<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02701
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 21, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02701

Full Text


gl1p t Isfe. No.- 7


QWINZZ CNWTIMS


Jesli 2l plemr.n ItNs


rVient-MAGLOIRM
i DIRECTZUJ
P ABORTU .RNTC :
's PORT AU PRINCE


DMJIARTEMUENTS

L-I'iANGEIK


; : ;


I


0, IO


I6.00

G 8.09


Ii

j


OUOTIDIEN


pOnT-At--PRINCE ( Ha111


a


ILDACTION ADMINUTRATW
&ogle des Russ Fdrou & mutm

Los anesees sml nqm
A Pmar-&D-vmaas.auS bmw af dolom&m
A P&=i: ches L.Maysm e& Ck V, Rue TaMMIMs
A LOW~aas: CheX L. Mayeo~k CO. 39.96 ,5
Ladgais Hu
a Sawna. abe, Rudlt Mes. & w 1,, jg.nmw
SWUM 46-49
A Raw-Tmrs UrniemsatPubaidi7 Conpm 45 V-
14 th WONs
Lee sumaks imsirds on ne- s.1wb
Aboeses & i &ssatsmiso grqubks d ao


SLA "ANDE S GERR1 trompe. Dans aa lourdeur malhon-
S s dte, elle avait mesurt e son aune les
colonies anglaiseset I'Angleterr elle-
S- m&me. Ele itait incapable de com-
i prendre unne grande nation fut
l U UlU assez probe et assez loyal* pour prcn-
dre la defense -'un petit people
odieusement outrage et n-hfsilit pas
Snotre corroepondal A se lancer dans une eflroyable me-
.e an nom de son propre honneur
LAlkmrgcse depuis deux an?* a Aujourd'bui encore, I'Allemagne n'a'
de lourdeas l nombreues pas compris lfacte de l'Angeterre.
SLa premiere, & plus lourde. pas plus qu'elle n*a comprise la noble
lei, en definitive, caustr a reponse de Ia Belgique elle-meme i
etsr mine, c'eat dvoir cru I insolent ultimatum allemand I II
is gare darerait quelque s eat des chose qu'elle ne comprendia
ooutout au plus quelq'uea amas.
Sor ce point,a conviction Italt Ce qu'elle doi comprendre pour-
et abolue. A a Noel 1914 tant, c est que cette violation de la
pes ieriales devaieni tre neutralitm bge tur non seulement
-ndas leur foyers, victorieu- une erreur, mais une faue capital,
l cuivertes de tuiphte- et de grosse pour clle de consequences tra-
LA Kaiser lui-mrme avait ns iques.-- Une au re erneur encore fut
gui de leus en fire solenne ll- e croire que, puisquonnava
Spoesse. Avant li, de raison des Allis par la rapid
das on enretin historiqu on en aurat raison par la terreur l
4Aot 1914 avec l'ambassadeur eclate A nouveau la aiblesse psycho-
ekterre, i Berlin avast pris uoe logique de l'Allemagne. Elle s'bt
piane: cell de rvEler au mon- imagine qu e envoyant ses Zeppe-
i aI rapidity etait Ie grand stout lines bombarder Paris et les c6tes an-
lAllemagne Cest pour mestre c glaises, en supplant A son inferno-
le. rtot dans son eu que Ie rite navale par la guerre sous-mari-
m ament impial avait rolu ne,en tuant des innocents dans leur
cta sa resolution- de violer litou en tes precipitant dandles flots.
gtralite de la Belaique. Ce fut elle bhterait la fin de la guerre Elle
h lede errur initial, ou e d- a failli se brouiller avec l'Amerique
miI.ra isre psychologique de et it n'est pas dit encore qu'elle n'y
eonemis. En envahissant Ie er. p rvaiedra pas ; et par ses aces di-
bre blge, en combattant cc crime utile sauvagerie, etle n'a fait qut
terroit des gens et contre la rendie plus vivace et plus rude la
semenaair profit, All em- haine que nous lui portions et qu ac-
ba est pas doutee un instant center chez les Allies la volont6 etI
