<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02730
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 28, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02730

Full Text



ojibm AM@&t1.0 38;89


QUI7NZE CENTIMES


-- I. n n m -


C~ment-,vAGLOI II
DIRECTEUR
30,IqF]MSNTS:
PORT AU PRINCE
ga~oi 1 I1 : I I G.,

rw109DE)AtiTLM ENT b -


ETBANGER
to mols 0 I


2.00
5.00


G; 2.2~0
ti.ou

G 8.00


J


Ar~t~ie d i- ,r ,-i k Awericazoe

Les at-noores ,oaQt re~es:

A kA I:' t7 1 N ci
A Lcow- V L C, C U cCO. .it2


I
)
3


Las mar iscr.: In


OUOTIDIEN


pORT.-AU-PRINCE ( Haitl,


*~ ~ C!.w~ ru sa~ew


:(-Of' -.P&BY 4S da!


CHRONIQUE






Die uuotre curie tcspwiiiiebtit

Jeu~ese ran;aise, admiruable jt'u-
rose de iMon paI~ys, ilOUS fie sau-
rims~ trop to respecter eteLLaimierI.
Alartogt et touloni s, die est bien la
mime, vive, petallailtt, xuhetraiiie
psrols, l'esprit liii vt toujoiurs eni
iveii, basiSSalt naturelleinifrilLco qui
stlaid, curiouse dei toutes cho,eh
it capable des plus nioble~s entlaou-
monees. S'il est vriii, ailsi Iue d an
cons le pr-eteidenit, et coin i je te
goon qu'uilpeuplt3 a Loujours Il-
pvouvns e re eniri~iaieiu t uriasstilI-U-
mvieyenir do la Fiance- sa jeu-
mwnsa ajeuncaste M ~ellet'Ctlle lC
pmoatle aurtout, cel I le iii t.t itp
yuAie &dmniger ties dustines eti a
nawtmnir ses ruobl*:s t, auit-mis, esi
iI. bauleur de sa Uti'lie ,t,. i~e t
twifira pas&~ son tiuvoir. it suis sanas
wuue itquietude A Ce --ujetL. et IC-
Fje ul Y 5Coiltralie U11 seiitailielit
dalsoues acuritme, deieAili Icet tit-
pemiroonde eni coinpaialit la jtu.
WINs do ima patine a la jteutiebs&. ii-
Imande Contemporaiile.
IIEt pourtant, a.eidle 6Wit. assez vio
MLlieot Crftiqui~e outre-litlain,lan jen -
main francase?... EAle se comlpo
ait Ianiqueguelnt d't~ties tWIcgeieis,
tte dobies, au sang iiipur, pro(
imeot vicieux tlie soiigealit
SUK divertisseme tits Aea j)AIus vik.
plusdigradants, corromnpus )a,
iltrature depravee et um1,11,01a
W paruu heitc li~tmtiui, d.ssau-
5506id~alaAincapabls tie Pell.
viriles. On tit! pouvait aisst.z Its
goorg, haii nePilser. La lrac
lavita~biemelit vouuce a Ia deed
(.ete jauiiesge otLal U11 dail-
Poor I&a kulturv geritianique...
d dire, & nutre propre luil~e,
fl0CS fiefaisiolna 1'iln ou preg-
ddaf pour d~Lruire ceLto ide.
llO'ir traitor C011,1,eI08 W cle m
It do l-tre de ces 11finhieg ca
? 11 ftioit teinPs encore tiC
Cdo 66couer nutre cuupabi,
Flolas 1 11 a Iatiu Ihirri-
alT Ctuel~e pour moatrer au
Due 00*ml ahnex l~j sa urpie
ltS o t l~itilAabegatioli adi:!irm
klls 1 ublimetne dha jeuleasa
ePh" od'uo iddimi 61nou-
14"yau6, de justice et de Cra
l~pmnmgallomande I Sur As Corn
.0"do OSvoysgeurs, nIll
IDS.,qu'ell., itait forte,
tWIS et proiwrndduou
Nosn Savons Pas reular-

Subi, Souls Aililuenc.i:
flictours. umac evulu-
Piha.qui l'avaait complete-
~~O~w.eL'Idi~auigine d,
mpair leg grands poL L
aImgSYiL Edit plcei aunrd
brIall dedal~itn" dte toULCet
dAIs biitDepui..
Cowl C 'vAAlenilaguIe n a plo.1
tiCrre & Aa SIsbii.alit!
614"Ig'ft n's 61SabLresi do 187U
des Plusg lrandes erreurt.
ilk F AJ e fEll i Ia Payer injI

j~e~uut SU all'ioins en ap
~ I. ie ahnmaitih'.tudigint
"W 11018 'Utross,, partieo-
tSWable 1tre ni1 Jeunt.
01a "'s taut avoir as
bo Sa "18fn mdons leg
quo SO"t I1sbrasseries Cr.d-
Ma~ ds JOUOO88e universi-
11OK 'ri.stupides, peu dange.


