<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02644
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02644

Full Text




QUINZ CENTIMBS


Londl 10 JIllel 1916


pI


(36nent-MAG LOIHEI
DIRECTEUR
ABONNEMEINTS:
PORT AU IPRINCE
155 4 *ci' s


C


0 0 4 ;4 a9 5.0
LWIPA HTI'161 ENTS
6.00
KTHIANG E1
:. :4 4 .- 0 8.0c


0 a


OUOTIDIEN


p4)BT-AI'-PIIIN(:E ( Haiti


RtDACTION ADMINISTRATION'
Angie do@ Rues ftrou & Am~neaio*

Im aueow. smi ubeme:
ftr-eAVaucma-aua burcasado jwusi
AL Paam : caL.Maycace k Cie p, Rae.TmwAS
A Lines.: chea L. Mmycucs k CO. ig. 81*3,
Laaegate H it
.ftUu.'Cbn Rudoat Moon. S. w g~, Inasw'
SS rae40-49
A NSwmgin. maiversil ?iabhaky Con.V., as WON

Lasmommuuks lusis-,on m Saum *s fee&

dire um11 is & 69'Sfl"hS pv543aylesd&zttco


A NN


IJWR DE LA GRII.DE GtilEIIE L'*tat-major alklmand a pensO denbj-g centre les Russes en retrai
-- que les Russes, n'avan, pis encore le. Si la Ht;ssie se d&cideit aujour
terming leurs ptrpaJatifl. tt a.vant d hui a cntrer en action et a jeter I
d1* engag:r des forces itlportantes misic dlc s-es reserves stir les ligne
L 'UUH)ion (des d.,ns lutensive en Armen.ie et en austro allemandts degirnies. Cl
S-if a Mesopotamie, .C moment t'ant vCnu plallns eln.nImis poUrr.ntent tre bol.
Entergietsf8 de se lanc:r a foeid centre lai trance levciCs ; --- et lihalie. L'heure viendrait ensuite dcvat i ,.-i d un sy.icronisme lon-
de se retourner centre la Russie. Ot guement tudit et organism, pouri-
Den,te .,) re p l;n.,bnt rtussirait probablement ains A de- rait f)rt b:en se trouver r&a.lisl a nsi
montrer, ou tout au moins a paralv- pir la coor.dri i o rapide des efforts
Labitaille de VerJun garJe toL- ser pour longtemps ['offensive gene- i-olks Lt succ -ssifs que les oltensi-
jours des proportions grandiose. rale que les Allils etdaent en train ves .ctuciles nous ont imposes.
gigantesques. L'ach irnement de nos d'organiser. \.1 ne au pmi de nouveau sacri-
adversaires est tel que Ilon sent chess Darts l'espoir d'litniner successi- lies. Les grands efforts ne doivenl
eux la volont6 de semparer, coite vem.nt la menace fran;-itse, la me- p.s rester inicourireits et inutnles 11
quecomite, de la forteresse si long- nace italienne et la menace russe, les faut les reunir et les totaliser pour
lemps convoit6e, vo'onte de vaincre Allemands sont done en train de qu-ils contrabuent au succes com-
poussie jusqu'au parozysmn, jus- concentrer tous leurs efforts. d'u i murl. Le moment est grave pour
qu'ila folie. c6t6 contre Verdun et de lautre nious ; mats il l'est cgalement pour
Malgr6 la disproportion 6vidente centre le front Italien. II n-y a qu'un les Alle.ie.nJds.dou.t les Icrces s'usent
entire P'immensate d: l'effort et la remiJe : la solidaiiit, I-action en chaque j )u-, tandis que grandissent
midiocrit6 des r6sultats, les phases commun. Une cooperation locale--- les n6tre, et Celles de nos allies.
pr6cdcentes de 1-offensive allemande nous I-avons dit--est A peu prs, im- Tirons do:ic le mnelleur parti de la
semblaient en etftt assez logiques ; possible 1 cause surtoat des distan- situation .itue!le.
mats aujourdhui ces efforts sont ces et des leateurs de, c >)n n i ica- 1. i-.r ..: ve:i i, de rkaliser en-
deveaus tellement desesp&r6s. telle- tions; mi oa peut a cclrHer I ei rde; fi t I : te i c, cC) nt n e- precor.Isee
meat sanglants, qu'aucun gain ne en campig-e des tic,:s sur I'ab. t:c e t o t i.; : a t'.r;s il v a quelque
parit suffisant A compenser les sa-
Srifices consentis. -
Et cependant, ii taut nous atten-
dre voir la bataille. qui fait rage LA GU UI I- EELWtOiE'.VE
sur un front de 25 kilomintres, con-
tinuer sans une minute d'accalmie, LE COIMMANDANr DlES:S FI)!ICES Al, II:'.'S, D!)ANS I'E:S IIAI K \NS
avec une violence tout au motis
(gale, tant que les Allemands n-au-
ront pas compltement 6pui-6 tou
tes les forces nouvelles qu'lls av.ient