llai t determiner ltAngleterre a resolution de 'abattre.
dre uoe par directed au con&t. Si nous envisageons des evene-
ma osu poor temoignage pr mntsplus recents-- ous ne pou-
i sttre oners onae M de vons pas, en un rapid article, enu-
vec sit dward Goschen,.une merer en detail toutes les erreurs et
conversation de l ambassadeur
Sciue Vctio de mb aadur toutes les tautes qui rstent A son
aque avec de lhethman- actif, nous ne pouvons que reliever
fpreur du Kaliser quand les principales- nous voyons quell
IPn IAngleerre allait mar- s*est encore lourdement trompee en
be s. rsppile que cette fu- des circonstances qua demeurent ca-
trad.sa dune tfaon assez pitales et sur deux taits qui exerce-
e S l jest. taint vr rant sur Ia suite et la fin de la guerre
famig u'it etai fier dae st ne influence considerable.
mialde lr marine britan- Ell a teant contre Verdun une
t de kd-mardchal de I armEe offensive qui avait un double but:
Sirs qiu'spr cc qui ie agir sur les populations allemandes
Itit blmn dt e ai poul- ct sur les neutres, qui commencent
ituitcmtaet ce litres .t A doater de sa superiority militaire,
Ync d cc rA Per uP nne action prompted et dcisive,
r ejt, d Ce jAour, t- c en m6me temps,par Ia destruction
I aS gleterre Got d*une partic de a ranmaiseem-
h -'-. pecker lea Allies de prendre i leur
prs I1 dEclaration de tour offensive qu'efle pr6voyait et
d' Angleterre A I'Allemagne, qu'tle avait rasson de prevoir.
ie sa nouvelle enn e 0M, I'oflensive centre Verdun a a
Ia redoutabit qu st 'wts Mts,li : elle devait aboutir en
'e. -taidPs6'qW't AnA ttlees a ursa la chute de la for-
Spouait et ane artnm de teet.ea''tadLiite de noire armoe
plal st"n million. d homar -te i1tfoi1 t ps, la toricresse
t.ie rtule.a munir A j olwH bef t-non seulement
c '.'e"S' n"tas de I& j aore ~tf~*s T dp tf Aite, mais en
,oo' t a"t'eiidebift,4Sur le Irout de lA
teo a -i* frod'gieux, et Meuse, elle ~ ArlA"i itiative des
; sbfi Wd dor pour operations. EU sVm~ emp 6che o t-
ag'u f tte incompara- pensive des ATiaq q1te depuis le ler
i tenaemais une veritable' jilletelle s'exerce victorieusement
Ifilitaire, sur la Somme, en attendant qu'elle
',anglaises, d. maiesin s'4largise et atteigne d'autres points
-tt e0lles, I'Ailemagne du tront.
'.O de lesa onsidrer D'atre part. I'Allemagne et I-Aa-
A 4 "revlter contre la triebe croyaient la Russie hours de
pr&'ter tout an motes combat, aprs seas revers de van der-
FJ m ir lai Cter' des ater. Or, Ia Russie n 'tait more
a M conimet lw co. quat' dpppete, et roa ne peut me-'
V vaet'ltir.Rt ais pas dire qu eM e tais endormie. vi
_cir. aO rrer fjrtt apis5 -e toat 's pifs,recueillie plu- ri
A fSts s- stt.. bletm-ent trahnie per ceuz o
aim-l~rt o nMae jere, elle a tyasle sileuatM '
,oB3 S mrice m sMt ar, sue adear instipb i, t 0
passibl .- at:ga g kjw a
.ame S g d..B.> doe me Nm ssais d m

a 4i^I i *tAsicbe a *VrlAem.m e 4-'


LA GREVE DES LIGNES FERRIES
Aux Etats-Unis


Les principaux Agents dans le


reyjieneent de I Erntente
A Vas'ingtoua.


au sujet do l Grese dans une ruuiiion


A- V V f --A -


A Gauche Ls chefs de I Association des employes des Lignes Ferr6es
Au Centie : LE PRESIDENT VWILSON
A Droite : l.es Directeurs des Compagnies des Lignes Ferrdea.


