<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02827
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 14, 1917
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02827

Full Text





htIt~h3* ~j~2 Minfredi 14 liars I~)i7


0


G., 2.00
a 5.00

G 2.20
6.00

G=8.08


Quotidien


C16ienet.MAGLOIRE
DIRECTICUR
ABO~NM5ZMTG
PORTOAUiPRINCE-


THEATRE PARISIXNA.


L'ETAU
lITE COM*DIE IN UN ACTED
PAR
1. LEON LALEAU


Au Convent
DRAME EN TROIS ACTES
PA'R,
M. ULISES lIEUREAUX

SUITE & FIN

Onvous a d6ji parle du spiritual
lver de rideau de Mr LUon Laleau
qirIlaiss6en nous qu-ltque chose
qaiscrsit comme une vibration de
atistal.kn r61le se bornera done
Oas entretenir de la piece de Mr
eureaiux :Au Couvent.
Dhbord je vous dois un aveu. Je
aesuis pr6sent6 A cette prenmibre>
Wkill4 par une inquietude. Je me
Amandala si Mr fleureaux malgrk
tsdehors calmes, ne cachait pas
ie ime tumultueuse et grandilo
ewnte don't se ressentiratt force-
sent son cuvre. Je me demandais
fil n'tait pas un esprit qui, en
Bison mime de ses origins, se
tert i4 une action th6.atrale bru
Rote et bariolee qui froisserait nos
pts d'harmonie et de measure. Ah !
Pej'alia peur du panache castil
mi, des grelots et des couleurs es
Polt Eh!bien rien de tout cela
a6tou bien seulemrnent pour un
iigrainme.
Bien qae la pi6ce ne soit parfaite
Mtouspoints, qu'elle ne contier.ne
saialmuim d'art q ie les critiques
passz-moi le mot) doivent relsa
Rrtdes auteurs, j'ai 6t6 agreable
ntaldiu. J'ai appris une nouvelle
Ulqrilfaut toujoursconsciencieuse
.nt erendre compete d'une chose
itdejeter sur elle un mot ddti
- Btef. Je tarde a vous parlei
dle. Le sujet de cette piece est
i realisale poignant. C'est un
oMeaudevie.C'est de I'art rdaliste.
"eur a mis sous nos yeux, le.-
018s de l'existence d'un banquier
Si4o6ral,-les compromissions
SPM, les souillures morales
RrAle la vie de certaines gens
tcatastroples qui sont souvent
Vltissants de la fire d'or
'rla scene se passe a Paris dans
"lieu de haute bourgeoisie. Mr
*''Ot,banquier de bonne r6puta-
,lanc6 une entreprise d'assu
ur les colis postaux. Par
,rites r4clames, par un brilliant
,to[ series les ac ions de le
ltntloontent, montent.Tout semr
SfltisCir, mais Boisselot salt
kit Oquilibre par des tours
l, et le craquetnent prochain
0i sdase oreilles. La lutte
II r6siste. Pour parer a une
lane sur la march d jux
Itfsse. Mais l'encaiase est
et tales arrivent leas ehdan
dans 16tau de ces deux
sae voit perdu ou presque.
t alors ua supreme moyen.
I I estit pas un des priten-
sa i, lle? N'est-il pas riclie?
llSisons *l'affairej associons
1oe 0Iaos combinaisons et
es sauv6s. D'ailleurs it
eds personnel, romanciee
SdltteUante et surtout frs.
d1dui p~re et' de la fill.
it isin e cru. Cest la vie
t deur. En deux mots, it
&Blanche la situation. La
Unan e plaisanterie, il n'y
ftaheur sans argenL Elle
So0nger pouser un
le talent. Pans de nuna
nstiblerie.C'est lesicle.
e. 1'rlor de Mr Fla
Kbhileg e. II lui a
( b 1qu'elle doit ac-
q BlaOche defend son
opheour, elle ne peu.