accumul&es pour cette tentative
dssperde.
Pendant ce temps l'offenrive des
Autrichiens centre le front italien
s'accentue d heure e heliure. La
fureur et la simultanitt de ces deux
offensives ne doivent pas plus nous
effrayer que nous surprendre. L-ht-
0oisme des soldats de France et de
leurs frlres d Italie mattrisera, une
loisencore, ls efforts de l'etnvahts-
,eur ; et devant Veadun. come sur
letsimesdes Aelds, les Allenaids
et les Autrichiers verront bient6t
leurs espoirs A jamais ensevelis sous
des monceaus de cadavres. Mis il
taut que nous tirions un autre profit
dece double pchec de nos enniemis.
L'avantage qu, r~sulte pour I'AI-
lemnagne et I'Autrvche de leur situa- J
too g6ographique privil6giee, est
3ae fois de plus confirm. Les
Allies forment come un cercle
ahtour de leurs adversaires ; cela les
4-. Amanceuvrer et A comb.Attre
PS'I'letnrieur, tandis que ceux-ci
SiDstuvrent et combattent de I'in- A droit, le Gbanral SARRAL, comnmandaent des forces alla&', aec s.pa
'kiour.t 11 sensuit que Allemands et de se officers dapvs une revue d inspeclioan dans les ligne. a ade a
A1ti.chiens out la prAcieuse possibi- en face des f, olieres.
60 c de concentrer plus facilement I- .... ._ --
Ihr forces tant pour Ia defensive
PPouar l'offensive. Et tandis que desquelles l'ennerri a compth et temps ; pour la dCo fense suprA me de
llios doivent pourvoir A ia dd- compete pour trapper son coup d- nos int&rts les p'.us sacres, pour la
fiase de leurs lines exclusivement cisit. victoire fin.ale., lunionr de toutes les
avec leurs propres forces et leurs La Russie stant paralysee pat les energies et d. toateles forces allies.
pro re moyenst A cause des graves difficuitis de son approvisionnement sur un front unique. plus que jarais
dircunltsqui soppoent A I-emploi en materiel et en munitions, I Italie, nwcessaire, doit se mnanifester sans
sar a mmime front de troupes de l'Angleterre et la France out dd retard.
iieonalit6 difftrente et d'armements marquer le pas en attendant heree Colonel V. HERAULT
iers nos enemies peuent ais6- propace pour rapper partout. en
Spoe eureffort maximum sur mrme temps. et dgXlement fort.Ceux -- -
Oci.,eor quelconque A leur choix. qui Ataient le plus complitement i
_. i "est cminque si nous avons prets out dd attendre le plus long- ppl uf r e d l
lai r gal" r os adversaires dans temps, et c'es.t sur eux que s'est Dont ittica ine
Production dua materiel de guerre, abattu le premier choc ennemi. Le ,E
l eirnito reJative de iarmement resultat ne saurait tre compromise, -- E
S.,apprYOTWoanements en mu- mais Ia dure de la guerre en sera e
fil. l e4 t A cette plus grand- certainement prolong e. Ii t.ut donc Du statiosnaire a Memphis a : Le r
'tesa moAmvements assure encoc fire tout le possible pour hAter colonel Pendleton a cablI au Secrt- d
tAusttrAllemadse us avan- dneffort common et harmoniser l'ac- taire d'Etat de la Guerre. qu'A midi n
ort appreciable. tion deochacun des Allids. II taut le 5 juillet, la commission charge fn
ad' etaseI t nous, somms en rpEzter ce qui a dkjA Et6 faith plusieurs de n6gocier pour s6tablir la pail en e
L*a aimla htcruelle e ce.ri foss avec succts. ,Dominicanie a conftrE avec Jui A c
coq e Vodun vid e A para- Las Russes noas ont mcontesta- Navarette, relativement A une pre- P
,ow poett d'offensive I'of- bloeoet aidE A gagner la bataille de miare entente pour l'entrte des
Itq. ,Tfreatin n'a d'autre a Marne en envahissant la Prusse troupes am~ricaines A Smntiago jeudai a
a .LJSo. les plans italiens orientale A l'improviste, et les ha- soir ou vendredi matin. I esp~re b
!. saiten,100 mesurde liens out, de leur c6tE, fortement qu'il n'y a plus sujet maintenant de fa
ac des forces non- conribut, Ian dernier, A algleer la craindre aucune opposition ou no h
.p!reslenmrm.idabledes arm sls d'lliu nouveau confht. Le Chetd o la Bri- i,


