<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02747
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 21, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02747

Full Text






DIRCTEUR


POT IJpRINCE


DEYARTEMENTS


ETRANGER


poRT..AL..PRINCE ( Haiti,


QjVNZE CENTIMAS


0


2. C'


t; U)e


41
i~x4~d


j


OUOTIDIEN


larJi 21 Noveahren t19


RE&DACTION ADMINISTRATION
&ngle den Rues F~rou A AM6riC&IMIG

Les assences soil repues I
A Psar-AV-,aIcUmauz bureau du osmalU5
A PAZIIJ chcz L.Mayence & Cie 9, Rhae Tronc:3
A Lox~oaas: che: L. MAvcnce &- CU. L9. 21,31
Luadgate Hil
&BZRLIM. CbCs RUdOit MOMseS. W 19, JcrUsalgo
Str~ASSe 46-49
A Maw-Yozz Universal Publicity CompZUY 40 WON
54 tb Street
L=s miluscrits insures ou non na: 5nt psi reada

Abonneanwuts & Insertions Payable$ d aiwge


a Quinzaine Politique


product le cNationalismes
'ticr r'poaisoe ia ous ceux
craig.ituit puas de risquer


Aux EB


ie N ..i l.I -l- M .\ i'.: .\ r: A I "Al! : : ), l!..


come
qui tic


Los Transformations de 1'Opposition O
alia ~ d (1,'t': miner leur conduit
politiqule ;t I'occasion dt(s dlections.
timlpOble de suivre dans qu'il 6ta!t iidicie de tirer los cha- Alh! ceito It re don't oin a promne-
.tdridivers ce qu'on est taignes du feu landis quL d autres ';[ I(. .,,, entire routes les
ud~eler l-Opposition par se preparent ia 1s mangor tout m aii de irs tous le? recoins, son
te no s'entend pas avec le senls.. auituri ne saura peut tre jemais
oenMnt et qu'elle le met en! Done ce po.ogre-sisme, v- i'abe 'luelles In-.s reflexions elle a sus
Sdevant i'opinion publique. jrouble-fete, notn seule:n. ,;t i a p.is citI.- 'e t cw:oi ieiion d enthousiasines
,ireort plut6t, c'est que fait faire 1t11 prolr-s de plus ta l 1). I elle a r'. fi):d, pour tintle cause qui
agonistes de la critique gou- position, tiais n'a lt qTun i6e cause n'et:it p'- ,ore ddsespteree !
ntis ne s'entendent pas de division qui a immediate:nent Qu-l-u.|i .; personnel avaient t-n
nctreeux, et que meme, fait penser au daiCe a ci l u'tl lait permits deI
pri sparament est prt a 1 )Iuder ot sill 'cs sur pareil ivioyeno;
rcb aqejour 'opinion qu'll NATIONALi. ISME Is o; s' ,pera, a la rellexion.
seelaveille. PJus de deci- lequel parti 'iibrvonrinire s'olrle 'lle' tIit' 1 -t t aoins raisontuable uw
pms de discipline etaient naturelletnent i Gjouveiirneinl tw i Li (s da i,'4lux IIue cette t'aion d' en
it nessaires, tie serait-ce vice de.... A cow Ltion (lue... app.lri i us inomies, d.ins nowa que-
wede rallier les tides et D'oif 1on voilt q( 'n O .tli i0 t- ,_ l l -, *i: i res at u1n tiers qui nt'
lfernts qui ne demandent position, si ileo conserve encortie de. 1. i nieux quo de rlepter
qu voirclairdans ce j u qIuelqjues viol-nee-, .xpresior 'i <:1 1 d J I i- uitre tt des plai-
linte. grAce au fameux adroit de gaeul's i u v, .
irogis'est tellement accen- qui li est ,oti:. .-i lib .W t in.,t. i
jours-cique quelqu un qui se transforine ic lai. jowr ;. u | i>nt CI-' ,.1'-" re Ia proedd, qui a
it rechecher 1'Opposition qu'un de ses pIrota;onistes 11g1,1:1 lini p.t. .sl j-ilr les yeux A pliu d'un
emi0asser... ou biern pour faroache a pItrconise avec ume lo. et qui a ,.-i* z dans -opition pu
rlA verrait successivetnent gique indi-_cutaiIle une bit-.! c0t0.- tIIente que nous cons-
forhnes tellement varies et t;LoAdnsi Uiis ,is forines lts plus di
untesque le dernier avatar ded~sagrtable ni contraire pie jiusu'a li',lstention stuique des
rime gouvernemental. El bien, le veritable i drite de chevaliers <|i, hier encore pleins
irtant ebacun sait que s'il y I'auteur de cette pla(quetto ii f;ai d'e:il'at :, .o retirent aiijourd'hui
chose de grave, un nou- aussi du "Nationalisme sans la sous leur tente...
iwaittutionnel qui avail le'tre, n'est pas d'avoir trouve les
doan6 une plateforme a idees qui y sot de',velopl ;es; c est ---- -- --
oa. c'est celui d'avoir 'xprinitl ct quile tout h>
monde pense sans avoir os6 le dire, Viti, t( ordeat.a
U ELECTORAL ce que toLs les citoyens ont fii par
DU 23 SEPTE1MBRK d6couvrir "A toins d'etre aveni.lds lit)uu';L et BLi tNG


Nlvoir discut6, trill et
1g~oies infernaux, il etait
partquelques voix isolees,
!dit pas s'y soumettre. A
qo'une souscription etait
el vue de faire les frais
'gaion des protestataires
agto0et que des exploits
trout6td.signifies aux ima.
comimunanx davoir a se
tr Aix lois lectorales.
Festlironie des revendi-
;eiiques, c'est pendant que
pde inti-dlectorale battait
,cest pendant que le de
ri~iulis6 et declai6 ine-
Unorm de la Constitu-
on candidates nombreux
Ile circonscriptions se
leplus entichts a 1'e
q les electeurs se sent
'urles registiesid ns-

Ot. I'Opposi ion a duf
fUilld'6paulu en Cuon
People daller sinsciure
t elifoncer une por-
,S le gesto ne ian-a
eecertaine Elitgance.
i dire que I 1uscrip-
eit conseiller pout
0e o allle au vote au
ot-Wrainetent auxjloisj

Sqo"trau'il r'en sera
"Iotraire i l sera cons

PIRT POGRE:SISTE


k position danas le
dOPrer la sIyrtuhse
opposition. encore


Dans cette gravure est reproduite la plus nouvelle ma-
A perforer. Cette machine est vue en action pour
percer un 'unnel & travers un rocher ; elle est umise
en mouvernent par un seul home et sous l'impul-
sion d'un courant alectrique Ce perforateur d6vore
-pour ainsi dire rapidement le rocher.


par la passion ou engages dans laurs
intdrkts personnclc..
Jdsque ces jou)rs-ci, on effet. le
mot d'ordre (ti.ut de s a puyvr, pour
combattre le G,(ioverneiiemnit, sutr nil
6e16ent qui n'e:t rien tni)ins qile
national.
Et tandis quee le Gouierneineint
revendiquait des privileges inatio-
naux on s'(vertuia.it au conitaiire a
offtir des atti bultions nouvelles a
un pouvoir do LtiL de)nt to it le ion
de a intertt ad vuir r'-stieiilidee les
limits.
De la cette reaction de c:rtaiins
esprits jusque IA r1fractaire-, qui a


(.aaudte supersare

I. J. BIGIO
An- ',. s R'ies Courbe et Cdsars



Caries de deuil
l.'I ;ii:~kiriet! du MArIN vieit de
revuir u i )p.tt stock de cartes de
visite, tl ig tutes et lines pour les
perSOiinnes eu deuil. On les vend a
un b)n inarchie exceptionnel.


