<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02857
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 24, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02857

Full Text




A L.wh AMAa AGLOIE



POT AUl PRINCE


WoARTRMENTS


9fRIANGER


OWNZ5 CD&JlUM


NbraE1 24 Avil IO


now -1moo


0


G, 2.0l.
a 5.00

G 2.20
6.00


J


Quotidien


u.U.F'RIINCE ( Haiti I


RADACTIOR ADKINAMIWU
age* dueRawM dm&AM





A LUU~n: bas L. M5mye& kCO -51.68Sze"
Ludean Mui
"&.5mw-U auimiW slPabliky COMPisy 45 0~*0
54lb3m&U
La emugim look& W = US po mif

1ibusom~b&umow W~mus qubId


F cuperait des autre-. Cite dis inction
ispira ions ei; cassesest d'astant plus satlioasaire qu'elle
Lesasirationsdeclss
eat l'uiquo moyen de sativegirder
la colonle des calmitds dort dtait
ents enroie lo asociti6 mdtropoli mine.
e e ive Ile toin douco flusourle
is Wsuibes do Ia grande .rdvoI A partir di-cetle pdrioie,lea colons gime ini~rieur de S -Darnin'.', c's
mi" weI colony sia coanble regardrtentSt-D m)ininguo comnme une oIc roleaent des droi a puolmijs a
iiiii. Car, depuis plus d'un terre fraoche,uae colonie rivil6aiiWe cavxage autrenuent dit Iiind3 ea
I voyaient le despo isme ontre Loutes enverm laquelle Is mere brtive 6c!me, ,e et l.t de-aruction do
kcur eniaver usle A une1 pa rio fut as-reinto i des engage L'aucetadaut moral des b!ucs (-i).
he libar do, si bien quen inemts eacrda. A colte Otn amcip tuna pOlititil.
ilgue etait pour eux une I.'orguel qualm tirrtent do ce-le lea plantetrir pi a is do VertiguVAscnt
ogisizs et de soulfrstace.1 prdroga ive oa',lJhi measuree quo le
gient-ils essay.,Commaeaps eles oignait d-3I& dAte de sjoudn e
71 briser los liens qui lea 1'bvdilemnent. li excloqif
(I) lea oppreesuetrs Wit 1789. le pact. primnitif6 tait tief dctio anadajent qsaee, lealnt aen
ileo plus forts, ale fireut venu pour eux une v.ui able ob zzorta lePrbal'iau e '
tch~tjes. seso.I.e iert:unluio un aortd er m., 'ai-a.
session.ls fussent seui aptes &devetair
adaeunt qu'un VJYezfewn oet 6 at dans Leu;w ditcoura e gouve rneuas, inte)ivitrate, C0111ai-
appor At une aua.lioration d laa leours 6ri a n
slr dstaien mis & 6tudier i'est Bacon d loa Ckievolerie, le brens dos eonsilui s.ip-smeurs;or
jdute do 1'dilce politaque, pr6siden. do I'Aseeanlbl& provinciale r'exercice do [a in a m-Isiature don ala
doaees maux, A les signaler du Nord, qui. se fakirat luagInrlaldevtaittit avnr setali aet:4:4 cazater&'
Ipropoeer des plans do recons- sea collt~gueg tlcrivait all I)ivertlitir la a'obles:-e ati Ltulairo; ia'on ca-eu
d 'einier, le 3)13Dtemnbro 1739 : S S' uAt ci'ore tt!3plufoiIltit Iv
9s ce but qu'llilliard &A-in- Dauaaaue ert une grande3 et belle !Qp l s
a avocat au Conseil sit c ntrtie don't les premiers Iropre b uwies d *-- atita lateles artisants, leftt
di Cap, publia sea Consid4- taires iaadepeindanta ss ount~a ch pt omi
aIr D3 present de la clodC a tI&a domaainationa fraii;mm-eia ar c II)!n
I SLDomiat!te, oii pour Ia &t par inclinatkmio sous I &la coinditiori eI af I. t, it-4 lani usaiia ,e
Sbflat soulevt Its voile express de oieo recCvor mucun I I -,I seuls it buunaux de olifco
If* lea plates de Ia soCi8 6 position quo -le leur proper d6ter f
o tsiamts los priucipsui initiation Ltc.. a
MM ants. Quelqt-s mo)is plus ard, ce-t ILAGIUS DAVID
1 0me dessein, sept an fassoeubl46a goAidrale atwgeant i a -
r, bynal lit parmitr o un Mare qui foranulait solomiaae!lle niolit
tioo snois prdcieux. ccc e declaration I'lle de oS Doinan
e~n er IAdwitaisinatioss guelo aavait 6W Sini acluotleoiii con tetise Contittution m te coal a~iponic J 'Iz .A voitimne
aqua eat I& era aque par Ia Franico... delleav mit t' ojrise ade inI& r~ncine a v' licpparhaiflZ par Jroit de
risnedes ins itiitiOtas par leaflhibustiers aur lea Emp:agu1ofs donations et dune. 4uia!-tzjtao.& p~ArtucuIcre c
eooe.Au mor-ir do cottaeet ohle e &a aiuj~i inai rosse delle neccgsjre..! sa po~iion qua nar peut 4tierEtg! t
inaionqul s degag ~&Jaraniukw quo par It~s suls tiabitauts r.~idants .1
I6 plus grande disczou Or cmine dana la suite, au' mti- PI-ajiiet't. par M. Cojchrcd, colon iiaiblixit Lh