meme, des defites retentissantes qui N OU V E LL.S I
acculent laDoublk-\lonarchie au board
de I'ablmne et- qui inspirent aux cri- D
tiques milit::iecs de Berlin des crain- PR ESSE
tesa don't ils ne tendent plus de dissi- .,,
muler I'acuite redoubtable. Les Russes1 --
qu'on crovait hors de combat, onti
conuis la Bukovine et sont entries VPAlR SaNS FIL
en Galicie ils ont escalad, les pen- --
tesa des Carpathes ; ils menacent la
Hongrie d'un c6t6. Lemberg et Sta- 20 Sept
nislau de l'autre, exeoc.nt leur pres-
sion victorieuie sur les Allemands! WASHuNGTON -- Vingt savants, pre-
jusquau front de R:ga.si bie!qu'une'sides par Thomas A. Edison. out
dlpD6he officielle de Berlin announce pret6 serment ce martin, en quality
qu'en presence des resultats de l*of. d'experts du gouvernement amnrn-
lensive russe le marechal de Hinden- cain, co-nme measure pr6liminaire
burg a 6t6 nomme chef de toutes les pour i-orginisation d'une commis-
armees Austro-allemandJes sur le sion civil de la Marine autotaske
front oriental. Mais il ne suffit pas par la loi.
d'investir Htndenburg du comman- --Le President Wilson a traversE
cement il taudrait encore lui don- Washington ce martin, en route pour
_rt des troupes, et l'Allemagne en Long Branch, venant de Colombia
era probablement fort empchte. oa a ltait alley assister aux funerail-
L. BITSCHINE les de sa sceur. Madame Anna Howe.


Vitt def


Bordea u~x


ROUGE ec BL 4VC
(Qualid supirieure
Cais


I. J. BIGIO
.Axglsda Rans Cu~bw d ChAus
GROS ETUAfrAIL


Les


Etals-u Lnis
et le Mea'Sque
Par sam N


20 sept
CHIHunAHUA --Lea troupes du Goa.-
ermement essayent auourd bui de
itablir I'ordre, A la suite du chaom
ccasionne par Villa, jui a emplo-
4 des procedEs de I epoque des
lidalgos, en attaqumat (. esh-a.
Me cetaises de .adtvres ot ead
MMportd bors de laI vile 4 oat
* Umceres. LaS --issn.adkm-
ageA par 1artillerie *m at dy a-
si e. Quatre viag p i de
il captures darst *e combat oat


ii compete s'occuper activement de
ses profits. des domain, dans la
champagne presidentielle. II parlera
deux fois A Shadow Fawa. et lundi
A Baltimote. ain de repondre aux
critiques de Charles Evan Hughcs.
WASHINGTON.--Les autos blinds
du type A. F. de farmee anglaise,
employes dans les recents assauu.
contre les tranchces allemandes avec
tant de succes, et qui oat attire PIat-
tention genErale dans tous les pays,
oaunt e construits en grande parties A
Peoria (illinois). Des milliers de
esa autos, sans etre blinds, sont
employes actuellement aux Etats-
Unts comme machines agricoles.
NEW-YORK -Le marchE du colon
a eti trEs anime aujourd'hui, en
raison des contracts passes pour tle
Mi. A .1 A Aeo l. i --. .na-


'Faits D iv`0*'era

RONSE1QNC(EN(TS
Mk:TfEOROLOGIQgb.S
OILSIEVATOIBIE
DUS
SMhItNAlRE COLLof"/F
Mercredi 20 Septeinbro tUB
Baseouaneir.pa.t
jMinimum 33.5
Te tnpdratur. a i u a3l


Ciel clair
i'apr6s-midi.
Barom6tre


Moyenne diurue 26.8
la m.atinde, nuageau
Eclairs. Arc-en-ciel.
constant.


J .SCIERER
Le I aiLew
Le journal ofliciel da ao Septsea
bre public les pieces suivaites :-.
-- Arretie nommant. une C oais.
sion pout g.rer, juaqum'su pro-
chaincs elections, leasaind4na do
la commune de Petite-Riviere-
de-Nippes. )-?
-- Liste des lois o-gmiques .qu
prepare le Conseil d Ett.
-- Avis de I'laspection Scolaie 4w
Port-au-Prince. A
SENAT.-- Seace du 4 DO-
cembre 1914. ..,I<
Dcouven ecbiae m 'i 4*U-- -.
de valeur (Extrait deo lo
Panamericatane). *.. ,*,
Banquet de l'Unioa P Pom,
designation des tlir fsratpE
d'opposition. i".
Avis -4ministratifs.- Avis di.
ver .