1
I


I


CATS-UNIS

SI'e CHAISE 11\ I-IA\ I'E AI'TUNIMO)IILE


Les citoyens ne se
r6eunit'ot que pour
voter, i'n de plus

Le S. ;ilirie d tlat de I [ I tricur
vic'.tt t d (i-a l sse.r la circulaire su i-
rI't''tC entl :
Port-au-Prince le 17 Novembre 1916
Monsieur le Commissaire,


II faut qu'il sot biLn compris, d s
maiitten.inl, quo les iC et 16 1Invier
prozhain, les civoyens ne se rduni-
ront que pour voter. et rien de plus.
Vous terez appel a Itur bon sens et
A leur patriotism pour qu'ils ac-
complissent, avec toute la correction
d&sirable,'un acle qui, 6tant et devant
rester essentiellement national, ne
peut ctre soumis qu'A une direction
et A un conti6!e haitiens.
Recevez Monsieur le Commis-
saire. l'assurance de ma consid6ra-
tion distinguee.
STENIO VINCI".qT


L article 13 de la loi du 24 AoLit
i872, dispose ce q-ii suit : A par- --
tir da oer jour du inois Je D)t\embr e
qui pirccdera 1-poque fixee pour C(a i( Ia(1IfI t
l'ouverture dcs sections, les listes *i
6leczto alcs srclonLt artiches A la por-( u t- Louis
te du Conscil Communal par pla- L p -a
card et su~vant l'ordre alphabetique. | ., '" ous iu s, c. Ppt-u-
alin que tout citoyen preteadan r i LiSpa' .t i
avoir droit d ere nsiit et qu ne isserie
laurait pis etc puis-e r~clam tr la r .'ns :. t e ia t l 'aisserie el
radiation de ccluC qu il prLtendrait y r 1 .* v. a ol.ilie er
etre mndument inscrit. Dans les cas j Liux so onin.i:n d. Lqueurs
o6 le Conscil Communal aura ad- et \s Jc pi.ini e 'r hoi x
mis la radiation ou refus l'Fin-crip- i on I. it is eC t c e tr cause
tion, la voie de l'appel est ouvcrt r cause
au rcclainmnt par devant le Tribunal Cd J'stc.n, nT. a ed transtere en
civil de ce rcssort, ltquel statuera taIc. milL on I I WoI.
bref d laii, sans tour de i6le et su i in lit :.u,!:r P1 i tLRS
simple requete. Le jugement ser.i


execui6 par provision a
E i vertu de cette disposition qui
organise administrativement et judi-
ciairetnent un Contentieux destine a
faire valoir ou ai enlever le droit in-
div'iduel de suffrage, vous veillercz ,
l'afli-h.oge des listes 6lectorales eI
vous prcviendrez imm4diatement. pat
&ci, !cs ci:oyens qui auront i(gu-
lierCinent la.t leur declaration de
candidature A la deputation nationa-
le ou au Conseil Communal, que
routes reciam itions, gencralement
quelcoaq-'s LOicernant l'inscrip-
t.oa ou la radiation des 6'ecteurs
doivent etre dliinitivement reglees,
aant la date fix6e pour la fermeturc
des dites Iisles. Aucune contestition
Sce suj:t ne sera coasideree par les
bureaux des Assemblies primaires.


B EN SEIGN EM ENTS
M~t.TitOR0Ic GIQUES

D)U

S IN I'-MAIRfIAL


1 l )'a I I' .'l i't'


762,6
trimcimiun '20,3


e'1 I I I I I Iire


L maximum 30,8
Movenne diurne 24 0
Ciel clair la mariinde et l'apr6s-
midi, .:co vert A. prtir de bh ;oh.
Pluie, h1 ;or inarquant au plu-
vicmctre ;o I m. m.
cl'airs et tonn. rre.


lMaromctre en h ius>e
I. SCHIERER.

Conil e' des iDoiiaies
Le S!taiincr ,runperaTor de la Li-
gne Raporel avant laisse New-York
le 8 novemnbIe courant, est arrived ici
le vendredi 17 du mime mois et a
apporte pour ',-pt ports de la Repu-
bltqiic hl:It cC;:t huit touies 78/100
( 8'8 78 ) Jo m.irchandisLs diverse
illstii it pirlt -s ,
Savoir


Port- au-Prince
lacinel
Cap-tH.1itien

(onaives
Sn int-M.1aIc
Petit-GoAve


33o 61
119.22
109 87
o05 17
61 26
46 22
36 43


Total 808 78
Port-au-Prince, 'e 20 Novembre
1916.

Conseil d'Elal
Apres la sanction des proces-ver-
baux et la lecture de la correspon-
dance,les mer.br.s du Conseil'd'Etat
se sont reunis en section. C'est sur-
tout les deux sections de la justice,
et de instructionn publique qui tra-
vaillent le plus depuis quelques
jours, les projects soumis A l'exa-
men de ces sections 6tant plus nom-
breux.


- 'V -.nra~T -tr -~r ,t~r O-C.-. -.1I


La plus r6cente invention en movement rapide est
une chaise roulante appartenant A Mr. Edmond C
Turner. Cette gravure montre Mr. Turner et sa fern
me, dans leur chaise roulc.nte automobile, parcou-
rant les rues dd New York. ls n'ont pas 6t6 inter-
rompus, quoiqu'ayant ddpasa6 la litnite de la vites-
se sur la voie publique.


I a 01 Z- ----- mm


111111 ---


f


I





LE MARTIN


Poor l'erectiou de la Sons la tente de la Place du Panthbeo
iontaine St Pierre La preini'ire lds confr-ences an-
noncees sera donnt e demain mer-
Nous croyons savoir que la Ion- cretdi a 7 neures du soir. Sujet : Le
tuine que nousavions r6ctiam&e pour niilitarismne sera til bient6t derasd:' ou
les habitants du quarter de St P'iei- 1< terre act elle sera-t elle la der-


re APetionville, sera 6rrg6esous peu.
1Meme il nous est revenue que le di-
recteur du Service hydraulique du
lieu a deja'-ixd le parcours des tu-
yaux qu. doivent alhmenter cetec
tontaine don't -uiilitt, nous Ie ipe-
tons, serait considerable.
Nous engageons leServicehydrau-
lique a ne pas ngliger ce project
que nous avns laiice dans le but
d etre utiles a une portion des habi-
tants de P'tionville.

Pour Pelionmille
En reit6rant au Service hydrauli-
que notre recommendations d expe-
dier une 6quipe A Pitionville pour
aider A l'execution des tiavaux de
reparation necesbaires A la canalia-
lion hydraulique, nous transin.ettons
Observation d'un de nios abonnes
qui signal le mnauvais tat des gros
luyaux de Pttionvillt que a les crues
de la rivierc et les avalases ltoren-
tielles ont endommag6s depuis un
nmois. *
Rappelons que le personnel du
Service lhyd ,u.tulue de P'eiiovunilt c
n'est compose sculni .nt que di
Directeur, initeli.;ic.nt rt a.unt F ci-
nand St Sbuin et de dcux ouvriers,
lesqucis, malgre toute lcur bone
volonti, son t inisultisants pour li
taclhe considerable qu'il y a a remplhr.


