<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02855
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 21, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02855

Full Text

ii~ I-W?


OWP4Z O ANZJ*


p~m~MAGLOIRE



VOS? AU PaINCE


D&PAKTRM3NT


ECTRANQKI


lob3A
5.00

a 2."
6.00

a La


)


lOaT.AUPRINC(I llt j


6AW4 k JWW


I9AMTON DMNI5TUATIOU





Psam dm nL.Mayemn Ce & goss, Ttmb
A Lmm m omL. Maymmasft CO. zf6 u1,"
Leaipus 3W
NMI-TOM Uamkwl WPubisy C..MONO41S Worn

L~a mmmubu hwlmak "- -m a rgj&J

lbsommuW8 & issuwhew pqiblwas g...&


Quotidien


1 .~ ---U-~-


Bti el la Guerre Europienne


e an mois d'Aott 191t, la I'Allemagne la propridtd et la vie
a en Europe, le Prdsi des citoyens Amdricamns.
bgon. tout en ordonnant se L'esprit public e'ait, petit a petits
le" measures lea plus 4ner- prepard a Is guerre. l.'extension de
F r la defense dventuelle la zone de guerre par I'Allemagmn
JUois, prescrivit la neutra- e les attaques rdpdtdes des sous
g:bs rigoureuse tant pour le marines allemands centre les navires
ent que pour les citoyens ambricains sur la mer libre dtclan
Defense formelle 6taitfai ch6rent la guerre entire lei ELats
eaImad,'ninistra ions publiques, I nias et l'Alleinagne.
V 1s6 offices priv6s, dans les;
-i, chez les barriers. dans .*.f
ih ettbhatr.es de se livrer a1
iwesnentaires, de dire ou de Le r61e de lIarbitre do la Paix dA
ppgwwter quoi que ce soit qui pi0! sird par le Prsaident Wilson a douc
Mierpr6td comine un manlquet rejoint dans la nuit du Passd le-
isam devoirs a ricts de la Neu loves arrdalisabbles. Cest desor
hi.Ua project d'empruut du gou- m111s corine ARBITREIl DE L-%
wi-mga francais rencon ra, udt"a GUEliRE que I'Otcle SA iI veut ap-
hbeode quinzamie d'Aoiit 191 i, i paraitre au Monde 6tonnO.
bkmpproba ion de M. \Wilsoi. i un notnmt c. lea lut
3i la suite, il fallut touted o Arriv4 k un moment cii les lut
1 p suite, il f not teurs de trois an so trouvent assez
a eule So iveraine1 pce puiss 'O.cle Suan. avec sea mil-
-la seuire riso veraine pri- birds, sa marine don't la puissancte
pour avoir raisonde prin-insoupCmnfee surpre.idra bienrtt,
sMtranciers de M. Wilson sur one arroye de deux millions d'ho n
f tionsdelres, doit se montrer sir le thea re
AB lee p6ripi les nombreu des los ilit6a dans tout l'tclatant
Mtt guerre Mr Wilson tiu un apparedi qii convent a sa toute
gd'honneurs avait conduit puissance C'est escort des vingi
once, avait caress Ies il6publiques amtricaines (u'il doit
decouronner sa brillante car- fair son entire asensaaionnelle au
M deUenant, h un momen lenidemnain du second congrs scien
it, rARBITiE DE LA IAIX ; tilique Pan-Atntricadn. (Juel preati
e4s qui out assure a son nom g 0 !
hIple Amn6ricain une place,
iWfidaasle Concert dos Na- Le Cabinet de Washingtor a de-
ltPa0osezdonc! lea dorners-ni sa- mad6 aux viogt Itpubliques Pan
lhQlvilisation. les parvenus de. Amnricaines de prendre leur par
hrmne et de la Libertv- dict di du grand coudit mondial.
iBrMaules de psix et d'un nou Cest ainst que la it. publique
ntmrriculumn t iIt aux vicux civi- d'l tit ,nilitaire.nent occupde par
hIbd'turop,, aux lils do tant de des forces exptditionnaires aditeri-
fItldEmpereurs lgricur c! canees t lrapp-je de niiubrouies in-