omces institutionsm et les prim des emigagemeat a formnels, ]a pl~AiDC J csonava-cs. Voir en oaulre Is Cqnsliutuion
pwloaquels elba 6taient ta~re-patrao miui St-Dolninguf3 Sur It! dc la part ic f. dc St liontingue, art. i er.
indine pied que !O5 autre-i Ip)sstss;OI5
daendace mux rteformeaii tiit en p.2rtneu~tait aux gouveriteurs d~y -
~ lus pronon -te A S4.-D~ailaiuuexorcer he despo itame I le 111 hum,
so y eiithousitsintat 1).U" a lm e eta tLauij-as -slt enl fivemt dci I., I~~~ il ILz
n detirealmors nouvalles do m6tropoli mitis 10 .ays Linle A".1 smito rn sd Piti
et lea co isidt-In 10as pa pole .xclustf dti cowuinrce., leicc- rfe ii PaL 4
..Hu e1OO Oi4Ufr. bus coisideotat,,et a~oro 10 CO1 a tatR. BROUARI)
hore dui Conrist social pat .coinne toanLu eteispaa'et e:,t e ioI& Eit transt~r6didu No tao A la corns-
out fiasinait les osprits it ci s6queaacda iiturello J--' cote li ~p truction neuve d'en lacC, toujours
karpmn ae !a'aogia quea e tre 6Lattaun re*6our it i'indti~pendana cdans h iGraniltue. Le Mgagsin atitiri'
avec Fee Circ instances qua p iltu v.Iatniusri, rilic-eva
t aux orags nes d Iscolonse. Auissa ors-pie [s repercumsion dea Ijtlfl.,Oineur icarJ~J t' tncaonstock.
t9a, St6rieiireuent & Is po sy6iiejen,!'.a ~d~ i 78toeutotvei itChniuelrfcs A tho n st' W c onsetoke
Ifflaise eElicictave, I& pair ac S.-Doiim gea l,&e des aeloriaes eCin~~~ hnn td
do St-Dimitiugae evat dslaboer ci, .3 aietIL-15itfiitsm-i-ns Cii iZuleu ,gliets coton Cru. L.aie-
UrIS Vaste commaunati 6 r&lfasner le renouvelletne tit du pacteO .ns b'ancs ct de couleur ; ;.-.manises
W des piarseF. Aymot eu et1 hIl1eat uAtiualom Io~ilti.-j do lit de nuit A homme- culs tIt manchet-
ds me me ire anus Ia pro ocolonie /I.). ttsC. mrv~tes noi res
dUr uiss~Ance,et sy.ant 6 60en Si oegilasti 1Li tins son, ml dtifec- Proluais phirmicetutiques. -Mous-
(ran111ija, les offrairnt cot euut petisietievals. coest qu'elles :tqumalres. Cr~avachts supeajaures.
e au roi da Franace (Louis out01 eld des 5pmt des goats ig-ioratit
)Mezagea do Jlio n retour Im *L lea car~ACt6I'o# partacuilef a et 1Ioi
Alic adu cetame ~ ~l(_Ira at los usagges du p..tys "eat -
Itbertds e franchisee.o Voailikquo I& h.~gikla iotla da 6L6 ls..a a a dal d tS i~ veraai-
"d Coloitie foudde, 4em vortu roiditanauaattra de la marine, dies
'Onhtabig contrat diant lee con gouvarneurs, des ineanbrem des Coan-
Ou 011 6libreaiecit dhbattaae. soils supdrieura done laucult daute
Uiveraanb et gotivrnies. W aval uaae coaanaissince rdelle da ti S1G4 MEq`
$aanses Ly6oc 6 eune pretfiC re anilaue (j). Irn-T R 0 0 1Q E
WIs S lea agents do Ias Iivad onc do Ia pluo aIt vite in
UfaisOn r6voi e osem suivit Portaince quAo lea lois deaS,-Vi)nhifiguJ ,3bOOL(I
el alora gouverneur dua i oaeant 6habori~ea & 5.-Dlimmaigue par OBSERVATL)1RE
lmeIr solonnoelemeot dan* los colons do SLDomlingbuo qua seuls DU
IWk 6crit (2). rstnatent lea qualaitosdtliiriables doI
k17~~, ~* ~ sons ldgisla ours pour Is colonie SMNII.CL~
W17,astobk uet liju l du Iyoea 1lA adcessitd doensIs Charmo &SxNT-MARTIAll
I "sndura~tahiisIcmcnt t ~' venar d*6 ablir umie distinction Capt.'
"", ayg1A Croiz-dc-Bouqucts, nun mil onui eI cx~Lad 3~l11
maipw.ut I de tail tale -diil oniideI olpa L d,;,ivl M
t1,i~rryu,t Cis' ct Conasii Once 1-,gisia ave. Leaslotss oaultiali
~ 'n pj~~is roliiu~ie ainaouir do I& ccalolid BaotnU* 59.4
"' ~~OntP asuPtse"0werurs, saersum des a tributions exclusives wnaUin19 iu
litai.k k.m pd'auticurs, Prinsde aeanhecolonimale, land Tmpatr
Pouaitit rciaemear quo Io parionou at m614ropolataitasloc. epmr
PetUI tre vMriic danas une
a 0is e laIrrivohac. A am maxInmum 31,0
aiing t ames tormeb s k j )4t M&6a sc.priacipcs stae job econnas et aan im ,
Po s ntr mct W.I Moyennueisd*bid Ciur11e *111r *t
11111111 am*W3 li~ n fU~I ~ ~ tnu ageuz [a
_"11 bllfaES hIfs lis doI&is Si.Lmoangata: Cit ia ,Are-jatrie. A11a 4 vewoper am
%Q161 reruiaicNiscipoq'CS A Is tacrnainir issfts &oics qwt Goaties de pluile 1 9 h -ures
At Palk I mlu d jeu. wU~ c ~~Brometra: en baivie.
Swi~ ~m L*CU adfOiqebai, deoioadcs'ACsI JaA i11111.P. am

