<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02828
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 15, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02828

Full Text








cijuntMGLOMB
DIRECTEUIR


lospoRT: A~UlPRINCE


nIzEPARTEMENTS


ETRANGER


O.UIZE CENIMES


0


a ft


U, Z.UU
a 5.00

G 2.20
6.00

GIISol


J


Quotidien


pOVTTAU.PRLNCHE( fHaiti,


.1 tili 16 il~ar-s 1x7.


RE~DACTION ADMINISTRATIO-N
kn~ den Runes F~rou ~A~i~

Lois aunneces soat rntowq
A Penr-AV-PRI1XCs:asu bU~ux ndu IoQUaL9
4.PARIS: chez L.Mayeutc: A Cis Re roct
A LowDanS: chez L Miyezo m- S: CO. F :z,~
Ludgate Hil
a BSsjza. chez Rudolt M03Ss S. W IC, JCYQUza-
Strasst 46-49
A IftwYoxx Universal Publicity COMPAMY 45 Weali
14 th Street
Lms inm-'scrits imsdris ou 20n srznt IDKpis reudel

4boml'uittis & isflsrlons f'ayablef Xdavan'g


0OTES ET SOUVENIRS

icvoudrais parler un peude lui,--
Ot que l in luctable nuit l 'ait
?tout entier, avant que sa phy-
olmie aux traits si caracttristi-
,ssesoit effacte de la m6moire
sbonmmes.
lBlis! en ces tristes jours qu'il
5sestdonn6~de vivre, plus en-
ante dans la ballade, les morts
tyite! lls d6filent avec une tell
itj sur l'6cran, qu'A peine
es0nous le temps de saluer au
Bage,les plus connus, les pluib
I0am1s d'entre eux; et que d'6tres
enseglissent inaperqus, dans la
wste cohue qui mtritaient de
imes larmes, et de plus longs
im!
levoudrais parler un peu de lu;
iice n'est ni I'homme public, ni
oivain, ni le publiciste que je
,diais ivoquer ici. Sur ce cercueil
eine teIrm, sur cette tombe en-
~entr'ouverte, les haines inas-
vies,-les passions politiques, les
qumiesrvalitts,accourraient aus-
k,tfistes oiseaux de mort depe-
isdecadavres et je ne voudrais
Ii nen au monde aider ou assis-
icette profanation!
'on! I'heure viendra pour lui
Bme pour tous les autres. ou
sMone, son flambeau A la main,
cndra d'un pas tranquille dans
thabresofi it va reposer, et sans
he, sans part pris, prononcera sa
tect!
klaique ;e voudrais retenir en-
tquelques instants dans la pleine
1ltre, et montrer a ceur de la g6-
on qui vient ec qui ne l'a pas
alc'estl'ami de ma folle jeu-
,le gal compagnon des kicn-
-Sequipkes, qu.on a;me encore
lappeler au a6clin des jours, ne
-ce que pour convaincre ceux
00os ecoutent qu'on n'a pas
lis6tle vitillardc troid et com-
au paslourd, aux yeux tlnstes
bres que les plus jeunes nv
ipassans une secrete inquit-
4tgliss:[ parlors partni eux.
th.saldsde la vie nous avaicnt
aauseailde la vinguemne annde.
tipeu plus mnr, pius f-ii,
Ol pardonne la tivialit- de
0on, par mon sejour dan
ersi, et mon contact avec
tls lourrissons; lui, un peu
? e e, uttrant visiblement du
dele direction doanee A ses
Of loits.
me il n'acceptait pas d'6tre
Second rang, comme it en-
late parmi ceux qui pren-
E tite de sa g9n6ration, il
at que tout etait A refairc
IKns larder it se mit au
M a souvent faith le plaisir
t@daun ses heures d'epan-
'ilitfes, que j'avais tte
oP dane cette orientation
domone i sa jeune vie.
fe j'en garde un tou-
nir. mas certes, ce quail
PPtsOnne, c'est cette opt-
S ipaStiort, cetie assiduitt
ftpr n qui ont faith de
ride puls.
nill'o s don't il pouvait
lague'llir, il nDe les tt-
aue.I're ni d'aucune h&-
?ie lII ne cls devait qu'i
Sqa' sa volont6 de les

