<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02596
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 5, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02596

Full Text
Ver.5 uI) sIt WN


wuai AN & h *4


C16ment.-MAG LORE
DIRRCTEUR
A5BOfqJjGNIqMTS`
PORT AU PRIINCE


10Moto
roBs Mois

I1MAois
roAm Mots


I)PUPARTESIEN E NTS
CT* A. N G* R


mis )vois. ; ; *


. G. 2.00
5.00

* G. 2.90
. 6.00

G 8.0c


OUOTIDIEN


R&DACTION ADMINISTRATION'
Angle des Ruess Jrou & Am~ricaiD*

La s amences s"at renes :
A Pear-AV-palmcz:aux bureaux du )ourvltS.
A Pinia: clicz L.M~A% oCDI& Cie y, Rue Tromcbet
A LonDaiss: hcz L. Maycncc &- CO, 19. 2121,
Luadgate Hli
:ABaaum._ cbes Rudoit Mossc S. w iy, Jejusalcw
Strasse 4C-49
L LIA Nmw-Yoss Universai Pubi:city CcnirMLY 45 Warn
14 tIlItStrtCt
L= manaanCits instres~ou no n ccsompv:rcnds-f

A4bOnum vnfst& ansli1:c3 t s s.aIa3 ,*ittvCr


CHRONIQUE



IN de, deltin


Poor la denileme tois, depuis le
bat de la guerre, les chefs des
serneements danois, suidois et
o4sienssesonot r6unispour chan-
r ears vues et prendre certaines
eres destinies A sauvegarder les
td es commons des trois royau-
aet. Bien qutecette tois-ci, les sou-
ras de Suede et de Norv6ge
ailet pas cru devoir accompagner
us ministries, comme ils Pavaient
it lou s de la premiere entrevue, cet
ruemedat nen a pas moins one
orie intiressante. Cesi lfid6e A une
anMdiration des peoples du Nord
ui commence A prendre corps. Iso-
e chacun de ces ntats ne p6se
udre dans la balance europienne ;
umis, les trois en un seul faisceau,
s aeprisentent une force avec ses
rohtset aussi ses intirets.
Ce igalement poureuv tous une
artio de paix. Si les intirets ma-
riels des trois peoples tendent A
sapprocher. on n'en saurait dire
tinm des visits politiques ou des
rpnqthes particulheres de chacun
eua. Les Suidois regardent olon-
is du c6tt de Berlin, tandis qu'A
j na I'Angleterre a toujours Wt6
iencotte. Quant au Danemark,
psuvenir de certain ivknements,
ieft A peine d'un demi-si&cle, coa-
halance bien P'admiration que
udques-ens professent pour leurs
DotWs germains. Restant A I cart
es ns des autres, ces Etats pour-
lifit tre entrains par ces sympa-
liWou ces antipathies, par leurs
spirances inavouies A i'egard de la
inlade ou du Schlcswig. Riunis,
en divergences se neutralisent. Tani
ue I lien tiendra, on peut htre A
eu pis sur que les Etats du Nord
e bougeront pas.
D'autres groupements, bass, eux
ast, sur la communauti de race et
ittatits, sont en train de se consti-
uer dans I'Europe dichirde en mor-
east. 11 y a d's bord cette union de
'Esrope centrale,pensie a g6nirales
e 'ex-pasteur Namann, aujourd'hui
u1n des maitres incontestes de la
US doctrine pangermaniste. et qui
sasciti, dans le sein des Etats en
sue, de si vives discussions Accep-.
6 ave enthousiasme dans certain
ailhex industries allemands, qui y
oient le gage d'un retour de pros-
trtt, compensant les dtboires du
mrps present. ce project est combat-
Spar les agrariens prussiens, qui
eduent que 'abaissement des bar-
iens douanitres ne favorite I'itiva-
ono du pays par les products agrico-
s de la monarchie austro-hongroi-
e. Mais c'est surtout en Autriche
|ue Ioppoision s*affirme, chex teus
*U. queptioccupe la perspective de
oireur paitfie passer de plus en
.* -g dile simple satellite du
Oltil de Berlin.
CPendant l1emprise de I Allc-
n4y* $r ses allies est si lorte. le
W mentdeVienne atant de'mo-
Sduser d dfA4rence, envers ceux
i. l*am denier. I'ont tire du man-
Sp .lo s*'tait enbourb. qu-il
Sdnt U1 trop si'tonner si,
es uars des nationalis-
*Ma- e oa I'UcMaiom de 1Eu-
55MftL1a4 y,.t quelque tour
id L lA.garie serait dispo-
.4i-.*., A y rattacher ; et sans
siMi la Turquie. qui noa rien
r.A st* l sauveuVs. 9 mPals
moem lg, de r8e.-
... mtst Ipma aes


