<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02639
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02639

Full Text

almi AN" 3s. l7


QUINZE CENTIMES


Nardi 4 Ju.lrl 1918


imjment-IMAGLOIBE
b DIRECTEUR

AgonNffMERTBWlo
PORT AU PRINCE


09 Mole


freisiMols.


. a 0


DKI'AHTEI1 INTS


ET HANGER


(.
*


Ir


2.00


2.20
t.00
o
t;o0


0)


SG 8.OC


OUOTIDIEN


poIIT-AU-PRINCE ( Haii


SMDACTIO14 ADMINISTRATION
&sgle do@ Rues Fdrou & AzndricahE*

L" amamenceas "at retzesa
A PFm g-AV-VpaluCZ:AU1 bureaauzdu journal
A PAais: ckicz L.Mavecc & Cie y,. Rue Tironcbel
A Losw~as: cnez L. MyayceccI CO. 1,p. 21,34.
Ludgatec li
BaambiLt. ches Rudolt Masse S. w i.), crussiew
StrASSe 40-49
A Maw-YomazUnaycrssi Publicity COmPany s4.. Wo

Lm manssnits insirdt ou non ce soot pas rcndmi

Ahe.'wmesns & stusvisorn payabits a antca


LA FETE
I)L-


corps Eneiipat


Le Gympathique president de I'as-
Pociation des Membres du Corps
onseignant. Mr Fernand Porsenna
a dO dire satisfait du succ6s de la
Me littiraire A laquelle assistant
brsocoup d'amis de I ceuvre et des
auteurs de theatre. Un public
mombreux, en effect, emplissait le
Theatre Parisiana ou se donnait la
representation si attended, i cause
des notes blogieuses consacrdes par
lequotidiens 'oujours prets a prt-
ter gracieusement leur concourse a
des euvres utiles.
Apres le discours du President
*qifut trs aipplaudi et une poesie
ditepar M. Fernand Sanz, le public
sanifesta sa joie eu entendant M.
DIlienne dans un monologue crdole
ds plus roussis.
La place et le temps nous man-
quent pour fair :'analyse de la co-
medie de Massillon Coicou, I'Ecole
MutAelle, ou un menage qui ne s'en'
tend passe fait une guerre ddchai-
a0e A coups de proverbes Mais
e0mue danse lea bonbromans, tout
Woit par s'arranger. M. DAlienne a
4t6on maria adroit, combinant avec
art sa strategie un peu simpliste
toot de anme, mais 6ventde par sa
imMOe Melle Orseline DNjoie, une
Min Edgard plantureuse et ner
euse, bien naturelle dans son r61e.
14 domestique, Georges Laroche,
Imtite aussi des compliments pour
avoir comprise qu'il n'y avait pas de
distance centre les maltres et lui,
'action se passant en Haiti.


On a d.ja public le compte-rendu
OlMmairedu drame de Tiercelin,
4 Secrementa de Judas. 11 eat inutile
ds relater i la suite de quels 4piso-
45 prtre renegat Bernez (Fer-
lmd Saiz) se fait tuer, sous la
CnvenOuon, pour sauver le comte
S[erven lequel s atait faith octro-
I absoluton par le ci-devint re-
n donot i avait s duit la fiancee.
i costumes ne provoquaient le
"airre, A cause de leur anachronis-
ilanterprdtation eut t6 excel-
I.. t La chose parait dr6le, mais
"Voulet.vous, sou theatre, les
sont l'essentiel et le
/Sntr qui s'attend a pleurer
grand Cur pour un nen, un
SlbenaPparence insignifiant qui
p=tbtiUue. Aussi il a fall
PS talent de Callard pour
Puser son strange costume
S fmh o rded repr6sentant du
a 1 ft._aruche repr6sentant
i reLio nous a toujours mion *-
i. oentule noir et adv6re
r i.traitable.

1 _OWS E. Simon, dans le r6le de
ftGOR. montrd une fois do
(isid"" 6hlgante ; Fernand
rPr4ft) a rachetl, & aI fin.
06 isoau d6but, avait do
c.v eT Geo s Laroche
a_ it perdonner son
B_ arr? et Melle Carlda
pmt Vast vraiment ltre
^fm aTOa leO acteurs
;SfPC6S de d iworts poor
Cda draaw.


