<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02760
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 9, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02760

Full Text



liiai,'.ia6 l6S. 39293


QVINZr CECIRIMAS


Samedi 9 Dtcembre 1916


Cjume-nt-MAGLOIZE


,-- DIRECTEUR
ABONINB.KBNTS :
PORT AU PRINCE
A E GG,
i "*
DEPARTMENTS


0


2.00
5.00


i I ; a 8 G; .20
S 6.00
! ois *. .
STRANGER
mois It I G P.0

polT-AI'-PRINCE ( Haiti ,


OUOTIDIEN


REDACTION AD)MINISTR.ATION
Angle des Rues F6rou & Am~ricsaine

Los macimces seat r~epas
A PaRt-AII-mXINcUaia bureau du journal
A I'ARI: chez.L.Mayence & Cie 9, Rue Tranzkib
A LONDaas. clica L. MaYecac & CO. i9. 31,2,
Ludgate Hil
A SMILLIM. chez Rudalt Masse S. w isp, Jerusalcm
Strasse 46-49
A Sm-YozE Universal Publicity COMPamIY 45 WOrN
54 th Street
Los- mmsaiu~ts inserts oUn303n3SeIoSant pasds,
AhUUmasS & insrntms mpftabilas d apana


Aux ETATS-UNIS


SPORT DE Mr"fILLIONNA IR ES


Lunedes plus vives et des plus
descriptions des sacrifices,
lveroisme et des espdrances des
lDmesfrangaises qui nous so ent
riv6es de IEurope en feu, depuis
endes mois est continue dans
article adressd & la Socidtd Na-
Doae de Gdogrephie. Mine Hat riet
liners Adams, I'auteur de cet
cleest Ia seile amdricaine et qui
ofaitpermlis, depuis le commence-
Sotdela grande offensive dans [a
eme, l'4td dernier par les All, a
tE'ente, de visitor les tranchle es
ipremiire line sur le front Iran-
i Mte Adams, auteur et conf l
ci.re de renoml, a dtudid les ... ...
mines de la Frnce avec apprc ---..
mset intelligence d une observa .
ae come exploratrice da irs les ",, .
Ades, .Amrique Centrale et au T
mar de l'Asie Voici ce qu elle dit : ... t a .
d'ane des erreurs gdndrales corn -
ises par le people arn t ticain, dae i- .
n jt.gement des f.n mimes francaises .'.
itoe croire que cette guetre a
r66unnouvel et plus noble esprit
tani les mnres, les spouses, les
urs et les fiancde s des hotnuies Le Polo ren n n 1 n ui 1 a nles ad d i l .\n ls tr s dA: bintti, a ont p ) i;lit :-et I hlit anmtricaine.
uisebattent pour saver leur na- ette gravure bI'irenoj' it ji .; t iile itc. Meadowlbr)ok t ta qu i'extrcc.
so. Milne la plus court visit a
ins et sur la ligtne do feu co vain
ratl'observateur le plus ordinaire de lies et de femmes travaillent o' ts en l ttre- d w sur les pages que la guerre n'a rien change duo
iuntel esprit de sactlice person- pour almenter l'artillerie francaise de I'lliitt.ire de Frcn ce. tout a cet inistincL. ai vu des tal-
i ta se davoOl ent co mplet pour en obus et boinbes, quelques uts tu l i tan dls imnp,'taits eft-fs pro- fliers tie titles maniiant e lourds
because n aurait pu naltre ou d'rte oni ddplord que i'on perinette aLmux (dintsS par tcett iierrt'eu a t- Itl c obIs darts le; fuaripies d'atmntini-
parmi les femines d'une l lataof in-tres futures de sacrifier le rs tor- tion de nornbreeis tes w les. oc- tions; tchaolne delles l tat lparfai-
il'espacede deux ans. Cet esprit ces et leur sant6 en de tels travaux. lenpations pour leis ovTi-res et les t tnennt collie et avait une apparen-
exis edansles femmes frantaises Je confess que je ne puis partager soldats t rdes invalides. En bien ce so0igne coninme il convent ai la
navant le temps present. re- leur regret.It n senble absolment des tetativs le appreti ot franaise. urant on sd-
uontealeanned'Arc. Bien souvent, just et approprid que ces tiles te montr6 ule initiative remnar iuabc, j u)tr a Iaris ma petie strnographe
