<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02712
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 7, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02712

Full Text





QUIhZE CENTIMES


Diw 5 MD4o 1r- I"


I


Sain-di I Odaibre 1916


w


~IInntMAGLOIHIR
wiiECTEUIR


poIRT AU PlUNCE
: :. 1 :.I! j*G, I
Idi : : I a 5
DE1JARTE~IIEN TS

l oil
STRANGER
bloi:.- : : P. : .; G S


0


I "


OUOTIDIEN


PORT-AU-PRINCE ( Haiti,


REDACTION ADMINISTRATION
kngle des Rues Ffrou & Amdricaie0


Let awIoeecs sent repies
A Pear-AU-rmiNcx:aux bureau du journal
A PAftS: chcz L.Mayence & Cie 9, Rue Tronchol
A LONmoas: chez L. Mayencc& CO. 19. z,2|
Ludgate Hil
A Buan.x. chez Rudolt Mosse S. w i9, Jerusalec
Strasse 46-49
A NMI-YOea Universal Publicity Company 45 Wen
54 th Street
Las manuscrits ins6res ou non ne sont pusrcndai
dbonnements & insertsons payables d'avance


NOTES DE GUERRE



a AIlleMall


En Allemo.ne, bien avant 1
ere, o amit comprise la grand
lit9de l'avation et I on avait pr6
la guerre airienne aussi biei
Ilartilerie Encourage par le mi
ere de la guerre, les construct
rs allemands avaient travaillI
selon leurs id6es particuli&res
isd'apres un programme nette
at~tabli et don't ils ne devaien
s',carter.L'avion de combat avai
itudiR, et le biplan avait pris 1
surle monoplan, seul le Taub
irsentant cette c.iatgorie d-appa
Is. Mais o6 l'esprit de m6thod-
aitparticulierementbrill6,c'est dan
choix des moteurs. Depuis long
ps ddji, sauf les Fokkers, tou
appareitl allemands, quels qu'll
ient, portent le mn6me moteur, ut
cylindres Merced6s de i 6o chevaux
a compete aussi quelques Benz
iis en tres petit nombre On com-
ed immediatemenit lavantagi
rme que cela pr6sente, quell
plification dans l'approvisionne-
ten pieces de rechange ; un te
aliat ne peut ere attribu6 qu'j
torit immense du ministry dc
guerre allemand sur les usine;
oductrices, Benz, Oppel, N. A. G
dler, toutes les usines de moteur:
lemandes construisent des Merce-
sous la direction d'ing6nieurs
usines d Unterturckheim, et
utesy trouvent leur profit.
Cemoteur Mercdd:s, un 6 cylin-
en circulation d'eau n'est peut-
repas le moteur ideal. Mais c'esi
moteur robuste, tres r6gulier,
en Etudi6 ; et plat6t que de peidre
temps en recherches st&riles, l'a-
tion mihtaire allemande a prfe-,
s'en tenir A lui, s'eh approvision-
largement, plut6t qued employer
nomrbreux types de moteurs. Ce
itlicertainement une measure ties
,ge, et don't 1'ettet a 6t6 tres grand.
Aussi bien l'Allemagne a-t-elle re-
ichd une quasi uniformity dans
appareils. A part le Fokker, ellc
employait que des biplans. Ces ap-
.tils, que ce soient des Albatros,
Abiatiks, des L. V. G., des Rum-
r se ressemblent tous, et il fault
ment un ceit tres exerc6 pour
Btencier les types. Contrairement
osFerman et a nos voisins, don't
clIlules et les plans arriere sont
sis par des poutres, les biplans
ands possdent un fuselage gar-
Corammne notre Nieuport. L'helice
i]oursA I'avant, la mitrailleuse
a l'arrire, monte sur une
it clement orientable. Leur
polent est particulibrement soi-
Eaussi bien dans l'armement que
sles accessoires.
grand nombre d'entre eux pos-
t lun apparel de tdl6graphie
efil utilisable dans la reconnais-
'artillei en que dans le r6glage
Ajuisons que depuis quelques
, Oila vu sur le front allemand
appareils bi-moteurs ; mais nous
Spquials de reseignements sur ce
Ss6cial, un seul d-entre eux
yatt desce ldu par nous et en-
Stut-ce daos les lines alleman-
osl es, r appareils sont emplo-
dan les reconnaissances. les r6-
S d'artiiletie et les bombarde-
tr. L Vitesse est d'environ 120
tfde A 1e etrls sonr ar-
t iuinraalleuses leur permettant
.Orable dense.
l0ad o ser ^allemard est le
oIer et, fait qui m6rite
ual6, cet appareil qu'on a