CAUSERIE


La hu ci~tt kot.- ILA
[ollnomhl


FEMININE autre raison que le plaisir de nous!
A6 Eicouter parler. Inconscience plus query
- vanity, souvent, mais tout de meme
ennui pour qui esperait une conver-
Caullp.- Ea FJ3agul.- 'ithlll | II, iVC%. 11 lt! e SIII ,.Ctli
ABi. :b\. O xwjet t'-.iUvc, ,i i
June rtuntion iii n-i par uXcjin, I .
ivr -,, .-.. .... J i,


De nulot e curnejondnitl
C'est une iJde qu'on ne sauraij
trop encourigur pour les advantages
que donnerait sa mise en pratique,.
11 en rksulterait d-aboid- ben en-
tendu dans les h6pitaux et les d&pots
seulement- une meilleure utilisa-
tion des hommes et une notable
amelioration de l'ordinaire des trou-
pes. sans v exclure 1'dconomie.
En Allemagne, la majeure parties
du personnel des cuisines, dans les
casernes et les h6pitaux, est compo-
sde de temmes, veuves de militaires
tues A 'Pennemi, ou femmts de mobi-


Par centre j'en ai vu qui, la can-
ne A la main, avec leur toquet A plu-
mes multicolores et leur robe i ra-
mnages, n.ont tailt lettet de per-
i I,., JL- ,t I I t',t 1 :. t r p r rch ,if. .


S i cc IUIl:,!cs s'.-n cvoi, to lites blanches
con1t,.i 1ec. cepcndant tis plus tv,-
rabils a I cntitien f im ler. R ,c- par lecs ;ucs, les p cn'res conmmeu-
1 miii niCs, u'i ;u)C t IStk s sous Ieurs
meint uie idice Lui v lle se d1iaciS- votes de r u-,..cit car elles ne
ra du potinaLge monodamn et ids pe- c, c
tis rppo tag.%s de donestiiquel: al peuvllent on b -. ti ce our de res
u *r t td rhamb, cue mnle rent >i1 'J.tiise les heures
,cuisint ,re .ta II Iene de m,! h brac doulourc ,ses 0U1 nous vivons. Les
anoire boil ne.i -.n e 'importa: L ,
iol tt i, clochd s carillonii, nt 4 element, mais
que nouis .itI cions a ,IOUILS s t.- i ,. '
nues cihoses, scmnble que!que p u cS1- II n iI Lintsonn I
e s u ,u- octsin, I appel auIx armes, le ler
exj ..clL e' 'Urtout dcplac e. lt cc ,.
t 'ou. tt p tl 1914. D)pu Ls, que dangoisses et
n'cst 1i quun peLtit tI t pII rm i J at- '
re.,, ou v t cote | vit.! J. :- que d dcuis, it s ce drame poi-
pit une q gnuant, qud, voi'a bcvtiot deux ans,,
pwi a u ic iLpoiue uu taut de movcns i I u
de dcv.lopptncunt sont offers a.ix m l m !
Les pr>nniimcri communiantes,
tcmnimnLs ccilcs tout au nmoins qiii .. .. .. .......... i
In i i l w Ii,Q ,*,Ti v %r ~


disPo Ic~it de ceitims loitirs et q u
leur i i II du:toi a i ll IL.. Ill II(iI'Se.'.Icbli


toutes an es, s on vont
par e
s
rues, on peu trate, was leurs voles


.... .........-.... .......-.... ....... ...... de m u s l tc p ~ u e l s v i n
lisks. Elles font une besogne inten- Lde touts ldurs qualies I te1llectuel- e mnoLIssL c1 : qu'eles voient
sive pour un maigre salaite.es a qul,, est ditleisle, sinon auteur d'clcs tio dle voles noirs .
On sait les aptitudes culinatres de impossible .1 trancler, sS 1-on v.ut SL/uANX CARON
la femme fiancaise, et c'est assurd-I bien conservcr son caract&re de ge-
ment avec un grand d6voutment eti nral;d. .\lais un detail resort clairc-
des sons tout spiciaux qu'tile prt- ,ncnt, une petite cause lu:ineuse 1,bs..,
parerait les mets destines .1 rcupcrer qui projettc souvelt sa lummere un ...
les forces de nos soldats. Us n'en se- peu plus loin qu'on ne le voudrait. I" gbst...
raient d'aiileurs que tres satis- N est-ce point en t l I'egoisme une The [ li ee
faits et les succulents repas ne se des tormes d! i'cgosne, qui nous ,r- e fao I IIS l e B
trouveraient plus alors Eire le privi- tient dans Ionbre comfortable du EN VENTE CIIEZ
ilge du 14 juillet ou de la feie du train-train journalicr. Ou il niiv a L
rtgiment. aucune puis.ince \i.iordinalie,. i 1.J. fM!tiO O
on pas que les cuistots. assu- n'y a pas davntage d ciluits a fair. En gros et en detail
rent toujours mal leurs ddlicates Sans qu'on v prenne garden, I'-sprit Angle des rus urbe et Cd sars
tonctions, mais ils sont gn&ralement s'ankylose. 1)c ormis, pe;chdie sur La meiileute et la plus hygidni-
plus dousde bonne volonte que de soi-mme, sur 'Icntourage imtndiat que des birs.
talent dans Fart d accommoder les u faith en quclque sotte parties de
sauces et un bon cuisinier est chose soi, de quo urait-on parler avec -
souvent rare dans une agglom&a- aisance, sinon de ses seules preoc-!
tion militaire.Qu'on encourage done cupations pcrsonnelles? I Les El Is- UL tis
et qu'on gn&eralise Padmission des
temmes-cuistotss les -'cuistotes" et le HleXique
dans les regiments et formaticns "
uit6rieures. Elles seront le pendant Les temmis se mettent a tairei
des femmes bureaucrats utilisdes "canne". Comme au temps de la Par sanis ill
dans les bureaux militaires et de Grande Demoiselle, !cs femmes por-!
toutes celles qui, dans les usines de tent ia canne, mais une canne sans 2 juillet 1916
guerre, dans toutes les branches de pretention, longue et mince, qui ga-
I'activit6 national contribuent si gnerait ai tie enrubann&e et fleurie. WxA' nixrox. La situation au
puissamment et avec un si beau dd- C'est une sorte de houlette your me- Mexique est au status quo. Le gou-
sint6ressement A l'ceuvre de libdra- ner des moutons trop mai',res qui vernement amcricain attend la rk-
tion vers laquelle tendent tous les viennent d'etre tondus. Certaines ponse de Carranza relative A ses
efforts. cannes messeir.blent A la baguette di- intenuons envirs 1 expedition am6-
vinatoire qui op&re des prodiges ; ricaine au Mexique Le Secretaire
d-au'resont I'aird'aiguillonsfatigues. d'Etat Lansing a dcmande au con-
On ne peut nier que, pour la plu- Cependant il est des femmes qui la gres un credit de G 3oo ooo pour
part, nous ne soyons de nature plus tiennent avec majesty, comme un la retraite des troupes du Mexique.
t6t bavarde que discrete et ceci san- sceptre. ILes tonds disponibles sont 6puis6s.


