<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02686
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 31, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02686

Full Text



xoh I60 3.j 30S9


QPIIV5* c aivivv*.


Jtili S iMU 1916


tj)I6IJIEIIIC.AGLOIBE
DIRECTEUR
ABOFKME1J4NTS:'
pORT AU PRINCE


D)EPA HTENIENTS
U 3G:I I





0


4


2.00
5.00


200


8.00


J


OUOTIDIEN


pi~nT-At..- IRINCB( Haiti


REDACTION ADMINISTRATION"
&nglo des Rues Fdrou & AmdricaSiD

La ammehces sent repUCs:*
A Pear-Av-vpu4cz:aux bureaux du journal
A PeAra: chcz L.Mayence & Cie 9. PFue Trour-M
A LOWDIRMS: chez L. Mayence & CO. 19. a-t
Ludgate Hil
A Buizw.:chez Rudolt Masse S. w tq, Jcrusalev
Strassc 46-49
ALXuw-Yoitz Universal Publicity COmP&UY 4 W5
54 tb Street
L=a musnairts mins rsou non no sont p~srefl4aq(

Jbowwwmnts & insertions payables dawrava


LA GRANDE GUERIRE


pDCEPTIONS

De nolre correspond nt

Sans ncus laisser aller A un opti
rismre excessif, sans oublier, sans
lncotinvitre une minitte la lourdeu
dela titche qui nous rested accom-
lir, sars croire que la guerre sera
fmi.i demain par la victotre facile e
definitive de nos arm-is. nous pou-
vonIs cependant aflit'm r que nos
effar'es voUt bien, que les espo-t.
do anos ennemis sout (1(Vcus 'umi
pri s lautre, et que naous in trclaos
M-remnent vers le but qIue nous von-
ons et que nous devouis atteindre.
Que les espoits doe os etnemtuis
soviet dgus I'uin apte.-s lautre, tout
tousl'indique tout nous le pI'ouve.t
Elnous rne parlus matdne plus de
leurs espoirs plimnitifs, de leur er'-
.itude iniliale de terniii elr ic ori* u-
wemneat la guerre en queelques mnois
et peut-tire en quel(iues semliniies.


tion. Le ministlre germanisant des'
Skouloudis et consorts n'existe
plus qu'a l'etat de fAclieux souve
nirs. L'armnfe grecque d6mnobilise
La parole est rendue A la Gr'ce.
Elie di'a, librement dans un iouis,
ce qu'elle pense. Elle serado nou-
veau naltresse de ses destinies. EL
nous nte li taisons pas l'injura
de penser qu'elle fera un mauvais
usage du droit que ses v6ritables
atui viennent de lui rendre. Ea at
tendant, l'artne du general Sarrail
est debarrass4e du peril qu'elle
sentait contusainenit derriere elle.
Elie aussi est hbrtL de ses mouve
inents et de son action. Et 4'on peut
croirtilueile jouroCul 6vene:eiit s'est
accoiJpli a Altheies, dans le caltin
eL la joie de la population, on n a
eu enivie d illuminer a Berlin !
Que croyaient-ils encore? Une
des gradiLies pensees de Guillaume
11 qui en eut beaucoup, de fortu-
nes diversus fut de se proclamer
le protecteur de 1 Islam De ce c6td,
les manceuvres, les intrigues alle-
mandes se sont exercees et mani-
festees sans reldihe avec une. va 1i
Sie de moyens digne des grands ef-
etl jtis'on Gsi c ro v.- ait t ,rvoilt dt(tP r


en champagne. Elles ont rdsistd seu-' Et depuis lors qu'avons-nous vu ?'
les, dans leur vaillance stoique. SiiLa paix, bientait inestimable, a tk
I on measure i'avance de 'enneini et- rtablie. Les populations loborieu-
qu'on la compare aux pertes eoor-Ises ont pu se livrer A leurs travaux "
rmes don't il 1 a payee, oi s'apergoitiA,ce A l'ordre. maintenu partout,
qu'il a faith un calcul detestabl telles ont eu la possibility de tirer de
que 1laffaiblissement de ses effectifs a hausse de nos denrees les plus
n'est comnpensO que dtine facQon de- d
risoire par la prise de quelques po grands avanuges. Des travaux de
sitions qui l'obligent a des sacrifices rdfeciion et d'assainissement, entie-
nouveaux et toujou.-s rpdtes. pris un p-u partout, ont facility la
Deceptions, je vous dis q't'il- ne communication, tavoris6 Phygiene
connaissent in tintenant que des de- et piocur6 en meme temps des mo-
ceptions .. yens de subsistence A des milliers