rant ces quelques derniers tmois. la France, ne leur tant permis de et ell c ,rtain- cai, s 'etonwtrites fa-, pota lt tous les jours le amtne coti-
Ime suis apergue que cet esprit donter leur vie sur le champ de cults ivnt lives. Avec d.s i-ains plet talt sur inuesur'e; et cependant.
saitpendantbien des atnnes cues- bataille lui mi:ne, doivent avoir le artiticiells lI lo!rnie, m sa s br is sonel Iit ai otit nlours bien i)resse6
Wl une force active et vi ale. El privilege do s'olfrir compliteneant et apprenne it ds initers rdantdrt- et sa Utlle t)ij,)urS d'une blancheur
it,dans beaucoup d'hOptaux, e e la sans reserve pour la caun sacrde, teurs, c ndait que des fein:nes unina. ldte. Se brdt)ies, A taloins
sej'airencontr deieunes femri es, et qu'elles peuvent et doevent en liabitues au cofortab)lo et sans ex- e6levs, talentt tolmours fraichemlent
rang noble, alors iuitinet'es ex quetiue capacity que ce cste iunl- pr'ience sont deveates dal ylogra- aolis, et sut codti ie tnagnitique.
rnutes parcel qu'elles avaiet yer leurs cores et leur irteclitence phes. o!vntr'es dans ,le.' f, q Vaitnmean.t la .-n 31#e franaise n'a
Sefis fat an dur et pm ble novai l oft leur aide est Ia plus efficace de mnmittions, conductrices de rien sacrifi ldo son chic dans la
prmi lea troupes raaes en pour ce lointain, divin veeeinent: tramwtyset do trains souterrains, poursuito de sa haute mission,
l et au Maero. la rQetauration do la France et les cochers de li cre, gdrantes de bou- comime ouvntdre de la giterre.
mes franaises ont tou- fruits d'une paix qui durera pour tiques et de anagasins, et minme atSavez-vous que la fleur-de lys
irle ss6d6 une force dAume ad- tous et pour toujours files de service. nest plus la fltur national de la
robte, uevolout lndomptable et L'urae des chose les plus Mton- Dans les profess ms Ia feminine France? E'le a tstd retnplacde par
ergi qui ne so lasso jamals. nantos aujourd'hui, A propose deo a franaise a faitt des pas da gd!ant, la belle tricolore des champs le
ippdee alamie actuetle na d ris. c'estque c'est une ville de sou- non eulemnent depui le cominen pavot rouge, le bluet et la pa'que-
aeiPPene iaesaucuo trait nouveau; rires. Ce-n'est plus 4K Le Gai Parisz cement Ite la guerre, mats depuis rette. Quand je tis mon inoubliable
dna servilque fire con.atre au is Le Paris Contiant. Cependant ces vingt-cinq dernieres anndes. visited, a la preDire line des trait-
I acter, de etraeds ver-de l'tulianten psychologie, qu. i s'arr te Par exemple la juneat dentist, chdes, les soldats cuellirent ces
S'at eentreprise et de .a sonder les yeux souriarnts des charge du bureau amnricain deI flours sur les bordi du remblai et
t ltsauver peupl et sa femmes, rdaiise instinctivementt que taire oc e je me suis prds-'ntde, n'au- me les oflrirint come le t6moi-
et-6re est-ce Sur ot a l'une des obligations, que chacune rait jainais pu me fournir une cou- gnage de I'affection que la France
ocharmese fm sur out l cause d'elles s'est impose et remplit, est ronne d'or si complmtement satis entretient pour tous ces am6ricainas
0chdeare fma.inin, de1 l'dgan- de rendre aussi heureux que pos faisante, si elle n'avait acquis ses qui ont si gdndreusement donna
i*dea Proicatesse de son appa- s-ble les six jours de congd que les connaissances que deputy le mois afin d'adoucir les souffrances dans
icersonnelle que le public hemnnes des tranchdes regoivent de d'AotIt 19 11uls hOpitaux, d aider ceux oent les'
S alesfor pu esitner ad sa just temps en temps. Eal'une des plus in:eressantes et .foyers sont datruits, et de porter se-