Irl debut. Ses pre-
io OUrnaliste, Ataient
ourde, d'ane concep-

^ upl sa plume, domp-


ter sa pensie rebelle, et devint l'au-
teur de tant d'ceuvres charmantes
qui compteront dans notre litt6ratu-
re.
II parlait difficilement, son gent,
6tait saccad6, son d6bit embarrass!
II devint 1'orateur que l'on sai.
tenant te&e dans nos assemblies aui
plus farouches tribuns, exergant sui
son auditoire une indiscutable fasci-
nation. Ainsi, tape, par tape il ac-
qu&rait de haute lutte toutes ces
brillantes qualitts que nous admii-
rions en lui; et sans crainte d'etre
d6menti il pouvait dire qu'il n'etair
I'61ve de personnel, qu'il so devaii
tout A lui-meme. Et il aurait raisoi;
Tous les actes de sa vie politiqu.
ou administrative 6manent de lui
de lui seul. Nulle trace d'ingerenc,
amicale. d'une influence 6trangcre
Mais ce superbe isolement, cecit
solitude morale ou il se complaisaii
avait aussi son mauvais c6te. Out
d'amiti6s chores, dgrenes tout It
long du chemin, decourag es de
cette s6cheresse apparent, de cette
indift&.ence de command.
11 s'en apercevait dans ces der iers
temps et il s'attristait A computer ct
qu'ii lui restait encore de fiddles!
I'tiais du nombre.
La vie nous avail beaucoup s6pa-
r6s. Apr6s chacune de ces longues
absences nous nous retrouvions avec
le meme plaisir. 11 me revenait
plus aftectueux et plus tendre, A me-
sure que sur nos fronts s-accumu-
laient les ann6es.
Nous n-wtions pas toujours d'ac-
cord. Oh non! mnais il acceptait avec
tranquillity mes observations et mes.
critiques, n'6tait-ce que pour avoir
le plaisir de me derouler un de ces
atfreux paradoxes don't il availt pris
goit chez Anatole France, et qui
cadrait si bien avec sa maniere pro-
pre, et quand il avaitr6ussi a m'hor-
ripiler au point de me faire sorttu
de mon calme habiluel il clatait de
rnre et me crait : tu te tiches, don,.
tu as tort!
A anon dernier voyage dans ma
douce France, pr6venu de mon de-
part, il m'attendait avec impatien-
ce. L-accueit quil me fit rue Theo-
Jule libot me. toucha protjuidtmeni
Nous causiames longtemps du pays
1I 4tait navr& des revolutions ain na-
elles qui eniravaient sa marche. I.
voyait nettemient s'approcher la ca-
tastrophe finale qu-il avait si sou-
vent picdite
Sle min initoimai de ses :ravaux: je
ae tais plus rien, me dit-il, A quoi
bon 11 est trop tard. il n-y a pius
qu'A se regarder mourir.
Je nie -a.vais pas pius to6 quite,
que je recevais un petit mot de lui
in'invitant A dejeuner dans un des
meilleurs cabarets de Paris oiu il
tr6quentait de pret&rence: N,.us
avons tant de choses A nous dire
encore, m'$crivait-il I Et attabl6s
tous deux dans cette grande salle,
nous isolant du rest des consom-
mateurs. nous repienions notre en-
tretien interrompu.


:ant de -recommencer souvent cette
petite 1&ee avant mon depart.
C'6tait un de ces tristes ,apr&s-
:nidi de fin d'octobre ou 'on sent
r6der 1'hiver dans les carrefours, ou
plans le fr6missement des feuilles
.lui roulent sous les pieds on pergoit
['adieu mystirieux des choses qui
s'en vont.
Helas! je ne medoutais pas que je
lui serrais la main pour la dernidra
,ois, je ne me doutais pas que ma
Jronchite habituelle, celle quia cha-
jue voyage me sonne si brutalement
.a cloche du depart, me guettait dans
t'auto qui me remontait le long de
SAvenue.
I'ai IA sous les yeux le petit bil
let siaftectueux( il 6tait absent de Pa-
ris ) par lequel it me souhaitait bon
retour au pays du Soleil. C'est le
Aernicr que j'ai requ de lui. le le
iavais souffrant et meme grave-
,nent atteint ; mais idle iA ses ha-
bitudes, il cachait avec soin A ses
proches 1'dtat de sa sant6 et ses ap-
prehensions de la fin prochaine.
Et voilA que la tunchre dep&che
nous apprend qu'il est part A son
tour
le me sens une peine infinie de
ri'avoirpaset6 de ceuxqui l'absisterent
en ses derniers moments, et qui par
ta grande ville iidifferente, sous le
aiel triste et bas de janvier, accom-
pagnerenl sa d6pouille au Champ
Ju repos.
.Et c'est pourquoi je resiste mal I
i'invitation qui m'est faite de par-
ier encore de lui; et de lui dire un
Jernier adieu ici, dans cette revue
hospttalibre, ou tant de jeunes ei
charmants esprits s'essaient, avant
de prendre leur essor definitif, asile
sacrk, dernier refuge, oui s'6panoui-
ra dans une supreme et radieuse
floraison, ce qui rest de notre ci-
ture Haitiano-Latine avant qu'unt
domination Neo-Saxonne I'ait a
jamais 'Aouftle sous ses pines ti
ses ronces.
Janvier 1917.
XXX