voulu nous presenter comme un quality entire 71 et 64 de poids sp- vulgaires spadassins peu dignes d' f
epouvantail, est peut-.tre le moins cifqut.. Mr ,i p. p de. l'auais sonscrit volontieseA ce sag po
interessant de toute l'aviation alle- des auiomn :, .-; de 'A ishinlgton, a conseil si je ne connaissais l'audace leP
made. Son constructeur, un Hol- declared q 1'i n : ,: q:t :i xinttit et l'elroiterie de cert~ans comadiens
landais, s'est contenii de copier le auxE tis-L,i, i-u.iic r serve u pc- tqui, crovant se reserver le beau r61e et
I monoplari Morane Saulnier, type iro!e pou v. tr p one oar 3-, saIrilieint le plus bel acte au plaisir
coupe Gorlon-Benett, 191 3, sans ans, a d.l.t:; 1 et n tC- J un l i.)i mo mn
meme y apporter de molitications nant co:n m it co:i n:n .ti ). l'anitagonisie et I'envie ne se ni
a personnelles. Le moteur est un Gno- actuelie. p.:i : les .ILto nobi c)niient point de me voir reparai Pc
e me Ioo chevaux construct A Oberu- listes espc,..u p vuv),r contr.iaii ire sur la scene politique, ayant tout Ve
- sel, don't les pies sent stictement pour 1i nr ,i ,o oo o autoC,:.ir, n enll uV'e poUpr *Ue re m enr et 'eien
n interching.ables avec le mc,.ne mo- l1annee po ,c. ne w, dntenir dans la situation dp Je
- teur construct en France. Le Fokke- Le DI.-). li MrI i .- poable oft, par le fait de on pa- la
- est un monoplan armrn dune mi- annonacd I ; ), : i, q-i e les sp'ci- t(tri, sine. je inetlais trouve. bli
, trailleuse tirant A travers 1'helice fications Ac c .: so. t p,-ts pour .i )ieun me garde dtie la haie envieu- aj0
s, grace A un dispositit de came ne construct die q. tre gr.ind.s c'oi- se et toujours en eveil de qie ques lu
- laissant passer les btilles qu'entre le seurs de -: t. in iie Ir'.h n -ne adversaires dtloyaux 1uit, dtsespe- bht
t passage des p.iles. C'est la dailleurs NIw-Yo!:, ---)s f.emmes sympt- rant die ii'aneaatiLr conplktemetil, IoA
t l'application d un principle francais, ihisant av .s i_ n"; i:,v-s J tii tn r ivent dija o de i-atilner cottrLe inoi
e inaugure au debut de la champagne ways en .er, v. ot livt, com bit ic Iit coil'e des dieux uitler'laux d
1 1 -, Jei t'ai ea vue qule le salute et le l r
e par Girros et Gilbert et que les Al- ce n :: P i l l 'o: eio i ,an e r de non pays. Je souhaite le
- lemands ont froidement adopt. I ans i 11; .. a i,., t..,I pierre- bolu plusr de ofon as.denon sour quie e'a
e Moins rapid que nos avion3 de Finalc.1n pn ls d;,pe.se tous les haitieins sans distinction de le
s chasse Nieuport, le Fokker est certes M.Aisd.. -J \ i e ul cu p r,i -gouvernai;ts etadinicistres pe
- un apparel redoutable pour los gros :e, toe" O n ,:-e. t'onent Un blo indestructible pourt co
s biplans, tout commine nos Nieuport Ski,,r i. u c I1. t:L a dLuit le sauver ce qui doit tire sauv6.
s le sont pour les Albatros, Aviatiks, prince ... :.:t J, college Notre liA,-l te ti nous a vaincus j je
n L. V. G ; inais, dains les combats des 1: c: s .: : ) ine cinelitienne inais l'amour de la patin revei it, en
* aliens, le chasseur franc its n'a rien cc m.aic I Co,.tc stns doute chez nous par 1 aiguillou de
"A craindre de lui : du moins sa su- 95 ans;, : .. J 2 t[is o1t de la douleur et des humiliations de qu
- priority ntrest pas ind6niable. d ISpp! U. 11t 1 s t pri, .liaque jouar, aurait ddtA nous corn- coo
e pCoode..ns + pas in-U niablr. ir a wander de nous unir pour difendre g6
SCo'.one-' V. HERAULT bss1 c sieur.nce a isur le t erraiii pacitique et derriere 1'O
e blse c. .. .. se e les riempaits inaccessibles du Droit Ce
i- brli .., 'i I. l p.I.r u:]e ifnetre tes drolts imnpresciiptibles, indenia- vot
Sen teu. bit's du people liaitien. olf
i Vin de BordeauxiNC N:,w--Yv ; r.ie. ,1l lait a i.in ce i noent oft vous avez d6 faiL
e c.tiusi k s : ; -; _i .Sses ci el Cado (Iiu'il n'y a plus rien a fire dr,
s ROUGE et BLANC dan-si- 1 : ,.-Y I)Ds tCen- conitre la Conivention devenue all bio
,Quall/e supdrieure mes n<: ,: ett:ia- joullrd'U la loi des patries ; en ce dat
SZ re o i i. it oCi, en consacratt des pri- gra
s CHEZ 1 i \ i ses s- vilges exlhori taits, nos d.putes et ins
- T. J. BIGIO cours. i. i n1os stenatwiia's out depuis l'anide Po1
S Angle des Rues Courbe et Cdsars cours un- dernmire ratili- le bouleversement de g6t
tI t) i. \\i T .) L s iLe .uutes nos institutions, peu imported \
G iOS T D,11 1vens a.i i t nr ali ax patriotes siniceres que Mr Dlr- co
-. .__ __,_.________ ., de p: m-., Ai\ :-; O Inl .tde, t tietenave se inaintieline au PIouvoir. L
apies 1, .I ,- o 'i:1 .Si iMr le President de IA Republique cot
t h l l 1, PIn-i.;'[ ... .es iR s'L. ont de- s,- doci le a rdclainer les advantages f tt
i L.L.. V LfaL-it ls l:,; .: Je 'ricbz ,n- iti nous sont d41s en retour des Cal