cesvitalles de la femme L'Opdra Comique et le Grand des plus touchantes pratiques de la course aux veuves et orphelins de
'rra pio. qu a croyalt tnide; ceite Op6ra sont remplis chaque soir; guerre. est l'adoption de groups de ceux qui ort volontiers donn6 leur
Ie,,eoarov u'elle est prxcis6- mais le roglement qui obligeait au paysans soldats par les temnines ri vie pour que la France et la GCivili-
:ie dune aie oici un exenple trefois toutesles personnel occupant ches de Paris. L'une do lines amies station Frangaise puissent vivre
die deun itelaine, dans le les fameuses rangdes de loges et lea proprmitaire d'un large dotnaine Jamais.a
iadoe qui jai pass plusieurs chaises duparquetd tre en costume dans ,un des faubourg de Paris, est Washington, D. C. to 9 Nov. 1916.
ie le blesss depuis deux de soirde. n'existe plus. Les unifor- la maraiie d d-150 soldats don't
*tAitftut do a. guer, quad rues bleu-de-ciel et les simples robes les detneures soel raaintenant .
'I-Itagenti ers re is de mutila s de materiel foncd plus souvent noir. en territoire occupy par I'ennemi. Vin d Bordeaun
.d hate esser par la gare, se votent de tous les c6tds. L'une Ces soldats font de ce domat-
Sl teau C, .ette jeune ltile, des coutumnes les plus touchantes n e ler chez-soi chaque fois ROUGE et BLAN
iaits que dix-huit ans, elle du present c'est que chaque femme, qu'ils obtiennent un cong de six QuaGtd supdreure
Se evai v couler le sang quand elle est assise au ttiditre tient jours. Cette dame prend soEi. d'eux Ce
the levat tous les matins A la .main de son corpagnon; lils, excitement cominme sls ctaient ses I. J. BIGIO
-uresetraie, oallait la ren maria, frdre ou fiance, pendant que grands enfants ; et non seulement Angle des Rus Courbe : srs
oet "gai ,parcourait les wa- dans les yeux de la liancte, non est-elle attentive a leur bien-4 re, l. PeR u tE.T DI.eTAIL
0 l'uavaltes blessures de moins que dans ceux de la Ire mais aussi desireuse de pourvoir a
o trai a a htoe places aux cheveux argentds, btille la lu- leur amusement QuAnd ces soidats
PoIur 4ltre conduits n ire do 'amour maternel, in amour retournent dans les traihes i s Vtent td'arriver par l dernier
I lil.a 0arr Cette ieune r lqui tie detIande qu'A proer et 6a ne manquent jarniis era bans enI ,
jl dur et tra edr confortern et non pas uDarn our fants, d'ecrire a lour (Ch ve Aiinee steanr francis:
soulage dix quatorzee ta, lheures qui deande quo ce soit en come its 'appellent aeteus m" M,
q gantoes ouffrances retour, ment.de na- clp l llei iz ck
our leI opltement all me faut mentionneor que les Au commencement de ct arti-
o. 11,desceur France bien ai- Sours do in Misdricorde souL re- cle j'ai dit tue LesamricasIa
d.taesCaines t des mil tournies Ola France, apportauit avec vaient tatlrs apprtcie a l ur just ot A rii et re Blame.
Jee semblables oi de elles one douceur, ua dvoiemellnt valear le courage et. la force de ca- i an vented chez:
que. mnes fervent Ja ddstntdreisd. uno teadresse et une ractlres des femnues franaises par Simon VIEUX
l~lscorrespondauts do def-matadea dan le moude ne peut ddrees come frivoles A cause de Cam. DASQUE
I~I l a qui on pe surpasser. Leurs services iudroiques la particuli6re attention qu'alles Dipdtgdndral chez :
II e.. ,abniques l'ampe- surlassea c aa de bataille, durant donnent* a lear parure personuelle. L. PREETZMANN-AGCERHOLM
e iOer et des uilhiera ,la sguerreo ranco-I'ruisionne, aoot I1 taut bien ta peine de remarquer Rue du Quai en face de latDouaue.