i- gade a nifiri. toe au Colonel PoodlE- .'a un Vatid.-villi', Votrt- (L~1. pit_%CeS in-
r- 'on :'Mts ft iczi...ions, ainst qu auxifts-ieures qui ae 'li-eia t lt air fej
1A tiou-ies sous votre comnmandenient ;hire oi-Iti i maint.i);t .,,wm. GUe~t utit
!S 'Ojs avs z utabli Un record pour Ett~ite Sou-i;,'tt i0 Iit lu;tYee
t.e-SU Is f fate 'sta ut ii le
s mzaltotre.jifii~ams j118sq.. 'rio'' ;ivalaiL awudi star
Du staatiot'naire --Memphis ',au I l st~ie, el 11 u sit- iee~,oii
itSecrmiaire d-l-tat de la Marine :-PAs ijIa t alijtfi(1. 4!;- )/.,l,/ li~e~r
d 'e rapport du Coloniel Pendleton au Pd".lourAllm.ifti.4,m11.,11 1-j iitt,~
-joumd-hui. Du S. S -CAsitine "1 0011110 fooit aI ua Ill:ma. i-I' e.1. -.tz'
ijrapporie que tout est tranquille A IlesmeIao# (ii
sCubai'routes cs coin municatiotis. IW-cipplrtiu von v( /I a Qv toll t.mill
*par les lignes de terre. de Sanchez fcwlii. 4O)il a t~ ~ma' e ) i
;lux aultcs F'oitns de la. r~publique, 16t, Omi s'est tgIll (I' )*1i 6 0A a-0,'
*sont en boni tat de service.-Arias. II~ a.c~ t i iabI.l~
Nortvelliste, 114) it !it' 11 Pi .0:1. It '6.
tpair F Intel mnstd iare de [.-ircheveque liti 1'a f 4' S* Itlia'' '.o ., i
f de Samtto-Do:nkigo, demanded la per- .-* '
r tinissiou de se rendre A SAnto-Do- I I p J-,. .
-mingo. Cette per anis,.ioas lui sera Id! t,1 elw AI'i ill. w I.) it ,.:J
r rfust&e. mae Atittstioit 4t,1 ), p ia-. o &!ill- ems
r 1 ,11it 1,i t j ):lr~tjialir Ii l ft; at1ie L a_
~~~~se llt tS imt,.Sl 104 -t 1ii11Iw- 'i'S4
P'aris ( cal. id ml i t'at I i.tIea'auc
p thU ju""e'ita tem t cilcpt it deI. llil )


tza.tatfie Il-tlt il p s oi lt le S 1'.t
The famous jilwakee Beer IIllaisetit- cl tai4tm' ehlle eli 11111 !it- -t

EN VENTE CHEZ pas. raa tt a~ u .ti4-oa

le .1 Lig Lo L COi. o (lull-,el Iati! .'itlai u 1e-
Ion Ie va eta deI'llIon Ila im epomr'.e
laIll(tilet plC pavo-t 441itat 'al oIma' lma-lce
En gros ct en dMAil qglt C. Pikiatm tv (pile( Mw-ici
Anagle des rues Courbe et Ctsars ecrivt- lnate p fitd. til -IL at a" velom
La mneillcure et Ia plus hygikni- sosf 'rliliftI-4 selaiIt- le inQair tA
q ue des bilres. 'applawfiuhr...
_ _ _ _ _ _ _ _ _M o ll__ _ _ il it i Ci0 1 1 1 1 i'it'JI lle i t I t Alt t.
1.4 ceta, aill I.- C"111S Itt ~'iaS.
!idaegoielie I H T Dit..t~: A l.
A1 Pej, (I I
-lal(I/ e tw h I %rN I$,-i
Mr UM TInT!Uu912 UUM i. ... c I q. .P .'I.i


tIK)

Monsieur D. VAVAL

Port au-Prince. le 7 Jaillet 1916

MIon-ieurc le Diirecteur,
Dana le MATIN du 6 Juillet
couraut N > 3792 il a paru, sous un
pseudonyine, ui cop)ieux article sur
"" Mademoiselle Maichot ". Jo io
cherclie pts A savoir le n )m de ce
c itique improvise, puisqu il a jug4
prudent de soe cacher sous le voile
ideux de I'anionymat (ane m' Elon-


rien dit vv'tie .1.de 1.1' ,, 1- Fe-r
nsa'ad HeIbi, t/ Lt Is 1,001W 'd ie- 'If&I.
11vlclwamtuji-.ma II' l*l'.1 DI iIs L
s~iiotv'di IPo Jui. d eIl-I l su s tsi'ai.pt
pvirvisaii,#11 $)Its pitIi -i.'Sjf U *t
ComoUpile r'' tlsg.11t
)Vol5ux va/lopis Ir*.% ',rvmpt e It s a pa-.
ces acae I 'eI ulvur tvb, NI .i ,I,-i 11. i s Itoielt
M l cItIo t 1dvmnt n ()im (q vot/c mis 1.1 foe
el lotsconvi ic*iopa It pv1.45s s ite~p
