<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02696
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 14, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02696

Full Text




QU]NZE CEiT\'TI.ES


1-t.MAGLOIBRE
DIRECTEUR
ABOHKBg"NTS :
poRT AU PRINCE
., G, 2.00
oi .' ; 8 A i 5.00

ois DEPARITEMENTS
,, ; G. 2.20
/ ". ; : : : 6.00
gois '
ETRANGER
: ; G 8.00
ois. "


I


0


S -"


p


.steux aILs
de Guerre


De notre correspondent

ya deux ans que l'Allemagne
Salliei autrichienne ont d6-
g la plus effroyable guerre,deux.
qu'ontcommenc6 A couler les
s de larmes et les torrents de
deux ans que l'orgueil militaire
nation a dit: < C-est mon heu-
,et a jet6 son 6p6e dans la ba-
tEt de fait,cette nation pouvait
ireqdeson heure 6tait venue. 11
mime prodigieux que 1-heure ait
ulsans que le rave se r6alisAt.
tmnoins qui en AoCt 1914 ont
divaler a travers la Belgique 1 a-
anchedeslourds et rudes batail-
S allemands, parent encore au-
rd-hui de cette force quasi invin-
leavec des balbutiements d'efla-
eat. Cette puissante armee qui
vaittout submerger, dort mainte-
atdans les terres de la Ma-ne, de
ser, de la Champagne, de Verdu-
isetdans les planes de la Polo-
L'Allemagne tendant ces supreme
rgies en ce mois d'Aoait 1916, re-
lelentement sous les assaults vic-
rieux et de plus en plus d6cisits
accident et. d'Orient. Tout sem-
indiquerque le songe ambitieux
t rapetissd dans l'd.-ne allemande
idsir ardent d'une paix modest.
uele est donc la force qui a su
acre ce qui, math6matiquemnent..
ant donnee la superioritA d hom-
es el de materiel, ne semblait pas
Duvoir6tre vaincu? Des maintenant
ous avons assisted A des evkneinents
iszoombreux Nous avons 6 leS
ectaieurs de gesies assez graves,
ous avons suivi d'assez pros l'dvo-
tion des ltats d'4-ne des peuples
hgages dans lalutte pour quil nous
)it ptrmis d'induire de ces deux
antessanglantes et formidab.es une
tplication, mieux encore, un ense--
ement : I'A!lemigne a Wte vaincue
i la force morale. Une definition
iaplte et precise de la force mo-
le serait longue et ardue etab:ir.
laudraut y faire entrer les notions
yvoit etde dioit, de justice et de
rt1, de gn&rosit6 et de franchise
bien dautres encore I'espgrequ'on
contentera de cette definition plus
gue, mais suffisan.e; la force mo-
aecest la volont6 de se r6aliser
adpour,et par un id a largement
mainde justice et de v6ritd C;est
e voloent, cette foi qui ont
acu l'Allemigne. Ceux qui sont
'rop intoxiqu6s de rdalisme, ii-
tetsoutiendront que ce sont les
0Oset les baionnettes qui ont fait
la foge el nen est pas moins vrai
la forcedes canons et des baio-
Sa d'abord 6t6 et pour long-
tpsau service de l'Allemagne, et
lemagne a t yaincue. Ap:s la
aree, aprds l'Yser, l'Allemagne qui
lepuis deux ans et str eu ronts--
pemtsesur tesss apis6 de si prodi-
s resources suprieures infini-
eu tusqu'au priatemps de 1916 A
let de ses adversaires, lAllemagne
.at t4 vaincre L 4Ale mag oe n'a
Parcec ;Polurquoi
t On a ue i'ambition matrielle
at laIeur-alamm6 son 4me, pace
Sarde ste41 dot on l'a p6-
*e d Pardeaqle le ir d'h1lgemonie
all quarante quatre ars oin
et de elle, ont une vertu d'ac-
: C et t de iTOctoL e PiQfond n
lsitice de Sigrat6 de libert~6,
ientsquli palpite ,au-dessus des
ae c.ts -l'"s La voloat6 de vivre
mipublique rsiste aux revers,
b- uoas d uaedynastiecoaqu6-


