<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02706
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 28, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02706

Full Text


Dili 1:an&e 3e. 8863


QUINZE GENTIMES


Jeudi 28 Setoembre 1916


-C]61]*jt-'MAGLOlHE
DPIXCTEUR

AB;ON~jEMENTS:
poRT AU PRINCE

u ois U S
DI'IA RTEM ENTS
Mois Glti
pismf NAV- F. -


L .1A iNLirVJ M


2.OG
5.00

2.20
6.00


G P.00


OUOTIDIEN


PORT-AU-PRINCE ( Haiti


REDACTION ADMINISTRATION
Angle dos Rues Fdrou & Am6ricaine

Les asiouces soat regae.
A Psar-AU-PxtNCH:au% bureau du journal
A PAxis: chez L.Mayence & Cie q, Rue Troncbhe
A LoiDois: chez L. Mayence.S& CO. 19. 21,21
Ludgate Hil
A BuILIX. chez Rudclt Mosse S. w 19, Jerusalem
Strasse 46-49
A Nzw-YoxK Universal Publicity Company 45 West
54 th Street
Les manuscrits insfrds ou non ne lont pas rendni

Abonnenents & insertions payables d'avance


STlION IS SALES ET POLITIQIJES A G


les Prnmices LES TrOi
d'tue Alliance


De nore CorrespondJtnl I

Le rent accord russo-japonais -.
ppelleunefois de rlus I[attention .
or les lendemains de guerre et les
oseignemenls qu'ils comportent. 1 -
On se souvient quelle dtait la si- 'OF 0.
nation en Extrame-Orient au d6but
ul present siecle. Vairnqueur de la
binequelques ann6es auparavant,
elapon s'etait vu Irustre du fruit d -
esvictoires par les puissances euro-
lennes qu'inquietait le rapide essor
ece nouveau venu sur la scene po-
itique: L'Allemgne, I'Angleterre et
aRussie se faisiial tl succzssivemcnt '- '
:6n0:der par le Gouverneanent chi- -
lois, impuissant A rcsister A qui-. .
:onque devait la voix, des territories
juelks nouveaux occupants ne tai- .L- '-
laient pas a transformer en autant --..
eforteresses redoutables. Le Japon
iUclina. Chacune de ces cesssions Les troupes indliennes sur le Front
le la Chine, representait pour sa Leur eiquipemeinent actuel
nuissance naissante. un danger et et qi
mrne une menace. Mais toute pro-
tation etait inutile. zLe gouverne-.
sent deTokio se renterma dans le parties, elle gipenIit pe at-trie la
silence, tout en se gardant de rien second manchii, sutement la belie.
ublier. Le Japon n'avait plus qu'a se tenir
La rtrocession auxRusses de Port- sur ses gardes, armn juLqu'aux dents.
rthur fut particulierement sensible Ainsi en avai:-il iCe en 1871 ?
a Japon. Les armees japonaises L'Allemagne victoricuse avait prd-
vaient emport6 de haute lutte, en tendu retircr dc s.a victoire le mIaxi-
895, la viedlle citadelle chinoise. mun de ce qu cie pouvait lui rap-
ais l'turope leur interdit de la porter- Elle fut dure, inexorable,sans
alder. Voir, t6t apres cette retralte 6gards pour I amoir-propre du vain-
rc6e, un Loncurrent s'6tablir dans cu, croyant, de bone hfi peut-2tre,
place, en fire sa chose, s'en ser- que la crainte de la force allemande
irde base pour contrebalancer, si- suflirait A 6toufier cliez celui-lA toute
on ruiner, leur propie influence v6llit6 de revanche.
ns la region, c'6tait plus que Bis.nark crut ire h-bi!e et ne fut
en pouvait supporter lamour-pro- que maladio:r. -L- ,rope, quarante
e des Nppons. Tioute la guerre ans durant, a patt de son erreur.Hu-
e94-9ods tair continue en ger- mile injuste-eiitl, portent au n lac
Sdas ct acte. Mais 'enjeu de une blessure tuujluis sa.gnante, a
guere nese limita pas la France ne pouv.tt n oub!icr, ni par-
ssession d'une ville forte et de ses donner L'Alem;,gne, qui compre-
entours. Entre temps, une question nee
lusgrave avai sur g, uqeIsa -nait ce sentimtnit tout en teignant de
ulgrave aouvaient surgi, que les rmes sen indigner, ne pouvait, elle, jouir
ttespuaiuet rscoudrea e quti een paix de sa coaqutte. Le cauche-
Layait sur leschamps de bataille mar de l'heure inevitable des justes
edan g et de Moukden, comrn- rparations ne ccssa de peser sur le
ties los esaux de Tsoushima, ce monde toujours en ale te.
le sort de 'Etreme-Orient tout s b qu r
tier Celles des deux puissances II semble que les lapoaais se sont
i vaincrait, pendant de longues an- inspires de cette lccon pour en pren-
, la haute main sur les mers dre exactement la contre-partie. Eux
tales et suitout sur cet 6norme aussi pr6tendaient retire le maxi-
!nerte oreanisme, docile et mal- mum de l'immense effort qu'ils ve-F
hble souhait, rentermant pour-.naient d'accomplir Lors des pre-
nt1 ^ at latent des trsors im- mi&res ouvertures de paix, eursexis-
ses d'nergie et de jeunesse tences 6taient si exccssives, qu elles
pire chinois. u en paraissaient irrecevables. e
ua sait comment se d6noua P'a- Un instant il sembla que la lutte
Ulure. Sur terre comme sur mer allait recommencer. Puis,subitement,
Japon triompha. Pour la Russie, ce on apprit que ies Nippons avaient
un coup terrible, non seu- c6d6 presque sur toute la line. La
t parce quelle sort de la lute Russie, battue, sortait de larene la
uIrlie A 'int6rienr et diminue t6te haute. Eile abandonnaitlechamp
yeux de l'1tranger, ma are de bataille A son adversaire. Mais
letralit de Portsmouth, qu mit toute clause humiliante lui 6tait
x hostilits, consacra la rumne 6pargn6e. Elle sauvait la face, sinon
espfrances d'h a rumonie sur le fond. .
'sio ier d'Extr1e Orient et d'ex-, On a dit que le Japon tait oblig6
t.lO, territoriaTe aux d6pens de la d'agir ainsi par suite dbe l'6puise-
Aues r es voins ment de ses finances. Ce n'est pas
t dllumaines un tel 6chec absolument certain. La guerre ac-
aisser aux Russes un res-tuelle nous montre que le problme
fPr a nd A I' gard .de leurs: financier ne joue,somme toute,qu'un
~ade versaires. La haine et le r61e secondaire au course d'une cam-
d'erepoer devaent, semble-t- pagne. Ce n'est qu'a l'issue de celle-
ation d'ord r oute autre consi- ci que les difficult6s serieuses com-
e Lar p ol tique ou cono- mencent. Le lapon qui, depuis ix-
lieraitdRusse, t6t ou taid, en" huit mois, trouvait en lui-meme
a pas a difaite, ellie qui nle les resources n6:essaires, aurait sans
n" lP p de poursuivre, des siecles doute pu continuer, un certain
ip-- m e hobjeftit- voir Cons- temps encore, A aller au memrne rdser-
'e, Battue au debut de la. voir.


