<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02743
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 16, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02743

Full Text

U u1N N zsc vJAN58


Jeldl Is Gobbro IvtG


CI6cent-,MAGLIRHE


Nol
Tr1Mot

i-
rrott M0


rol s. :


DIRIIJCTEURI


post'r..AU Hl'I~NCE
G,


: : .G.


ETIBANGER


C


potlT-At',PRINCE ( Haiti


* U-B-
31p

ffl ?'V


2. Ou
5. '0

~2.2J
6 u4J

8.00


OUOTIDIEN


RaDACTIC..4 ADMINISTRATION
4uglz des 1t0 es i'~rou A AMOrlSMO

Losa ambaces soot r"es ~I
A erG rAV-Pb.6.k.JdXJAXuburCAaQu dU Oct58
A Ah tc L M&N-fn-;c & Cic Y. hkuc Trww~bb
A cLii:..vi L. MA~cocc I CU.-,. 19- S111

bbaIIX. rrca OIL&A"C 40-49
A Maw-YQRIBLcia'cas~A. uba16dY COMPASY 45 WO

LaS manum5c .s1intes ou Dan me "at pas read"

,dbomr"ns & swertsons Payable$ d awin


r.


T--- -,

W^A~ 1 ^


a ide ie d 1ai is Oi -1ii0` 11
qi lai a ie t i l e n o ie-
brieg ast ts ; deI u x F

M. ULyod George a rpondtl dalis
Slanmgatge. sportif, deliiissaiit ai,- la
i0 situation.
Maintenaa'l que 1i4 table.i set-.,
ienot avot quehlaje p.U tlournl, l,-s .
Anglais ne s.It 1)s e,-al, s i 't-
riter, parce tiue I.s Alleilands
we t des ci1s (1- l, t(l-, o l w l t ,, ,- .
rS partaisai s, lea'ti aie sit t I ,ti s
Mns doute rmaisles ~ I ujelit.t IJl i ,ls-
prls, font beatuc tuil doe lIa ilt.
Depuis deux aris, I,' -latanglaa l ., .. .
a passk de b sen a aalaiivai- s t l'a ', "
il aitmral eJtraai am et dI ci t ti,
moment tons les Allis lt altt.is dtis:s A (G \I' i111 : EitN .l' I \GKL1FI'tN. II a -a ave
le ing; rllai ii tie lit alop,-l ai aLIx
peitateurs niea patlitie poor ala une partl e de son lt i a .a, lae 4, d- ans la ZInle Po-
rter le match, sous p I )rtexte u at' I laire, apt'bl-e des n in d i d re vatiUol.
ait trop brutal ; i lnc detnawla p.as
sooplusqu'on chaagA'-At It's r'Dgle-
eoats; il se colten a d'etcaisser A UltliT 1 A. i miie ianu LE,
e coups mrane quantd i l tawt bat-, A \. e K! i, C aIn )
tuo tel un chien, et. pendait tout dait lfescada.rille d'avio. allenaul e, aquia ratssi a
ce temps. que falsait I'Allemnaid
vitorieuz? i descendre dix-neuf avions ennetnis.
SYTaisait-ii du anauivat- sa-.,, au I
isjpt de ce terrible miasswr a',a ? Noli, .
lparlait d'arinexer la 1.l)t4 .le, I tan i hi, Ie i civilization rest Chez I'Ai glas
Pologue, comine ai dsltat ao ses et at 4i p tr I, i on restes
itoarA, et taulAs'i lil id nii ai t I i alle lac '.t Ie pIt I1tall krlnu eitrlella1. S )0otlatif (lti a ailtleta'
"crtede I'Europe sais ac(:oraler isa Ancun hoi n ne, aucurte nation, dernlier eirmtlert ; (
mtnindre attention aux dcars de (a i; a(it la it nIol( t cOI omprt' leln sloi ce sera le patrioi a
Iples divers, le pteuphl ailais se, dti caractireo d'ute armtue dea cto soutienidra 1 armde
prparait A payer le- prax. svens ala u e assa ne u sas sogr soc
lU salons cu'oe doat payer htin tn able sans sourciller. nie liu doit veiir.
N ous savons !u'ol S :^ doit est tevenr or ar,
pour avoir une a-ree prt e, tllura t t le hLa i deman der une pause
0s mols, quand il senbla ,aque la' mai otlnailt La Russie combalra
fSode l'arrnbe anglaise ltait nini.ng -- Mais calien do temps pen -
qn0te, I'Allemagne d e cida qu il al- sez vous l ae c la passe continer Et la Russie? den
Ilat un frnush avec i'Antgleterre deliinde le cot-Corr, oltlarit de I'Ut. pendant.
a0us veilllerons a ce qu'elle soit ted Press of America d La Hussie comb
tisfaite. La lutto se d pouisuivra I'armte anglaise ne possde nort. tterroapit c
ts'aue u e knock aujourd hlt ii ipeitilule nicalendrier. L.a Russit a dkt ile
jlqu'a knotkout rl)iqua prompl)teinent M. llyod tnais tIlie sera g
Geoirge I.e temps est le facteur qui apaiser le ressentim
LA Gralmde-Brelaque ne letoier';e auil- compete le moins, inais seulmenet le ceux qui I'oit force
rea interrmeitolo itil,,1i-t r. ille r(sul-at comp era. et non le temps fod et elle n'oubli
le Bililarbulte pnra.in u ncessaire pour I'atteindre., clata au inomentat
oit d entit Nous noe voyons pas encore la fin le m ins.
i aelrl de la uerre. et nous n'avons pas le No)t, iln'y aura a
Le inonde ener e ynC)llirle, moindre doute de ce que sera cette i les Allids.
utrs avec les elotvit s lmanai tales i- Mais, et la France? demand Jlls
4e peus nobles doueit savon d l ire- le correspondent, y a-t il IA-bas la
peut LWae atre dtp IIse d" me determination de tenir us-
clt. L Grande-Bietiagne net au uau bout ia ,rvne id e de letter est devenu no:re cr]
Saascu intere latio age e q it aetl-J sql A ( le les termnes de paix Le ourance,
t oPaiPrpare pour e battire, e'll puissent tre bictds I'Allem agne? nentent chez 1nou.
tale pa 1pr pur,.atte, ell A cette p question et apr6s un long de guere, son ho
quelle o ra "aucune aitenan moment e pause, le secretaire cripUible.ed c
.. ?prle, diqupa ce que le -e ... i roet o "e" du RUM "
emilitartg pr e .a ce que de daEtat A laguerre. d'une voi pro- Je rven