LA G Eil' fIERI'E lO:io.'L:vNNI'


Le DEPART des SOLDATS


dent pour rec,)fniaitrc la supi rioritt etc. I,-; ,tatili int; allaetaiinl r-. ,-
a tous les poit-( dte vue dte l'tudiantL s-aiilln't d iL't, -leur p vs d )oi.i ,
fran(ais sur I ctiiliant alleimand. l, ee t ot i-itn de plde Alitt'.s as-. I-
ne pretends p.-', certes, qutie t pre- tons ,,a ,i i es a\ iiv le -,
mier soit sans I'rpr'ocies' et, p'its ie ditiun-ll iiur1s I i t itti, I- ; 0ico
I'occasion se present J.* nie et'r- Ces d::1. .til. tOilp. ;i *ii'- it I
Mets, en pass int, de lui Luireii rt:ii de reltti'is tntre etir -
quer un travels assez sensible de pour o l', toriitn ,r les )ii i,'1ins *1'
son esprit: celm de :se v, iter da duels l Ji i,'ttent ,ri, 1: en. l i'
voir accompli ido vilaines crises, ile aux pris-.-i cct Litins ii't Ic i; incii -
se caloinnier itni-iiitX in al s l' ti i1 bres, et ils-i )t soiv,..t lAu ll> i\
n'a rien faith du tout, joie si condlt- les tins lo s ;itt I.L1 ,' ) ,i i llima .ll
to adtd toujoursdroitte. Chest le agoUt deore qui re,Ile les isIppaoit- entie
du vice*, si linenent tourn mi en idi- tudiantl tls iian is eC.-t to 'alt'lltui
cule par le ouriant ironimbte qu'est iICOiInUi' l.l .\Alletitagiti c -t u ell
Henry Lavedan. II faut qu'il se d&d- nouvelle pretive, apOs tant autres',
fasse de ce travers, car inal parler, que luiiita alleinailde est encore
c'est ddjA final agirs, er, trds soLvent, bien precaire, bien fragile. )tii salit
on arrive & penser come on pale si la prcoce aiiiinOsite ilii so i ii-
et & agir cumme on pense. nifeste ainsi entire les dil'erents pen-
Cela dit. voici le biometre de I'etu pies de I'Alleanagne tie ious reserve
diani allemand. du veritable tu- pas de orandes surprises pour I'a-
diant, c'st-A dire celui qui ne fr- prts-guerre?
quenteque tr6s rarement lea course Apres les orgies qui se prolon-
at don't I unique et constant preoc gent gtndralemeient for: avant dans la
cupation eat de longer aux duels fu- unit, le plus vit dtsir de I'dtudiant
turs, don't ii pourra s'enorgueillir allemand eat de se battle en duel.
plus tard, et a l*orgie du soir. Lev- Manie astupide et absurde I Ne cro-
entre sept ou huit heures, it dejeune yez pas, en ellet, qu iI y ait parini
6nderalement d'un peu de cat. au ces jeunes duellistes des offenseurs
bait; puis, naturelIminnt, iI se rend i et des offenses, que le duel ait lieu
ia brasserie qu'lil freiquenie liabituel- pour laver unie injure dans le sang;
element pour y coinsoininer de la il n'en eat reien... \u lieii d'cliangei
charcuterieet y vider un ou plusieurs des idees, tie discititt- sur des su-I
verres de baiie. Les deux coudes jets,des'occuper de- imulltiples ques-
sur la table, it mange golluinent; tions qui agitent son pays, ainsi que
4uand son assiette est vid#e, d'un le faith etudiant francuais. au lieu de
Irait il boit le contend de son verre rOver et de cu aiver ia petite fleur
et, *vec un gros rire de satisfaction, blue, coinme I'tudiaint de I'Allema-
attend le plat suivant. Apr6s avoir gne de Goethe et de Schiller, le
mangd et bu copieusement, 1 se jeune allemand de nos joarsdprouve
rend A la salle d'armnes ou it s'exerce le desir, beaucoup plus noble selon
ra au maniement de la rapiere et du lui,d'changer des coups de rapiere.
sabre. I eat admnis qu'un tudiant Autres temnps, autres in- ursl Mais
terd deuxL ou trois ans A cettle pr- ne soyons plus surprio en France,
.arstioo; c'est vraiment excessiL. si nos enneinis se sont faith lea apo-
Le aoir venu, en compagnie de ses logistes de la guerre.
camarades, il revient a la brasserie Que pensent de ces mee irs lee
et passe de longues heures dans une dirigeants alleinands' 1ls ferment les
atinosphdie entumnde et viciee, A in- yeux et pour cause. .'espirit absorb
gurgiter de noinbreuses clopes de par sea orgies et ses, duels, la jeu-
bidre Celacomporte ingurgitation de nesse univeristanre d jutre-lthin tine
dix & douze litres de liquid. quel- troublera pas la quietude des pan4
4ue fois plus- Fort heureuseinent. & gernaiiistes ein a occupant de poli-
chaque 6tablissement est adjoint un tique, ce qui serait tiL s dangereux.
atomnacs trop ciargs. que la jeunesse 1,1st utie a partout
Au lieu de oe grouper, come en des tendances netteienit liberales et
Frnce, m r catgorle, d'dtudes, del dmocrate.. Or, que deviendrait-il
ts d, sciences,G a6decine, droit, de la caste yriviliepe qui domine.