0 sait le developpen:en d,!s
"UMbtsaet la tourmnre (pie leur
*l1a cette VOLONTrI. DE VAIN
aiest itle trait doininant de la
b6 antesque en,paee par lus
i1d.s Empires Certraux
.Mit, malgr4 le desir combietn
.exprnimu par Mr Wilson d,
Matre, lI'itsret commercial
oloy$sa de I Union deval fata-
las condaire la otj ils do-
wver i multiplier les capi-
UI.sesen accuinulms par leur
6noergie.
Ule, gd6ie comnbaUf des Alle
*'appliqua A tarir, sinon a
ear le sol Amnricain mhame,
SP B principales d'alimenta-
d rhsitauce obstin6e dea,
allies. La diploma te
Sdfeodit couragamse-
.qu'elle appela les droits et
commerce neutre Elle
Itu Notes diploinatiques
a.d'aergie vinrent rompre
Is pAle mono onie d,
*dscussion paperassiere du
t de Washing on : *la
Spaase-por s & I Ambts-
fiuI 'che-Hongrie, I expul
rAttaceh naval -et de l'At a-
"l'deA.nbassade lmp6-
Is a s 4.1we
hib5-afie d capitaine Boy
19*0at et la condainnataon
y New-York.
Ua'il avait a faire face aux
-ettrieures. Mr Wilso,,
dt vives attaques A i in
I gtolame americain me
i.ai11e violence centre lui
Roosevelt, 'homnme
iO excellence, Elibu
I SZ^0^avia. iami in
SS franchiaes de I'Amdri-
j ary Howard, Taft. i-
1 League mo Enforce
It Lodge. le plus
-"'a-,ur de la poliuque
asm Senat Amdricamn,
I Campagne agreaa-
5; g., soit da, leS
Qotre le 'Pr i-
t aoo incapa-
A ddoaodr don
R- eIt i crimes de


cap.acltoes i soliliie d udeclarer
la guerre a i-Atlemag'ie et a I'Autra-
cle-llongrie dans le but de taire
respecter ne Ioubllos pat- LIS
DIROI'S DES NATIONS FAllILES
m6coanus par des voismas puissants,
de protege la idStbi coniie I apr to
volouse de l'rans'-otJosepl et de
venger la I.lgA-qu contre lse vio-
lences assasisies Ie GaiiAldumItu 11.
It y a dana la vie des peuples
come celle des individus des si
tuations ou I on est oblig4 do se
demander it eattbon vavr quit y a
au dessus des muondes une Force in
telligente et coinsctan e qui preside
aux actions des Hlomines.
Les grande Na.ions, dont nous
allows devenir l-ald yvout tire de
nous. La Presse franq use elle-mr
ime qua ne perd pas ses droits a una
(rancli gaAeti, vae so deimander par
quelle cruelly et strange ironic le
paralytique deprine essaie de voler
%u Wocoura de 'aveuge .boiteux.
Coes. quo dan, la mualhaur, lea peu-
plea cumnme lea homes south frAres.
Et Hati noe sauriat perdre 1 occa-ioi
do laure eutendre as faible voix en
faveur de la Justice i ternaUtionle
et du Oroit itnprescriptible.
Lorqnue dana un groupemjnt so
hl1 dounn, une injustice eat coin-
s.lae sur un catoyen, toLs lea au-
tres en south attemta et Ie pr6judace
qui en result, loin d'O re localiaed
eat reosenti egaltemeut par cbaquei
inembre de la CGonuaunatSt6. Telle1
tst,eo effect, la puis4ance dua roit
quill determine eutre tous lea Homr
wnes, avoc ou sans leur consente-
dneut. una ien de SOLIDA ITI in
destructible. c'ust exactement la
meine cbose dans la Societ des
Nations.
PouI avoir Old tardif A entendre
le cri de detresse de la Serbie et de
la Belgique, lea Peuples doe -Am6ri-
que arnverout toujours leur heoure
a l'appel de la Justice nuulee, du
Droit outrage et de a Conacaeqce
IatoraaUouale foutle aqx pmed1. 4
Alt ira crtaoeiloent 4~4Qa ltea* s
replendamiauto WeaatM poor toas
las oppria 6, e jour s o dvra 6cls-,
.-r araIs de toms I" oppWe.-