n d nt duation tire Le onde n'a ps encore a- Cette effroyable e me
Ssur le camp de bataille pour y la noblesse tonnant e de lra France. moyen d'en fer es
"e par lea ains des Adlealandsj veillais des myriad

quand a q uelques ianlois sneulou ava noblesse de Fr ance nt ne
ent qutlque lis lade citoye dehne mren tenltationsiretln det [re
1a8 dont lre education tnealtair e L e mondte n'a pai s encore ap Cotte etroyable ci
"fl'at durd que peu de mois, alhd- pris A apprdcier Ia magriflcenc, oi en reproduire sur

it liremies ousCe de pour y Inobless ee toruna one d la France. moyen -On finir set
bombard6 et aspley- La rbponse A votre question mla 6061telle punition asuxp


aC S Premierps rounds dcune rstoencore ont A donner & Is Fran- minde des coeur5
.utz a ee. d'esprit perverti
n &Ou Carnage, auzune suffrance Durant ma conversation avec Oelle, Voili la significat
POuvent Atre pires que je lui ai demand e si elle pensait que britanniques.
& rabtus deoi qui eurent Ia lutte avait assez durd Sans un
er tout Ieapoids de la machine moment d'h6sitation, elle rdpondit : L
PrUsienne, au d6but doae La lutte n'ira jamais trop loin, elle
7 a 'Y'M qm1qu Chose dedoit durer jusqu'A ce que Ia rdpdti- Vin de B
m,. c._ nalure hose de plus tion de cette horreur soit impossi-
lleneturell de ven- ble.i
4a" Is determination an- Cette m6re, c'est Ia voix de I dalFU su
, do I6MP Uivre la guerre jus- France ellse mdme, oui, la France
.t .;&. : l'inhumanit6 et l'ab- tiendra jusqu'au bout, la France a Cas

P, alix durable suit pomi cune autre naton d'urops et son tx0kA de RawCo
Was "-P_ t Pas ,tre compa- bistoire constitue uone asluraGceROS ET/L
1-6- m 11d'T rI&r I g rm. suffimaote qu'ello tiendra


411




'1
-at
'a


~"*"
r "-
~
41


I
I
'~j.