LA GUEHBE EUROPEENNE


p5. eau 0q0,,reprocbe a*




~ SIUat do

Pkwmm 0- Do geinehe drolte: I'AmIrWi JELUCO, Commuandant do.la Marine anglaia.' t'Amirat BALMT. Commamdant
lovvS 49ymdos Is Fionaca. daiIs Mor do No4m.- L'Amirai HOOD, do la Marine anglase et Von TIPITZ, Andetl
~smIl]Mii-r do Is 0 ariseel.k monde.- Le navire do eat Queenm ary. de 27.000 tonnes,
!1 U? a~s, ~l W euM daS isdsslemgsmaiduo1I& er du a k4or


'Y -- I II I I I-


I _. r _


* a


.*


-La Chambre des Repr-sentant1
a vote la Resolution Hay au sujet
d'un credit de G. 2.000.000, alin de
secourir les families de Gardes Na-
tio.iaux expcdIcs jUX tro.,i cILS :ni,-
x icdll nc,.
-Des nonvllcs dec sou c p:iv-e
tenant de .\lMexico '.itiionnCiit ltue
Carranzi est JdcidA .i in uIIn lr Ses
instruc:ionis an G(,cn.l.i Tu1.vi no.
consistanlt .1 attl qucr Its iiot.lpes
amn-ricaines, si clics c(oIicnit dans
toute autre dircciionl qLI I: dA laI
zone de la front iic.
-La situation Jlic'.int ili que
jour plus grave Lt on lic on; ,g'ivre
maintlenanit le Imovi.nl d O ilti une
rupture entrc le .\L.:xqu- -t t, 1 -i ts-
Unis.
Le ilinloratdumin mi1c\i'ir., en
reponse .A la Note amiic :nce du
S-crtaire d-'liat IL.i.iing. et cil
dctit au (ouvertrhinem ltt a:n ii |iC l.
Le dozumuent cst la I'stcuso ds
fats atfirmit s par le (.;OL',c '.~ : nent
des litats-Unis : ct i1 v cst ti c des
points de detail :oinpiclitcnt i en
disaccord dains la Note ct l inm no-
randum.-La censure .st. imp )'.e A
propos des movements d. liA .\litce
americam ne.
GAi.vLsirox.-Deux mi.itclo:s .!mi-
ricains, du croiscur K S tlc:n s. ont
dtt blesses, dans une Txce .i TI':'n,i-o
entire eux et des nic\ic.iiins .I n11 :au
moment ou une chalojap Ju -SI-
lem abordait la jet&e mardi Le tfet
a dt6 command par uti oli.:ter d
Carranza.
EL PAso-Le bruit circu!e cou-
ramment dans les ,cerles mncxicailns
ici. que Villa est a la tite d. ) ooo
homes de troupes de Carra izi en
concentration A Hurtilles mi us les
autorites a Juarez dcclarent cette
nouvelle tausse.
NEw-YoRK-Le President \\'ilson
cherche A 6viter la gucrre autIant
que possible. 11 a ouvertement de-
clark au cNew-York Press Clubs.
qu'il cherche a maintenir la p.iix.car
la conquete du Mexique ne pourait
rehausser la gloire des lEtats-Unis.
3 juillet 1916
WASHINGTON-Le G6ndial Pershing
dans un rapport au Dpartement de
la Guerre, alfirme que le ergent
Rair. du 8e cavalerie. m6ait en ilgiti-
me d6tense au moment o6 il a tait
feu et tu6 un soldat du c6tU. des
mexicains. L'ambassadeur du lMexi-
que a adressd une protestation sur
:et incident.
-I1 y aura probablement une su.-
pension pendant quelques jours. A
propos des nouvelles d'un contlit
probable au Mexique. A moins que
.arranza n'occasionne un nouvel
incident. On ne pense pas A.I la po<-
ibilte d'une crie .,v--.* mi-rc'edi
roch ;n I' *t hi,,:1 :1 1'WV h,, .'on
unPe rmip' rt ;rf c ( \1 x it e On
nnonct qite P, r.hi,,a e-,t cerre, de
ois c6its sui lerritoire mexic.in.