)bCLrf r qnque pea l*ide quell
nous cEM I qio miaBid du"' ccn-
tre ct de lajcirconQ nce.
En face de cette union. lIa fois
politique et commercial, la Qua-
druple-intente songe. elle aussi. A
blur sa maisun, ou plut6: son cha-
teau-fort. Cela a dabute modeste-
ment par un comit& tranco-italien.
rompos6 de notab:litts en vue, mi-
2istre d'hier ou de demain, 4toiles
du parlementarisme. industriels haut
c6t6s dans les deux mondec. Ce co-
mite se proposait d'esquisser, sur le
terrain commercial, une base d'en-
tente future. Puis la semence a ger-
me. D'officieux, les pourparlers sont
devenus officiels: L'Angleterre a eli
invitee Ay participer, et aussi la
Russie. Cest une immense chatne
qui se trame autour des empires ger-
maniques. dans le but de maintenir.
une fois la paix revenue, l'isolement
auquel la guerre les a condamnds.
II serait premature d'6piloguer
sur le sort r6servi A ces diftirents
projets.DesivEnements peuvent sur-
venir qui d6jouent routes les previ-
sions. Mais ce A quoi il taut s'atten-
dre c'est qu'A la guerre par les armes,
succnde Is guerie par I'argent lutte
intense sur le terrain industrial et
commercial pour conserver les an-
ciens marches, en conqukrir de nou-
veaux aux dipens de l'adversaire
d'hier, et chasser celui-ci des posi-
tions encore occupies.
L. BITSCHINE
Paris, 24 Mars z916


Pabst...

Pabst...
The bamess ilwakee Beer


EN VENTE CHEZ


1. J. Bilo lO CGo
En gros et en detail
Angle des rues Courbe et C sars
La meilleure et la plus bygitni-
que des bi&res.


Pages retrouv6es



Venicissce EBcam


SuIrrT r FIN
Le souvenir de l'intortun6 artiste
ne stra jamais efface. Au coutraire, il
brillera toujours d'un vit 6clat dans
la memoir des g6nerations.
Ils out droit a notre veniration.
ceux-lA qui.soit par leurs oeuvres.
soit par leurs talents, ont puissam-
ment contribute A notrema,.icipation
intellectuelle et A la rhabilitation de
la Race. Une nation A qui l'on denie
touie aptitude i la civilisation, au
ulfgomtrw uat.,ne doit point proies-
ser I'oubli de ses grands homes.
En some, la politique n'eut gu6.
re ses suftrages. Au contraire, ii s*en
eloigna, car al en tprpuvait an amer
.degodc. I1 dut m=me abandonner
ses 6tudes juridiques pour se coasa.-
crer entifrement i la culture de Iart
daamattqae en Haiti don't I so4t se
dveloppa P e lia depuis u le
bans du college.En efet, c'est A I A-
ge de dis-neuf ans qu-il ecrivit son
premier chef-d'ouvre 4 Ptoce Vacan.
I a q ue des causes nmbiestes a 0-
U aiem rempacbemeat de mepta.
ag -


Aussi, sa carrirm dramatique fat-
lae tries ouvementme A l'Ipoque ou
if brillait dans wute sa gloie d'o-
lympique. Apres la reprisctatatton dt
sa saynete locale a Factionnaires
il faillit dtie emprisonne par le Pou-
voir d'alors ( 1898 ). Mais, peu lus
importaient les menaces de l'autori-
:6 at les aboiements de cettains Zoi-
les. Soutenu par sa toi invincible de
novateur. il travailla, sans relache. A
la poursuite de son ideal.
Ducasse a devait monter plus haiui
encore, mais il est part bien jeune
hWlas I a malgii ce quelqiu choss quil
avail Id sous le front. come l'im-
mortel auteur d'une jeunc Tatreniaine.
a I ecut l'amer destui de ceux-la
* qui, n6s et dou6s pour realiser de
* nobles et grandes choses, disparais-
* sent sans avoir completement don-
* n6 la measure de leurs forces. a
Comme home public et come
-~~ 2


NovleUls do promo
(Par saws)

3 Mai 191fi.
EL PASO. Les troupes amiri-
caines ne seront pas retirees du
Mexiisie. Le Ministro de la Guerre
a avise les Gniaraux Scott et Funs-
ton d, lie pas accepted la proposi-
tion de retire I.e s troupes. Les Me-
xicains en sont desappointes ; ils
pensent qu'il n'y aura plus de trou
bles serieux. A une second confe-
rence Obregon a demanded la reu-
niso d'une autre conference qui
aura probablement lieu aujour-
d'iui. 11 a declare qu'il ne piessera
plus la demnande di retrait des for-
ces Aminricaines. Un grand dt4loie-
ment do soldats amndricains A El Pla-
so oft ont lieu les conferences.
ASNIN(T(t -I.a C.lia ihs. des


LONDRUS. L~e Premier Minisnt*
Aeqwath a d~cidd de proc6der a la
conscription gdn.drale. 11 prt~aenters
un Hill a Ce k~tjet denlian.