Faits Divers

RENSEIGNEMENTS
M-.T.i.OROLOGIQUTES

OBSERVATOIRE
DU
SEM INAIRE COLL. E
SA INT- M A LTIAL
Vendredi 8 Ddce ibre 1916


761,nl


Baz-omotre

Temp6rature


t maximum 3'),0
Moycnue diurne 22 8
Ciel clair loute la jpurnde et nua-
geux vers 5 heures.
Air sec.
Tlmp6ratureau-dessous de la nor-
mal e.
Baromitre c, instant.
SCIIERE Z.

Nos cons~luctimiis p ibliques
Ces jours-ci toutes tes constru:-
tions rubliques subhu,s.:nt des r,2pa-
rations et des embelli ;sements, editi-
ces, points, kiosques etc. C'est que
1' Adm i ni st rati on sup&ricure veut
qu'ellcs aient ce cachet de propret6
et de dtccnc:e, cot air d1e tite aussi
qui conviennent t 1ique tois que
v'annec se renouvellc.
Tout cela est t:r; bien et nous
y applaudisson's.

F h" renlvo 'e
A cause de la grave imial lire u('ru3
des innemrbres do It fami lle i).lva, la
retprisentation) d(I Goldinanrn est
renvoyde' a la sohainie prochaine.
Oan sailt qtl d(s r6ol.s principaux
des quicou l mei i)rtsentet's CCO sOir sout lenus par-
des demuoiselles Delva.

A la CrAil des lirlvrs
Grace aux soins d-i S2_rv'.cede la
Voirie, les quarliers de la Croix des
Martys ont repris .eur aspect -intd-
rieur.On sait que les derni es aver-
ses avaient milmend ces quarters oti
s'ktaient entass6es des quaintitns con-
sidkrables d'immondicesetqui avaient
&6! crevasses par les avalanches.
Actuellement encore une dquipe tra-
vaille A 1-empierremeint de la route
qui dkbouche A l'avenue Migloire-
Ambroise.
L'arrosage des jardins publics
11 taut ltefciter le service hydrau-
lique des efforts qu'il fait en vue
d aider A 1'entretien de nos jardins
publics par installation de tuyaux:

d'arrosage qui sont, comme on le
sait, indispensables en l'occurrence.
Deji ces tuyaux ont t6 places aux
jardins de la Place Geffrard oud Par-
rosage ainsi facility, se fait reguliere-
ment.

La route. de Peu de Chose a Bolosse
On se rappelle que nous disions
dernieiement A propos de la cons-
truction de cette route que la plus
grosse difficult r6sidait dans la ra-
vine qui traverse la voie. Un irn-
men-e pont en b6ton vient d'etie-
ete sur cette ravine ; mais it faudraa
encore probablement beaucoup de
emps et de petne pour arriver A
:ombler le vaste creux qui existe
par dessus le pont et obtenir par
:ons6quentun nivellementcompatible.
avec le passage des vehicles.
Les entrepreneurs, fort beutearse,-
ment, sont d'une assiduitY ad.mira-
ble etmontrent autant d'activtak qu'iL
en faut pour que cesint&ressants tra-
raux soient, a bref delai, menes a
bonne fia.


loil
IM


roil


M Femmes de France


-- --C-- 3 1 I


- II Now


Mr








La Resp". Loge La Writ*, I On demr nde
Saus I'active et intelligent direc-
tion du Venerab!e 0. Dufresne. les
tra.'aux d: recoastruc'ion de la Rei- MM LLS ING i-KE ON:r LA PAROLE...
pectab'.,e I oge La Verit6 No 47 r Pri l 9 1916
marchtnt rap;dement. Oi sera 6ton- Iort-au-Priae, le g D~cembre 1916
ne d'apprcnJre qu'on ea est dji a A
la couvertuic quind on se rappellera Mon cher Cidment,
qu'il n'y a pas un mois qu'on posaut Unie petite note de ton charmant
la premrni:e pierre de l'dditie. journal. relative aux ttavaux publics.
11 haut tkliaiter le le 'V- me remet en tninoire une coutume
n.rable Dlutresne grAce au devoue- d antan qui faisait glover : l facility
ment de qui les membres de *La V'- &tolnante avec laquelle l'Et.tt hai-
ritde pouiront bient6t se rcunir dans lien dicernait les titres et lIs grades.
ce temple hospitalier. Cette tradition que 1-on croyait
cteinte renaitrait-cl!e don: pir ha-
Assoiatlion Mi.te de sard et ce. sous l-inltucnce propaga-
l4Eture Clarhliesse trice de ion intkressant quotidien ?
A lorcason (le I'mlistallation i.- Mr Si, en rkalit6, I'habit ne f.ut pas le