I'Allemngle si la jeiinieswep~nqait et
prenait parti A la vit- potitiquetiell
trauiajuilhAiat et. Ofcette idte. elle voit
se dress'er (levant elli' Itspectacle
Ac Id n-oivttatlalIf I .tilt dolf: t e%'itvt
A tout prix Aelveil de Vesprit criltiqejl
de ct Ate jeune-se~. et pour Mitt [us-
.ser soniltenertielie dle tpeiise dasis les.
Aoriiues I eti'erles avt les dat iie ll-~
-turles. G- (fill a ssiot It i't1 ut i mia l ii

fiL e iiisi leis tI C~-ade o i p111.4
Atle ;iitiiit A" 111llltIoitilil I ant ait-
inid. lJ ctii, 1,9 it-t wi ci-ItS jaher tdViliw
CeureI11 ii I -elest- IA MI t-li 1W4)
~o lit eif oIIIc.A t I-, t ;I teli'i llt iie CA IIt I I I
,,IleiLall~tit leiia oiit ct 1111 piti -tO at a 1t
CeS, t CIIt\t to41111 li t It,~it t'l li't',
teIIAll oltjil=rIIC, '18 limitc-I' I un litlt
Sul lit *je t ul i iii- d m lit ejan.,tes.i i'
LtAut Iaa,..:alle ti al)ii 111 .IIk-tlItkI te.
pfola'Slltt e do it-solit t ttlo 1 ilfilQ, 14-
so I S jlilt, t-I 'tol, on V e 4111'11 O w l dli,
Clieiiiei(it A ll ll idlL aIml 0(11; qa iiidai-Jt
tralSill.ijiiteciA. nt recupn

palttlinet iiitolijoiee'. 1 i itIt' s von-Il
i~l1 jral~elie s, -il lvs. [ lit leitll
01ur4w duaiiar pnicw a paimsduen attit
Cllilv rL lt ,t e IACci i ll"cl d lst cii \.
ctall n~~icat d V dM-i1oi'jt-Wl (v.~
CtIetid~ qi 1a teiife d'ctraitetierAn cit
policSaton e-Jrt .4111 ~'st miscle iIIItIIl


pair"W- ics ti1iiie-, cLdu ie I Aliai-
I'11 lit4l ll t fi li 0 1.
plkinetlitSiqut~e Gsi ioNsvo


Vit de 1Bordeaux
ROUGE el BLANC
Qualtil supLrieure


I. J. BIGIOU
Angle i es Ru.-s Courbe et Cisars;
GRCS ET DETAIL



Faits Divers


Tribiaal de Casalioi
AUDIENCE DU 24 OC Presidency du P:esauenit
| Lger Cauvin
Atlaires entendues :
Consorts lean Clause centre con-
setm Gastave. Lc juge Champagne
ayant taft son rapport. e Ministere
Public a conclu au rejet de la do.-
ch6ance propose.
a. Vve Ducasse Pierre-Louis centre
Bobet Cicdron Pierre-Louis Le juge
Champagne entendu en soil expose
de l'alfaire, Mes Millet et Arrauli
june en leurs observations, le MI-
nistkre Public a conclu A la d6chzan-
ce du pourvoi.
- 3. Paul Maurice contre Antoine
Gefdrard e-t Em. Guibert. Le juge
Champagne a fait son rapport et ie
Ministire Public a conclu au rejet
du pourvot.

AUDIENCE DLU 2: OCTODRE 1916
Presidence du Vice-
President Anselme
Affaires entendues :
Alphonse Cue contre Vve Franck


Dutto-i.M. le.Ic uge11wentendu en
Ison rapport, .Me Abel N Lt~gcr emi
ws o --;crv ~ifI~ms.. let istcre lPublic
a con-*u au rt.jct du pourvoi.
2. firenllus Coubi contre Vve .
liont i-nps. Apt 't le rapport du J*uge
%Uig Ilan, Me AXirault jeL'1c et kigAl
'U11 f1 e Celhiu.; ell IcurS ObgervAttot',
1i11%i klue A .leinistere l'ubwl c'll
,;CS Ol~su~Iilipour 1I a issatio~i la
11 ; it I I ii :L.