JERRE EUROP


UPES INDIENNES DE L'EMPHIRE Dl


Ouest out I'attitude des vrais guer
prouve qu'elles out mis de cOtd les
u'elles ont adopted les m6thodes milit


II est pr6ferabbe d'admettre qu't
Portsmouth les diplom.iets japon:,is
estimrnent que leur pays avait obte-
nu, sur terre comlnm sur mer, des
results sufli;anis pour que le but
de la guerre pCt tre considdrd com-
me atteint. Sivoir s'arinter A temps,
lorsqu'on le pnut, est une preuve dk
haute sagesse. Et c'est un signe d'in-
telligence et de force veritable que
de ne pas abuser de sa victoire et de
ne pas pousser a bout ni humilier
inutilement un adversaire malheu-
reux.
De la part du Japon, cette mode-
ration fut peut-itre la supreme habi-
let6. Oi nes'v attendait guere, etelle
apparut comme 1 indice d'une force
inyoupionnte La gnterosite n'est
permise qu aux puissants. Et c'6tait
bien dans 1'afirm.ation de cette puis-
sance que residait, pour le lapon, le
gain le plus clair de la champagne.
Le resultat ne s'est pas fait atten-
dre. Quelques ann6es A peine s'd-
taient 6coulee, que rien ne restait
lIi 3d ], rl d p v d nif


pius e a queretziie UCt u u-\ eileLsit..
Rassur6 quand a l'avenir de sa mai-
trise sur ses voisins immediats et sur
les mers qui l'environnaient, le la-
pon tendait le premier une main
amie A son ancien antagoniste. Des
accords successits intervinrent qui
aboutirent A celui qui vient d'etre
sign, alliance veritable et 6troite qui
n'a pas pour but d'imposer a d'un la
volont6 de I'autre, mais de permet-
tre A tous deux de se d6velopper A
leur gr6 en ces lointains parages,
libres d'inquitude quant A leur ave-
nir.
Et maintenant, que l'on compare.
Du trait de Fianctort ou de celui de
Portsmouth, lequel fut le plus ha-
bile, le plus intelligemment r6dig6,
lequel servit le mieux les vrais int6-
rets du vainqueur ? La laideur, la
t-. ,-inte brutale des uns. a-t-elle


mieux r6ussi que la moderation, la
souplesse des autres ; Certes, le
dernier mot nest pas encore dit
Mais les rsukltats dejA acquis per-
mettent d'e.ntrevoir l'issue L'intelli-
gence finira bien par l'emporter un
jour. Ce que nons appelons la torcq
n'est le plus souvent que viole rc
:'est-A-dire faiblesse deguis&ee
n'est pas A elle qu-appartient
nir. .
L. KQSIUSCK


EENNcoE mmerce furent fermses par ordre
T] E N NEdu Gouvernement.D
Communication radiographique au
Secretaire d'Etat de la Marine du 4
SeDtemnbre 1910.
ITAN 'slQUL ,' \ i'Iceasion de la perte du Me.m-
phison a vu honorablee Migrnel Mas-
Cenro to lia Guerre et de la Marine
du C;oivernement 1,rovisoire pren-
So ell sets proves mains Ie second
(1colrda'la lane' a terre et le conser-
vor tat qu'il put servir. L.e doe our
"t Oez ex-; resident de la I W)nblique
'l 'us;o ;-Agrtuit de leur hospital eL les
1 ,X Ie stdtx p1 aot rent lenrs sOrvices pro-
l\!'t'siun0 11110 -;imi:'mc iN. ilr I. liclhario, ex-s r-
t;ir ,J'Ekit es, lelations e lxtrieu.-
res u' l'mrit et vctit ilehites Ioin-
'"es tit I, ', ,iipatge. L'Itionorable Ftlix
\lloi, ri, Mlinstre d'llnati .' Santo-
I 11Li a i ,t, prita ses services person-
i ns l(mis le sailvetigo de lneOquipage.
):i ex prian le v u que lde iDtparte-
B Jt I :l i--se sa 'recominai-tsatice aux
u i9Vte!r l metloutS dolloniiicaini et hli-
I Pir. i le i't'tit lprovis nire, le Dr
tl i lu t I '.|i r evlu t i e Nii t el
n ['li 'll[ pem nlll !Iie ntu lous visited