Ar-thur [mum:t:oas, St'crt~taiire diat cde
Ilaa1SUwtrimei p1ublajpaecuzlainecuia~eII*
ler td'iaoaaeui*, I Associatioti Mixte
oa-gaa se at me 4diace si )Itmel ile (jui
aur'a lieu deanaima iaaa111111ataaU iaeumes
au local (III Rc.' ue St-1(moi*6
L~es aaembi-ras dYaotiteur, lts coni-
seill~eia-, adnei-tmt- et Its maemxbres
m-tifs d.st-, d !x sections soil iaVat.s
A Cette Solelail~ialt quaest la deimaai-e
(lUV1lCla e i'dIi1iiiaSttrdtiUIa actut lie d u


I.cs fmitiaraillem d itt Mne SAmara..
1), 1 1 ita I.aaarm.' lieu eeL alacs
aiitiiia I'I P,4ise Namite-Anaae.
Sltciat.icidoaae
1,I two a dc ta11.pprt tie la mor
tie 1111-.1 llL M \ICHL LNICOLAS
,So ans, &t~d mardi dernier A f[ha-
biat~itn Li :ltjrmant:!le. cii plainle.
Les lune.railles oat cu lieu le lentic-
main t~n 1[Lgiast:paroissaale tde Ia
Croix des Buuque~s.
SictcsLo~iJol-aiil:es A Mr ct
Mint : L nuiil Id Panp hile Ic JIel.
Mort duir hre ha ime
liatr maliim it uiu mecelebrtets les tu-
Iicrauiiks du icjre LOUIS MA\IME.
pioic!b ur dt huia11.1C .1a Ial~tmaU-
twn ')[-Louis die Gitizague.
li re icgactic dr- sse cevcs,le Fnr~e
Maxanle Ltait co.111u. pour son dd-
VOUCIIIC;,t CL SJLi nmerveilleux dona

Nous iiot.s a ,sozlons .au ticuil des
Frerte tde I is--auiu~an Cl ii Cadre c
leur adressomis nos .-yipathiquc

Nonaileit lca m tin i
\oij- davs (pie votis iii'aitnez,
donut ~ tlde.s j)W eVCS.
II 11,011 t tl~it An!,11011oilAge,
ii faut 1110 '*i cwmr Sulimpaao~c.


Vtias de table~


La baa aia'ue dollars
Le galloat Gourdes
Livi.ailsOJidaias touics les vaiis
de l It 11 'uhlaae.
EaMed. I lEll ..XL 'o-t -au[-Prince.


Eiii iuieeilre
(1C1ig(L f...

Cap-Iaitien le5 D~ernbie r9ti6
Meln cher C-ILncnt,
le relas mes articles Vos typ~os se
sonit amust's .
1k .;Oifl di.bjrqu-,r Pultion a dans le!
bagLs de e Ir~avigtcr a; avaas ieCu
bagigcs. E L Pa&-,que jCus dk:lAut.
qu* ucun apaisemneaili e Fouvail
avoir lieu sans Lin hormne neutri.
au pouvoar, uls 1iouv~ist qu'en Okli
cela awaurait ti a tqu~une inpwpd3(ll'I
.:apaaulation .9ain qu'a!ie me
prisa/.'t- c~ipitulatiotia
le tecopac Iks deruiaces phrase!'
de mon dernetr auttule que iieux uin
peu irop grosses coqjuiiaes 001 deti-

a D~ans le silence ami qui tombi.
de la luui,, par nos nuts oleues le-
g~ies ct douces coin in un bantt
(et rnon un bczal I)
-a Nos paWoaS uc hiinc scrona
oubliat:-, oub'aUs nos gestes tic me-
nace exiil ne restera. plus rien dt
nous cti lace die la grandae nature (ei
nion mnalitre) %.bncaiite q'ai nous ac-
CUCile C! A,
Paou kIs U.oqullics relevent la
fadeur J-un i&a:, mAis partois Aussa
Clles sont aaiutiles
le suls iO..JOuurs bien v6tre
ALFARED NFliotcas AUGUSTE


moine et que le titre ne fait pas
I'hommne, d'ou vient cette tenlance
a vouloir rehausser une personnalitt
n-i r 2.. .. Ali.. .... A..: n


pem itn- t~complWt patr aucuti nom
& Ec ole.
Avec mes cordiales saluvi-;vvis.