R'uem de la a Ligue .



iaits Divers

RENSE1GNTEIMENTS
M.,TJ..OROLOGIQUEIP

OBSERVATOIRE
DU
S~IlNA.IRE COLLEGE
SAINT-MARTIAl
Mercredi 13 Mars 1917,


baco:nitr3


784.1
minimum 21,0


Temperature
tu maximum 33,2
Moyenne diurne 26,5
: -. IA b


0a m'avait laiss6 comprendre Ciel clan ie jour et court A i rs.
,ne disait-il, que tu passerais 1'hiver p. m.
'en dtais si joyeux! j'avais form Gouttes de pl uie.
mille projects o tu entrais de moiti6 Barometre constant.
et voili que tu me parles deja de I. SCHERM
depart! Ci--Paria
Viens avec mi- Turgeau et la i P
matson Tranquille s'attristent de ta Le vau de tous les amateurs va
irop lonTgueabqnce. sse tkaliser.Le Cindma-Parisiana don-
-. Un nuage de m6lancolie lea- ne ce soir c La Gardienne du Feu a
veloppa soudain.- Qui, fit-il, dou- de Gaumont, grand drame don't la
cement, comme dans un rave, Tur- port st si dlev e et Iqintiret litta -
geau, la maisonTranquille, je de- raire si considerable qu'iil a Wt re-
Trais... Mais A quoi bon! Assister, demand avec use insistance parti-
impuissant.A la lente agonie de tout culiore.
ce qu'on aime.. Non... le ne re-I On verra aussi A la soiree d'au-
cequon d aime.as. Non... e ourd'hui a Les petits nains acroba-
Le soir tombait djlA quand nous tes .' Le s ducteur siduit iUn
!aous quirtties anfin, nous promet-. mart copquis par le nex P.


Jeunesse Litrleaire
Au course de sa derniere siazie, le
circle a Ifuntrsse Litteraire a ainsi
rdformr son bureau:
Gustave Augustia pr6siJde-t: \ars-
ner N6ilan, vice-pr6sident ; Jourdan
lathurin Secr6taire g6n6ral ; Alexis
Nolth6, secr&taire adjoint; Alphon e
Desrouleaax, Trdsorier ; Legrand
Montasse, Archiviste-biblioth6caire
Alphonse Phil mon, Emmanuel
Trouillot, Alcide Edouard, Conseil-
lers.

Les egeots & Turgean
Poursuivant ses travaux de rifez-
tion, le service de la voirie a entre-
pris la construction des fgouts a t'a-
venue Charles Sumner, i Turgeau.
C'est un travail absolutuent ne-
cessaire, les eaux pluviales descen-
dant en abundance par cette avenue
envahissent toujours les quarters de
Petit-four ct du Cbeiin des Dalles.
On ne peut que feliciter le service
de la voirie pour l-activit6 avec la-
quelle marchent ces travaux.

Nomination
Nous avons appris la nomination
de Monsieur Julien Laurent cornme
Sous-Inspecteur des Chemins de Ier.
I la P. C. S.
'Nous sommes en measure d'annon-
cer que le service d-Iaspection des
.heminns de fer attache au Departe-
ment des Travaux publics vient de
signaler a 1'administrateur de la P.C.S.
certaines irregularit6s qui se com-
mettent sur la ligne de L&ogane.
Nous aimons penser que M.Schwe-
der ky, l'actif et intelligent adminis-
teur, eudiera au plus vite le bien
tond des observations qui lui ont
6tk taites, ain de prendre, dans f'in-
t6ret de la Compagnie et des passa-
gers, des mesuies promptes et etfi-
caces.

Une circulaire da iagislrat
Communal
Le Magistrat Communal de Port-
wu-Prince vient d'adresser une cir-
culaire au Corps Medical l'invitani
a se rranir A l'Hotel communal,
t'eftet de prendre, de concert avec It
Or Mc Lean, directeur du Service
I Hygiene, des measures piopres a
comb.atre l'6pidemiede rou geole qui
iit-on, sevit ell ce mlioinenl*.
La reunion doit se lerircetapres-
midi A 4 heures piecises.
Cine-VarCtesc
La representation d'hier a 6t6 up
nouveau succes pour leCind-Varietes
ou le public ftait venu revoir It
tim extraordinaire: cLeRoi de l'air ,
C'est un film qu'on ne se lasse-
ra jamais de voir: Voill ce qut
pens6rent tout haut quelques spec-
tateurs, a la fin de la soiree.
On ne saurait mieux parler du
film qui venait de tenir toute l'as-
istance sous le charme.