T iiiii :7 -_ mraA~msmise aordddoiA ea e


CiA as-GWl6 I
La repr&sentatioa qui n'a pe avoir
lieu hitr par auiAe duae coausaritte
se don i era ce soir.
Voici le bau program ne qua sera
excut- : L c ive de la Mort V
grain Idrame eC 2 parties.--
a .Messieurs pai p:eis, M%-sdame<
predJ sang noun ch inte par Can Jio.
C'et trop indien a Candio.
a R:vu, du Gal S'rail ; -
a Negue t6 minded ou a chanson
i.tsJite par Canlio.
Pierre cherche un travail film
co.nique.
C ,name on le voit, c'cit un pro-
griminm destine A satistaire A tous
I's g >L's et qui est appelA i un suc
ces in nense.
Tus done, ce s)ir, au Cin6mi-

Ceae.ri Oxcide Jeaity
Voila une bonijie nouveild que le
piiblic va apprletd.e avec plasair.
I. Co-nccei Oitcxidt Jeanty esi d-
t.,ltiv. *inent fi.e je ir samnedi so i
28 diu couran a 8 iheures precise
u CGercle do I'ort-au-i'rince. Elt-hi
tct'czsa-ire do rediro ce que sera ce
etl a-rtis ique I our Ie succLs du-
qluel !out a eto itas en ejvie?
Les carles serout inaies en vente a
;artir de demnain apr.s-mnidi, au pris
dle 2 gourdes.
(.i en trouvera aux bureau du
Nouvelliste a, du Matin a et & lu
porte d'eAtrde.

l le Hlachk de la Croix des Sarlyrb
Les habitants du voisinage de Ja
t.roix d s Martyrs voudiaitent vons
rcprenJre les trIavaux, entrepris pout
l.a construction du Mlarch6 de la re-
gion
Oa se rappclle que nous disionm
de qL e le utl:te strait un tel elablis-
s.itncti daus cc qujrtier don't ii lau:
s'C .igner ch quc an iti pour alltr a
une distantc cons durable trauvci
des provisions.