Entrede libre.
Nouvelle A la mail
-M1n chien est tellement intelli-
gent qu'll cornprend tout ce que je
dis.
-Ne m'en pnrlez pas...Mon maria
et mo0 apprenons 1-anglais afir de
pouivoir causer sans que le n6tre
comptcnne.
LA MAISON i
A. Salamn f reres
O:fre pour'la fin d'ann6e A ses
nombrcux clients tant de la Capitale
que de la Province, les articles sui-
vants qu'elle vient de recevoir;
Savoir
Mousseline de sole, Crepon brodd,
Crfpon blanc et couleur A tleurs.
Bazin special pour jupes, Etamine
blanche.
Nansouk blanc et couleur, cache-
mir noir,tlanelle. etc un joli assorti-
mcnrt de lotions. Drill blanc Union et
Dull blanc superieu et couleur- In-
i>-cnnt:grande et moyenne largerr,
l'vLi.. t juli, dessins. Bas, chiauss.st-
ts p'uLlr honiines, dames et enfants
etc. etc.
P'ix reduits d&liant toute concur-
re Twice.
Visitcz la mason, rue Courbe au
No 68, et vous serez satisfaits.


N'OLIaS avols rt ;l Ic t~tc;:cu~c du i tLr 3131. ics
niois dtf No'*em V c d u z't1R-I

XNOzez t l/tS J .! 0'U r d~
M Ol iin~ uI ~c c.lSsioL- j hi a i let Mo itteurs
Marestq; Norni nt c ccI t N'Mi.L-1,-tC om m(1111"'1tiff d(IL
I), 'j 'uir I enuc n I des Fillauces et dun
Aott :crL.,1uc l* ouCSxIVtt I y'ui)Lucr ef *? -Aativemvia taux dso
Sosihcnts, 1,i!1orrr -de Jai'ticit 'k-'du Code de
1/' Ic i~in-i.. he if'.I' W i. I. (lnwc it d .t41 pIte l'fvr'alt
Unis; 'oui i~ce de ConfirirraL,0on6-11L,;i~ .te-1actes de socit~tt Iell 110111 collt*c-
l'ArtibonIte ( SLite )titl tL oiCcifml ripdries, doirt6tro
Enifi inde hi rnmPa n III'iirii tLIS fa .itrinalireie delem-
Le fascicule de Novernbre tde CCUiii 1!C2 Oc 'WrS J1Cresso t dut Iest
intitressante it-vie qur tia\%lilie au 1, I i &n1ndncommer~cie so-
rapprocheinent de ioutes li-s im4'u- c"'i, Ce.t(', \l cdit Morsitelur.
binques amnercamnes victnt dt:pi-AtrIre \rt. 1-3. du lnii~niie Ltt 'Lextrait.
avec des mati-ers qut iuc t !: !Li- hImt coniitimnt:Le-; irmii-i, r. pin1):
de d vvit iie-C num:iosc r,-u i- 'jllfll -nL'S t dci 0 elutCIVS tifts assucit~s
made d n LrUt iic.Cc uu1' .use.!rLu- tn- inu"s I pin cs actijintain Cs OU Cowl-
niane e uuit p.x 5 LiLi iranc's I* Les2 o 8smflde c )nn
qutlquecs uncs ri1~ru'11.vcs, ti'autxlis rwi-[c' Lde ILA Soco t, la dsignatioij
am tistiq uc tic (nIix dt' a-.-uc Ces altoris('s a
Le dtozirne e Nu riure ,cr dmitiiiiitrer' et sui. z'r pour I[a
Le Monlieur die Same-.i pubhere siwltOCPW; le inumitant -tit s valeurs
douziirne du moios Lie Niveinbre. 1Ii'll 6 ()It ik il -te I'~a~r 8Coi Ia 01-1
L~a sornme des 'alt~urs a reparmir t~l t C01it comnuner Fcler or oId soi
entire Les dittrenis IDLpai-lenient t'Ile d(1011ulll'.'
minisitericls pour le piernI'Int tde Art. '&'&. L'?xtrait d :3 acefted, so
aIPPMintIreTs 11 L ItutIeV,(do1.1SuIS-dlut iMOent sigj, potur tes actes pai-
urios s'eleve a (U. i3 J B6 1ihcts blics, par 1126 no0air'leS et, pourlot Is
tt P.124. 15 3 -751,0 o(,) ruain i'uteSs is""s btiy prive par. tous los


Cenae0alion
L'artiste Go!dmann,\Nou;lant pour-
suivre 1'LLuvie thrlatra e qun'l a
enterprise en cctte vtilc. convoque
pour le jeudi 2) courar.t a helium.
precises, tous les mnembres protec-
teurs de son theatit au Gran I Cer-
cle de Port-au-Priuce, pout une
communication dans 1'in tiet Jde
I'ouvre.
To'njours Its eagtbrioleurs
Poursuivant la series de leurs me-
faits, c'est au N 0 1, tid lta rme La-
niarre, all domicile de noitre aiml It
Dr Fleury que les caiibI Ileuls out
operO liicr La battetis de cuL-i-le,
tout le lange de corps et de table
de I'argent et des bibtlots out e.e
emportes. Seule une jiquette, ie-
trouvde a la barriere, a cclhappd au
ravage.
L.e Dr Flleury attend de I'activite
de la ltGentil,t in'r e la caI apt t d
Cut ;tllditt't'tl\ n I .ItI ,1'l l"r ,|1 i! +'e1t.
pans eLciC
IN1t1 Vv .' .i, erL e.Pcniito te l \i\:1
doult r' d t 1 a 1t' I' .i' S ilIlel'.1: >4Mn; r1-f.;
don't le-s lnIIICi ndiIe auro'nt lieu cet
apre6s-m id \l.is l, tuo tuaire ; ltue
de la reunion No 15.uot'o partica le
convoI pour L c lreudro a LEglisd Ste-
Anne.
LeA amis sont. pri6s de c: nsidtrer
cet avis coinuie une invitation.
Mlariage
Nous avons eu le plaisir de rece-
voir le fare part du marriage de Mile
Nalbalie Lanmotbe avec notre ami
Fernand Leroy.
C'est le 6 DLecembre prochain, A
7 heures precises du martin et en lan
B isilique Notre-Damie, que I'interes-
sant couple recevra la MBemdiction
Nutiale. s
SNoS meilleurs compliments.


tss.ocis, si la society est en ninI1
coIlec'it. et par les assucids solidai-
r:s oin grants. s lia soct6 : est eni
cominiaiidte., oit qu'elle se divise
utill nt divise pas en action.a
Art. 15. a L'Arrit6 du President
ad iati q, i a.ltorse les saocites ano-
nyimes tteVi'a dtt're attichi avec l'acte
d'asaociatioii utt pendant le mnine
temnps a.
1) uin atitre cotd, it est utile de
inlti te sous les yetnx de nos com-
Ietot'aants les dispositionsdes articles
8. 0 et 10 du Code de Commerce :
Art. S. Tout coininerganit est tenu
d'avtir ti livre-journal qui reprd-
sente joar pIt"r ;ourA ses dettes actives
et passives, lus op)erations de son
commerce, ses negociations, accep-
tations ou endosseinmet d'effets et
generulemnent tout ce qu'il rego.t et
paie, a quelque titre que ce soit, et
iqui etoiuce moinu .ar nmois le sOsum-
mieis employees a la depenie de sa
mlal.sonl Of.*4
At t. U. Iit Vst tenu de faire tous leb
011s nou-s selig priv6 un inventaluire
tie se5s ciets iiinoiliers et de ses
deltes actives et passives et de le
copier, arinec par annee sur un re-
giLtre spOcial i ce destined.
,Art. v1. le livre-journal et le livre
des inveiitairt'i seront timnbres sian
chiaqiu teumilet do timbre de six
centimes (atnjourd'liui 10 centitnes
d apries la lot die Mlictil OMvste.) 11b
seront cotts, paraphds et viss,. soil
par un des juges du Tribunal de
ominmerce, sort par le Juge de Paiz
danis les villes on il n'y aura pas de
Tribunal de Commerce. 11s seront
en.suite paraphds et viaes une fois
par an nee etc a
Le livre-journal et le livre des
inventai es doivent etre .imbrds sur
chaque feuillet du timbre de it
centines. L'Etat a done un grand
iut'r6t & faire observer It a pro crip-
tioans de ces textes, il y a I& une
brnche de revenaus pour IpU