Revuce du MlUi'chds


[lielu de resmerer
cemire Or 'Ankricain
Le mnjrche s'est non seulement
maintenu dans [ctat de feranetd
conshtatt lasi snain~iae erni~erc. anis a
encore l.Alt une advance die 112 010 do
sore que le's preiiia~es signatures
soni aujourd'hua .au pair et les Lieu-
xi~rnes A 314 et I 0[0 d'escomupte.
Or americaim coulre biliels I & 2


b.omme privY, ii lut invariable en liepresnitants et le Stnat out )ra- Peu ou pas de variation cette se-
ses principes San coeur itait un trk- tiquemnent d6cidede fixer le nosnbre maine et sans doute trs, pCu d'allai-
sor de sentiments nobles etg6n4reux jes troupes do I armne en temps de res aussi. Des lundian e tlet, apres
II ne savait point marchander son paix a 180.U0 liommnes quelques operations traitecs de j8o
concours A ceux qui faisaient appel Duu .IN.- I essoldats anglais font a j8) o0o la prime s'est subitement
A ses lumieres et A son art. des fouilles completes a Dublin au enduee passant sans transitions des
Un sentiment d indefinissable tris- jourdIhui. On espere qu'ils mettront anciens taux a 90 o010 ou elle est
tesse nous envahit, chaque fois qu'il i' aida s quelques heuressur ce restde dLcpus presque stationnaire.
nous arrive de penser a lui. Le beau qua resteecure de rebellesdela peti La cause de cralleinssement
movement lititraire quil dirigeait tobattdte qai acaustawit detroubles.cn
To.mouvemen lrar qu dirigesoN, co Des escouades parait toujoars imputab!e t la dimi-
A li'poque nous avait irr6sistiube- police sont la rechercliedeJohn nution des livraisons de campeche
meant entrain6 vers lui. C'est ainsi Elliott accusA d avoir fait feu sur qua sout tombbes de 5o A 52 tonnes
qu'une 4tioite amitai nous attacha George Pellin et sa fille IHellne et par jour. Cette diminution n'a rien
lun A I'autre, jusqu'A I'heure de la de les avoir blessts a mnort. On d L- de surprenant. Lle est due en ma-
dure separation Nous avons encore, clare quo Elliott devint fou faurieux jeure parties A la periode de pluies
vivace A ia min oire,l'accueilenthou a,e'As quo la jeune lIlle refusa ses que nous traversons. 'I.- s- peut aussi
siaste qu'il nous fit, lorsqu'il lu fal- intentions, que la d&croiss ince des existences
lait nous aider A fire noi premieres LoNuoEKs.- Des DJpdchies d'une du bois en question ait eu sa part
armes au TheAtre Sylvain Il nous ageice do nouvelles rapportent quo d'influence dans lP'tat de chores ac-
prit par la main et nous indiqua la di .ne nies foues randpersoneti tuel. Mais ce dernier fa n est pas
route A suivre. convoqtaue par le Parti Libdral grec "a encore nettement ,Otabli pour qu'on
Salonique. alin de demander au lui accord a coip sar une aiiiluence
** 'euple grec tie participer a la guer- equivalcnte A celle de la season plu-
re du cotl des Alli0s. viaese.Ce n'est que plus tard lorsque
Dors en paix, Ducasse ; dors de LoN.JHES. Les nouvelles cou- le beau temps scra trcvenu c.i si tou-
toa derr.ier sommeil. Tu as emporte rates tie ,ineiitiontient aucuns coin- telois les prix se mniiiiiiien:eat, que
avec toi dans la tombe l'ultime sa- bats ddcisifk, ben utie I'ollensive nous serons capables Jde Jiigcr avec
tisfaction de n avoir jamais connu alleinaidle seible i pcrogresser au certitude de ltal rel de, coupes de
les detaillances du milieu et..'s bas- Sud du triott Ise danis la sioCamp che et de 1ur icc.udescence
ses souillures qui ravalent I home lde Duaitek DL). escannouches o At probable pour I avi
au niveau Lie I brute. Tes iuvres lieu &"'ss* eit't le. forces Austro- probable pour lav"tiar.
au niveau de la brute. Tes ceuvres Ita jourtriellenuent. Du c6tl Au nombre des dlmnents qui ont
seront transmises de generation en do Vurdun ia situaLiou rest la snd- ag2 sur la prime, iI laut en outre