Misot delea Scuur
Cyp.'ius

Noats appjwenotis avee regret la
inort d it IaSwaur Gypritis Slipt~rieure
thatil Ain iit-IIIres &tIrt~s U1143coull~d
brt~es cet aiprt~s-miiidi a i holit-rm en


CROYEZ-LE,
POUR LES


SENFANTS,

il n'y a rien de tel comme


L'EMULSION DE SCOTT


1


S


M\coN GA Madame Mattie S:ok-!
Adam, dhtenue sous linculp.tionl
d'avoir assassin le 2i Septembre
dernier le capitaine l1 I. Sprat ling
du 5" regiment d'intanterie de Geor-
gle, a donnd naissance ce matin A un
gros gar; mn de 8 livres.
ATLAVTA GA- A. G. Candler, le
candinat detno:rate, a etd 6lu
Mair. aujourd'hui. triomphant de
29)o vjix sur A. M. Corne, candi-
dat independent.
EL PA)s'- O.-i rapporte que les
bandits de Villa ont pendu, le 5 no-
veinbre, flowaud Gray. mineur amc6-
ricaun a Birral, Chihuahua; et qu'ils
ont bi tle apres l'avoir iauti6, un
autre a neiicain du norm de Foster.
9 Djcemb.e


Servile des Postes YAILLE-.YAIL,
AVIS DE DEPART I-oo
Les d6peches pour Petit-Golve,
i Miragoaie, lerdmnie. J acmel. Cuiacao, V,)i, Ihz-vol:s avoir des p
V6nezuela et Trinidad, par le siS sions Ai bon march poIr
Orange Nassau, seront termkes ce d'annAe? Accourez vil
soin A i heures precises. vi da iei re G lad
Port-au-Prince. le 9 Dtcembre 19t6 Vn I r6res, Granos
PiETROGR.AD.- Le War Office a an-Io 3 en ice du Marc
nonce aujourd'hui que les russesi fer, vous trouverez I1 saIa
ont pris l'otlensive dans lesCarpathes suivanils qu'elle done i deds
Boisnes. derisoires, pour saliairt
nombreux clients hast de
-- Capilale que de la province.
LiERThi .eA.ITL FRATER1NITL Savoir : Riz indienoe, q
sup. ia P. or lesac de hOli
GENDARMERIE DHAITI lloublon a 3 gourdes lad
zainP.


I'Eglise Ste-Anne. LONlR:-S.- Le vice-amiral John AV I S
La perte de cette courageuse et Porter Morell en retra.te, est mort
devouie ouvriare qui depend sans aujourd hut. It a 6t6 trouv6 sur ui jeune gar-
comltersa sant6et son energie pour Lc steamner norvegien a Caloric a* on, au Bureau de la Police, une va-
traIls tIratal. js Services ad nins-a os voyageant des Etats-Unas aux ports leur en monnaie 1 titienne et ame-
teruatiod le j persoaal te cet sta scandinave- tut attaqud par un sou ric.uane s-levant a un chitre entire
blismlent. lta-in.Liia ailemand. II y etit deux ma- 10 et 40 dollars.
NoAs aulres, leanic.'s ,mx S eurs dtl I Ilatal qui Le bateau grec Iptros ct le norv6- reclamer au Bureau de la Police
plotir.'it inei .Superieuro a qa elles e111 S e:ttsi i out ee couls par un avec preuves a 1 appui.
avraeait dolaue touted leur symupa- SOus-.f ianl aliemnind. Oi croit ega-
lhie. ailemt perid : ie bateau de ligiae --
Caiedonian, le b-lge Bllb:, et le noi-
--T =.... vegeA.i Mocol. Tous les equipages SAUlDIES AMIEL'X Frres
Sauves.
No U elles PAiRs.-Le croiseur ang!ais Suffcrn. Blarre Fraoais de Valogmes
de Piese a dispairu. It1 sortat du port le 24 MIrque : BRETEL Frdres
Nove.rbre pour Lorient Bretagie. CHlEZ
L-anirauie trauicitse peaise qu'lt est
PAR SANS FIL perdu corps et bLens. Le compkcnent. Victor langonds8
husuelo Iquesj. ge ea t i 70 93, Rue du Magasin de I'Etat