Nicroloie
C'est avec regret que nous avons
appris la mort, survenue hier soir d
6 heures, de Louis Alexis Emmanuel
eager d&cdd6 dans sa 57me annde.
Ses fundrailles seroni cdlbrnes cet
apr6s-midi, en I'Eglise Wesleyenne.
Le convoi partira de la mason mor-
Luaire sise Place de la Paix No 89 '"
Emmanuel Jeager dtait gendrale-
mentconnu et esum6 pour sa correc-
tion et les nobles qualit6s qui le distin- 1
guaient. II travailla dans le commer-
ce et A la Banque ou ces qualities tu-
rent justement appreciees.
Nous adressons nos vives condo-
lauces aux families eager, Sansa-
ricq, Fouchard, Bayard et Martinean
at a tous les parents eprouves.


XouvIlles d:.s Gon:iives1
On nous 6crit que depuis le d6.
oart du m-gistrat Communal des
Gjnaives, e c;ng3, la direction des
affaires municipaie s est conftie A
notre ami Neroc!6i Carrid qui s'en
acquitted A la satisfaction g6n6rale.
Nous priseutons nos meilleurs
compliments au magistrate intrti-
inaire.
Ligne de la Jeumeiss Haitiomne
Les Membres du Comit6 de la L-
gue de la [eunesse Haitienne sont
convoquis pourle vendredi x6 Mars,
a quatre heures pr6cises de I'apras-
midi.

Sedciet Franfaise de Secers atluals
el te Bienfaisanme
'En conformitldes articles 26, 29, 6
et 6; des status, MM les membres
de la socit6t sont convoqu6s, diman-
ihe 18 MAars a izo eures du matin,
pour proc der au renouvellement
parties du conseil d'administration
qui comporte :
-L'dlection d'un ...-p .i ,
-Election de qua! t 're n/iil'rs
sortant, par tirage au soit conime le
veut 1'article 29
MM les soc'dtaires sont coidiale-
.nent pries de ne pas manquer a
zette intiressante reunion, qui aura
lieu dans la grande sally de i'Atile
tran ats.
F. CHERIEZ, ^r,;iACent
Avis de depart
Les dip&hes pour Gonaives, St-
wdarc Port de Paix, Cap-Hlaitiein,
New -York et 'IEurope ( via. New-
Yoik ) par le s/s Prias \Viilem i se-
ront termres ce soir A 4 heures pr6-
caises.
t'ort-au-Prince i) Mrs r197

Noakvelle la n main
-- Excusez-moi d'avoir Ltit une
gaffe en vous rappelant la mort de
.otre femme...
-- Pas du tout, pas du tout... Ma
femme, mais ;a me terait meme
1laisir de la revoir.




PAR SANS FtI L
Ii Mars
NEw-Youit -Le steamer Algoquin
6t6 could sans avis Ie 12 couraqt.
Les officers et 27 homes d'6quips-
.e ont aterri dans leurs propres ca-
lots. Le bAteau et sa cargaison
talentt evaluIs a 1.700.000 dollars.
..e sous-marin refusa son secours,
!.'Algonquin avait quitt6 New-York
I destination de Londres le 20 t vrifr
-:oul6 avec des provisions. II y avail
lix amtricains A bord.


Vouvelles
de Press


PAR SANS FIL

153 Mars.
WVASHINGTON. Le ministire amj-
ricain d Pikin a annonc! aujourd'hui
au Department d'Etat que la Chine
4 rompiu ses relations diplotnatiques
avec l'Allemagne et remis des passe.
ports au minisire d Allemagne.
On a tent6 d'6mouvoir, par un
,ressant appel a leur patriotisine,
ies chefs des associations d. chemins
de fer; mais ils sont restes inllexibles
dans leur d6terminationii d'ordonner
ane grave generale des lines, sa-
;nedi,si droit n'est fait a leuts ricla-
(nationa.
11 a e6L rapport que Mr Wilson
esp~re qu'a leur reunion de demnain
lea proprietaires des voies ferries,


jmoil


Imoil


Or "A, ~P









Mexique

'AR SANS PIL
On rapporte de grands combats A
Tril cheras, 1 40 milles ouest de
Santa Anna, entire les forces du gou-
vernrtment mexicain et cells de
Vi'!la.