generation et restetont come un me menionner l-intention du gouver-
mcnument imprissable 61evi A la UBRLIN. Oa atnnonce par tUMl- nement francais de supprimertes im-
memoire de ton pays que tu almas graphie satis li. qu'une attaque des portations de cafeL de provenances
pas-dessus tout. Durant ta course Francais sur le front de Verdun, a diverse du ler juin au ier novem-
existence, tu as le bonheur de figu- I'Est de la Meuse a tdt repoussde bre 1916. Beaucou;- de coinmmer~atits
rer brillamment parmi les plus vail- hier, aprs utin vigoureux combat inclinent A ctoire que cetne intention
lantsouvriers de la Pensee. En outre. qui a dur6 plusieurs heures. Cette sest transform en ralit. 11
tu as appartenu A ce bataillon de let- notvelle a 6td publide par leMinit sulte que onstte it ot bl e comp
tris de la Ronde qua ont luttii re dola Gue rra.a ter avec une pareille opinion qui
bon combat et qua ont su tenir haut LINCOLN NKoRASKk.- Williai q
bon combat e qu drapeau e honneur t Bryan I- e.nport6 sur le candidate bien qu'elle ne soit tondee jusqu'A
ct erme le drapeau de 1honneur et ddmocrate aux elections da Dile present sur rien d'olfic.iel, n'en a pas
de la dignity. guds inddpendants k. la Convention. moans, elle aussi sui le march dua
Si la fatality ne V'a pas permits EL. PASO. Scott et Obregon ont change ui ctt.-i mainral incoatest,.
d assister au couronnement de l'ocu- eu uue conference prdliminaire &
vre commune don't tu as eu a jeter Juartz aujourd-hui. Scott a mis Aickel
les fondements et A cimenter les Obregon au courant des deonandes
bases, tu apprendras, du moans, un rescues de Washington. II est pro Cone billet et 2.- 112 314
jour, que la reconnaissance populai- able qu'on n'arrivera a aucuu ac- lt et 1
re se charge de sauver tes dpopies cord denain, et quo los n.gocia- 00 ld'scompte.
de Ia pousstire Lie I'inIdit ci de dres- tio1) saerosit rompues.
de la poussiresa de gardit et deres- WASHINGTON.- Scott a recu avis Bilet 6. 5
ser ton piddestal de gloire et d'im- de Washington d'dliminer la de-
mortalite I made du retrait des troupes des Contre billets i et 2.- Au pair.
B. LOUHISDON negociations. 11 a 6t6 d6cid6 do lea
Janvier 190o4 maintentr. Die imlrneare
L.oNDRzs. Leas Francis ont ga-
P. S.- Nous savons gri aux ama- nd dJu terrain dans la region de On c6te come suit :
teurs de ** L'ldtal des jeunes d'a- Verdun durant des contre-attaques Bons 1912 Sj o0o dc l.. valeur ao
voir fait revivre, mardi soir, au Part- au Sud-It du Fort de Dosaaumont. pair.
siAna, la belle physionomie de I'pin- li out capture la preinre ligue 9 191I 8oroo.o
foccuns sartiste, eniant deraprme dant cent mille m6tres de long et Bons 1914 series A 2 o0o oooo, 7 ;o.
msccs son e motvant drame L iz cents do profondeur a I Ouest de o B 1 500 oo 70010
mour et 'Argent. "la Mouse. a a C I 200oo.uoo 65oo
Honneur done a ul I Ies bombardments continent de la valeur au p.ur.
Sactivement dana leos r6gions d'A On announce que la Banque Na.io-
Tvoncortm et de I'Homme Mort. male a payt les tin).eis suivants de
.. DunLia.- Deux navirea affm6tt la dette intirieure.
eAil -iae Dpr qs p a CommisMon Aiecamne do 191t- 20e rp.atitiioa. Amort. a
11 a te perdu bier soir un porte- Se oduran c erlgiquers our. nt cou et ntre ctr 1\ars 191 5 au ap
feuille noir coatenant des valeurs et eAsourante. crs joure-Ami- tcvrier aI96 A 6 o/o I an.
des papers. ral Fatke a adresa une lettre au 1911- Ic r6par4ion. Int. ter
Bone recompense est promise A Coiuit6 des Affturea Mariti"ea du Mai 101) au 15 jauiAcr 1616 a
q4l C)porutar ou a letrouver ce oduat criuquaut le Miuitre D ianiels 10o lan.
s I eet ometat so v6racita a, quostion.l 114 ,srie A.A-- 2 P rp 0ritioan