A la rue de la Reasioa
Ou nous signa.le i mauvais 4tal
de Ia Lu ratherr qui seiouve deirie.e I'Pcok
des Scienc.; Appiiquecs. Les pIuiz-
out uccasIo.iCe Ia une bouc infectt
jua tend le q irticr impraticable.


Use ewtre ali selielie toa le mIedd
Nous nous faisons le devoir dt
ecutinmader d une fagon particu.
Hiare a l'aitetiot tie tout le inundt
le nouveau pauj-t de la direction dt
I'bospice St Francots de Sailes: 1'e
recutio d'une aiil d opdratons.
Noas entgageou s vavement tout
ceu qui so moucient du bon 4irt
g6n6ratl apporter teur part a II.
aousertption qui a6e ouvort eln vut
de Ii construction de cette salle do:u.
I'utilite apparail .*a evideute pat
I expose public ict n6.ne.
NoJs onajUones certain quo la po.
pulatouin qui a toujouts les mInau-
ouverces po ar verser sa contribution,
A toutes lea tuavres do sohdarit*
hutuame aw'courra en masse pouw
coucourar au atucc6s dd coatte auvit
burunanuAire entrepdrad par le de
vouemaent ilamable doe G. Mgr
Pichonol
Nrecrelie
Les fan6railles de L. LUoneus hris-
sd, d6chde hier soir auroat lieu cet
apr6s-midi. Le convoi parira de la
mason mortuaire, sise Poste-Mar-
chaid, ena tace de la propridti Coles1
pour se rendre i la Basilique Notre
Dame.
Na.i condole n::.s auX famillC
dprouv6es.
Se oIlve i la Imal
L pe uvre garqon I Ileureoue-
men qu'if '6talt pas an6e t
Atos M emae a rdemeet de
Is yves...


U ne (Euvre
n6cessaire


Tout le moado coranail & Por'-su-
Prhiive, Ici services rendus par
CI'l)$sIice S win -Frangois do Salles, on
pairticulier ~ik laclause, ouvrit~rt.
G q~uun cennait unoins cost celui
ju'il rend i no.3 Ltudiatta en md%
docitnO qui y trouvemat, coiraie ins-
talittion, Suajets et cu4 a 6tuiier.
ai le sidre, tout ce qui leur est nd-
cessaire.
Aijisi nos ktudiants ont eu, on
1916 dkims Is Chniqale tie S -Franvgois
doe Sidles Itm 616monts suivants:
Parsonniacs venues en consultation:
Eurafnts 1.5 7
(Jdh alinologie :124)
Cnasultauio.is g~ndrales 3.07,0)
Ar, dentaire :W)& 5OW
I'"uansc,,aealsfaits en I P I11
Ettrala a 1%"J
Gill alinlologio 4 4070
Co.isultatizons g0aatralesC5. -):.
Art deitaira 34
Pr,-scrsivljuai8 eto dupaa,siaces
Eufantp- et gynde~ol 15
Oph almuologie 21A)
Consultationis g.~ndrales 55J9 720
G'eat lik certes de la bonne baso-
gtaic voininu egalemnont un famneux,
service reandu A Is population.
t;e1)eIdmlt ii inanque a St- Fianfoim
do Sallas one salle d'optdrations spd-
caaloeanet aindnag~e. Or en 1916,
dix-z.opt grandca opdratio -a ont eta
lieu a I'llospiacoet envirou 840 petite..
D~jct.-urs et ifludiaiata deanandent.
avec ansistance &AIm Direction do,
I hospice une Salle SpiciaLe.
11% diisent qutane bonne salle d'o-
perataozns retidra lea plus grands
ser1vice!A, amon seuleanent aux malades
3.11 i i ausi AeuLxfl~nes.
If s'agit dotic do lournir A nos
,Ludiaatis uti outil. do -t ius omit besoar,.
La I).retmton do Vliluspice a d&,cad6
lej dosaner s~atisfac~ion it ce d6sir;
mais celiana pourra to faire aeule.
lo prax de cette salle, avec lea mc-
cossojies, devan, atteindro do twit J
.aeut amhie gourdes..(e-it pourquoi
liie wadresse & la gdimdroaat4 du
public; edie set* rat&rsecoamnaisaante
MN1. i1-4 Direc~eurs de jo~arnaux.
h1,3ytie!, CL. (jut %oadront biolipren.
tire cet, 0 biznue teive sous lour
protect ion et ouvrir leura colonnes,
mli souscriI tours.
L.ess outscriptiofla seront FOetOs,
,Ogtaleenuli uIt Archeaov d. a6.& Iliap
,e S--F' amVois do SAIles. c~aez =in
Vve G, Menus et Mine Vve J. Curb&6
IA 1)irecteaur de I'llospice,
F. Pkt.11)N