L- Le plu gr pro- .-Le nombre de Roumans -- -
gramme deconstr- Le plus gr dan prohs- captures, y compris les 3>o cernes
grre modeconstructne o de la marine dais la WValalhe occidentale, se Adres88e
loire moderne rouvera marneous corat chilte approxmnativenit a 1.ooo000
qutts- it se D trouvera sou C n mrar hon.nes et 26 cano is. Au.x .lecteurs de la
quin i ie Dprteme it de I Amarine r-.'Au-Ptc~ -Le major John e
aira agi sar le oftr.s lan:te, au- 2V \vd h, .\1. C a rCu tiioidr 2 C I !on li
jo aidua poar la cantru.i n)a des dose e 0, r e otC 'c
quatre craosurc g at s auto i is par ,e se renj a Port-au-Prin.e, en des GOnaUivCs
le Co,. servi.c. Oa pcnse quilt sera assiage
Les m dec.ns Ju de, ut. Tab e, de au departem-n.it A ct I et qu it rem-
Georg e, oat an 1oc :Ce so.r que pla,.tra e iicuitenant colonel Rufus Electeurs de Tcire-N.uve et de
eson t n'0: p1 as chi 11 en est A Line, M. C. apple A Saint Do- Gros-Morne,
s'aoticle tde m t depuh.s lg en. soir, matngue en quality d adjudant-gen- Si aujourd'hui je me pr6sente de-
par suite d ua- d '-., 'x e atl a ia sCcoide brig ide provisoire. vant vous rour briguer '1honneur
Le Sinat sest b buclu aujo d hi i Le premier lieutetia it Haroid H. d'etre votre mandataire A la Cham-
A luJe duB 11 dtie Corrudo:i Or- U hly. M. a cet attaclh- .u depar- bre des Deputes, c'est que Je ne suis
yen et les leaders des d:ux camps ttlert U. M. et le preniicr liute- pas pour vous un inconnu.
predisent qule, l 1ca o:o 0 ame.idce nait a villain 1-. Bcraa au dtparte- Vous mn'avez vu pendant long-
sera sancionneava tlajourn ent in mnelut de la bSlde. DeS ordres oit 0tl teemps- me tenant loin de la politi-
de la session en Mars. u rcnau, relevant le lieutenant Bcran que, essayer de lancer votre legion
Le gouvernemint amnbricain ne va tdc ,.s fonctiuos daans la preilnere dans la vote du travail, par le aeve-
pas 6mettredeprotestatitonto.mre I'ha B"ade provisoire et le rappelant loppement industrinl de votre sous-
bitude de retuser duch.rbi,dansilcs aux L tait-Uns. sol.
ports anglas5, aux vaiseaux ne des-1 Le premier lieutenant Thomas E. Vous m'avtz encore suivi dans
servant pas leh initrihs ailhit. Fhiiaher M. t. actucllemenlt A SAnt mes ettorts pour mener A bien l'en-
L'informa eioaa a ite rcue idci au- LIDomingue a etr assigned au Departt- treprise du chemin dc ter, ce grand
jourd-hui que Albrto 1. Parri, le ment uc Ia Subde cu qualhte de pa- hel.ent de prog-ts devant ielier
comi nhissure m.xicai por.eui dlu ycur en chef, airec ordie de proceder votre ** ville d'uiteacur ** i labo-
prno.o oe des tiatt i es sig a Atd- a Port-au-Prance par preanicre occa- reuse, le Gros-Morue, au chct lieu
lant.c cityesit en r.uic pour les siton de I'arrondissement.