aa Mode en Allemagne
pendant la Guerre


Le gouvernement allemand a vou-
controler la mode desvetemenstN-
nins pendant la guerre. au point
vue de I'economie domestique ;
a donc essays de pitconiter des
letters simple dans t-ut i'Enprire
rmanique.Mais le rescrit du Kaiser
*e sujet. a souleve un toll revd.
e parmi les tailleurs pour dantes
les modistes, qui ont crt I1s dew-
bres coupes de Part allemand poor
Sfraus et les frauleins du chic.
De sort que, la vive protestation
* tailleaus et des modistes a com-
tmat aaalAm ce beau moev


.




LE 20AT 1IN
- 'I I nn +


went dU Iiser. qui voulait soula-
Sla bourse de ses sujets mAles.
details publits dans les journaus
allemards, i proros de cette aflaire
de chiffons, nous apprennent, que la
majority du beau sezeen Allemagne.
rentorcke des coupeurs du sexe laid.
qui ne sont pas sur le front dans le
secteuideVerdun,relusent de se sou-
mettre au rescrit iintprial, malgr6 les
ordonnances des commandants mili-
taires de la plupart des districts de
I'Empire allemand, pour appuyer les
modes i la spartiate pendant la
guerre.
Dans son numero du jo Avril
dernier. le Hamburger Nacbriten con-
tientctite remarque typique dans la
grave question des modes t minines :
- La guerre actuelle, en dkpit des
sacrifices du sang verse, n'a product
aucun iffet sur lcgott enAllemagne.
Nous sommes toulouis les msmei ;
car nous avons encore une pr6dilec-
tion reelle pour Its modes diaboliques
de Paris et de Londres.



APERITAL

Liqueur bitter
QUALITY SUPERIEURE

BORDEAUX
QUINA
VIN TONIQUE ET DE
GOUT DELIC1EUX
L PREITZMAN-Ati ,llIOLM1
AGENT


O demand
Une bonne honnete, ayant
cellentes rerdrences, pour la
et la surveillance d'un b6be.
S'adiessei au MATIN.


d


Faits Divei

IENSEIGNEMENTS
M .TLFOR OLOGIQL
OBSElRVATOI M1E
DU
SKtiMINAIRE.COiLL..*GE
SAINT-MAR'
l.undi 3 Juillet 1916
A MIDI


iBaro metre

Temppirature


ir miniuin

maxiinum
Moyeune diurne


Ciel tres nuageux.
Brouillard sec.
Brise de mer en retard.
Baromktre presque constant.
J. SCHIERER

Le onitleur

Le journal Officiel public :
Axs NiMmnistric's.
Dkcret dc sanction dc La (Conventio
Its Etats-Ums d'Aii jic ueCt 1i 1
que dJ'Haiti Rcprodt,ction .
- Eitrait des comptcs tenu .au Dcpa
des Fimann.s. des opcr.a:ions cttc..tu
I'administrdtion de Mr Enile Elie
du 14 .Aout 1915. CoInuImssna