cepeniivadft ieIui d~ti 'wb qulo.
una ?tofln 1#( bs'1 ,0401 /'I Dlhil IL 1e iti
rajie prn isut sm pa,dovr (vit dviiiartater
lI( rn'abisr dv iloooeili t ielde
qasei drrit J-~Ile I i I Pi'Sedic of U.-S
qienliiiaonu.e tie I I,)res qu. s'e acri-
liquaant tulle pW-(-e die ihaft/rti. a us#
d-upa d'oat rerosaiwt ptr SWr *Vto'.d
ltiim#j *,l~leoubhie.)t*$ fd'.s h lv v &Ig*st,#-
res qam'iI dowsail t auwc a"Ies


no pas. En g6ndral I hasieon aime A "' ic frapper en cachant sa main Si ce collaborateur, sud ail.ear-s est p di
ournaliste verbeux avait bien you- o fare conintilre tosn.nt i.,
U se fire conualtre, je lui aurais u avai la iss e ct:! tio. p d' 4po i.-t
posd cette question "aibles M. Varul se /* c cx*^ som
o. :affaire. Je sou/iesx, not i,1 '/ I uoiniov
epuis cent dx ans est avec le crilique du tATIN Vt*ait
*" Depuis cent dx an qu'iaiti puisque le public port a., pra.wie.-s
existe,quelest lhaitten qui aitr6elle- accueilli d'une fiq'oan my,.ishq.,
.nent ecratune bone pi6ce de thta- Mademoiselle Aliclho.,, Oum. e' .
Ire ?Aucui entetndez-lebiet. N'allez geons Mr Vaval d lui of,.r uHe aroa
pas me pailer!r- Liautaud lthdart. de reprtsentalios de so'. ch f d(.&.,re.
e vous en supple. Dans toute son Ce rera nonre vengeance
euvre dramnatique, impossible d'y
trouver une piece passable. Si I'on Cldment MAGLOIRS
reut croine Alexandre Bonneau( voir
Revue Contemporaine, Paris, 18W )
I W'y a aucune de ses pieces qui ait
lu minrite. Oni luireprochede navoir NOU ES
pas de psychologio et de ne opa sa- N L L
oir faire vivre sea personnages.
Est-ce Vendenesse Ducasse qui eat
e dramaturge national ? H6las I PRES
st-ce Henri Chauvet avec son 7o- PRESSE
fador par amour ou avec aa Fille
lu Kacik ? llola Est ce done Fer.
and Hibbert, I auteur de la RIela-
nation d Hopton, la derniere piece PAR SiNS FIL
n date reprt.sentee & Parisiana ? Je _
rois que ": Mademoiselle Michot, n.a
as &i craindre de teiles comparai Ddpches du 8 Juillet
ons.Sijen'ai faitpaabien Isoyezper- Dpch du 8 Julet
nade que leas autres n'ontpasmieux ... .. ,
it. Le public port-au princien I'a Was&. G.ro.-Le cotre-airal Q.
een comprise en accueillant d'une ewo a fE.d cboisi pour succdMr A
aqon sympathique Modemotselle AUmiral WiAloWw,con WvI'i.Ivmt la Fit.F
icAot & la reprdsentaUon du 6 ISt o Pa'liue. au monwsen oi I'Amu l
iullet. Jo nsai pasj iavit lo pukbb I Wimbw uesias onM m .am5ue.. IS


S
I
I
I
S
I
I
B


fOs Mois



fi;jWMois.


- -~---~.~~ I I r


a- Mfa


$bumw laae sov, 3709







La MATI1


jusl rfi corastf, Am rain di sa limi- I'exeellence du jollftlln i- .- la Patrie.
L ContUtrtamiral Pond sucddeJra d .*. Ox'on se replte que c'cst de.nai
L.imrawTay Cpto. Ilier soir replfd:itation tr6s rdus la second representation des spirit
Lf Scridtaw Etl dJElati Daniels sie au Cin6-VaiMid ot soe donnail tuellei comedies d.. Massillon Coicou
recomwanddIawaln e adanta a s ebailn dis lIaiguetmr a e ft sln htoique Normil Charles.
"WoIIIandrw dt A cause e dr dminwenis 4ui nIoltre I' l citcioatais celn i dee
stirtes eu iHaiti et Jdaus a Rdpublique Iasqaasinat de leirmi IV. .0aaale0