rattle ne tolrent que des victoires. 11
y a des differences protondes entire
les drapeaux sous' lesquels combat-
tent les deux armies enemies.
Te m'explique : Ap:i Chaileroi,
toute la m.inceuvre du comnanle-
ment frangais s'est appuyde sur la
force morale de l'arm6e et de la na-
tion. II fallait Ltre bien sir de ce
qu'on pouvait attendre d'elle pour
oser organiser, au debut d'une cam-
pagne, une retraite, c'est-A-dire im-
poser A des troupes et a un pays l'&
preuve la plus dangereuse, la plus
dissolvante qui soi t. Une armre ro-
yale ou imperiale. instrument des
projects politiques d-un souverain.
guide uniquement par un panache.
queile que soit sa couleur. artificiel-
lement &chauff:e par un interest dy-
nastique plus ou moins habilement
confondu avec 1'intr&t du pays lui-
menme. ne r6siste presque jamais A
une retraite oii s-estompe toujours le
prestige personnel, vrai et seul mo-
teur de son action. Napoilon avec
tout son g6nie et son ascendant. n'a
pas 6chappd A cette fatality.
L'armte de Fiance. de 1914 sou-
tenue par la conscience nationale.par
la grandeur de sa mission. par la
noblesse de sa cause. dinme du pays
qui ne pouvait pas s'6teindre sachant
qu'elle ne combattait pas pour un
souverain, mais pour sa vie, garda
dans la retrante sa foi intacte et sa
ferveur sans atteinte. C-est si force
morale et rien d'autte qui a permis
de concevoir. de prdparer et de g t-
gner la bataille de la M.irne.


mortle,les vertus centre lesquelles le vernernent provisoire de M. Henri-
Konprinz est venu briser son obsli- qunz y Carvajal, qui wexiste que de-
nation. Puis environ un nmois. 1' sera pro-
bableinent oblig- de ddenissionner.
Cette valeur morale, les chefs en L'avenir de administration de
ont donn6 des preuves tuttant que Mr Fcancisco Henriquez, d'apr-s les
les troupes. C'est en elle qu'ils ori i "ns le mnieux renseigans en Domi-
communi6 avec leurs ho;nmes le nieanie, depend eutieremnent de son
sang-froid, la t -nacite, la science, d-s ihabiletd a concilier sa poli'ique aux
demandes du gouve:'netnent de. Wa-
chefs allemands les poss6daient au into den de
m6me degr6 Les chefs frang.is 6taienti
soutenus en plus par ceLte notion i De-pis son installation au pou-
que sur le chimp de bitaille o61 i!s voir. le 31. Juillet dernier, Mr Henri-
succomberaient, ce serait non pas l quez y Carvajil s'est abstenu d'ac-
tortune d'une dynastie qu'il faudrait ptr1 certaines propositions du
Syast i rlouverneinent amiricain. 11 s'est
enterrer avec les morts, dans la fosse plut6t elrore d'ad:ninistrer les af
htive, mas tout le grand ideal hu- fires selon ses iddes personnelles
main de libert6,de jusi-:e et de droit. 'relaLivedinnt aax exigences de la
Ceite conscience lI f.lit le vain- situation. D3s sources les plus au-
queurs. Sa force accomnpiit ce miracle 'ori'ses, il revient qu, ses iddes
que les nations qui la possedent se propros dilrPrent de cells du con
survivent A elles-inrnes : Li Belgi- tre-ainiral Pond, le commandant en
ue et la Serbi-, pitines, tortL;, clief des forces navales amn6ricaines
que e s nlamtim is, ortr dais les eaux doinioicaines.
rays des nations,maiis qui oat con- L clrli "nent p'oI ibi diiupo-
serv6 l'ardente foi dans le droit i n x 'i- ant RPbl -
fedr yvoir execaufdlans la Ripublique Do
prescriptible qui fendra la pierre de; minicaine est par consequent consi-
leur tombeau,sont, plus vivantes par-i derd combine procliain,par les person-
mi nous que jamais, car elles savuntlnes bien informres.


En Allemagne
4S,& <0 a


UNE CUISINE


COMMUNAL ALLEMANDE.