;1- m1 (' icatil et l second e ivoya son
secr.t'lire. adminiiistrer aullx catholi-
riers, comt.ne ell-s le sent en faith lie.s -,,l)nisalt s les derniers sacre-
vicilles habitudes locales, lcit is lt iir los coriS d res aorts
ta ires, ;tt l lii,,ijlii l S deSe fune railles.
air es. Ile lr-ident l)tariguenave, d'llatt
n ;lonvova Uli message de condoltan-
oes. 11 a 1(tA rdpondu et routes ces
iartques ti courtoisie. En outre
| 01]" t POH bleane;i!) ep do rJoininicains aot 6t6
vus (liotmiines et femmes) agenouil-
S 1's e prialntt. aleaucoup de femmes
S|d('lThir|renlt louts vpc telnents pour
secourir les inarins b rals et bles-
sos. I,' ucoup de do minicaiis, y
comupris los m aembres de la police
SiIlitl < tver;einelt furlent olf-cts gra-
DE ttilemnent. [Plusieturs person:es 6ini-
t e nMtes au noilbre desiielles le li-
Bijoteriie, .Joailleie ctlnciG. Gabral y lhaez, Seccitaire d E-
tat des l Rlations Exter ieures, \Ve-
I'entie de vitriiess ave, installations lasquiz, ex-Secrtaire d Etat de Fo-
i l eniito i et de Counicalion (1) et
CIlEZ tous les menbres d(IL Corps diplo-
B ( 'cjjieelthiaro inatitiue ot exprifn, personnelle-
l d a it leur syimpati ie et la coiduite
138, Rue lhmu.,: go"nOrale dittlieupl e ldoini iicain a 6W
Port au-i'rince .27 Sep: 191G. tes pl us sy, npathies Lis bieiveil-
an mutes.
AiROPOS tr c i rcde s aies suivaints
)e Co ndn.) 1'Eacadhll i It d le es liIupreoment- ann -s
DU .\l r liai Lopez-Pen ha a ouvert la
Mason de secours et l 'a wise a la
,li-,position de I'Aimiral.
police, a aide on tendant les corda-
Llitre du Contre Amiral Pond ges, ell fournissant du bois pour le
feu esl enl mettant los houtmes ra son
Escadrille de croiseursde la service Id oCt ils 6taient ndcessaires.
FlotteArnericaine de l'Atlan- M"r Luis Eimilio Aqfau ollrit sa
tique U. S. S. PRAIRIE, na- In'aison pour l'usage qu'on voudrait
vire amiral, en fire (Luis Emilio Gomez Alfau.)
Un liotnie nonmtnd Denmetrio San-
Sto-Domingo, R. D. Septemnbre 1916. cliez (nEmeterio Sanchez) nageant
hours des roaches, pros de I'Abattoir
Aux Editeurs du Listin Diaro aiduit les honmines qui 6'aient dans
En ville. les chaloupes perdues. Sanchez aida
bi.'aucoup i sauver 3 des survivants
Le Commandant d l'Escadrille de.de ces chaloupes.
croiseurs 'amnricains qui oprent Ceci tine comprend point assur4-
dans les eaux de Sinto-Domingo et imeit la lise de tous ceux qui ont
de Ilati, desire, par l'icterm6diaire pr6 L leur noble service et l Aiiral
de votre important journal, rendre demantide qu'on l'excuse pourt son
publique sa reconnaissance et I'ap- maultue de familiarity avec la langue
pr6ciation sincere et cordial des espagnole et son pu de relations
iombreux et bienveillants services individIelles qui l'empacheit de
requs et l['expression des !ympathies no inner tous ceux qui ont aid en
verbales et 4crites revues depuis le quelque inmaii6re, it demand qu'on
ddsastre qui a occasionn6 la perte l'excuse pour les omissions qu't a
du Memphis le 29 AoaCt. pu fire.
A cette fin. it ne pent mieux faire Que ce grand dsastre serve A ac-
que de reproduire ses d6pmches of- croitre les relations anicales qui
ficielles conmme suit doivent uniir nos deui pellples et
Communication radiographiqueau ses pridres sont, pour ii tr, que les
Secrdtaire d'Etat de la Marine, du homnmnes qui ont perdu bravement
ler Septembre '916 leur vie dans l'accomplisseinent do
aLes cadavres out 6t6 transports leur devoir ne soient pas morts eu
a:bord du a Solace avec tous les vain.
honneurs militaires. Le Pr6sident (Sign6): CIARI.ES F. POND
visoire 6lu, son Cabinet tots les
bres du Corps diplomatique et Centdre A'iral,
laire, des dorninicains 4mi- Comiandat de rEscadrille de croi.
la colonies am6ricaine et une seurs de ht F'otte de l'Atlantique,
nt se multitude out assist & la () Par erroar lc cona.unique du Secretair,
onie. Toutes les maisons de d'itat de l'iaterincua N.J.T.


frois Mois.


.---no-we


I -1 ~- _~srrs~ I I I ~- I I C-~ll I 111-- -







- ___Ls_ Ti I-


!


Cc 11 x a lkN N
PRtqIII 'I -'.- o s ju- .a -: St A
1 a%
Salle aJ, a IetII Ct aO-
queltiL (: L11' V a-I k L" SC ji-



rand dta ..tAdl .,-i'l' ier la i
CSI ~k~ I.a aA- I- 1 ctlS ion-



hcurt tis L Lu ait .iu tiilhi.U da.1ipIh.U.
disstinutits 'Ih ct Ipi.o~uiga%.-


Im~i~uj t M ont Caruid
LA rCC1i,u t1 .appaia-iique. dJc-tlun
di pioa.ii-im. Ies pairtiNti., e 1II %isliu-
lion # Niont ("mt~id 0tituc~ iA Ia
ikre A'actiue tieBolo~swet ~dii g&
par Miaiimv: Chu, ian Coi~ou. se-
row1 ou'a-Iltqs JUX tanulles quu 'ou-
dront bien lui aouidiaer hurs entrants
qui sct~iunt. comrne loulouls. sous
I-action d-une su-mivulance active et
Ajune bonine direction.


Fails Divers

IRE t, SiC:NEL-4ENrTS






%;1 I I w I




l~Iu\ I'll it I N6r In




J.' II 1 1 1

11C


t V *'11% 1 P~~1 j',21i
rr I IIL I C II t .~ 1 1

J.hI It-19

eju to Ai:._( \1 ''I letI~ A
Atd t~ n11C ~t. sI ~. Hs m' li
li rit.I UI I I I i t I L J-
1416~-19at17 !1J i t] 2 M ce--
__ c Im i 1(
A h;t 1 i1im I d ,; c il lux

dII C ts '! kt I ill, titsn lltis.
M I (: _. cI n IV.t 1'- t L [;.:. k ,I2L it
1-( t 1910- fl tt -117.0
Alllux c. n t rAu\ CUi :lllS bUa

2- 11 1917At ,11 101t. U 2.'0 i qua.