L DEClllNI


Via de Bordeaux

ROUGE et BL INC
Qualild sup6rieure
CHEM Z
T. J. BIGIO'
Angle des Rues Courbe et Cisars

GROS ET DETAIL


de nos concitoyens Pour la pre
mi&re fois depuis des anndes, les fa-
milles ont connu les joies de la sd-
cuit6 et exerc les prerogitives de la
vraie lib.erti social. L'ex&cution de
la Cor vention, il est vrai, a ete rk-
tardte jusqu'a ces temps derniers.
Mais quel esprit senw6, just, loyal
retusera de reconnaltre, a cet egard,
les circonstances qui se sont p.o-
duites, absolument ind6pendantes de
la volont6 du Gouvernement.
CONCITOYENS,


routes les parties de la Republique.
trop longtemps exploittes par les
politicians et qui n'attendent leur
bien-etre et le salut di Pays q.1ae do
la ferme application de la Conven-
tion du 16 Septembie 19r5.
Le Gouvernement ne ftil'irapoint
a sa tich:.

Donna au Palais Nitioial. A Port-
au-Prince, le 29 AoLit 1910.
DAR'TIG U ENAVE


Le mrncde chic et l t1 e avi-
Set qtae
La MAISONc da
Minae Th, nol t
Laofoulaut
Angle des Raes Rou.c el I'' uliciat .
Vient de recevoir ni :i ass;tin -nt
des ,narchantdises e ai- p:' s 41 t ells
vetnd, comiinla toiij ti.rs, a LI prii
d6liant tonto COncultiFenct :
Forces de chapeaux et calpelines
i i# -. >;fi .- r .;... ,,,. r. ,i, ,f i t fil-


