<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02872
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 14, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02872

Full Text







o1ent.MAGLOIRE



POIRT AUl PRINCE


0I ppIABTEMERNIB


roo gTALANGKB


uvmzz cA vGuuzs


S


0; N.m
* 5.00

G L
6.00

0 8.0


W)I


Quotidien


g 14APRINVCZ (Eil


Lead 141. 1q 17


REDACTION A&MINISTRATION
&We 6don Ruess frou 8Ailek

Lo sanuosm seatmpa~us
?umuA-rmW-m~mesbw ama do lowed
A ]aaau: dm aL~aes & Ck V, ResTaeaftu
a Loumas cm: hL.Maromush CO, sq. sstag
Ladgate EU
A umw-Toma miweml Pubkity Company 45 Wes
54 th SMIl
Lw m iniuks Iaabrs e no ammus and

dboom"S5 & .555.5 'emsguyablas aviw.


I& France de-

pour la Victoire

droit.

du President de la
des membres du gou-
etdu corps diplomatique,
iukemment A Paris, dans
ampbh beAtre de laSorbon
p imposante manifestation
orpgaise par la F'ddra-
iAociations fran aises, on
taits des opinions, des
des conditions les plus
lireot tour a tour la pa-
lahl iDeschanel. pr4siden
Chambre des Dtputes. qui
Ia cirtmonie, a caractkrise
Wrmew I'union indissoluble
isFrancais devant I'agres
e.

treoteet un mois de la
dea guerres la Franse
moaue au premier jour. Le
ulnartd a fait ce miracle.
irni lis n'ont qu une pen
Ie pusion chasser I'en-
LGs pai allernade ne se-
trtve grosae de guerres
S& ons arre ons la lu te
nam fils seraient obhg6s
xpudre domain.
pulqoes semaines, un de
irons envalies, M. Da
renant a la Chambre an
anset demi, nous di
hb seafront cruellenient la-
| lear ime et dans leur
Asobiseent de dures hnmi
ils oe mnngent pas ; mais,
ialbhr, ils vous crient: cSur
pideGpaix prematuree, pas
ipritclire, pas de paix alle
!Ullya quelques jours, M.
aoaateur d- Nord, rapatrid
btf, tenait au l.uxembourg
IhnMgage Nous qui somnmes
WOa d" combats, serions-
"m fearmes, mos sendurants
SC~ cri magnitique de nos
Ilnmi4, la France l'entend
1l0pb haineaux lea plus
1 attrre fran':aise partout,
Imie ux Alpes. de l'Ocba,
0 tumble de colere, de
toucplpns A l'heure la plus
6l 0t les temps. Cette
uK mla grande des guer-
I N le ent par l'tendue
.de taille la puiesan-
,ti le nombre des
It d" uples, quatorse
al ig millions d'hommeso
dan I'horreur,- mais
W tout le Patrimoine moral
it6 S'y joue. Ce nest plus
etre deu. parties, deux ci-
" -'Hie014 et la Perse,
SCarthage; c'e-t la lut e en-
et lInite, entire I'ton
&PTrjure, entire le droit e
seT' on jeu, c'est la
i .erselle.
legne 8s'tait portde garan-
dodWansc et de ia neu
dlelgi ; elle a somme
*aDer la ti'livrer passage
IS ralce ; Ia Bel-
eLI AlIaqgne la 6gor
ae. A mmais, deviant
sivat eu et devan,
et co rte du sang
iS1110 Ie. Si an te
n ien r. lhumanite
O'- raien t"us do valour.
a suraiet plus dae d-
hI& n asce qui deja
utrl Toutl effort
e ,*IPuia qu'il y a
St" o_1. La patte
pi la plus algue
n el cauchemar
7to,a.out ca qu a
_ue d piee preu.

