<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02684
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 29, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02684

Full Text




QuiYZ cez CAUiM*8


Uardi2 141 1016


'.'
r-


C6ixnent-MAGLOIRBE
DIRECTEUR
ABON EMENTS :
PORT AU PRINCE
So: : G,
mois ; : *
DEPARTMENTS
oiS G: 2
Mois0 * -
ETRANGER
Mois. ; I G 8

PORT-AU-PRINCE ( Haiti


0


6,


)


w' OUOTIDIEN


REDACTION ADMINISTRATION.
Angle des Rues F6rou & Am6ricaiEn

Les azuonces soit relies:
A Puer-AuO-PINCB:aux bureau du journal
A PanMj: chez L.Mayence & Cie 9, Rue TronchEl
A LoMDans: chez L. Mayence & CO. 19. 2a,21
Ludgate Hil
A BuaUM._.chez Rudolt Mosse S. w 19, Jerusalem
Strasse 46-49
ALMaw-Yoax Universal Publicity Company 45 Wesl
34 th Street
Lw amascrits insdrds on non ne sont pss rcndul

Abonnements & insertions payables d'avance


NOTES DE GUEIUI1 enemies des attaques mal conduites, reculer tout un Lcnt, toic u.one a:-
mal armies, mal appuydes par lar- m e, commne ,utr. toia unt: brigade
tillerie, dans le but de faire croire ou unedivision, et de cctie maniere,
au haut commandement de la mo- on a fait iendc ai la sii .riowiie des
BIonne ftLCelt Htt narchie bicephale, que la Russic n*&- tlItctit que poj,:tient l.s Aliehs,tou.
tait pas encore prT.e. Le hAut corn- !Le qu'elle pouvait do-nnri. Le rcsui-
mandement tomba naivenent d.ns tat de cette p!trmn:.ce phise de la
De notre correspondent le p:g'. 11 n est pas impossible, bataiile, est qu-nn des adversaircs.
que de son c6t6, le gn&eral Cadorna fortement touched, l'AtUiche devient
. Le ;ecul de Phistoire permettia d2 n'ait donn6 le change aux Autri- pour tout le gioupe un sujet d't:-
mieuxcomnprcndre les graves 6v6ne- chiens par un htbile groupement de quietude et uine cau.e d'intcrio.iti
-ments qui se derouient et vont se ses eflectifs. Attendons. 11 se peut que les acts
-dtrjulerJurant cette p&riode decisi-- Ainsi les Austro-Hongrois venaient definitits n inteiviennenti que danm
"e de Li cruise europdenne. Aujour- ben6volement s'accrocher entire l'A quelque temps. It eiani utilc en tous
d'hiui nous sommes trop proches de dige et la Brenta, hypnotis6s eux cas de d&gagcr le sens p ob.ible dts
fla scae pour tout saisir. Et san-z aussi par la dangereuse et coi~teuse 6v6netneLt s imiitairis auxquI.ls nous
compiendre routes les causes, il taut politique des gages et par la fameu- venons d'assistcr et leuts rapportn:
. bous :ontenter de consiater les ef- se a carte de la guerre P, pendant avec ceux qui se passent actuelie-
fets et ju besoin, de chercher entire que le gouffre de Verdun attirait et ment.
,ux quel.-ues rappro:hements. .1 d6vorait les meilleures divisions Colonel V. 11ERAULT'
s:embl rnellemnent qu'r cette here allemandes appel6es successivement
aoncommence Ai d6couvrir une coor- du tront d'Orient et du front d-Oc- ---- "---
dination entire les batailles qui se cident.
livrent, celks qui sont en course. Le g6nie des grands capitaines est Vtin, de LBOrdeatuxOC
celles qui se prdpaient et par lI encore moins dans la creation d-un
entrevoir la contexture gendrale du plan, que dans la maniere don't ils ROUGE el BLANG
vaste plan que les 6tats-majors et savent profiter des fautes de 1-adver- Oualild .up'rieure
lesgouvernemonts alliis ont lente- saire. Li par'ie, dej I bien engage,
meant, froidement elabord en dehors devenait tres belle. Ce furent les CHEZ
.des bruits de la rue et des impatien- Russes qui furent charges d'abattie I. J. BIGIO
ces populirtes. L'ordre meine des les premiers atouts. Stirs de ne pias
Wvinemenlts explique bien des cho- &tre inquiut6s par Hindenburg, d6- Angle des Rtes Courbe et Cesar
ses Oa petit supposer qle les inten- muni de ses grosses masses d'assaut,
tfions du commandement francais ils r6solurent de mettre hors de cause GROS ET DLi'TAIL
avant le 21 F&vrier ont subi, au une grande parties de l'armre autri-
moment de l'attaque de Verdun, du chiernue. Le gdnral Broussilot parta -- .-'--
fait decette circonstance nouvelle, de sei coups formidables, disloquant le r _
profondes modifications, front ennemi, pendant que les ren- N O U V LLES
Tout semble i'indiquer et et forts italiens, en nombre, arretaient DE
c'est d'ailleurs le fait des grands d'abord, puis refou laient les Austro- -
g4neraux, come des grands horn- Hongrois en d&route. D P
mes d'tat, de savoir adapter leur Dans le b!oc des Empires' du
action aux 6v&nements et de ne pas Centre, I'Autriche est maintenant la ....
s'eatniei dans des vues qui ne corres- paille dans l'a.ier. Si 1 Allemagne PAR S -NS FIL
pndent plus aux r6alit6s. 1'abandonne A son sort, on peut pr&-
r Ceux qui ont la responsibility de voir, dans un d6lai assez rapproch,, 28 Atit
Wonduire la lutte se tendirent comp- la dtlaite complete et l'invasion Les
"te, des la premiere quinzaine de Russes, maintenant bien t quips,
Mais, que la bataille engagee devant pourvus de stocks 6normes de rnu-' LONDRES.- La Allemands rosis-