L GRANI

n ...... -


3E GUERIRE
< T .


uIIflll Ut [ ia u IlrllUc

De notre cot res/onJant
On avait nomm6 le premier em- mauvais Francais lui auraient refuse
plunt a L'Emprunt de la Victoire on irait tout droit A l'impuissance, A
Les laits ont justified cette appellation Ila d&route, A la ruine, au d6membre-
qui, d'ailleurs, ne parut jamais pre- meant et A la mort.
somptueuse. Depuis que Il'pargne, La paix obtenue A ce prix, ne se-
grande et petite, a apport6 ses reser- rait meme pas la paix. puisque le
ves au TFrsor, la Victoire nous a lendemain du jour ou elle aurait 6te
sour. La rude allemande a 6t6 brisee conclue, elie serait A la merci du
-levant Verdun. L'oftensive de la vainqueur. On sa t par l'experience
Somme a demontr6 A nouveau notre de 1914, quel cas il faut taire de la
superiority sur nos ennemis. L'unit n bonne volonte pacifique de 1'Alle-
d-action sur l'unite de front a Wtd migne. O' sait par 'experience de
realisee et a produit ses effects sur 1871, comment it faut computer sur
tous les points du vaste champ de sa moderation dans la victoire!Ueux-
Dataille. Les Russes ont culbute les IA, s'il en est vraiment qui prichent
Austro-Allemands en Volhynie, en l'abstention financi&re en vue d-une
Galicie, sur les Carpathes, et battu paix rapide, se;sont-ils d'ailleurs de-
les Tures en Asie-Mineure. Les Ita- mand6 ce qu'il adviendrait, 1-Alle-
liens ont pris Gorizia et d6clare la magne victorieuse, de ces economies
guerre A l'Allemagne. L'armee de auxquelles its conseillent la prudence
Sarrali, oi les contingents frangais, et la dissimulation?Ou'ils demandent
aliensn, russes, traternisent avec les sur ce point des renseignemnents aux
Serbes, s'est mise en march et a malheureux r6fugi6s des d6parte-
:ommenc6 la libLration de la Ser- ments du No0d.
"re. La Roumanie s'est range A nos Mais nous nous battons en ce mo-
c-6tLs. meat contre des chim&res.Nous con-
Toutes ces victoires, militaires ou naissons assez nos populations de
diplomatiques, ont 616 remportees France pour les savoir rebelles, par
)arce que nous l'avons voulu, parce temperament et par raison, A une
-tue notre interet a dictd notre r6so- predication qui, en outrageant leur
ution, parce que,dans les jours som- boin sens, ferait appel aux instincts
jres, nous n'avons pas desesp6rd de les plus bas qui leur sont strangers.
a Ptat.ie, parce que toujours, meme Dans levr rrobuste intelligence, elles
tux heurcs tragiques, nous avons eu out comprs que, si l'Etat leur de-
:oi dans nos destinies et dans lasain- made de luicontierleurs &economies,
'.cte de notrecause-et aussiparce luc c'est pour completer l',:uvre com-
ious nous soimmes rappele la vie Ile mencee et giorieusement poursuivis
:ormuie : a L argent est le neif de la par nos sold.its, et que le veritable,
,uerre *, parce que nous avons le seu[ rnoy'en d'arriver le plus
o:npiis, lorsque le ministry des ti- prompten-en: possible A la fin de la
aaijes a fait appel a noire patriotis- guerre et A la conclusion de la pa.x--
ne, que notre devoir- devoir facile d'une paix victorieuse et du:able--
-I on le compare A celui que rem- c'est de battle I'Allemagne, dejA si
isserit tous les jdurs nos soldats- tortement atteinte dans sa puissance
nous cornmandait imperieusement militaire et dans son renom d invin-
ec iui conlicr nos &co.ioinies, cer- ctbilitt par son dtsastreux echec de
lain, qu'clies ne pouvaient dtre pla- Verdur et notre brillante ottensive
,e.s en des m uins meilleures ni des- de la Somme. Er pour b ittre I'Alle-
iinces A un plus noble usage. magne, it faut de P'argent, encore ee
Avec l'argent apporta au Trdsor,on 1 argent et toujours de l'argern, par-
a surtout taorique des canons et des ce quil taut encore et toujours des
inunitions on en a achete A l'6tran- cmnons et des munitions.
,;er- nos armtnes en ont et6 abo idim- A ceux qu' jugeraient quaon depense
in:nt tournies. M\ais les canons s'u- beaucoup, qu'oa d6pen.e trop, on
'-ent et les munitions s'epuiseraient peut %t i'or dolt repondre D abord
bien vile si on ne les renouvelait pas
sans reldche. 11 taut en produire et
en produlte toujours. st I'on veut- _-,_.. ..
et qui ne le voadiai:?---conomiser la
vie de nos soldats .t leur permettre
de donner une suite glorieuse att" o
efttor:s que nous admirons.
Un attire cepenJant que, dans
uertaint's regions, quelque cttOyens,
naias ou crlninels, les deux peti- Fariane fungaral
e-rc, s en vont essayant de cachetiser I [0 FI I
ics indecis en piechant cette thtorie
singul&ere qu'en s'Lbstenant de sous-
criue a ll:'nprunt on rapprochera B A
1'heure de la paix. 1 *
LUuelle abberration Rapprocher
1'heure de la paix, lheure ou toutes
les horreurs don't nous sommes les SAVON G
temoins ou les victims depuis deux
annces, ne scront plus qu'un souve-
nir. ah! certes, c'est le vceu le plus F N 1H A I ER11
cher, et le pius ardent de tous les
Fran.oiis-- et de tous les Allies-- et *
surtout de la plupart des Atlemands! \ i s Ce c
Nous aspirons tous, amis ou enne-
mnis, a ce jour bent d'avance ou le iRS 1.OUL r 'laret,,
canon se tatna, ou chaque minute O Claret,
qui passe ne sera plus marquee par
une souftrance, une ruine ou un 'Viits Blancs: Hock,
deuil, ou les morth et les blesses Be
seront plus semes sur les chemins,
ou la panx regnera de nouveau sur la
terte, apres le fracas et les tragedia MASSACHUSSET
des champs de bataille.
Mais par quelle etrange perversio. ,- ,
morale, par quel aveuglement, par BireS Pilsner, Flail
quelle meconnaissance inouie des
conditions de la lutte formidable od lie )s Porter &
nous avons ete engages malgr6 nous,
certain cerveaux pourraient-ils en
venir A concevoir cette idee insens~e
que pour abreger cetite lutte, pour en THOS W OOU
tinir plus t6t avec la guerre, pour
arriver plus rapidement a la paix. il4 POi880ns sales
sutirait de ne pas souscrire 4 l'Em- IOS O f is
prunt, de retuser au ministry des Fi-
nances l'argent don't il a besoin pour ou
parer aux necessites de la defense
nationale,de garder jalouseme nt dans
les bas de laine les economies qu'on E u"
peut avoir mises de c6,e ? St I'on


ecoutait ces coupables imbeciles- et
on admettant que la France ne tlou- 95
verait pas atileurs l'argent que de PO L'-A