'a
"* a,~I
Ia
I;
a.
~'

$j'i I





Ii


.4i


(G tte ravaire omara, I


ILayant tMt6modifit datis les Instndf
tautis auxCommisisairesdii GouvernW
merit. chequeie catiidattt ou parti Bar%
I peviOentO datis IleItureau des kAo
tesseuirsjapar uatt. Ierstoime do sOS
litoitt, tailoi~me par Itt Jugo~ do P&Ma
11 e'st bwan ell eaaaila 1le ie I oili ii
il [It i-i.~eiiirs cttfidat~e~~s tsi naiai
p:wi.i t -, I I iia t 'tt 'iw a 5I ~ stir Ise
i ha ax at ~ lm miotujIa., I, aeprtlsetator
pattitiiti as Io 'I~jica~iW lde .s; Ases
L ..., itlticwars, deI t T-ill tioli et do
I;a ae'tdal I. leil at Iit i ta'i 0t 3 q~uO

I l P le dIX. 11,J -a1111 iUppi~aflt,
I a- I it' l ait,m t'citi~te frauds
Iaio i t a t tiai let *' aq a It 1 aa e k I&
ka II. CSl 14t Iit' II(la t' a -It jI IIe VCO-
Iiji:.?.\ j jal alan 1:I.' l. ii* Itit.voter.
11(1 d M S a a a- ll-tO11 C
'[nut aIdVadu ajill a--.aie.t :tie voter



Lart iLI e, \V IF\WAI.I.E&
;'~ieIat d U I* hI M &anale Ceorpa.



Ga C,- iles Iit I-oI i


11101 (1 xiti x e'a ll 11-;lIJ' l a'- I1.11011 -).1 1 a1 l a taigntat Le rendez-vous dlu c~ Port-au.
(ialtI all O e a1'lnt n 1itaa -. ala'I w js iit I'lI! ci t-i a' t ccmii atis. princmeln
Ik- drlitte ;!g n'alc e icSt. ctia t 1I4)11"', t)"v % li I ~ai, Sp&zilit6 de
Basrr, McCoULd et NILICJLaI\-. Cr~ime glaca~e. Sobet, Pitisseric
trineaise. IP.!ss de viande. Volaille at
GA, It- J X !;Ur coMmaande, Liqueurs
Ce S ra'PeI'i'Ira*\J4l '!'/' e l~b t Vinsde premier a. oax.
I ai'laii.-' JIPSa .11 AlSal~on pour daines et eal~fAnts
cliez lo' Iraia:a:ii-. ccai N. I3.-L'tabhassernent pour cause
,mnle ba aiant (1 t lr lts(let, Id'agraindissernent, a ilta transl~re en
jlistu'au bo.ul, (Ee~* I I '1, 1 IIet,, tce. maison E. I eon.
--' ... ....-A I xine II ll UER- n'I: IC1K


