUni\crs. a DOSson IIus, tot seul es
responsab.e de tout le sang qua s'e-
pand par la large blessurc taste au
.aiur de I'hutm itnte. a. Lous nous
pensions ceque inoi j ose tedire .guer
re A 1-linpercurparcequ'iineveutpas
laire cesser la guerre abdique.
Et 1-Empeieur, nous dit auteur,
continue sa route, repetant : abdi-
que. Cette conversation est peut-4tre
apocryphe, m usitsele assemble A la
verite et est don.,. digae d'etre vraie.
Tout ce que "e soldat de la girde du
Kaiser lui reproche que de tois le
anonde enter ne le lul a-t-il pas re-
prochc. Cependant sa foi tenace dans
la puissance formidable de I'Allema-
gne n'en pas etO diminuee, et I'om-
bre d'aucun records n'a absorbed sa
conscience. II crolt encore que cette
guerre qu'll a voulu est fate pour
sauvegarder les interests, mieux que
cela, Ibonneur de son people et de
son empire. 11 se trompe, c'est vra.
mais il ne sen read pas compete si
bien quitl ne rAte jam nus l'occasion
Je clamer au moaLe que la cause de
'rAtlemagne, cest-A.-arc iLa ienn-
Iet I1 seule L'te -'




LBaTf___


C'est re'-"qoi. 1 me <:en b'c que
s il a oneg,\ une heur,, A bnhq.ier
il nr I i mj-,m is dlt et Cn Ile dir
peul-41tre 's,1. S tiert | nmptr.ale
ve s'y rt oudratn pas
le crois, pour ma part, que I'Em-
pereur a souri de I'ancien soldat de
sa garde qui luiconseillait d'abdiquer
rt qu'il est part sans rien dire eli
sAins fire un geste. .\ais qui done
pourra jamais savor les inqu6etudes.
es Iourmetis, peur-.tre aussi Ic-
remords, don't ce silence 6tait la di-
gue irruptible ?.. II vy quelque
chose d'aussi ettrayant que le silence
6ternel des spaces infinis, c'est ctlut
des hommes qui ont engage dans
de surhumaines entreprises, la desti-
nce de tout un people. .
L.L.
I

4 Prolds l'a sassimesi

Nous citiurerors 3apIrs-deinaiin 27
luillet la serie des Prottis d'as'a.s-
sines par celui (u (Gineral Oreste
Zimor, ancien lcrsidtnt de la KIpu-
blique, mnassacre dans les parsons de
la capital le 27 juillet li i l)u MA-
rIN du 28 juillet. nous txirayons ls
horribles deiai.s qui suivent.
a Voici dans quelles conditions a
etk trouvi le Ladavre du General
Oreste Zimor :
La tigure mkconnaissable por-
lait une plaie allieuse au-dt.isus de
'orcille gauche ( i'on \oyalt la
substance critbrile A trav.:rs un
4:Iatemei t dts us du cia e ; c'est
I orifice de ,otiie d'une bal'e qui a
penetrt par la rcLine du nmz.
a La machrire in eriturz est divi-
ske en dJeux per un instrument tran-
chant. au venire, icut pies de I om-
bilic, une autre p!aie par c u sort une
anseintestinale.Au crtuxdcl estornac
'orifice d'entiee d une balie doni Ic
traj't est .i peu pies vertical de b is
en haul. Le tralet de cette p'ate et dt
celle de la racine du nzf t it suppo
ser que I'ex-president e ait cou-he
,luan' il rfcut sets blessuies. Eantin.
une derniere plane A litinocne
thenar de la main droite don't It
pouce est comly et-ment desarticule
SEt c'est a ptu p:es le mnine u.,s-
pect horrible que piesen ten toutes
lrs victims d- ce massa re l.oui qu;
t mplit de sarg s athois de la teii- I
&onl. ,



Faits Divers '
--
RENSE 1 GNEMESN1'I S
METEORtOLO<.lQUE

OUSER.VATOIREL
DUL
SEMINAIIE COLLe.GE 4c
AINT-.M11.\ltrAL
Mardi 2i Juillet 1917


Ba rom~tre

'ITWpArfture

Mop


minimuru.