I____ __


vel


Co


o, Supreme Jao


BITT INC

OLD BNR

cAM WINE CO

Salifornlie:

Zinfandel, Burgundy,

Sauternl, liiesliil'


r BREWERIES C0

& Kings Bohemial

Kings pure MEU


WARD & SO$

en tous genres

epr6sent.s par

g. Le BOss

SHUE DU QUA'
tU-PB.IkINgG, (SAI1


__


_ _


1


que ce nest pas notre faute
nous ne sommes pour rie.dat T
debauche tantastique dei nains
Ensuite et surtout que, loIr
fameux du chancelier alle a lt
trouve ici une application l
ble : c N6cessitp n-a pas n 0 .o
Nous nous sommes defend 10'C
tre une odieuse agressi oa
atlaquons A notre lour, ii n'
nous jetions les agresseur ihauto
chez nous si nouses .voul
ktre mangos par eux;-- Enfi oquecI
agresseurs ne doivent pas en
qui t-s A si bon compete et lqut
nous devons les jeter hours de c
nous, ce west pas seulement pos
ddlivier notre territoire, pout ve
nos morts et pour rdunir i a pat
les populations qui en sont sl2t
depuis quarante-cinq ans, c'est a
pour exiger des vaincus le rembt.
segment de tous ces milliids q
nous avons d6pens6s par len fu
alors que nous ne demandions qtj
vivre en paix avec tous nos vo t
Le second Emprunt de guerred
rendre possible l'accomplisseneut
cette tAche multiple etsacr6e.Eqa
ne dise pas quelle est au-dessst
nos forces. Tout, au contraire, d.
montre que nous sommes Ai ma
de la remplir jusqu'au bout.tiyt
seulement un dernitr et pass
effort pour briser les suprmea riss.
tance de l'Allemagne. Le premier
emprunt fut "l'Emprunt de la Vic.
toire Verdun, la Somme, l'ofensi.
ve russe, offensive italienne,l'entrtt
en guerre de la Roumanie, la mar.
che victorieuse de I armte de Sarrail,
out prouv6 qu'il fut le bien nom.
me. Le second ernprunt sera ,l'Ea.
prunt de la D livrance >. DMlirance
de nos dpar'ements encore envahb,
d6livrance de nos fr&res d'Alsace-
Lorraine, delivrance de la Belgiqu
et de la Serbie, delivrance des ptib
peuples qui gemissent encore sousl
joug stranger et qui competent sur
nous pour revenir la vie dins Il
liberty, delivrance enfin de nos e-
prits et de nos cceurs angoissis qui
subissent depuis deux ans l'horribie
cauchemar 1
Et puisqu'il s'agit d'argent qI'i
nous soit permis, en terminastd'i-
jouter un mot A ces consideration
de morale et de patriotisme, et de
rappeler simplement qu'ea sowun-
rant A IEinprunt de ia D livanct,
les capitalistes, grands ou petitste-
ront aussi uMe excellent opira-
Iton, puisqu'on leur office l'ocasio
de placer leurs :apitaux A 5,70010.





LE MARTIN


L'EMI
















angq d'ailleurs, leur a donn6
Sjfiaclcitre de notre pays. Notre
pna est pas irouv6 de nom-
usoidScripteurs, meme dans Ie
Oa.u1iRFge (?)le roi Constanuin:
f 'o L. BITSCHINE


ouvell.es
de Press
PAR SANS FIL
-00-

SONovembre
WASuINGTON.- Le P.Isident WVi
a d6clar6 & une delegation de I
tionamn6ricaine du travailqu
&autitiou principal 6tait d'ei
totes lignes de division e
go de classes aux Etats- Unis e
blismot la justice.
hatly P. Davidson, l'associ6 de J
Morgan. a'dst entretenu pendan
mauts avec le President Wilsot
soir 6 la Maison Blanche. O
tvoirdans sa visit certain rap
awc le bruit qui avait cii cul
M0r g aurai aidt ad a la forlma
du Bureau de Conferences Na
iodustrielles dans le bu
iWer une lutte contre la loi di
itLbets. Le D par emnent de I[
1ne a propose d'employer le!
millions de dollars prevus par 1
pour la construction de
esdas les yards de Plhladel
rNwOrljketBremeron. Le doc
Phbildelphia aura le gros des ap
10toU. Une enchere pour la
trnl de 4 croiseurs sera oa
1 6 lMCembre.
AUL.-A maoitis que les Rltpu
is Insstet pour un recomp
e Californie, les UDtnocrates
CiOsota sont d:aposes a con
lkictoire a Hughes en Min-
'AIPOLIS.- Dans une conft'
.t W. J. Bryan a eue aujour-
Slaociet6 des Dames de
OfNKO chr6Uenne, it leur a
la stimulation dane
Republicains et DeiLmo
sujet de la prohibit ion sur
Des rdfugids chinois
Oarez ont d6clar6 aux Re-
f6dranx d'ici que Villa
ctoeu lea Strangers a Par-
'ICeppon de ciuq qui ont
tiliuapper.

21 Novembre
7S -La capture do, Mo-
r e Gal. Sarrasal e Mlace-
estcUnsidree par les Alie-s
tente m ti evenenmeni
Qe notable.
0rees ("ermano-Bulgares (lUl
etl Ville south toujours en
ries.taL l, ll"toyauleument,
u orddeJ plusieurs villages
iril de Momtastir out ete
ie troupes de l'Enitei et
nIsoliers de guerre capturnos.
tut detruit pasle feu et pat
a et est en train d'Otre de
r la population.
lSJ~o qute le Gouverne.
t a ria charge son re-
Setrln l de notilier au
5le h.t allemat l qu'unle
P6ible a te produite
pear l' "poitaioliu de
S Allem'agne.
Le aPauvarts temps enl
'pepment faith virtuel
State8 lea operattoins.
0en Gr, A11 appai em-
bt UU@e Ouvelle phase
Utnaude fortuuloe
iar 1* premise des ar-
40 lutluoun deI 'ar-
U eMp p o r t i tuij o u r
muiistres aes u s.
t out recu foratr
l atr rece tuer
maitime du gol-
a Pto~uit la pAre
V ) s U Runa. 2