Tibumal rivil de Pert-sa-Primee
AUDIFtNCE EXTRAORD-NAIRE
DU 3o IviN 19-6

Le Tribunal prend siege A to heu-
res du. nmatln sous la presidency du
Doyen Lona Nau ayant pour asses-
seursle jugeG Pouilh et le juge sup
plant F. Niolas et proao.ice les
jugements sui.ants :
Celut qui ordonne que la Veuve
Dumav Thevenan tdase signifier -i
Elie G6nesit copie de I'acte d'anti-
chrese fait par Genetc au piotit de
Robert Grethn. etc
Celui qui rcjette les exceptions de
nullit et les tins de non recevoir
proposees par Constantin Duinerv-4
contre la dJane Tullus Roche ; dit
que Dameiv' ni etait pas dispense
de conclude .1a lond ; done, en
consequetrce deLI utI coinre parlie eC
conire a\o:ait au toiid ; dit que les
tins de la dame Tullus Rohlic ve-
rtidcs et trouvees jusies lui sont ad-
jugces annule la saisie de piece,
taite par Dumerv6 sur lui-mnme au
prejudice de la dante Tullus Roche
condanine Constantn IDumeryv A l
rendre a la dame Tullus Roche, les
pieces formant le dossier de son af-
taire de divorce d'acvc son maria.
dans les trois jours de la signitica-j
lion de ce jugement avec execu- r
tioa provisoire sans caution, :


Cel~ia' ul' -opiamiwnle t''.e'ur Ernest
C. Int/lmllfdapaver d Juiiho Rot be la
ldfl JCdaI dei- dl 1105 b CiXt'c tidoiiprotglan
JOlle 1iU LA /it 01 i Ju.l,'t'elfl't et aux
tif/)t J~.
Ce a q iuu letin t'dcaut pro-
Pl11.1 t 10141 it'li t n irnd 2-! Jui 11 oi? aist
Oat,- I wtml nirenllzueur tie lit:
dam, ltLo) lici 't Pu hi o, danls 1t141es S


I
1

t



d
s
C
(


c')~lt ILienoit I
Lelni qui ejf-/Ic ZY~.V e-P/ion :l 'e tofin-
d-e- unicle /on de p/ie ce prtp)pOcCpa~r JBland
garde LlEdotlain l e/ 11 wris etall fond,* .dit
que I azudience dii 2$5 -1 lI!I19 12 1itro -
duit slur lappe-! dui jiiqLelflfit de la ji l-
lice tie pai.x ie lc a Croix-des-Bouquets S(
=nw relidu Ic' 4 1. "i icr 1 9 1 2 tcSl p,'rim,- etci11
t'Olhltitlilt' h'1Ot'ii tcl domei'Pie? ri Jus, f.
Endoxi'c et J,,, :'iih- Lit, i'l dux depens,
r8 dt /14/ sihmtc /) i mtlici' cti L cntie P in'I is-

(:~it1 q isic 111C,71l f ~I-aI c~tii) I
JeIC iI i. Itell d-1l'()i/s'; re)lite Ies Joyn-d
7 k~S 'na~ i't1 C de~iC)a tic *par S1 blu ,Ic/

a e ens a; iii (I)IC1ta cij:Ur tde Me
Bi. Camtille.
(Cliii qfli Pfl'Utt all sieur AI'rabarn
lA 'fora'~cs Ca? valbo deth titer dans IIa former
0? 5illiare devant cC ribunal ; la iapnel
IDiimiou/ier FIcre.sson diponx. F
Ceiuu qlii perinel an situr Celiontus5
762. 1 Decilian Costv de tu/er dans Ia formei
1-3. t orjsntue dez'tiinte tribimal la damne
Lout itJna Aidt', son ipaic 11.
11 32.5 Celia qus siec Iive non receua bleitzA
27.8,ricusalion las/c pair 1 -ix Delatour aid%~
flollis des tieurs eitidame Lionard Ale-
xandre. .4risibomenoe Cberv, L. I.esravi-
Pies, Lou it. st A-lna tiCailazve el Loutimne
.AIoii Petit ire'udi, ie taur. 1; Delatouir1
na dant pas profit' tjuil avait refu
?fanltdat I'lAd ii i-iul Mdmnissib~t les
cauises alieguecs par iet dti1: Delatour,
agiaisll/enlison1 nom)1personnel drins la
rli~cioli prodtuil'e colill e le juge Lion
AMoiitis ; re jet/c en colsiqfueiice celel
do-Pljece con Jamiii Felix DrlIatour d
,) ett acnquanle goiurdles sitiende et auxI
Ripbii p(PnS.I
irtemfent VtI b*u idre ailL eel.e ts itgt est leve