4ll ll_ p P -- -- - - -- -- fl


L II I


PoRT-AV-PIUNCE ( Haiti


i


.0


rboVINrl eggTIM




LE W ATl_ __


16 6 Mamn S au 5so Sepwmbre
191) 6 21 o010.
1914 strie B 5e r6partitions-- lo-
t6rbt ier avril i9 tyau IS juillet i9as
S6 218 oto l'an.
1914 strie C- je repartition. Int.
ler Mai 191) au qa lavrier 1916 i
6 2 0(0 lo Pan plus 3 314 010 am.


Prduils aglrkWles
ALCOOLS DIVERS On c6te
pour 20o degres, en gios 11i gdes
6o gallons. En detail a gourde-s
le gallon. Le I afia 18 degrds 90o
too.
SUCRI BRUT.--DItail A 45 cent.
la livre. En gros 40 gourdes les too
livres.
VIVRES DU PAYS.--- Voich les
c3urs de la semaine :
Charge Baril Regime Marmite
, kos 6o0 ko 15 a 2o kos f liu
tate G. io
Mais G. 3a
Bananes 2 112 G.
R;z

Les livraisons des soutes se son'
Alev'es A environ 0oo sacs. Les ar-
raivges de la province par caboteurs
du 16 au 29 Avrnl montent A xo57
sacs dout 83 sacs de brisures.
Campkhe
Le march& trks ferme jusqu'a hier
s'est subitement modifik sous 1'in-
fluence de certaines dp&eches de
Nt-w-Yo'k annon;ant un reviremeni
dans les course. Certains prdiendent
qu il ne sa'git rien moins que d'un
achat de cinq millions de dollars dt
teinture d'.niline pourles Etats-Unis
en Allemagne.
Veale des Marrhandises
On signal quelques changements
sur les principaux articles
FKRI.MRICK MORIN


Faits Divers


IREN8EIGNEMENTS
M;TELORB OLOG I QU .S
OBSI'" VATOIRE
DU
SEMINAIRE COILL.GI
SAINI-MARTIAI
Jeudi 4 Mai 1916
A MIDI


laro mntre
Te an pt~ itire


76'2 8
minimum 23.0
maximum 33.1,
1Mi yeni:e diurne 27 4


Ciel i i a.ii tgeux. 11 lo solaire de-
'rui 8 h Gcuties de pluie 6 h 5 m
pm.
IBaromktre constant.
J. S :IIEIKHFR
An Barreau de Ia Pr1'1r
D apits lesinforaralions que nous
avons reiques. c'est le capitaine Hill
qui remplira bieintl les functions
e Juge PI'rvot.
A I'h pilal rivil
Tont I. mondo salt par quelles
transformations vi'nt de pa!ser I'hi-
fluial de t'ort.-ai-I'inice qui actuel-
emenit vc I hospice St Vincent de
Paul. ne fo'rme qu'un seul et meme
la8blis iner t.
II nous e,-t revenue que le Docteur
Williams va Atre plac6 ala direction
doe et h6piolil civil qui possadera
bieri16t lout le confort des hopitaux
modernes.
I.e dwe( de Blal
Nous some s en measure d'annon-
fqr que de! reparations vont btre en-
srerises au dock de Bizotoo.
I est dars lea intentions du goa-
wmrwemen de remetire cette installa-
tion en pasf.,it 6tat afin qu'elle puis-
se rendre les services qu'il est en
dAoit d'en attendre.
atepid cap aiseBemRell
y Now a&vons appris le depart pro-
".alo. le lo a courant, de capi-
tale Roselt ton tout le mMdit 6a
Pe s-Prince con nomit la I i
Mgt sympathique et radmilaie Ic