d,-barqu6 en Haiti. je pens is que n i a t rix d \1 lie sept cent qua-
c tait garder une illusion tjcheuse r nt: G. y compris les honoraires de
IO N d e O T T quede croire qu'il nous laieitavocat poursuivant. outre les char-
S IO N d e VSsa9 [nous entretuer davantage. Matis ;e ges de 'ench&e. P. 1.74:.
pensais en outre qu'il tallait corn- A la rcqucte de Monsieur Ldon
S* nencer notre period. it rel,*.i:''et,' et Colas, propidaire. demeurant 1
sant alimentm medici- lut dispute ie Pavs. defendre centre Port-au-Prin:e et domicilie au CAp-
1 lui les L res ceti Fl over s. Illaitien, cession:aire, ayant domi-
lu ni eme COIlens celal nous flait un che, cle t'!u a 1 rt-au-Prince,. 10 Rue
qui ptit s' ,ppuver au besoin sur la de I.Abruv.,ir, au cabinet de Mai-
ementS n ceSsnaires Nation et dire a l-E'ranger le P.yvs tre lIbe:t Cantive so i avocit,
Svus p.rle par ii i voix !. .-ladmets Conitre I'Administrateur principal
kr la sant et la force que les c'hambres ne voulussent pasIdes ii ianc, des lPort-au-Prince. pris
u Dr BaHobo, trop peu opportunistelen sa quilitl de representant del'Etat
certaines heures, mnalgre sa grande qui represent la d6bitrice, la dame
pour vous conlVdinlCre. iEx ,. Intelligence et sa science politique. nEuginie I:i Haptiste dkced6e en cette
"" ......... .vA lis tallait-il l6ire homee au Senat vile ab intestat et sans posteritY.
..n _--_ .... ..,., .. ..,,..-.,. qui n'avait jamais travaille a se fare Pour plus anples renseignaments
une popularity qui, par q'uoi que ce s'adresser A Mtitre Chrvsost6rne Ro-
S .-. ,.|__.... x. .soil, ne s'tait jamais impose aumseinnjid, dpositaire du cahier des
Pays ?...I y avail tant de citoyens, charges ou wa l'avozat soussignt.
dignes de cette grande heree, qui Port-au-Prince, 21 Nov 19t6
Plusieurs bateaux coulds sur c6 e' aux elections senatoriales de Mai eussent tait le sacrifice de leur repos KLLI:ERr CANTAVE
mn6ditrrandenne. 1914...En failt de pression, it nven pour le sauvetage de la Nition A.:at
On rapport par sans-fil que le cut pas,inon cher ani.Parlz-.noi de Si depouiliint mi quality d'histo-- -
bateau ainricaiu , autrefois transactions, je vous comprendrai. rien, et malgre tous les efforts q.A c ,-.--.s ---s.-r ----r- -l
allemand, a 6 vu au large de(Good- Stiez-vous que la majoit de s je tas, je ne me sens par ls l ot etn l ours
win Sdnds, pr6s Douvres, d-inma collues rzlana le :nois pr nat- i votre ouvernement, cst aujeie. I'H.led.Fe de Mare
dant du secours; is ais en raiso, iotre ouvernem t, cest fun ej ne Huile d Foe de Morue 1
du mauvais temps it tut inipossible re de Calips, que le Mhnistre Les-Ch e tos amricin lui sr- che- **un* -
de lancer des canots do savetae., paIasse iai avail reiuse et qu'ele aque s que l americn lui re- -'"
Le War Offi;e annotncc que -Ti -itcndait quand me ne tougher ?...clame une cuncessioi, je le seas
troupes teulones eni lto.inaniaie ap- Celi tat faiet en Ma. 191 [4 ceder. i V N I A
proclient de Crai a. av., ilpitale d 1 In Lorsque je p.rle da prestige du L'EvoltLtion lente et certain don't todotannique pnospha
Wallacia oritle, 12 ls et Go eent ro de a ca vous e parez je n la vols pse e__
0 1111".6 ()'les20G (ou mmcr~ient, a proins de la can-
de lUtcliarest Au nord de la So'n- Lt u t ,t ne p sens pas. le d&couvre plut6t les i
,n un duel dartiler'e esrt en iro- iature du c.toy.n ; i. via,, n. I -St lendemains doaloureux qui atten- V Pl.. act. a Tr- .rA
s duet .* est. en > ro-t !. i t l i i ii lh l I