Di E de el o, :- 'e psiiion bien sacrifices imposes et consentis et a dan:
D Koppoori 0 : () ;'c C, !llementque o)lose aux preotetiotns iijustes de de
SPR ESSE les l-u bCLauoup de la Voice la volonte de la Nation, le tit
SinondI C pays enter doit lui fire corttge et des
Smonde c. --s co:nb.,ts. le soutertI dants cette lutte hono- des
r S ocL. :- L ,.'t i ,'r maini- able. avi
* PAR SANS FIL tre a anno qu] i SueJe suivra Pour ma part, poursuivant Jes vir(
S__sa proper p, ju it laa ftin de tins puremeotlt patniotiques, j'aime- de
. la gutiIe ; i cure, iiijal re rats tuteux subir au Pouvoir. a t.lre vou
5 O. tobre toutes l -; .11 '; Jis ic contraire. de President a vito de la 11publique A nt
; 'llati, iion adversaire le plus de
PrROcRAc.-- Les russeso i *----.... o acliarni, vous tmtne. Louis Edouard por
Pi,:ROGRAD.- Les russes ont Pouet. que de nous voir, m.n-e Fin
Sfait les turcs A 1-est de Irobtses et ouget, ce dn tinous voir, nla f e Fin
ont capture ume position bien forti- Vp \gouverneuc ttranger, dott ce end
fiLe. lest olliciellement annonc -que I ii IUi U .ouverneur etre 1'oLumLo le plus ut
t les pertes sent tres 1lev6es. ymnpatinque au people haitien. pub
I SrockHoL.M.- Le premier Minis- 93,lRue d M\haasit dte i'Etatl L'ambition irt'[tlechne tie doit point tite
tre a d6clard que la Suede suivra sa Riz l tii ouri mat nouL taire pretfi'er un triomplie chi- pi1-i
propre politique comme il 6tait dit li1z Siam aIc6 merlque au faible reste d'autotino.ie ies
t des le commencement de la guerre. i{iz awnlais qui nous est encore abandonn6. Cit
r, nis Ayant faith la d,)uloureuse consta- cou
Elle restera neutre et toutes rumeurs Par s'1 e 216 lives Lie fquea Gouettlleout et Opposi- coL
contraires qu'on fai. courir provien- Les pluIs beaux nri de la Place otu s'appuient sur le'tranger p'un veir
nent de ce que sa situation n'est pas: ernez ile (ichel'i'r a vant que ce pour se inaintenir et I'autre pour dress
bien comprise. soil 6puisn. monter au Pouvoir, le pays chercie tous
WASHINGTON.-- a La Binque Na- ta sa voie la oI 1el'tinant haitien est le s
tionale et la aBinque de Londres .........- -.- .. censd represent. Lhomine de bien, b:e.
et de Mexico D, propri6tes de cito- le vrai patniote ntie saurait approuver con
yens Franqais et de sujets Britanni-u T ne politique Lou e d interts iinmn alor
ques, qui ont fermin leurs portes, A diats, lauelle cousiste a comnbattre huin
cause de decret de Carranzi exigeant U outrace ce qui dans l'ordre actual vos
11e re des closes, cons itue l'd1lment 11t- vou:
plus d-esp6ces m6tallique et le ra -- o al et a faire patte de velours a recV
6hat des billets en circulation en es-
o leu guichets ce oeI la force tt'arigdt'e, escomptant d'a- ge e
p6ce ont rouvert leur guichets ce Port-au-Prince, le 3 Octobre 1916. vance le concourse de cette force hain
i matin, j pour parvenir a ses fits- J
Le nouveau Premier ministry du Mr L.ouis EDOUARD POUGET Si la crainte des persecutions vous la t1
lapon n'est pas un personnage con- En ville empeche d'englober dans une criti- J'ava
nn. Le changement de cabinets peut que desinteressee et protecteurs et ter p
affected les relations entire le japon Monsieur, proteges, le souci de la vdrit6 et le sur
et les Etats-Unis relativement aux De nombrotx arnis qui competent sentiment de votre dignity vous port
questions militaires parmi les hom-ies les plus indepen- obligen. A vous taire. cons
Le Comte Tauranchis, nomm6 pre- dants et les citoyens les plus hono- La division au sein de la tamnille Je
Leoministre, appartient au part ili-'rables de Port au-Prince m'ont colt- haitienne ouvre des issues aux coni- vein
ministre, appartient au pareille do n Itoint rpondre A votre voitises inassouvies de ceux qui, au vilin
tire. gazoineot invitation I ponique. Ces amis haut de leur grandeur, nous regar- une
rLes fbricants du gazoline ont m'ont fail observer que, A part lal dent avec mepris et nous font agir auto
privenus aujourd Bu par Voe Man- frnsie, do ,tire don't son., attein'es coalmet des rianonnettes entire leurs vou
ning, directeur du Bureau des Mines certaintes lo l,.s hutlaines, il a 'mains. oub
ue eder spcque uspcqe de leurs pro- considdrer- I ingniositi d'u-:e press L'union et la concorde s'imuposent: ble
duits n'est pas une base satisfaisante insipide et desetnparde qui, pour Iainugatiou devient a 'heure ac- votr
pour la vente de la gasoline. I1 a d6-'trouver un nouvel alitment a la tuelie la plus grande vertu patriott- Guil
clara que l'examen a demontr6 cbronique. essate dci m'entrainer que. St I'interet personnel et I'ambi- t4p
moins de 2olo de difference dans la dans I'arene odt je ne vois que de Itont rendeni. itupossibles les sacri.fut