Verdun serait men6e A fond par le nitions, disposent en homes de tent fieremenit a I'avance des Allies
'Kro-iprinz D3s lors, il faut tirer le resources indpuisables. Les armies sur la Somrne et attaquent, les li
meilleur part possible, en vue de de Frangois-Joseph ne peuvent plus gnes anglaises sur les autires points
.'avenir, decette determinatio, prin- espdrer les vaincre, ni les user. On du front Ouest. La der nitre offensi-
cire, puisque les Allies sont stars, voit, sans qu'il soit besoin d-insis- ve allemnande est fatte en Champa-
dans .ette luitte d'effectifs, de poss6- ter, toutes les consequences pour gne.
der une incontestable et tr6s grande l'Allemagne d'une d&faite definitive l.a n.it derni4ire les Allemands
SUp&ioritor La guerre d'usure passi- de son alliee sans parler d'autres hy- out p6netr6 dans les tranchdes fran-
Tese change devant Verdun en une poth0ses possibles.- D'autre part, aises, maiisn pretend qu'ils
luerre d'usure active On commence l'armee allemande peut-elle aller au'ont faaitucun gainde import dant.s les
rs lejeu d'attirer tous les meil- secours de l-Autriche ? Oh prendruit- na:kans On rapport de Sofia une
rs corps d'arme allemands dans elle les masses d-hommes indipen- victoire Serbe str le Ilacn droit bul-
l guDipier de l'enttement imp6- sables, m~me en s'avouant vaincu gare. Les rapports militaires disent
iaI. D1'normes formations en rangs devant Verdun au moment ou, sur que les Allemands continent d'ar-
wres sont d6cimres, massacres dans les lignes du nord, Kouropatkine rater les russes dans les Carpathes.
Oesassauescommetoute,infructueux. n'attend que le signal d'attaquer, ou Mais Pdtrograd les contredit.
O se lail attaquer par une division, des reconnaissances frangaises tiatent' Berlin announce peu de batailles
tquandelle est hach~e, A bout de les lignes en Argonne et en Cham- sur le front Est et annon:e le tor
uffle,n contre-attaue, s'il ya agne, 'heure surtout o.ca la m-' pilage d'un bdteau auxiliaire doe la
litu, avec un seul riment.L'arme ptisable petite armed du marshal Marine royale anglaise dans la Met
emande puseu. Larm e pusabl, deveue a formidable mar- du Nord, avec la perte de 23 horn
ions ind s'uise dans des propor- French revenue la formidable ar- mes. C'est publiquement le stea-
lions ifiniment plus importantes m6e de Douglas Haig. de concert mer Duke of Albany.
e notre arm6e, relev6e d'ailleurs avec nos troupes, advance victorieu- Les Bulgares continent A ga-
Partie sur le front d'Artois et de segment sur le front de Picardie en gner du terrain en Grece, mais leur
U omme par les troupes anglaises. une offensive don't on peut d6j) advance rencontre de la resistance de
'qu on recherche--et on y reus- enregistrer les heureuses cons6 uen- la part des populations.
front'esa affaiblir a anmier les ces?-Ainsi, tout A coup, par te jeu La Rouma, ie continue les -pr4pa-
ntsallemands d'Orient et d'Occi- desvnements, on discern lesplans ratifs militaires.
ent, Onquattire devant Verdun des pr6pai6s A Paris, A Londres, A Rome, I BERLIN. Le itiues ii ne sont padres
BquelddlarLnt que les Acrits no sont pas
reverrot es Kusses ni les Anglais dans ces entretiens de g6n6raux,dans plus avances dans leus e efforts de
serve r Plus devanteux Ainsi, ces rencontres de chefs de gouver- briser les lignes allemandes, qu'au
lanserves rangaises, que les Alle- nement, dans ces. conseils de guerre debut de leur offensive. Ils decla-
comps veulent mettre hors de cause, ou, I'on s'en doutait bien, on orga- rent que les Allemands ont gagn6
miles talent l besogne A laquelle anisait la victoire. autant de terrain que les Allies en
maors alliet destines. Les etats.- Pen A peu 1'incendie de Galicie avaient pris
quand is durent tressaillir d'aise et de Bukovine, du Tientin et de LONDRES.---La lutte continue vio.
Aule les surent, vers avril. dit-on, Verdun gagne, se propage, s'dtend, lemment sur tous les fronts, quoi-
Ies rAutrichiens commenqaient et ces vastes movements qui vont, que aucun succ6s important ne soit
e repaai. une offensive dansnon pas peut-etre terminer la guerre, rapport.
t efetIn 1 falut bien deux mois mais la mirir consid6rablement, onti Les combats les plus violent out
et le tour transporter les troupes 6tt prcrdds dun jeu tres habile od lieu en France et A Salonique, -es
ttouve a. l ~ essaire un grand-I'on a tir6 un part merveilleux du puissances du centre pregnant gen&-
iquet dan des cols 'route manque de cosion gograpique rale.nent offensivee -
lvau de hauts plateau dans des nations alique ls Alleads Sofia rapporte que 18 attaques c
es. dfficfles cotsid6raient comme une raison de 'cons6cutives des Serbes centre les
r e'A triee hesitait A di-t faiblesse. On s'est servi de ces froIts ,IularV4, 4 nqr4-est de Saloniqu
i:\l n i y:^ W I'tialiy, le disheq6s Iqir rev in srmAs e. out 4t6 repouss~es.
tle-lo, oussi6 les 4ecda, r8- par t^4- ur, A la gueire de ma- Qn annonce que les Bulgares,
0 e lanant sui les igi nes'tWres. On a- fait avancer, temr sans resistance de la part desGrecs3