A Papoist'(644

Sakmedi 28coiarant~nous reprenons
le Geadre do Mr Poirier.Nons seribs.
tioubeux ma Ie Pubb ~venait WinspbAw
le ce qui se pIF A Parlismer.
Venez encou lager nos effors 4ul6
tondent qmni vulganaer lee lids.
Tart. C'est I emmegisesnit per 41P
ti,'dire quo notas pftc~o156ft. So.
yez tous exacts su rendez-vom I
Jo nab pas pta parlor do Is lvi
litru, Iqee orgainsde par Is, Ligs..de
to Jin em. IIa.*mw .A causedes
prdparalits deoins dermidre reprismn.-
tation Charmnuaiileftl 01
qul nousa W~t vivre pedant.-I
,jues instants dan s asaoq~
toate imprdgnde do podele I
Poans svoaas Vd!U dbnuaombrsblee
bemares -Poul4001 do parebulee fates
soot-ollespas as lendemina u- Gr&"
amot rondu.s muzo, ng aer &qul
Jfalressm $ ici toesmeesre

1 m rcim en tos poor Is co oco mnre p
I occasion do gas rpre eatstb do i
17 4. ce oa.


-1 -


ak 0%.


|




Li MATIN_


Socd td d'action
agricole

Le comity d'organisation de la
Socidt6 d'Action egricole, conside-
rant que la Ripublique d'Haiti est
menace de famine par suite de
I extension de la guerre mondiale. et
dansa n but de prevoyance social,
adresse l'appel suivant arx popula-
tions du pays.
1.-II imported que l*on profile de
la presence saison des pluies pour
planter la plus grande superficie pos-
sible de terres en cultures vivrikres
et autres products alimentaires ;
II.-11 adjure les families qui con-
somment des prcduitsd'importation
tels que : pain de blk, iiz, poissons
secs et autres conserves, de les rem-
placer par des produits nationaux,
tels que banane. marine de b:.nane,
riz du pays, mais etc.
Le comit6 s'engage A entreprendrt
pr6s des autoriits comp6tentes toutes
dimarches necessaires pour assured
la security dans les campagnes et la
protection ces jardins.

Journiaux
strangers !!
Viennent d'arriver :
Le Teml s, Le Figuro, L'echo de
Paris, Le Matin, Le Journal,
Le Petit Paritien,Le Petit Jour-
nal, r'LAcelsior, Svriday pic-
twral. Sumlay Ilerall, The Daily
Miror.
En tente aua bureav.rduw Ma-
!in .

LETTRE DE FRANCE

REMEMBER

De nolate I oriesponlfant
La fin d'Acut 1914 apporta la
France le terrible. 1'tfrayant com-
muniqu;,*De la Somme auz Vosge.,
C'tait donc %rai: la porte ctait ou-
verte,et l'invasion descendait sur Pa-
ris. par cette historique vale de
i'Oise qui avait diej vu tan d'inva-
sions. Les nouvelles se succed.,ient,
vraies ou lausses : bataille dans la
fort de Conmpigne, raids allemands
vers Rouen, vets Meaux : passages dr
troupes allemandes sur la rive gau-
che de ia Seine. Or. se penchait avec
angoisse sur la caite du cainp retran
chide Paris. Oa voyait dja la luiit
supreme se livrar.t dans la plane dt
Gonesse, en avant de Saint-Denis.
On se renseignait sur 1 ctat de
iravaux de dttense. Elt 'on appren.ai
avec terreur que le gouvernemcnt mi-
litaite de Paris, ne croyant pas A l
guerre, n'avait tien prepare Et ui
mitin de Septembre, use altishe r4-
vtlait que legouvernement kiait par-
ti pour unt ville qu'on disaitl crt
Bordeaux.
Un veteran du journalism &ri-
vait :"Paris sera A la hauteur des cir
Constanccs. La province ne voudi..
pas moins faire. Oi ne pouvai
montrer une plus complktea nirtelli-
gence de la situ.ticn itelle de 1;
Fiance, et ce langige retardait de 44
ans. La province de 1914 n'avait pat
besoin de 1'exemple ni acs lemons dt
lersonne Elle e tit bien 0oir anx
tputes in mal d eloquence qui,s-er.-
nuyant a iFozdeaux, oitra:nt u-org,-
niser des rcurcnles cratoires Four s e
air reliever les courges imus ; la
province Icur rdrordit qu'elle se pas-
sait trs bien de discours. Les ru-
sanu" de 1914 iec xappelaient en riun
ceux de 1871 ; la c: pattulation de P.-
sis n*et ras, Fcur cuR, sign lit la
paix.
Qutieq.me comprenne bien et
qu'on n a'le gas caoare qu'il y avail,
dans les camprgues ou dains les viles>
la moindre inestlerence au sort di
Paris. Nontous les coeurs saignasen-
A la lpense que la rue pourraii
a'abature ant la ii:le ou tout Fian
Oais met un peu de son orgucil. Li
dernier pysan de France on le salt
ae consid&re come le copropritsairt
de ces pieces sacr6es. Eae esat lu
eue yoie triomphale qui Jescend dt