pas las sacrillr, elle ai ne. Maii alor 1o 1'action. La pi@ce gagnerait a la aux portes et suivant intelliaemment nemi, A l'est de Bouchaaelle et asA
dit le p6re, si ce marriage neo -e fail suppression de certainea tirades q.ii les affaires des maitres. Sud d'Arras, par nos forces. Toutes
plans trois jours, je suis ruin6, c'esl **'vlent malgre tout 1'aiguillage lit L ne menti >n touted aspciale a Mr les tranch~es ennemies auraient et6
le chemin de Mazas, c'est le suicide. teraire de auteur ( ceci nWest pas Pitrus,qmi d ins le r6le de Boisrelot, prises ainst que des prisonniers.Nous
Ebranlee, elle accepted presque Ih ,in reproclie) car la race nous do- s'est surpassu. ,rio. Entrain. Natu- y avons p^nAtrr malgr une forte r6-
sacrifice. [. ast touted l'intrigue de nine. Un peu plus de sobri&t6, dor- rel Sobriete de geste. Mimique. Iien sistance ep6n6 r6igeant de lourdes
la piece. lonnance ferait de cet acte un ne lui a muinq1 [i n'y a pas i dire pertes eA 'ennemi.
4mouvant sujet ce fut lui la reine du bal. PARIS-Lesennemi.nds o
Arrive MrDuprat,directeurdecL'Ob- Enfin voici l'acte final. Chez Mr JACQUE.-Ls LlleRSOnds ot attaqu
servateur>. Le banquier moyennant Dulac reception. Fl.umand vint e- LAnos positionspres de Rheims, mais
monnaie fait annoncer le prochain tuisser le portrait de Mine. Sant -- ls ont eti repoussds et nous ont lais-
mariage de Mr Flamnand avec une )rEsents .le journalist Duprat, Mr si beaucoup de prisonniers apres
riche ambricaine. Ici, beau portrai;r erlin, le notaire. En attendant Ia HBllier JoneS JJwe liiling C0. avoir subi des pertes considdrables.
moral du journalist moderne. Mis, .ouper on dermande au pointre do pehrine sUIfinzriat oo, Suprewne aco Dans cette campagne,nous avons en-
en sc6ne. Lq soirl, super chiez It ,onumincer. Les invites se retirent core progress sur un tront de tran-
banquier. Mr Dulac, Mr Dupr.t. le to jardin. Du'ac traverse dans son D core progress sur un front de tran-
notaire Merlin sont les invite. Mi -abinet ach-ver un derniar ciipitre 'B.* Inc cheese de io yards et nous avons
Dulac fait sa court. On apporte le. le romaan Fla nand et Anm3 Dulac Savon Gold Bar capture environ 1oo0 prisoaniers. j
journaux. cL'observateurpanionce le- ont seuls au salon. Le p sse encore FItENCU AilEl11 WN WINE C PETRRAO) Sur le front du Cau-
mariage de Flainand. C'est I'argu- is em;oigue. Flainand, avoc sa voix ViAS de CALIFORNIE case, au delay de Hamaden,les Russes
inent decisif. Blanche re;oit le coup haude, harmnonieuse, murmured son Vins rouges: Cliret, Zmit.iet, B-Jrgundy. ont chass6 les Tarcs, pres de Bisitum
en plein cour et s'engA-ge solenuel- Alnour tandis que tout press dans ie Vas b'lanacs : Hak, S4aatera., K esltng d-ou ces derniers out ensuite retraite
lernent a Dalac. Le super soi-dizant cabinet voismi, DuLic &crit une sceae Vlassacussett i3rewerles. Co jusqu'A Hadliabad. Sur le front russe
do hasard est un souper d.3 flau- 'areille a celle da cOte. Flarnani Bidres IiMlszer, occidental toutes les attaques de
Qailles. 13oisselot a vaincu. 11 exultd. .st a genoux et chiante son amour. Plaf[ ['ings Bohemian 1'enne.ni out 6tL repaus3e-.
On passe ; la salle a. ming'er. Fla- ,)la dcrient et tit s e.nbrasser ses Plt uf Le ingsgBohemian E ral Carranz a
mnand.entre teuips, se faith announcer. Jersonu,ags. U1u brui de baiser lai .4lleys Porter & Kings Pure Mil ,!anoi ui dcret re ablissant la ville
Le banquier lui fait dire quit nT S arrive. Les pjrso.nn ages s'embras- THOS W TOODWARD& SON du nc\lexque cmre in capital de le
recoitpas Ce premier act est ex ent plus fort; un brut plus vibrant T Poisso. WsAN e.& to. -i eu reco ub capitlqe ae.
cellent. C'est le ineilleur de la pi&ce. le 1vres lui arrive, cette fois dis pulque.
routes les physionomiies sont Lise- tincteinint. Ce n-est pas du roman Reprdsent~s par RoMs -Des attaques ho;tiles ont
en relief. L'action se dessinu. U'e' cela. Eug L. Le BJosse 5t repoussees a Bezzeca et au nora-
vie ardetite circle dans cet acte.Les II se leve prend son pistolet et 9 est de Lengumo I)aIns 1. section de
caracteres s'accusent. Mr da Nevers voit le p-'intre a genoux devant sa 95. Rue du Quai Castagnnrzji des postes ennemis
est dans la inesure. 11 a fait de feinune. Tableau. Furieux, il rappelle ___ ___ oat ete cerncs et des prisonaiers