P I r'emire
a- Mas quaoll


sur la France, sur la ielgique. sur
I'Angleterre, sur la Iussie, sur l'ita
lie. sur le Japon Elle saisit les cho-
sea, elle e connait pas les homes,
elle ignore les ames, et elle veut les
conduirel Lee Allemands disent.
eNos ennemis veulent nous an6an
tirs. Mot vide de sens On n'anantit
as une na ion de 7J millions d'ha
itants I Et j'imagine que, lorsqu'on
parle de add ruire le militarisme
prussien, on ne se ltatte pas d-o
changer le caracthre de la 'russe.
La Prusse eat un 4tat militaire et ne
saurait 6tre autre chose. Si elle n'a-
vai' pas 6t6 cela. elle ne serait pas.
Et il faudrait renverser aussi I'iu-
manitd, I'6cole, Is chaire allemnandes
car I'armne n'en est que le prolon-
gement.
eNon! nous ne poursuivons pas
des climnres ; nous ne voulons em
pitcher personne de vivre. Nous
voulons que lea peoples puissent
respirer et travailler en paix, dans
l'indtptenlance et la dignit.
Et M. Ernest Lavisse. de I'Acade-
intc franQist. en un raccourci sal-
sissant, dit pourquoi la France ne
saurait accepted une paix qui n'assure-
rait pas la victoire des Allies.
eFrancais, nous avons le choix
entire deux cvenirs.
*L'aventr, si nous renonCons A la
victoire .
eC2 seia non paa une paix, mais
une treve. Ce aera la permanent
inqui6tude du lendemain. la conti-
nua'ion du regime dpuisant de la
paix.armie avec tes armements a
outrance, I'impossibilit6 de suppor-
ter ces charges ajout6es A cells de
la guerre, la reprise du travail pa-
ralyse. Et la guerre aura laisse
dans nos esprits un malaise, d a-
mers sentiments et des colbres ; la
paix intdrieure sera menace peut-
o4re.
*L'avenir, si nous persevyrons
dans la lutte lusqu'Ia la victoire :
aCe sera la paix qui rdduira I'AI-
lemagne, non pas a l'inpossibilite
de vivre. mais a l'impossibilit6 de
nuire. Ce sera 1l'tablissement en
Europe et dans le monde d'un re-
gime qui empechera le retour de
catastrophes comme celle qui, au-
jourd'hui, aftlige l'humani't enti re.
Ce sera la libert6 de respirer, la sa-
curi 6 du lendernain, I'alerte reprise
du travail et la prompted reparation
des raines. Ce scra I'honneur et la
liert6 d'avoir vaincu pour une cause
just et sainte, et ccmme nous au-
rons ensemble lut', peina, souffert,
respect 6 des opinions et des croyan
ces, la frateriit6 civique perp6tuera
la traternit6 des champs de bataille.
aEntie Pun et l'autre avenir, un
Francais ne peut hbsiter.


Messieurs Oloffson,
Lucas & Co
Ont l'honneur d'informer leur
aimable clientele qu'A partir d, 15
du courant, leur magasin sera ferm*
tous les jours A j heures 1/2 de
l' pr6s-midi. Par centre ils ne terme-
r nt p.s de midi A 2 heures.


A vis important
fe soussign6, mandataire de Ma-
dame Marie Genevitve Charles Val-
lais dite Clorinde, invite les occu-
pants des habitations Nicolas et
Douyon, section Crtte-BrOl6e en
cette commune, a quelque titre que
ce soit, A venir presenter leurs tires
et pieces dans un d6lai d'un mo ,
A p.rtir de cette date au plus tard.
A Me Lon Charles, notaire A cette
residence, ce, sous routes rt seves
Tout retard, restera A la change
de ceux qui negligeront d'obtir au
present avis.
Mirebalas,8 ma 917
Goo e osQUET


s

n
in
6
r
d
L

d
L
v
kw
p
a


15 Mai Bar islersaiioall
Pemasie de lamille
.. --oo-- DirigA par MAil MMarguerit Obas
Demain eat le deuxiAme anniver- Ce nouvel tablissement qui vient
Raire de la peteidence de Mr Sudre de s'ouvrir a la maidon du Dr Sa-
Dartiguenave Cette da e e ait fette vain. Rouie priv~e du Dr Audain, est
autrefois avec 'e plus grand eclat. certainement le rendez voas le plus
C'es, Cincnmnatus I econte qui sup splendid des amateurs.
prima le pro ocolpi extravagant et Oa y trouvera des consommations
avec la grandit .inplici 6 qu'on lui de premier choix. des repair sur com-
connaissait ferm i cojour l-, salons made, consomme chaque soir apres
pr6sidentiels anx rvonratuilations et la termetuie des cindmas.Les diman-
aux visits intermrlables. it il avast ches et lundis, galantine et hure de
bien raison.
Doemain done comnmencera la troi- porch. .
',.nlin adnno ne lrtaidonera't Mrir Service irrepro:h ble, cuisine sa-
sw~e nn~ d D- ,-.--.-.-. de-- Mr


lartiguenave. Nou.s lui souhaiton?,
a cette occasion la plus grande
somrnme possible d( courage, d'obs'i
nation et de resistance pour con-
server a notre malhteuieux pays les
privileges qui constituent mnalgre
tout la souve:'ainiet des epeuples
tristes..