cnt enlev6 jo milles' de territoire Centr~le el Inspection des Doniines
dans Ia parite nord--st de Ia Mace- Le vapeni' : (.MO-N F,,.\i. ia e ha
doine, le iong-de la Mer Eg~e. ComnpagziieGeri-irale r'ransatlanltiqjua
nI(jIm a I isstO Uoitlt'ix l 10 3A (,61Coil-
WMMAMM r~ aiit est am-Fivt! ici leS miedi '20 4
inet~moricr)ui et at appol)t0 poth l, tta;-
JV!)uvlb,.? declara. prs oit bu!Sii ~d'
v ii g -qua~~Ue tomies 101,00 (81it. rl-i
lion tie gtterre 1000) de jnarchammlisc's divc'ises
Savol r
(Par sansflS 111 )l'o'tau 1Pcizice4G 3 7
Cap fIi nitu 1- 9
28 Aoitt 19 -6 1PeII ii LGoAv L37t6
(ijrmaives5.W


LoNDRES.---Le gouvernement ita-
lien a ddclare la guerre a 1'Allemnagne
et a demand au Gouvernement
Suisse de notlfier A l'Allemagne que
1'Italie se consider i n guerre avec
elle depuis le 18 aoCit 1916.


tLe Solace)


T,) Iti
Port LauL-I l' H nec


23 A 14) j'1916


Mhe Iltse
C'est d1nm tin q'me scrt ci hoIt
f~tc de Se Rose, fte op tuijsal'c d.-
LUog ti iie.
O n salit quc l--,105 p t-i 11-pr;ni i S-!l
\'ont en 6 u I)' c cliq toie niice -i~e
aws ct~rt~monics rell';Cion *s (Ii ont
I iou A Cette OCC.L1i1I S 0I11
P C. S. .a diL" .ViSiC? SI l J1V2Il dti


(far smantsf) faciliter le voy ge en mntti:t a Ic
disposition du public des trains
Le S/Samericain SOLACE sera spcciaux.
ici cet apies-midi pour prendre les
malades qui doivent mtre transports i re l
aux Eats-Unis le mame jour via i LT Port-de-Paix et Guautanamo- U novel ouvr.age d lecture A
L'heure de lafermeture de la mtl- I'usagc des loles p:imaires dc i.
le sera annonc6e prr te16pphone. Rdpublique vient d'dtre livr lA Iap-
prob.tion du D,-parteinet de 1 I .s-
j-y trucion Publique.
L'au'-eur est Mr Clknent Po'hl,
Le monde chic et ltgmint est avi- actuellement Directeur de lE-ole
s6 que Primiaire de irc ns. d ui iarti:-r ,d.