Part sc6nique, du theUtre. LI a Flainand ca qu'il tui avait dit la captures.
anois plus tard. Mr Fla:nand re- premiere fois qu'ils se soat parles oe
vient d'Amerique oCt il avait ete Si on attentait a son honneur il se Lottvelle8 14 Mars
clierchier l'oubli. II n'a pas pu y vengerait. Flamnand se dressed : un rto WS o.- un aatezc
rester. La bas it a eu la nostalgic de luel,dit-il. a vos ordres. Non pas do P te VVASIIIeQTOM.-A un: coriteren c
son Tfaris et do son amour lointain. luel et Dulac lui tire une balle au tenue hier par la corporation duTra-
i1 loge dans l'appartement do Mr tseur. Puis it so tue lui-mnme en vail, une resolutio:a a td adopt1e
t1enaud, employee de la B3anque Bois- criant : eeux qui disent que la vie PAR SAN, FIL portant comme principle que 1'Asso-
selot. Par d'adroites questions it a n'est pas un roman sont des im- creation donnera tout son appui au
faith parter l'employe. It a tout devine o0ciles. Les invites accourent. I3Mars gouvernement dans la paIx Zommen-
it apprend le manage. It couve unt 31anche;froide,resign~e montre le ta jns la gu-re.
vengeance. Entte temps Mr e ban- teau son prer. Ele le cravache de WVASHINGTON-.-Ie president Wilson Le president Wilson garden encore
quiet', avec Iargent do son gencIe, a *on n 6pris et I'invite a contemnple r ss aarrnt eraisn de so
tait rentrer une des deux fausse bion otuvre, le fruit da sa a f ivre a complete son chuox des membres ses appartements en raison de son
trattescellede159.00JGfrs.leseconidt. lore. Elle sort par la porte du fond, de la T arfl-Comtnission et ces no- indisposition de la semune dernirc.
13 est introuvable. Les affaires voui tragi (ue. OC allez-vous lui demand minations seront probablement en- La r6unio.a ordinaire du conseil qui
mal. Des bruits tacheux current. E i -on? Au Couvent. Rideau. voyees auS.nat durant I'actuelle ses- levait avoir lieu hier a te rervoyte
visit chez liena:ul, it to abe sui Ce troisimne acte inalgre de gran- sion extraordinaire. ssiox.-Les gouverneurs des six
Flacnand.GClu-c, lui rapdelle le passe. les bhautLe isoldes, est un peu ex- Les chemins de fer menacent d'or- tiats de New-England se reuniront
It1 le gille de son meprii Avec Utle ;essif. L auteur aurait pu mn:ttre une ganiser une greve national si a la aujourd'hut au State llouse pour di.-
pr0cision ell ayante il lot tait le -ourdine a son instruine.it. II faut conference qui a ett annonceC pour cuter cls plans de cooper, tion na-
dcounpte de sea taipitides et lui oien qua je le dise, puisque je n at jeudi les directeurs de lines et les uonale milittire en vue des pr.para-
met sous le n z la trtO e d' 13.00Jf. pas laisse dans romure les qualities Psidents des quatre associatiois de is de guerr.
quit a aehit,3i du portejruu H.avre, de la piSce, cet acte est melodrana- residents des quatre associations de tts de guerre.
qu'll a aclieo dau porteir,ua l avre. de la patce, cet acte est malodraiaa-
Scene d- prieres, de paiidj.. L'ar ique. Je n'ai pas ai ne ces deux trainmen n'arrivent i s'entendre au
iste est inulloxtu e. 11 tjit inter auX ca.lavres sur la scee. L'auteur sulet de la Igalit! de journ6es de 8 -- -
oreilles da faussAire des inots ter'- tuisqu it a du talent aurait pu nous heures.
les. 4J.veux (e tu deviene loer tiue autre sciae 11 late qui Mr Wilson gudienorese appar- a ts D iv ers
pauvre, |1 ve.-ix i'apprd:i Ice a de .ie serait pas tr6s difficile a fair. Je tements en raisoi daretroidissement
venir inailleur, ce ser.t la iAtu ve I''aime pas au tliiAtre les couclu- qui l'a empech6 d'assister aux
geances. t1 le chasse. jions sangluites. nombreuses reunions qu'il avail pio- F1NS E. Lr N i" A, ;iT S`I
Le drame aurait pu se passer let6es. Oa announce cependant qu*il M O'RO.LO IQ J
Dalac, en vi.ite auisi ct z l e n laus l'dana des personages. Quelle sortira dans quelques jours si une
ploye, rencontre Finaud. its cau scenee plus vivante, plus vraie saraitt amelioration se fait sentir. 03. tkTi W
sent. L'autre decent la noavells d ;* si )ulac, surpren mt dans ie amew oration se ut sentir.ogr s ra
son tnariage. Dalac liit par luin dte ein:re Flamnand un amant de sa New 'ASTLE-- Les progress realiste DU
.nAnder dae ure le portrait de s t(ean ne lui jeait d abord son minpris dans lo'euvre d: sauvetage ont per- 4,,AISNI ,' COLL 'IE