I Eshele am Louvre. et caest du sang
do mseapdrea qm fet cimente I'Ar,,
awalsque. A pts, Ie fnasorn d'bor*
uwam malevipar I& destruction de
Ruising- 1441 Vuce josel-l. pleurel
4" uwus u jan do lees. i


tiers hideux avaient lanct leur delu-
ge de teu sur cette accumulation de
tr6sors ?
Oui, Paris ktait bien rest# Paris
pour tous les FranCais;ville non seu-
lement admire, mais aimte d'un
amour quasi-mystique, comme ne
P'est aucune autre capital. On le vit
bien lorsque, le grand danger une
tois ecartd. les Taubes vior, nt pres-
que chaque jour accomplir sur la
ville leur sinistre besogne. Une bom-
b: sur Notre-Dame I One bombe sur
la bibliotheque Ouce d'humbles
gens,dans les villages,A qui ces nou-
velles ont value des nuits sans som-
mcil !
Mais tout cela n'alterait en rien la
farouche resolution des a ruraux a
Lorsqu'on disait que le general en
chtl allait abandonner peut-4tre Pa-
ris, pour livrer bataille plus au sud,
dis n'en concluaient pas que la guer-
re iha.t fine. IUs auraici t laisse pren-
dre Paris--ce Paris qu'ils aiment par-
lois sans le connaitre- iUs l'auraient
laiss6 brfiler, come Louvain plut6t
que de faire la paix.
LUs Allemands qui ont invented la
iegende des francs-tiieurs ne se dou-
tent pas du service quela France ren-
dit A leurs troupes en renon;ant au
droit,incontestablement reconnu A la
Haye. d'armer contre eux les popu-
lations civiles, de ddchainer la tureur
du patriotisme paysan Dans telle re-
gion, situee A quelques dizaines de
ktlometres au sudd du quarter gend-
iil frangais, pendant la bataille de la
.Marne, A Iheure ou cette bataillt
pouvait ne pas se tcrminer par une
victoire, les vignerons disaient bien
al'ourquoi le gouvernement ne noub
donne-t'il pas de vieux tusils ? Nous
.orrrcrions des corps francs, nous
renverserions les charrettesen travers
des routes, nous terions la guerre de
ouissons, de cheimins creux Nous se-
rions fusillds, dit-on, si nous etions
prs. E. puis apies ? Les Allemands
Jatruisent et b.tilent tout dans les
v.dl.ges,mmine quand on nese dLfend
pas. Fusilles Four fusillks, nous ai-
naerions mieux 1'etre au moins pour
luelque chose P. D.ans un seul d4-
p.,rtement, on aurait trouve dix,peui-
cire quinze mille de ces Jacques. S'i-
tnagine-t'on les troupes allemarndts
harcelces come celles de Napoleon
en Espagne, par ccs bandes impito-
yabics !'
On n'alla pas jusque lA. Mais, de
plus en plus, la province prouva
queile tait minjeure, et que le sort
je la Fran,;e n'etat plus li6 A celui
d'une seule ville.
Le gouvernLnient avait, il faut
le dire, contribua A ritpandre cet 6tat
d'csprit en se re:irant a Bordeaux Ce
J.cprt a tti vivcenent critvlqu dans
pertains milieux boulevardiers, et les
mots *d esprit ne man u ient pas de
pleuvoir sur les zimateurs du s tour-
nedo; A la boidd.lise 9. Ces mois
auraientd eW, en tmps de paix, iitfi-
Llimnt dt6ols-- quand les Allhmands
n'etaient pas A .NovoP, et meme ui
peu plus pies de I'arIs que Noyar.
Que ce depait se soit accompli dans
les con litions de tenue, de dJcenct
,cs plus destrables, ct.st ce que l'his-
toirc,helas! nedira pas. Mais elle dir.,
qu il sera beaucoup pardonne at.
Gvnt. de Septembrie 1914 pour avoei
Vris ties vite la couragtuse iesolutioi,
Je ne pas imiter Jules Favre. Paris
n'ayant pas 6lt invest, il est facile,
apies coup, de railkir. Si hs chose.
avaient tourney autrment, on auraii
di. que le gouverntanent, en ne st
uia-.ti j i~Lauic au pinge,en gat-
dant le contact avec ses allies, aver
les neutres, a rendu A la France ua
service inappreciable.
SCZANNE CARON
Paris, Mar. 1917