Faits Divers


RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUE.S

OBSERVATOIRE
DI"
Sr.MINAIlfE COLLEGE
SAINT-MARTIAL
Dimaache 13 Mai 1917


Paromr6tr

Temp6rature


maxim t:m 30,1


Moyenne diurne '2t,:i


Ciel plus ou moins couvert.
ULn peu de pluie de bon matin.
Temps de Nord.
Temperature elevde pendant la
nult.
Baiometre Igemrement en baisse.
I. SCHERER

Le Mosilear
Le journal otticiel public les pi:-
ces suivantes:
Resolution.
Circulaite du Secr6taire d'Etat
de la Justice aux commissaires du
Gouvernement pres les tribunaux
civils de la R6publique.
Sknat.- Seances des 17 et 24
Avril 1917.
Arrate de douzikme des d6pen-
ses du moisde mai 1917.

Note de la Rtdaction
Nous avons pour devoir d'infor-
mer que le compte-rendu du baptd-
me dvangdlique public dans notre
edition de samedi wrest pas de notre
redaction. IA rubrique TaIBUNE a
6td oublide par erreur.

La seirne ismasrale de I'tIvre
Uaiutiee de Ceaservatios
La f6te donnee & Parisiana le 12
do ce mois eut un succhs complete.
Le Dr leannot en exposant son mou-
vre a dit au public lea parties de o
ion programme d6jn r6alis6o et le I
plan actuellement en execution.
Dea vues panoramiques des fer-
mea-dcoles de Ia Soci6td et de es
exploitation agricoles ont 616 ofler-
A & I'assistance. Uo chant patrioti-
lue compon pour les formes-6co-
ea, a terendu par Candio. Le tout v
rut aalu6 par des applaudisementa I
ion mnriea. a
La fte fat cl6tur e par one pi6ce
le theatre qu'interpr6t6rent avec 1
rt, l'artiste Goldmann et se sa-I J
lairs.


van'e -on paile i' ingl-is.
C'est la mason idJale pour les vo-
yageurs qui d sirent une bonne pen-
sion de tamille ou 'on trouve tous
les elements du contort moderne.
Cia -'ari vi s
Le beau programme execut6 A la
soirte d'hier ftu appliudi avec un
bel enthousiasme.
A signiler surtoJt le succcs obte-
nu par L.i Resurrection de Nick
\VWinter v et g Le Miracle des Roses
redonne pour la derniere fois.
Clatma-Parisiama
l'ncore une tois les places ne suf-
tirent ps .A la toule qui envahit
hier soir le rez de chaus;ee, les tau-
teuils de balcon et les loges du
th6ltre Parisiana.
On compreni quel succes eurent
ainsi les 17eme, x8me et 19me epi-
sodes des Mysitres de New-York.
Eiporlaliem de sos dearies
Nous attirons attention des auto-
rites comp6tentes sur le tralic qui
se fait de nos principles denrdse.
I.f question a son i importance.
Nous y reviendrons.
Pour emptcher on accident
On devrait boucher le trou laiss4
A l'angle des rues du Champ de
Mars et du Centre. Ceci pour em-
pecher un accident qui pout Etre
trWs grave.
Rfeleties des rues
Le beau travail entrepris devant
la Basilique Notre-Dame vient d'6tre
livrt. La Compagnie a entamd la
r6tection de la portion de voice pu-
blique comprise entire le Presbyttre
et la Basilique.
On devrai: penser i betonner ega-
lement toute la place qui se trouve
au sud de cette important Eglise.
Avis impertaot
L'Administration Communaleayant
remarqu6 que lea consomma'ions
telles que : le caf6, le thd distribuds
par lea particuliers aux pauvres et
aux intirmes, aux abords des Eglih-
sea, des Cimetidres e autres 6tablis-
sements publics contribuent princi
palement a lea attirer on ces lieux et
y provoquent des scenes repr6hen-
sibles,. invite tous ceux qui se livrent
A cette pratique reconnue condam- d
unable par ces d6plorables eflets, A c
ne plus la continue. a
Tous ceux qui seront surprise en
contravention aux dispositions du c
present avis, seront appr6hendd6s
par lee agents de la Gendarmerie et
d6fdrds A la Justice. P
IDt" tI
Nous enregistrons avec regret la
mort de Aribur Lovelace, rre de d
notre regrett6 Ernesto Lovelace, de. s.
c6de ce martin, Ai lAge de j9 ans. Leas
funarailles auront lieu cet apr6s-midi
Maison mortuaire : angle des rues
des Miracles et R6publiaine d'ou
part ra le convoi pour se rendre A la i
Basilique Notre Dame. 1
Nos condoltances aux families 0
dprouvtes. U