femine. Its se douneilt reildz-voLs I t *hoisissait pour reparer son hon- mis de conslater que le notnbre des sINIr-.tL['iiL
La-oas dans son foyer, 13.aictii, so, eur ru lieu da coup de pistolet dlu morts, faits par le cyclone d'hier, se
Lre. Malgte les attention is, les prevy- eani civilis6 l'pdae loyale du gentil- r6duit i une vingtaine. Quant aux Mirdi 13 .ers1l17
inaces de son in.ari, ell ni at rival pat iointne. EL quelle se6ne encore que bless6s on en compete enviro.i deux-
Seteiudre en elila ancieta uaalot. .tlle ou Fiatuaun- parti, Mr Dulac cents. 3tronatre 761.0
ion mart lui apprend qu'uia arLt'si expliquerait avoc sa fern.ne- ce60e PIrraURv*I Un jury de six mem rmninimun 21,5
le talent, .Jr FilaulanU, ut prnx uL. i trcprochles sucne d, larn~s et qui bres a ete constitute pour statuer sui
leruier salon, a accepted do etaire so, ,ait pout-atre, aast-on pas dde not le procns qu a 6t6 a t en i dtairy oiratura
iorft ait. Blanclie pris, par le paps nues, scene Le pardon, scn6 e d'o ut le tro .p sa m6 enM adai e M A- r n ratr
i-expoe A demander un remtdez-vout. de vie nouvelle. s orn na l- eli. Tnatr par sa mere Madae Ma- laxiu 32,
Ad delaiise. 11s se revotent, is re oression genetrale de la piece,n'est eline Copley ar LMoyerne diurne 26,0
nuent la cEudrd froide da passe. -as inauvaise. L'iuterpr6tatioq a &tL ae s'etait pas present. oe
tlle apprend que to manage de so,, ixceltlete Mile l audun dans (e role BOISE IDAHO-- Li legislature dldA.-
ainle stait utne aombiuaison de son le Blanche a renda avec bDnkeur ho qui s'ajourna samedi A minuit a Ciel cla i.
p6re. Elle coiLprend. Fida tina. de- .ou es les angoisses de la jeune fille laisse bomber un project de loi qui Bise de mer fIible.
courage lui apprt.nd qu'il ti'a plu, An3ouar'use, passionnde qui sacritie avait pour but d interdire les conces- Barom6tre constant.
de talent, que I'amour degu a Lt- t'amour a l'hoaneur. Mr Feihx Viard sions de territoire aux strangers et Ie t. S-liB
in lu la [fo. Elle le rlemouLe et I.u plans quelques scenes a ere a de- marriage entire Japoaais et individus
lemande d atair', son portrait. Uue sous de lui-miine et le public n a de race blanche. An ceia des rles
vapeur, do tristesse, an parttui do applaud en I.i que le souvenir de VA-L'ambassader amricain Dpuis uelques ours on a 6t
lecepuLoas comlnaiuieF enoruimu -el acteur qui le lit vibrer iitonse- HAvANE--Lambassaaeuramricain Depuis queiques iours on a et
toute eetie sce. T1andei qua e nent aux deux soirs de olhstinct. Gerard, qui avait 6t rappel6 de 'Al- justement intrigue de. voir au coin
passent ces chases, Boisselot s oenlsr r Em i'rbie a joa6 en bon acteur lemagne s'est embarque pour Key- le chaque rue un carr6 peint en noir
de plus eon plus dans lea inauvaise~ to rOle du journalist, homnme d af- West en co:npagnie de 54 personnel. qui, disait-on, devait recevoir des
atraires. Sbn gendre lui demaiad|tfaires, 11 tent sos belles promes- Cma.--Le premier ministry Tuan ettres designant A nouveau les rues
une explication. 11 avoue les penLes; aes du d6but. Mr Maarice Laudun, Chi jut et tout le cabinet se sont le la capital.
'atfaire des traites fausses. DuatUa diegant ot impeccable dans le role pr6sentis aux Coagr6s. On rapporte Oa vient en eflet de commencer
consent a perdre mnoyennansI qu Jo Dalac a plus d uue fois fait pas que le Cabinei et le President out I'inscription de ces lettres de teinte
l'onneur do las famille sont save. It ser le grand frisson daas la alley. d6cid que la Chine doit rompre les blanche en commencant par la lettre
lin donne trois jours pour faire ren- Liu, cesitle grand jeu. Mr Richard relatiousavec rAlleaague.LesCham- Aa la rue Aunericaine.Tout le mon-
ir la actsse traite. alo esirt. le de aivan a 6te tout a la fois unpritael. M bres ot approuv par un vote de le cherche pourquoi cette nouvelle
rapide queol premier. lcst trop B enoit rAussi dans le r6Oleducomnis 4.t centre 87. Le Senat voters de- mesure, toutes les rues de la Capi-
ciarge piein de longueurs. 11 y a de tbaaque parisian. lMile Dagzon et main. tales ttant dtia d4signres et on est
un exces do language tilur. Un de- Mr Yvan Fouch6 out et6 daux do- LoNaE. Le bruit a courn hier anxieux d'entendre une explication
jeuner au d46but,nuit au derouieamentO estiques-types, 4coutant avec art s~ir de la prise des positions de l'en- precise A ce suiet.