DDomwicnwa II a accoompli un record Tois lea amateurs so sont r#jo'iis Nous apprenons avec pl.atiir que
comwM offci r supdriur ; et la question d'avoil"r t rovoir ce baau tableau Mr Georges Cauvin a et eno no in in.
Cd'aciedkwd dams If service 'a pas 4id g*nieur attach aux travaux du Bas.
caddrdr dams 'respke. Le Ielear sin General.
-Le Departeanent de la Guerre a
a annonc6 bier soil. qu'il mobilise- Le journal official pub'ie : .aril r
ra lea rEserves de larmde vigulikre Arr&,ts d, suspe.iasir des Conseils com- Eii &l asiiuli .' ulre-D me sera
pour remplir les videos occasionns ImnauS du Mlt t s-icolas et de Port-de bni laiiiSied 22 .llet A 7 lieur
1n raison de la nouvelle loi de 1a Cr,,culaire du S,,rk:.irc dEtat de rInstruc- St< Victor, lille de feiin r:itus St Victor
reorganisation de I'Armee. Cette re- tion 1'ubiique aux inspectcurs des E olcs ide lui fut piLustiurI fois S cirtairod-Et'at
serve est compose de soldats hono- Ia Rpubl1,ii, des relations Extereures et d<.cord
Avis ia tericik.edesielaiso Exteieures et dt~cort
rablement mis en disponibilitl ; Ce ., Proces verbal de bralement des billets d6 de la La4ion d'llonllieur, avec Ir-
elle compete euvirou canq mille hom Ct 2 gourd.c NORD ALEXIS, du I juillet Ire aini .Aug/'te D/sert, Ie charinant
mDs. ':916. coinaipriiIt, ik1s de tIen le Dr Archi-
e pers s i 1 1-xtratts des comptes tenus au D pmtemen thnitle ). rt .ti d >rigt a iliealit lIong-
Six experts du service public d F&.F ai ds, d c irtionselfecuieis $ nei'te i.c '. rttiltjiu ,atpea aiilonUSIg
de sante sont eiavoyis A New-York, ladmin %tr.ttion de M.onsieur Emile Elie a teliipal'I"cole Nationale do Me decide.
partir di 14 Aout 1915 NoS Co:uI.pldils s a 'itatl'ressalut
afro de coopkrer avec les autorites ( locales au sujet de 1 epidemic de pa- Avis diniilitrjtits.-Avis divers.
ral sie infantile. Bulletin dc- observations n>lmotirologiques Eirflleale ereasieo
NKw-Yok --. Depuis 24 heures, dU 6 au 2] M ai 196. A vendre til l Iuis Folelit, rowea
aujourd'hui i 1o heutes du matin. An borne Marielleao cjtclhoute.s avec aceessoires.
Vingt deux entants sont encore adiesscr su MATIN.
morts de ,paralysie infantile. Quatre D important travaux s'executent Scrnice postal
Vingt dix sept cas existent encore. 11 ces jours-ci ani a Mor.ie Marii. tie a Letires r'ecomiaunh-es en soulfrauce
est dejA mort cent quatre vingt seize ilii doi.t ,lieeantut dil.aai'itre. G-A.1 ira- Jd 3 aau o luiilet 1916
eufants de cette maladie. vaux doivenit se pouiruivie jusqu'a Mine Frl drique Bernier, Mme Li-
LONDRES-Les Anglais ont capture, la rue desa F'ronts-Forts de sorte ia Bie,-A, rhagne in-Loui,
mille yards de tran:h6es sur le front 1lUa)iPss la retssite de cette eitre-. ev L n at, a"me
est de Laboiselle dans Ia r^ion de prise lres vt.hicutles pourrotit de Ia Mn e Eva L ton'ant, Mirne Vve Ale-
st ommLboiseruee ude Fronts 1Forts passer par la xandre Mondisir, Chs. Valemb:un
--De violent combats ont lieu rue dd Couroinenent pour so ren Bolme Recrmpense
die atlI'ostc Marchatid.
pr6s de la vireAncr. 11 faut l iciter ceux qui ont eu A qui apportera aux bureaux du