Neevelle A la Ias a
On o'est pea ,oujours U1til. En
voyant passer bier au Cbajp de di
ars une femme asaez Ag6e, X... n
ia6cria:
Parions baa, cotte vieillo dame t
aous eantnd... la
Comment Qa? de
O- Ou, lW amres oat des oreille I o0


Rdpublique
de Liberia
PAR SA.\ i-.
L'ne deplche d) \Vashlington an-
nonce que le Liberia a roinpu le%
relations diplomatiques avec I'Alle-
inagne.
Le fait important .i retenir c'est
.tlie les cAbles sous marines les plus
irnportants passent par Liberia.

Les Allies
aur Etats-Unis
IP'r sans fil
NEw Y, lik.- Aprrs dea \ lours de
fte en leur honnteur, I inartchal
Jotire et son ttatt -major out laisst
New York pour visiter It camp de
I'armne des Etats Unis. JolTre a quittO
ce Inatini pour une inspection otti-
cielle a iEcole iiiihtaire ie \\est
Pont.
l.e but du voyage, tIe la mniision
italienre aux Etats I(nis don't la moi-
tiO des iniemibres test d'j arrivee a
New-York n et pa s Id s'assurer Jo
I'argent rn de provision is,dit le coimte
Celleri.
C'est plut6t pour s'assurer du
cliarbon et des mnovena de e traiis-
porter.

Une Missiont antm
ricaine et itussie

PARSANS P I
\.As.ivN.r(i.. Le Secretaire de
la Guerre a lait la declaration sui-
vante en concernant I'envoi en flus-
sie du general Scott, Chef d'E'at-
major :
c Le general Scott chef de I'armne,
par coiusquent l'oflicier supnrieur
de notre organisation mnilitaire part
en iussie alin que le people russe
puisse dduimre de la dignity da sa
charge, la cordialitt de notre mis-
sion. Pendant son abseuce le g6ne-
ral Bliss occupera sa place et a son
retour le general Scott reprendra
ses functions de Cthf d Etat-major.
Le ;Departeiaent des Relations
Extcrieures a d6signo cet aprts nidi
les mnembres de la commission di-
plomatique .en Rlussie. Lacommissiorn
sera preside par le major general
Scott, chef d'6tat 'nejor de I'armn6e.

2 oujours le paper
timbre


Cher Monsieur Magloire,
Nous profitons des bonnes dispo-
si ions de M. Furcy ChItelain, Sta
crdtaire d'Etat de la justice qui vient
de faire rappeler aux commissaires
du Gouvernement, dans les colon-
ies du a MONITEUR de samedi, 12
Mai courant a qu'ils oat A veiller A
ce que les gretfiers rendent un comp.
te exact des amnenJes proaonc6es
par les tribunaux de police correc-
tonnelle, ce, d'apr6s une d6peche de
on coll6gue de l'Inttrieur, pour lui
fire i notre tour de s'occuper tris
rieusement de la question de paper
imbri que ddbite administration
upnrieure.
Monsieur ChAtelain doit aussi si.
aaler A son collgue des Finances,
omme de loi, la tr6s mauvaise qua-
t& de ce paper timbre qui fait ba-
Din 4 tout I monde.
DijA, a LE NOUVELLisrE du ter
ar-, a La MATIN duo 6 Mar,*
L'Esso a du A8 Avril et LA. Ri-
3LIQUs a du a21 Avril out reclam6
e qui de droit. que l'on tour-
isse au public une meilleure quali-
de ce paper tr6s n6cessaire dans
Svie d'un people, car il y a lieu
e craindre que dans o10 ou o anm,
n ne troupe plus trace des actes l