;es que comma ante la situation, lea
ntinelles qui veillent dans nos
irts et sutr inos tfroit.ltt'r s -,s,'istal-
ront dfliiiitivemeiit dilais lit IIl ice.
Mais ce ne sont point I.t v,,s iltes,
VOus ne pensez p liint C 'li' Ai )Ai.
CGe t'est pas ass- /l do to i-; lies
allienrs et de in.-s d.li ; l ir,,' do-it je
i me rernetspas Otoie.\piiin asiaiie
ride s'liAidle a in. crt'' l n >u-
aux ennuis ot ait td *-ite. au
itteltinetii ties dIi iIuLt'os dt i "iii.
Vous atflirn zeio l lt' l -I in I c, .liette
vous eclivi. iiA .\''i, tis;r':;' la
lettre retoilnltt <1.,,s '" 1.1 i .pu-
ique" di '- I S 'pt miini'i,'. t' vOusi
outez uIild Mr .\'it ii I '/',. taul
i-ml t, s, lit il qu- ,t li ii se 'ra
e et pas d rfi i-e v il I *I Ifs p
) s U 'tS ) ii t '.s.'Z It' 'Il 'I,; ,;/ l..
Avant It s 7 t1Jo 1t .S'I >Iegh tiiI ,' .1916,
,tes a lixiit'llt-I 's I'.tlit' i,- i m M rt Io
6sidotl t dt la lt ;itl'il at .\ Mr
colonel W\\ ll[t' l' ,i \ l," q Iue
urati ti')'. ['t ,' <,s >n l. : er
I i at ; it ri:it -' i i, l. s : d es
rsonnOess i \'evt'iL;es ( 1 d ) t I' a
nliance.
A lors q iti IIi,1 L o':1 1 it II )I it ou
tais, c'est a vutI<, i! ):i s,,il ,t cruel
neumi, ,ill- j'jiwArais r>ev-,-i' t 0 'el'ret
mia cacih .'o C -st !-. I'i iP -et,
eje cotnai.s ,ilns -'tI" l' it ine
n altis I (ut-,in'; 1 .1" s c1 lar-
d'aller r' p) r:tlr Ili\ ,)';i ,rs de
occupation | j t. Is ,1 ti I-; lo> 's?
st d ans vi r, ,.,.s.s,'.'/. ,i[ i ,t.l[a- s
alu voi nitrr' l's .:> i ie
3ertes p) r i 1:1 It' N ,, des
ts que 'reprim!o iV ll ct,' m.s'i'-i ce
oiLt ,' e ',' comlli i ti ll I" OI It 11'1i w de
n eL ( It, Vo I s .t'.-r./ 4 A I li' ihs
is It' plis griia I I I .:tl in t ." I t plus
tlldo S 'l't lll i It. S )' ,t ', i 1 ) lur
pirer conlli tic<' Ills-; !., h1 i.' ,ard
.,.gp' i'it i t a sn ;ti-.,l ,ii iI icte
i.'reux. ai cint 1t 11 .1so0' i 11 n :it.
oyez I'ori ,i' dti' n t L 11 i el"
S gena'O tl .neIIt)i I I > I vouse
ibi a de ir's t 1. .iv -:I .s \,)us
es son d l-i sls l-ti ti*',.s aul
) et s)ii rl'p it'-wu'lt i I L .i 'iL'ux
is le DL)part,.t ii.'Lt ,>i .N :d li tit
vous so:. iii .sltr 'L v i4 i- i:ies-
de la dict.ttiir t a 1) ll p t1 l'-y.. ent
Finances. I.,l.' i' I l.t (l1)llt.s Ac l d I i\- -it i v\ous
ez dispose, do ,s'o.(I) .l)'.ilirs en-
o) alflrects alI 1 'Ir.int i inllets
5 gouL les '. ,t-L t i t. v)i- tlh
Is miittr' enacct Is iLi)i I, .- ral
Line Smi )m i r .st.-il. ;a I t v ioUInt
la Natio' n tl v ) is c. r-i- i' vio re
tefetntlle de .S', t,'I l :1 tl kI l des
antces iiialr,' le v', It. X .xiiqu6
IS la l11 Itusoglutii t I t (: i t bre
date du ._). .11,i l.'. O. 'T ,t ii (ii'i
a 11 n113 d. iti -t. le< VoI i urs
bliqut'.4 e e sdet p'- v., t', pe-
autibilioin, vons '-'-) i -. en
lodes in igmi ins elt i n '.,uses
veitus civ,'tuI lI ie c.- .E' l-tat-
)yea. Ccniiteiiipt0'it liionit, Vous
vrites d'o.optrobro t dA'i. oiii
.ib tra leur, aissi-A'<'t l I' I rt un-
se du piddestal (iCe vo is lit aviez
ss Le to t 21 1) c.'ini:'e t I .Su i de
s ses oblig .-s vowi.- ii ',\.!.p i sI t atd
eeul a I'tc. l r e i o tol dr ic seS
ifal s, j'ait L Io .s t ,i It ,1 1 t'id 'e
Itr vo0us. C'.-st s,;n la\ to I,.' deili
*s que nItlitant sLI I'tl1rvtaiLjJe
Ulait e, 11 ri'cOv.alt statS.- inij dir
traits perli l [s. -lt iln tL.:i-uine,
s rappelant au s.itli .:iL da la
innaissance. j',i1co'it ,s vot( I' ra-
t votre colere et minl'Atiral volc
ei imlplaccable.
attends loh.tenips et vaintement
6plique que voas aviez anu1tiillee
ais cru que, reno icant Ia rpos-'
:ar la pluine, vois a1liz venger
le terrain d'lioonio tr ,'.s tlteintes
des d votre Ihoi;cur et i c'utre
iddratiuon. r
revins A LPortl-In-Puce en No-
bre 191i'. A l'.avII:n,-c:iLt Da-
a iteoore.V' ust i. O s-ipppoaAtes.
cenrtAinle inll iCtnce t L itel'i8a
rilt dtils le ni-ij vl,-iut e,.
s mee litiles d 's ilit n) t. s at [I t .mrie
lier le passe- L ti tine itnplaca-
avait alors s, .i;. ii V t're t.as do
e n ituret. .- us sit i| I- Vilbruu
lainle ful ti I'rsi.deiit d, la
ubhique et noinindeininistre de la Justice, uo'