Les dirigeants de 'Allemig-e ne e
s'y trompent pas Par toute une: s6rie t
de inanOc aes pysclhoo.iques, par '
example, en allirtmia. a' opinion
allemande qnte i'E npire a e atta-
qua et se defend, ils tendent de creer ) .._
artificiellement cet dtat d esprit su-
pmrieur qui est 1 epe6ment essential de .
force et de victoire. Entreprise dlsor- ,.
anils impossible Oa ne change pas
en pleine cruise la mentalite d un
people. Or celle qui est pati~.nment
forny6e par les ligues, pir cole, par
le fivre, par la p:esae, est essentielle-
mrent r6aliste ; on a enseigd A toute
1uAllemagne que L'efltt aie devait
tendre qu A5 une h6dgmonie polhtique
6conomnique, qu'A la satisfac ion de
conquates terirtoriales; o a a r v~pt
4 sati6t6 que -empereur et ses nobles
prussiens utaient i uc arnatlion vivan-.
te de cet idoal allei mand. I1 est trop
tard d6sormais pour w6agir centre la
poilleuse formatin prat-maoranniste
pilleuse formation pangermaniste dDes femmies et des infants sont group s autour d une (stadt kuche-
qui p.se sur 1 armee, surl pe t-ple enwagen) cuisine roulante, et attendant leur tour ; afin da-
et sur le chef commre une lrrdpajra- cheter poua 40 pteinnings ( 10 cents ), un repas chaud
ble taute.L'obession de la plus gran- consistent en leguines, viande et famine d'oiue.
de Allernagne ne peut tre dissipde. .-..
le n'insisterai pas sur la force morale
equ'in a faliA'arme A r late o-britan-e que nous ne dposerons pas les Bien qu'on pen e qu'une autre
niqu'ile pou r accepter, s ranco-brit arms tant qu elles nu seronrt as rdvolution sOit probable et que eos
nique per accepted, sians broac ler, constitutes dans lea t. inlegrit. pronosticq fovorables une entente
dix-sept emais de silence pendant les- Au se il de cette troisime ann-e en re les diffrrarts oartis politiques
Dans les tranchyes, e 'aorme antait r geerre, il y a une veritd que nous oubliant Le, griefs, aient compl6te-
D se hestat4eguerrem e chance 1i faut admnettre. tou.
la garde. A lParri re, sans sc laisser pouvons moissonner dans ls champs teris quece cangeument est le
reputer par l'immensite de l'effort de mort, pour notre enseigne Aneut :,politique eeh gouver-
mentauietetiue edeformer
quelles avaient devant elles, la Fran- C'est pas un ht i g nre nement, qui s-est effre6 de former
e et ngleterre, soutenues pare peupls vivent, c'est un cabinet de coalition don't la con-
dmeee force morale qui avail fais la e par'la force morale que les nations sdquer~ce, nien quo tous les parties y
Marne, oft entrepris et meni a. bien triomphenti .. ioet repr~sentds,- est que ce oa-
arnc, ont entrepris e nend A bten rimphe.. Q. binet est impuissant a s'entendre
un labeur que l'Allemagne avait mis avec occupation am rjcaine.
quarante-quatre ans & accomplir. an pa i au1e
Tout cela n'6tait rien eacorO. Ver-, Dans une d6p*behe au "-ew-York
dun arrivait. Le mratoriel accumul dpubliq Herald' a JDesiderioe on AriasppriSe
pendant I, preparation de l'oflensive *,* ,, ,chef de la revolution centre lePr6-
de la Sontne permnet de supposed -f'Okt flttIt"i-sident Juan Isidoro Jiraeones, avaitl
qu'. Verdun qncore les Allemands Iinvite tous ses partisans & d6poser
poss6daient une reelle supdriowit les armes, on lear ddclarant que la
Cette fois on la leur'ahandonnait.vo- ddd(aite de leurs- ennemis politiques
lontatrement poor combainer la ri- On s'attend a un changement dana etait accomplie. "Cette declarations
poste. a 1 fallait que 16tat-major tran- le gouvernement de la Rcpublique sigaifiait la d~faite de Horaio Vas_-
Domiaicaine. Ii y a un mois, mu
;ais ftt bien sdr du moral de se- .sentiment optimiste prevalait datis quez, et l'anihilation de soil Plan de
troupes. L'armbe qui a tenu sons des toutes les classes du people domi- se proclamer dietateur.."
avalanches d'acier, sous des torrents nioain; mais les conditions des af- Cette d6ptche 6tait une error de
de fen, cette arm6e A. laquelle on a fairest oat pris une autre tournure- transmission, car it s'agissait de Fe-
imposi une longue ettnervante 46- Aujourd'hui, la situation est iincer. derico. Velasquez au lieu du Senor
densivenel'a puis6 que dans sa valour taine au sujet de la stability du gou- Vasquez.