ILe capitaine Rossel seem mnp
pe le capitaine Upshur. .
Par ta Beidarlnt
-On as no" ast depi' hier Uo4.*
W e du tWeu haurbonir ,hA Me
4 A astn buti4 iuis ofi..iers t aop
l e masrieal de la Gendanmeai.
iff,--


stur Ie m etalteas, fougers eli' senate. Comment, en eflet, dominer
Nous croyons savoir que les ou-le trouble qui menvahit, surprise
riers m6caniciens.forgerons etctrou- e je suis par une si biutale r&alitu?
veront de i'ouvrage s'ils sadressent Lomment m'isoler des obsessions qui
e la Gendarmerie a cet effer. qui me circonviennent 1-esprit. Net
me faudrait-il pas. pour quelques
UI bi-CeABleaire instants, romnpre: la ch.nie de mres
Mardi 9 courant A 7 heure et 1/2 souvenirs, oib;itr c-Ct att.t.cJiment
Ju martin une Messe pontificale sera et cette confi.ianct rc.:iproqLJe qui
c6dlbree par Sa Grandeur Monsei- depuis tantot qu oie ans. in'uniss.nt
gneur I'Archeveque dans 1 Eglise A Retn tBitra.iv'l* ?
St Joseph en I honneur du bi-Ceite- S'il entrait da iis ls vucs Jes ja
naire du Bienheureux Louis-Marie ges consclaire de voir retracer avec,
Grignon de Monittnrt. foqdateur des Icutes ses nuances de beau. la vie
Press de la Ci de Marie ef des Filles de notre vaillant co'l.lborateur. s'ils
de la Sag sse. entrevoyaient l'utilit6 de mctire en,
Ses deux tamilles rligieuses ont relief cette vie hucr encore tant ad-
I'honneur et le plaisir d'y inviter les mir6e, si toute la sym6tric, toute
fiddles I' legance et .oute la grandeur que
mettalit Bt ravilce d.ns -ac:comiplisse-
Sacre de UgrLe Razic segment du devoir, dtvaicnit c:re ici
La caramonie du sacre de Mgr Le prksentees come il convieni, ce
Ruzic. dimanche 7 du courant. A la West pAs i a mot que serait rt venma
Basilique Notre Darre. commencera Ihoi"iu"r de prouoncer un dicours
A huit heures prckises. Le prelat con- sur cette tombe. Oi ne dcmande.
sdcrateur sera Mgr Ch&rubini, assit6 ias A ce!ui qui p!eutc autre chose,
de Mgr Conan et de Mgr Maurice. que de dire la cause de ses laimes.
Le soir, Vepres Pontalicales, par le Plus le cLear tst murtri, plus, s'a-
nouvel Eveque, sermon de circons- gstant et se rcnferin.int en lui-mmine.
tance par le R. P. Cabon, puis salut est muct ou exprime mnal ce qu'll
s>lennel de Tres-Saint-Sacrement. imported de bien dire.
Tribunal Ciil de Pert-au-Priace Et d'ailleurs, Mcsdatmes,Mcssieurs,
AUDIKNCE CIVILE DU 3 MAI 1916 tine dois-je pas me deniandcr si, par-
Presidence du juge Leon Montis ; Iant de Renc Batraville, il ne tau-
assesseurs G. Pouill et F. Nicolas ; drait pas mnctre un talent que je
Danton Francois,substitut. n*ai pas pour realiser le tableau pr6-
lugements rendus : cis de sa laboiieuse vie.
Celui qui declare que le sieur To- Dans c--tie vie paisible et plut6t
seph Blain n'est pas dJbiteur envers retiree point d'action d'clat Et cet
la dame Anathalie Cesar du bon de home, pourtant, qua s'cteint i la
cinquante gourdes qu'il a sign pour ileur die I'age, se voyait continuclle-
Aristhe Blain. dit que c'est ce der- meant entoute d'un nomble corisid-
nier que la dame Anathalie aurait d6u rab'e d'amis- A ti.vers F.i .unde
appeler en paiement de cette valeur1 modestic, s'Cpaaiouis.aiit son .i:1ie quit
condamne loseph Blain A verser sans vive et aimane. fo!qait 5 I estime
terme ni dl1ai la some de deux quand tcle ii'xciiait pas lI'allection.
cent cinquante gourdes A la dame Pour avoir appartenu a une des
Anathalie Cesar et accord I'e>,cu- plus vicillLs families de l'ort-au-
tion provisoire sans cautions du pre- Prince; pour v avoir puis6 dcs le
sent jugement eU-ne age uTe tlies forte culture mo-
Celui entire le senateur Fouchard'Pale. B13traN ille put acuiir une si