211. 1 I I 41'~L i' ide I
"t It. du I ;A ct r lo 11 ii I e~tc. et
GUC I.i'tt. L11 IA t ilsJr !,,,d
IL. I i v\ Ti .U tItt a.. I biU-N
up tI al '!; I re
2,L l. sr I- .r~i 1<.' I 1
1114, ual 1 5 c1 1-1 1rUIt." ,t-
w \ c vti \ IlUITI:L ''
-~~~~ ILA iui I-r I


I litnt t? re cI'
t. deUh.Comm ission char-f
du t it-., 1 2 I I A i -]J;- IP:..ail'
S~ull is I )l tII les e nt IA C M
Matnde Iu tOPt..la m i Io n S till

SIr l 1 it ail

hue t t 11. 1It4- rII a a. NI 016011ir u. r




SeIIItO 1I I ~'ItcIt!1 l)~ltI i


bout, m wb c u d L!.it. les


muin P.i.ims


Oi s' ., etin Av*. tcI


U tCAl I, ,Pi bi
,e et avo.L ct.% ;uies .~ qUuo'l!;eli&s I
irciliton v v I- rI ; qu~tin-
po sl, si (n d,'~ i:p'




Xnnc1101 \.1L ru A ) :n t 111L rt0!antsa

UA 7, 1 Mi~ .,eL deI t 1UIIrn
Cut tie"Yon .'' Au wl e _i .:Cs
Ann [le V, di I3udlcurn
.\u dis on Aeux Ion

A 1 t i 1 i.......

I.V. IP. 1'';.., un. p
!~ ll"i I ei *?.:L pitc id wr1 \0leR-

I1iluabv, 1 :1 i t% %a..: do,
I ,W .0; '
La to ... C j-%ori-
1011M, p inr u. J ,I bi .. i n





li it a l ii i lit I



lA lIPI. i "Worvi' '1 LI
'OK, to Sal" A

ho- in ja *i; it I itj I I 1I Iiw.
tul Ial .':na-I, p o ale .
it' I Al~it J I ,do So

limitnatoll-11 IP111weI 10 blaInItI
-A vr iAt IM \a ,nit a u Caml,
V 'A~IN pt I I *.01011.&1 alentlt15
-iniL ONIn-" 1."1 Li t In dos
njlati i ht S i o'.. f Ie 1, l ini'call-


Pour se guerir et se preserver des

RHUMES, TOUX, BRONCHITr

'a. ACatarrhes, Grippe, prennez


L'EMULSION SCOTT
(& Huile de Foi de Morue.
Elle donne des Poumons Robustes et
prevent la Tuberculose.
iDans foteues les Ih..9maoles.
te.i ,


I' .t Inon V I C


I r u ojii ) q u t:j,

Mr ().mmi t( 'him dCN 'tL' i--le nlioi; del
~i ;cr lL-!UC' I. I II 1J U*P r
les 1: ?** c i i).1 q ue Pael-

k '/ L r I .,Ii:i~c e ma 11





>OUVEL LS





P'111 SiNS FIL



...... Cent .>n-
zoc oldJos d 4: F1,11. qlki! d,
v-.I1C o0t11 1 1 1 c 1 D. 1)p ric-
9100 deh kineIC., se Itllidrc A


B LA :N(IIISNL'IPi.:


I -1u 1ian I 1.0 Ea


ct ~ ')41Ciniurs '.111 It- 's I'~ p

41hi. tiiIits.400.0 -'odillots .rucs lailn..
se aont fnits 4vCC c-rI\ tiii- I;a':i.: '
A pm Litliki IIJi% liLie, L
an't I % Ii S U! C1 i (I VS I~d
ll. 1 Lx\-'A o1ti t I o LI'' eIs ro U- i\ \: :11.
11 1: v II't ICS t !,: i-I! Jrde du .''I I
I!). Is ,II6 ,
1 41. It Lli'II l '.LN A C Ic


A~ K. I (1--id a) 'I lk dopasttr- 11'L WaiLati. C-,LJpour Iics ir.11


N i -.% -Y,)i, !,' I-. ,; -~ecte u r ; d LIii d'I tc t.iii .
S.i\ icC S nitairi t d. I are tique. si : .' .i:i e S -- IL

sent j~t vnitIticin in I*Iuu;0ajrJ hiui, QU- !a urc tWe
tis p difiolnt cesse:1 r1 N. rINS jLtIJI a*U) At
I L WL I lei 0, tint o t ~l't-i. tt int?
lewI r ls t Nes w;.V* 1 ; ,~ in i", eo- ICOL. I
Quaor to0 A j1 -1. 'a thk colmr. .', O b i .ii P Oi
4 ILI L!LILI, CiiI \ .' kirIlS Va'- .-. a ts e x ir
pruCoors 1, IA FO LY fniter A I~r le font K 1
(2 .- ~ ~ I 1 11 oirh. i~s Va-' '' : I 1.1i aU es
haul "-StiCS A -- It. i r i U kl 'I"~LL. .tso tci.~ a '-. AIn~s
40il IiaI s l T I0,.U--ii.
da iA -s ont h I aison dc c-,stirtic 1 K.I's la,-% it 1 S 1w2..it

-t)iLIIip !A 1a au O w r.Ut PV XS l-- I ..4:.L LS 5
cS *a t 1. 'a j aI.' U t i C. 1.5lil