REDAMrION ADMINISTRATION
Anglo des Ruas Fdrou & Anfi~rcains

Les azzonces &*at repes I
A P*Jtr-AD-~I-,lCa:Aalux ireaux duii ou=&)a*
A PAJlz: ckcz L.Mayence & Cie p, Raie Troncas
A Lo*nais: chez L. Mayence ft CO. ig. ii,il
Ludgate Hli
A BIDULIN. chos Ridelt Mosst S. w rg,,Jeras~alca
Strassc 46-49
A lbw.Yoax Universal Psihiicity CoaUPAUY 45-. WeIS
54 th Street
LA. mamuscrits uusdrtj u om me sous et pt.rendal,

AboMMuIsMS us& SfWIrSOnS PaYablgi d D4MIs


I mois
roil JI
a mois
roil)4 ~oil

t0 goteu


DEPARTMENTS


ETRANGEB


poilT.AU-PRI VCR C(H&iti


I r I- -r -I I II I I R III r


mdj&* VAW.-;


WAR


It f-cre uh t A Mows Vj 11


- _f





LE MARTIN


Coaseil d'Eat I Pour le Srvice bhdraulique
On sait dkjA que confoimimentl Les habitants de la rue du Riser-
aux riglements intirieurs du (on- voir quarterr situe entire la rue Ma-
seil d Eiat, ce corps travaille en As- cojouxctla rue Tiremasse)demandent
stmblie gcnerale les lundi, mercre- au Servie hydrau.sque ue penser i
di et vendredi et qu'en dehors de les alimentcr d'eau. Un tuyau de six
ces jours les sections se rcunissent 'ouces sutfirait A tout ce quarter oil
les autres j-urs de la semane. l'on est ob'ig ,0 a:heter de l'eau
Auluurd hui, aprcslestravauxordi- patfois i des prix exzrbitants.
uaimes ona distribute leprojetdelos a- Nous tetson que Ic Service hy-
yint trait au x tonctions;contentieus< s drauique Jdonnera satisfaction a ces
ouConseild 1 at don't la discussion en itnteiessai.ts con-tribuab!es.


!mnce Ileinete est tixie A \endrc-j
di.
UL -Varikl6s
Le programme de la soiree d'ac-
jourd but attittra encore &U Cint-
Vasiiies un grand nombre de spec-
latcurs si l'on en juge par IinitiEt
du picgranmme qua sera execute et
que nous otlrons avec plaisir au pu-
I lic:
Sroits driver en SLede,- filnr.
d'tt i'a.ien, Jeuresse.- Le oii de
l'air crime i c ouvant en 5 parties
qu on P IND[a t lia ssilique Nolle Dame
l.a ( ig tiuction t.\Ainue depuis hier dcvatr
lt l..si qut. Nctret-ame, un tIa-
* ait o.u l 1 uu:it se taisail sentii
dcj uis .t gt nps. C'est le belonna-
. dI ,t. ,tr'on (u ctux qua ve-
n,.11L I 1- iU iCiaillts s'cn.boui-
bI-it: ..,ux genoux A la saIson
pluvieuse.
Si .;: r.t A cela que l'esiheti-
que se :,uc .bulument satistaile
de cetl .. i. iatiin, on n'adresse-
rn qu, .: s i.i.ittattons A la Ccmpa-
gnie
I;, ;slai.oa de reles
N, t I .. iC ICu le tane part de
I l ti, I. n rs restes de Charlis
.Intic I -' v iuti-r dtckdt aux Cayct
1 2S < t8. ,es luntrailles auron,
lieu c: 1 -,;is Ste Anne let 16 Mar,
co 1aniit A S htiues du martin.
Nous enouvelons nos condoltan-
.es .n-x !nilltes eptouvies.
A vresre
;\lui.n .i Oage situte A Licgane,
.-ur la i ce du march.
jdicdev A M. Plaisir, A l'impri-
me:it du a Matin a
A uNs I< ieatrs
lin ncotinmandant la Poudrt
Louis Ltg.r.s a nos lecteurs atteint.s
d'iasthme, de catarrhe, de suites dt
b:onchitts, nous leur iviterons bicr-
us eOL.i!'arles. Celte merveilleust
I'oudic, qui a obtcnu la plus h utw
tcornmp.:,se a ilexposition de i900,
Prtils. C.iiin: it.siantandment l'asth-
e; 1 'o pttssion, I'tssoutflement, li
toux des vicilles b:onchites et gue
in progutisivcmett.
D o't g~ner.tal : Pharmacie Mal-
tial P'ottus a 'Poit-au-Prince.
I a I ague Littraiste
C'cst d manhe 18 mars courant .
9 lucs du watin que se donne A Pa-
risnanA la matinee etcreative et littt-
raire de i-Associaton a La Ligue Lit-
ttraire m.
Notons interpretation de la d,.-
( rilante comiidae n Fn Men-ge a dt
\ )uc;.se ct la Conitrence d-usage
Those uho IsLe Whisky
Lr-1: 1-kAN(AlbS
11., ju't rc.-.ie the good WhiskA
S1 ahl :' .:lt 'ade Mark canadiar
( 1 .A lIRt.ti ) S years old cel-
Iitt 0Fl'\v the cainadian government.
\\ I :ilI .t-d retail.
t 11 (ofl dis lIgllests
l.e .* i. *I'ti;s W illem I ode I.
1 g.,n r c..t, }3 vnt laisie Nui.
Yoi k c ,S i i.\'tI it.oule, ist alrii
iat lt ,;.i" j o l. sg ts courant et a.
roi:e ( Li ;ts s orts suivants :
Six itI, t1 ..t .ite 4.irq tones sis
ct.ni 1 n tk t .- i5. (6) de marchardi-
ses dili.st~ -.II I 1paisties