Martineau et la P C. S. lequel ren- h.tute conc&ptlio :i u D.voir qu'il
vote les parties devant le Juge de s'attila le resict silnoi 1-admitation
paix pour qu'il statue sur le fond du de tous, de ceux-',A m .ne dort il ne
litige et cor.damne la Compagnie pouvait 4hre comprise.
aux depens allouds en faveur de Me Se distinguaant par son elevation
Il. Malbranche. dc'.sprit, il connut le secret de se
Celui quicondamne le sieurJoseph vaincre et, se p'.iinit .'u dtssus de
Simmons a payer par toutes les voies tous les vainr ulbjLs qui torncit les
mcme par corps la somrne de cent desirs et les ts~-etr1n:.t, J d hommnes,
soixante cinq dollars avec les init- il arriva A se pcauadci quc la vraie
rets conventionnels de 5 o/o le mois grandeur ne tc rt9clisc que par le tra-
I MadameAubertavecexecution pro- vail honrate et par I'tlortn laboricux
visoire sans caution. dans le sens du Bien.
Affaires entendues : C-est .;insi que, grandis-ant en
Petit Fleury FLnelon centre Louis tffei d .ns I'estime de tous, il se vit
SBalan. Me Auguste pour Fleury a J.siign( par le Comm(ice de Port-
pris deux series de conclusions aux- au-l'rint- p-ur occuptr un .icge iu
qutlles Me I.. \'ard a repondu pout Tribunal 11 n'icc.'t-:a -Ct honmi'ur
Balan. Continuation A huitaine. qu',ap!; s-itrt as. :c qu:e, i1 Ai si,
Rot he (G;rellier cot:ire Aigustc je le t, :ic',.s ; c.'r dJis s,. I.otuvelle
Alhendtis ; Me Malbranti he, avocan dc: ma hA1, 1i vouL!.i: l.a Co'. bo:.,,;,-n J iun
Glellie et .\Ie G( S~ivain. atoc*.j) dt i-m1 i i. J a't. lt i .i.t-d. d it -il,
Aug. Ahit ndis ont pris. et diveopp qumi l a~dt ril,., ui Cle .o i p i;. i
leurs coi;clusiov.s dti6. dts. p:e~t-s De ce jour It p, ur avcior .-i-utni
o:donne apuis les conclusions cu mni les rsy-o 's:bi'ites d'une si de icaSte
nisie: Pu' blic I e jugtment scia pro iOnction,, Rec.- B..travil:e sy aippii-,
.hainemitnt atix.du. qua avtc un zelc qui Ile troupe son
Cyrillh Bernard centre Alexis M- ecxp:icaticn que dans le soui qu.il
nos. Me J0t6me Salomon pour C. avait de distiibuer une bonne jus-
Bernard ct Me Cantave ont &change twice, de donner un rtgaain de vie a
seriess de conclusions, le d&velop- notre pauvre commerce national.
4cmcnt a 4ie renvoyv A audience C-est dans c prochaine de cette composition. de nous.-
... ... ........ Tel je connus 1-homme au dchors,
,r,,--a ime ldl je ilecltfouvai au loy-r, y appor-
do rM. i jtant son invariable correction avcc.
Oak U- en meme temps, pour les siens, une
chaleur d'aflection qua nedistinguent
point le devoir du sacrihce.
.o ,Et maintenant, nous voilA ici,
A s o itous. amis et parents confondus dans
aifi W a TrnMi inUpb la mkeme pense : celle de rendre un
dernier hommage A notre cher dis-
fIt--uS pif-fh lJ- 31W paru.


--
r b inh& Jip I iimol

Mesdamcs,
Messieurs,
C'est pour la deuxikme fois, tn
moins d un an, que j'ai t sollicith
A prendie la parole ici au none du
Tribunal de commerce de Port-au-
Prince.
Hier. c'tait ror marquer le d6-
pet deTeramo Meadesse doat la
vi* dissomasss pufrsonalfmii I ua
g ina beaxs models de courage
t de Venus chretleases; aujour-
dlIi c'est poor sa'uer Reo4 Batra-
PA a .4'hiet
Aia e


Puissent Ies feurs que je dipose
sur sa tombre exprimer les regrets du
Tribunal et de toot le Commerce de
Port-au-Prince I Puissent-elles ren-
fermer ma penske entiete, dire mon
altection et ma douleur et temoi-
gner en meme temps de ma ferme
resolution de vouloir comme toi,
mon cher Rene, n'etre grand que par
1'eftort dans Ie Devoir.
3 Mai 19:6.


A Louer


G'ipsode.8. sason.41Bolosmeolay
,.u S *a ddpendPces.grandi 4

S'.dreswr a Vve leclor Dfiobf,
Owe do Comtuw


des
is.