r


mo




v oil


p


r ----- -t~JI ,,


I 1 -


1.00
5.00

1.20
8.00

.00


l'


L I
.-a'. -7.














































t
11




I
d
(




d
d

q
ti
C
a

a
c
et
a%
le
h
a
r
pi
Il
o
c
e

It



d




r
V
d
tu
C
te
a
Ia
d
v
r
ti
V
r


S
t
t


I


citation A comparaitre par devant le pa? alors que vonsdftrui.iezl'oeuvre qui conseillait les mesures los pus .
tribunal correctionnel de ce ressor tu' dioswede Dess lines et de Potion rigoureuoss et ls plus inhumaines
m'annonga que votre liaine totijous L'e, rett personnel vous tit boire conilre < ces pelesetcesgaleux qui, i
en veil profitait de 1'appui du Pou- toute lihi.te el avaier -,ans une grI- ayant entenolu le sinateur PougIt H
voir pour s'assouvir. Et le jour lix6 mace des pilules endui.i-s d f iuge annoncer du haul de la tribune du
pour la comparution je fus jete en et de boue, Vos id-intutts arriueres Senat, qtu'il etait pret a refaire 1'dpo- I I
prison sousprdtexte de conspitation. vous furent payees par Monsieur Emii pde de 180',, avaient exposeleur vie.
Si la Providence ne m'eut couvert Ie Elie. Voila coninent le Gouverie- leur lionneur et leur fortune pour
de touate sa protection, j'aurais et O inent de Monsieur DArtiguen"ave fut SoOner le reveil de (a Libertl. lsout POU faree I = b
rnassacrd avec les victims du 27n mis en faveur avanit e 1\i.e de la longtemps et vainement attend que
Juillet 1915. Conv.eitlio't. Ce quijadif, -olimne-- le senateur Pouget ajoutat 'ation S rt la -
Dans l interet de ma cause et danus nous ten, e d (ie, avdc ltciute, d 11- la parole. Mais vos discourse pleins ( s
1'exercice du droit de la ddlefise, je noi(,.ait vo-; pros.pein-ts devilit la d'ardeur et de feun'ont etcquevains salutaire. Elle eat au
demandai au Stnat, conformtninet marque ilmllible des calamLtes )pu- propose, parolees dates sans convict 1 s &l
ita 'article 87 de la Constitution, de bliques '. Lion par un cointd;en avide des ap- *
lever vos immiunites et de vous reln Cl ,'est point p.1r do slupides liA- plaudissements de la ftoule. I ,- remilde nutritif puissant
voyer par tdevant vos juges naturels hieies 1que I'ou In ut l l,'libf"r le sl C'est plourquoi, ierinant votre Assurez-voo0 que
pour rvponidre de faits ddlictueux -.acrl du la patnrc ,fl_. ui11 thai cteur a tout sentiment de solidarit f tee flacon* portnt les enfants faibles ou Inaladi,.
existanLt encore A voirc charge. Mon :.re par I'Ltrainger. L'oictd(.ir bcle t-L niationale, de cliarit6 et d'huinaniitL, cette marque.
sieur Dartiguenave, que vous flat le journalisle sb.rbo ti,-steiIeIIt dns'.vous avez tout mis en Wouvre pourj
tiez alors, vous ravit a la Justice. les tranchees, et !a fluul, l'li l-s at)- gagner les 5.()00) cordtrs (lfei tes c-"-,"-- --**..- ... .... ..
Pour vous prot6ger, it commit un plaudissait nagu rv! .. t au.lour- pour ma tote et pour vou taire Lien ie de a population. Acheve, on au- A
exces de pouvoii et emp6cha mon d'hui l'htroiswe du (It ll.-t: couta- venir et du gouvornetnent et -Je ra plus de p ai-ir a entendre la rho AP, RlTA
action centre vous de sortir son ef- ge du citoyen au cian e la paro l'Occupation dans l' oespoir de vuir rale entendre la cho APEI
f t. le et au talent de-l ecnvai!,. Les lia- rapporter les dterdts du i- Avril de re qu execute avec art les chants Li.e b't
Mais les juges impartiaux (Ii con- bitants de Lille et d'Arras c, minu- cette ann6e. Supposanrt que j tais dricieuxa L choaulieu de seper-I iL bIt
nurent de notregaffaire rendirent un ienit, dans un 1uetne .itiuelt a 0u- dainsquelqueLdgation trangre,vous dre dans la vide, retentira dans la QUIALITE SUPERl
premier jugement consacrant mon n'ion et de concordeo .c 1>o Co-ver- avez avise aux mioyens d'oblenir un voute. IE
droit baillonne par.'le Sdnat de la netient de la France p).ir dettulndre acte judiciaire qui vous permit de Et puis n'a-t-on pas promise. ces BORDEAUX
R6publique. Entre temps survinrent les droits de la vieille Gaule. Its n e fme aire liver sinon a la justice constructions termindes de fire de B EA .
l'intervention ambricaine et le pro- flattent point les repireitanis du haltieune, inais a ceux qui me re- cette Chapelle une paroisse ?
jet de Convention. Des amis du pou Kaiser tout en accablant d-injures et cherchaient. Tandis (lue j'etais tra- Simpe note VN TONQU
voir me supplicrent de lever ce pre- d'outrages Monsieur 1o'incare et .i lU come une bte fauve, que De plus en plus fort!.. VI TO IQUE
mierjugement alin de pernettre au Liriand en priacnce d(i lTuton qui j etais accuse davoir particip une Dns le dernier n dujoural. GOUT IDELICIZ
Gouvernement, qui disposuit alors ne rive point d'aDandoiiur Ie teroI entreprise en favour (de la patrie, La publique dernier, on lit e Mr L PREETZMAN AGG
d'une majority au Senat, de vous toire conquis. vous alliez a Petit-GoAve racoler des le LPrsidnt dpublique a, on lit cec: Mr o-ZMANN-AGGERN
eliminer du Grand Corps. Suppo- Mais, quand il s'agitdelutter pour ingrats etcomposer, pour les besoins AGENT
sant que vous defendiez rdellement conserve votre cocarde eL vus lin- de votre cause, une claque centre che deux mile dollars par mois e:
la cause du Pays, je iefusai ie set'- demnnites de senateur, \ous enlpilo- mol. Ma tate mise a prix, vous pen- chacun desesminis:rescinqcents, etc)
vir d'lnstrument contre vous. En el'- v-z toutes les armes la ba-,-esse siez que fatalement j'aurais ete ou Ce journal en est donc encore re- vfien
for, jusqu'a l'heure ont je vous dcl is, d'abord, les injures ensulte el la p)er dcapit ou priv pour toujours de duit A reprocher a certain fonction- Veni de tires de la Det e 1ne