res et Uln vit co t a a e~l ati .i-,j ,- "A J LUI J Met 1" l "" iLLL dent le Peuple. Les ours sont soin- 1a n, ,It& s go.t
de Danubet at Strtcoints.u Ls U.reei dllide:nmute au Pesident Z ixmr. bres, mon cher Datort,et je voudrais Us* VERRE A MADttR AVANT LE LPA
allemaudes arriverent su" le troItI qr je tas l un des raes hom:nes de que le Gauvernement le comprenne. LAk GRAlD, 48, R rAUlda, PARIS
tnacedonien et repoussereni toules l'intimitle pr&sidenticlle A penser que Les places sat vives. La masse po.- A- .-..- AI
les attaques. le Giavernemnent conmettait use plaire est la vet.le de se dsint-
Ilesr eattaques. ereu c outn irter 1jse rpulaire est atlasveille de se dsine-
la rerreurenvi aat rer ee dresser de la culture de la terre. Le
Le -to consomnateur de la ville m:mque
n nmes amis poitLques A qui ie savais de travail et possde pas de nu- AI L
et 1AtOS (1en l' 8 c:auser ntimemet. 'en attesteras le d rair.O nphoe presque plus ir bitt
3'rsi dnht lui-n0,ne, si son oPrbrc imdratre. Oa n'achtt&e presque plus L ifitte tr bitter
" Cd Etrer not n iui-mitre, si so onbre au msa che public et les regimes de QUALITE SUPERIEURE
I pouv nous apparaitre bananes retournent au chimp Au- A \
r- Denrees et products haitieos d- Voui avez parole de Chrles Zamor jourd hui ce n est pas la terre qui se R EAUX
it barques au ldav're duani le ,Io'sde Et bien I le suis convaincu que si au reuse hone, c'est 1 home OU NA
n Septemnbre 191Ai par les iiavi:'es Qd- lieu d'Oieste, c'tat Charles Zamor tuse hom e, cest I homme lU INA
Sbec et alde : qi vit o:p u r, u qu se rb a terre. Dma NTONQUE
- Petit-oe.-i sacs caf 101.375 it pas connu les at)tsses de la cet alos vendra le grand capitalis- L. PRNAGG D ELICIEUX
Skills. 377 sacs cacao 3O1 il kilos, i pouisuite et de l'extl. Car Lui, c'est E alors va edra le grnd t s L. PR ZMANN-AGRllOT
- colis vieux cuivre 513 kilos. ie polttque, 1 a les ues i te qus appropriera tous ces ones, AGENT
- Gonaices. 1703 sacs caf 117.289 e potque. a s vues ares. io c lanes, rdua o e
kilos. iscerne,,tandis que, dans les qaes- au rang de retail human par la
a Po27 -a-Prince- 32i0 sacs raf6 ton autres qu pssit de atitren I'll- force de son or et p.r lIaide qu'il L lola ida si
S2773 kilos, 10i sacs cacao 8126 k te o i pa it por M itre, i- recevradu lieutenant U. S. M. pion-
S J.actel. 27'.o acs cafe *11.3I. telligence d'O este Zamt)r aait ner de expansion am&ricaine. DPAR ) Nr -RK pour hArr
e kilos. corine une cloison 6tanche qut lui Ce qu occasionne les grandsm- eAr N:w-YORK pour IAIT
S Jrdmic. 7335 sacs cafd 65. 19J ki- cachait la lurniere. heursen Haii, c-est qu'avant de LeSIS PRINS FREDERICK lIEN-
los, 400 sacs cacao 37.337 kilos. Brave des braves, genereux, hon- heurs ea Haiti, c'est qI'avant de DRICK laiss6 le S ayes.-310 sacs cate 25.20i kilos, nate jusqu'a la naivete, le President commettre un acted, I hos u e paliti Cip, Gonaives, Port-au-Prince, ldr6-
40 sacs cacao 3.307 kilos 237 sacs Zamor ne comnp euait pas que lon qu ne r cht pas au cons e- mie, Aquin, Jacmel.
a grades de co:on 16.-50; kilos, 70 protite du Pouvoir poar commettre ces de cet acte. c Nous ne voulons Le SiS OR \NIl NASSAU laisse-
sacs cotton egrene 7.891 kilos., certaines lacheits, certain crimes pas que vote pays soit administri ra vers le 29 couiant.
Gap Hatitiea. ".973 sacs ca1 et certain virements de foods. par vous !b a Et par raiso 1 de lu Le Se S ADOu IS, date del depart
9.190 kilos, l87sacs cacao 132.8 Hi raplustad qu' e sera ulteurement.
kiloz. 2 sac cotLon 'Igrenle 3i7 kilos, vous prevu les consequences de cet D,
-'U2 barriques iAiel 3,8.55 kinos, i pas pi6pare A ce i6le de chet d'unr acte ? ui.\R viouR' N\E-YORK
greater catmpeclid 1.818.00J kilos. Etatpo tuque,mnaisquldem:urel'ua Vous soutenez, mon cher Dutort, Le S/S COMMtEp iNE, venant de
Deinres eL proiuttis ilaitiens d6- des plus a desinteresses, de nos Pr6- les vues du Gouvernement actuel, je Curaiao, et des ports du Sud est at-
barquds a Amsterdan durant le mois sidents et qu'il recula devant ua nres tend ict vers le27crt pour les ports
l'AuLILI u1o par les vapeuts holln- coup d Etat a centre le Corps L- respecte votre convicton et e vous du Nord et New-York.
dais Prins der Nederlanden et Prifts gislatif. Lui chef miliLaire et gott-en mtprise pas. Moi, je rest de Port-au-Prince, le i,; Nov. 1916
Frederik Die4drik. vernant un Pays en pleine rvolu- aure ct de la route, jusqu AUG. AtKENDrS, Agint
IUOJ sacs cate peasant 152.218 li- tion. qu'laiti se reprenne.
vres. 1 caisse provisions. Les d6put6s de la 28ne Legisla- Sincerement 11
ture !...Vous me 'es prtsentez corn- Luc DORSINVILLE 3J* G. J. Peitoia,
me des Senateurs roinains a atten- Octobre 1916
Lettsei t dant dans le tumulte de cette mise le Cordonnier bien conu de tOUle Il
en scene, Jans ie came de leur '- ..- Ilipublique
l J. li. Dittfort con-cience, Ic dpouiliemnent de
S'urne qui, sur 96 votants, ne donna Vat1 par aWrt0ritd ( J1StiC3 Se tient toujours 't la disposition
le ballotagc que d'une sule eule de s: clienlle pour la confection
Mon cher Dufort, voix pour le grand cttoyen Luxemn- On sait savoir A tous ceux qu'il des chaussures.
J'ai lu dans Le Matin a la r6pon- bourg Cauvin. I :: vous concluez : appartiendra qu'cn c\cution i" d'un i )i truv, aussi ciez. lui, en
se que vous avez tiite A ma brochure a ce tut un beau g ste. Non man L ugcemtit du litAijrri a civil de cc ,
sur 'histoire politique de.la Chambre cher amnt, ce tut une belle tiahison. rneort en date du premier Mars itok, des soullers t'i toute sortes
de I9t4. iar pareils a ces chcls Kurdus qui m l neul cent seize dmu nunt s ign ,tie, et d tolutIcs dImII('iLsioiis, recom-
Vous l'avez dit ie suis de bonne de nos ours vomt tenseigner au- 2' d-une obrl titO hypothc.are pas- iiianJ ibles lialt pouir leur varitle
foi. Mais juai tait de la pohliiue el jourd hui ['litat-mnior russe, demain see au rapport de M, Clrisostlone 'lue pour leur soluldrile.
vous n'avez pas voulu admettre celui des Turs, les t, de vos col- R(semnond et sont coilhe;ue, notaires l ii utlro, l iriet ete lliluilation
qu'aujourd'nui jiene suis qutun sh:s lgues sortaient de la maison du a Port-au-Prince en date du liutt utn lot itpor lanti de chaussures
torien D. Ce que i'a dit en 12 pages, Grand citoyen pour aller aux con-; jinvier, mii neut cent douWe, en Crc- ,'oiivnclab:es ita d.rs prnx ,ltiant
c'est ce que 1Histoire dira dans 25 thrences da Gouvcrnement et decla- gistrec, ,d'u.i acte dc utantp rt paS-, ltote Coliielrrt'Ice : c (jui est un
.as, dans 5o ans, dans 1000 ans, rer a celui-ci qu. Cauvnn etait deve-" ,e au rapport du nicne nuc rtre i u aitge ilin nsc.
mais probaolement cn 120 ou 1200 nu impossible a la Chambre. profit du seur Lont Coi,, en ditet Podr >'tn convaincre, ii suftit-
pages. Contentez-vous d'avoir obei A du six I tillet mil neut cent quator/e Jo a ,iro un tour clez lu .
le ne suis qu'un historien, par- l'honiaeur. Mais ne me faites pas egalement enregstre, et 4 dun u r u
ce que j'ai trouve des circonstances un procs pour la Chambre de 1914 : commandemnent ignite et demeurd
attenuactes A Monsieur Michel Ores- St j'avals du temps a perdre ces intructueur.
re. Iat essays de taire de la philoso- jours-ci. je vous terais 1-historique It sera proc6dd en cette ville .e A Louer
phie et de decouvrtr dans les grou- de toutes les hontes que vous soup- samedi que lon comptera ving,-cinq 11I E AD..IME 1. PRESSOIR
pements nauonaux les causes des ronnez certainement et come a dit novembre courant a dix heures du 5 ,
bouleversements politiques de ces 4 un autre a les entrailles de vos amis matin, en letude et par le inistrae 5 ., Avenue John Brown, 59
dernieres annies. Je n'ai les prejuges prendraient feu ,. de .\e ChrysostGoine (o.enond a Rue -
d'aucunes annes. e opo ; e pattage es Volez-vous a face, Peres de 1804 du Peuple numrnro 16o A la vente Chaises roses, I'erres boire et
tdees tLroites d'aucun clan. i'aime Vous qui avez vers' votre sang sur au plus otfrant et dernier encheris- champ,iigne, (Ctillers, (outeaus,
lespace, la lumiire et quoi que vous les champs de bataille pour donner seur, d'une proprietY, tonds et ba- bFourhci's, A.sswlis, ?vappes et
pensiez, mon cher Dutort, ai des une Patrie aux noirs asservis Ve- tisses, sise en cette ville, derriere le .s'rt',lls ,/,Uses, Catbarets,
yeux pour voir, seeuement jai le nez Toussaint, Dessalmnes, Christo- palais de 1'exposition vis-A-vis de 't.sses, l ts I ul.ace', Tire-bou.
tort de Etrop voirs. Lorsque j'cxami- phe et demandez quand a sonn6 le I'ancienne propridtd Dapuy, sur le rhons, P lts, ll:-ier., Stladiers,
ne un sujet, le suis de 1ecole d'Isaac canon d'alarme ? Petion, r6publicain chemin qui conduit A la propriety de I iter.s, M4outardiers, S riers,
Fisher : )e ne suis ai ntgre, ni blanc, philosophy, venez et pleurez sur Mme S;nutz, de ia contenance de t en i oVr l tous led's articles
je suis une conscience qui juge, una -Institution que vas avez ondee seize pade sr trente usi r /ts, t ri s, I les,
critique qui observe, je cherche a Vaous vous trompez, mon cher pieps de profoideur, sa.Loir: auLpe/4in'Ssi cs1t' 1 TS,
vritue. obsfor, en croyant que je nai pas N rd eta couest par la citovenne i 't'e rofi scL'(ces /atwi"t'res
Vouste m'avez ait le reoche d'a- encore trouv6 mon chemin de Da- Fleurentine aoutiiant Michel, au Sad C es article's sol des mtedleares
voir passe sous silence la pression mas. le nai pAs A le chercher, puis- par la portion de terre o:cupee par IL/,,jiues d Europe, el sout jour-
exercee partleGouvernemeatd'Or4 S que je ne suis pas come Paul. un ie sieur Alptonse et a l'Est par le n ellement l'vojet d'un soin toul
7tn- la. i, I. hrmbre des Deouts. egarc. Du jour que l'amiricain avait chemin de .Madame Schutz. Sur la parLtculter.