La MAISON de
Mine Thihnoels
Lafontant
Angle des Rues Roux et Rdpublicaine.
Vient de recevoir un assortment
des inarchandises ci-apr-s. qu elle
vend, come toujours, a un prix
ddliant tonte concurrence :
Formes de chapeaux et capelines
deinir-e mode pour fE mines et fil-
lettes.
Dentelles et laise, imitation et
vraie -vak ncienne.
Satin, v\ti liberty, de toutes nuan-
ces.
Zdphir, toile blanche Abarres.-
toile en couleur.- imitation fou-
lard.- etamines en couleurs.
Casimir et diagonal, en noir et
en couleurs.- chemises fines de
soirees pour homes -faux cols.
manchettes.- chemisettes.- ca-
lecons tricot, zdphir et cellular.
Chapeaux de feutre et laine, mou
et dur, dernier cri.
Parfumnerie de luxe de Coty.
Chapeau Jean-Bait, aen paille noire
et blanche, pour fillettea et gar-
qonnets, etc, etc.



Faitsl Divers

R E lNSEIGNEMENTS
M3TEOROLOGIQU-.S
OBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLo.GE
SV "'T-MARTIA1
Lundi 28 AoOt 1916
A MIDI


Baro mtre

Temperature


761.4

minimum 22.7
maximum 34.3


Moyenne diurne 26.7
Ciel clair la matin6e et presque
ouvert I'aprds-midi.
Orange au Nord a 6h.
Pluie sur le lieu A 7h.
Pluviom6tre 3 4 m m.
Baromitre lg6trement en hausse.
J .SCERER


St Joseph. 11 a mis lout en ceavre
pour rendre l'ouvrtge in:.ressiant.
Nous croyons savoir qu'il est en
ce moment A l'ex.ameon do i'l ispe:-
tion ganerale.

Cincnaul-Parisiain
Le public qui nous a pride de re-
clamer de la direction du Cinitna-
I'arisiana, au moins detux pisodJes
des 4 Mytcres de New-Yoi k cha-
que dinanche, se raippellera q ai ce
soir seront redonnis les 70, 8:, 9:
episodes du grand dranme policies.

Asseiblike Conslilitante
MM les Constituants s't-iant reu-
nis hier inatin au Palais de la C iam-
bre li D..pat; aat fi is Jd so cotisti-
tuer, oat constant l'mrnpossibilit6 de
le faire, faute de mijoritw.
IUs ont dress, un p:rozs-verbal
en dtcidant qu'ilsse reuniront quand
la listed d'inscription aura fail cons-
tater la majority.

Cavalier trop press
Dimanche apris-midi, attroupo-
ment sur le Champ do Mars pen-
dant que se jouait le matcli-revan-
che que nous avions anyone. Un
cavalier lane" a toutes brides ve-
nait de heurter une notocycletlte q'i
montait a toute vapetr.
Au moment of I'on cherchait A
identifier ce cavalier trop pressed, it
tapait tout bonnement 'a bWte et
disparaissair.

On se rappelle combien de fois
nous avons sollicit6 la presence
d'une 6quipe au foss6 du- Bois de
Ch&ne qui est devenu un toyer in-
fect de maladies don't se plaignent
les habitants du quarter de l'kxpo-
sition.
Notre voix a 6t6 entendue et nous
avons constant: avec plaisir que de-
Puis hier une forte equipe travaille A
ldblayer ces 6curies d'Augias.

Conseil d'Etat
Les Conseilleis d'Etat se sont riu.
nis hier matin au local aflecte A
eurs travaux.
Rien n'kta.it A 1'ordre du jour, its -
nt decide de- se reunir mercredi et
vendredi.


VID

frOis

twoig


ps


1ICIIII -I~IC1~ ~g~c- I r.- -r 3 _


2.20


9.00


----MMMMON


E


~war~j~lIj l k47





LA 6MATIN


Fiaa~ailles
Nous avons regu la carte de fian-
'ailles de Mademoiselle Arta'Laro-
che avec Mr Louis Alexis Gauthier.

Tlkg ramme fun bre
De Grand-GoAve nous avons re-
qu une dep4che nous apprenant la
mort, surveriue hier martin, de Fr-
diric BDraud, arpenteur.
Nos sympaihiques condol0ances
aux fhmilles Bdraud, Hyson, Gauvin
et Lafontant.