1' irc



le..n mi-ac

1'cia-de PAil


249,27
90.46
$9.83
;9.26
JS,87
315,14
16.10
3907
8.03


64J,o


u Prince, le ij mars
La Libre Peasfe


Stonnes
1917


'rei scLi ddsurmasis le titre qua
remplacera ce.Iui du oQuofidins.nou~s
a intorunks ce matiu Mr. Chrittian
1<-ulus d,)ms Iirpossibilita&d o ise
tIOuve de corfoilper I'appanition do
journal aso title qu'it1Fade.


hatrel-c i~c Cempaigamld'acnebalea?
Ce mat.uiltt bavi-dL de badaudS
ct de cuiieux !e grou parent saupi,&
du Font qua est silut au Chimp de
Mars, deir.kic Ic trur du flOUVC8L
Palais cua s~talaient des chaises eni
boas aUX C Co1Uts vatitetq, avec ca. fin
tout un matkricI &~actobatie.
On dit que .'est use troupe qui
%ient s'inslt;.r~r ici.
,N'vs i~i~ht~ions de renseigner
tz~~tzio t K m p tbit.-quec cc genie de
j-siz.".aio 'ac4.,jUU)n ~s I,'11itrn .
A06 tile A la maim
u-tst-ikt qiui, i .ita u piano
-. Oni 1'. 11in 't !;,r que It pis-
1 0 tI;mit U.,. L' il.0 1je iul fuas 10-
giier les pl-ta.' d. dtx %.tntinl:res.




.V. IlAI I MLiiLEU
Anvon t iti Lbiic CL 3 S& nem*
brti s &c 1ntV'e qui vient de traris
Icerrsor, ;ei61L, AL IA GrAizJRu.
NO 179,. 10 sla IiiA,-On l c11iitail
a paravant.




4uex j)Clils t(flfLfid



I-Ne neo i ii i/ n' i n
Petits tnzf.nv h iun Ix. vous qu'
coflfl~s!,/ 11 L( itt.,',c ] a vie, le-
caresses d*un yp& ,Ics cii.brassement.?
June mr~e, oo;'- qui sincz de Posey
le pdtit '.c uliti %cft~iupr&-de !a bd
che de Ne I1eti qui voL:- ees endor
MIS L11 tavt Co., t i~vts d-or dins lk
I ucu r bt c' u-.u (,u Up12oatd.
C~i5 nt L 11- 17, 1,11". x I-out qui It
I'eit 1iL J -L-11 cI un i~me N' v
ont v(;%. i Iii.v. 'Isp'ce, rp0;-
ieurs de L., s u ..t f~-discs : pe,
ti- 1, ';! 11' AIt. I -.LX ,wit le rL~ il
tut de joic e q, I. :,;; s os blanch
Lhen-i,-%s, viu., cc.pi u ies cr:
la Chf illnn'tt C U tI!1ti i e ; Petits en-
ianls LIueu Ix qui sfir z etnlre vOw
bras rU11tA i. rL pun.h Lieles, ptitii
t ntants Ih U.-, L.pec*UN Lcris aujour-
d'IUI PLIL' t.t 1, 1,ci tants anal-
lit ur(ux j i LE ii:f l '; AlitI plus L.
dou;.Cur- e I v '~ne cx-rt ssts d-ur
Vr, niI*s!L.s z~ns d uut
irlvte ; qui t- n~in.u,,,-po-ser le Sr!uiau
Vide P.6 de cI A. u le fcu ratC i.~-
be plus et qut se sunt c1 norin~i~,, 1
me crido'uur, dans ]A nuit et daw
le fioii. Ic %ous ecail, p, its er lint!
heulLUX. I( Ur d~s eziLlrts MaItiU-
reuix quj. :L I'.. It 1 LsuS IIt lb o: horn
m,:. No'elt ri cIuhct LqLi W i I rt
,;u ni l ouct t ', co bocbws,dont le r&-
vti tut & .I.- w s .~souw tm ~idt.
No~ is d a.li, ft Lkitil ii ontonn cuf
en LLt jori, k'- 1c:! quc JA !'nasuiks.
de t%,ube it *I'io'enAtnt des orphc-
phelins.
it % Cu" Is. ?IdlSheu-
.tUx, rCUl NlUUS CIslikZ ;Aux PC-
Ais cIf't v a h, ht Liziu.
Is! 1.5c. t t uIC& x, "LS petit% Ca.-
i: its wnit Ihh -. ux, U p us r.oinibaiLu x
ef~coie W1. 1i &(tci&a g A ti1c qua a.
JimnoliaIcs dtotiutset ciLii' non bci
:t.s a ids dis bzcs~a dti unt ;.ussi It,*
loyuis qui !ovtt :is uiiJs de IA ItSu*1
Jresse hunialac ; kes orl-hetus oni
0k~ jetfs b.1s -ur la ut4le itue, de rre-
mne quc Its oisn4jpa s. L'~t p our let
orphclins #i.'L: a gucire que je Vow.
amploie, pour Its pctittsttifins mDia-