,son r~ipport >Y.lPi'ct 'ub~i. a
-0 .1-0 1- iC. C C Ut i OUt W.t.
1.- it Alk. 'L tI LeIdU A. 1d8.!I..C tC11.11ltQ.

L I I~d1 tt' \ :I %I I dC I Ai 1111: c tI c : I % L) v i ILt
1. :.A L:,C id LL I I I ,I e.. I V11d:I t AU It-

I ~i ucediiu ,.;C I )nonld
.\rzctiflt cidL1
0 1 i JUIl t1C c- I C 111C A li I .b c. I V ~ -
fLiO:1i.,1 10IIo.L cLt\ cuve AA1bCtr.1 I-AJI

U"l2tIelitS dii triA.'j;ial d icl u CGip-
if~ltiI it2IIdLu', LAI i.\C:UI tiC 1'lvdo-



LeIe it Lii pi sidc p1,ir I,: I IC




V. (I;. N.\1.tI~dou IcontreLc l nce L~. a-
crecte
F. S,:hin!J :owre Antonio Itctitu%;.
llu r la demiiitcde dc.ehcAlirim Ad.tin

1. U!Ie Itiort I. uLIACtIIe
(,s. A~ ;C .\ crILIt co.)itre Jt)St~ph
ct .\. A ,2el
I Molljti ci 4C.) coat1-iC CLiiailCS I\

gic~r


1'e~idJciicc du l)jvel H.isticn .ivant
pout ascsc'urs icts jugcs L. Verret
ct 1U. : n ntil"n.
jU;gtc1 iinits pronolnccs
Ce.ui q 11 i!c!ioute joscpllh lias Je
scs li:nt t'. nlmo\Cin s co n(J e mil lo. i
des donltic aie .1 Iligio 0icrcs de ce
qu'lls ticiuent .1 La l disposttlion du
udt lilias le bon du 200 gourdes du
ns.1 <. o t loI/.i12., Lci cois%cqueinc
condimnne Joseph L.tli*" mcme par
corps a player a ligio la sonmme de
611 dollars et 43 gourdes par dIs
times mensuels de 6o dollars, dit
que le noa-paiement dun Lerme en-
trainera P'exiagbilte de toute la dette
et le condamne en outre aux dtpens.
Celui qui rejette l'exception de nul-
lite sonievie par G. L. de Picciotto
ct Go, condamne neanmojis la Ban-
que Nation.ile de la RKpublique
d'Haiti A signifier en langue fran-
e;iase la trait don't Ile pavement est
reclame et reserve les depends ;
Attaire entendue ;
lean Creidy centre V. G. Maklouf.
LSur la demand de Me Victor Cau-
vsi, pouear soa pre, es deraid
conclusions piases par Me. EJmond
Lespinasse lui ontete comminuniqudes
et la continuation renvoyee A i'au-
Jience de mardt 24. A cette anJience
Me F. L. Cauvan a 6crit au tribunal
pour demander le reavoi de h'atlairc
a mardi ii pour la plaidoierie orate,
ce qui a cte accepted,

O p'ye le melis d'Octebre
A I occasion des l tes de La Tous-
saint et des morts. des measures oat
,ei prises poar qdu les tonctionnai-
res et employes publics soient pays
des aujourd nui de leur mois d'Oc-
tobre. L.1 cttct, dcpuis ce martin les
buieaux du reccveur general ne de-
semplissent pas. Les cheques sont
dehlvres et dirig6s sur la Banque.
Oa ne ptut que fliciter L'Admi.


I II r _,


miiai2 Octobre 1916


Abotl m men ts J"jrjq7 cc


atiche : b )F: S MITI I dii 1.9 rt', illit'lit. t'llliol
d t! I )a rt I I r rt-j 4 )1 11, 1 It, s 4 -11 1 t: I I I), I) t
A d ro )I to V I I I I ( I I \ I M \ \ \ I, t -; oi I i T !It I I
a k46 decciv de la ii.t'dail.u ujilitaiit.







ni
ti
Icl


tic



du

Cs1



de


Li





nt
sa


28 O.tobre aussi pour les raisons deduites dans ... -e proauts et dans les conditions les
ma letue prC ne, je vous saurais a ante prosntt, par asu- plus avorables des marches. On es- ] g-
L<.NOtiS.- lei allemands you- gr de radier mon non de la lste e erand on est ean d t de croirie time que les revenues de la corpora-
lant tare un n ri ur le a .de Csa-' vos collaborateurs. rettenouvelle ndustr e oueraiauss tion suffiront, cette anne, pour lui DPART DE NEW-
lais pour arretci le service, its ont En vous priant de publier la pr6- n leuermetre de mettre en fonds de r6- Le S/S ORANGE
eu un engagetntt aerien avec le sente da.s vote plus prochain nu- un e important. dans quelques serve plus de sept millions de dollars, le 22 courant. L l
anglais. IDeux mat ulest aleaudes ,mro, je vous otre. mon cher |oze- annes,et augar itera l mnervelthea- tout en laissant un surplus substan- Le S/S PRINS WLLE
Lont "c ast-1 1 i aiqu n aurosa lyn, l'expression de nos sentiments se po it, de cuba. tel, aprs le paiement des dividend. le 28 courant.
nop cliasse. 11 unque utnj adeacon-[c eilleurs. Mais h6last"quand done sortiroas. des. Port-au-Priace le 260L
ne nllas eu n Aut a desce- eury FEQUIERE nous, eo Haiti, de cette avilissante Un expos de laremarquable prosi Auo. 5,