suars la Foudre deo V4rites Eter- Cim-Parisiam t Runion A la mason mortuaire sise
nelles I A la representation de remain Bois Verna No i $.
soir il sera donn# lea JOe, lit-, et Aux families Barjon, Brisson et A
Cea 12e episodes des Mystbres de New tous les p rents pziouv6s, nous a-
Cependani si noble et si gAndreux York*. O. sail que ce. 6piaodes tressonr expression de nos sin-
que soit le role que notre grand sont respectivement intitulds : Le ceres condoleances.
Ami nous propose de jouer a c,,- baiser Mortel ; Le liracelet de plain
I elle, il impoite, au moment de tie; La Ville ceinoise.
rous lancer, que nous soyons bien L'entrde gendrale eat loujorars leue des ropes de Geudrant. Ari
lix4s 'ur I*action et surtout sur la une gourde : blcon 2 gourde ; o hures di 23 aprs-mdil coy aura su
protectionn centre lea responsabili- ge prlae du Champ de Mars. en
t~s A encourir. la place du Champ d e Mars, en
Csot. ptralt-il, 1tordre.et Le q iaier d I'hpital honneur du Corps Lgislatit. une
gaspillages financiers, lea ruinids Nous sommes heureux de consta- grande Revue des troupes de la
'norales et in tdrielles qui s'en so I ter 1'etat satisfaisant du quarrier de Gendarmerie.
suivies, qui out determine le Giu Il'h6pital mal gr les pluies actuelles. Des invitations I assister A cette
vernement de l'Union a sainstallero O se rappel e que sur notre deman- revue ont t6 1lanc6es A plusicurs
.hez nous. Ce nest done pas une.de on a dernitrement rkpar6 ce peisonaalites.
aide financiere ni un concourse m- er qui tt abominable en-
idmalre qui nous sont ledemnds : t la saison pluvieuse. eovelle & la maim
paius devons, paraien atre dtesin- Nous ielicitoi.s le Service de la Les stratdges. E itendu A 1116:el
une simple pitce de larmuire de Voirie d#avoir obtenu cesheureux Je France ou, devant une carte,
.ja ale de o icle. M us entiai mAlle- rtsultats. quel ues bons homes parent de la
,nagne ne sait point pardonner aux Irante guerre.
faibles nl anx petits. Peairqii me ps lfermer le pr-cipire? -Oun, messieuis, chest 11 que
En 1870-71, les liaitiens n'avaient Une nouvelle fois naus attirons firee a commnis l'erreur : s-il avait
,wris aicune part a la guerre. Les Vattention sur le precipice creust -tectu6 le movement tournant que
grandes Nations laisserent mutilerIsur le prolongsment de la rue de e vous indique, les -ranuis seraient
la France. sins aucun souci pjar l l 6jr deviant Berlin
leurs propres i terets. Les liaitiess I'Egalit6, pros du Cimetire. enBerlin.
furent peut-tre le seul people de la ce precipice peut causer de graves
ferre a pleurer sinc6reinent sur accidents, lesoir, si on nese decide pa
les maltieurs de la MWre-Patrie. So A le signaler.
rappelle-t-on de quel prix nous lei Nous pensions qu'ii vaulrait en- RenseijilIOeme ats Utiles
payaines A I'Allemagne? Que nous core mieux le former d6einitivemenm --
promnettent les Etats-Unis? Accep Ipuisqu'on a abandonni l'idae du
ent-ils de conclude avec nous d units artdsien qu'on voulait instal- Celle pvtr le c:Iir
mnaintenant une alliance olffesive et ir dans cette region. .i d'atre no1 letters na's'est
ddrensive qui nous inette & l'abri v cre vo dane 1e ca dlavor a rneol-
des violence allemandes, le Ijour rv.l ,i,. .s... .... cas davoir rcol-


ou, aprs la r4concilia ion dem int'-
r6ts des Grands, it sera honndle
de donner une nouvelle lecon aux
faibles? Et pendan la durde des
hostilities, le Gouvernemnent am6re-
can, sa'engage-l-il ruaintenir les
coinnlflUniCaIono en re ole ports IHai-
tiens et New-Yoik? Notie' cafi ne
peut plis 0 re export ; plu-i do
droits d exportation noui permnet-
lant da vivoter taut bien que mAl ;
le Gouvernement amnricain proanetl-
il de ntous donner entin Iaide linan-
czn're solennellement olTerte dana la
Convention, va-t-il nous fire un


Ce qal se pas e as *.arcbmea mbast
Une surveillance active est tces-
saire au a Marche en haut o u cir-
culent des individus aux allures lou-
ches et qui, avec une subtilite rare,
allgent les porches des acheteurs. De
pauvres gens sont ainsi depouilles
qui ne s'apercoivent du larcin que
longtemps apr6s la disparation du
coupable.
Ces coups de main qui s'ttaient
raitfi6s depuis quelques tempi, re-
deviennent de plus e:a plus trkquents.


pri t 't ,ieii uilpu i .-i-n i t It oa-
pour mialttre nob villes A s'abri d'un Ce de la Pi ,
coup dt o ain possible d, la part Telle est la denomination du nous
des S'us-aariins alltuands?. veau Cafe qui vient de s'ouvrr sou-
la direction de Mr A!phonse Fish. A
.. anzienne mason Billoni,rue Rojx.
Au milieu d'une belle installation,
Aux Ciseau. d'or les amateurs trouveront I tout ce
ique peut dispenser un bar excellem-
L'excelle-it tailleur bien conni meant pourvu.
Massilloa Bien-Aim- a transf6r6 so I
6tablissement A la rue du Magisin d- CA ama-Gilt(
l'Etat, tout pr6s de Simon Vieux. Nous rappelons .que c'eet ce soir
Priere aux clients d'en prendie la representation de gala de l'excel-
note. lent Cinema de la rue du Peuple.
Nous avons d6ji dit quel beau
-- programme a 6t 6 pr6par6 pour la
S. russite de cette fte A laquelle on
FIt D 1 lve r"s 1 yre aura le plaisir d entendre le fa neux
,,, -.-- .4 V chansonnier Candio dans ses plus
_-__ merveilleuses citations.
Le public ne voudra certainement
RIENEIlGNEMENTS pas m.nquer A ce regdl peu com-
M),Ta.OROLOGIQUES mun.