lees sous
A pArtir
ijit Scr-


a Mademoiselle ihebt a


Pr Ve Ca lcment des billets de La reprtsentation thuitrale. que
i et 2 gourdes Nord-A!cxis. du 26 Juin :.61 done M. D. Vaval. aura lieu, ce
La mine l.A plus proi ddc d monde s- oir, A Parisianij. A 7 heuies 1i2.
Etir.ait de 'l'Unioon 'ajariaine Va oblieant concourse
Avis administrator. Ais divers. Mr D. Vaval a -obligeant concourse
Bulletin desobservations mnthorologaques de M. E1 lix Viard et d'Alphonse
du 8 a au sMai 1916. Henriquez et d'un gracieux group
maParisi. L de dames et de demoiselles. Tout
fait prevoir la t ussite splendid de
Li soiree de dimanche tut un cette soiree. On trouvera descartes
6duveau triomphe pour le Cinema- chtz Mmine Wiener, Avenue Ducoste,
Pazisjanaousepressait une toulecom- Mesdames Justin Barrau et A. Gue-
pacte parmi laquelle on distinguait rin, rue du Magasin de l'Etat, chez
des personalities de haut rang. Mme Ducis Viard, r.ue des Casernes,
La direction nous prie d'annoncer chcz Robelin, Grand Rue, a la Phar-
que pour iepondre au desir -Ju pu- inaute (.antave.T'uigeau.aux bureaux
blic. elle a d&cidt de lui otltir .1 la du a Nouvelliste et du g Matin e.
representation de dimanche deuxepi- Le prix des caries est de 3 piastres.
sodes des a Myst.res de New-York s
au lieu d'un. Le paieemel du meis de Joui
Ce soat : a Le sommeil sans sou- Depuis bier a commencE le paie-
vear .s et La Prison de icr A qui nent du mois de luin aux fonction-
attireront, soubaitons-le, la mme emlos public
toule au coquet Cin~ma de la Place naites et employs publics.
du Champ de M Plac Les bureau de I'Administrator
du Champ de Mars. ..C, i i., ,,.


combines par les interesses qui vien-
Snent prendre leurs cheques, d'autant
A vendre un petit coflre-fort Vic- plus quecea ch6ques sont,ce mois-ca,
lor Patent. delivrts en manme tem2 pour tous
S adsesser aM 6 Matia a. Ie departemetis .MEr


La W~e de p .aies ille
Notre Cliarilaite stationfl ejVIe~~
fetait dimanche le gritnd St Pierre,
son patron. 1Ikiu oup JIc1--o hidesur
I" Pliice oU rtg )wit Liniidis%.ree all'-
ma lion.
Le President de Ia R,-publiqut,
.accomprnseitdu Sqcrt~alrc d Eiat Ldc
lli~iur et Lde son ita- p
pait A ce.Ie 161e, ainst que queiques
iourisies d'occa',iou
Somme tot, ', j ;c a ina'qut e
Fenir~ailai.u%s.

Nous avons reru ,%,:cplaisir le
taEcicule du mois Lde juillet du


AsaMrez-vouo qua
&a f(lacons portoiot
cct~c fzarque.