NOUVELLES
DE

PRESS

PAR SANS FIL

13 Sept

WASHINGTON.--- U.1 sou-.n trin
anglais a arret6 et examiai le stea-
met CEBu des iles Philippines, dans
les eaux territoriales de ces iles. d'a-
pros un rapport adress6 au Depar-
tement de la Marine des Etats-Unis,
par le gouverneur general Harrison
qui a demand& des instructions A
son gouvernement a ce sujet. 11 en
r6sultera probableme'.t une serieuse
protestation sdress6e aa Gouverne-
ment Britanique,
PHILADELPH4E.--- Plus de mille
d6lgues officials et des visiteurs de
vingt et un Etats des c6tes de 1'A,;
tlatique 6taient presents ce matin
dans les galleries de Bellevue-Strat-
ford, au moment de la convention
annuelle relative a des canaux pro-
fonds pour la navigation des Etats
de New Eugland A la presqu'ile de
Florida, tant pour les navires de
commerce que pour la defense des
Etats-Unis.
NEW-YORK.-- Le premier accident
s&ieux, depuis la grave des emplo-
y6s des tramways,a eu lieu ce matin,
au moment ou un trolley conduit
par un m6canicien inexp&rimente a
tait d&railler le trolley occasionnant
une collision avec deux omnibus,
tuant deux personnel et blessant
trente quatre autres, doni quatre s6-
rieusement. L'equipage du train a
6t6 mis en 6tat d'aricstation.
On n'a enregistre auBlureau d'hy-
giene, que 21 nouveaux cas dc pa-ra-
tysie infantile aujourd'hui. C'est le
plus petit nombre de cas rapporvts,
depuis le 3 fuillet quand on n'a en-
registr6 que 39.


Vin de Bordeaux
ROUGE el BLANC
QualitW superieure
CHEZ
I. J. BIGIO'
Angle des Rues Courbe et Cjsars
GROS ET DETAIL


Les Etats-U nis
et le Megxique

Par sans til
WASHINGTON: Le g4ndral Pershing
s'est efforc6 en vain dobtenir la
confirmation des rumeurs annon-
Cant que Villa se prdparait a atta*
quer la frontibre. II a rapport atm
D6partement de la Guerre, que sea
patrouilles et les sources de irnsei-
gnements au Mexique neconfirment
pas les rumeurs provenant d El Pa-
so.
SAN ANTONIO ( Texas) La plus
important evolution de larmnee, qui
ait jamais etW entreprise commbnc,-
ra le 15 Septembre quand; un corps
d'armde coropl6tement equip6 mar*
chera d'aci & Austin ( Texas ).


Vu8s de Bordeau
ROUGE ET BLANC
CHEZ
ALFRED N. COOKE,
68, Rue du Magasin de l'Etat,


W~~


RjDACTION ADMINISTRATION -
Angle des Rues Fdrou & Am6ricaine '

Les aniences seat reues |
A Pmar-Au-.maamc:auz bureanx du journal
A PaJUs: chess L.Mayence & Cie 9, Rue Tronche
A LowOatBs: dche L. Mayencc & CO. 19. i2,2f
Ludgate Hil
A Banmu. chez Rudolt Mose S. w 19, Jeruialew
Strasse 46-49
A UMw-TolE Universal Publicity Company 45 Wet
54 th Street
Lu emauscrits insrtds ou nona s sont pas rendos
Abonnmsnts & insertions payables d avance


Kl


- ~~--~Ys~-VI-~ ~ _


p($T-AU-PRINCE( haul :


OUOTIDIEN


,:.;~,, lao~der~lr. ss~i


Aoub JA Sop~olbre 10 10







f w vt rz1~
1~~1~4 4A Zr~


Faits Divers


IENSEIGNEMENTS
M]TELOROLOGIQITkS
OBSERVATOIRE
DU
StMINAIRE CULL,4.GCE
SAINT-MARTIAl
Mercredi 13 Septembre 1916
A MIDI


Barb rmtIre
Temperature


762.4
minimum 23.1
maximum 34.9


Moyenne diurne 28 3

Clel tres nuageux route la jour-


ate.
Halo solaire A Sh.
Horizon lointain tries visible.
Orage au N E a 7h p. m.
Batometre en hiusse.
J .SCIIERER