JDernieires

Aouvelles
-00-
ib Mars 91i;
S'ASMiN(,IN Le Docteur Cary)
T. Lryson a 6ti accepted sujourd'hui
Far le Senat come directeur midi-
cal et vice-amiral de la Marine.
Des constructeurs do vaisseaux en
tois se sont rtunis mercredi pout
discuter lea dispositions A prendre
pour ourvoir les Etats-Unis, dans Ic
plus bref aelai possible, dune grande
flotte de tiansporis pour provision?
cn cas de guerre.
New-YoRK On compete sur la
situation inlernalionale si critique j
I'hcure actuelle pour empechtr, si
iossib!e, la ga4e rationale des cht-
Inins de fir,
Une give progressive de tous '!r.
ligncs controlkies par les Assucia-
tionis \a ,c 1rcduinte dans cinq jouIs..
I. >.htlh. de ce, associations vonid. -
.it;tr I ( uvtiuture de cette greve d'iu
(lqulquec momtns.
L ue mnipio'-iiinn proposee pau
It.. Lx.ploittus a 616 repoussie com-
n.i E.ait,0t inuce de stability.
,, vitnt d'acorder A une compa-
g'i., piive une concession pour 4
L-i,-turs de guente et 6 cloiscurs pa-
tiouiile.
VPHLIN- le chancelier Von Beth-
waow Hollweg a declare qu'll y aura
nne r(oiganisation de 1'empire apris
la gueiit,el qu'une part plus grande
cans flministiration, sera taite alois
nu pFuple.

Opt demanaIde
A acheter des 161ts usagtts
S-adtrsser a l Imprimerie de I'A-
bLilie, rue du Fort Per.


Let Ire de Jdrdmie

Itkemie le 9 Mars 1917
Men cher Magloire,
Dans mon article intitul6 L'as-
*. mbite L:eitorale de laGrand Anses
..\co commie sous-titie nouvelle
d. cownenue des opposants 9, javais
onts de vous fair relater que les
o0 posanis de ljremie, en desespoiu
..use, cioitnt devoir recourir a
c',ce planche de salut en alliguant.
pour sauver leur cause, quo les opt-
rations qui eurent lieu dans la com-
ir'uie des Abricots, pour l'election
de s tlecteurs d'arrondissement, s<
prolong&rent au deli de cinq heurwe
du oir le 16 lanvier 1917 De cc
pol t, ils parent pour exciper uP
CAs Lde nuilitd don't ils se prevalent
pour lgaliser leurs inutiles travaux
au i> teviter, ayant trait A l'-lection
des candidates au Sanat.
)ui.; ctoicnt-ils tomprer ? Quelle.
Frtu\Cnt tic ls pieces qu'ils se pro-
jo,ant de ounttie lt'examen de a
t l!..nbre des Deputes pour fairc ac-
cI L.Ltti leur hypotul.se qui ne tiet.t
a ..u.un il
('t|-id.nti, n'oi, grenadier, je rui
S. it tr, j s nrauitenant que l'intri-
u.i t tet ,t~ond don't j'ai iarlk dan,
i4. n .iaricle, a KlstLiroge, en ma prc-
.ti .<., M M;.htI (. halls Cavemtle.
tn .apit t 1 OIccupation amentcau-
re -t.x Abno.u s, 'our savoir si les
pin.hlptionIs du decret du 22 Sep-
itii.bie cut eAt observes.


ou de 17, je les ddie de me dire si i
cette stanze du I5 Fvrier, 1'asstm-
bite avait travaille apias avoir cons-
tatt le quorum prcvu par la .Consti-
tution
Nous leurdisons done halte lai !
En outie, nous voulons savoir, st ti
elisant ces candidates au Senat, ii-
croyaient que nous allions crie,
g bravo a comme eux ?
Ah bon. Le logicien sc charge dJ
repondrells'exclameen pretextan qua
M.Dartigutnave, n avait pas ctu dt-
voirobserver tantde formalitesA leujt
dgard, en proclamant son d(cctt.
Alois parun dccret, cux aussi, ils o0,
1Jrogc a la lettie de la Constitutiol:
11 s'agit maintcnant de veithier l
Jtux pouvoirs et de savoir qual ci
est le plus puissant ?
Le plus puissant sera celui qui 1.,
trira A s-on adversaire un porntttutii
Je Secretaire d Etat... Hip Hip !.
Rectvez, mon chef Duecttur, n`i.0
siicLeres sululations.
La GRLNADILR


ENTERITES"
Pt meALAo s AsIT NTIoSrTINALes












--00-
Diarr e6overteisnourrai onsEvi tritef m uico-
Nous embraons aberculeusn Con du pation.















v-aise qualie de paper tin. brt qol
tbut iadnimsuidtion supIatisu.'
dIitt 6 'ALIa l civil, l a.. a .rsu h .







pi'iiut 'onsl I Autir i
Usqu'a ilyppote cni nprous dcedI.