LB MATIN

istration supercure de cette sollici- In transport vide a could. L'tqui- L. PYS oU ?P MOSP ITC
ude qu'elle montre pour Ics servi- iage et neuti passagers manque ,t. -T ---
:urs de 'PEltat. 122 aesroplanes tran<;ais sont ari-
Ir t-oise (,oi- e )" aii""i'i,, .ot a.,,,1u)Sl'u L 'E m ulsfon Scott.
C r.*,-e.nio e r-ligiei.- ve ,'' ,toi Ro aiiiK l>our des travaux C4 nsP.l il -h ; .,- 15-
L ,cinait.: a s ',le r..m|aimsat.e sur le front do Pi]) Q ll l 1111 W I; t tir l d
l aouLc ,:t. ,,CI.i a tlt consa- I .,,iislvaiiie el do Dobrudja. Qua- .ub UUloUU Ul % ot
rec la rc': .' S-l.oues de (eon- e a ,0ot al an.. a ll is sont at,'vJs
ague A loc. .. i 'C ltecs de la lt,,., v:il i tie., lies I-ibros, des J
oussa. n: e:t 4s:.!oits. \ctinhi,., gcs. s, esat prescrite par lea ms ieri co,
Ce main ct tie pieuse manifesta- l \,\iln <.*I Kne:< L'llopital de (SLIrTE ET IN)
on a 6ti cl(tui&: par une messe de .;t ;attc a i t :t~trurt l(ier llar un Inetltr o
ninsAunion. ,iti.l' 1, ai ,t y cumpiis .5 en 1 n'existe aucune autre industie un remade excellent pour niat.
L, I';. te;ia hIattiem .a,,t- n ii it rt,,i ,sitnilaire, dans les autres parties dc ( I eeRU
Le Pa-..an hailien s : cilt I esl Von Mac- drri s e t I'Anemie, le Rachitisme, la Bronch
Nous avons teru le second numdto I.-IiI .-*. GIndral Von Mac- IA ierique tropical pouvant ap- nie, aciisme, ia BronlJ
journal e'. d~c Leaysan secosen pres.- oujours let russo- porter une pareille some A l'expo t
L journal le' iotdair, *Le Paysan ,u iusfi ll, tnt, er etraite. station. lit si 'on consider que la la Tuberculose Pulmonaire, et tuut,
ttint" ur le f iro,', *I,, la Somnine les al- .uperlicie deCuba nrestquede47.o.oo Aur-vou faiblee gnrae de organ
Ce p(iod:.!uL orU se''dite A. acmi ;el iiads indl iiliit leura gains. nilles carr6s, et que sa population lea flacon, portnt aibl e gnrale de organism.
it d ige pa ls:eur jus.in Loyer I.',,, \i)t iCiiL.I trtn.;iis,2sez suel Ma.ei st 6valuee qua' 2.joo.ooo habi- c.tte narque.
1`d1e i.oIn" 1 cit a rn'',,n, secteur sud, out tants, on peut concevoir l-importan-
Madame Ailo,,e C Sansaricq. nee ,'t' ipou st.s. ce de l'industrie saciere A Cuba. La *
1agcr, a cu-itusmn ,,nt mis au mon- .-- .i" l" [I-front de Verdun cn de l'industrie siiciere A Cuba. La t i n
agr, a .un unn miseau morn Il,.. i la ii 'o'lt dur srd some d argentd&rive decette sour- torpeur, de ce manque d'initiative p-riwt dela Ripublique de GCaha1
Sn .,on ,;i> ,u ie prenom le .l s ages vo- ce de rihesse pourrat rtredistribue que nous av ient inmpa6s les prota- depuis le concourse des Etats.C'
Robett. ,t pluKmis cuntte- attaques I part 6galeA toute la population de gonistes du Capora.ism: des les pre- s iait income plet. sans une r6tre
Monsieur et Lonel Ber- alleades. ie et chaque home, femme et miers jour de notre indtpendance. A la citt de La Havanne, et sunrtot
liMonsieur et ane Lionel er- .i. l.es russo-rou- infantt recevrait, pour sa portion dc Imitons, aujourd'hui que cest possi- son eminent maire actuel, le _
ingh.a nous out ant part de la ui.i.. ieiirenit vrs Ilarsevo. 'a recoltc annuelle; au imin dix dol ble. le noble example de nos trres ral Fernando Frevre de Andradem
aissanie de leur enlant M.ARLE AMA- Les troupes rouinaines out fail lars. Cubains. des h6ros de Ilindependance cu.
A DILIA, survenue aux Cayes le 22 d'autres proAr3 e'l Transayvanie. A Cuba chacun contribue,en quel- La culture de I'Aloes-Pite offre de ne. et A q ui la capital de la R
)ctobre. ___ que sorte, A la prosperity dout jouit grands avantages. Tout d'abord. les bliquedoit, engrandepartiesa i.