r


.i..i'i tie .v. .j. i (cIt.C "u w 'i -, --- .._... -_ ___
du Cap-Haitien.-Ce nulnmro, co0n- -- ......- ..-. .. ....... .. -
me toujours ties intresslant, con- \ :.\ V i<. IK \\fil n B.
tie7t les maticrcs suivantes :-L<. lHo Paidon; -Ste Eliz ibith -. s cthilo- .i f 11 S vt'i I'Pu ilie. d( NOw.
liques et It: dio.ce ;-L. Veuilluot etl t* ,oik) a Lto 4 ht .t ;r 1:4 r. CMr. N
la Bible ; Le Pri te ;-A\ux mcd- --l .. llb;h.-, I caun.lr Ii ltPrd.
cins ct aux girde-naladcs .- DiCu Il iv.ai:... tlI \ler Juilitel It)9 ; deinct.' tin l' ili litItpiblicl.in, p
avant tout ;-Assassins, etc. il7i),er is canpagie electoiale,
Compliments A cette utile publi- I iva.h, IH >s rouge. Ch irdonn ire&s, jit ri es-dent -le lat Comunission~No
c ioi q p 1 < tilO ;. IepuIbllcaiie'.
cation qui pursuit avec to. et val CampA l l- I ,G. l)I anct e pcochain, "
lance sa tlche pour tle bien, par la C.rnI i', cI-edi.n.Id (,J. Goavc Ii. ,,,ll,, e de I>,'anana eira Mi
ditrusion d'iddes saines et fortes. Cinp i I r'IIi ,tt; pr-Islit'leti. La caiptar s
St R~- c, Orcste. L ilC.C.Anp ,,st t, et act.Ve t!eitit' les parties po5,
r'tlemf eunt che. ptu-g I.'s ..'c tse aton ,t. corrup-
Ilier m atin, ap-es les form alilts I'|i -is till ler .Ilillct el1 1 t ).I s nt litilict''s di t iirt ,t d autr
equises par la loi et en presence dc .\I i Ilclcil p titi i l)joie. IIilln s .titU l I ricipe ")litilie U
personnages autoristes a y assisted, l'oi i .-'.n I"'J 'I .,
1 a d6d procd.le sur la place d le la iA ; 1 it. ),n. t 1) t. S--\I ir.. I .Ia,,l kS I e. Ital ,iis loeitinoiA.
laix, au biilem ent dcG 8849 en bil- A.\ :, t i, t i nI 1 '. .I ( .1 II)t si C ,i'it- d h T' li lsontI
ets de une et de deux gourdes du N t:vt! c- p.tC.n e lie ucre. lctit I l t' tie I' viIoi ilt a n nits la
ypc Nord Alexi;.. Trn)ii J,' Nip ,s,. .te Io nII Ivaux i ro;r't.s au Su Il
(.i,. ti ,..i'i ;it c.Apit.Aine l .n- i,n,.,,,.. .Les A.\usti, Allemat wr-
Tribunal de Commerce s i. S' \11 c. p,,rnident avoir capture les poM
Une audience de prononce scra A!.\;iii ici captain I: 1) za. I ,n-is I i -,s-S I 'oite-st ,'t au NQ 1
lonnde ce soir A i heures sous la pri- IPctit-(t o.'ive. dotir'tl de I.'ti-k. L.e- Itunsses 11"1
idence du Doven Bisliesi avant stc 1 CI ,c. c pitA.i e, () cste IL0.g. lt'i tt itv Oil fai It ; iit)lljiombre:u
)our assesseurs les luges F. R.boul, St iolkpli, C.ap:tt.l A l:Il. Ans. e-s.,niil,'is iet le 1-,> Juin, dout
E. L. Verret et lclhx Benjamin. .1 V .. uL. ,"'n t -,'evalle i deux cent
A vis aux tncresses. I v.il...SIpita. nc Bou u, lRo che SIu ill i4tnIit' ss. i A
BiAt 1. l ItI_ l tit. ine ville sltu' i tuee
A. l ei .1u. n 1.. ~. i Nor. i d',,u,.st d.\Albert 1
Association ixie de l),c ve ant, cap. Nc,: us. Petit- ,, ,1 .,o,,i.t .Jst.s,..i.re eot
14Eitre (Chrltienrnc '.ve I, t -,U ils aiinl.aises 1 Ailetnwa
Avant hier apres-midi aeu lieu ai'As- ierge S int., capit nc le;orl.In. ,l.|ius in't jiatti. a et." enlieve p .
ociation Mixte de l'(LEvre Chretten- Pett Ti on did Nippcs. It-, tpe tU(iis an;lais.s's atujtird'hbu. ,
ie une inttressante stance A laquelle )eu (..uii S l. ct pitainc Nestor. ;; .Iiilhlt 19i6
urent prononcdsdeux entretiens 1-un Petite Rivicte de N.pp.s Ilut c'nt p)isoiinir-s do plus
elatif au ro6e e la femin e et l'autre (iCaltitn, caipitaina C l.hrv. (Gran.- .lt i- I s; c t. itlu fit tillt total
i protos du potete Massilloa Coicou <(I &. t ,t l-, 1.1t" ,C.1 4 c Ln, t, en y ajoulai
ct-ti iJ( 'Ij tajitn 'ns Ianlit t dern'
:t ses Ce tut une belle reunion ou l'o, i Le Purgatif Ideal i i.ili.nt ,it. .tavant si'r ToIff
liscuta avec courtoiste et of espritt ,di. s dI.,.x cOlt-.s tde la .Soinine, a
ie perdit point en min e temn ps ses t l i|l,-, .,u Iot. l 1* I'a's. Elles
to-,I in riPilule du D Dehaut c "" ';i'in"' '"" Ii"*
Oinel I 'ieles t es II Ii, e vs lltinaii s .i a ustite pro
Domain soir le joli CIinma don't 147,.9u aa FauDoara Saint-Dems Paris dtir 111 lielt 1tllls elles oat u
inlV 11'iLIf d plu H 'urs villages d'un
la reputation grandit remarquable- 4.
ment donne pour la dcrinre lois. acil, f prendre, intht d tratichtes aleinlanldes,
Nmen donne pour la d re -s itant auon praratilt. illle \a d.s de prolondeur
a Mourir pour la patrie a film ma- e proque dt d miles a de
gnifique don't nous avons dcja parl cWptdu d e e rou aai de dt de
et que d'ailleurs le public a deja Supprimant la dilte, Klt N L'oirfisiv Anlglo