AROIS OC 1'CC115OE9 'MmPrix 001 3.g
mwck Cdam dollar. haatre winat liz srMeaualeOmijlr
centimes par biAlm, ama-damss des dHit er us asaPe lueeoIsa i
pnia o CI~~re c U~ltdi.libdrationi oat teau asale as n -
_________________________ segablme u6mdrale.
I1 WLiiune beure Ii'ua
Panama a! Cote isimmce fut levis.
PaInainasi dbhus
Arriwds par A d&Kua i o IO- arzs
teg grandeur, i oel louIf goa pts. SmCASCo~s c plet bier mmii s4.4.
dat UONWES GVaridthsaob'd y Alaitmane fs~e
709 am Ldmh. sidrable do ipcct&cieUas.


-Moil

moss
Muis,


-I


*


-- I---e I I I


__ _ __ ___ _~~1- _-- ---- -


I rC


m


I I






sliaw I"&No. a


QtJINZE CENTUVES


ft~rrt n~ bi2Aake tI M


0~jgutMAC, LOIBI



poll'tiAL,


I DklAlITiMENTS*n


vow.


I
* S S S S


* H;; S *


2.00
5i.00

2.20
6~.00


C*c


OUOTIDIEN


BT~A~'ltI(I ( ~I ',


~DCTONADMIUSTRATIOM
#amslod"s an" 6rou a Amdr6mase

Los IURssesa ml rops
l a-mabarwmomdarniswsawa
a lPAAWsGs seaL.MayscwA & CGo RaceTramcbm
A Lowe&=aebsheaL. MaymcxwokCO. ig. a:,s,
Ladpw H U
B iauin. dhm Rudot losMmmaLSw a,. Jasamamw
SmasMa46-49
A UDW-TeSs Davemsl Publichy Cakpamy 4 W

Sm mo iuf Isus ,I us "aasma peau mod

AibxwimWtA5 & insievtum "ablks J avmq


MM Bl SE FRINCE


vrquoii




I)e noreorrespTilowlda"a
) uiou' pr It- dro.it, plto I-
l.1ur alibel 1.6, POu I.
slal., pour l pis Pour. I9
:ga ge sot pas dea i toLs C~esI


luttotin pour le droit : i.
IRA ImIKconI'n outsadg, violin
Ietnmiis depnis le jour ind
is nous ont declare la guer
thiorie, d'ailleurs, c'est que
doit s'iocliser devant la force
sfulemewit prime, mas cr"t
C'est une Ihluolie primitive
Nous la r'epouSOits de
motre volonite, de toute niotre
Nous n'adilettonts pas quo
qm'on est fort, on puisse, saus
i uin cliatiuwet, tender de
et d'asservir lea faibleas.
lottons pour la justice : I
#m de justice pour ceux qu
en principe impoindnent inkconnu, ou
iviol4.
lattons pour la libeta : 11
pa de liberty sans droit el
juice. II n'y a que le boa
et le ca|lrice dil plus fort.
luttons pour la civilisalion
menaemis luttent pour la akul
NMous avonas u depuis deux
,4quoi sout capable lea homn-
hirpgnes. iitoxiquds. Kgagre.
1eelte *kultura don't ilk sont
udo-civilisation de grand
Oeuse et retpuginante rie-
Mvers les mueuris, lea vices
eontede luna.niti6 la plus
jI.- Enlln nous luttons pou.'
i: Cect nous le r4p4tons. n'est
* amot vide do sens, imaginA &
Spour les besoirds de la cause.
Illbaitle plu, certain, le plus
abl, le plus evident, quii
avec une clart6 fulguran-
its maeement de tout ce qui
depuis vingt-cinq inois.
origines mine du conflict
0 nous sominnes eigagise
I'Allemage a t'e le voulu,
declanr la guerre ? EIli,
et puiasante, d'une for-
*4 'ne puissance qai lu,
:M dans le motnde la pre
*lae parmi legs and-s na-
L le avalt une arnnee formidia
**Aluttf de guerre dont lrin
bhs'accroi.sait chajiue anide,
t maarchande considerable.
pI'la0io, noobreuse et solid.
merce t uive industries Iii)
S one organisation mnod6le.
m qu'elle pouvait develop
SPraadltr. Elle pouvait en
S vivre en paix avec ses
NoMtarrir a 6gititne esperan -
Onir plus forte encore.
a i peronne. ne l[ meuagait.
a tent la formidable aventu.
ft qu'elle A. trouvait a I'troit
I frontires, que sea coi
e 1870 oe lui suffisaient pas,
on appdtit territorial, refrA-
S quarante quatre ans, Iui
ittoldrable. Si nous 6 ions
0 Par elle, nous devrious lui
Igtrede tastes lambeaux de
't. oe songeons qu'A nous
Iot. que nous on di-
nuda u re te k nos al-
"tt-. difference que, dimi-
4_-. portion de notre
"0005s plos p aluiblis
stMBWa dun insatiable
Mrait notre situa-
Sr imaenm si, smpotdo en
l1ei nous de-I
I**ore la voracit6
sque leas provin-
-r.rait de nou doe-
s.am straitt nole com-I
I. sutonsut creu d
!.F4I tomibe o&
*ft-M MN G"*iB I-rBs o