ku~I''ii c Nl llJu urn.t sescoon da- rc l. a L I. .SI .1 U- It"'s st coisu o~as. -
ICU I t tit
v ~ f 1 ti lir d t Eji i 11Al111.11 Le ti..!Y: I Irjins J., -1 .4-- icsIr- i' L > (.t a'.~ ~ u t pr
a a':P-.'..Les .I I, wilt re-
11C a' UIwuV LI.I(NLt t tc t.X~ts en~torrual ; et 2j)011 1
iainr I, ,,,~ O1tc t~.21 aI UI~- u''a51 .'- trots LaI:r i~ bUl-
U11 .' ii- It 'a-i s n1C i,J teUA n- II-Tni L s s :-dlUl
UU -0ll -i i ~iaan a I-4LXu\ W I I,' IH I it IlOrqucUr ~ IIif !
01tUP2- nI N 1 n Iat.11 h e sa \ I I Lv' dI de .1I t-. K n OUIk" a~le' ll I lel b l e x iq iu c
LIF .ILI Ia i A k l buxe C S t lt- s Iii-. i -xUi 1111 o sr~ r id attendu P ~t. i Il
IA.L C-a111L d il .s 01 A-Le c I: 1w Ia.;- i -u',:.pz-ur a tefus -
et.Uia It I.2c l.L#II r amaI Ic t lntls ~ ,IIis SA-I 'Ilcit ari F, '1P a.v -).-en, iir'''- C
'ilIc IL alsNolt111.1111111C- cowscuii 4 tJil. qu- .'nI .I ill A. la en- se onTtU Lu a0- ] II I-pt
1_1 I ~- '"ItI.fL *:a.Ulor du coritre d& -uii--mA ral pour Ie Ii> r&.ai..w;iS In ,a-" de \aI~. Criq
mai.ll~kia L.a.t\S ILII 1-..L It. A-ia LtA Ia..,-A i'iu- Uall .. CLt i ,;. : -i. ic a \' ,\ H iont 0 t~ u-
afhls.. atAa..t IS CIII4.. k S2OIaI'aI -'iY L.P )lIus kLit. %V I. a. ,.i Wi lt,~it i'P.immlicls~
qIU IILftCIIIS U 03A S V 1:0.n1~tli'iUll '-bantrs d,..X ii Viii'.
I a im i~liaam iIii'~iI 2i.ind iiLkaub e tie c mf.'liic% tet d-zi- vi, r, Ic -I dL s.N jiI,1aItlO-SOC -uc
S1 Oil -I,:,. i Jd IU'O, Zt Q1OltlIfCfl t a IS&rt 011t 1 k cu ti jLIU, Iorsque le r 1ci I a. L-.."I I's Plli:, aiiics. sclon
tc lt bi! av ,:vIla portioll tILI 100k LLtt +1 St s lje t Cr (Iafu .I le I plus 'c~au n.a- tiCv- FtL-N'.2 ; la-I', ti4l)ls det oi -
It~t l-n ~ t i H a IA ~t (t: V- -vite ie IA L.4 :c "Lidt P.aII:a C oaIsi tICSONUTa-nN h UsOs1ue1e
141ttqur ..ail' Ic afzch4I ZCClli- N. S. C(, %e ttouvaiten lcu au.aIU *0! ltXr sfi~'r
a'aL.:11t a..Olin i'UdeI.i ossi.mI-v, l e in I s~ptt-inbr' IIlNd ta iai
Ce YO. .1- -j '!!.1 q.1.1t Va. 51 ai Mi 1AIA crli tt .1 UOI ( tIcalt!Ir SauveliniW LI1L~ :-:L- a e.oe
rut* 1)I ia.-. ID. sIt'Uji' A-Id l'a dvJ 1% as carols jk:0!11- A Cro-ab Iv. -


l~t.a.ii.1 t '~i .&it Ulle


i' I..II p I A airc lJ I.a ..Ilat
tIl E L...I I*tt aIl'a.U


Eicorh .-


At, i.


CiS t1)


OC 1110,11,


Oki
I", d


.1- i tt"3 /t A-- Fi2trie ,





I o Ih IaIdak ., Iii ci #-A tta
k! c ~ i ~I vI at lt I.-I-. I j k'I I
N 0 179, dana Ia iflaigulil
au jiaravaut.


I'ate b-..


Go(t LI


-N- s I.


de 1,l it i unt It s i
Le )I<\' a1. N. Lvt e mn
~uno it -' ~ ~el 1j ts u 'm1d eist
It iII it*-tire..iPL
1U0i.~ ou:r les pI UYu Nuid. ei
de I p14 r les e 2) SLAt 1916
I .. )'a a 0 deui kc d 1 spir les A .A II HI N I)I s. 4ji
Ou & meaiSo" 6, Lta.e[atClgpFUr 160

tile. 25: ..L.~\1~*i~n. *ol

fl-% iit~itd~lNpu- E SC I OI u:Iii IDE
1t~ .~'U pLr~I I)~.1t~nct L.E CA RBOGItN E Itiumt de
1-1 L N I.q c u I I VlJ 10 poiio ns t1 111111 tcol(liu~i. le 11421) A 2 0i
iIn. A L011tL'1% V IS~i is1smI iiiis Clau Aabmiis (C-e- tie Navi-
gatimi, (Ilitemii de feir. I'tideries,
I. tst ~ ~ur I ti.~ t ~AIt ue t-s attels. II Caj ait.elxec. ) SupIpression
L'; 1 k)ILt a ul ts 811- p1 esi piv I'i~ut.ledesrti hm s, ceiidres,
I ~ ki Oil AK U ll ';: 11 .11,U teurs tde t i im it ic Ii,4efre r ; mii a.-iieijitatioti de~
%ap.*ei et cohi''es. Ni (1)1 usicii, ii
6' 1.W, Otlt i [s ~A400u prIi. Mxyd Iitli-i. te cLI iiiva~~timiii iidtliiue.
sora. 'tiLi JIt inltidl sur le tiont.. Expditi imi pair ILIm klu, h~our trailer
aJ '&,t ,,-jimne suri ant JL% raprOrtS,31ilU twiiiaiedo chat lau( c o rio m ie
1ti. pb ~ ~j*iIh. i8MA)t~lii-Sii l it 011tbIA-K) 1&J i'dUCS paya-
Comb,. se touv e ntu~rementi ~uln acimtd
SA C .,,illwidcsfuces ngi- tirauli "'it tet dutaiane 'envii-mi9W (rcs
I L je J-uiii iUXi cJummut..t Itur o- ItaI I 01 k~ilusde'tauboMCe'ie.) Coin-
rs.CtulLi uuifU1lI tU I1iides et brochures iexplicative J.
Uil Ie junottd de la Sorin e. Les MAZET 7, Rue Drouot, PARIS
~sont M'5o' consid~rabiemeu: atDieeAgents uonLde,,nuids.,


a I


raI r i, iI' 1'

ou it it.ca


li. I-r


111 [\Ii .o '. o:c-,I i aJ
Ire. I 54 a'a
!.e S x~ -r'1L

t erim cs d pouti :I' : ; i!-l'-I



IEurtopr ( NOl' I~a!Pt
pair Ic SIS Q iLC aW081

cises du itl.aini -
Po ri -lIt P!