--Les Russes ont commence une! Illitiative de ces travaux qui sont MATIN' une portefeuille perdu hier
vigoureuse offensive sur le front de aussai lies que diflicultueux. sur la route de Bizoton et contenant
Riga ; ils dtitui'ent les tranchtes outre d'autres valeurs et papers, une
allcmandes avec le feu effectit de Le comcerl de Ia lMusiqir do Pala's carte de libre circulation delivree par
leur artillerie. Etn ce moment, I'ar.-' 'Occupation au soussign6.
tillerie russe peut lancer quarante I.e copieux et alh'chant prograin- Port-au-Prince. le to juillet 1916
obus, au lieu de cinq, il y a dix-huiti mle iue; nous avons publiW days Fernand EDOUARD
mois. iiotue ejitiion de siinedi avait altiar
PAIs.--La nuit passee a eWt rela-l hiter so' atilourdu ki:js ue duClhaliin Secili FramTaise de Secours ,,
livement calme sur les deux rives de d .\irs un ilnoide Iou accouri Mulnels el de Birafaisalce
la Somme. Les Fiangais ont reussi "'pous eItendre le Concert. La Societi tait cakbrer dans la
enlever le Plateau de Santerre qu oc- ,),., Itnlt appicit!r uaie ijouvelle Chapelle de I'Arile frangais jeudi 13
cupaient les Allemands. Les Alle- ,fos I-excelletoe excutioli do nos juillet A 7 heures du matin une
mands s'y 6taient installs co.itor- 'llisicielss du Palais. Messe de Requiem A la m6moire de :
tablement On a trouvE dans les .Apries le coicert., le amnateurb so \1. A (;uyot. merr.bre londateur
mnaisons qu'ils occupaient des pianos, diriy,*'ret veis les Cinminas. et le ler President de la Societe de
des lits conforiables,des the6ikies, etc.' 17S -8 1880.
TtNas--La Convention RussoJa- Cilema Parisma M. Ch. d'Aubigny. Pidsident de
ponaise a ete signifine A Petrograd i88 I A 1889. donateur du terrain de
le juillet. Une des principles clau- (Ce ft devanlt unie nouvelle foule i'Asile francais.
ses specific que les parties contrac- Muinenlse Dlue so doi a hier soi" at. Eug. lemreuran, Prisident de
tantes s'engagent. ne prendre patl I'ansitaa la relidsentaioi des 2 U 1896 A I89 ui a dot6e I'tablisse-
tet 3mie Ppisodes du aral.d roIi at.i 9
i jucune conbinaison ou engage- i.es MysV-res de New-Yoik .. ment de h-h6pital aciuel.
ment politiquc contre lx Russie ou le, Ce ihn dont I'mitert est crois- M. Ch. Thoinasset. President de
japon. sant occulpa lortement I'atteiition 1903o 1904 qui en a et.I l'architecte
S- du ipubllic qui s'teiaerveilla des deux A titre gracieux.
Le t ts- l podes. I Les parents et amis de ces Bien-
SDes applaudisseineiits plus qui en faiteuis de la Soci6t sont cordiale-
ef i thousiastes liaiquereit le beau sue it ent invites a cetie cremonie.
e ces de cette soiree a laquell.btaienit Le P.isident de la Sociee
venues de niumbiluses et lemar- F. CHt-RIEZ
Par sans fiiquables peisotinaliates monidaines; uvelleIaai
Par sans fit *uvrlle A a main
S Nore grasure de Samedi Au Cinemi,hier, pend-nt l'entracte
WASHINGTON-Le GouvernementI je ne connais que deux tem-
Americaln a definitivement accepted i Nous devons des 6claircissements mes charmanteis, affirmait Ia jolie
olficiellement les propositions de'A quelques abonnes et lecteurs qui el pirmante Mme L.