'iL4i~ *i't' ja ~f II* I"x/


-a palIl-it


I",iha Ilivers


nande le corres- I "- % -IN v1- W
'o rl ai Ia', P ;c, ( I:;l, I,1 Ca .N(v i) l 'l11
,ttra jl',suali a RENSEIGNEMENTS
M. L'oyd Georg, .Aya:it *tt li,1:; t,-l:n te le.t 'ampill) Mi/kT.&.TOROLOGIQUES
nte A a Sveiller d i:i at lI.' \i- ** I c '.,(er it dui OBSEliVATIOIE
;alem ent lente it pe- l. !'. ;.,: -nit.t ,1 I ltititlle e D
lent russe centre I)X '- ii 'i ,i ( lo' >',. i, lxla)xpdlitio l i) i. SEIMINAIRE COi.I.F:;i.
e a une guerre a ires) a lIIa,,tl t- *le- tloiiins de Jan SA .N''-MARTIAL
era pas qu'elle vier IUIT. It ilns l ,I'tinis ,uivantes
t on y pensat Vilt t! t laer.-i, alx IF.iend Exite- Mercredi 1." Novembre 1916
Sdatia'eana 4 t a La tGendarinerie 792,4
ucutn ldcheurpar-' sol vait av. c e'lI-, ,litranit l'existence Barometre 792,
Ie l.t lo in ll tnil, : nminianum 21,1
1iiIeintat n lalen ai rrt'"e du (o,)u-
plus vernemetit tihatien et de lOccupation Temperature
eat tiue les a lectious soient libres et
i de guerre. hontimtes; c'est p()ouioi le ri e des en aximunm ,3
es douleurs, aug- Forces Exdli:lol>naires et de la Movenne diurne 24,
Quant la e z6ne Gendarmerie sera Ciel clair le jour et un peu nua-
rreur eat indes- 1 0 de jcher toute obstruction aux votes et Vent d'Est taible.
imp de bataille de veiller a ce que personnel ne soit Roste.
suis cru trans- contraryt dans 1'exercice de son Baromktre lgerement en hausse.
ant que je sur- droit do vote par aucun.individu ou SCHERER
ea d'hommes al- par aucun part. SH
J'en ai vu reve- 2 Aucun groupernant de person- RepirtealaAlil polaire
nnaissables. nes ne sera I)erinis a urie distance R *s- a_ pouar V
nnaise nab doit plus oindre do trente (31) pieds des C..6-VariM
e rre dot plusul endroits ou les b Alle ins sont ddpo- Voic le programme tpatangt qw
t d'enfigr une s6s et aucun groupement ne sera la direction du Cin E-V.arittls orst
ierpntrateurs de admis IA oa il pett 4tre un obstacle gratuitement au public ce soir :
I humanity, que au lhbre jeu du vote. ti *Monserrats. rue de toute beauty
uveler leurs ex- 30 Ui i'epresentant do 1-Occupa- *Le Duel de Max. en j parts, un
pour touted eli tion ou do Ia Genadarmerie sera prd-'des chefs d'ceuvre du cinema: .aLe
des gouvernsnt sent Al chiacun des endroits ou le devouement de lindien' et "Zoe Ia
vote se fait. afin dassurer l'entidru Blanchisseuse..
ion de l'esprit x6cutionl des prdsentes instructions. : omme 'on voit, c'est du dernier
11i decidera do touteas lea disputes cri.
qui peuvent surgir dans les lieux ou r -. A .
le vote se fait et veillera A ce que le Rendez-vous 7 heures prcise
vote ou le depouillemnent de ]'urne en face de la Tribune du Champ de
se fasse sans interruption, tout en Mars.
ordeal pregnant note des protestations for- Ba-Ta-Clan
BLANC melles qui peuvent se produire au Ie coquet Etablisscment de la
reure sue e.rtnes qui ont le .Place de la Paix, que danrgeait Mr L.
droit de voter le feronr comme s:m- Bont- est pass en d'autres mains.
ples bourgeois sans arme. lIs vote- Ba-Ta-Clan a v "cu;-- achett par un
IGIO ront promplemeat et retourneront autre stranger, il s'appelle mainte.
uwrb est Cdsars imm6diatement dans leur corps- nant Marine and Navy Bar.
)ATAIL 5 Le D6cret du 22 Septembre! Tout passe. ..


dil I I' ,'a a


UNE EXCURSION AU POLE: O10RD

1 \ \ 1l.\ /' \) : l. O il.\ I : ,


I -u


IIIIl ii


OWM,, -- -


-#Is


Mme llll-.ER PETER


I


saw" A"& so.S 3LJO3


%P


i I* i




Li t mrain


-'- '' ''-: -"TTf t -L~ I


Ia Mir' de Pen de Cbsc, A fletSSSI Au rom de la santI6 Publique,
S 'us la direction de l'lnOnieur tiour. nous f iisons. le devoir de si-
F. I) et. Ics trav~aux de construction sytialer ces faits A I'Administration
tie la ft11C IL i cc'n Wit de Bo osse A Communale qui vemnpreqtsera cer-
l'cu tic Chove. 'e potirstilvent acli- oinement de pfendre en U circ.oa;-
verne U n iagnitique rollt en b--- t~aiice. Its ia sures irmimJa4es el
tortI t~ o, v -rutt s ir cette Itou Cl e v ; squ-l fbut.
atten~ant yvrun aute pr""- impor-1 A fl3triami
tant soit jctst~ sur la grand,: ravitie I~scf~~qed~~ h P. C.-S
qua :ravcr~c ;a iouIC Ipour itrnotm:ree i t .i de fo,1c:ionn, 1


plaidoirie en faveur de la formation
F~une ligue de'rflt. #f sin, d'avsL-
rer utne paix permancnte un mee-
ting au Club de IN~yflower, une or-
ganiqation d-argbii.- ct d'am~ric~iins
Ni-.iv-Yc'i-k -Icr.?Jfcrce il,
confr~ rtcc'.e'li ue i Ir'r:Vr j.t I.T
!Rement sur deer : ic~ t~; a l"


'% Voizs PGUvTcz nz ~~ertc~r v',l
vitzhli' d'Lrne fac~oi Pa%$rn-pt-e el
V permanente ca pre--r-t do