i ya longte us que ete cet titude .. etm .........So... .. ... -e ,u r ,,Dins LJifizile,,dans la' ....I-It
11 ya lorles qu case certitude attenire. L'alliance avec la Turquie, Dns la ihe .ilfile, dans la ettes.
E s po SO aSSou plut6 avec le gouverenement des iche videmren exception nelle qu Dentelles et l ise' i'nitation et
lrd leuts ees. Naces s voulos pr- .lemltes Turcs I atut au Kaiser to lui est devolue, le Pouvoir Executif vraie val. nci. -ie.
ltr'de leurs espinces plus ice- sumiui de 1 liabiletW politulue. It avait, sans au:un doute, le droit de S ,tin, vrai lib 'rty, le ltit 's ni'a't-
lis etaient pcrsuads ils I a- e11 esperait utie revolt de l'Egypte computer sur le contours de toutej ces.
ient dil, rdpt, iiriinle -- que 1coiti e les Anglais de I'Alg-Are, du l'Administration national, et tout iZ'phir, toile b! inch b irro..-.
Lor'llf russe It it uit .aru, peut-6..'c d1 Ia Vutriisie con [d nis'a-tio naona. et tot t
lamieruise s t it rduite at I'un- eIar, peaul-6.re e la Tunisie con specialement du Pouvoir L4gisLtr f. toile en coulcur initatio fol-
Missance par sa retraite de f'a Ite la F-aUce. Entre temps, on o ga- [ i'en Lut pas ainsi pouttant. Ua lard.- tamines en co;e irs.
ernuiutr, (qu'elle eiait devenue lIne tlisalt lexpedition balkanique, on iDAlTIG UEIllE, group de politicians, siegeant A Casimir et diagoonale, en noic et
utiid maglgele.b, quellt ne ecrasait la S.etrbe, on mi.tt-t ei Ident d la l'peblique Port-au-Prince, candidates la Prsi coolers cemi. lines d
wnptaitplus, flp e son elat de fai route le train, lI rlin-Soia-Co astanti dence. aux Nnistres aux hiutes soirtes pour hotnes faux cols.
S tesse ddso'. tisatuot a iel tiople, et on -allichiait la pretention an CONS nclTons coioat auettes.- c nistivittte sl. c..
laitiucapable de a mi iiidre p d'etablir une communications direc- CONCITOYENS, fonctions, complotait avec activity |(cous tricot, /zphir et cellular.
Walio sOlieuse et L plus forte tra-te tjusqu'aBtagdad. Do tous ces le renversement du Gouvernement Chapeatx de feutre et lane, nmou
ion d'une offensive (juelcont(ie" beaux t6ves, de tous ces beaux pro- Nul d'entre vous ne saurait ou- par une action des deux Chambres. et dur, dtirnier cri.
L'arnee rurse leur a repondu pat jets. 1i n en est pas uun qui ait 'esis- blier sous 1'empire de quelle.inmluc- Les plus ardents instigatteurs de cette l)arfuimerii de luxe. de Cotv.
ies succs ufudroyants mutiattt t6 a l'epreuve. Vers BIagdad les table nkcessit6 le Goavernement de manifestation nouvelle de l'esprit Chapeau .lean-Bat t, en ) tille noire
8sAutriclineis en drroute leur fai- Turcs ont auttre chose a taire en rant plus de 2Wj00 U prisonimiers, moment que de rever d'une corn- du 16 Septembre 1915. voir organts6 le vote de d&cheance C,)nrnets, etc, etc.
ans coumpter les tiorts et les bles- munication directed avec B-trlin ; la Le Pays 6tait en proie A l'anar- qui devait rapper le Chef de l'Etat ; _
~s qui duiveit se chilfrereux aussi line Berlin Sotia Constantinople chief la plus effroyab!e. Les villes et et les candidates A la Pr6sidence corn- -
pir cenitaines de mile, s empa ant. mnanque de voyageurs, et it ni'est les campagnes des D&partements du mengaient leur champagne.
efoulant les fuyards jusqu'aux rnarchandies. LEgypte st res Nord, du Nord-Ouest, de l'Aribo- C'est dans ces graves conditions inSde IOPi
iedsdes K rpathes, etendaut son a peu pr6s tranquille ; sa defense nite et d'une grande partie de l'Ouest que les deux Lhambres Legislatives ROUGE ET BLAN.C
ctliol sur un front formidable, eventuelle n'exige de l'Aligleterre avaient &t6 ravagees et ensanglant6es tent&rent de se r6unir en Avril der- CHEZ
bllgeantl tat-mnajor de Vienne a que des contingents fort rdduits ; parune srieininterrompuedeguerres nier, ferment obstinement l'oreille ALFRED N. COOKE
Igarinir le front italien, tenant en t-Algdrie n'a pas bouge ; avec lc civiles ; l'angoisse, la desolation, la aux avis motives et courtois par les- 68, Rue du Magasin de I Eta, 68
pect, n attendauL mieux, les for- Alaroc elle nous a fourni en abon misere talent partout. En moins de quels le P,,jdent de la Republique
ts d'llinldeburg. dance des troupes qui se sont ad.ni- quatre ans, sept chefs d E'at s-6tatent les invitat a ajourner leur session -
selaient persuaded que la ed- rablement battues pour leur nou- succed6s au Pouvoir Le dernier, et mettant ainsi en ceavre, par cette
Etlte offensive sur le front italien velle patrie. Et voici que lIslam se Vilbrun Guillaume, venait d'4tre attitude injustifiable, les combinai- '
uI, In moment, sembla menacer soutlve, non pas pour apporter uno violemment arrach6 de la Legation sons subversives deer leaders. ts D ve
Usalli s, aurait rapidemnt les re- ade a lAllemand, et au ur, mais de France et sacrifi dans la rue ar Pouvoir Excutif devait la Nation -
ius les plus considerables. ls pour secouer le joug du Turc valet de France et sabi ans la rue par Pouvoir Extcutif devait A la Nation -
oyaienit dja larm- e autticle e ( 'Allemand la colere aveugle et barbare d une et se devait A lui mrnie de d6tendre,
vahir a Vnie eL pousser sa Si tenant nous tournons les foule qu'avait exaspdreel'h6catombe sans faiblesse, les int&rets sup&rieurs RENSEIGNEMENTS
rche victor ieus e jquaux plai yeuxSi ma cte d Verdun, crnest l inexpiable de la prison de Port-au- et permanent commis A sa garden MhTE;OROLOG1QUt:,S