Carranza. Le dififrend Americano- nous ont tail des observations au su- Lionnel qui passait, se retourna
Mexicain sera regle par des negocia- jet de notre gravure de sameui repre- galamment vers la gracieuse femme
lions directed avec I'ambassadcur sentant I'aliave A Ntw Yoik le 4 -Quelle est 1'autre? fit-il.
Mexicain Arredondo, A Washington. juillet d'un sous-marin allemand.On _
s'est demanded par quelle voice nous
S"tait arrivE le cliche qui illustrait le Le Sous-liMgf.t ,
F ai i r 7 juilet,dans un journal de Port-au-
F ai D ivers 'Prance, un EvEnement accompli le 4 4 Deutchland
du meme mois.
La chose est t:es simple Les expli- NORFOLK ; to Juillet.- ( Par
1ENSE1GNEMENTS cationsqui accompagnaient lagravure sans fii ). Le sous marin allemand
Mk'TEOROOLOGIQU .S atfirmaient que le sous-marin alle- Deltchlanhd eat srrivd ici anjour-
mand serait A. New Yoik le 4 jiuillet d hui 1 Ihb5 do niatin, command
UISEIIVATOI|E Nore journal publiant a gravureh ar le Capt Kairig et monte par 21
DU ap1s ccttc date,-nous avons.confiants message de I Empreur Guillaume
IMMNAIIE Ci idans l information de uolre corres- su I'rsaident Wilson. la malle, 1000
E11NINAIiA COLIT. -TE pondant, annonce que le fait s'etait tonneadeteintureetdesmedicaments
SAINT-MAHtTIAl realise le 4 juillhet.
i.anche 9 Jillet 1916 .Nous respectons trop nos lecteurs
Diiuanche 9 Juillet 1916 pour nous permett~e A leur endroat SgM mg n. gS~r^'pra
A MIDI aucune mystificaticn ou plaisanterie *llBW1UEiSZS..
de mnauvais gout. '-i' UiiLxi__


larem6tre


7mu .4
minimum 22.5


Le Capilaima Upsh lr Pli1-VUle


Smaximunm 33 9 Continuant oeuvree de son prede-
Moyenne diurn 20.2 cesseur, le Capt. Upshur, adminis-
trateur civil qui sant~ressed'une la;on
Ciel covert I'spr6s-midi et nua- particulicre a la nouvelle captation
_x la matinee. des sources de la Tile de I eau A Pt-
Plate d orae i 7h 50in p m. tion Ville s'est rendu sur les lieux
Baron6tre constant la semaine derniere. Le Capitaine
J. -SCHERFy etait accompagnE de Mr. Thomas
Price, ingenieur chef de Service hy-
a4i-Var4ies draulique. 11 a donut A Mr St Sorin.
S .. Chef d service A Ption-Ville les
Simedi soir te peoeup. boureux matriasux nct ssaires.
do aa sr ionnma iaeUt I grande Nous croyons qu'il faudrait corn-
wle Cin6-Varidods devant es Tri- matader des wuyaux plus grandes pout
b e-s. les travaux imprtamts qui s'omI-
La recon-aimee poolairs as cumte A PEtion Vaile dautant pltu
_rnimaisa per ds ap qe le debit deaus est detva plus
i *v. --, -- w esiraMe


LA
Afaison G. L. Verret
7 1, Rue du Magasis d i'Etat.
Vient de rccevoir an grand assor-
timent de Casimir, Diagonal. Fla-
nelle blanche et Alpaga. e t coupes
pour pantalon.
Nouvcaute et quality superieure.

Attention I...
Liundi 10 : Grande ouverture du
coafs Au Nouvoea Bar* rue
Bonn',) FoL. No 3t.
aM. kea consomiuateurs trovoeront
nil choix varid do fines boissons et
Iderhum sapetfin.
Use eail de billard coquattmeot
aasago e t deolne& as. amtara. I


I

r


IDernidre Heure


Des trovuioeft oat liean dons pla-
itieorio 'ihle'ivq m:we" V COIIpfis
Belrhisa. ROO14NQ Ia .atswmelhe do e 14on
9Mivp Aaznaa,''e.Ces troubles