LES ETATS-UNIS & LE DANEM.1IARK

VUE def-fLE de SAINT T440 MSt A".Tll I FS DANOI"-ES


P












I


Cette lie


sera bient6t en possession des Eta's Unis. Des rilociations pour I'achat des Antilles
sont en pourparlers depuis plusit urs aintes. On dit aujourd'hui que le prix de vente
est lixe a 25.lOU.O00O de dollars.


Danoises


histoire, notre pass#, notre avenir core la victoire d'I!uitive, cell qui cout;age d-un destrov.-r au large de
Oui, nous luttons pout la vie. non doit niett'e lii aux lhostilitAs. masi la c6te beige p.r un Zeppelin.
seulement ptrce que la vie n. mtarite il eat alte do cOlinallsedre le 411son D.)s combits sur divers points
pas d'etre v!iiae dans I'abaisseisamit ksoufli' pu asalt elt arre-assible pas"e du Iront Est sont en progr6s. 11 eat
et la servitude. inais parce que )das nus Ita;ektux L inpuisaait ell- devenu evident- que les Austro-Alle-
daons n delipi plus ou nmoins rap- td emeot des Allei.anda sA Verdull., mins ... .ent n,..o ,...
prochd, nous serious menace d'ane I I avace fe.acoL-.tiaglasie Ien icardie, mInds concentrent toutes lears res-
dimainution nouvelle et delinitive, leute poeu.-etr" au gre de quelqtws. sourcee centree la i.umnanie, notam-
prelude de liimpuissance et de la iinpatuentms. ,uas quaj iius fait g t-Iment dans la provisne de Dobrudja.
mort. gnerchaqie j ajr ui peu do terrain afin d'arreter la mirche progressive
Et nous luttons pour la paix : Non que lea ellJrts dd Ie seiua no par- des Rouses sur Le:nberg.
pas seulemeint pour la paix qui stii- vsennent pas a uouas reprendre, lea Les Rounmains et les Russes ont
vra forcement la guerre mnais pour succ4 foudroy.aiut deLd uses eo p6',itr6 dans le% positions des Car-
une paix durable, assise sur des Da.- Uukovie, en uiilicie, en Vulbymie, pathes et de la IA ranylvanie. Pttro-
ses slides, soustraite -aux fantasies leur progreoe aoI rapid et itanter. gral dement les prctendussuccis des
criminelles des peuples d'agression romipue deptis deix lUaoi. la dii- tforces teutonnes en G licie et Vo'-
et de proie. Nous 6tions et nous lutonu ll y.able doe turce utr- y t d&clie quucu icen
sommes pacifliques. Nous I' 'ins et chietues, hle vactotresa u grand-,tuc hycu ieu en cette a n iidt
nous I'avons prouv6, quand Alle- Nicolasa bu r lie out du uca na eulieu en :.eti rgion.
magne a d6chali horrible coU flit. Iol'ieive brillaute et as ,avamsi.eit Les forces Britanniques ont cap-
Nous le sominnes rests et ous le udonllee do CLduorna our le Casulo, tur6 trois mille yarJs des tranchees
restons plus tsie jasnais apres toutes la prise dle tom nzia, 'entree & ukoiran allemandes en M11opotamie* De Pa-
lee horrours dant nous avoas ote6 des troupe litaicu-ai gl.atast de MA, ris, on rapporte que les troupes des
t4moins, api6s touted lea angoisses C6doitie, autaiti dtie lta, autaMt 4d 6* Allies repousse-it ce qui ttait rest*
que nous avons subie., ap'bs tolus vf6euienlts miuaiteaI doi t le I aMA 'Jes bilgaies A Fiorina ; et que les
les deuils don't nous avons soulTart. ttre eLt a po tee so ravoleiat avec *- S beseo out occup- le plus haut som.
11 n'est pas un des Allies qui ait you sea d'eIhu'tenice pour qil'ial soit Su mzt des montag-ies du Kaimakoilar
lu cette guterre quii. depuis deux ans, pertlu de Is soulil ler loaiguenUeavt PARIS. Les Allemands availat,
a6ne Ia misere et I 6pouvante asr Au debut de cAtte troisie:ne anue rcussi I geiner du terrain hier isor