4u japiet fiingia mnel t aih a'ita
hNous on atilons attention du paici .-o i
pement des finances s le
v.se quarter de peap.e ernploybre
it il adlsoni ippation su diti p ,





Les acts al, notaires, gr1thnc.s I -







, 'Ctit a Og ales actei s ta.it s sui ct, .
tou-niture dt paxiei!
Ouoi y le teublic n bi ttl.di A


is'atlion aura un U on paper 1. .





a un grand stock fla cc paper, r.ui
tiubre encore, qu on ap ait ol.u pe4
actumbles.


iu a taicte sobl appesr ti qu on i p a i

Les actie d le issancs, itcula ui










Vaieux A5ONMi
ats de maaies, It, do Mis 19i t.-7







.er. N est-FL pas honReuI dN ped.
a -petanger aeM actDs BEAUTE c
touin ture de paliet!


str action aura un ieon paper t 1,







aun grand stock de ce papUSr,
iUmbre encore, m qu oit autact ,t pe








set ae b tiCllea .tisi qu on n a p
Le tnipbs de leA mtre n iAiculaiupi



It.. ,. ,






iI d, mariAge s i de lurit 'ie, .




I. *i Aares coura par ic r;a
S(.tirat'lle la Lun onpuiie r 1, a
lentioe Sta istique





Ie .amrdelle ie h Copag.nie tirlana

I'i t au-l'rLnce -"2 tontU. i0 t


!elt s t07 1". C111,18, Ulist10grosses,

Edu de (11 !ji:e 3Jouzairies, Elixir
t dOu-zdauw(: tjiiTI6%S c4LIlulcade 10
dutizaaiciv., tat, ti tic'lIeiiaut iuiianger 12
tit~cs., aipit i*'esj2 1 a(Iuels, emu de
COlugrie 1*i. sbence d'odeur 7
ajotiLdttses a inIkS i cheveux 30
ell,(a.1 i e i )'P '' (JR ).
F Ir i i t I- -SVI 1, tultre en (sainre
1, Gird ;311 aL tiics, taux-Cols 141
Aujztlle,I.otll~td~j 2 kilos WO~
jiouiinlinb ell:o i tverite 147Sfill
-:utuii 4 ki .( s ; i a nint. a. 0I de
(;obeietS a. '.(ics 7. guinlatiales 2
IUtIzLiifes, 12c 6aratiut e brioJie
i. 01-ts 2 1 A, ,uipuPul 08Ito'I)6-
I1~~l'I lacioi *1Z ;. LhteVCUx 11 dou7,
1ua1.1 d I tai ~~ssea.
li,Ai~o 6(,,11 Li:.i~s.
I 0110*1I1'I I dui.IL I lait d'iris I
loi-/,L Inoue, ; 'uchuas I*12.lait Nustlob I
kiak-u~, hajiti. t 'cabibe., tacvts 8'a4
11itgti tee.
Moulin 1, uiincwhettes de chemises
21 aiU1AUZLIItiS.

lucit 1-!wuat'aaux 37, pesux chli-*
1 pa I lll1int a- i douzesimies, pou-
al/ (_it 'LULZ.. j.u~drtde t11ZIl
.~, I iAiu ~~. 31 iI UuZuIAsei4, 11(.101.0t
lia UI~s..) a it#4UdIIse*. Put to IIaIt
k,katdib pijaiaaaut&AcAutiquew ii.)cults,
IA F 42LULVII4S ...)tI Wilsed, pail Ur8sLit
-licktts (j, j UtI~klturiF pt-tignii
f aIle n.iii 1, & oitLa..-inuis Ia


i aUx auivi 1, -iuUIes~ie alunsiuiiuns
a, &aidiiit6 120 CislbaS, Met'vice a
atCU5Iti14 Uilt let10iiiOres, suu-
It Its d j1icl ., bkuia'trt: th oilette L1
I(liotsi, Lb. St. I'V ait U' I dUUZWItite.
IIi~it~t 22 '3 l ik.1ta-ib WULaPIS 5, LtidSe
le ICvits 1:.,Luc i e ,tleaM
jjtAI Isi-e.. t s m L _t
Vauu. 'WDb-...I~tLtsS 11L), Viii (f)0uLIlI-
1,-1611I-i lUte, V%.IUIS j43) 'JUUL.


C) it a id it I tt

\AkUusZ-tUUS i .I~Uvv t: U aUU1 Ivt:C
-%a i Ub UIal
& Jet i~ l u i l


Plu. fabiche *t pluo 6panouie qa'une
* flour.
Image fidtl de la beaut6 6ternelle,
Des yeux profonds, riveurs, enchan-
teurs,
O l'ime. comme A une citerne,
Vient boire l'eau de vie.