OBSERVATOIRE les Examess I'Ecle de Mleeine
Avec le success de M. Pilit, oni
OU pris tin les examens pour la session
SiMINAIRE COLLIAG d'Avnl A h'Ecole Nationale de Mtde-
SAINT-MARTIAL cine jet de Pharmacie.
C'est son troisi6me examen de
Vendredi 20 Avril 1917 Medecine ( xere parties ) qu'a subs
M. Pilid, hier.
Barom6tre 700 9
minimum 2'.2 Naisaee
T-np"ratureo Madame Richard M: Gulfie, nee
emperatur. Laroche a heureusement mis au
Smaximam 29,8 monde avant hier, jeudi. une fille
Moyenne diar'e 23, qui a rccu le preno.m de Lucnioew.


Nous avons regu ce matin le faire-
part de la mort de Josepb Rosigo Bar
lox, ancien Stnateur, deced6 aujour-
d-hui a heures. Scs fuatrailles au-
ront heu demain dimanche A 9 heu-
res, en la Basiliue Notre Dame.


Lie d'u'i purtefeuille usg& voir tin
simple dtui A lunettais? Toutes lea&
Colles lie cofivieritielit p11 A Ca gehi.
rei do rep)-ircAtlozs si faeiltes ena ellem-
m0llrrfle5. Voici utia bcmne recotte.
Coll*o forte 2lpartias
Tt~rcibentine I
Amidon dt~lay6 dans I eau 2




11 a Of, purtt' a VI'llenIiav titi C/w
tie Its Gendva rmerie di'latt Ift',l I cir
cult! titiis le ublit o, u 'tie nEut r tenauta
J* faire ('rtirte qvce? ca~s de de-clgalatw0b
tie guerre d 1haiti eittwire 1.1 leintipte,
It~sistznaini oi il i1titt dI'Alie 'des b'tats
L iai's (letNorat h's citoiyen~s caitiemas
L-eraienat oblijps tit, s ilico/'ji'ireDpotir
dire env.oe's& air le frotai.
L~e 9t1)&*rat CuoiPitsada tul ~lea I'orfts
des Ettils-Uiti Pt 8CHIadi 8?in aittitlt oS6
d declarer to e4*tvie rumneeur st 1it)
metasoiage.a'Var le el inaiacietav, et que
lea Eltaaot-Lnis n-opat aullmentatits
inoinadre i'itevttion dte forcer aisaeu
haitiets. queiqu it soil att service oai-
litaire.
Quiicowla'je circulerac es brugit ou des
bruits de MS,nc italaare sera arnrtV et
sii ittccssa ire enipoyi devapat lee tribts
ISCAUX 1mititaires, qauels quo sojent Sorg
rapag ou &a nationaaLiti.
S- D BULERL'I.
Ghnt'ral de D~ivision
CWe do la Gendarnerie dlladi,








De noom correspon.Iaiut
00 BOUs rendra cette just.iCe que
o~us 014700s jamais meigstime I&
force de I'AIlemagoe, sa puissance
nilitaire, son genic d'oranisation,
la discipliae de ses armqbes et de 50n,
people Nous avons toujours pense
qu'elle strait fiaalernent battu. par-
ze jut. malgre touted its qual itks
%jui en font le plus uedoutable des
ae~versaires, elle avait n~#*nrqosn
entre fas Une taCbe au-dessus de ses
wpataetq e; eg4


Giel couvert ju-squ'l 4 h~ut-'s et
trts nuageux ensuite.
OuaeAcquesgraiasde pluie, ma#Iunt t
amiqaVibmurC 3 4nM. Va.
BArombift coostani.