I'Europe et sur le mondue. II n'en de guerre, sout sentoasa toui que le front de la Somnme mas i.. ont
eat pas un qui voudrait. lorsque les lea roles soiat changes. que no&0 a0u- ,
places saignantes aujourd'hui seront tlemet nos enaiemis n'osit plus 'liul- r-epousies, pls ardparles forces
cicatrimses, prendre la responsabili- tiative des operations, wais qu ils iran5ialSe. -.
t6 d'un nouveau cataclysine et don doivent subir notre volontd, eux qui BEasI..N -Le major Errest B ase j
ner encore A 'l'univers le spectacle nous ont si long emps inpome la rem. le chef du part National- li-
abominable don't nous sommes lea leur, que leurs forces rtat6rnelles et beral, a declare dans uti recent dis. i
t6moins indignes. &lais il est on peu -noraiem diminuent tandis quoe le course, que la canspagne des soas.. I
pie qui noe reculerait pas devant une n6tres augmenutent, que la roue a marines a nai nullement saspedoe lU
*louvelle boucherie si on lui lassait tourn6 et que, si nous n-avons pas ni abandoan6e. 11 a aussi cklamba I
lea moyens et la possibilitA d'6couter encore gagne la par.ie, nous avons une politique plus large. Selon lui,
et de suivre ses mnisrables instincts. en ni:ins tous les atots. non seule la camr 1e des a elins n .
Et ce people est toujours le ,in.ne. mnent pour oe pas perdre, mass camp gnc es aelppelos e put
C'est done lui qu'il faut abattre et pour sortir pleine nent victorieux de o. compare Acelle dessous-rmans.
reduire A I'inpuissance si nous la lutte o nous d6fendons le droit, ll aprtoen4ue enoutre, qtil my aau.
voulons que la pail qui suivra la justice, la liberty. la civiisataon, cune appareace dunac paix prochai- a
Ia guerre soit la veritable paix la la paix et no:re vie,... ne. I
paix lib4ratrice et f6conde. P. de MErlRY. QQa rap rte que de violent com- v
Nones luttons pour le droit. pour hats onieu sur le front Est. Les p
la liberty, pour la civilisation, pour -Allemands et les Bulgares oat re- a
la vie et pour la paix La cause quoe poussI les attaques des Russ et des 1
nous dcfendons eat done on ensei LL S koumains.
ble de grandes et nobles causes. U V ROMB.-LeA Italiensan o W -iecup4 C
Mais il ne suflit paa pour vainore de nouvelle positions sur le plateau
d'etre vertuoeu et loyal : la veru et PR ESSE u Cirso i ont auss reprise lemon-
la loyaut sont des arNmes morale tictle dans la vallte de Breta *6 b
qtiC aman neute d ount parf ait Gains PAR S %Xs 8 i F capture beaucoup de prisonates. G
b -s. Msis il faut alder Ia justice -.. Arssxes: O. announce" c'q Ise It g
le droit et la liberty, pour quills ai Gouvernement Grec a lac Us ml. Sb
death& lear tour. Si nous conUi44' S LSept timatum sax Gouverneaeats-dAlle- P
rons l'eosemble de la vaste bataiUe magne et de Bulgarie. CAe lthma. V
q as liUvre de la Moer du Nord an. LO.DKa DI-s d6peches d'Atbh. tum demanded one r6pone a A Mr-
Voges. des Carpathes a la Balique, nes, e ragence Reuter, diclarent credit, au plus tard, et le relobr des
en Ae-Mineure et dans les Balans que le premier mini-tre de la G-6ce troupes grecques retenaes rtem-
a Treatin et sur le cargo. nouto eti le Roi ont dicid6 de sqspendre la ment A Ravala. -
glyo partous la pgueoecatontour- neutrality du royaume. WAAINGTQwo- Le GoCMeves mat
ed ieNosr ea vos ns or- L'Amirautt aglaise dtment le Britannique a formellement eaprime