eslCbardes. llts out dL bien vile plus que pariout ailleurs que nous Prince. fi Le Corps Legislatif tut dissous. OBSERVATOMtE
hatlere Grace i offensive russe, assisterons a l-effondrement des es Lnterventionamricaine mit Touois, respectueu du mandate DU
aceval'lner-ie de Cadorna giace prances germaniques. La bataille i ce scandal. Et la meme Assembl6e outeois, respectueuants du mandaconfr aux StNARE COLL
valelauce de cette armde italien- qui devait durer huit jours dare de- Nationale qui, sous la pression de d6puts par les sections du 10 Jan- MARTl
OlUIesijounaux allemands ne vo- puis quatre mois. Ba.aille gigantes- la force victorieuse, avait ratifide iputs par le Pouvoir Exccutif offrit
vier 1914, le Pouvoir Ex~cutif offrit
uet nau~'eb daus leur sot or- que et terrible, formidable et fdroce, trois Coups d'Etat en sant succes- deniers occasion de servir le Mrcredi 3 Ao 1916
IhIqtu'lelandbe d emandolinistes of le g6nie du tal et de la mort sivement trois chests de revolution, ernesaboccasion de servir lcre 3 1916
sest des rues, la situa dPplore ses plus abominables res-cette mme Assemble Nationale, Pays en laborant eux-mMnes la
est e quelques jours, modi- sources. I s agissait pour I Allema- a ssnt our la premiere lois, dans 6orme constitutionnelle que la for- A MID
e tout au tout, et, I. encore gne do frapperun grad coup, bru- t rI ce majeure des 6v6ne-ents des fas
qiecu i recud, abandonnant ses tal et rapide, qui retremperait lesa pleine et enti re liberty, appela brutaux, ir.posait et impose encore Baromtre 761.8
Iqte pasbsagres, sous la pous- moral des peoples de 1 Emnpire, for- a rem re MAgistature le Snateur notre soci6t6 politique.
irelsistible des soldats du droit tement atteint par la prolongation DARrtIGUENA.. Minimum 21.5
tiea lbertd. inatteadue de la guerre, par lea 11 important d assurer disormals A Messieurs les d6put6s s'y refuse- minimum 21-.
Scroyaient Lenir la Grace sous souffrances don't nous 'ne savons la Republique ruinee et saign6e lor- rent Nonobstant ce refus, ils vien- maximum 259
iseauFo ndane0 ls avaient orga- probablement qu oue parties. par la dre, la paix, la s curit6, un Gouver- nent d'etre Appel6s A accomplir cei
d!u gouver ell, avee la complici- lIumiire qui malgri, toutes les prd- nement stable, touted les conditions, haut devoir national. I s s'y refuscntI Moyenne diarne 23.9
ule etdurnerent sans existen- cautions officielles, se faith peu A en un mot indispensables au tra- A nouveau. r
sesdevoirs mouarque oublieux peu dans-les esprits. 11 s'agissait vail, A la vie normal, indispensables el couvert toute la journ e
ssavaned os utionnlIs, la aussi de convaincre les neutres que au bien-itre et A la prosp&rilt des ci. CoxCIIOYENS, 'pluvieux jusqu'A midi.
Co tiodnsspas au bien- .tre et ;i la prosperity des ca-
ut persuade opirationa Ils 'Allemagne n'a pas perdu sa sup- toyens. E la preuve 6tait faite dfi- I La bourrasque de la nuit prkc_-
et A peines m- et ils s'en ca- riorit militaire. Ce double but n'a nitivement faite. de I impuissance Devant une tell mconnaissance dcnite est arrive A la Janiaique I'a-
ties, ie riqueles puissan- pas aet atteint I ne le sera pors radical des dirigeants nationaux, des ndcessit6s irresistibles de la si- prts-midi.
oyeus nergiques resteraieutt meoiqu arrivedu matoberait Alor trop diis6s entire Pux, A procurer A ituatioa, le Pouvoir Ex6cutit ne peut Sro action a it tmes-energique
eptaisseraienti C roeseieattre, lema d ce Pays ces conditions 61Lmentaires. que prendre acte d6finitit de Iabs- ais ruite A ue surface relative-
ra sodiopres int6r6ts, les int blant de succs serait aujourd-hui* La Convention tut done signee, mention de vos Constituants et en ment p etite.
.tb.fUell la Grce et 'expo- sans lendemair, c'est-a-dire sans consacrant au profit de la R.publi, appeier A vous pour vous demander 1rom tre n husse
tison illet ent.A une sorte consequences directed sur la suite que d'Haiti l'aide puissante du Gou- de reconstituer l'un des Pouvoirs J.S,-llER
oivladesiLi enor, ils ont'des ~6vnements militaires D-ail- vernement am&ricain. essentiels de l'Etat. Ciuasa-Parisiaua
11 suli d'un-eson la plus cruel- leurs, Phdrolsme de nos troupes 1 y avait 14 certes unsacrifice con. C'est a ce devoir que mon Gou- A la reprsentation d. cc soir it
reL de .An 1eterre, de acol- permetde dir qpaue ce somblante senti par I'amour-propre national. vernenient donnera tous ses soins, seradon -i6N-embrassezpasvotrebon.
etdelaRsiterre, de lar'nuces n sera pas oendnt quatr Mais, entire ce sacrifice etla vie de aide par le Conseil d'Etat qui 1'as- ne a, scene comique en 2 ptrutes,
ti de la Pt's apydo que-' roineu supporaan de fo etn qduae hontes, de misres et d'ignominies A sister de ses lum.eres et de son pa- jou6 par Max Lindxr et a Les yeux
Ipiur de guerre devant le'les plus irresistibles, les attaques laquelle il nous arrachait. nul cito- tiotisme, foat de l'appui de tous les du cceur ., grand drame emodvant
iPour et-ii- 1tfltchir le roi les plus forcendea qui se soient ja- yen, ayant le vrai sens de 1-honneur bons citoyeas de l'appui des mas- en 3 parties.
(.. 1 Iatener a. 4composi* maia d* e s cotre ue wra national, aa pouvait hesite, ses pacifiques oQ trayailic;uses 4e Allez tous ce soir a Parisiaua.