1A etait trite' c'est pir moi qu'll est
maintenant joyeux 9
Faire des heurenz, c'est le plus
grand bonheur de la vie Vos parents
petits enfants heureux, ne soot heu-
reux que p.rce que vous I'tes Pen-
sea que IA-haut ou ils vivent, plus
que nous parce qu'ils ont 6t plus
grands et plus heroiques que nous,
lea p6res des petits orphelans, les
vaillants soldats tombs pour la pa-
trie, out pleurk de voir leurs petits
enfants demeurer en ces ours de
tete des petits enfants malheureux :
la bOa:he ne flambe pas dans leur
cheminte leurs petits souliers sont
Jemeurks vides au coin de l'itre et
nulle douccur n'Ai et mis sur leur
ilble. Petits enfan's heureux, ils sont
1ombreux les petits enlants malhcu-
,eux, orphelias de la guerre attreuse.
Pensez A eux dans votre joie. Don-
nez-leur ce qui fait sourire. Privez-
vous un tout pclt peu pour qu'eux
ie soient pas tout-A-taIt phtivs.Vous
iv, z de bons petits coXuis, petils en-
!ants heuteux, cedez A ces bons pe'its
,(c.Is T'iiz ptr la jupe sctre ma-
niiati. otic bo:ine ou votre nounou,
: itrt z aux orphelins de la gueire
..' part de bouhl ur qu'cn ces jours les
nt iiil h ureux dotvcnt aux petits
entants malheureux.
U;i b s i sui vos belles j ues ro-
sf ,. e inci AI '.
SLZAN N LAKON
r ,. 1, l:-v.lc, 19# 7

(r' nd Lari erie
d' llaii
I'nH -I lince, le 14 Mare 1917.
I'l kt.E ltD. d QUAI'THFtS
L.* tiiniIl t- avise qua pitir tide
der..ti, 15 .Mlas la circulation vers
I.' i iit ide la ville se fera coinitie
.d Ile p tsle Ital 1i Cheirnn du I'etit
F'ouur tt 1 Aeniue Ducoste.
1; ,st riapitle que le Chemiini du
PItliFt 1"ourl t.s exclusiveineit allffec e
A la uioutee dus veltcules et l'Avenue
DIaLottc. a la, descenite.


V'eil te
liolt


parLi Con yep-
#4. pciale.


Ln vtrtu 1 o d'une obligation hy-
potheaire avec clause de soie parte,
passecau wippurt de M'Louis Etienne
Ldinond Oniol etl on colligue no-
tlaes a la rsijcnce de Port-au-Puin-
.e IC qU' to:7e |,in mil neuf cent
qu;i-n 2J d uln jugement contra-
lic.oiie du i lunal civil de Po'o-au-
'niinc en a't du dix juillet m l neut
.c;it a ., .,ss6 en force de those
jug~e.
It. c:a piotJde le samedi que l'ot
cui)pieC.t Jdx 's-pt mars mil ncut cent
lix Cept a Jix hiuies du martin, en
ILItu,' et pal le minister de Me
Louis \"iincti;y, notaite A Port-au-
Irim e, loui ue llameithon Killtik,
a Jdva!'n ruc du Centre, A la vente
,ub;: +e au plus otirant et dernier
-nhte:,iaseur d'une propriett tonds et
L)iiisses 5ise en cette ville, rue de la
R(nolution de la contenance de seize
ieds Jix poucLs et sa ligne de lar-
geur sur soixante et un pieds de pro-
utndeur bornee au Njrd ttAi a Oacst
..I 1- h ,l i.i is LCavalter, au Sud par
uc dL i. Revolution tel que le dtue
Im. as S. Pieux tt a 1 Est par la dite
p)opricti se co.iiporte, %e pour-uit et
ietnd s.is exception ni reserve, sur
i li.It. a pix uc trots mille quatre
tidt -uix.inAtc dix gourdes cy P. 3470
C11011 Iuonpiis les charges de it'n-
iere et Its hou.otaires de 1'avocat
%oUIUl Ialt.
A a rtqarte du sicur Alhied Rous-
cau.,propitetaiac demeurant et do-
niin.lit a Leo gine, ayant pour avocat
Aie Leo At-xs avec domicile A Port-
.au-Prince en son cabinet 1o8 Rue
HAInenthon Kitlck ci devant tue du
.e nte.
Contre le sieur Mirabeau Etheart,
proprietaire demeurant et domicilie
a eort-ju-Prince. Pour plus ampies
ctnacigntumnts s'adresser A Me Louis
Vaimcnay, notatre d4positaire du ca-
.ner des chargess ou a Me Lto Alexis
u08 Rue du Centre.
Port-au-Ptince,le 13 Mars Z917
L'avccat poursuivant,
Lto ALEXIS