I DL'EMULSION SCOT14


~ i- _ I14l ai L- I a"a a UC k C.allC a 11 l f is #-4 -. -- ** .u **** **a *** ,- I
rais-n de Jditi.-uhs6 qu'll pesentc. par ,le mauvai, tmps vont etre cou- d'hui. Les directeurs de Chemins de
exige :.ntat a: temps que de conr- ronr.s de succs. after ont au conruirje a-nonce leur
PwUce. Nous sommn s en mesure4'annon- intention de ccmbittre ceite lot jus-
lesser cer que dj.h. A Mariani. lesobstacles qu*au bout par devant kls tribunaux.
11 I ut [-li.icr le service de la vot- ont .t6 levis. Les adsl qui avaient ArLANTic Crry-- Luis Cabrera a
ite de I'. ctviht qu'elle emploie pour disparu sousun formidable monceau aujourd'hui rejeti le project du con-
maintenir 1 avenues de Boloss de graviers ont ,tt exhum6s et bien- tr6le de Ia fronti~ie sur lequel dcux
dans un .tL:n de proprct, dignc de .e\[iot les trains pourront traverse de ses collogues talent entendus, le.s
quarnitr lous les trois jours une cette station. membres de la Commission amani-
(quipc st dirigee sur les lieux ; de- cano-mexicaine -vant faith voir qu'l
"uis hier on lait a toilette de 1-ave- Tribnal de assalI "16tait incertain que la Commission
ire transver al- qui rlile Ia 2c A 1. Audience du i N6vem bre I916 rusirait dins ~es(flors pour atri-
e .nu. ce u o ver a une en'ente pour la quLs,,ior, ,
CendiJantil scrait A desirer que Arrits ro-nJs ; .t\lut qu case et de la Patiouille de Li Fiontiee.
des rpira ions fuas._u entreprises annule le jugemneut dii sibabnal de _
la nm -wvcnui don't It-s cailivaux Ia- commerce de Port-au-I'risic rendu
t'taux. cci,,iiis c:droits. ont t le 9 Macs 1916 en lav-ur de I. A. L'c ri OIv "ted
d6triits 'par Its e ux pr cipit~cs de 13Bunols conne Manuel Frnandz et -
montag.:cs v)iincs. renvoie la cause et les parties u ti- Au Dircctcur du a Nouvlliste
11 C baial de commerce de rctit-Gt ave.
( 'm trrir lse t'c:ui qui declare la dame Lot- S-int-lMarc. It 7 Novcmbrc :916
C(tstl d t in p.,s-midi qu'aura vance Foriune t on rtce-:ab'e en son .Mon cher D)itrctur,
li.u .,i tGr, l-:-.t rptitio. g'neralc pouvoi txerw coit.e un jugement! Le No du 4 Novembic en course
de 1i"' t.'o ,,~t" lc sketch du tribunal de paix de LUogine, en de votre )ourail content une io'e
, 1 z:. ud I qi va tle i)U ".u ate du 5 Dtcembre 19ts. tendu (communique) A laquelle it ne man-
itiv i.te se mui. pien tfav.ut de Virginie LocharJ. que qu'une chose : la signature du
I.e pr .igiux .irtc sc muipie Prisidence du vice pr/side t Anselne cardidat timide A la d'i-utation qui
pour le .vs ,'c cette oinee- qui ..-ffaire entendue : Claire Francois l-a ecrite
p:ontlI. lnt. On on irattende pas la centre I Etat. Monsieur le juge St! SA'l st vrai que cc(te rote :'a
dtItnitc r h'u:. rour se piocurer sa Elime Mathieu cntendu en son rap- cause, a cause de soi orpprtnntit.
caste 1 r .,emanJcs sont nomnbreu- port. Me DPvot en ses observations. aucun eflet sur i-espr;t dv 1. Pou-
c.t Vi ozMr Mhmo:.cs Lafone ant le Mints'ere public a conclu A I'ir- liton don't on s-'st si btnivolkmnt
du \uc or Mago.s ili ne rtl eccvabilit6 du pourvol. scevi du nom, iti e rtste p. mnoQis
quc e qntse djit sa*ir I ledeTer utile que ie vous metie en g:arde
Notic ^Atl ..ion a a 6: atitce par cation tditl.e ia iocctasion des pro ouses uX qut is I t t tic it'c '
p!l.-.i,.uis t!c nii s abotnris sur la con .|chaintes elections Ce petit ouvraget ressant quo i -in ,avc.t a xc qu l',