imezimurn 3,f. I
renne dim ne t26-9


Ciel nuageux A parlir de 9 heu-
tes a. Inn.
P.uie d'orage a sh 4orm.
Pluvic mette j j m. m.
laiomcire en hausse.
|. SCHERER

Tr'basal de Pai wrrliom ined
AduJinc' du 24 jullet 19-7
le tribunal picaoa sage a aix hI
to mirnuts souw la pisesdence da
juge Arthur St L#6 oyant pour i.-es
sur le supplat.t de jugc Ls LEm
Ciccu.
Attaires en'e-due,:
Entre A G Boco et Mme Can-
delon Rigaud. Me Tioutillt, poua
-- -- ----.- ....


lion rerrornelle der: parties, depens
e r v.*'s.
(t ut qui, enre I.on A, h;n,
)la;dart p r Me 1. It. Airthur. comrie
liargutai.c Simon plaidaut par Me
G&ln, ordonne la comparution des
parties: reserve les depens.
Celui entire Mne Elie Grant, plain -
lanr par Me Tiouillot con'r.- Cle-
nent l)uveii,,ei, condamnue ce dern'er
t piver la.- o nine de deux cil t.Jqua-
re vii w d x. huit gordes. sinsi de-
,ai et .4ux d6pens. ( debut )
Celui qui, ent e Virginie Francois
plaidant par Me Chs B. Claude, con-
ire Eugene Charles, plaidant par Me
Blain oidonne la comparution p.-r-
sonnelle des parties dtpensre6ervvs.
Celui qui, entre Fielx Painson
demandeui sur oapoation, plaidant
jar Me Cauvint ontre A Rousseau
temandeur au pi nci.dal pla.aait
)ar Me Ch B. Claude, ord)ane la
comparution personnelie des parties
teste v: les dedens.
Ctlui qui entie \Ille L. Mathieu
JimnAndetesse sur opposition, plai-
dani par Me I. B. Arthur contre les
consorts Merove, demandeurs au
principal, plaid.ant par Me Blain,
rtcott la demanderesse opposante au
jug:ment de dcfau* rendu contre.
cice. au lond, dit qu'elle ne do:t qie
:ent dix gourdes, lui accord la
tacultcu de payer cette valeur par
mensualites dc vingt gourdes; la
condainne aux dtp-n,
Ctlu qui. ei atI 11. Paitmli, p'ai-
dant par .1M Ci B Claude conte
Lucie Moliere. plaidant par Me F,
.Mlartinmz, condamne Paitlit comn-
mun quer sa qu:ttance d inpot lo-
call!, depetls reserves
Celul qu', entire Ci'ypso Bltaille,
pl.tianit par Me T ouitlo courie
)mne C Picrre p:o.eJ.tnt par eile-
mmenc, condamne la dime C Picire
a deguerpir de la iatton par elie
occupee dans u.i dztlat d,utmo ni-: .
payer la vdileit due dins quinz:
jours, la cond iinme aux dtpenC.
Celui qui, t re A h:imia Vie.lard
plaidant par Me E:n Toutilot co.ire
Mlurj, plaidant par lat,,, ordonae
La k.oinparua d.r perso~ine.Cti des par-i
ties, depend ric-.cve'.
Le siege-est icve a deux heures ,.

Oj d.inwatde
()a nous pric dedecrnaider le re-
tabussentent du Io it qu t tit situe'
sur le minliu 4dc i granue rigo'e dd
huimp de Mars ,t qui pern:ctltat de
pass r unineJi titeitl:it dtes envcVo- s
du Monument& lt.ssalinos aux 1 t-
bunes. Ce poiut dtiit uitle et dcpuis
qu'il i.'existe plus on est ob ige de be
livrer a. des tou s d.,d ese pour tri-
verser la lgole.