Necrolog0ie
Hier A une heure de I'apr6s-midi
s'kteiginit. dans sa demeiire de I'A-
venue D cost Rdmusat Pierre don't
laphysionumie 6taitconnue de Port-
au Prince.
Anciet dipu'6, ancien commissai
re du Gotuvwrnement pr6s la Ban-
que, le (lefunt a occupy plusieuis
fonectiouts administrative dans les
quelles il fit remarquer ses nom-
breuses qualitLs.
A sa veuve et au families Pierre
nous envoyons I'expression de nos
ainc6res .ondoldances.
Messe de IRquiem
Monsieur Drossaint Lilavois prie
tous ses amis de bien vouloir assis-
ler A la messe de Bout de l'An qui
sera chantee A la Cat drale, le jeudi
31 Aoilt, A 6 heures I [2 du matin
pour sa uies regrettie epoase, n6e
Lum6na Latcrriere.
Poilt-iu-Piince, le 19 AcOt 191

Notivelle A la main
G(oiges est incorrigible :
-Vous etes bienheureux, disait-
il ce moiin notre directeur, vous
n'av(z chcz vous que des homes
de cara;ieies ?
?. 1.
-Mais lc Iypographespaibleu I..


Avis aur: bijoutiers
11 ii 6 e perry: it ParisianaVen-
dredi s..ir unie ,aire de boucles
d'oroiiles surmonl6es de qualorze
diamaanis.


Avis Important
Le chquet de Or 150 faveur S
fBrauid sous,'rit par Van Lene-
gendo(( k sur A ugusle Elie dgari
sur /a ru(,tc de Lcogadea Grand-
Godtre est -.ul et non areuit.
Port-ou-l'rinee, 29 Acil 1916
A. J. SAS.INEL


JDertiei es
nouvelles

Par sans fil
WASHINGTON Des bruins au
sujet de cholOra a Vera Cruz ont
pouEss les aulolit s sanitaires A
donnpr des instructions aux officers
tout le long du Gulf et de la fron-
tiire d'etre air le qui vive pour tous
Jes cas suspects de cholera.
Les presidents des Chemins de
fer ont tenu une longue reunion ce
matin sur un project qu'ils se propo-
sent de soumeltre au President Wil-
son dans un effort pour detourner
la gr6ve des chemins de fer qui me-
nace d'eclater
Des experts de l'Arme .tablissent
des plans pour des howitzers enor-
mnes, aussi grands que les fameux
*42 allemands. uls seront agrandis
jusqu'a 1o inch et porteront de 12 a
15 miles. Non seulement on en pla-
cera plu.ieurs pour la defense des
c6tes, mais en outre les autorites
envisagent la formation d'un regi-
rment special avec six de ces canons
comme unit de I'armde mobile.
Le President Wilson s'est rendu
au Capitol ce matin et a confer,
avec les leaders du Congres sur la
possibility, d une legislation, lors-
que les negociations pour un arran-
gement de la give eurent apparem-
ment about a une impasse. II a
S'abord vu le leader Democrte Kern
ptois Chairman Newlands, du comi-
te du commerce qui, dit-on, croit
.qu'il penu' faire passer au Congres
* une motion desirant que les che-
* mius de fer devraient avoir une


augmentation de tarif pour permet-
tre une augmentation de salaires, et
qu'il peut aussi obtenir une loi pr6-
voyan. une Commission d'Arbitrage
pour les difficiltcs dans I'avenir.
'SPRING LAHE N.J. Mine G. Me
.Adoo, file du President Wilson,
"Aouffre d'une iWgere attaque de f16.
lre typholde.