IuI O:1 qui natt dans l % esprits est itmlispetnable aux 4lecteura et ardtur jai tLit l. camp. gnc de pr< s-
lo qpu'ii '.Sgit de designer les ave-a (o i cididals qiii y trouveront tous; se. A pa,.illc Lpoqi i t: n i'n.:I c 191;'
nues J. P.u de Cho'e. cos avenues lea reitseigneulatentis tnecessaires au sous le pseudenyne de P'.itn,:-.
n'ayant pas encore lte dcnomnmmes course de cellotte riode olectorale. I Stint-.M rccis. .M\l Ictom : S !-'m )n,
t.ette s'ua.tion aanormale nous a Oi tlrotver'a Ge que doit savoir mon estimable ami et i.J.i t-eutr du
sugca te tne idae que nous expri- i'hlectur it la Iharnsacie 'Parizo-, Nouv, listed *, qui rt'ondait 4 m
nmons ici a la Commune sous forme I'dlMtel di France pt a IImprimerie quests tst encoei 1, pour lattes-
de .imple consei. du M ter. El tous mes iloits tie tcnd.1ent
Poutquoi ne p.s simpkment pro- Fumerailles que vers un seul bu. : combattre la
ccder comine it a ctf tait A Bolosse ? Notre journal 4tait ddjA sons cand:dature dt Me Lo:':e Dl:og le
On :utait .ainsi ls l re, 2me, 3me. presse quand nous avona recu le Narcise 11 fut quand rmeinc u ; et
4me et sme avenues de Peu de fire par de la mort de M. Ernest le it anvier 1913, ce fut a ma con-
those. Est-ce simple it commode Tidba d. oie dd A e ide Ferans.do tusion et A celle de tous ccux qui
Le people em liesse funtrailles out eu lieu hier apr6s- combaitaient citie candiditure que
Ili a soir. des coudiailles bruyan- midi. prcque toutes les rotabilitcs de la
te- ott parcouru lea itmes de It Ca- Nous presentons nos sympa hi- vile, se rendirci .t l'urne pour 0ire
pitahl s. rleipatdant la gttit, et le rire ques condoliances aux parents du note adversaite ler Deput0 de la
daisi lea quaritras les plus reculds. regrett6 d6funt et particulibrement ville.
C.'tait le lteuple qui, mis debout ai M et Mine Fernando Stines. le gardai de l6che: subi une at-
par lea niouvelles elections, manifes- rSenie Feeibre greur tell que ji restai fort long-
lait as joie t u andatse par lea lon- Mme Vve Emil.e M ews et sea en- temps cn delicatLsse avec Me LUoncc
itx adfanddats qp atiedguent Iahon fans, lea families Mews et Boisr. aid Diogkne Naicisse. le suivis .a con-
eair e d in neitc do Ia nouvelle Canal invitett lea parents et amis itduite au pailement afin de justifier
pli.ttutn atiiae I ute Metsse qu'ils ferotnt chanter le mes .ressentiments :* occupai iou-
SItraile drs Ierst*,iraoles lundi 20 Novembre a 6 heures du jours ua camp oppose au sien, et
Contrairtinemnt aux prescriptions mwatin en Ia Chapelle de la Madeleine just au moment ou ie mnappit'ails
tradatiowillea., Ia ctlbration de la A& a ma moire de leur tries regretts6 1 prendre position encore centre lui,
lieu, odesilee nous v avous anunoar., L. jai vu tou. ceux qui le combattaient
lieu, tlmimic tiL o 110118 laiis auaiou':6,Iavec moi rendre homm3ge aux qua-
Ie *%1 Novemtilre. Madame Vauve Charles Salnave is distingudres qui font de u.a-
Alln de donner plus d' cette rem done religious d'la messet les parents remer, ent snc.re-I'homme inddsirable d'hier,- le fils
ce dite it la lBasilique Notre Da ment les nombreux .mis de la C2pi- aim., choy4 et admire de la ville de
lne le utnalnclte 19 du courant. Latale qui ont biea -,oulu assister A la Saint-Marc.
Sh r.ate sera executee par lea de- messe de Requiem chantde en me- j'ai done compras, mon cher Di-