Convocation
Messieurs les avocats du Birreau
de Por!-au-Pr nre sont convoques A
Sex raordanatre le M.rcrrdi que l'o-i
comnp'ciAu I:r A. it prohain. a 11 h
du m tin .ju Platis de justice pour
*election du luionnier de l'ordre, du
Secretaire et dtsMembresdu Conseil
Por--au-Prince, le 2S juilllt 1917
Le Batonnier
MAIAHON

Sers' s dr It 11lici
La f'mille Po'ynice tait chanter
apies dtmain 27 luillet ur.e messe
de R'quicri en ni moire des regret:es
.\ in;tit.s, t :'z'r., cl MA ricec' l'ulvnice.
-Mldain-- Vve () este / tmor fAil
chanter A la Basnlque Notre-Damc
le mercrtdi i er Actt A b 1t2 hears
du martin ure messe solennele en
memoire lu general Oreste Zt amor,
ancien Presrdent de la Republique
Mad; me Vve Charles Germain
t it chanter A la chapel ede'O phrii
nat de la Madeleine, le 27 luilleu
courant dA b hemies dn man*.. unt
messe deRKeqiiem A la mnemone dt
son ntgrettle mai
Les parents et les .mis sont pri.,
Jei coisidetrer le present come in-
vi tato01.


Hoco aa u ses eorzsaa'% oUlth 01 qur'
dtfaut contic Mane R gaud Le mi- Urie mese tie R q-tif-m ser
ounal denne ddi..ut depc't dcs pji ie -te. en h. ch -p -iledu crlneuke
crs -srdonoie le j'ugcmtnt beia tendti e %Verd,-tdi 27 cutirant, .a 5 huew'
proch a te ntnea 1 it lumairlo. jIla mnuwoire de La
It-gtnimeas ,endii tari'jr, r'. iEn n ini. 4 bi'
( t ulLUI I Uutra E TvDc'moyo con- t.
Ire Etig GU etet, or-Jo'rre LA cotnpa-
rution pcnsonnelle dts pArtics, die- lrieI a maiim
penis reserves. Premier Lcu Comme it fail
C.elui qui, entire R iphael Azorit. orl maii, noire juii-.con1:t, -e, le
cootre lutes It-anruol. utid-iiae Iolr m, .
cognpaiullon peasounwe e tCS kj.itits Dtux:ultm Diet-ur. Pens, z Ai a son
&~peas ves-eivei. p1enimcr client qai vietit de mourir
Lelm qUI. eitre EdlJean conue 11 & ainvit* IOUs SCS amis & Ilenteire
I mA l Ps Di rdomasI& mpar!:.Mt-atfe


i s z,,c i Pt / q t i

La session i criminirile ouverte le
mardi 2j Iur', 6COWL'. a p-isIi I Ie
samtdi iii-jiul let Co-jr.,flt. Lea jour
de I'ouvrr' Ut'. noIIC %- rpithb(life
ShdO~ti .1d" (as~a III (61A

serinent cor ne ievozat dt ce bair-
reart. C! lat une rrnpciave Ccc,-
mnonte.
T c~z! atllres cri ninn Ice; tur nt
entendues, p rldan i iesqti, A eQ, Par-
quet et B- rttau eurent d so-ittn r de
gran les lut t~s lutes empreiflles
dt courtoiste.
A la teran' ture'des ~~le iug,
[%ven. G IF rJ R -1hIht), A* u n d I";-
CO ;rs de cicar ,tancet *1I- S rbsitim
N arcisse, aA fnOrn d U P Irkiu -1 eut Jd'.
mo's h~ureux en pirl ia d,! IA d.-
licate mission dii jury-
NI itleoir-i comp i nzents anx miein-
bres dui Tt abu i ul~rnour lea- / 'ej,Ieir
a:11 -Ile et leur d~voae'n n-it l an'i
qu auu d-sting'j~s mn.-mb.e. Jiu Par-
quet.

C! serait rnr qAilir A ui dev hir
si flou. ne sigritlruu pi-; I) cri tate
corre~Ae dui C4p'aine N I --'Fdak,
deIaG iil i'k r~n -rie. alnr qi11! --Ile
duLteni V-ntui, 1 j)IeL -ilv
Le calnt.Aine L.tarc-kAc t n v q te
ses co Iabvrt.u-.. a to ij'.uri Unl
m3 -nilI pja.r tou,;,-- Toutr en t i-
san! son devoir it a Pu p it so-i a:ntI-
bihit i-qut~ir [e~tl n- d- It pLpu-
Iritii S )lJ le-ur z,'.t iynn u4-intil-
taIr -, ,.es colliers dJIih(G'n Ja-tnm'rie
proIV Cit 4U ISi ') IA,_it i &-ri Ihjrn-
riis a in:i~Q li'.r- C) t don IJz
nos int-iie'urs I -:iictitwo .N~est-ce
p-as z,: s ~ e tptc evicil Adi-
ge.
l{~nvusA C_`ir c., q ii c:,, AC~