as Gevtrnerrent Jets E'ais-UnikTe
r lt que des 'estroyers anglais
:ttat resenu de force et examine Ie
steamer philippin sCKaus.
.-On rapporte qu il y a environ
un million de personnes- 2ans asdles
par suite des innond tonss en Chine;
L'Amiral Carerton a inform le
D:paltement de la Marine qu'il est
peu probable que des iroub es .:ient
lie su Nicar.agua pendant les lec.
tions pour la Presidence.
-Le Consul Skimer a t ligraphie
le Londres au Dp.artemnent d Etat.
que deux trar;ns ameic~ains ont ~u6
%auvts apses le torpilltge d.ns Ia
Mljnche du steamer ABu isx.air, le 6
Septembre.


Visa ti p o'LeUs c
ROUGE et BLA.NG
Quality support ure
CHEz
I. J. BIGIO'
Angk des Rues Courbe et COsars
GROSS ET Dr, TAIL


Monsieur le Diructeur,
Attaqut dana roinbre par Mr L.
Ed. Pouget, je vous prie, *'aianant
point les coteries. iii les trip ages,
de vouloir bieon publier la piece sui-
vante qui renswianera anupleinent
sur le caracttre de I'adversaire et
foray r61hchir lem iaikf don't la Ima*


nie eat d'.applaudir quiconque de6ost
& tout bout de champ. des discourm
creux. vagues, s ir l moralili.
Les bouise:-fan ade Port-au-Prince
qui croient que lout ce qui brille et
SIor. devront aprte lai lecture do
la letre ci-bas, qra tier)i,(ieueilemenl
caux-la qui asiitiuleit uraleursl poim
conatater comment les apparoncel
do anoralitea suont tronpeuses.
Veuill az agrer. etc. etc
C. DAUTANT.
.Venmbr* de la Commission de contairt4
do Retrait.


'Ana.. a acKs


Cap-HlaItien, le 22 D c mnbre 194.
Que d'dv4nenments, mon cher Ilrd-
dy, depuis la dernitre fois que nous
nous somnmes vus A Turgeau !
Une puissance suptieoure je ne
peux dire autrement. avait Ipour-
rant reserve au undral Antoine St-
moe la gloire d'etre le Li6drateur de
SPaltrie... On eat encore a s doe
leader quellea pages sanglantea
'Ilistoireedt & enregistrer ains 'in-
aervntlio providenltelle du DAW g a6
du Sud!
Aussa, la nation a-t-ella minmiifeat6
la reconnaissance en .lisant la gW -
n6ral Antoine Simon. Et, en vjtl6.
si le nouveau rAgime reste d'acoord
avec lea aspirations du people, la
paix de la Ht6publique eat garantUe
pour on quart de msicle. Vous deves
ivoir voix consultative damma I'6labo.
ntton des projects politiques du g6-
taml Antoine. ainsi quo me. an-
ois collgwueg Libi.n Ilayndud, An-
oine Simon ls... .Kb bie.?
Meaieurs. croyet-moi, si vous tram
Ni.es h cola, Si voua arrive A& 6e.-
ir nottement la dsiflrence entire les
Iouverneasends du Nord et celui dta
6ndral Sinon (I) c'est utm situa-
1on touted nouvelle que vous cr6ee
our le Sad; c'est u Il-uroni quo
oum ajoutez a votre bi illanto atti-

(t) Done. es gouvemene nt. du NwrJ tjiem
NmWvais, irnoraux ? rLparteincnt du Neot
I me no de cte denotiaaion dun nirt i14
6pm c.hedt'-icu d'un hromme qui, amm
M I vlerea plus bas. s'fr corps et i e, -
l Simon... e: oa Eae'lcCn .. Dev...
fj~mervk&i e di% 9es de moMM- CD.


I
I
I


I I I I I


-- -_---_ --- ~- -- --- ~


!


w