moselles de la Congregation, sous I. moite du regrctit Charles Salnav. recteur, qu il est de mon devoir de
disectiona de aitistu Jean Z phir. Les parents du defunt tiennent en me ranger du c6t6 de la VWrit6. de
snows. crm.imlle j haute estime tous ceux qui leur ont me raliter A ceux qui envisagent les
aensse riaidle e donni des marques de sympathies en vrais intiAts de Ia vill de Saint-
Avant-hie sous laprteidencedu uge cette circnstance et les prient de Marc. cest- -dire A 'Elite de IaiPo-
LEon Nontes assistEdes juges Pouilh croire A leur reconnaissance.
et li.mlc Lucien a compavu Sylvestre pulat;on on le people repr6senti pir
Chavain accus de meurtre. Le mi- BMerecueF la majority qui est la base du sufira-
nist&re public itait represented par La famille D. Lespinasse remercie ge universe qui s'est levee come
Me SAics. La dctense a Ete produite bien sinckrement les membres du un seul home pour patronner la
par Me II. Doisainville. L'accuse a Clerg, lte,'trires de St Louis de candidature de .Me IAonce Diogene
tie libui. Goozague. les sceurs de Ia Sagesse Narcisse.
Hier sous la presidence du juge ainsi qa1ue les nombreux amis ac- Cest done en vain que l'auteur
IfDsir, assist decs juges Pierre Phi- courus pour I'assister dans la perte de la note publide dans le No du 4
lippe et BlAin. a et emendue lf tai- cruelle qu'elle vieat d-ep4e ver. du courant de votre journal a pairl
re d'Albert Moie accuse de e Ele eIts prie de croire A son en- de convictions (?) toulours logiques,
de tentative dincendie au prejudice tirm gratitude. d'inconscence polikique, de respec-
da nomme Constant Duval: minis- Isovle hl h aI l tab!e entEl1chie et able et de se
tore public Agnant, defenseur Me Le vieux beau A une charmante "M- "
Frangeuil Rigaud. L'accus6 a Ete demi-mondaine : Nous savons bien au prix de quels
condamne A 7 mois d'emptisonne- -Mon entant, je vous assure que norts cepux qui pb!eruent aujourd'hui
ment. j]ai pour vous des senitments pa- avant re h.er Les adversaires
m t. ,i. otron cds.s de Me MNarcisse peuvent se rangers, si
TerMribs mreaces d'imleclle -Prenez garde ceux-la se paint tanm est qutls en ont le courage pour
La population s'alarme avee rai- -p r !er t' pa combature sa candidature-mats venir
son des menaces dinfection qu of re P parler de bataillons dartillerie, d'in-
depuis quclques jours le Cimetiire. -e eanterie et de la reforme qui consti-
D'abord. les pluies torrentielles de .einiW1reS tuaieut un cordon lors de son
cs icurs derniers y ont contribute N1a' elea election sous Michel Oreste c'esti
pour la plus large part en Erodant le Nv tt,ee absurde, cent fois absurd, puisqu'A
.sol et diminuint par ainsi la proton- --- ce moment IA l'auteur de la note
dear des tosses. Ensuite.- et c'est IA (communique)en aurait profit, sans
s fait le plus grase--dis cadavues de PAR SANS FIL le moindre scrupule-si l'occasion
prisonniers don I'idemi:t n'a meme m lui Etait olerte.
pas eti etiblit, oat et. inhumes la LoNDftus-Pendant que le Vicom- Laissez-moi, avant de fermes ma
aemaine derniere deuaensS diielm., Bryce.ea-Ambassadcar A Washing. Icuttre dtjA trop lon&ue, vous dire
que r'prouve entieremeat I e seM, meant g**Aaglerem' doatlque les hommes qui considered t
b e. : Ces cadavrs seat r eeumr l m ju I ve nore pass e dc ain et de dinsios
-n. *aiss Smuis Visa &* tair --cemme ls cam Iiniaiae de mOtre