VIN GIRARD


S Plus iLIA' Troia Q9.
E1 .ltao celsitase sm.AUs 4-'!
6.% VEF59c1A V-DZLPIE AVA4T ..L P' S
A,. GIRARD, 4& R.ps d ~tam. POLS



IMoutvellelnt
daeL ebo (age

ARIIVAGFAiDL: 2j1U11.tET 1917
Vo,-iir M urii Heicen cjiialaie
Pr'.su,_)r, venant d,: kPort de-Paix
ch *r--mcntridivers.
Voihzer W)'avrance, c 'Piltirle J -irn
Louis, venAnt de Grand !1Luc:an, Lhar
gement divers.
Vo~lier S ~tnt-fean, c uzlitairie Ci-
chron. venmrctide Gr~amd.MaacAn cli~r
ge-mcnt divers.
Voilicr A-na, Capltai'1e R bec:a,
veriant des Ginaives churg nieat di-
veres.
Voilier Lina, capitaine Auitiairr,
venant de Cotail chtrgeument 103
sacs cI A


-li~igtifletitdivers
ivumci h lnm.&4.uI6e, capitamne S~an-;
ioi, vcuault d! C01a11 chargtniciii,
I1 Ve IS.I
Vo~lier Anna, Ci pitAine Annaction
einant dc'1 CI;ar ~CS chAigement 12

Voilier Siint BArth~iemy. capi-
tame SAM, vODADL do Pout Trou
dwagm-tdavis


LE LIrCN DFesk sirI

Elr VPIIIIe tiarfout- Ii n ii l ieZ
I.. l)0:Ar~al poo-.1(;Giti I.4


P~arini le~,artaO\ t itA! n*i l Mm wre: ai, pir h ;I %ORaa'


.1rap1p1Ii. co---', ITle ti -e if-Ii rovr
tilpe. H itisi hli poul chemi~e. b-au
flaflOL k noir pour ros'-. %igndi
blanc su~iirur, Kis. et th us-ie~trs
supt ricuit. pour han1r-s.fvilmes.
et CIidet'. ( II -mi.etf. s CO, 4;ino I(',I-
itu; O fe afri.e poul liomr,%rn~t h-n,-
ines., F V.' e par ati ir b-r'ne q ia-
li (-Ch rfl'%c% blanch s i t Lcu-
t f 1) 1'-.otc'i A I SIII.iI I, MI);
Ct dU, k 0,411S )..*gO.4lAe et Ser
gt~




A It- plati-ir 41 inaSormr n *tm*in
rebs -is ecliei.UIe do lart Ci.rtal t3t
de litt I'-ovi 4:0 ( uuell-) vitlit do rece
vE)15 par Ile deurmo'r bAteau, urn grand
am~oriirneit tde Chapeaux de Pa-
ranama Ades ita x &ti Os muLelt j.

Elf" RatBissi en s too k dots A eiflettes
44 catch l oi]rat.' nremlh Igr Ieaire.', 41t1illblairre
et cotnil--tr, de:. erijpi&eviieiiat'aatLulle.-.
et deiIICIICI, CouvetJ i-Is 1p.Iu.zsbldnis'
eL duLteS rat tideS Ut' thuju.
Vente en gros et en detaili.

G o I Iepc 8S

.N. Z. VUUvAeui,-.*rI liii, A an ef-
(Imii, flI4.)a ide. a' ki .~~r~t


Lui imi on L. V I I EE' UI I NX -
Abi iLIs, 101A1 ;t rvu I'za'JtsoriI-
fI'm -sulvduildeeig 4ebsutI&Ieurs
qu'eI!e mieten venie A dies prix defi-
aw i ute izicutaime11C
1Limidars, Subit lilt as, Comncha-At,

g&awaes,A A Iva,, S-~Iuaderes, Is Jill,-
chalts, Sports. 1AvizaciblveAExtra-
tBeev.S. 411lotSi._ I, R:1ii&, CL Ga-
dett!, ex etc


hII jue Inuis It!
vtIi..