A Vendre
Deux collections du Monuiteur,
anees iut--t-910.
Sadresser au bureau du tn>. -
Avis
Le sousign6 announce au pu-
blic et au commerce en particu-
lier avoir perdu un recpisa6 Lo
A 270 delivr6 par la Commision
de verihicatiou des itres de la
dette ilettante, s Ilevant & la laom-


me do cinq cent quatre gourdes

Je declare nulle la dile pi6ew,
duph at devan. en aire dreas.
S8aint-Marc 8 Avril 1917
I FL WAM U. CHAtES


I W- --- ---- ~ -7 ------ --- ~ --


I



I


. E.. .. .. .. .. ..... .. v- d o__ -- SO

L'EINULSION de OTT07
____________r_________


est n puissant aliment mpdica-

nal qui par hli mne contiens

tous les e ents n ssaires

pour donner la sant6 et la force

Prenmef-la pour vous convaincre.


UL -~--LIr I- 'S-~


Renseigneme nts Utils

Emirelien de cmir vermi
Pour lui conserver sa souplesse
ee, frotter la surface avec une tran-
che d orange.
Quand c'eat bien sec, frotter avec
un chiffon tr6s doux.


des
5s,


Revue
Deuax Mondes
'ure ie I' Universit,Parts.


SOMMAIRIE U E I.A LIVRAISON du
1j MARS 1917
1.-L'epopde S- be dans ses
chants herciq-ies.-
I. La trade S a 'eet la Ba'aille
dt: Kossovo, Far M. Edouaid
SchurL.
II.-Armelle Louanais, tvoisime
partie, par.\l. Ch.ulesGniaux
III-La Syrie Franque.- Gesta
dci per f ancos a-- Un g acis
de la .hztien C.-Unxe RepL-
blique .:oJale.- Le soldat
t!anL, en faccdc la conquEte --
Une civill satzon originale.---
Une popular 6 stculaire, par
M. Louis M.1 lelin.
IV.-L'eternelle p:6seice, Noctur-
ne en un acre, en vers, par
.1M Andrd Dumas.
V.-Les revolutions econcmi-
ques de la guerre.
II. Chez les neutres. par M.
le Vicomte Georges d'Avenel.
VI.-Les alpins A Saint-Die ( 2j-
29 AoCit 1914 ), par M. Gas-
ton Deschamps.
VII.-Des tranchees aux parzdis
de la riviera russe -- Tsars-
koi6-s.lo -- Eupatoria et la
pe fie cosaque.-- Au sanato-
rium imperial de Livadia.---
Entre ciel et terre -. Le tl-
moign.ge d'Henry Sienkie-
\\icz, par Marilie Matkovitzh.
VI l.- Revuesi6tangites.--- Ls tim-
pressions de guerine de M
Gabriele d'Annurz:o, par M.
T. de Wyzewa
IX -Chronique de la quirzaine
histoire politique par M.
Charles Penoist, de 1-Acadd-
mie des Sciences mora!es et
politiques.
X.-Bulle an bibliographique.
PRIX DL LJABONNEMENT
Ln ian Six nmois Trv a mcis
P.ris. Scine,
Sinc-ct.-Oie sofr. 26 ir. 14 fr.
IEPARTEILN-IS, Al-
sace-Lorrjine ct
Colonies Franiaises s6fr. 29 fr. l5 fr.
ETRANGER 6blr $2 tr. 17 fr
Les abonmutints parlset du ir #t du ij de
Prix du Numnro :i fr.- rtranger : 3.SOl.r

Sloop a Moteur
Nippes
I e public est avis du pro.
chain depart du *Sleop Nippesu
pour Kivgslon Jamaique vers le
28 courant, pregnant fret et pas-
sagers.