aucune ddmarche n'a etL faite ni par iidte toujours. Qui ne se rappelle ces mues droits civils et politiques. Avec naires les appointments auquels its au plus offrat et erdier eabera
mes avocats ni par moi pour vous phrases publides dauns tin des jouHr- unte joie leroce, vous annonciez au ont droitr... En vertu o d'une d&iem0~
signifier ce jugement. niaux de cette ville : vous tuucthez (prttoire (que vous tiez venu ia()ui Et dire i ces fonctios taient Monsieur le te du sio
Mais le Corps 1.6gislatif vota la 1os 2Vooo dollars ious n avcz qu'i la troisimne fois au Petit-Goave honorifi ques, la publics taent Monsmmerce Doyen du Tribunali
Convention liaitiano atnericaine. Le ,'*ore et laisser vi'r'e l.s autres' i-ctl Senate at l'unanitnit6 ratilia le trai.- () av()uer avee plusd il)pudnIce Ctt 1 )n() mballheur, vous aviez s.ur[(T is ll xisterait pas. te du 40ctobrecourant, et20 d
d (I). Conzrairement a mon espe- ot de cynisine son peU doe ouci de jugemeunt par defaut centre mnoi. Co aeet sommation de payer, restke infrg
rance et i celle de tons les patriots. s t. dignity et son inditll Pretc pour les Vos recherchles pour decouvrir Le concert de demain soir que tueuse;
vous aviLz lu votre rapport don't le ilterets superieurs de la Patrie "? ma cacliette n'ayant pas abouti,vous donnera la Musique du Palais s-an- I1 sera procedd, le mardi queli
depot aurait dtl 0tre ajournd jus- Ji Monsieur Dartiguenave s1 Ie vous console pas d'avoir rate nonce brilliant. Nous en avons vu comptera 0o Octobre courant.
qua ce (que Washington e0it pris en laissait tloclhr a cette plate do- le prix de 5.1)00 gourdes Pour col le programme qui ne comporte que heures de l'aprs-midi au ma
consideration les desiderata du pen- t Iance, il e0t etC pour VOtus, coin-; bier le ddeicit occasion dans votre des morceaux de choix. du sieur Paul Lamay, sis rue
ple haitien et les observations bases ne a ta joulrue de tenmle et d-'- udet )ar la lperte de vos idemni- Le ub e prendreqaui et par le minister de Ture
sur notre Constitution. Mais le C rooe itu 1"2 Aot' 191-), !e plus gtaI d toes de sedateur, vous arr'achez a pubi c se ijoura d'apprendre qaui et pr le minister de Turea
pitaine Beach, votre ami, vous de- hliunine de oa lieoublique et le soul feinine les 2.0UO gour les de la con- Lucie de Laeroor a ce programme commvezce, b uissier du Pribm
mandait do d6poser sans retard e atole llementdige de ce o da action pculler. Vous vous < Luce de Lamermoor le remar- commerce et de Louis Pomo
rapport, et vous avez benoitemeoit MA'-is, apr0s vou-s avoirtaitramper"ases: adjoignez un illustre personnage quable morceau don't la pluie avait canteur public, A ce d6signe,i
ouscrit a sa demand. Vous arZ ilitPtlds, il vous lit avc pl[aisiir trainer jo fair' publier le jugement de contrary l'audition I'autiejour. vente an plus offrant ct dernier
lone mis Ja patrie de D)essaline-. vs culout.ts tit1r le suil die la Ltga- faveur bLotei contre nt0ol. l.a repu Service de press ch6risseur de:
3ous le regime de la Convention tion aonmeicaie et (tiinandd r" glance des DirecLeurs dii t Nuuvel- II est absolument faux, come 19 titres ( s&rie A ) de lempr
0ont vous aviez accept le priucip, I ax o0li<-eters de l'UccupatioII lour listed a ate vaincue par I'insista Ice l'a ins&rd un journal de cette ville du 28 mars IQI4, soit quatre tit
ants les conclusions, de votre rap- -!,. ivt llite. interveintion. 1':tt(:-i nt da protecteur sous le manteau du que les ministries touchent des trais Nos 3 015 A 3o0 de cinq cents 6
>ort. Car, si les simples ie le savoet ,te s.: tlois les faibles vestiges quel vous vous 0tes present chez quelconques en dehors de leurs ap- lars chacun et quinze titresNos 1
)as, vous n'ignorezpointvous-tnme d'houn e r l(t (e lnorali(dot vous eux. Tant i est vrai que [lon ne pointements 19 de cent dollars chacun.
ue, vu le caractere diploinati(lue du vous en, .rellissiez jadis, 11 vous peut rien fonder.sur I imminoralitd! Id'
raitd, il allait le rejeter d'u e fa,-, obligea a signer la plus liut't.o(ca-i Cetto valour quoe vosaveztouce Manage L'ajuication sera faite a
ategornque Le principe en( tlant Iitullation (jui tut jainais Irapli(rItee dans un moment oit le sentiment de Dimanche a eu lieu le marriage ci- offrant, en pavant comptani; i
dmzs, la Convention otait dhs hl s. tldi )ar votre fait, ratilie. ptarleinentaire. Vous avez lonimt` la garde contre une tell vileiie, cons- CAMILLUS PIERRE Louis. dus sur le champ et la folle end
Api s avoir donn6 satisfaction aux I-esuir'( 1 votre patriotisin et de ite le prix du sang et doit servir Les lmoins etaient MM. Auguste re de l'adjudicatiaire.
m6iicains et particulierement aun otre desinlte essemenit, ei lacceptan t a aclceter le novel liaceldarna o0 Bosq, Joseph Rocher Osson, Henry I sera prdlev6 sur le pri, de
apitaine each avec qui 'oil vou.- le comproins humiliait qui vous ftIt un jour la chiarit publique pertmet- fordal et Alexandre Bobo. vente lo ( un pour cent)poura
oyait plus d'une lois dans nos rues propose par Pinttetinediirt'e de lMr :ra dinlihumer vos resties. rnvallin 1 vrir les frais g6n6rolement quelca
t *ur nos places publiques, vous lecontre amiral.Capet tol. Vosli[ res; Vous ne pouvez detlioir advantage L es vocai r ques de la dite vente, auires I
V(z judge necessaire de bliLller la -- ayatLeu la naus0e a la vue de tante dans I'estine des hontes gens Les members ac e Associa eux de l'enreistrement et cot
erie en etonnant je ne sais (uIel italt)'oprt'ets, seretractrlt'i'tl i st a rerel. iymni. patriotique en l'honneur des liliren la dissolution du S.riat. \u-, de descerdre jusqu'a vous pour vous sont avists qu'il y aura remain une t insi ue le e