euec de la itiqe de --- tout ce pays actuellement. Sur aucun rkcoltes sont absolument certaines dide condition prdsente, quI tant 1A
Jrenesse Ila"litiee e Ap v point pu globe sinon dans le voisi- quand les plantations soot etablies miration des visiteurs aux polits
L.e tiscicule du nur&o doctobre -aI O ange des fabriques amnricaines de dans les terrains favorable. Le man- vue hygi niques, et de l'admiratwl
.Lea Revue de la leunesse Haitien- nunitionspourla guerreeuropeenne. que de pluies oa les lougues seches- en neral de la grande Cit6 pl
e vi evut ade pa rieunavc s inctire- AV peut--ire. on ne peut rencontrer au- ses nvy tont rien d'important; et cet- dins les meilleurcecondiuionsdesa
e vient de paraitlte avec d inlcres- DA ArT taint d'activitl que maintenant J.La te plante continue A croltre malgr6 trts capitals du monde.
antes ina'.itrcs don't nous conseil- Dii ec 'ur d lI'Ecole Natiouale Havanne, le centre tinancier de la re- cela sans aucun inconvenient pour L'ordre public y et scr~ '., eut.
Secure. o rede Droit pub'ique de Cuba. la quality des libres, quelque soit laI m II Imainlteu ; ct l'une d's
.- u', e ommaire ,,, /. ,, p'' ur lis .ri pctit noinbrc seulement d-usi- sais.on. n ort.inte'. nitiatilc,Ju m ..t
) -- "u t detn e la ligsur G ,,, its ,,,tA'es n .s sucilecs Je CuLA essayent de L'\Aloes-Pite prosper en terre pen- lradc t,,t uin n iio iiU.c ,
SDo thi om sur < iu-es r,.cotcr toutc ia canne n6cess.irc A dant envito: I- ,a 20 ans ; et so 1 u :\ c.Is d-.ic:idcnts, ci Ji.;s c.
d .o Anrmince Ai ses clientts et ami, et l.-.ur tabrilation de sucre 11 leur tau rendement movyn .1Cuba est envl- '-,, provisions s0ont assulces,
!.'t ort sur le d&rei an tipulllic ,ii idral, qu'll est ptti u tonnage tcllement enorme de la ron 74 livresde tibrespar mille t-ui puloir trailer, ou opcrcr .nc.
-' orl sur -Ic .e 1 i .. :' eit.clra t 4 iit' Ii i.mal, re pi ci eiprc pour Laire travail les de la plante. 1)ins certaines lo.:i- ltmeni t, p.us de dtux cent prso
le .ral du 22 Sep- durant son absent e its peuvent s'a- lr lcurs inoulmis, nuit et jour. qu' lits tavorables, o,, a pu ;n:n_ ob- nes victines d'acAdcnts sur voet
tern ..e t19.. lr i .. il l iu i.1 t AlexIs pour e. lcs ne pa.vieiinen t a se la procure, tenir plus de too lives pour la nme- puHliquec ou aillcur .
II.- Le cinouveau religieux d oI.5 i n.tl, son caulinet, qu-ave. a as'l ,t a cc des Cw olns, oVr me quantity ee teutlles d'Aloes-PI'te. L.e S:rv:ic S 'ointrs e :as
S' nc Ls Rameau. i'),s .i e plantations in urant Je 5000 A ri.o 11 est tIre s tr lteress i de n Her, J :).-tdc ,a tu u,1 trLs be. or.
III.a- r .uaion financier a ,rcs ci :cuI. Le C( 'ona, ou plan qu'a 1Exposition de lualalo, tout re- i.;n .' d aprc, ics paiis I,, .',.s :a
: lti. Emprunt dt e n teur qu: ,ulivc la canae,A un- part comment. la Pite de Cubj a obtenu inaire dc Andradc lro:.,emea,
,. Frnand Dennis I d- iio.i !ectruprise de usine, la medaille d'Ar, en concurrence avec cc scvi c sera pourvu J :0mp-
aUnth&le. XXX. IV.-Poesies arl'* i 4te P. ooo J,: Capital mais en ottant, picaux. .appaI:, s mode ics contrc .incenii:
Ac J pluie. Ldor cette vjlcur, en'lniiantie de sa bonnei Le commerce des fruits tropicaux le tout pour unc valour de 70.o0
Louhis. -- foi,la direction de P'usine luiavancera est auss tres pro,pLre a Cuba d-ou do'.lars. Le Mairre dc a tIlt.apnes'.
toire diplomatiquet environ ltios ou quatre fois la som- export beaucoup d'oranges, be bi.- orce aussi de resoudre le prob:emt
:'.:;i (LV). 'Abel N I lier est on:: 'e MON'I'RIfAL, dt mne quil pl.ccra dans 'entreprise. Le nanes-tigues, d'ananas etc. aux Etat- d u:n plus large budget pour tous i