CHATTANOOGA Teen.- Les lignes'vains, dtait connne des le -seizidme -
de tramway oit repris leur opera- siecle sur les rives di Rio de La
tion ici aujourd'hui aprs -que la Plata du Rio de Janeiro ai si que POUr Se guerir et Se prserVer des 1
Compagnie eut reconnu les Unions sutir les banes du Mississipi. Dej Pour se gue r et se preserver dD
des Conducteurs et t hauffeurs. A la mene poque, les Carahbes de
WASHNGTON.-Avec4o0000ooem- la Gdeloe sen no isai nt. RHUM ES, TOUX BRONCHIT
plays A Ia veille de d~clarer la plus I.e pare Labat, inis'iT'naire fcan II J1 ES,
grande grave de chemin de fer de Qais, dans son ouvrage public" en Ch G
ce pays, et les autorit6s des chemins 1742, n aintient aussi Iopinion que atarres,. rippe, prenn ,
de fer terms dans 'leur decision de le capitaine Cook, le famro x naviga
souvenir leurs administrateurs, e la de la cannot a sucre dans quelques L'EMLSION SCOT
situation est tres grave. Les chefs de lies du Pacifipue. (A HuiledeFoie deMorue,
640 Bratherhoods(Fraternelles) quit- Mais c qii ine'est pas douteux, (A Huile de Foi de Morue
tent Washington pour preparer la c'est le dtveloppeinenu de la culture Elle done des Poumons Robustes et
greve qui peut 6clater d'une minute de cette plante inpotante dans les prevent la Tuberculoe.
A P'autre. lies de Saint-Dominn, etL do Cuba prevent la Tuberculose.
Un refus d'abaisser l'actuelle entire les annaes 1506 et 1535; et *ans feao es les Pharmacies.
exemption de taxe sur le revenue a c'est que industries sucri're fut 6ta-
t introduit dans le Bill sur le Reve- bie da.s ces lies a la mree pd- ..
S I ministration pa r le Comi- riode "
nu de lAdminstrances du on par le oml- D'aprs le clebre civain anglais main d'ce-vre et obligeait do tenir-A du Cul-de-Sac II est rine u.
t6 des Finances du Senat, et puis Bryan Fdward, si competent relati- cette besogne nn grand nonbre"de d enconrager cette lonable Ini
effac lorsque lesleadere qs de la Cha- Vtement aux qnetins edconomiques travailleurs; mais ce procedd n'4tait afin qu'elie l.oit imit e et rendn
bre firent comprendre qu'ils ne l'ac- dans les Antilles. I'Espagne posse- praticab'e uqn' I'dpoque de I esclava- fective dans:d'autres rg;,-,,is d
cepteraient pas des s6nateurs et le dait dans ses deux colonies de St- gp. A la mime epoque, l'invention II est assur.ment possible de
repoussDrent par 31- voix centre 12. Domirie et de Cuba tree sucrine- de I'effet multiple de I'appareil d'6- duire graduellement enllaiiid
LeDdpartement.dEtat s'appr&te a res en l'ann ie 1535. vaporation permit une grande Aco- coltes importantes de canneli
envoyer une masse de documents au Les Franiais fabriquaient du su- nomie de la bagasse come corn- et des millions de tonnes des,
sujet de la situation mexicaine, et ere A la Guadeloupe en 1611: et peu bustible. Ce success .ne sera ,cependantc
une force convenable pour aider la apres, nn juif nomm6 Benjamin Da- En I'annde 1878 commenca une pli'ement realisable, qu-en ces
Commission Mixte qu doit solu- costa etablit une sucrire la Mar- ere merveilleuse dans I'volution de combiner dans les4 coulisae
ioner]uo nde tinique e in agricole et industrielle de l'indus rie la politiqne des machinations1
tionner la question de la fronti&e. Lindustrie scrire dvint relle- sucriore & Cuba. Celte prosperit, patriotiques, a ce tournant den-
DBALTIMORE:- Totes lres Ecoles du ment impor ante A Cuba, quand los dura jusqu'enI896 quand la second existence national dpji asse
Dimanche seront fermres aujour- Espagnols import6rent dans I'lle des guerre pour I'Ind6pendance fit bais- mentable. II est mieux de s\
d'hui, d'ordre des autoritds sanitai- noirs africains come esclaves; et ser la production a 12.000 tonnes pour vitb r trop d'empi eme
res, par crainte d'6pid6mie de para- surtout apras cine les Anglais sen Apres la second guerre de 'n-pounotre regime administralen.
lysie infantile. gag rent, en 1713. A fournr A l'Es- ddpendance la production di sncre Releguons maintenant les Via
BUTTE MONTANA- Une semaine pagne cpnt quarante quatre mille es- accrut de nouveau a plus d'un mil- roues rudimentaires de r0t ,
d'intiret pour les magons commence claves africains delivrables dans ses lion do tones; elle s'dleva jusqu' notre fautr mnsee de I'ricull
ici aujourd'hui avec la reunion du colonies des Antilles. et don't la 2,9133 7 tonnes en 19!4: et A et de l'industrie; rpmIla,:ons.