Eta's Unis ; don on augure que le1 ie premier lieutenant William B. Mes sentiments pour la ville des
Premier Migistrat mecdau a ratifitj SalavaU M. C 3jcompagnie ( Si- Gonaivws, ma cite adoption, se
e document. gnal ) sera detacht de la premiere sont hautement manitesies a la der-
L'investigition f:Jderale de la cher- btlugle pour alter piendre service nitre legislature quand A la cham-
(d des vivrei a dzli.t ivement pras aux Litats-LnLls dans les bureaux du bie j'ai cu a soutcunr et A reclamer
to m:, au.ourJ hui. E i Lomm-ntnt luge-avo:at-general A Washington. tout ce qui pouvait etre utile A cette
)a le Pie iJ.ui \Vion teues les Le capitaine Richard B. Lrecy ville.
uto it:Is tel rid's ont comine conmandaiti la ame ccmnpagnie (Si- Mon programme n'est pas bien
rieusmineat a dintlmer le prob .,ne. gnal) dcinaerement en conge aux long. le ie resume ainsi: La politi-
* Bry.ain est e C faveur dune prohibi- catas-Unis est revenue A Port-au- que a failli nous faire perdie notre
tion n.a:ionale gearrale. 11 desire voir, Plince par I'Orange Nassau. autonomie; tAchons de la conserver
la D.mincrauie alopter la rekorme Le Ht. mpshiie U. S. S altuelle- pleine parole travail et 1-industrie.
faci quatre ans. U.i grand diner lui mImnt cn route pour Saant-Domingue C-esL pourquoi je prends 1-enga-
a ete otiert par des auto ites et ses porc A son bord te liteuenant Fagan gement toizmi ue taire tous mes
.dmiraeursdu parlement. ct 8 sous-lieutenants A destination ettoits pour pousser le paysdanscette
Li nt-e allcm- d: de ce jour in- ie eort-au-Prance. "seule voiede salut qua nous rest.
sister quele nav re ang ais Arabia. L Orange-Nassau laisse ce soir A A I'Urne donc, chers electeurl
c iu! dins la .\ dierrane leI 6 iaminut eu passant par Petit GoAve, Ayez confiacce en votre tout d-
N.vem're ctut un navare transport /teenAe, jAyes, Jacamel. La malle voue.
pour 1Is atoames, par consequent termera au quarer-g-nhral de Br- Louis H. ROCHE
auxil'aire de guc re. Cependant com- gade A 4 heures p. m. Ddpuid de Terre-Neuve ]
min dans I1 cis du Marina, 'Aille- _
mag le se declare dispose A accorder --
des repara:ions s'll peut etre dimoa-
tr6e que le commandant du sous- A 8 THM E *
marin avail viol* I'accord tait par Sc ala3wuit u r e OUsM U b a1i ESPIOU
lAllemague avec les Etats-Unais. ,II" ..W La'. ,c," 'm-. -.


Sardines A I'huile i 8
la douzaine.
1} Vr> Pilsner A 10 dollars.
ril d- 10 douzaines.
Sliere Extra de Malte i
dollars, baril de f; douzaines
iheurre de table a 3 gourds
bolte d'une livre.


Veulek par Convealiu ltek

En vertu d'une obligation
thlicaii passe au rapport d
Montfort Solages, notairea Ptla
Prince et son colltgue, t dad
dix-netf Mars mil neuf cDetmil
enreiistri a Port-au-Priocele I4
(luatre Mars de la m me ande,da i
ijngeu, nt en date du vingp lxptM
de cette annee duiment 3ig1l
d'un con manide iententedate
Decenl)ro. (mil neuf cent in
in fru c itu -ti x i I se ra p rocd d tl d
credit (nIe Ion comnpterail3
couliut h dix hieuies du Ia O
I'et ,' e t par le minist&vt d.
Astrel I.'forest nolaire I t'
P'ii)c'. i-, (,ranrd'Hue.alavei'
plis .lirant et dernier endleri
d'nlne qaianttet de quatre CAiM
de terie delpendant do lbUb
Santo, sitdi'e dans la Isectl
Valreux commune dotlaCroiA
Bounquets, arrondissemeut deil
au-Prince quelqu'en soieotist
nenents. Tels d'aileOurs qI
quatre carreaux se coMPOpEi d
s'Otendeint sans aucune e
reserve. l.a dite vente sm b
mise a prnxde milleil ceaniq
piastresjusqu au dix-ineu
montant de l'obligationl h
en principal, indemoilds di
res davocat; aux requty .
.es et diligence de la
gina Derwis. propridtaires
et domnicilide a Port a I'3
pour avocat constituA Iet*L
avec election de doGaicl...
du dit avocat, Grand-A,
contrz le sieur Eautg
prietaite. demeuranot t
Port-au- Prince. _-n
Pour tous renm
ser & Me AstrelA
dopositaile du cahie d s
Port au-Prince, le 8 Dcem
LUc Til"


Ligne HoBa011nd
Le SS ORANGE NASS
ra cc soir pour Petit.MG"
godoe, rlimie. Caye
Curacao.

DiPARTS POUa N

Le SIS Nickerie,,
;o le 9 courant pour
Malle, Frtt et -Pa ss,

DPARrTS DE NEw.YOR'
Le SIS COMMEW1i0
15 courant.
Le SIS PRINS DER
DEN le 22 cour"e-
Port-u-Prilim l 0


Aug.


LEdNI M VI


1
412


_ I_


CiP1