erosdel'lndpendance.I esbadauds tie desespoir vous arraclhatdes piil-,- dire do chioisir les membres du jury seance ordinaire A laquelle MM Sau- 'huissier et de sIencanteur.a
pplaudirent et la cotnddie futjoude tes douloureuses, et c'est .n sago d'lionneur auxquels vous aurez a vignon et F. D Aristhobule pronon- A la nequite du sieur Paul d
Alais, come vous avi(zjur de tant quevous avez ilbachti d.-, It sounettre, en ma presence, l'ecrit ceront chacun un entretien. commissionnaire en denies,
efaire 1 epopce de 1804k, je ine suis "epublique ( que .s,''a/ a lt apocryplha que, sans doute. vous Nouvelle A la main rant et domicili6 a Port-aur
noi-nm0me laisse prendre A vos pi dissoas pour deun. ut, *. avez vous-mene fabrique. Une dameAune amie venue pren- c ranciergagiste ayant pouravci
)eaux. .le croyais que 1 me national. Non, cen'est point l lrtienave PIERE-PAUL dre des nouelles de son man qu domicile en son cabinet sis ron
e se rdveillerait au cliquetis des bai- qui a dissous le Cor,is l.I.la Itif. drees nouvelesde son mar qu domicile en son cabinet sis r
nnettes etrangcres reluisant sous le '*est le Gmrne de la Plat t(. (P unit ,I,-- est malade. Centre, no
oleil dC Quisqueya. Je pensais q(ueo anl.j()urd'ui les malu faqt.us e,i out --- II est tellement douillet, ma Contre le sieur, Frddric oi
ornine chez les Serbes, les llelges el dechlain le flgau quias e it liluti. Cobattezla avee lesPatlIIecomn,/mwsm chre, que lorsquil faut lui cooper propnrtaire de meubles, deireti
es Monltdngrins. le patrtisl tretell 'UN Os ius Vc l O I i:c l) iti ,.le ; du DDupyrou, Square Messine Pars, I 'osPrWa la fmvre ildemandequ-on 'endorme. A Port-au-Prince, d biteur.
neorJ v c h lha i ,l io us s les dans lo w, | ,,!id Lies Tectusezlicabrsetd6monstratifsgrausettaurdem d. A Port-au-Prnce, d6biteur.
ncore vivace chez lhaien. Ilas Oses Pour de plus samples rensI
na mmoire:n avait failtdfaut, j'a- chatimeits. Cent un tItlenss' .tt D- D erni es ment, s'adre plus ampesoussuigl
ais trop vite oubli .. J'aurais dto a la Chlambnre des DeputO- et L ,,,te eereents, soadresser au
ne rappeler les dvdemenots d'Aofit ,,uf s:iate0urs ott c, l e la I ,te tt ts i OILPort-au-Prince, le6 Oc t 'r
de e rappeler les io autonoile e1 os ,t al F" t V i r- Nouvelles H MALEBRAN
e 'annOie derniixre pour consider so ichI H. MALEp1ANd
domme paroles enlair lOs tlhui se r6clamier du peutpie et de -- --
omme paroles e1 lPair et ptoposN lile 6clairie do Pays. Nori, in110F"ENSEIGNEIMIE NTS Par sans Iil
uperflus vos discours au SOnat de l'lite clairde du ays. Non, jme B NSEIG EMENTS r
a Iipublique J'auraisdict nedeomab trompe. Raymond CabOclie et ,Nee-
a pke Lanque ioix coiuritidit. 11u MhTEOROLOGIQU1oSI
ter pourquoi vous aviez piWf,' ,ea. 70:tobre
arti' eave Bobo qui avant i- die gloire pair devant le i'ri n ul de OBSERVATOIRE LONDRES.- I.'amiraut announce et MALAD IE
ne l'lection du Chef de 1 Etat, avait 'hitoir. s ont preere lo que le steamer Franconis, de la li- zDihvmtde ~OUrs
epouss ls conditions d a Co;i argent, la dignity de opallte aux m. uru*
epouss les conditions de denits de 0 et do io dollars M hNAIRE COLL.GE goe Cunard qui t tait employed A a a
mention pouresquo av driz-vous ab c andida- par mois. Lear geste tatt noble et SAIN -ARTIA transporter les troupes a could uOmouA
onnura poresqu la drive la coan dida- L'on crut pendant n oment dans la Mediterrannde lundi par un
uire alor populaire de Luxembourg u v'ous alliez les miter. Mais votes Veneredi 9 Octobre 1916 sous maria. Le bateau ne portrait pas A
au avin ta isia o tou savez vousaccomne odeirde toutes les de troupes A board. II manque 12
Vous aviez Parisiana ou situations. enoerI dollars par Baro r 760.8 homes de l'quipage qui 6tait de LePLUS PUISSANTATIS
es lesdispositionsfurent prises pour 11101 pour ne pas adrnettre :e phil- minimum 22.7 302 homes*
ssurer le triomphe du Corps LCgis cie purn at uatet t e pll-r mamo.O.at 'Too
atif dans Ia champagne prdsidentielle cipe duo trait hunmihin earit ost Ao nes dSok..Msp
u roots d'Aout 1915. Pourquoi na- izettb". Ile at 0ois ,a ,' v le < maximum 33.8 Ad'ANIODOL8 nsnetsedNW
iaez-vous pas notes contre s d- e ce uncl Vpi vtr esondute eutoyenne drne 27.1 Les sieurs E. VILMLNAY & Ci C O _
aiatiots dou C LLact, i ci ate depuis le ltr1' 1it0 uoyenne diurne 27.1 mettent a parlir de cette date une
nations froissantes pour I orgueil ha- automobile neuve en
onal quand cet oficier alindricain qua cejour. Ciel clair jusqu'a 6h et covert pou neuve en circulation, A s
ous donna I'assurance que der li vous restait encorte it repr'sen- ensuite. pour aris bapim" < ourses
iure chaque tdputd et chaque stte'lr ter sutr la scune p.)hltique les derniC Pluie d'orage a partir de 9h, mar- N* 27 II MODlRu BLANCHISSE E
talent les forces anericaines et qu': res tristess-s do notre temps, quant au pluviometie o10 4 mm. N oe MOD2 a
erait /usilld illico lout haiticn qui. Le Jauvier iais a quoi bon Baronmetre constant. 1a, Ilail 4 4 i RD rinA la rieee
isant du droit que lui confere la rappeler des evenemients qui appar 1 .SIAIERER Li1(i. Ul Ja > j Rrparation a r
constitution quant au choixd'un 're- tiennent deorinais a l'histoire et -- Pour les vbtemenls de
,ident, oserait tenter de se mnettreau don't mn-s notes ibebdites consacre-i Au Secre-Couu' de Tlirgqeau Teinturerie pourlS 11 i
ravers de la combinalsonarrtleeen- front un jour le caracture national et Editiainte c&remonie bier a la Cha- DEPART DE NEW-YORK POUR HAITI: .gini e pl