Le |liihtcur
Le journal Olficie! public les
ces sui'antes :


pie


-Aretdw atloori-a.it la Socie6t
anonyme toriitm;cad W\Vmington.
conit de Ncw-cisile, Etat de
Delaware (U. S. A ) sous la d6-
nomin:tion Ji (,.HLytian Ame-
rican SuLg.r Cc-inpatny) et ap-
piouvant son OcTe consiitutif.
-P cgranmmec pour la section pro-
tcsmo inellie inin xcde A l'Ecole
spdcialc dc ,.,gII s.
--Liste des oil: i;urs mi ,'ricainsqui
out etd comn.iss-ioanns par Son
Excellenc le c Prsident d'Haiti
cortor nimil iL a l. Convention
du 6 Sep i'be.
-Sc.NAT. Sti:,ce du ter D6cem-
bre 1914.-
-Convention rI live a la pose
de mnii ts oun-:n :rines auto-
maliqucs de Ci oniL.ict
-Banquc di' I'Ulion Pari.ienne,
d6sIgnaTI ( 11 Ji.- litres frappes
d'oppos;ii( n
-Avis ad i-isni.:tt'fs. Avis di-
ve.s.
4.n im;l i.-liIl, 'C ,
Pow i 16 i '.m.ti 1 ti -i.-i r de tous
celix tlii l mo(i t I.11s pi assisted t
l'ii.ttes ;.-- .i t- i ct mi ti iiedi der-
nier, la lii'im'i i iin l ((iin mna-Bellevue
quitimmii t it rj, s i ti .- lie sa clien-
tele, so dt ilc id d J imirr aprts-de
miain .~ itnlt'di iitio aii e1ifuiseLa LPas
sioni d i d i Cit itm -".
N')olS e1p iou (i,>l- ila pluie ne
viendia ah m in i;i I- r [o complete
succt s ut' c i1tk s i: e, qui sera
i.plendide dvi (adiie id c-uix qui omit
vii ce lii'n si is m IV-0i.
Candio so 'rI-ri titLedre danis sa
nouvelle ci 'mItioli L'ocLcupation
amntricaii.e'
CMi l.ci: dlI llnt
Ilier dtait oui tic le union du
Consemi in :.-1I!Cc p!mniie.-Au-
jourdhui -ce soni h's sections qui
travaillei;i ; d ptnis lnuit heuies ei
demie les mp ;oVs tn les conseillers
sont au bucanu qui scit de local A
4e corps.

Alesu de p (1) o0ance
On demnandc, < n .ittmlidant la re-
paration de la portion de route
sirtuce l'angle no.J-ou.st des Rues
RWpub icaiir el l:ou, qu'on y place
un signal les sorts :,tin dI'viter des
accidemcts que peut causer le trou
occasion par l'ccroulhment du pont
en mni'aot!'neic.
sir Ia Phi'ce I-econle
Nous favors dcmand6 et nous
l'avons obtenu. Onf peut 'oir les
carits que I'on construct actuelle-
ment et suivant le niveau du terrain
sur la place Leconte. 11s sont desti-
c6., A recevoir d.s 11 urs qui doivent
orner cette place n.igutre si delaisse.
Cependant it est desirable que l
sym6trie soit observe dans la pose
de ces arbustes et que leur entretien
-soit constant.-De cette famon le rd-
sultat sera le mtmne que celui obte-
nu avec le jaidin de la place de la
paix qui orne si bien ce centre d'ac-
tivit6.
Mariage
En la Ba'silique Notra-Damne sera
C614bri Ie jeudi 28 Septembra le
marriage de Mile MARIA MILFORT avec
Jdl fIt. -G.corT