UIRMOL


r _-__~.~ __ __~~- --


f


--


I


i






LE MtTIN


I-Etat civil de nos entants. Rappelez- la bonne toi et le patriotisme dAns' Vcilier C-Afida. capit~aine Ali.'-s, *hoflathe r
vous aussi, Cher Directeur, clue les le regl~merit de la chose public msei.t venant de Grandi Golve sur lest. 0 fPlum raj
atsnotariks s tappelds Adurer Nos ireprtsentaflts meriteront sire Voilier iiy-rish. capitaine Lebrurnn ontrs Desye p
plus de 5o ans.I ment la goire, nous, le souhaitons venant de Gra ~de-Saline charge- leeWrs fes
Si les Secr~taires d'Etat de la jus-,d'avoir concili noire ~iat A la situa- ruent sel marin. dou'Ame' run a m
tice et des Finances sont absorlb~i ion actuelle et d'avoir sarbement d"s
par I~i Politiq*ue, Icurs chefs de Divi- sauv6 le I'ays de tout danger. 10 -
soccueper. its ourrient dobie l n Notre sieCt et yO mitrospour .o e eL g er ~m
son repecli11 pourrien rit bi eri s'renque nous cen parlio 1 vamtage,09iasC o e elg e r
disparaltre imm~diatement cette nous rtservons de le ,tireit d'autre -
mauvaise quality de paper pour en, occasion. Faisons plul~t remarquer QI Se n e olages ph voua fotiaouffrir.n
donner de V1`21 paper A filagrammne 'qu*A c6t: de tout changement, le WASHINGTOV. fIt sembet qne le etwoo'im ir.
comme autretols. sytt.me de c~lkbf Aion de la fete nA- clnlIooeete I division tante par lapplicatim on nLhisment
1AyhMinard d aprtes lee directions. Vmwa
Veuillez noas v.)us en supplt'ns, tionale-delI'Agriculture n'a pas chan- de volont~ires iroait .tpr~i tout A trouverez ce nierveilleux liniment,
donner publicit.. a ictttl2 nr~te ctre~-lg., et cque nous 4eprouvarls un d. guerre. Le parlemcrit aprci avoii d'un velouti admirable dans toutes
lei. pharmacies et dana les princi.
cevc', cher Mlorsi.'ur Magloire, lei' boolteur de constiter clue le Magis- suppriime le voteded4la~ mesUre qiui paux miagasins. 11 soulage. rafraj-
reeiimets.ntip c atcmmMa i onies -M aulrdlt perms au d~pirt_-ment de LA chit. ri tache pas. If est dune
Vosrieiet ~ IL~AonN1iS D'. Lie1I oc E communal dacc..lve, Maneflicacittc ab,-4)ue .l cause de aes
VO VE'- AIN~s v I% 34 ) S~eur Robrt hibaud. 6pos j, laguerre dac trcette oltre a chin- iet-t-antiiseptiquesetcuratives.
C~iuse de ses administr.~s, a conserve g d'avts 11 vient de renv ver 'au 'Qce~treu mmda-pu
pcndnt es e~a an~eslescouu~I~bJ5al mildl- ~de dLuukur aux extri-mit~s p~dales.
pcndnt es d~ixann~ 1-s cotu-de~bitsit bll e cosciiq i. Ne con,idtcrez pas le nomnbre de
mes avec les.quellt- lafLte agricole taire avec instruc'ioa d vte u- vus yains efforts qui ant pr6cfi&;
(.uis~o ( la jitoujuurs ~eW celkbree. Sii.x de- 1:OPO*iL1oflperin.twta I acceptation assur z vous que vous avez l ii
:ic.st.onILsi(fit .1air u el L ~ ojs~tmert Minard, car rien ne maurait le Q Ue prend donc cette bge lawj
Iiastrc (l'S 1i T a 10:1 -rIe.s zitci'altions du capitaineliastnan, ~U iiindlion d~hom i l!ic d.,:d iMplacr. LsowMfg. Co.n d
;,1id de occupationi 1aul Gonaiv,!s. IIpa.,uiLioa I eritit~re.1-2-i 1-;tt'-L I,-;Framinchws iom~m. t.tUs tbdiAammigoo OMPOSFMITE'~ft,'1
pubtl)eCs S-iis f(ire une &Iet~i e exigdre, it a seroi; rl,.1uisitionn~i au Pa~r lixti r.RQOI
pened i donner A-01.1* Ia popu~atio: p.11!e president ittynjarmieflt aux I Pirce EPIl eC Ic Cpo j ..Miuh
Cosiiln u ltdfrcut nn I E pi 1t e .mfaurie d
A la sl,nce d'.iu~oui.PHui A31.1par une rtjouisi ance po,)ulaire. boc- peszltinsdubil rcut mii &J (0111 ang~e d
Ic lutl kin~ina R 1oitu~ su ;i- ur du bureau de rectute-neolL du l IiNA R K)flriatte:,i m
Secritailre d'Itat des Tig,'au% L's r.a':ti ptu ut im~ r d ainci oration LId'enarement d.. coinmrce vAlue a Sil. ~i .forte.; t ois
lou li osr esi~'m~s u~sio:,~ ~o mrus at lt cc quil'c e hifre le nom'ur-- dqtrnmes en- 411f.le ;;';.j.rMlle