APERITAL


QUALITY SLr ER

BORDEAUX
QUI

VIN TONIQUE CT .D-
GOUI Dr LI
L. PIl- I I/..A ; \ U
.. AGIE'



B Checker Jones JPR1

B. T. Babbitt Is
Savon Gold B |

FREt.ClI All Illl 1
V" fi.Cd l 0 05
Vin% rougI. CrLI, t,
vimtins la H "
Massactisset BreW
/,f tres i ds$"rs

Alleys Porler & K'1 "s
THOSE WOOD
Poiusons ies e"

Etg.Ib
"-PORT-AU P


: jal* (.9. *.*


Sal,







j 4.1


i


ti i2 r 1Ll iCt wiTt :mnit tl .ms %quel-
qULt hIVLlI les. cbljrt',f-z Lilt u t'L-
l-ia-lt -i~.i h: our IL' tICUXISIIiC
.)u r de 1,11.11 Le. no10mibre tie pri-
nni u p ii.tr: % p ir It. s ilramn is
i epIcpuis ie Wr SC(L'VCive 1.200 1Iit)rnmnts


i


I





T aT


Seci.elairerie d'Elat de I'Interieur
Pour dviter tout malentendu au
sujet de l'dtendae a'application de
la loi de 1903, relative aux Syriens,
le Conseil des Secr6taires d Etat a
d6cid6 qu'il sera demand au Corps
Ldgislatif une loi interpr6tative de
Particle 1er et qu'en attendant leGou-
veanement admettra sur le territoire
national, sans distinction d-origine,
tout stranger autre queleSyrien Ot-
toman.
En ce qui a trait aux Syriens qui
auraient quitt6 le pays pour y reve-
nir revktus d'une nationality 6tran-
gere, il a 6t6 entendu que le Gou-
vernement v6rifiera si la naturalisa-
tion s'est eff:ctude dans le but de
tourner la loi de 1903.
Poit-au-Prince, 27Sept 1916.

Conseil d-Etat
Messieurs les Conseillers d'Etat,
rdunis au local de leur delib&ration
ont tenu seance en Assemblee g6n6-
rale ce matin.
Apres les travaux en stance pl6-
nidre quelques sections ont travail-
16 assez longuemnent.

Cin&-Varietls
Nous engageons le public A aller
ce soir A la grande representation
cue done le Cin6-Varietes au pro-
t de ['Eglise du Sacr6-Cceur. Le
programme comporte un film ma-
gnifique et approprid au but de cette
soiree : La passion de Notre-Sei-
gneurJesas-Christ "', Le bonheur
par l'enfant sera galement exhib.
lean Ryko. don't '61oge an'est plus A
taire. dira un monologue.
11 est impossibleque lepublic port-
au-princien, don't les sentiments A
1'6gaid de ces sortes d'ceuvres sont
bien connus, ne se rende pas A cette
manifestation de la solidarity chr6-
tienne.

Le Carrousel lonctionnera
Completant nosinformations con-
cernant le fonctionnement du car-
rousel, nous sommes en measure
d'intormer le public que la direction
vient de recevoir des articles qui
permettentd'esp&rer que le carrousel
tonctionnera dans lecourant du mois
d Octobre.
Ce sont des cAble- pour moteur,
des tentes, ombrelles en couleur
( 6quipement complete ) des petites
lampes 6lectriques vertes, roses, rou-
ges, bleues, d'un effet merveilleux
L'installation sera &clairee Al'lectri-
cit6 et sera, comme on le voit, res-
taur6 de facon A &treirrkprochableau
double point de vue du contort et
du bon gouit.

A l'entree du Bois-Verna
On ne se lassera pas de deman-
der de placer une lampe 6lectrnque a
l'entrde du Bois-Verna. Ce n'est pas
un luxe pour une route aussi fr6-
quentee d'avoir deux lampes A deux
cents mntres de distance l'une de
I'autre.
C'est meme un danger, les voya-
geurs qui montent recoivent la fai-
ble quantity de lumiere en face et ne
distinguent ceux-lA qui descendent;
ce qui occasionnait parfois bien des
collisions entire les voitures-

A la Banque Nle de la
RWpublique d'Haiti
Le service de la Tr6sorerie vient
d'etre remis A la Banque Nationale
de la Rtpublique d'Haiti.
Cette decision a tc prise par arre-
t6 en date du 26 Septembre courant
public au journal official.

La recolte
De nombreux habitants de la pro-
vince nous ont parley des promesses
de la recolte quc s'annonce floris-
sante c2tte annee.
Le cafe, notre principal denr&e a
6normement donned, aous disent-ils
et deja les usines en recoivent de
grandes quantit1s de cerises ,.
Dans les mornes, les cueillettes
que certain connaisseurs trouvent
cependant prematurees, occasionnent
ure belle activity et les courageux
ouvriers de la champagne soot joyeux
d'auttendre une abondanee prochaine
qui les sauvera de la gene ou de la
misere.


Simple co-seil
On derande le sort de la petite
alley que que 'on construisait sur le
Champ de Mars et qui va de la bar-
ri re sud-Est de la place A I'all6e
central pvrs de l'horloge de la P.
C. S. Puisqu'ellc est si dtlaiss6ee n',-
Sr v *


tant pas r&ellement bien necessaire,
ne pourrait-on pas fair un autre
usage de la provision de graviers
qui se percent sur les halliers?

Devant le Lycee-Pclion a
11 est absclument urgent qu'o
hate les travaux de voirie commen-
c6s a la place Elie Dubois, devant le
Lycee P6tion. On sait que cette pla-
ce A kt6 creusee. remuee et tous les
tuyaux de l'endroit ont 6t6 mis A
nu. Depuis hie des tuites y ont oc-
casionn6 une surabondance d'eau
qui rend inabordable la region.
L'ouverture des classes 6tant tres
prochaine, il y a lieu de se deman-
der par oiu passeront les professeurs
et les el6ves qui doivent se rendre
cheque jour au Lyc&e-Ption.

De Leogane A Grand-GoAve
Des voyageurs arrives hier nous
ont signals le mauvais etat de la
route de LUogane a Grand-Goa.ve.
C'est douze lieues de route d6fonc6e,
boueuse, semrne de dangers. Partois
on y va deux heures durant dans de
1'eau et I'on comprend combien le
voyage s'en trouve ralenti.
Nous croyons avoir dj)a parl- de
cette grande route qui,heureusenmint,
sera refaite sous peu.

Alis
Le soussign6 avise le public
qu'il a transfer& son domicile a Gd.-
Goive apris avoir rempli les forma-
litds exig6es par i'article 92 du code
civil.
Grand-GoAve, 27 Sept. 1916
BERTHAUD SALN AVE.

Remereii-ments
Mr et Mme Rcederer LUveque, Mr
et Mme Edmond Etheart, Mr Rivi&e
Etheart, Mr Leon Etlhart, Mme Ter-
tulia Ernest, Mme Mag6lie Bauduy.
remercient bien sinc&rement tous les
amis qui leur ont donn6 des preu-
ves de sympathie A l'occasion de la
mort de leur regrett6 fils et neveu,
I'resne! Liveque.