Pension Rousier
Pour cause d'giarcdissemen, Isa
Pension Rouzier eat translteie au
Champ de Mars, maison de Mmn
Stewart, ancienne Clinique du Di
Justin Dominique.
L'*tablissement se recomr.ande
par on service irreprochable et sa
Distinction de bon godt.
Avis
A partir de cette date on troovere
a la mason Bilo Fr6res No 02 rue
Courbe. lesarcles suivants arrives
par Ie dernier steamer:
Cigarettes gyitionaen & 1S dollars
i i r.
RI I 1Patenas (marque tres ep.
Port-so-Prioce, l s6e Avu 1917.


Commune de
Port-au-Prince
Le Magistrat Communal informed
le public que la FRte Nationale de
I'Agriculture et du travaildu ler Mai
1917 sera clebre, en ce qui concer-
ne la Commune, d'apres le program-
me fuivant :
1 o Les cultivateurs les plus me-
ritants des sections ruralcs de cette
Commune qui auront Wt6 reconnus
et signals par les conseillers d'Agri-
culture, recevront chtz eux des di-
pl6mes et des recompenses en argent
et en outils aratoires.
Leurs noms seront cites devant Ic
public par le Magistrat Communal.
2 Une exposition de t!eurs en
pots et de lgumes divers :era instal-
tee dans la principale salle de eCint-
Varie6ts Elle sera ouveite toute la
journee,A partir de to heures du ma-
iSn.
Des prix seront diccrnes aux cx-
posants des plus belles fleurs et dts
plus beaux legumes.
1 A quire h.utes de l'apr&s-
midi, f6te des llcurs sur la place du
,hamp de Mars.
Les voituies, les automobiles, les
Duggys les micux ornds qui -e dis-
ingut:ront par onigitnaxie de Itui-
4,t.ors auront droit a des prix qui sc
ion, ultedieuiement fixes.
Le conouis tcs vehicules se fti;r
,u Ch.Amp de Mars devant les tri-
bunes ou se tiendra le jury.
Lordre du dfile se tcra autour do
cetie place, dans le sens Ouest- L1i.,
11 commencera A 4 hiutes 1/4 et 1.
disir.button des prix se tera a 5 h. 12
Les membres composant le jut)
seront dciignes plus tard.
4 0 LUs piopiittairts des nouvetlts
mai-ons bates duiaut e.tte annie ti
don't Its hl; dcs piate-ent un aspect
de symlttri et a 'u.itormite ouici-
mes aux lviges d I rait, recevroni do.
ta Lommune une quittance gratuitc
representant I mi Ut loa01i- x1giblit.
pour cette coi.striiaion pendati lc-
xert-Ice prochain.
Lt soui, A 7 htures, Grand conceit
donned par #t Corps de Mu- ique d I4
Gendarmeie d'-Haiti.
RepresentatlUns cintmatographi-
ques.


Au Petit


DISPARTS DE NEW-Yoik P
Le SIS ORANIE N.L%-24
DLPAXT Pout Nra-Yvo
Le SiS COMMEWIINE venand
Curacao et lacmel est attend
vers le 27 crt en route power CaI
New-York.
Auo. AHRENDTS. A g
Port-au-Prince, 23 Anril 1917
-------. *1-,J
Qu'on ne se
ddsespere phl
Plus de maux d yeux i cuarn
L'Elixar antiophtalmiqoue de IA
oc Bar be don't les succhs et moao
;uerit toutes le altectioms des Tve
A part les cas dedcestrction it
les organes essentiels,rien ne rsa
i son energic curative. La gueza
vest qu'une question de tempsI
;arie avec Ie tempeiament du maim
-t la gravitO du cas.Gutrison Isa
,anee des maux de dents per ,I'Ea
Laberateur.
En vente aux pharmacies E BO
,on, M. Petrus, L H. Puio0t, S
ioseph et Perou et cbez Alpha
Hiaynes.


Nestor Felil
MAITRE-TAILLgUI
Annon;e au public et isa 0
breuse client e. qu'il vietr de
treer son alelier, A la Graud'
No 179, dans la maisontlCu l
auparavant.


Demande demp
Bon commis demAnd a
ties serieusts reFerences.
Adresse : angle des rues do
pie et Miracles.


Pavilion


Champ de Mars ( Maison tGos)
Rendez-vous des gourmets

CONSOMMA TIOANS de ler choix
Sand.ichsa loute hears
Cre,61'


Los A UTOMIOBILES FORD month cMUMesqw W toPr
aaaeux su r nos routes. -Elogna'.'., 8N1'0 II
Touring Car pou'r 5 passagOO :


sie MATI


wooftw4odollft


--- ~.-~ .L _.____.. _-r


-- __ __~--~


' II I


__,C=C-


I
dlmldml


42s


__-_;


red-