Une pratique repr hensible l Cet ancient couloir, en changeant
Les habitants du' quarter de la aujourd-hui d'aspect, a aussi change
vieille Cath6drale sont pries de ne denom; c'est d6sormais la ruelle
pas considerer comme n depotoir l'ouverture de 1'6gout qui part du
haut de la rue des Fronts-Forts. S'ils Avis Malrimonial
continent A y jeter des detritus de Le soussign6 declare au public et
manage, ils gacheront un travail au commerce qu'il nest plus res-
formidable, la presence des detritus ponsable des dettes, actes et actions
etant de nature A compromettre en- de son spouse nee Marie Victoire
ti&rement le fonctionnement de l'6- Normil Midouin demeurant et do-
gout. micili6e aux Verrettes, don't il s'est
s6par6 depuis quatre ans, en atten-
Repr6scntatiou ppulaire dant qu'une action en divorce lui
Nous ra eIons rimue c'est detain qnit ;ntonAs


soir que sera offerte la repr6senta
lion populaire organiede par le Ci
nd-Varietds.
Nous avons d&ja public le prc
gramme de cette representotion
laquelle la foule trouvera toutes le
satisfactions qu elle desire.
Nous saisissons l'occasisn d
transmettre a la direction la demand
de faite par do nombreuses person
nes qui voudraient que I'dcran so
place plus Laut de facon que le
personnel de toutes tallies puissec
voir.


La 2e Repr6sentation du
Theatre Goldinan a Parisian
C'est mardi soir, comme nous P'a
vions annonc6, qu'a eu lieu A Pari
siana devant un public nombreux, I
2e representation du TheAtre Gold
mann. Les dift6rents points du pro
gramme ont W6t executes A la satis
, faction g6n6tale, lequel comportai
trois parties
Le lever du nrideau a eu lieu
- 8 114 et la fete a pris fin A II 112.
1 0 Le Gani, comndie en un act
de Paul Bilhaud tt Maurice Henne
quin, a ett interpreir avec beaucou
de succ~s par Melles L. Montes
L. Maignan, 0. Montes et par Mr
Goldmann et Paul Fils-Aimr, les
i quels m&rterent des applaudisse
ments prolongs.
2 0 Les Deux Timides, comedit
Vaudeville d un fou rite de Mar
Michel el E. Labiche interpret&e pa
Melles S Goldmann, Q. Montes e
Ed. Laforest. L interpretation decett<
pie a Wt6 faite avec maitrise par les
acteurs. Aussi ont-ils 6t6 applaudis
par l'auditoire A plusieurs reprises
3 0 Une fnuiine qui se grise, come
die Vaudeville de Guimee. Delacoui
et L. Thiboust, interpieite parMelles
S. Goldmann. Mrs F. Petrus, Edgard
Latorest, Goldmann. Ilssesontacqui
t6s avec beaucoup de tact, et particu-
li-rement Mr Goldrnanu qui fut
dans le r6le de pare Liloueue un
comique hilarant.
Apies chacune de ces pi&es, on a
eu A admirer encore une tois le ta-
lent des artisteslules H1raux. Calvo.
In Baptiste. qui formaientl'orchcstre.
Nous envoyons nos sinc&res coin-
pliments A 1'artiste Goldman et a
tous lesinterpitees.

Un cordon de police necessaire
Les vols d'animaux perp'ties hors
de la ville prennent une proportion
passablement inquetante. Nous avons
jug6 qu il seraitinteressant d'en dcn-
ner une id6e en publiant 1'esyce de
petite stamisiique suivante:
II a 6t6 vol6 cette semaine au pre-
judice de 'ceux don't les noms
suivent:
.4 Diouillard, Mr Charri6 Rimpel.
une supeibe vache laiti&e; Mr Th6-
zilas Milien..,une vache laitire; -
Mr Garcia Blain, un j une baouf;-
A Sdrtbhe, Mine Mmnmene Pre Mi-
chel. un bceuf;- .4 St Martin, Mr
Lusincourt Dejean, un taureau spe-
cialement destine A la repioduc.tion
LaGendarmerieauraitdu 6tablir un
cordon de police dans ces regions oi.
il est necessaire de faire cesser ces
vols d6cidement trop frequents.
.Jennesse litl6 aire
Les membres de la Jeunesse Litt&
raire sont convoquds en assemble
ordinaire le dimanche 17 du courant
a 9 heures precises du matin au
local du Cercle 140 Rue du Peuple.
II leur est rappele qu'a cette sean-
ce aura lieu I'entretien da membre
Coicou-