__ II-IY-- _~ --





LE MARTIN
_*


On ne dresse pas impuncment con- tres ne sont pas moins rdsolus ni
tre soi dix ennemis r6solus A d6ten- moins pr6ts A subir l'assaut alle-
dre jusqu'i la mort leur liberty et mand-ou m6me A le prdvenir. At-
leur vie. On n'outrage pas, sans utndorv, tsperons.. L'attente est an-
courir des chances mortelles, l'hon- xieu se, mais P'espoir nous est permits
neur et la probity. le droit et le et la confiance oous est commander
bon sens. Une hture vient ou tout A la veille des grands tvtnements
se paie. Malis nous n'avons jamais qui se prepatent...
contest que l'Allemagne nous fetai L. BITSC HINE
payer trks cher sa ditaite. Et, A Paris, Mars 1917
-heure aciuelle, nous le contestons
moins que jamais. (n tdenian-de
Nous n'avons jamais pens6 non
plus. apzis les illusions du premier lBuss ou buggy I louer, en bon etat
moment, si rapidcment evanouies poIAr service Plivt.
que la guerre strait course. Elle n, ."t- ales olirvs aux bUreaux du
la pas ti, hiueusn'ment pour nous. N. ,
Mris 1at d im rrrarataon ouu' nous 11i11aiso8 i Alouer. Faire lv'
Dtns '1-at d impruparatlon ou nous oisA res au r L. 1.. 'Plummer, dentist-
a trouv6s, nous et nos allies, la sau- 1,,,t ad de oIniversite de Harvard,
v-ge agression allemande si longue- \\ ashingtoii D. C. Villa Claude ler-
ment ptrmnditlc, c'ist un prodigy ii:; 1, C.halip du Mlars.
qui fera l'6mni.\Li :nent des gtnt- -
rations tutuie, .u:c nous n'.yons I. a pre lio t tie
pas t ,r.-.6es d,.s Ils piemicies -,- i-a Irn dAcit ie
marines, OLS .a Iuce germanique., it- DoLg lass Haig
q .i semblait a>uois irr6sistib'e. lt
prodige, nous 'avo-is dCi, et il nt Sir Douglass llaig, fldinareclial
laudrajamais l'oublier, au sang-tioid t aI ,. unique, vien d accorder A quel
de nos chef- militia. i ct Ilavaillan- ,it t joUinaliastes frai, cais, une en-
ce impF'uure de nos soldats. C'es tv:ue au course de laquelle il a pr6
luI qui a d6cid de l'.venir, c'est-a- di la victoire dis Allies.
dire de l'issue p'us ou vnoins loin- C(. to entrevue a profondement
taiue de la i .rnai blbe baaille qu qui dt'1a quelques mneit bes de la
dure touiouis Ch(:hlamilb des coinmmunes. G'est na-
Durera-t-el!c lo-otemis encore I- tllfl. Pour eux l optiiiisne est un
Le marlchal sit Douglas Haig disait, int. et le soda bitaealique vie
it y a quelque temps, A des jouina:- dtot pas se Ienw du l,,I~ e atl colateiat
lists sa cori.tit : i J peu pics bo- ()i en aval d jt iIitn cs .iou, la
lue que l'anatl e ;) 7 ne se p.tt..cri. ,|tI'!;tnaiuai d,.'- ; loou la ss ,'t -
pas qu'intiviti rI t L deC LsIon IO i li iLt la cotilil iieir. I) ailletui.-. I s
nale et viCICtr.u 'e. )n cite d'autrt jun i alis es tra > .-- it lui avail t ;
part un niot du lord-Maire dc Lon- :IT'ttJo!ilte cet e tn revue soul l. l
ores ..Itirmar:t, d' t's Its diire o'u t ;n ,' lL distinaSi(u s, po ..darnt unl s, ai
haute pea.o::naihite rili..irt que la 'p ila it de la re-poi.tLiablitt. *t 111
guerre sc a:t A g ede a cette anno e. a;valt' Ot t- sp;cialvllnelit ilvitew, ,I v
On Lon. it d b'in nqi! oitiin os- a det cela iuhit sible, en paieil.c Lmaiatiic, de piono~ ; li ur e s an ti a r t i e b, i.s a I ils.
liquer a cot:p tir (ependant, cer- la pro-dictioni di Si r Dotglass llail
tlais ind ( til.;n!S sy~viDpioile, appait ent A cet e clas-e rare dits
assez vaguts s..I s Jdt.ute, inais a*s/tz de 1 .rati)ins qui soi tiussi des ac es.
impression7i.i.lt, .t ii.blent inmontrei Ce qiu l a dit c n tliii e en l fTet.i it
que nous apfit t.huiis de l'hl ure d- ,' uvelle allii iuitioii dii lact'e dt
cisive. I uLidres. Ce !pa' to 'et art&l 1Foriai
L'Allveni.. c ii. O n ['a tdi! ,* 4 i i ti' ll pv 1 loo tic dalis uti liio
trop ot. alo.s qut ce n'tail p. in l mi.L die failuse et tie pe il amor els.
.o iaut de ai^ a es uiv stei itelit ye
vrai, alors tiu'..lc prenait simple- ,., i.t d.e Ilais la Li'iiiemtude duit
ment des pr&cau'ions contre la di- ,I.).,, altinre t coi.-cieii e.