au\queIlus iWav~IiL:rp. i e:Cfloie bi~n rlonoatlant. c-e .at re Iles sd 2 t A o ; ans. ac u leFL ilfelnin1lv. ellg bi-t ajj
de ~ ~ t Ieo: c* se i e. A aa-~u pouir leIaitie A enta. 'nt" ux I tis- 'i:*S ( shol lo. I i,(,tt 2
1-t* Mgol_, ie _u.cuuliezctn cs it oc Lions cde i .1'!p s-deutit\Vkon a ii ie it eu 4o 395ev11fl
hienneM.'glor.~. U- I- ;I' );nLrUle. 5011ja ppropri itloati nilitairc '. cit .'j1+ tie~
fAite est de la J-US g ..wdeL' C ii~poU- SCar ksiLS serves de s n a a i-e d las iIc biil 70 l tavoir ia es
lance. Iration it a Jnti Ad 1.1 popuIAmoi0II Y A u.1C t:, VIo .gmc1raOJC -A U lllC.''~r ~(tI ekr
I Igens &ti c~ bi 6 ne i.ts du -
Le .cqU'll Iul doIt 1140 )3J: I atenIon 1it lc're a,
e ab nc~eiaiancte c4.iflne diau.xlmurl inent de Ih .Marine, q'ae I,- ',zcet~airc 'fit''- -t .1 1r d *ie wgnirale. ra
Au ito I17yfbP11 m11lor-ale puo uque LbIT. L- a) JP~~iw.1 Afl LI 11~ Itl la, ":"t, iI\de,;lgPhrs
A Xi N d iI )tasI o~ a tric A2 on. ultt ,liti't tXe ueIdmond Magiqlk
J-..icua ~doait en b.nc.ticier. Libre!, lars, une cotistrun-oui d.: 0flz2 tges IiiC i'lOXI~ic lgW). l
Monseur e [):~ :r, ~~ ~ ~ tI sr etraitt de I[Arhm~n lln Ii c! 1.h Il NAri\s ~vente en gros, *ea..m w
Moseu eC! I!Clt tuxqiti c d ';aIitot pa-; e-Ouric.u ..esai~katn .
\eull"/ ati P I~it~iLiu Lii~tr -S*.d ser J. M:I l'ai.s A impti-. RAFAEL FL6]R-vZ ..
Veiauatie ateio ( l eCol1:.I g1ac:eu.1 nel i vt- POr Iii '(EtgC de *sion dtpir~ aCnerlt. u' l ri2 Avenue 3oQIMBrowa
vie 'Ij-4iee soir Lit Va.1t, lg it .iv usigaiuen.itt VC ~ru ,oed )wl[:i acmI,.'' i r Halti de ruitsft
atteniant,.e 0-A FEWt- lede %It-* 4 Iil, 11!, Ii'Par !e MJil~itr I _;ummun ziI c lailfl'SSIo~l d~l Sun i t jreta de %all C -r .1.D
Roin X, Iatitielle a (*(- a rantI~t. i :iw*' il,.- uuveOc pfbl.quctionnfer Ic b.1 d I t t uaon wt: U,e 0 %i ~. iD.1..De
puis quelques se nuities tii iivt~ au~and c ai u~~d Y l~i Ucctte di p .)S'1IJ11 1.1 E.:: U..>A.
table~\'.I.. 'iilti'.I P~PulJi1t -,,1 C IIeSIjjl luIc :I CI S%:%-.- V., i ~rbLEA
(.ouipaits~ ~'re~.~rwg ou de tortunc. toue ii 1A' P.- . *. ?A.
Compalli bu Lopoa ia.ivlper. t %on r~gulIe:e. iltne Ett a p.s A% r1 b~'~ L JL. NCi-V Fell
COric'Mir,4 110"i, buirt. Iiiettr-lit: ;'I: aCt 11 a honorable twient fai bn r vl u president, cornime levtu I 4 NIA' FIrRA~t AILLICUR
eat dt' (ioi' bt', dtiont :e 1,1t: --w it lcpublic Coj-a*iveii lIc otnais- cat gtIn:t'jaIviltuvur sMp IAflI -4r L
.lite tt re Li'lc'.; g~ha l'ottaillo 11 41111 h; 1Ll lscit. 4*. il .n7",Erug 'm Anrior.zV
ieceve z ALa lva I e I es % r ..t t- sta. iIe'leACl[VniLliusqu a rXC JI 71 P au public tcI us
fiielit,3 (h ill cinmrunD 0h 1 sr cmpe u "-V'UEL doF&itr~.-Ct .~breu ie clhenile rquit Vict de
k s e wi co-scr. r t uc m Ue Cnt I*~ ~~s ~trer son atelier, A laG
A u W L IPu i d e h u e d i lf- i n .,l c l i g i r r ~ u j u e n e~* .. ~ .~N o 1 7 9 C da n s l a n ia is o n o i di
,.I ContiAl.../e L 5:1 5VMfl1AL111.. NL%-YOIZK RoseVCr. est le scul .Ilih Ue.IM&ian~l Iauparavant.
jiCt, Cl, tesbe.. LCU.Jp t 14, S1 dait S 1Jornmie don-, le Kiiser it- peur Iadt- I s.O (rile'd&clawre nilpir.
T ntips pAsse~s il etaiu ppele 4 p.r. re lA oli: L. S1i'liv n. ties Ot'c: e Id
~1b ~ t zci:... i:.~ a~i'~s U~l.4u.i.S,1 IUU~ LON a~o> ;-1-e6111teral Nlau ~e a ou-icc c~l~hct ~ (l llad
te~o~ oi~.~lUS dC tOtAL la b, cn ", rt une of1.ts;.,e tn .\Lsjpatarznie. Iri~ I.U i td~ .Ii /-,1#w'0i O., -ch fi'1 voluae du
GG i*U-l et.Stcap..ble de &i..Ali-, ~itr rso ze_ troupes a n il I c ec~ni Ii21~ u 1ntsita e~etput, A,ti iadicr1e2awnsrt~d
j iL~I~lCAL~ C'ICP~~LC Ac6I ~ LS 1 rcs dt Un ~pj)Otou iitie ires Iivoc jattli ie
ILI Aclb' d o~u- e-; l litdnape asi lef d
o fai r p bUhL C I ks u di .n in ( U : po uitrt1,a-,inonce q it.ue 15C1on es m p o ite ac ,) J ell 1 Varct iAnii
LIriaugurca~t dncin u Curkema cllquc 'rab edel6 ia zill~esI aaaunt rde oul'a-- IV iisky Ebureaux