A la ruelle I.a Fosete
On se rappelle dans quel dtat se
trouvait, il n'y a pas longtemps, la
ruelle d6nommee ala Fossette) qui
avoisine le Lycee-PNtion. Nous de-
vons la transformation de cet en-
droit A la diligence de I'Adminis-
tratear Civil.
En effet il faut voir avec qutlleacti-
vitiy travaillech.iquejourl quipe di-
rig&e par Mr losaphat Etienne, sous
1-habile direction de 1-ingenieur Do-
retr


oteuns de la sant et de lao
- Petite-Rivi&re de l'Artibonite, le 3 l. sflacons portent Sante V e
Aodt 19r6. L. cette marque.
o- I. RENE L-ANDRES DENIS ...
a ment A New-York, consistant en t
Is Un Dacllographe etlalligraphe un bureau en bois de ch ie A coulis-
Ayant dejA travailI l -1 ans dans se,2 o Un coffre-fort 3 0 Un grand --
le le Commerce et I'Administration se, 2 o tUn tort, o Un SS ORANGt NASSAU
i- publique, offrese:;services dans une bureau 4 Un :uteui. 5 Unco- de New-YoIk et des o
n- maison de commerce ou autre 6ta- de 1616graphique, 6 Un sceau en est attend la orts
it blissement. fer. 7 o Un petit lit en ter. est attend a apitale ve,
3s Pour tousrenseignementss'adres La vente a lieu en vertu d un ju- 15 courant.
it ser au bureau du joutral le IMATIN>> gement contradictoire du Tribunal .I partira probablement, di
de paix de la Capitale, section sud ,oir6e, pour Petit-Goave, j
Nouvelle t ia l ain en date du trois mai mil neuf cent Cayes, Jacmel & Curagao.
Logique d'erifant. seize, passe en face de chose jugde.
a La petite Lili acoute la conversa La vente se fera au plus oflrant e DPARTS DEP NEW-YORK IPOR
_ tion entire sa mrre et une amnie qui dernier encherisseur an comptant, Se S/bS PRINS WILLEMI,
- parlent d'une camarade d'enfance. sous peine de folle enchlre. Septembre crt.
-Elle ne s est pas mnaride, dit Port-au-Prince, 13 Septembre 1916 Port-
a amnie, elle a prifeie rester fille : (signe) Lfo AI.EXIS Port-au-Prince le 1 Sept 19I1
-Mlais alors, miaina.i, dit Lili, si _ign L_ AL[ AUG. AHRENDTS, A1
elle s'6tait mariee, elle serait done -- '
devenue gaiQon. Movement li -
it ,- =w-J Cabotagje A attention. .
a I- Departs du 12 Septenmbre A parlir (-aujourd'huie4
PP In Vnise, cap. Poye. Arc,.haie j r sulvanms, les cIl
Ye I J i iArrivaces du 13 Septernbre Noue B yOnis
Tout Utile, cap Ruppert. Grande oNouveauB YnIrver oi
p 93,Rue du Magasin de 'Etal Saline m6nie Muscat authenlique
Riz Rangoon mial t Pers6v6rance, cap M.rat Grande l'Eau de Sibiere.
s Riz Si:im glac6 Saline
iz;lngiais Dieu Merci, cap. Cha-ny Grand-
Par sac e 12!0 iivres Goave, 5 sacs colon, Me Clement Labissi'
Les plus beaux riz de la Place Pers6verance, cap. Octavius, Gd \OTAIRE
e Ls p b PlGotve 16 plarnches. NOTIBE
e Venez cite acheltr avant que ce Gorriv plaes du che4 t la residence de Thoinw
r solt epunde. Septembre 1916 Annonce au public que son
t ....____.__ ,___, St Joseph,cap.Ti Jeune, Pt-GoAve. est toujours a ha Rue Bataille,
e St Anne, cap. Irane a qu'en face du Bureau Commu
s Der*ntire Ileure Dieu Puissant, cap. Im'ncus. Pt-
s GoAve.
Ste Rose, cap. Siinteilus, Grand !rck r J al16 iil ingI i
1ar sans 1i1 Go' ve. cke JUIIUDJU!GI xllliiybB<
Gove." Farines Hungarian oo, Supremt &
14. SepLtembre 1916. St Andr6. cap. Pierre Peiit-Goave.
s St Frangois, cip Jos' ph, Gonaives.
LONDitES.- Les dtipOches d Ath6- Laura. cap. ]Jameau, Miroane babbitt
nes annroocent qu'il i y a positive- ,_ -,, ,L------..b.tt- Savon Gold Bar
ment plus despoir (n t irUtce de voir
se realiserla menace dIe la deminsion VIENT uR AIVa t FREll YCf I;MC 1ANiVE IE
du Cabinet. a Canadiant Citu b) V ie CALIFONIE
Les troupes britanniques ont I 7A I ne re rL Ze IF PRI
encore obt,,nu u,,e avuance dans le I I I' ke1 V inso blancs :etk, Zau ernc, L4
secteur de la Soune(? de bonne par case el boulilhe'
teure la Inuit derniire; ell-s out cap- Epicerie de l1t Place Valliere Massaci,-sett Breweries.
ture le Bois de Lu,1uea, a l'est de, B. e \. SA v1 t0 Co Bieres Pilsner,
Niza, et elles out capture beaucoup
de prisoriniers. I "1 Pf i oi
L.s forces fran;aises continent Jf. T. A1lOil .ait Plaff 8- in'ms Bohemia
leur poussee tout le long du front A lleys Porler & Kings Pure
de la ioinmne. Chaplelier
PAIIS.- En Macedoine 1'oifensive Rue du Magasin die lIAii (d cdle de THOS WOODWARD&SO
des Allids se devloppe sur le front Jean Rodriguez) Poissons salads en tous genra
Ouest. D'Athenes on rapporte une On rdpare les chapeaux do toutes
advance des armies Fanrgaises et Ser- qualities. Repr ent par
bes ; elles ont capture la position de Prx odere ug. Le BOS
Steva pres du lac Ostreva. I "" 95 RueduQuai
SHANGHAN (Chine) -Des inon-l Avis PORT-AU PRINCEK(HAkI
nations dans loutes la vallee des
landes, ont cause beaucoup de mor- BLANCHISSERIE
talit&. Des secours ont td expedi6s, MODERNE E. Sepe
aux victimrnes, A Canton et dans d'au- e l r 3
tres localites. Des navires de guetre R'pat ationA ea I pi ftio)n 23 Rue des Frouls Foris
amenricains ont recu l'ordie de se Pour les velemrents ie laine Port-au-Prince aili
tendre sur Ie lieux a-zeints. Tein!urerie pour les -trticles de Chaussures pour honme,
lane. Chaussures pour me,
GompRpassaitieneae a perfection, ms et enfants, rnatsriaux
C 0 MDa.e t ier," e Pantalons, faux-ccl, chemises sis,travail soignO, formesCO
faux-poignets etc, etc. des et el6dgantes.
Navigation A Yapeu f 0^P^ I
S AeIi RIX MODEBIE, J Un stock asso'li en dpl
Le S!e.imar < Nord Alexis pond a touledemandeete
touchera Gonaives, Port-de-Paix' SAM C1 ING i mandes salo promplemen s
a Cap-[laiiien, si la quantiIl de Rue du Magasin de l'Etat cut6es, en pariculier cellesdC
passagers pour ces ports est suf- Piace Geffrard province.
fisante.
Le navirc laissera probable- B
meant samedoi r. er cchiaro
Port-au-P since, 13 S-pt 1916
JOSEPil N \DAL t Co. NQgoai;wl-eonsiffnataire