sette possible. At. ourd'hui, le lii >. -ais iint d i li. miine oldiiiaiie-
rarait avert. L A ! gee, on l'a dit dJt- i.is lor llginpLs i quit.llue C'ose tie plus iu un iiilbalit-
. n a eu I.i..tc Ji t It. dire, parcel que 0i[ .i- ii e ul i txptlihque iiiin change
ccci ltaat Lx.it. .\Lis le d .ege de la nlit"l si radical dans les liabi udts
vaste tor'erts c a product a la Ion- d, II ag.
gue ses elk's n cuntriers. Nous en Le teld-inait chal a pay l' paice-
Irouvons ia pi.iuve dans les itcits t i l avail uile '"a I, a tl cllt.r etl
nombreux d'incidents varies quai c I o i, pa' l e qu Lii ~ .I I a i lt t'ig.i ba-
produisent td .-, d'vtrses iiets J Al:e a e s'-n teiu n ,t ', ilai, aa amatt.
magne et ui t. us avaoint ouL i ;. t e s'tiu".t p .ii a ili e saiit'r la
inmoli le n.. i q I-cL aviits te t cur v(s qu'en cuiiiiiun avec sks Allitis
mobile Ilc L: :I LI 1 be'oii dc t Sti; .;tii el:e i ,e piU aiLti ullirt ctiiiie,
procurer. Ctlte prtu\e, vL.OU 1. licu- .oiitillui lion a la lit e sU t ilt i t ,t
vons erLoe i s dc l!ai. li .:. Iani :"1 .4 n ,; Ilit ii.ie i'.
des neu iL.< qCj i :LIt : i Jiutli e n I. ; 1 l t'l7 s >I.n ( ii.,iilanilet 1i e
lem .gnettI -. u-L si s its dt u L 'i s it la I e i -lit.. .11 Au .i luill
m tsures anii.Uonuc qui vonit ptr- I t .icu t, til cl ,' t, t t it t
mettre aux a'!lmandb de ma- gi ia. .i h l aix t All.a e
relativement b iaticup de viantle tci uit complex e ii i I civeri'et. .-I
d6truisant leur iciqelqu'llss'L iitn li t'ce point qtue 0 illuis de git ivt
ingeni6s A cone:vivi depuis dJux ar., out pu condulne le plus patilique
au prix des p!eus !'urtdes priva'ori. dt i pI uples civility'.
Si le gouvetii ment allemand se L es paroles de iir Dou.,lass lla41V
decide A une politique alimeimentailt v (l.it ou'uo les pete. il i'est ljpoit
aussi ncu\e!le tt c ussi peililcus (Id doute dit-il, que iouis .iiiiuilin
si les bates vont diet sacrifices pcui az, iipre lef C.uit alleiimad, culipl,
nourrir les hommrs parce qu'ou ll teme laut t e pI-lu-itu.I t-idlu .li
peut plus L s noui:~r ells- n.iv. s ki liilt,.i a liuise i allt ia 1dt-, vi.al hnu
parce qu'll f.ut be.n, ehtle dtu lalappeirusais sale i s t.l ti iiD lint-mii
traux, tloisiI le n-oindie, si I on .S jutiquius s out~tiutc ion to ale. Il faut
jisigne i s rpprimer bru.squeniti.t Lt. lquil y ait victoire aib.-olue mati ccttt
qu'on atu latil d cinee a tons, isyvr, %c tire, I.. lorce de n11o ariites niouu
ce ne peut e.rc qur tour tne raison. la dunniera-.
Lt cetie anion, ic.: t qu-on esi au la persoiinalie du prophe.e doil
bout du louleau-ct qu'on est picl decider de la valeur de la predic-
a jouer son va-cut. lion. Sir Dougluss ilaig es ou
Ce va-tout, on a Ju veste corn- aii athe e du solda de reclame. 11
menc6 A le jot.ir n dtcr6ltant la c incapable dexugira ion e ega-
It i.:,it inCalpable de sell deception..
guerre souS-maIn1.t A outrance, ea- -.T :;llz toulte sta deliches, vou'
able sans doute dimposecr ~a.Lx iy luobt Z I1. tdJt.l lout, .1
Allies ure 'ilce t.ot.sidtr.b!e ci dtie: i taptioe plteIore~que; tout y es
sacrifices iuloutcux, mats qua s-c.t ihoi t i C cet n gid. i ocuine uni ca
traduite plur IAeimagne par l:i day'e. Elle- thIui. i1 des pages de
rupture de iIclationis diplotr.t'.i- tmi.ceitaiites Pour le ldialue, quor
ques avec les Etats Lais et p:;r la qu't xceilti es itur I.(-tudia:a de i ani
menace d'une txtensioSn redoutab!c itili aiie. (,,aiti a i'lioiiine l -tiiemit
de la gueire dej.ia si louide et si pe- ai vous ita. lclbs ui peu nu gi ahlt
rlieuse. I arlboroughli avec soi liipiipS-ble e
claire vision, ha cumpu ence calie
Paralllement a cette guerre sous- e: mortelle. 11 es vial qu 11 lui rebte
marine i outlance. il n'ist pas deu- d jut iier ou es lIs at eu ea qu ot
teux que I'Allemagne va tenter sur a lundees sur luI, minais u mkioewtj
terre, et peul-etre aussi sur mer, meme de sa auotnination, il s'eldi
avec sa grande tIotte. un etfort con- dejir trouve des perotnnrgea i.ei-