Que prend done cette belle creature si
pleine de sante et de beauty?
COMPOSE "MITCHELLA"
POURQUOI ?
Parce que le Compose "Mitchella"
pris dans les forme-s voulues, permnet
a la malade affaissee de quitter le lit
et de reprendre la vie active. FIle ,c
sent renaitre, embellit, et sa sante
Hloris-ante lui donne rang parmii l1,
fenimes saines, fortes et jolies.
l'arce tie le Conilp., f "M itliefli"
Cet le mieilletir toiilque pIur les
feinnies en g-ni-ral et part uflitre-
nireit p| tir celles quii soulTrtent de
mer't-*ruati,,n" irregtfli4re et ,.n lon-
reu'.- l. 1)(ur le debiles, It- eii grit s,
p),'.r I,-. eecxcies de tra\ai;i: c .t le
reni',le ;ni ,dont i a .,r t,,u tce Ile r icn-
iayct- iI est pure:nert t %e Ltal tt -e
ventld aratiti t. 'e-t le in d it i.retlri e mc t, rIt fc iiunCe -',, tlr-T1 t te
rt' liIa i-es i rerIt( s ,ivu s Ir,,x n .i-
rivclt <1 Tl "it -' 11i1Ce eni r;alt." 'Ail-
r e t | >.. < ( l ( nii \ i l c ii t .
i \ ite tute ute Its pliar:ia-
ci rt ile/ \ e i i.n M ',,. ire,
80 Rue Retiulii-caine ,t.
Pour la vente en gross, a'adresser A
RAFAEL FLOREZ Z.,
2 Avenue John Brown
Sctl Agenit pr.'r IIalti e! l're titit
-iledical du Dr. J. I. Dye,
BuffaTo, N. Y., E. L. A.


N,,sor Feliu
MAITRE-TAILLFI R
Annonce au public et a sa nom-
breuse clientie qui'l vient de trans-
tcrer son atelier, A la GratndRue,
No 179, dans la maison ou il ttait
auparavant.


Ligne F.llasd

D-PARTS DE NEw-Y1ORt POLil

Le S/S COMMEWIINE lei
Le SIS ADONIS vent IC
Le S/S ORANIENASSAl4
du ici cet aptes-ridi deNt ..
des ports du Noid II pa1nitY
17 crt dans la nuit paouresti
ve, Jlrdmie, Cayes,lacmo et

AuoAHRENUTS im
Port-au-Prince, 16 Mars 197


Soulage
immedi.
atement


F-U ieide.nornbreusa. am
D le r. Ninard presakqjuid
u-.gt. du Liniment Iw
L nttn riest universeb w b
Liii"' Iin ard est easeW jji
qua f.4it di-.paramt ~les doub~b
t~i' gen~ts et quai s trovudA
tw,'s Ics pharmaciens et 6" ib
ob Le LUri::ncrt nMhinardestcreaW
vet-lotc. 11 u~rit presqueazg'
iei swt 1,, ewalies, rs urabqpw~
ulair,-s. its lesions iraaag
comine an,i, toute i~~
des pic-ds. 11 soulage te s dimb
des rvins.
Le Liniment Minard est d~
puret( a hsoi ue -ne tache p% 2
produit uil diet surprenut. leg
propre et bon~marchE.
Minard'.Ls Umm
Framinwhams. Maew..r" ftb


IiOIaL Cit"111pajole mm- ____ 13911tii& dulletiplell
Ut C. 1I..91 I. IiL~, L1 LLL. c 1,., cs rues .I. ef sdDAd
a s k Z i I L1 if A n i ..U x I D p r I S = AM L 4 -ftal o F O T A I1L

0".' L)d ), 1q Ue AglA I IJ t)) a o1 ie e ou
'11 Laiituc iJULl, 01"t: .1 FIa ,c Lb r l i e S v1 '
dr-5 16111p '.uts
________________Piuppaiatlun de toates amnpoules m~dicamftenleusesset
et Injeciabivs
0 It Vf?)lpDll 2 Mt DAILLPEs WIAkGIN'~T A L']EXPOSITION DE P14UXPILLE' 91
AMP~t EN d'au de era1btoniues- iinQuietll"~
-co- Iarj~, au daila de I'Ile de la Goniave. No~us faisolissienIiIiqu~erd"
wuet- i i gi IoLber vatiou j uducieubs quo foist It s laboraloirefs e[raDfO
hht.r et a.1;~ I S S~ P in \\il- L..u de mer injectAkoie doit etre de fabrication ricente rour Avoirt taxes 90 t
ins ii-rapeuti (LCs. Dc flno breuses attestations notas permetcict de certificr.t UC l
&C111 I IsaLe la Ligne iiU1LAisu1Ate, a Ve#. 4dnne iuu I eS reSUttat spi, s
Its I-Ass.'gciN suivaijis venant de. SPkLCIALATE: Serum n6vrosthdnique.
JAa,%iEL.-- Di rN. S,. Louis, hMr ci Ce seruin r4gularise les dchaugesa nutritifs, il a W OMPOYd aVoc
M~line %I. B L1t-i~tt, A. Andre. Ian. la oooirastb~oae. Ig tuberculomic. fg