LUger la ( Cne:atp.,inic i.l-neraie TIransatlan- paintcur : VI.-- (,ns d'autretoni et tique avec ics passagers suivants ve- d'acheter cJ a 'mrnaux de labour, ou Les diveloppement des granules duties ,ntie:raoraiors nLcssiresaii
vc,:ux souvenirs (cor- nant de id., m .ac.ies ai colespour tra.-ailler resources maiterielles de Cubi a tet cipitale dc C ba:!,.. l.\ouJraiC: oltc
r, ,tLt/i,ic C ine'dJii dt i,!icautYt.- Munseigneur Conan, ses ciiamnip p'. :..p:de.tent et pour surtout tavoris6 par les plans habi- Ui to.ooo.oooaulieudeU: o500.0
'.*',-). P. Lug. de Les- Id. P. Pele n, NMine Lens, Mint augineiiii sL.t s.u.tes de cannes. les et bien dirngis de soi Dlpa-rte- pirce que la second valeur nepeta
pinasse. ',...Mr V.iin.'_ b:rghe, Mr et Mint L-a:ince pro .,a ,:i seize nouvelles ment des Travaux pubuci et de ceiui pis suline aux d enses a:".uent8
VI.-- lenir. -icd.Duvignaud 1. t'oitevien t ent int, Mr et Mmtr Usincs Centrales, tonctionneront A de l'Agriculture et du Commerce, a- A'ane citede cinqcent m: e ..tba
Cc niumcro ,-ontient un supple- :.r:.c, IMr i' eine, Mine Donck, Melles Cuba ; cc qui auginentera assure- iti de taciliter le transport des pro- asr les tr ooo uoo da m. :.,:t-
ment littraine Amities Impossi- 0iLck. nment la production du Sucre A un duits du pays. luti, Or 2 ino o u so.nt lp'cs
blcs. I',w -P. i., Abraham George, million de tonnes environ. De recentes combinaisons d'inte- pour les ser vices d: Po:eet d'Hv-
Lever ,te 1tdeau par MM Leon La- 1. Fidaltgo. U:e rouvelle industrie est A la rets seinblabiesontperints d.uginen- -i .: c. L-'car r;e. A lUi sea. o0i
leau et G.org.s N L gcr, C,, lia': Mine R Daetjen, veilic de prosp:rcr a. Cubi, en raison1 ter la perspective des prog-,, tatures 0. t0) oo00 .:i. ue..e:nenl.
t.i.seili d'Elat T!us*.i La:onitan:, Mad. Raymond, de l'anarine qui se\it depuis pr"s' de plusieurs riches plantations de l)c.puis quc e (jL:a'ia cr.ian.a
Hier le ( -. ~, Etat a travaillc:l 11-lkha Ci irvaux, Louis loachiin, de quatrcans au M.:xique. La plupart canne a sure. U- group d hommes Frcvre dc .Andradea ct iarnu mutre
ass'/ ton guc :t.-- Nous cioyons' l na .11a. des grands planteurs de I'Aloes-Pite d'allares tie, au courant des grands It ilav mine. il a diploye *oe s
as or quio.,- A .ports sont depo-n1_ dans cc dernier pays out pratique- prob'emes a resoudre dans I'indus- energie et sa mcrlleure so..i,: ue
s~s dev. lt l oP',s et qu'incessam- mcnt suspend lours cultures ; e le trie sucriere, et connaissant bien la de'l.oppemnent dc la proe.c0 .
muent les sections appcltes A en ccn-' I leHre de p.us grand nombre des plantations valeur de ..i concentration de ieltort la capital. de Cuba ou a est ,tA
naitre en scront saisIts. ount et, parait-il, consfisquees par pour le r6sultat vise, a organism en to Suptembre iSCi.
Ciit'-larielH S 3.. 1" |0,]qi leos diffrcnits clifs revolutionnaires. lanvier de cette annee la Corpoia- le dols, en terminant cet eC0
Deni s s o' LeNab..b au Mr Lours proprietaires out cherch6 A tion de la Canne A Sucre v A Cuba. de l.a grande prosperit de ,a Repp
DCnt a A. L porter leur activitI dans d'autres re- Bien que l'industtie sucrnere soit de- blique de Cuba, rendie homm2ili
l-st-il ,CS : partir de ce film leor --u--r~ic. le 23 Sept. 1916 gtons de Antilles. jA tres prospere, ona cependantcom- la bienveillance de mon res s
don't Iou c, : qu ont quelqucs Mr locelyn Cuba se trouvant dans la mene pris qu'une grande organisation tellec pathique ami, Mr CelesttnO u
lettres devne:i. intret et la beaut r Cayes latitude que la presqu ile du Yucatan que 'association quon vient de ton- mo, charge d'Alfaires de Cuba,,