11Iist (St 7'%lent Clue *h;-uii J,1 ji-. i ws avons repioduit Sul le Nuu- I[ennemi jusu'au Fled du Dje bell-I
n~es beaucoup de ch ~,on:,:1v.al ~du 1cudi :29 AV~ilderuier IliAraMia. Allit's Eimp)ortan t Par le dernijer steamer,
dans le pay-- qu'cii nieme: -i e ILbcj LrLce et la giwt~,Ia p04 I nerd (i-ir river les marques
bcaucoL'p de Friinci1"_s 6culiirks 0,11 f s*cst avt~callue,,- apprkci~es
Oil iuppriit-'Ls et que, d-.uires av i, aie I univlliente iIj~Z~Ae &C-11.1 -' l' i~,~ ous !es occupants A [halbiaticn IPo pI oish Liqueur
Gilt Vari6 au bI~ndiz d~unte adtninns- i Ajolls~trat Lommunal. Le lendern .in,' u~k~1jr JGasJtviel 311-I 'E. 4lousquets, i&e ct 2me cctilon IL'-
tration nutl.irnios~e p rI.O-! %.1LISlillUIILbAIL cc0uturn'(.s d1.1oo,-)urtLt jcc atede a Veicru
cuPlltiofl amrnicain-. qui suit 110." 1Ic .1: cu tout son l uc&. Ap es ic be cOIIIoa Ste'a
sncn~~~~~es ~el*I I&jIL Ini~rcs. .A quelque tlre que cceoit, E eneohzS nt Vi~
icisavcc Ia pensce dc nous aidcr a Ii D-.un ,n signe (1'act!Li Svn ollBrsont inlt~sin~ fdisllflctrnent, A veniriEnDventcliez: i
dans I'aCL0MnpIItSernnItA dL toule ( 6t:- (, ICSe IccutivateurS rn& itlllts 011t LN ('11A LBIIC.A N UIN E C -Ppr~serntcr leurs ttcse i~ccs, luns L rezam gth
vrt devant ta~o-is~r i'leuicute dcsti-!t6 1oL'jt L Ia.S OVAloul ,de IA Uljll- .. A~U~L\i~ ~ t Iit 141,~ ni, ari d u
inte de la ReUpublique. .miul',c ti %is-Ist-ance, ; allnt'CCcOM- VI a rcu; C (2 :u.C Z niti, 2l, rgundy. cdate, au plus laid, A Me Volnty M.
Sd taut ent:1is-tir Ac prr~s Irsan- I .iguIc cuni;til C4)!irnunl d %iA[11,$ K 1. 1 .51k, '.Jutvly:, Ke, Illurm, ouvon, no?,tire A Vott-A-Panment At ice ou
ciens erreinen's de tout I,-- -el cide V.1k a eu le plAISar, eisl la r- Ma kautlt urc%(ies A Mr I'erre 1AntoIne b-de&r;C, 2U.X
administrait qui produi~aiei~t ~tAclcod'acclamer Mr. Robrt Ih11' Pres 1Ps1s1ser, C45te.aUX, CC, !CUS toL es reserves. A LA PETITE MATS
bien,que mal leur eclt. t lconvient l.ULIqua a r--siur iklapou.AtIOu Sur Mal 11,Kings Bohemian 'otn~r ~tr a~~g 18 Rue du COINC
dercpu iporr[V~nus.L~!,.e e1Liift~1Aalal~ded'Y ty 'ooruKig ur tt rerponabdiatsie cra Auij cgl ge det; e oueI eaI o lr
1_6 I.UU AIS1 tolliera exclit11-1.1