M. 0~


1- -- 1 I I I -' .~C r I ~Pl~iIIIIIl =,~ -~ I


_I ,,~C --- _, 111411 --- II II I 'I I --- -- -~ --


a a a 0 #
ZTBANG ER,


4w*





T, T W~


Lei onictr :


Le journal official public les pie-
ces suivantes :
Proclamation de.son Excellence
le President de' la R6publique
d'Haiti aun peupe.
Declaration du Colonel L. ,W.
T. Waller- e
CHAMBRE.- Seance du 22 l
Septembre 1915. (Suite & fin) r
Assemble Consiituante.- Rd-
union du 22 Aodt 1916.
Avis des Inspections Scolaires (
de Port-au.Prince et du Cap- a
Haitien. t
Avis administratis.- Avis di-
vers.
Cin6-Varites c
11 est regrettable que le public, a
cause du mauvais temps, n'ait pas
assist en plus grand nombre hie
soir A l'exhibition du < RQi-fanw6me
C'est un film incomparable tant par
la richesse du colors par les varin-
l6s des somptueuses mises en scene,
que par 'intrigue qui va croissant
ct tient It. spt.ctateur de plus en plus
haletant.
. Ce film splendid don't 'int&&t et
la beauty surpassent de beaucoup
ceux de a La Maison du Baigneur v
merite d-eire vude tous les amateurs
pour qui nous demandons au Cin&-
Varieesde le redonnerexpress6ment
L 'Aveuir des Jennes u
Dimanche dernier, un bureau
provisoire compose de MM: Cass6us
1'aul, pi6sident, Christian Michaud,
vite.pt6sident, et Francois D. Aris-
thobule. secr6taire, a proced6 au re-
nouvellement du bureau de al'Ave-
nir des Jeunesv. Ont etd l1us: MM
Dieudon n6 Toussaint, president;
Aklide Duviella, Franck Diambois,
secrLtaires; Emmanuel Michel, tre-
sorier general; Demesvar Viallar,
ire-sorier adjoint; Berthony Malette,
Frd&rick In lacques, Christian Mi-
chaud et Francois D. Aristhobule,
mem br;s du Conseil d'administra-
lion.