ne wwoiet g)*.t4i es Oaawaates fr~(lueftes
ilea gbImplekIintiEfsma eta jet du manque
do *,emsesriiaare -.jisgcimdeft agutationfp
bicn n ghimtrieiisets~, aiyant le caract~re
do re'voll.es pap.ilaires. Dem gers. du
peup'loepolourent lka aoldatp, ainlde
len obliger do saejoiridre & eux.
Les phiii ssA~rieuse.; dacnonstraitofls
ont eta hjeami A Il'ostdoin oot tine im
tuenme fi ule a t'potia;s, des aaupmtc
tionia comitre la ofatnille itnpariale.


Pour Intriagea,


Lip#
Le ?AS us, c:Irgo..b
deN ew -Y ork e~,t a

Le S/S LUNA. cIL4-.4rgo
luille:. "g


Le SiS OR.\NIE
12 juillet.


DEPARTS POLUR NEY
Le S/SCOMMEWIIlNEv m

Port-au-Prince le j luilMl
AuG. AHRENDTS.jM

A vis imllporh


FREACH AMllRICAX HIAE Co.
VI.\S (.' ,cA I.IFOINIKE
Vins rouge : C(l.rct. Zintandcl, Burgundy.
Vins blaiu s : Hock, Sauterne. Ricsling

Massac,'ssett Breweries Co.
Didres Pilsner,
I liiffI' Kin s Bohemian
Alleys Porler& Kings L'ure Mall

THOSE WOODWARD & SON
Poissons sales en Ious genres
Rcpr4esent s par
Eug. Le Boss
95. Rue du Quai
PORT-AU PRINCE (HIAITI)


Avis
A vendre : une chambre A cou-
cher. une salle A manger, un phono-
graphe et d'autres meubles.


AIM 41SON


Victor Manga
93, Rle d Iagasi de Ill

Produits d alimentltions Jd Ilet
I'RA.V('.ISlS et .\IERICM
Conserves alimentaM
et Pickles
BISAITS PRIEOT, n bWile I'ml
Traes btien prtseote.
Bougies 16, 20 23 A I
( Marque Fournier)
P unes franlaises d' Ene pf

Farine d'o
Pour BEEs
Papier Job, Vinaigre
Fromages Tie de


Les AIlomobiles Ferd sont cellos qui so comporlent e
nos routes. -Elegance. souplese, solidid.
Touring Car pour 5 passages :
Prix 630 dollars, rendues A Port-au-Prince, tous fraisil
charge


Ford Molor CO I w
A ---AY&C


port-su-priaa 060i1'


Con Ire le8 Verminel.
L'Allida des Fourmis, Ravots, punaises rats a1iiocbOk
ceS b6les malraisantes 01 d6tontanles on qtolques hofS" 6
Oil trouvera co Prod sit anfailbble chdm
Th~odois DAKMBd


I


IU'lllUIUt5us, c Me CiysosltOne iloseOI
re A Port-au-Prince, sou
IIFZ 3ADAIE lue avi aux interesesl qu
dat de recueillir ie oomto nt
WVebly Prsessoir eur I"tit nral T. A. So
cieni le 1 ident de la RO(
Avenue John Brown (Lalue): d'ee del.vrer quittance.
II est accord aux dibil
On trouvera des chaises, verres et dslai de quinze jours, i
tasses, serviettes, nappes, argenterie, cettu date pour se lib,.I
cuilleres., ourchettes, couteaux.vais- lequel des pouiites j
sellers, etc, nouvellement arrives, en seront di:ribas cointe l u1.
LOCATION A des piix modE6Es. Porl aiu l'iince. I. 2e3JUiu
C l OSE101


A vis

Sur la dem;miaidedu public nous
avons pres la dcis'on ade faiie e P
oucher Gua;ntainaino par le *Pa- R. BROUARD 120 GlOM
cifilue a si lnotls avoins une quai- Fouets pour voiture. Qc
tit6 de passagers stulfis:nle. de fil, de cotton pour hommW
Le prix olu passage est de 15 tants, Bas noir iiucertle. i
dollars par persomne. de poche, Cepe voir. Sati N
Joseph NAlDAL el C 0 Likme, Papicr W'lharan,
paper et d'enveloppes, (
& boldine Houd ). Maill"-d
Sales our foot-ball. Moussig
B l.Bbbitt1 n1C Anglais sans maltre par X4
Savon Gold Bar 1 Bouge.
J I -- ____ __ _


N4%IL4


j


ba


A 26r


A