IY


e


li -




LE MATIN.


GOLD SEA L CA- MPA C
GOLD SEAL CIIAMPACNE


La plus grande mar-

que de champagne

dies Elals-Unis,
La ma rque la plus en
vogue dans les g ratds
Hotels elt ars de New-
York,
GOLD SEAL
Cive special Ie ,. a UIbai|a \n' ilCo.
les de IrbaI ,se Ni-Yos co
les de lJUibwn;. Ntw-Yoik.


Geo.
Agenti


.IEA ASEM E.
Ge~ntral pour IIhutti


r n r


A'


D4ptt :


Chitz


M Sirop F


J.-P.

Une cuille

I gr. Bro
1 gr. Broi
1 gr. Bro,


Contre Ius


L. RC
21,Rue des L


F. CHERIEZ


'olybromure
de p

Laroze r

eric i potage content :

mure de Potassium, Tol
mure de Sodium,
mure d'Ammonium.



les accidents nerver.x.



)HAIS & C,
.ions-Saint-Paul,
PARIS f

EBt, ,E


E. Sepe
23 Rue des Fronts Forts 23
I ort-au-Prince Haiti
Chaussures pour hommes, fern
ines e c nfants, mat6ri.mx choi-
sis, trail oigiiL, formnes commno
des .degantes.
Un stock assok.ti en depot re-
pond a toute demaide et les conm-
manides sont prompic inents exe
t'uIes, e: particulfi-r celles de la
province.

Oeores IRobite
23 Bue des 31iracles, 231
Port-au Prince (Ilaiti)
Chi.us-urfs pour hommes-
fenirues et niifats, botles A I'.cu-
y.re etc, ece, matIriaux de pre
mier choix, soliJiLO exception
nelle.
Lfs commandes des clients de
la province seront exdcutles sans
retard.
En outie, on trouvera ici des
billets de la loterie de Slo-Domin
go et de Venez cha

WA I SON

Victor Mangones
93, Ru du MIagasin d I'Etat

Vi'n neit ,i'arrier :
BISCUITS sucres
IISCUITS Luni h, Zdphyrettes
& Soda boiteq de 3 et 4 I.
CONSEliI'EN DI VERSES:
Terriines de f)ie gri s Saucisses, etc.
Cotruichions, Olives, Petits oignons
au vinaigre
LBEURRE de table NEW-YORKAIS
Marque Top-U Can, boite d'une liv.
5.5 certimes or
BFURRKE de Copenhague,
inarque L. E. IIUUN.
Sachlets en papier I li 1l? liv.
et II live
Papier a Cigarettes
Sacs rides supd ieurs d cafd
poids 2? lit 11-; conlenance 900 liv.
FAHINE dORGE pour Bdb6
FRUITS SECS pour coafitures, pd
ches poires etc,
CACAO LOOKER,
pour petit dejetner
RIZ GLACr,, par sac de 25 livres
LANGUES FUM.lES,
de premiere fraicheur
LAIT CONDENSIPS
mnarque Ncsl et Eagle
BOU) ; iLES P OUHNIMhER
Cigarettes des snobs JOB
E', tienltifce des l, eres Beniidictins
Poum-es tie terie & Beaux Oignons
tie Beiminudes
CIIOCOLAT & CARAMEL Dclatour
Devise de lh liaison:
Le Bon Marche
Par la Qualitd


Nestor F eliu
Mi'i re-lailkhur
Announce au public et A sa nom-
breuse clii nit,'e, qu'.1 vient de irans-
frer so:i aielier A la. Grand'Rue, No
179, dans la maison o6i il tait au-
p.arvaut.

Le que doit
savor I'E leclte r a
Rtcu(il de dkcrtts, lois etc A l'o-
sage dts dlecteurs et des ca.ndidats.
En vente A la Phaimacie Parisot,
A 1 1H6tl de France et A llmprimerie
du MATN.
1'. : 're gcurile.

Oa dman4de
lnu r un piano en pas failttal.
S'adi esscr pour les conditions i M
H Rent Lcieltous, rue du Quai.


Hotel (le Franc e
Elablis~s?,et''1ta I)remi r vrdre, sitlz.4 A s(CP0re (les
dpr-O rm~~de l Dita ~'ne clt deserl'L par lou'-/pwv ~iix(1 'tIll/
des ntiiset Jszwc-.sUCS se recomii nda*e puPsorsE .% eltsh'iO I a
a Ci isv r.,loiri'e. see.s I-/C x kio,aodere.el .'im yerieIt I i;
Condiitioas spez,-iales pour farnjl]%s

Le 1riiel'Ae 1 21 ,1'2 ei
L e .ol r eij 1 t 2 7 4 v



L-.s Aii-oauobiles Ford sop' ceiles qui t, "IcIt'perl. g
nos ron I ei.- AqJt'5p e, souplesse, lvi.
Tout ni Car pour 5 passagers:


Ford Motor Co
Ls .MEVS & Co Agents

U


LS'',SE N





BiEREJTABLE

A.Behrens & Co.,s2ui Agents
pour H aiti.


L~sboral oh e Spjournie
Pr~parationl do to ites amfpoules m~dicamenfeuses Mt66ilS~64
e t Injecekibles
2 1EDAILLE'; D'ARG9NT A L'EXPOSITION DE BRUXELLEKS 1910
A11POUELES d'eau de mier Isutoruities s(-lori Quinton
L'eau de inet que nous employons a 6W~ soigneuisement capoinB
large, au dleld de I'lle de ia Gonave. Not s faisozijs em4rquvraF5o rMP
tw cicaI I oh,-.rvahton jmiwieitise q ie fotwt ks Iab(oraloiret4 6!r&Dg~rO
L'eau de mer injectable doit ttre de fabricAt ion r~cerite pour avoir touteS Ses propfIo
rapeu iqucs. De nomtbreuses attestations nous permerten~t de certifier que D'OS proe1J
donna tous les rt~sult~ats espdn~s.
SPJEClATITE: Serum nevrosth~nique.
Ce stiruzu regularise &I t-s(ctiiug nDi r i fh, if a 6Wt, emrnPo)Yd e
dfarts IQ ~IISbL:, dt~e~~




L'Epicaerie, .Lodelane
Craind Rue, di c6l, de la Maisori Commfluflale
Avise les nombibeix rtchttet~rs qtii ont deJA essays et CoQXI1P
ses exccllerils vins qu elle letir offl-e les md~nes 1ner-%eailean crils q1WO04
ktabli et quaai mgmneitc-nt chtnqiil jours sa r~putatiofl. I de pl
Defiant toute concurre'nco quel Itie soil cdail!eurs lem
blicite et de i-&Iame empfoyt par- des rivaux, 1-Epi--erie
affitrme une nouvelle fois sa confiatnce dans 1*exp6iietcce et I
d'appi-Ociation des connaisseurs.
Amisi doiw. alh-~z tuujoutis A I Epicerie Mudeirae, en face deo CaV
de Bordeaux o~z se verident.:I


VIN ROUGE:


I e gallon
le 1/2 p
I.e 1/i *
l.e 1/i quart


VIN BLANC:


4 gourdes
: gourdes
I wourde
50 centimes


Le gallon
Le 1/2 *
Le 1/4 *
Le 1/2 quart


5 oCoues
Sgouorde5s
65ore3


- m -


-~~-- --I-


CINZANO VERMOUTH CINZAJ

A. DE MATTEIS & Co


, lp


Ieprdeentants pour la RdpubLique d'Hafti


VERMOUTH


~ _.__ ~,,


i )k