.NA. '!U


0 .N IfL

Wpnv-ir pdo A lt':( -ivs


~\lagot c ~. Splri. SJ -iaN!lrlC~
C u t 1, C. D u p G i. -d


14 Novc11.b e
ChanticIkr, c-p. Abu r. Gr.i:.dc-
Saline.
Altai. c:p Icani:e Itan Rab.l.
L'Fffort, cap. Tc' eijs'', Po't-d,:-
Paix.
Arrihages dau i et I; .oetmbre
14 Novembre
Aida, cap. Paul, Anse Rouge.
St Joseph, cap. Ledeus, Baie de
Henne.


I. 'eLtn.clm eaYU W
tous Meo dew* jemsee sgWm
u'Re Piluln-du 1I~
147. rue du Faubc It-kenis.
Kals E faut eWivm
qui ennt tout a& hkb"

F3C-HAUT A PA~

A Vt-~Is~mn


-~ ;i :~'b ott
QtIAL!TE SUPERXJ


Ull
VIIN TO N ItQ UE ST DE
GO UT DEXCI


15 Novenb.e AGENT
S'e Rose, cap. O.este. L.'o e. --
Dieu Vergeur. c-ip. Ms!:i,, On'dreiadei
Paroisse, cap. Occus. c I. tI r i'n pian l ) t>ll
St Barthelemy, cap Eug6ne, Petit- S'ad esse p IrI les co di'il
Trou, 46 sacs caf6, cacao. Iewi. Lan-hou:s raie
CharntE, cap. Saintilus, Luogane.
Cyrr.os, cap. PltAt P.erre, Petit MMr i EI
Goave. Pi;s:an tchs. w etit- .
Dieu Puiss-ant, cap. Ismius, Petit- '::: !1 a
Go.ive. l6 sacs Capd. B. P. Oatt_


E. Sepe
23 Rie des frls Foris 23
Port-au-Prince Ilaili
Chaussures pour hormmes, fern
tnes et (nfaits, matIriaux choi-I
sis, travail o-gn,, forms common
des .1l6gantes.
Un stock asso. li en dJpol re-
pond a toale demand et les com-
mandes sonu prompted ments ex6-
cul6es, en parliculirr ceiles de sla
provincs. I
.=.-.. -.- -T-


Savon Gold 8P
FRENCHl T 11101
VJAS do CA~
Vn,. rougcs: nret,~
'Vins limcs flock,


A Ieys Poir'.r &K,
THOSE WOODW
Poissons sailm~s o

PORT-AU S


- -.- I


Monsieur L. C. VERtLE
TAILLF R-MRCHAND. Imp .rt eur.
73., Rati dii 31agasin de 1'Etas, 7,.
.1 rise sa bitnveillante clientele qvue sa mason flat
rabais tsur le prix des complete fails et fournisf des a
La mason vend des f[purmitures pour tailleurse e A
de ier choix en gros et en detail. On trcuvera e 4
homes en ghdmral: chateaux haute former, me"lon 1
e*a le supdrieure pour homes el enfants, faux-'cO
oile, craatesesns tout gen-e, chemises blanches
rieures, pour hommese es ufantst, gaid, fa.ilek
cglegons trscot, fil et zdphir chaussttes sOO4, # 10C61
et e.sfants, bas fi- pour dames, cosmesm pourC om s
breteles et jarretel pour homuws mt enfans, C"
rapluie asoe en lout geare, mouchoirs de pehe .
ses A clef, citares euuir en aot gewre. t A
Rides la Ame. neueauld pw 6 fr
s ambeeimm r sdeoG0 bi mb!r^ mi 0 -


_ Ir


) A- krez-m !
'acY~Uteusde la amt6 it d,- 1 TZUZ
CIAT rgu@.

k~at actuel, rkprouvent toncii~rement.! gej- rb1
condramnent le g(-nte dte celui qui a3.U6
es-;avL '- -nhti,7e nnvi ecletirs i4 I'er-
reur qie F~lite dp' la vyle do' S int- DI x: u:N!wYorpour
Mire -ippr&ie le MWriie et qtu'elle e s T c, I N, D!it NEc
dtejA r6Icn!uvnent 3 la !A-he rour c` -DEN 1:i 5 tr. iaia rlc
r~kcher le vrtovniphe de I immorali:6 pntl .-1,
!tur I hor'ri~tvtL et les caracite~s. Ct r It ~cy..,~
que p~itr cnvk~ircnr. el'e Counnert reCap

lEt lc nm, ill( ar argurrett 4 crnipo- *. r :c,
yer rotur Cor-Nitire cc ntwe j ienVCTS .t-
de dire. I le P r nve -c- 1-, :'ci:,e r utI '
hr'mtret-z Or f ueI evalcur d~mrtil ea ''' lLt
I'ArtonJ.'-rvmni de Siiiun-Mairz poa;r S N OV.'Sa~
-ign erwu'- rote quelh-nnq tic cont 1,z
N-T on,- -Dicri-te Nr i~rf:c. vlo- s
Tons It, tr( &.it n.. nt L., ~~r. pPour guerir on EOft
Ic I .'tends.MIGRAINlES CON&TO.ATU.
fixcuwt 7 'niide vunis .ioir if-)~ ONGESy40116-9yOUltal
~~~~~C~~i ii:~!.c'dema* e arltK.j RARRAS 4S*VST5ggS
prol1x'. t vr& Z mon cher D';- IiF i.
:cur, wcs e,-Oeur, V'I4' flciv;'~d


Em