Montana Chapter of King Teplan. plupart ptaient consacres a l'indus- 2.555 000 tonnps en 1915. Mais c'est an iquailles par les inaclinera
Cetteassemblee est lang premiere d'une. tie sncri4re. surtout en 1916 que plus de3.000 0 0 coles modernes.
Cetteassemblee estse la premier braon En 1745, les dEux Ameriques ex de tonnes ont At6 realisdes; parce Aujourd'hui que la st.bilito
sdue qui doit se tenir en c1debra'ion portaient en Europe cent vingt cinq que les hauts prix obtenus sur les tique nous est gaantie, Mi11110o
du jubil d'or de laGrand'LogeMa- millions de k:loarammes de sucre. marches en 1915 avaient provoqud plus t6t possible les beaux exea
connique. En 1738, Saint-Domingue prodnisait ]a construction d'environ une dou- de travail remundrateur et I'e
CROWNSVILLE TEXAS:- Gal Emi- 71 750 tones de sucre tandis que zaine de nouvelles usines centrales d'entreprise qui out coniribu
liana Natarette, qui a kt6 rcemmenf la rdcolte de Cuba n'a 'eignait que tr6s large, ce qui a permis a la prosperitA de notre sour voisinE
deplac6 par Carranza de la garnison 70 C00 onnes de stcre jus(f 'en I publique de Cuba d'encaisser amn Republique de Cuba.
de Tamanlipis du gouvernement de i'anne 1817. Cette ditffrence de pro Tresor public quatre millions de dol- L'heure de comprnidre toup
fact, vient d'&tre arr6td et est gard6 duction est la preuve qiu'a I'origine lars en une seule annde. prix de la concorde, de la pai,
dans la villede Mexico pour le meur- de la colonisA ion aux Antilles, non L'industrie sucriere & Cuba au- d6veloppement de nos riches:,
re du capitaine unexico pour de meur- seulement la canne A sicre, mais jourd'hui comme la plupart des an- sources naturelles est dgfinitivii
tre du capitaine Gunecondo, de l'ar- aussi pour toute autre culture et in- tres industries agricoleo de ce re ile, marquee A 1'horloge df.larivil*4
Sme r6volutionnaire, en 1914' dustrie agricole, le ddveloppement est le r6sultat direct des avantages J. R. CHEI;fl
HAVANA CUBA:- Une quarantamne de la production A Sain -Doniinaue du climat et du sol pour la culture
de cinq jours pour toute personnel .tait plus avancA qu'A i uba. Mais de la canne A sucre. Les mithliodes '-
arrivant de Vera Cduz a et6 d6clard depuis cette periode recule jusqu'a suivies par les planters cubains et
A Cuba A I'arrivee de la nouvelle de nos jours, les progrAs realises A les fabricants de sncre sont aussi JFP' io d'exposi
cholera dans ce port mexicain- Cuba devinrent si important, lque le rdsultat des conditions speciales
-..........-._.-.- .. .. .. ds 140 cette lie prodnisait 200.000 propres a ce pays; a cause de cela, Chaque voilier cst oblg
tonnes de sucre; on 185i, la recolte elles ne pourraient gu-re re mo u
D 6claration s'6tnit lovpve A 371.000 tones, en difi-es pendant que ces conditions pouler_ iumires (blanwhe;
4864 A 021-009 tonnes. en -1874 A restent les minmes. Ces m6thodes le 1 rouge pour ernpeher
La mission de l'Occupation en 624.0 0 tonnes et on 1804 a la quan- sont suivies et pra i(qmues de la Colisio!s,ce qui arivailt sou-l
Slaiti etant essenlie!lement une litO retnarlquable de 1 051 000 tonnes meme faCon dans toute I'ile; elles
mission de pacification, de travail qui a Ate doniolae. en 1896 et a donned sont obligatoires en raison surtout
et deprogrds, il est rappeld qu'au au tr&or publlic de Cuba environ de la ra etA de la main dotenvr; et
qualre cents millions d dollars, en cette cause occasionne le liaut prix
clne agitation polilique ne era p raison do la anssa du prix du su ides salaires. Malgre ces divers in- --
toldrde don't le but tendrait a pro- ere sur les marches do monde par convdnients, la R.publique de Cuba DEPARTS DE NEw-YoRE
voquer des manifestations centre le fai, du conflict enropAen. peut s'enorguei'lir ldu faith vraiment e
la declaration e.pressede l'Amiral En I'annee 1877, Cuba pns=,-dait lo-'able qu'elle produit une plus S[S NICKERIE a laiss6 le 27
Capetion touchant les d'crets dut '1190 plantations de canne A sucre, grande quantity de sucra et a meil- pour le cap.
apevr ton etcant les ec)els llicontenant ensemble 17,701 cavaleries leur marchd que tout autre pays du SIS ORANGr NASSAU, lek
5 avrl 1916 et a compromeltre, (tne cavalerie equivant A environ monde.
contrairement aux letmes el a 33 1/2 acres)de terre cultivee, avec La Republique d'l[aiti est, au moins Le S/S PRINS WILLEMI4, 1