salub par des ovations enthousiastes. elle ne dibilite pas le malade. .>ise ;t colliInct' li.'r A 25
11 v aura donc probablement salle N'x-igeantpasde repos ia chambre. an Ni iil et an S.id dt la So
comble a cette occasion au Cind-Va- elle me cause amcuae perte de temps. I. tnliliti i i p[t'lictir ldansl la p
rietts car personnel ne voudra mau- i Plus active que tus leI ,1rmiiaires, i' liaiie des trail clitu-, allel lf
quer de revoir le merveilleux tableau clie est, par cu uAeuct. moins cbhre. ." rIp-lu lll ,d)i t s ontts. *
i., s troupes alleniandt's out 0,
0tam jnrmal DOSE PmeATIvE, a 3 iiulli plt\' 1 Arincourlt sr d'a
oiean jonrealt LAXATIVE., pilulo. |o,'is ,,dj Il p ;>i6ds Les An,
Mr ChFistian RWgulus nous a en- et les Frai)t;ai-; oit subl de gI
voyv le premier numdro de son jour- pe- t''s pour clateitr un avanplagei
nal LE QUOTIDIEN qui parait A lim- co tit.'table.
primerie St lacques. N ( U | 1 I THO .HAD. le General Litch
Nous taisons ncs meilleurs vceux! N ly apitcs un combat vigoureU1
de succes pour ce nouveau journal. PK capture les positions antrichi
SPRESS E dans les regions a I'ouest de
Petialiale des Atricaris mREnC inea en Galicie. Djja deuxl
Aujourd hui les drapeaux des 16ga- ipisoniers ont Ct captured
tions et consulate tlottant en I hon-, I S IiNS F|L ce secteur.l
neur de la R6publique des Etats-Units Juillet I.NI)cES. eux cents soldalti
qui tte le 14oe anniversaire de leur I chnes d -2 Juilet dtichie chemint d6e fer dana Gr
independance. C-est en ettet, le 4Q A GI'i-mRAL ANGLilS ra an Sud de la Bukovmie. Le.
juillet 1776 que les colonies quit coltenait des troupes autrichi
avaient secou4 le joug de la m tro- Ar FA ue semne de o fie La cavalerie russe
pole, turent d&clarkes inddpendantes A1t'& uue esaine dc bomsa:de- eil.-v. les rails.
sous le nom d'Etats Ur.is dAmdri- meant intense, et use p!uie quoti- I'ETOGHAD. Les Busses conti
ques. Le 3 Septembre 1783. le cabi dien::e d-obus, les Angla s ont lanc6 a poI-l:suIlvIe les troulipe. autric
net de Lonres reconnut la souve- ce malti A 730 une grande attaque lnts on dtroute au Sud du Dii
rainetE des Etats-Unis. d'intanterie sur le front allemand, en Galicie. Pltisieurs localitds
raine des taiois-dess. d'une 6tendue de vingt miles, a.u occupees au Sud de Koloine1
Nous nous associons a ji des ord de a Smme L line de puis le 28 et le 29 Juln. Le0
lls de la libre Amerique. front des tranchees allemandes lut Litchetzky a capture 300 offl
e-m, ..le .b imm6diatement enievke,et beaucoup 1.ZAJO soldatsa autrichiens. i
Noele A hawi de prisonniers allemands furent cap- des troupes Austro Hongroi.u
La visit ,tures. Les troupes fran;aises coope- deux cent dix sept mle hom l
Elle est femme du monde, du rent A la;le droite des forcesanglaises. x cent
grand monde, ce qui ne 'empache Les Anglais ont occup les villes de ail
pas d'avoir un esprit endiable que Serreau et de Montauban. Les Fran-I Lig illao dal
redoutent ses meiilleures amies. ;ais ont pris celle de Curlu et le
Elle allait receimment visitor une bois de )Dutnputrre. Un peu plus D11PARTS DE NEW-YO *.
femme de letties qu'elle ch&rit par- tard, dins la inCine journte, les
ticuliFrement. Elle ne la trouva pas, Angti ont ocup les villages de Le S/t. LUNA cargo boatt.
mais en revanche, elle trouva beau- Bo1islic ct de Mameiz Arincourt.
coup de poussiere sur les meubles. tenue encore par les Allemands. est A f
Voulant lui donner une petite lecon, A pcu p cs cernde. Li bitaille con- Le SIS ORANIE NASSAU,
elle 6crivit partout avec son doigt sur tinue avcc violence. 12 luillet.
la poussiere, ce mot : a cochonne .. WASHiNGroN Le S*nat et la
Et le lendemain, elle revint Chambre des Reprcsntants ont vot6 DfPARTS POUR NEW-YoQ
-le suis venue te voir hier, dit- aujourd'hui le B:ll relatif aux gran-
elle avec un petit air innocent, des fort tications. La so:nme vote Le S/SCOMMEWI|NEvers is
Mais liamie, du tac au tac : s'eleve A plus de vingt cinq mii.ions let.
Je m'en suis bien apercue. Tu as de dollars et A plus de quarze mil- Port-au-Prince le J-iliq
lais ea too am sar tous te moubles. lioas pouar les contracts. [ Au,. AhpDpTS.h


- -- -- ---- -- --


Prennez de I'Emulsion ScugK


pour fare le sang bon et

le nerfs forts, la chair solide el

salutaire. Elle est aussi u"

remIe nutritif puissant po0*

les enfants faibles ou maladive. *