Nouvelle A la main
EN MENAGE.
ELLE.---Pas le plus petit cadeau...
et c'est aujou:d'hui l'a,,niversaire de
ma naissance Vous l'avez done ou-
bli6 ?
Lui .-. ..Pas du tout. Mais pour-
quoi vous rappeler ma chere, que
vous avez vieilli d'une annte.




Chez icntor lagoon
93,Rue du Magasin de l'Etat
Riz Rangoon mat
Riz Siam glace
Riz'anglais
Par sac de 216 livres
Les plus beaux riz de la Place

Venez vite acheter avant que ce
soit gpuise.
I III .- I I .

Revue des
journtaux

DE : LA REPUBLIQUE*

A propos de la Delle publique
II est question de nommer une
Commission qui sera chargee d &-
tudier et de classer, en conformity
de la Convention Haitiano-amnricaine,
les diverse caD@gories de creances
qui fornient la Dette publique.
11 nous eat revenue que la plupart
des personnages auxquels le Gou-
vernement s'est adresse. tels que
MM. Alex Lilavois, Eugene ioy. etc,
auraient refuse leur collaboration.
On comprend latitude de ces
Messieurs. Ce n'est pas qu'ils ne
veulent pas rendre service au pays;
ils hOsitent a se commeltre avec
l'Administration actuelle don les
procedes n'inspirent aucune confian-
ce, voila la veri 6.
L on ne peut que les approuver
de se r4server et de reserver leurs
services au pays qui en aura toujours
besoin.

DU ( NOUVELLISTK *


Deelaration
Je declare n'avoir jamais eu A ex
primer mon opinion a qui que ce
soit au sujet de la Commission qui,
dit-on. (saera charge d 4tudier et de


classer les diverse categories deLes Etats-Unis
creances qui forment la Dette pu- L
biiquez. et le Mexique
En consepuence, je d6savoue for-
inellement ceux qui ont cru devoir -
me preter une attitude selon leurs Par sans fil
vues ou leurs tendances.
11 y a dejA longtemps que, volon- 28 Sept.
tairemnnt, j'ai pris la decision mu- WAHNMr Elison Arron-
rement r0ldlchie, de m'~higner des dnASmNGrON.-Mr Elison Arron-
aff'ai-es publiques, j en ends done donda. ambissadeur du Mexique, a
rester seul juge des motifs qui Mwont laisse iranquillement Washington
dictL une conduit que je crois di- hier pour Mexico, ou il va confer
gne er respectable, avec le President Cairanza, afin de
ALEXANDRE LILAVOIS se re;iSeigner plus exactement sur
les vues du Gouvernement am&ri-
Lettre reeliiieilive cain re ativement aux ditficult6s pen-
Acquiescant au d6sir de notre aini Eug. Roy, dantes entire les Ea's-Unis et le
noui publions simplement sa lettre en lieu et
place de la note qu'il nous denande d'ins6rcr M: exique.
-Les troupes de [-Etat de Flori-
Port-au Prince le 27 Septernbre 1916 da ont requ l'oidre de se rendre au
Mexique. La Milice de Miami est
Mon cher Chdraquit, comprise dans l'ordre requ du D&-
En reciltieation de a'it.formation partement de la Guerre. L'etfectit
i,)arue dlarns le dernier numnero de en route pour le Mexique comprend
aLa ltipubliques ausujet de iadete 8.ooo000 hommes. D'autres troupes
pub!iqiie je vous serai oblige de
faire paraitre dans le Nouvelliste doivent se rendre dans la meme
de remain une note par laquelle direction au Mexique.
vous direz do ma part que les rai- EL PASO.-Le G6nrnal Bell a recu
sons (lqi pourraient. le cas dchdant, avis aujourd'hui, que 5oo partisans
(ne porte: i ddc iner 'honneur d tre de Villa out 6te ex6cuits A Chihua-
mnembre de la Cotni2ission admi hua, et que d'autres sont retenus
nistra ive, seraient autres que cells prisonniers, depuis leur attaques
tloniees par le journal a La R1pu- contre cette ville. II a en outre 6tl
blique P avis6. que des escarmouches out eu
Cordialement v6tre: Eug. Roy. e ,, ,,1,, _, ;c, ,.-;ni ,, -m
il u d hetzaI.i' rO a dij 1 il l A


He ures des.
Bapte mes

Pour ne pas exposer les personnel
qui one des baptetnes A faire, a at-
tendre trop longtemps, le clergy de
la Catht'drale, rlduit Ad trois pretres,
a fix6 des heures o& l'on est stir de
trouver un eccl6siastique A sa dispo-
sition.
Le clerg( de S.int-Toseph (2 pre-
tres) a pris la mrme measure ; nous
pensions que Sainte-Anne (2 pr6tres)
la prendra bient6t.
Voici, pour les tieux premieres
eglises, les heure'ou 'Fon est siar
Je trouver un pretre disponible :
Cathedrade matin 9 h 30 et 10 h 30.


S:-loseph
i th 5y.


soir 3 h.3o 0 5 '"h.
matin 9 h. 15, roh. f5 et

soir 3 h. 5 et 5 h. 15.


NOUVELLES
DE

PRESS


PAR SANS FIL

28 Sept
LoNG BRANCH.-A la suite d une
cont&rence ici. entire le President
Wilsor et le juge Samuel Seabury,
candidate gouverneur pour l'Etat de
New-York, le Pr6sident Wilson s'est
d6cidd A prononc6 encore un ou deux
discours prochainement ANew-York
Le President Wilson a requ avis,
qu'il est imp6rieux pour les D6mo-
crates d'influencer 1'Etat de New-
York.
29 Sept.
LONDRES.- Aucune action d'in-
fanterie sur le front de la Somme
n'a 6t6 rapport6e. Paris rapporte que
les batailles qui se livraient avec
rage depuis des semaines ont cess6.
Les troupes frangaises ont gagn6
plusieurs tranch6es au nord de P&-
ronne, malgr6 les attaques alleman-
des A l'est de la Meuse. sur le front
de Verdun, et entre Thiaumont et
Fkury. Paris a d&lar6 que toutes
ces attaques ont 6t6 repouss6es
Les russes ont repris une violent
offensive en attaquant le sud de Vo-
lhynia et Galicie. II1 est rapport que
lescontre-attaques allemandeset aus-
tro-bulgares dans cette region ont
it6 repouss6es. Suivant les dernieres
depeches reques du War Otfice, les
duels d'artillerie au long de la Stru-
ma augmentent.
ATHENES.- Le roi de la Gr&e a
d6clar6 la guerre A la Bulgarie. Dans
son ultimatum il demand que la
Ma:_doine grecque soit 6vacuee im-
mediatement et les. troupes mobili-
sees centre la Bulgarie et IlAllema-
gne. La Grece combattra du c6t6 des
Allies centre les Empires du Centre
et la perspective de la guerre est
apparemment bien acceptie de toute
la Grece.


i .i uianci, so r a 1x m es au
sud de Juarez, et que des blesses par-
mi les forces de Carranza ont etW
transports a Juarez.
LOREDO. -Des partisans de Villa
ont detruit un train de la ligne fer-
r6e A la junction de Gonzalez. Plu-
sieurs passagers ont ete tuGs.