re les 14gislateurs haitiens et les re- patio iutique Ceux qui tenterent de pelle du Sacrd-Coeur A Turgea- A lane.
)rsentan s du Gouvernements des sauver 1 liontOurt du Drapeau hailien l'occasion de la fete mensuelle du Le S/S PRINS DER NEDERLAN- Repassage a la perfed j
tats-Unis ? Des cares d'aller; voter furent traits de politicians cupides, premier Vendredi. On ne peut sou- DEN, laiss le 4 couraut pour Cap Pantalons, faux-cOl
oies furent ddlivrdes par le dit capi- et des h p'es e nl edng lote ete acos ha ter qu'une chose,c'est que labien- Gonaives, Saini-Marc, Port-au-Prince faux-poignets etc etc.
qui conduisent aux deneures des veillance des fiddles contribute s6rieu- Petit-Goave. 1 rdmie, Cayes, Tacmel PRIX MODtl|
S) Le faieu du jour et allrent deposer segment a l'achevement de cette co- et Curagao. SAM CIlJY i
ment diplonia ique tenrrineC dvoteingraistd leurs pieds I homage de leur 1iddli- quette Eglise qui est si bien place Port-au-Prince le 7 Oct. 1916 Ru du Magasin da rEs ^
ct instrum tiCt t et de leur devouement. C'dtat & au centre d'une portion si intere.san- AUo. AHRENDTS Age 4a


- L~e I~L


L I


r IY IY


1