l'esprit de la Convention la stabi- une zone agricole 6quivalente A aussi fertile quo Cuba; et elle se Septembre.
lili du. Gouvernement du Prdsi- 43.505 cavateries. A cette epoque, la trouve place dans de mneilleures
dent Darliguenave issu des libres r6colte etait de 520 000 tonnes de conditions rela!ivemnent A la main Port-au-Prince le 28 AoatitI
S sssucre; et le noimbre des esclaves d'oeuvre; paisque des milliers do
suffrages de 'Assem"fe Natio- employs sur les plantations etait de citoyees haltiens vont travailler dans AUG. AHRENDTS, Ai
nale. 90,156. lea champs et les usines de Cuba;
"L" H L'abolition de 1'eselavage a Cuba, its avaient du Amigrer pour 6viter ..
.Panamas! par dderet royal en 1878, causa une les spoliations du militarisme en
Panam^s I revolution dans industries e sucriere. Haiti. Aujourd'hui que le capora- l
Panamas Des lors la culture de la canne A lisme est aboli chez nous, les travail-, r Stam Up
Arrives par ABDEL-KADER, de ssucre et la fabrication da sucre do- leurs haitiens pourront retourner -- -
Arriv6s par ABDEL-KAER, de tou- vinent inddpendantes 1'une de l'au- dans leur pays 3ans crain e cultiver
tes grandeurs et pour tousles gouts, tre. Avant cette 6poque, les deux in. leurs propres champs Le SS I STAVANGE
Chez lONIDE SOLAGES dustries A'aientt dans les memes Nous avons done maintenant le laissera NewiYo k rversi
70, Rue Lourbe. maius,en raison del'esclavage.Apr6s droit d'espArer et m.nie de rdclamer courant pour les p0rls d
....- .... .._..- cela, commenca la culture par des ins'amment que le DQpartement de pou s p r
colonos ind6pendantes Des con'rats l'Agriculture se prdoccupe, au plus ,it ire sera %1x
W anted. speciaux lient encore les co.onos qui vite possible, des moyens propres a 0erare sera
fournissent la canne aux usines, en d6velopper 1'industrie sucri6re en ment.
Funse. d h,. Change d'une certain quantit, de oHaiti. Des capitalists amhricaines soe
Furnished dwelling house sure spociflAe dans les contrata. IPlt deja decides a venir comman- Port-au-Prince, le16:AoA
ear Champ de Mars- moderate ces nouvelles dispositions entire diter une socidtA cooperative de
price, for small American family. plan'eurs et usiniers, c'est-a-dire la planlers etd'industriels 4e (a t-ane EpVAlRDM.flAPli[
A dress No S8 this office division du travail, fut I'origine du1 ______________ "___.
systemedes contracts pour un cer- '
ii-tain nombre de lives de sure pour B r *
100 arrobas de canine delivrds a la a
La Culture de la teforme de la balance & l'usine. Be r S
Canne Sue re Centrales Cuba,o se trouvent N gociancon-t-consignataire
centrA le travail de plusieurs petites ociaD-O a
ET usines, qui devinrent ainsi tributai-
L'Industrie Sucri. res des plus grades fabriques mieux RUE ROUX 38. PORT-A U-PRINCE",
Aquipdes et capable de produire, en
re f Cuba accroissant leurs moyens de pro- Q TDI NJ
duction, de 10.000 a 70.000 sacs et LIQUIDATION DE ,INI.
plus de suere...
APERQU HISTORIQUE -En 1890 'Usne entrale La B.Cernicchiaro orte la connaissacede
",Constancia, fondue par le mar-ui M.r B. Cernicchiaro porte a ia connaissance uo S'. g
Apezigquia, devint la plus impor- chentle etau public en general qu'6lant mobilis et ..
En 1506 un Espagnol. nomme tante usine sucriere du monde, en pour la guerre, il faith la liquidation definitive de soQD
Pedro de Es'eban, introduisit la produisant 135.900 sacs de sucre par bijouterie et du reste des autres articles
canne & sucre dans I'le de Saint- an A la meme epoque a peu pr6s, 4


Domingue, et peu apres dans I'Ile de la Centrale hormiguero, appartenant
Cuba. On croit gdndralement qu'il aux fr-res Pouvert, installa le pre- Seulement pour un tSoi t
tira les premieres boutures de cette mier fourneau brulaut la bagasse
plante des lies Canaries. Quelques humide C etait alors un progrds trAs 1 advise aussi sei debileurs retardataires que pass6-
i4crivains du seizieme siecle sont important dans l'industmie sucriere, .r..ra...r.. ra .. n
pourtant 4'opinion que la canne A parce que ce proc"de permettait ds rocurateur sera autovisA prendre loules measures
sucre eat une de plantes.indigenes fors, de se passer de la necessity de d'axriver au r6glement de leurs competes.
des deux Am6rique. brdler de la baqaese dess4chde au
Laaew aucr d'apr mce dcri-. !olU, eequi exageait beaucoup d Prt-a Prince, 224o