Avis


de Curoaio et des Ports duSudi
Secrelairerie d'Etatlde Intlrieur attendu ici vers le ler octobrt
route pour les ports du Nord
Monsieur S6necal, Chet du Scr- New-Yo:k.
vice ae la Gendarmerie au Departe- Port-au-Prince le 25 Sept 191
ment :de l'Interieur est charge des AUG. AHRENDTS., A
rapports avec la Presse II se tiendra, -
tous les jours, au Ministeie, de 'i Avis Commerelk
heures du martin A i heure de l'apres
midi, A la disposition des reporters D'un commun accord entlr
de journaux pour le contrOlede tou-
tes informations ayant un caractere associ sla mason S. M. Pier
d'int&rt general. I indiquera les Co 6tablie sur cetie placeentre
nouvelles fausses publiies par cer- liquidation a parlir du leri
tains journaux dans le but d'6garer rant.
ou d'emouvoir opinion et commu- En consequence il est av
niquera toutes celles reques des di- A tous les d6biteurs en relard
vers points du pays ou de 1'Etranger la mason un delaid'ua moisp
et qui sont susceptiblcs d*etre pu- solder leurs comples. Passb
bliees. lai ,lout compete non r'gl6
On esp&re que ce novel office, remis nolre avocat-
que le regime actuel de liberty de la Port au Prince, le ler Sepl,
Presse rend n6cessaire, apportera une S. M. PIERRE&O
sortede correctifA cet art de la Propa- En liquidation-
gande qui,ne s'embarrassant d'aucun
scrupule, a atteint A Port-au-Prince Prenant la suite depaffaird
un degree de perfection incroyable. l,
La presente communication est ia maison S, M. Pierreet
faite sous la reserve expressedes sanc- liquidation, le soussigne1 0
tions 16gales relatives A routes publi- sur la place de Port-au-Pri
cations dangereuses pour la S6curitl parlir du ler de ce m0ilS
publique. maison de cornmmercesous l
son social de Fleury F
E VE R A RDS F.EURYFEOUIEi
&-I- "_-. -" M "'% a --


uea


Bicsre


Meilleure quality
Demandee par lea connaisseurs.
D6p6l chez
L. PREETZMANN-AGGERLMH
Manufacturer's Agent

Movement du
Cabotage


D6parls du 27 Seplembre 1916
Viking, cap. Ludovic Chenet, Go-
nave.
S. Paret, cap.Marcel Chenet, Sour-
ce Matelas
St Saaveur, cap. Toubert, St-Marc.
Fly Fish, cap Duplessy,Gd-Goave,
Irena, cap. Camille, St-Marc.
St Charles, cap. Cilius, Grande
Saline
Arrivages dua 2 Septembre 1916
Lina, cap. Linrius. Corail.
Pers6v6rance, cap. Coutard, Grand
Goave.
Dieu Commande, cap. Sainterlus,
Grand-Goave.
St Tacques, cap. Raguel, Petit-
Goave.
St Charles, cap. Cdlestin, Grande
Saline.
St Andr6, cap. St Pierre, Pt Goave.
Laura, cap. lameau, Miragoane.
Philomene, cap. Prospere. lrdmie.
Dieu Puissant, cap. Ismbus, Petit
Goave.


I


P. C.S.
Avis ,
Le public est avisd qu'A o
"de la fete patronale de la CrOIX
Bouquets, le Dimanche ler[O
courant, les trains partiront 2a"
res suivantes :
Depars G.ire du Nord:
a. mn. 6 heures 30o train rgle
1" 7 supply'
p. m I C x
DepartsCroix-des-Bou :
a. m. io hs 3o train SuP 1
p. 2 3 r gler
supplime
4 9 30 g S sI
N. B. I1 ne sera dtlivre
trains supplementaires que
kets aller-retour. brel
Le samedi 3o 0rSePteWCo
un express pour la Cro ix
quets, quittant la gare du
heures 30 p. m.
LA DIRE$

Service des
AVIS DE DPAT
Les depeches pour p e
Haitien, Pto Plata, S Sit .t
co et Bordeaux, .Pou i
I'Europe ( via S. I'.de
par le SIS .UEBEC
mees samedi 1o crr 1 j
cises du martin. S.01,!
Port-au-Prince. a s -r-


- \-,ex

Avis
BLANCHISSERIE

Repaanion la p rjtiq-
Pour les v'ltemezlsde itio
Teinturerie pour les rc
laine.
epasasge a la perfecia,
PanlalonIs, faux-col, 01
faux-poigne's etc, elt. 4,
I I1X MODEtfi
SAM CHI-1NG
Rue du iMagasin de l'Elat
Place G1

lHecker Jones Jew!IilbiM;,
Y. A., h
P(,r5hes IHunrarian o. Supremea
0", T. Babbitt Je
Savon Gold Bar
FRENCHl AULRICANWIVE Ct
VIA S de CALIFORNIE
Vins rouges: Claret, Zinfandel, BL
Vins blancs : Hock, Sauterne Ri
Massacussett Breweries.
BiAres Pilsr,er,
Plf/ 1- Kinas Bohemia
A lleys Porter & Kings PureA
THOSE WOODWARDn&SO
IUissons sttls en tous genre
Reprdsent6s par
.Eug. Le Bossf
95 Rue idu Ougi
PORT-AU PRINCE (AITI


Ligrm o Hiandaise
DEPART POUR NEW-YORK:
Le S,/S ORANGE NASSAUrc


Starca~