Dimanche 3 septembre anra lieu,
en sDance solennlle, 'installation
du conseil d&finitif a 3 heures de
l'apres-midi.
3llytIrieuse Affaire
La nommr'eM6lanie Delmas,habt-
tant avec ClairmiraClerveaux,derri6-
re l-Eglise St loseph,a disparu dans
lt'nuit de vendredi A sarnedi dernier
dais des ciiconstances etranges.
Apies une absence de quatre :1
cin q jours, la malheureuse est e-
tournee complement folie ; elle a
Ate inteijoe AlH'6pital civil.
La lustice intorme.
Cinema BelHeviue
Les clients du Ciniima Bellevue se
r4jouiront d'apprendre qu'a la s6-
ance de samedi soir il sera donnd
le tilm sans rival de Path6 Fr6res,
'La dai:se hirolques, scene de la
vie moderne en couleurs 6.000 pieds
d'une mise en scene merveilleuee.
II est Lien certain qu'i cette re-
presenta-i6n le public ira en foule
applaudir ce chef d oeuvre de Pathd.
Pavilions aux mats
Sur la demand du Consulat-Gd-
rdral des Pays Bas en Haiti, les Le
nations et Consulats des Puissances
Etrang&res, A Port-au-Prince, ont
arbore, aujourd'hui, leurs pavilions
respectifs, Al 'occasion de I'anniver-
saire de la naissance de Sa Majest6
WILHtLMINA, Reine des Pays-Bas.
Promenadesautour du March6
L'installation du Marche de la
place Valli&re don't nous parlions
'autre jour est tellement magnifi-
quequ'elle est maintenant le motif
e promenades agreables. Chaque
soir, en effect, on peut voir dvoluer
amuour de l'edifice &claird A l'electri-
cite, des dames et partois des famil-
les entites qul ne d6daignent pas
d'y entrer pour s'approvisionner.
Meidecine pratique
Le-s personnel atteintes de bron-
chites invelerees qui toussent et
crachent sans cesse, 4t6 comme hi-
ver, peuvent guerir en employant la
Poudre Louis Legras Ce remade
merveilleux, qui a obtenu la plus
haute recompense & l'Exposition
Universelle de 1900, came instant


ni~t~enitet guO-rit'lasthme,le,6cqtarrhe,
l'ojprlession. *less6uffietnent-. et. la
tt~ux'des vieileos 1rouchite*!.'Uneabol.
td east exp~ddie contre -mandat de
4.- 2 Ir 10, adress6 & Louis( Le~ras, 139,
Od SMagenta. -t Parit..


I


voquer des manifestations centre
la declarations e.rpresse de I'A miral
Caperton touchant les decrels du
5 avril 1916 et a compromeltre,
contrairement aux tei mes el a
l'esprit de la Convention la stabi-
lit du Gouvemnement du Presi-
dent Darliguenave issue des libres
suffr)aaes d l'Ass.emblie Naloin"


Coibattez la b kQiIW svec :lea PastIlles comcr/mset
du D Dup/urouxa, 5, Square Messine, Paris, 1'05. Pros-
Pectusexplicatifs et dmonstratis gratis ettfsurdemande.


Wanted.
Furnished dwelling house
near Clhamp de Mars, moderate
price, for/ small A merican family.
4 1 %'- )t) fI i -


7"'/I"IU- 0......... .-... .. v iAdress aNo this office
nale.
Lit eton VW.T. WALLER,
Colonel U. S. M. C. Avis important
Chef du Corps ExpeditionnaireC Le s oussignds, hieritiers de feu
des Etats-Unis, op6rar, ten Haiti. leur N.-re, Mr Thidramnene Diomede,
qui etaLit propridtaire originaire et
-- -z--.---- iticornmnut,.ble de la plus grande
conttei:nce de Iancienne habitation
Location siSe au Bois-de-Ch&ne et connue
sous !, noin de DESPRE ; avisent les
d'Automobiles per twoipes qti habmiient le quarter
de ia ch:,pelle du Sacrd Ccoeur (c6tL
Pour mariages, baptemes et pro- est) (Iu'eii vertu d'un jugement du
menades.. tribunal civil de Port-au-Prince en
S'adrPsser & M-nsieur Em-n date du 9 lai 1916, ils vont faire
manuel Oddide, 75 Rue des Cd- cloturer leur propri te sise en cet
endroit et sur laquelle se trouve
sars. une route trac-e indOment par Mme
Nathalie Jacob.
--urneille DIOMEDE et Mme Ab-
Vie ti es de delkader ULYSSE, nde DIOMeiDE
Vw times de