C-AYLS.- L J. Simon, Amie Vvt
L-OUIls Rtg...ci. A. Miart -Au, B. A
-n [), C U Lt~iJALLd ttciihie Mr ti
'.iOt .IC D- LUis erCt t10-1, lDr 11,
\- Ut', N i..qu.-e usil~tiit, I. 1(.,-
t5it..U, L. J fAb, N.'alt: L CiAVa,
i. LLCI ie, A. L)%aIand, ~ Rarneau,
cLici, Li.CAuue1, L. Lucien, 1%
a..zii~eI. tLanuiuic, AMoic N \'4len-
41w, j.JcAn, Mf tt: Miteic ulott, L.
UU.iadagiiuk 0t IL. LA~nt.
11, RL.tI L -' I a M0 11e Paret, .M
u~t.Ai....uILa .%itts A. ct M. keimcto,
uuiiUAsbUd, ii uu, A. N S~ilOU, .5 Lb.
&ijiniA--, L. I -iualuu, Mmte A. Layt-
.. aC). CLkL a, U.. \ twiniier, R. Ali-
sot.tlutuulrA. Blatchet, Lb. Au-
1, I1. C.- i~zuuws,, Mam N. Caye-


--sS -


Les A UTL7(MOBILL J' Ulil) sotia celles qui se co
mleux sui I os routes.-Eligance, souplesse, sohtdA
Touring Car pour 5 passages


ii
.5
'I
- I
'a

4.

a.]
a;
~1


1 ii ma pilstnce, M. Laycmitte a Aiguilles A coudie 31:,.i(tC, Agua tiitt, L. ldi.'tAud, Luchan.
:credu qLe le mardi 1i janvier, deliciOusa A0 douzaiiies, alcoul (t ie i
\ai.t midi, en avail tini, aux Abri- inieiitht I douzaine de little.
os, 'elritc t Iks mimbies du Con- 1t4det en tole 1, balats 2. biosts all iJLfit JtIl 111i1Ui6 LO.
tLl communal, et les clecteurs d'ar- 5, blues 1311 kilos bas I1 pait.l. '.. l.rn oo, supreme la
ondisercmrnt. boiichons 10 8 et II ballots ble i I
I cur rfcuver le contraire, il faut d'uutre ner 1254 kilos. blaireaux B Babbitt
nc ces Messieurs iuscrire en douzane 112, bodernos 8 iiit es, Sav or t.aox bar
x cnc cs Messieurs elle duscrire en boont n5 masse. boutons -t. HFlENC II ALIIUGAN INE '
..x tonte une ielle d claration gross, beurre 300 boites
tui, g.ice A mon temoignage, ac- Couverts en metal argent6 40, cuil- t.\AS de CALIF'OILVA;.
juitil une ftoce probante autheati- lers en metal argi nte 12, couteaux vins rouges. Claret, Zinfandel, Burgundy.
ue. 2-. douzaine, cuillers en bois 1, (as- mans bian. : l.iok, Sauterne, iesimng
La religion de ce haut fonction- seroles en fer 1 lot. cire 2. coussiujr M isadcuL etti asrewtses. Oc,
naire n-a pas etC surprise, malgri 6. casseroles aliuinium 1. coupe etr Bleres Pilsner,
toute la tactique de lintrigant peit, verie 2, cuilltrs on for 120 grosses, Pla/it/ Kings Bohemian
.ccond et le ton inditthirent sur le- corset l,chemies 31 douaines. ch Alleys Porer & Kings ure Mal
que it lu avait ost cette question. insefermes6.crme U Alleys Porter& Kings Pure Mal
quela oins,, MM les opposants onserves caisses, call.dinesb 41, THOS WOODWARD & SO.N
Nanaoins., MM les opposants carter postales 20 series. cadres pho. Potuotns saUls on toas I" ,-
croent devoid y revenir pour sauver tograpbie 12, conltures 25 kiino, Representes par
itut cause. crepon 8 m6ires, coton & matquer i
Que leurs candidates au SUnait kio 250 gramimes, causoelLttr 4 t .k*. *Le o8ic
aieot ett6 lus i une majority de IS douzaiWee, cravates 2 douzamnes, c.- 9 5. Rue du Qvai


Ford Motor
Ls M1FVS & CoAd


Le Verinouhl Cillz'
N a plus besoin de riclame, car tout le monde sa i
L'Apsritfi le plus e[ficace,
Le digestif par excellenc
La boisson la plus
et de meilleur ton qt'OP
i; puisse offrir a sea.
Aussa cct av, s es.-il.seolement pourv S.dare d
VEROIITH CaiZiAO ebe |
A. DE MA TTEISet
Reprfsentants pour la Ripubliau1 -.


- ,-,,,


~---


IY I -


I


1


!