DEMANDED z
SIMON PURE
CVIE
SIMON VIEUX


iu fsinms qui c ulp t b
Mtmiti. Eifuth mreutus
Sam d bfst


11 e-t pr~viqu'a~ec le
COM POSE "MITCHELLA"
lc-;dotflcur. tde Faccfu~Ichntent jie
t,mt a'! icaIc lzAiinC3dre- 1ia gr'i--Ci
.tipprilli Ic-. itoijiur-, de I'.tic -tuche-
exerce utite granite actifm ur les
glanduc, mania~i~ire-., jernct-liatit ainiii
Jla ii utrc e I iourrir le ntmu~eaiu-rite.
et ts, :!a.e c 1 c, flZinme-; iirr% eu-,e
irregiilitru, (.t.i .1iii! *rctil-.e-. e
C-litlvl 'il l IUIIC .t0-tanceIC zitijih
-ir cm ... e!e nre.i aite-eiii c--a, I
),tur %-. ii. ell c,m~auii.re. Nadiret
eitte de M-i~'rO Iclelit.
Fn vewct C ii flt :eIt-; pharmacies
etci ei'z VI. I. 11'od Maigkuire,
1'our la st-iit e ei gro-,-*.i.Irc- .tr a
RAFArL IFL61REZ Z.,
2 Avenue John Brown.
.Seul Alenrt put I Taiti 'de Inititut
Mc~idIialdu [Dr. .1.It.L)~e,
fitlrN. Y., E_. V. A.


ILe sons~igzi. IDorIlnan Mls~dor,
demeurant et domicilnd 1 SAInt-MIarc
propriOtaire, d~ccare au public, au
coinmer~e en pirticulier qu~il flout
plus re-sponsab~c des actes et actio~a%
gin~ralernent quelLoniques de son
spouse nie%\6nui Alexis Mulery,unc
.,iciaon en d i~o-ce dtv ant Iui *tre
irier'Of Scus ICU.
SAInt-Marc IC 2) s~vrier 1! 17
Dc ItL rAN MESIDOR


FV 1.e plus puissant
des V'INS TONIQUES









u NEURASTHt-NIE
ZCON VALESCENCE$

k f:;e cli g.os -PARIS.r.. Avenue vi sist. j
SF 5TROUVffPARTOUT~


D PART POLRa Nlw.y
Le SIS PRINS WILLE\-
de lacmel et de il6mie '
icileudi 1 cou rant pLl
la iournie pour St ar
Port-de-Pasl, Cap et NMa
DAPAaRIS D NrV.yt

Le S/S ORANGE NASSAU
de New Yoik et d rts d
.st attend ici Same dipo cn
ira dans la 2oi e pour Pei.
jfirmie, Cayts, l.cmel et C
Auo. AHRFNDTS A
Port-au-Prince, 14 Ma


Bonte pension
defa o
Bon confcrtable et pri: moj
No 5 Ave nue Boyer
Mme IH. ROU2I
I^- |-^^


Pour
piqfilres
d'inseces


QUAND moustiquea, foruus*
quantem et d'autru smft
vous aawient et Timousi
Uts &.pownten Wamnemetaemp d
germes vefimeuz tesqueb @K
ersient A teur suite des coommmow
mericusesa mains de fair ropw
tion du Liniment Minard.
Appliques immidaatemet W
ment Minard au' piqOmftsd'f
at obtenes un souhagement bmW
at. et ainsi empiches toute dsio
lWsilicurs le Liniment Minawd&M
un. prescripkion de Doctmarm
dan. toutem las epharmacm a. g Is
prubcipauz wnamna. Ce remus 49 W
at antumptique. 11 calm. he
d.'mnfecte et gufrit prompt..US
cau sE mcun damage :1 In powU
pas 'eipidetme. Item absatimaM bri
M qu tdwmne un rf-9A
.. IesleLihmkncntMmard ssW
gonire de douleari.
Minead's Linimont Wg. C&
Fr~hmm.bm. Mm.. &-t eUmb lm


Frank J. m11tTIN
Scul Reprser..'r: pour HaA,
139 Itue dui Peuplel
E.'ntre les rues Miracles et i
t)estouches.
IPORT-ALU .1'INCE-


rVous sere X ous heureu.xr et eonte.
Si vous vous empress/ de cour
nunmro 31, llue Bonne Foi, chlez F
: 4 IS LETELLI.I D(Ba:z,' ,'1gen
S' o vou alltend tout un (hoax des C
a hemises et faux cols de la grande.
I)Elui q client vraiment le reon
*\, n'eigance de ses former, le i, d,
tiSSL s et la varitu de ses co Im is.

No vous melltz plus en peie
prelsls de vous rendre A une ,ni
,vous faut allier la SimplicitS au
\ qu'il vous suffise de vous pr


IDE el vous rrmporlerez lout le s c-
chs que vou: disirez




Le Vermoulh Cinza4
SNa plus beFoin de rk&lame, car tout Ie monde sa il q
L'Apf rifff le plus ellfcace.
Le digestif par excellence,
La boisson la plu 11 dl
et de meilleur ton q#OI
puisse offrfr Asea
Aussi cet avis est-il seulement pout vous dire que voO"
VERIOUILHTi CtiIO ehez
A. DE MATTEIS etO
Reprsuentapa pow I Kipuqblin d -04.


Port-at


C I C u


i