A- ^Le paiement d mois d'AoAt b- larquer ks -urvivants rests A bold
D'apres les bruits qui citculentdu MEMPHIs. Dans son premier mes-
tout est pret pour" le paiement du sage, Ia nuit passee, l'aniral Pond a
mois d'Aoit. On affirme que m. me declared que le croiseur est complete-
es cheques sont dejA. r6dig6s. 11 est'mer t vexrdu. Lamiral s'etait rendu 6
derc plus que probable que d.s le terre deux heures avart. l'ouragan;
rer septembre :les fonctionnaires etet,il atfirnie dans son rapport .qu au
employs publics 'relevant de tous morhent ou il se rendait A- terr.e a
es departements ministiriels pour- mer tait paifaitement calme. II a
out se presenter aux guichets de la sjout6 que 20 matins, en copg6 ont
Banque. 6t:suipris par 1'ouragan, en retour-
- II faut applaudir A&cette r6gularit nant a board et tuirent noy s.
qui est mise depuis quelque temps L'amiral Pond dans son second
iu service du paiement des appoin- message, a d6clard que le MEMiPHIS
emefits et autres. tait sous pression et aurait proba-
C blement vit6 le ddsastre si son
El les arrirks? principal tuyau a vapeur n'avait pas
La semaine derniere, le bruit a eclatO. La plupart des marines blesses
:ouru en ville quelesarri6r6sallaient ont 16l brilj6s par la vapeur bouil-
ktre pays. Tout le moude corn- lante. La liste d'equipage est rest6e a
.nencait A s'en rgjouir ; mais deux bord, et c'est pouiquoi, ajoute l'a-
ou trois jours apres, on dut se ren- miral, qu'une revue incomplete des
dre A la idalit6 ce n'dtait qu'un ca- membres de l'6quipage a eu lieu;
nard. mais remain mating les omissions
Cependant on demeure anxieux A dans la revue seront retablies. Au-
ce sujet car on entend parler decon- cun olficier n'a souffert durant le
solidanon et les intiressds -ceux d6sastre du MEMPIIS.
surtout qui n'ont que de petites va- Le Capitaine Beach a 6t6 le dernier
leuis arri6r6es-voudraient 6tre ren- a quieter ie croiseur.
seignds sur ia destination finale de -La canonnimre CASTtNE a failli
ces effects en souffiance depuis trop avoir le mnme sort que le MEMPHIS.
longtemps d6jA. Elle fut lance A la c6oe ; mais elle
put avoir assiz de pression poui
Nouvelle A la main regagier le large, bien qu'une piece
important de son gr6ment fut en-
Au restaurant : domm.iag. Aucun accident de per-
Non, mais .. gargon, vous 6tes sonne n'a eu lieu A bord du CASTINE,
fou I vous m'apportez de 1' avoine ? selon le rapport de l'amiral Pond.
Pardon I Monsieur m'a dit Les auorilts maritimes ne con-
qu'il a une faim de cheval... sid&rent pas la perte du MENPHIS s6-
,,, rieuse au point de vue militaire. Le
croiscur etait d'un module peu pro-
l ra f pre au service actuel, et abandonn6
D c'laratioR depuis des ann&es par routes les
puissances maritimes, comme 6tant
La mission de l'Occupation en d'une marche trop lente pour fuit
Haiti 6tant essentiellement une et d'unc force trop faible pour ;om-
mission de pacification, de travail battle centre les types modernes, en
et de progr&s, il est rappeld qu'au- casde rencontre en gueire.
cune agitation politique ne ,era ...... --
tolree don't le but tendrait e pro-


Elle content les elements cre~i

ai., -on.. ,en teurs de la san et de- a vig
cette marque. .u "
L...'. ...- .-:-
Bie-ie ScthlIz LgrCti

La meilleure bire c'est la SCHLITZ DtPARTS rE N\w-YonR
La gouter c'est I'adopter ?
SIS NICKERII: M lEs le
Seii reprdaentant depositaire pour pour le cap.
Haiti: H ARNOUS SIS ORANGi: NASSAU, le1
(en face de la donane) Le S/S PRINS \ViLLEMI,
On trouvera cette bire : Septembre
A L'OTEL DE FRANCE Port-au-PJiince le 28 Aoiig91
A Ci.NIt-VARiLTES AUG. AHRENDTS, 4m
Au CAFiE BORDAY ( Bar de l'Union )
HIGH LIFE lIAR
et dans tou es les bones maisons Rapmr shm
LAl Bil1iE SCIILITZ --ti .Lanip
defie toutes les concurrences. --
Vente au detail par douzaine Le SIS e ST VA.NGER
laissera N-w-Y0,k versig
CHEZ courant poI! l.s pol Is 'a
L'ilinerain ,i< a f.xe uli~
MM. Faton et Gaetjens. ment.
.. ......_,. _. Port-au-Prin ,'-,, le 1I Aoti
Heker JonesJewel Millinig D. EDWARD AtpIIAPIIELet
Farines Hungarian )o, Suprmne a loa

l,DB abbi [1no
Savon Gold Bar red St. r
FRENClllIAlClIO ViE( Co. Meilleure quality
VIAS de CALJIb'OlINI'L"
Vins rouges: Claret, Zinfadcel, Burgundy. Demandee 1ai les cunnais
Vins blancs : Hock, Sauterne, Riesling.
Massacussett S3reweries. Cc Dep6l. chez
Bieres Pilsner, L. PREETZ/\IANN-AGGER
Plaf/' 8 Kin .s Bohemian ia(', :. lu-cr, .Agt
Alleys Porter & Kings Pure Mall
THOSE WOODWARD & SON
Poissonssalds en tous genres Bolule oi'o.
Reprdsentds par A vendr4 < -,ons du
Eug. Le Bossd teur ann,.s 1'87, '18M,
95. Rue da Quai i 1 891 t (81 1.
PORT-AU PR1NCE (1HAITI) S'adresst r .u Matin.