1


Coniuiie de
I orf-asu-IPrit-cil


Le Magistrat Communal informed
le public que la Fete Nationale d.
i'Agricullure et du travaildu ler Ma
1917 sera c6'ebree, en ce qui concern
ce la Commune, d'apres le program
me suivant :
So Les cultivateurs les plus m6t
ritants des sections rurales de cttte
Commune qui auront 0td reconi us
et s:gnaics par les conseillers d'Ag, i-
culture, iecevront chez eux des i-
p6 ne et dis recompcnsts en argt ni
L t a i oulis araioires.
Leurs noms seront i es dtvant le
pub i. pral I M.\agstrat Lonmuivr .1
2 : ULic expuosion de ileurs tn
pots et de legumes divers stra inst.l-
.ce d.is la principale salle de (tanit-
Vaniclee,* El.le sera ouvtrte toute a
journee,a pArtir de io heurts du mi;-

Des prix seront decern6s aux ,.-
poants des plus belles tieurs et d s
plus beaux legumes.
3 A quatre h.ures de l'api&s-
mini, tete dt. Illeurs sur la place < u
Chan-p de M.rs.
Les \oitures, Its automobiles, It
buggys Its meiux ornes qui !e dis
ii,;utcuolnt par I'originalitt de leut :
uesors Utuiint dioit A des prix qui .-
.out uiteneueitn.enti hxts.
L. co C couis .Js vtiih1ults se f1-'.
.u thmip de Mars devant Its tni
bunts uu se litiudia 'e jury.
Loidle uu dtilile s t.ia autour t'L
LCI pa.cr, jdans le SitLIS Ouet-- L I.
lia L oin iiLi d a houits I 4 e1 1I
dissi buttlio de' pIix se t ra a S h 112.
L Scoti dc.'ig'.es plus lard.
4 Lts pfIc'iihltires des nouvei''e
tilIoi.s l tIC'.AU dura.ii .ltLte C nnie el
coi. L .a l tu.dts pl.st ltl. i uin as cli
J.- A t i i l k. >u i no iln.tC iLl t.1-
LAX l.\ -, 1 1 a i i, r. \ 1 -1 04-
1a lil i. L.I. q u Lt,. %. L.l- Ia.lIth lie
i :.^ a.. i nli Ut, iu.o it i x g. bi.
(ou. t.,O -.0i.slti uiuV. I '1 .da-it t C-
Xiei.iCt: pio.hain.
LL. t~o, a 7 htures, Grand conceit
doiine par .c Lorps de M unique de la
Gendaiineiie dlitlti.
Repittt. nations cinrmatogriphi-
4ues.
.n ...l ml,---- -- -_ _--... *-
Ais
A pai tar de c.ie date on trouveia
a lua liiiaib n lt;isio i itre No I viue
Comibet its a icit- suivalits iariiveb
iai le dtmiI ,ih i slteaier :
Cigar-ttes tylitleniiuis a 1 dollaie
le miiller.
litz Paltnas ( warque tires ap-
preciee).
1'ort-au-Prince, le 16 Avril 1917.

Deniande d'eiiploi
Bon (ommis demanded employ.
t.es s6iieusis references.
Aditsse : angic des blues du Peu-
ple et MiuaciLs. jt

SPour guirir ou dvitec
MIORlAINS COM3TIPATIOCN E
QONOKSTIOrWe- ETOURD' .EMCfr It*
CMUASRAS OAGSTRIOUC

IL SUFFIT de prendre
& ilunr& 1 'Ve0 r-02u2
ter, aauux Diomes neewaom

neBPilleuduDIlBhant
14W7,rfe d Faubs BS-Deals. Paris



et sue rafIse aeaeq e o s na m
DEHAUT A PARIS
ama~n *** aiwai***** Imeelas em gala a


A 118
Ay rat racrdlij etiv ~reeu, provi-
so res ulu mois de IWccibre 19Wf
de la e( tll q~in ~I~ade veril 'cat moms
des hilres dela detle Ilollatile pour
appoivatevnevs et 21P/,.dts a Mr.
Vial IDeclmm.
Je I s ikelare mimls.
Potil-iu-I'itimccle tU.4vvi-i 1 J1I7.
I' DMOND Itl,'GNIEII


WVhisky E'oossais
I".ir le uel-iiiier steamer, vien-
'Iie- iiitar river les inarques tri&
aprorecit~s:
h0 ~olal Srtfliuih Liqueur Whisiky
I)!'!S ocli\V .kVIeferim
khiti EPL' UI Bio)!ft S(l'(rt11 \419/LisIa4
En ~ve-iite tlait :Siron Vieux.

L. l'ree zuane Aggi-rlolm





VciAei A arriv'e-r






















t2ofales noir et couleurs; cliernites
blanchesivcellular. devarit oiie h puis.
fantaisie ;pour liommcs e! cadets.
pyVjarnaS et chemises de nluii PoutI
liommes; 1211C18 I1alinell' it clicmi
settes sulot i (niles, Caiccolls, ellaus
settes fli ic-ir *-t lant&.sto ; Iux-,olf
sou Ir's det ii lr genie r'; di is 0
dIu( ks Wbavtes tItcotlem- v.) coton (i
'anioi. Khakik i up6iieur. b- zin pi(jL(
blanc.
Zh'Iapeaux h an lBaits et canfolitr 1;
poiar ljoinanis tA dames~; capt lit-cs
naturall et nuir :, parfmnei~r'ev. tuffet
diverges pour rbes. Laize:, brods,68
b as.