)'autrcs [iliys tres interessants fi- a 6te la premiere region ic.herch6e; der, serait dans la situation finan- in a souvtnt donned de pt&ieLu10
gurent au roramtne qui sera exe- .on chiet Jocelyn, et', a la surprise des planteurs du ciere de ddvelopper plus complete- seignemenis sur son pays, qui
u4, come Lto .;ous, a la satisfaction 1)ans ma ictire du 26 aot dernier, Mexique, ils ont d couvert A Cuba. ment les trois divisions du travail picsente en Haiti, deputy p- '$I
di pubc responite Ai voitre du6emande d col- non seuernr.ent toute la stcurit et la actit necessaire, et don't chacuue a anndes. II a su s-assuiera pla
aria du pubab. creation a votre revue little ac protection nccessaires A leur entre- soa prob!eme special Ardsoudre pour le estirr.e, tant dans les mihelu
Ce m a t cebr en ia Ba scc Rveil jevous d- praise ndustrielle, mais en outre un la solution dAii htive. Ccs trois divi- ticiels que dans ia soci6tL bAUti
Cie maitn a a Ieebr maen da le Rve eous climat et un sol intiniment plus ap- si3ns sont la culture de la canne, par son grand tact de parftait
silique Notre _lame le marriage dt sals. c propr is A la culture de laloes-pite, la fabrication du sucre et les phases man, et dans laccomplisoemet
Ami cor/ Les.1ou1tlir avec noat tes et au igaractre absobant c mon que drans les conditions variables ou de la vente du product obtenu sur sa haute mission diplomataq.
mieeurs Lcomplimenavocats travail, ii ne m'est gure possible e is se trouvaient placs au Mexique- les diftfrents marches. Cette vaste I'ai aussi puis des donao6es
Mecurs compliments, vienre un engagement serme dp o et ou l'industrie de la pite a t d'a- organisation comprenddix-scpt plan- ressantes, au sujet de Cuba, da
ueteli l prendre on enaotement fermepous bord mise en renom ct a enrichi la tauons de premiere class .ouirant revue 'be South Amrcan S.
que- Voyonst que cmon gourd es pout-ee un venue olemnbot ie on ux temps en plupart des gens qu 'ont en:repise. plus de trots cent trente mille acres 11 ne me rest plus qu' lg
mque c'es que cent gourdes pom un svetuelemntepeux e o ie, e li est resuite que des terrains pro- de ter ain, et possedant une line expose A la srieuse mn~ditati'
home rice come toi ? rtes ps vus envoaer unercope, paee press a la culture de la plante qui ferr^e de 395 milles. mes concitoyens en general, a
chics- Le moyen d-avor cinq temmes teri pluslte pourais consen- content la tbrc-pite ont et soudai- On peut jug acilement que par articulirement a celle des
chics comme to tir a ti user pam, les collaborateurs ^nemnt en grande demand a Cuba. une direction central et une etroite fonctionnaires qui soLt ch4o
l/on n adoi eos autlerrain*ls, qu'on cooperation, dc grandsavantages peu, t~aire agir r^gulieremet ;es
attitrcs de ii v.incaitins avoir em au es aotio Ac ces terrais, quon CopAaton d n t pm leAdminstr action publihqU

NOUV L.ES domi, Cdrdes;es e -tn du l a ni dea hi tenant que ptourte sesae o iautb
dans lordre litttraire, scientitique ou inliimie plus ther. vention de maladies aux p antes. Les passb lamentable.--sr itaUs
K )npautre. telle se proposetait de preco- teju e quinoursq e pan mes avantaess sont aussi r^alisa- I.R L I

PRESSE N 'ant ps u prendre part plus c 2,.o acres tee Cuba appliquant les melleares mhodes -
PAR SN FI p t ss ane est inggne Cuba, et ssi La position finance a corpo-
vee sur Ins lar,,e cIneie dns l sol .a.p.ration
auc e pro.r.tnmne devait rMilter ; ct v.. sun ur. large .e 'ans I so" meilleur e moment de disposer de ses .
I. scu,.tr ots.,gne oua r6 ~ne dd -. -