p- ASTHME -
,- : Lp.rri sn i p i cigarettes oa n a pure ESPIC
:-,"* '" s .. + ,~V ie il e e roH r o !i' r oe Sa;nt-l.az !':ir3. n p
I-. J ESPIC ..ur elma ,12 .
-


BC


Cernicchiaro,

Neiociav t-eonsig nilaire


l'ouragan
Rura an UE ROUX 38. PORT-A U-PRINCE.

NALFRAGE DU -FLORI LIQUID I TJION DEPINITIFI
MEMPHIS DcRLME n .BEAUTE
PAR END APEA/ ooc Mr. B. Cernicchiaro porte A la connaissance do sa DO
PAR SANS FIL ,,cn -o^ E_ E1 clientele el au public en g6ndrat qu'&tant mobi,!s ete d
PGo r RV.dA- 131 pour la guerre, il faith la liquidation definitive de s ,
a 31 Aodt 11 bijouterie et du reste des autres articles
WASHINGTON.-Des avis incom-, Seulement pour un mois
plets parvenus au D6partement de La Commission Communale O
la Marine, aujoutrd'hui, annoncent dePort-an-Prince II avise aussi se< d6bileurs retardataires-que PaS. ce .i
qu'environ vingt ou trente manrms Invite tous les levantins r6sidant procuraleur sera autoris A prendre toules measures n fclS
snt perdu la viemhier, quale MMPcroisen cette ville, A quelque nationalist d'arriver au r6glement de leurs comptes-
seur cuirasse amenicain, leMa ce qu'ils appartiennent, A soumetire A
fut soudainement lanc6 A la c6teon exanen. A partir du ler Sep- -Prince, 22 A0ot tl1
dans la Baie de Santo Domingo du- sotem bre prochain, leurs actes de na- Port-au-Prince 2,A
rant un ouragan qui enait d-6clater. tualisation et routes autres ies ---
On attend A chaque instant un rap- tr s 6tablir leur iden ut6e p -
port d6taill6 de l'Amiral Pond, qui por A e; i-d-ni-l-
ad djannonc6~que plusieurs matins Attention UIne agreable SurpP l
ont 6te l1g6rement blesses et diautres A t ati, an Ii.e-.r. !,l,..
noyds. Vient d'arriver par le Frangais L'Epicerie Moderne, Grand'RuQ (vis Avis a I .i"r dr
Le D6partement de la Marine ala- nouvelle merveille mddicinale se les families qu'e le est en measure de livrer a i., .
t61egraphi6 au navire hospital SOLACE cenOire les maladies. des yeix :- Un excellent vin de table au pride:
de se rendre A l'endroit du d6sastre. L'Elixi- antiophialmique' de Le allon 4 gourdes
On croit que ce dernier navire, de-" Abb4 Isidore Barbe.Plus de 3000 Le 2 gallon 2 -
vait se trouver aux environs de gurison DiplmedHon- Le 4 gallo 1
San Domingo. cas de gu6rison. Dip16me d'Hon- Le-1-44 gallon 1-I1
WASHo Domingo. Le transport D ur. arque dpose Le 1(2 quart 0 50
Sen route de Vera Cruz pour -n vente chezAlphonse Haynes, N. B. Nos vins sont garantis pur, et' pve
Ke West, a -oant a -son bord- Luiss enface dela Banquceta la Phar-. fra.s de vendange. Nous invitons rkanchcmei nI
K Cairera, president de la Co mission'.macie Emile Brisson, angle des .bhicde Porl-au-Prince a essayer et & compared .
mezicaine. seraaussi charg6- d.em-' Fues di people et Bonne Fo. -ansque son jugement sera en noire favour -


4







I


I


% -.r ----7--a.a. iii.
71-

Vous pouvez augmenter v
vitality d'une fakon prompt
./ permanent en pregnant de


SL'EMULSION SCOT,.