Ifcus eonlinie
Pour cause d-agiard~sstmenl, la
Pension Rol-zier ebt iransibiec Su
Champ de M.i1rs, naiason de Mmne
Stuwart, ancienr~e CLInque du Dr
Justin Dominique.
L'Oablissemcnt se r~cummande
par un service itrrprochabtle ctsa2
cisfiifcticii de be~n gc v.t.d

e,e Muat]in k GuX
A rme;s defl~arisio
R. BROUARDN
E-,t transtirk du No 120 A I& ccus-
truction rteuve d'ca laAcv, loujours
dans la Grand'Rue. Le Magasin attire
Attention tur les articles ci-dess-vub
riouvellcmeot iutroduit.-en son stock.
Chcmiscs A homme blanches et de d
couleur' gilets cotan Ecru. Cale-I
4eons blancs et de couleur ; chemises
de nuit A homme- cols Ct manchet-1
tts, cravates iioires.
Prodnuis pharzuaccutiques... -Moas-
Imquaarea. Cravuhes Sumrenure., so


Ligne BOteda'

Le SIS NICKERIE nt"g
York. Cap et Gonaives, at
ci cet apris-midi II partim
*oir pour Petit-Goi%,
Cayes. Aquin. lacmel, Cip
Paramaribo,
D)LPARTS DE NLw-YORk PoUk
Le SiS ORANIE NASSAJl
DiPART POUR NEW-YgM
Le SIS COMMEWlINE
:ur,;io et lacmel est mau
.-ers le 27 crt en toutepomr C(
New Yoik.
Auo. AHRENDTSI.
Port-au-Prince, 21 Anvil wi


Qw'on tie se
&Cwsesprej
Plus de maux dyeuxzi
LI-ixlar anitiophtal miqus
,,- Bat be dorn les succh ea
.,udrtt toutes le attectkimn
A patt les cas de d -1-1-011
les organes essentiels,rien aMa
I ton irce'gie curative. LA ph
i'est qu'unci question de W*
v'aiie avec le ttmptiametutd1
t la gravit& du cas.GuMuisIU
t n~c des maux de dentspidi
Libc r..te u r a
En verne aux pharmacies El
,~or, M. Pciruw, L. 1-1. Puiwl,
iS(-'.1 pL t Peou tt chez A


NeslorkFeUo
M Ai -r tmTA ILMUIR
Ancrorize au publicetis
breuse cl e.i.cle qu'id vi*Dt
ereir SOIA atelaie, A1
No 179, davis ,a iw '
a upa ravanti.

-1vis comme


J'dji I'ioniieur dS-Sit
merce el le pul~ic quew
MNorte I tist ehargAd elb
i011 de mia [ma~son d6
;vr cette place.
I)oi11auu1Prilce'. 60


I! est port6 A IS C
-ommetce cqu'Un c
veil Sur Ia2Iplace de
Raison SocialegD"MM'
La maiton s'occUfj
d-achals de bois de
bois jaur.e.ComtmO
p,?gflie haitienfle de
Elie achae lIc otOM it
tres denries qoi 1.13
dUcs par d autfle
Mtnant lIts 5jfaiiW
tude, inteli~gevce et-
ment, elle ofirO 9
decs Re riicntA60O
Voir it~ ba W
00 j Portt&-Pie~'
la rue du Ousi, No
Do asiN VILLE, E .-e

L. Maison IL


liantw eu'reW 9
tenant A Is ~I~
WoS CAWm3W1
RICO 99 W
seat ebaipl d


- ~- .1


a I s. ...t


sidtrable et desesptre. Tout Ify en- saud~s quo les eilcoilslancets z
gate. lout I'y oblige, tout 1*y' con pr6ssentamv, il ne manlut rai. pas det
sa~n:. ,stdlzlor uuie m~putatmon quai ne !e
Cpadant, empire anglais vievit c~deraft A celle dWaucun mmitiart
de ProUime 25 millitaids. Eti ce re- contempoma&in at mnterieureaeuieustitL
auha d~ontr avc in. sngul~re& cello des plus gmamnis capitatiitcs de
sui&% taonte vecunesiguhreI'aniquito.
d~oquence, I'6nergljue rtsolulion tde A.d
ame a1i4ds OutaemmancIe. Lesaua- I 11we*sted S~miday Herald 18/!P/i 7.


dm -m 4mm-


- --- WA M .


CROYEZUR LE



4e4, INFANTS, 'A

i n'y a rien de tel come



L'EMULSION DE SCOTT

M *