VENTE DE MEURBLIS PAR RUE ROUX 38. PORT-A U-PRINCE.
I ser AUIOIUTEE l JUSIICE LIQUIDA TION DEF INITIVE
II sara procede A la requite du
sieur Ernest Samson, proprietaire, Mr B. Cernicchiaro porte a la connaissance de sa 1om
demeurant et domicili6 A Port-au- clientele et au public en general qu'6tant mobilis6 et devanol
Pnnce ayant pour avocat Me Lo pour la guerre, il fait la liquidation definitive de son st
Alexis et pour mandataire special bijouterie et du reste des autres articles
Monsieur Felix Massac, le samedi es aures articles
dix heures du matin,. seize septem- *!
bre courant, dans une mason sise a Setlement pour un mos ,.
I'avwnue Gregoire N 0 67, par le mi-
nistre de l'huissierClement St Sumb II avise aussi ses debitleurs retardataires que pass6'ce d|
A la vente des meubles et diets mo- procurateur sera autorise A prendre toutes measures n8-4-a;
biliers saisis sur le sieur E Mosquie- d'arriver au reglement de leurs comptes
ra, propri6taire, demeurant actuele- u porm-au-Pr'mes .oi Ao ut 19t


Vcus pouvez augmenter vot
vitality d'une fa0on proapte l
permanent en pregnant de


L'EMULSION SCOIT

Elle content les elements crf,