stuck eat reiiou-


P~aiinamaRilaroad
Steamishiip. 4 ofsp:0.y
Le ~s:c;,m v All ni~a passeraia
SitalaiCell 101.ic puti New Yoik,
leI utidi 30) Pulliet courant. La
tGo1ip4gilie Nautionale ies Ce- a
mnians de fer ci' haiti tera Un I rain)
ex press qut laissera Poiri-au- Pria.-
ce eta iemips utile piur le tranaa-
port de Iti aialie-, des p'tissager-s el
dJu fuei, destiffes allIl-,vird,e
l,'ullancaa eaaa it iw Yolk le

i'e.)ri-,tu -[t" i eP.le 23 Jui I l~et 1917
E~ J. LIND,'igent,


/


II e st prouv i u & i
COMPOSE .qua~clh
cl ( ii or,, de I accoucherjI
i t 1 ) 1 1 ; 1 c r a i n d r e 1l j
idraiire li ni:a!aist-, de la pAm"
1 -t r t 2t I a ,: t pnm, Lte ent aIIIf

f. aliltia. ', I'ut r me t tagnu
r rIth 1le urrifle lit pq
lL A le ICI Cllal~ aa inte
'It wrde t lit.e.,kn
En ~~.e.11da',outes lee pba
la tIa "I~e ~~cU grost, sun

-I!'t t de warde r le ait. o ia
.M d ve ite du r.J.H.Ly



pet le Ait ue e b
plaiesRluicic&


Ddt', blusbures osi des -or
TID N pjOAaqt.ez a~r clwMi
It1.11 Lt;1, -n, Maimard qui ea d
t4utlta hi epharmacaies et dam In
prainciap.ux magasans CeM CM
puret,- absolu-. remarquabdeiN
antiseptique. et pr(xluat dew mi
veaies de gu~n~nn. kar sonwo
on a-t.e 1i Icirculation cdu Sing
on r, ta-bit la vatatatt- dana bsSM
t 4n awa a tit ne rapade guar1UM
,,, t~tcca.e pas- Iernplot en eg C
mn,doI, ;.ropre, et tri bOU ZiMFC
P ISi on rai'glige les ppiM tilpS~
r, u t,-ur desditsordres aerieuet~
emnpoasunnements du saw.I
prudent d'avoir sous III Mis
byouteatle de Liniment Minud.
Minard's Linimeut MWgC&.
Fraouimgkham, MAO&-. aO U1 i r)111


Frank J. MARTIN .,
I l Repristcunt powB i

139 IHue du People
PORT-AU-PRINCg


IV. A. Iis s
(U.it* ha.ilhaiiai) ;
RL L DU QUA- 4'
Port-au-Prince
Achats de Caf ( tribe *
quell ),


(omrn .t!dez ilirectetnent ux AMaw-O3ct



aInlernalong Resident BOUyeS
331 siomieSquare' Nil% YO;A S x
VIOUS mellf vait en als-por)'I awec I#-Si ,1aj~jj'u/aLLIires
qutille laign ete c/c i'hapt Iuses powetuaaille-F

k#..j (4Plit isles ce'nddiorns. IEcs to ee it fwa7irS"1114 des rifdi


Laboratoirc V~r

Pi#p~rativu de to.1es siipoule.4 Wid-r pillge

'2M DA ILt 98 D'APC.IGNT A 01'XiPOA'tTI(N D19BRUZIWAB
LeAiPIde ii Weque de ier bl'(Pe
l~mudo er ue ousem1)Ioyuns Oa OwSoign
large, au del& de Il~le de Is Gvn*v*,.NoDL'* fpiptblow
wasV-a 1*1 kOb6-VV#Ivn9Omnjildieiplimb qtnflO' R ac' sr WO
Llemu de ner injectable doit ftre de fabrication dcentC e comm8 r a
raptuu'iqt-b. DC nombrtusft atteaatwma nous prtuD~ o cut
daunt tous ls rtsua~ts es P.&"
S PJB1ALiIE:Setam n vrOStb*WfluI'
Go u a rfut~ulaaaslee 6cbw~g *9StftDOW,
p Iafltl1.A 5' a ~uyrvsho9PaA