inent la suppression des abus ct des tavius, venant de Anse-A-Veau char-' Charro!nage am
mauvaises coutumts, en suivant la gemeni 140 sacs de cal. I Ajuage
route qui conduit au risultat que \'oilier DWlivrance, capitaine Ener- j justage Fe lI S
souhaite tout esprit bientaisant et cy, venant de Petit-Trou charge-, I eorbdao erie .
pers6vrant. 11 en 6tait temps. Mal- ment 12. 000 livres de campchi. LOR I Cordonere F0o
gr& tout ces esprits raisonnablement Voilier Dieu-Maitre. capitaine La- Fooger u dg t ra d
chagrins doivent plut6t reprendre tis. venant de Baraddres ioi sacs de CRSA E a BEAIr File promet : soin et piomptitude A_ Iexctio dile
coarge, puisqu'ecore certains pri- cate chargement 18. ooo livres de aNmO LA P eAV ouCE, L bureau est ouvert lous les jours de 7 i .i ures ts.
viges de oatson libre et ind6pen- campche. AC APAPuvd et de 2 & 5 Ic soir-Jes dnamnches at jOusUris
dalte nous sent conaeres, et quel Vd4ier Dies Matre,- capimtine Lo A G.a... iLejr
nous pouvoos jusque IA resgir partij. venant de Baradters. |- G.