11p, vote
Dena,- 1mde

Ru d, i- Pd, Is


SOMNIA1INL DE)1:IA 6 U~AcU
I r A V k;




vice )111 5 al i7)oIwI. r
14-at! t lthoi g *. ct -ute, pal,




V.Lia Ik.
pua NM.I. KV1. iut l.v. al
V1. I a'it 1 1 t v LluI re 1 tC
aIlia1t).. aal S1. 10t o notre-
A Iiiai i it.I .v.. .
VII.- jDv (haunt i:O tat iiArto s.


J'ajrd(I",i :Mlcilue, par IJeani- -.

fit 1 l t I I ca 1a x a. I laditlSiie Ligne Ifollandalse
Couaai t I..Fc ; t h S~ I rluN. 5 DER -NIDEILA)
IX.- a to'J' In 4*\ I-.. oni EN nant de Ntw\.-York.q
et Ia g: ;ia. t- M. LAiil~ttt.:Hai ae, Port-dc-Paix, Gonsvesl
Do'1t1ii1i a. 5 \ S! ~ 1 Id ciDina nche 7 cii.i
X.- (iariwj:'l* i-wi .Lei:, ajue jour Cump~o directenLrntr
5~~i I' b4 itSitii~S, -' ATLAS -. parirua ytndrt
dans as it w4&dilatI~l, ikti \1 soil 5 CAt. sour Petist-(oave, Mil~
ch;1t I s Ntla ii.I'a:.ILrLtnte Cayes, JAzainel .t
X1 a. dto l 4 a ja Ai a a/.a ii IC,t
llit-o-li aa&* i ll pI t ar M I & hlaa-l .ib
IVS 1.-,dt' V LII. A.Iiaaaae ls Ij)j(:11-\INS I)IPARTS DE. NEW-Yul
solc4won 1a 'tIos ft Idj LIAlajats. Nl(%I.:IKIL IIi vers le j cit. poiurc
xII. Il:. 1ti' I,11Ifaogtalalsi,,o. Port-&il-IJix, GonjaVLS, Por:.M
PRIX IDILl.\IUNILI Pa i-ccI, emcCave,;. Vine
PARI L~ lwstS PRINS IFRLI)RIK AE
DPARIS MV Di lR IK. \1i1 IC 12 crt. tou r Cap.Poo
DTMARIFNUIR .r.ir KI'i St. Marc. l'orit-au-I -:,
clyaque ,mois '., a a~


I'antiais

Art ies p..iA .b1l-Kadt r poui
IOUs le% g.u'%.
Chez MI atro-',elk KLonitie SoL .ges
;c lt c(ub,b


D1)P'AIZ I PuUAR NEW-Yokk~

SLS URANUS, catgo boat, pant
Ix~rd' ti.it in pour Port-de-Paiiz
N,-w-Yu. k. Prendra la malieseuO
mc nt.
Ari-.. AHRENDTS, Ajyuio


is AW114 mob~ili s Un d Fcim,tci Iit,.s qs, e comrorlent
rd os) -(, uI .'- E" v ; Ic e. '011 i, S- C, Foldiu 11.

1.1 (LI)dofids, ubus v F'l Prtoa ,Iii since bus
chaarge


le mietxsi


frais d An


Ford Motor CO
Ls. MEVS & CO
Acents
Pot I-au-Prince (Hlaiti)


B. Cernicchiaro

Nlgocia nt Conslignataire
"., tRUER OUX, 38
Avise sa remarquiable clientele qu'a part son grand
marchan Jises diverse toujours renouvel6es, elle vient de
lea Fkpcialifts uivatiles:
Un grand assorimnent de phonogralphes *Viclors avec
cornet, disques, aiguilles ewc.
Des filrt s a eau de lotte dimension.
HMille 'olive. fromage el morladelle d'llalie.
Sardines, anchois elc
Pommroes de lerre par cia.se, paper emballage per ramws
a Toti sopcifique,:ccn're Ia dyspepsie.
l nodoiiatls le souver;ain Dour les rhumalisants.
*Tricolilina *; your I'eliminalion des pellicules.
La maiscn debile aussi la fameuse biere a Pilsaer'
blon'e de e ubsan el Herrmainn,la meilleure et la plus re
d6e du aiondc.
En, outr', une grande vilrine A vendre.
Ad at de diamuant el vieil or.
Porte uPrince,3 Avril 1916


(Jounire les Vermillen'
Latitla des Fourinis, Rtave%, punaises, rats atmoch
cern hA 09mallaisaness ci nl6gouaaules eonqueIlu.&Ubre

Thodore BAKER.


a S. .- -


f


Tr


T


'ElectricPo

11.!! 1,( 1, 3OLZ vou.s r~vemllflej
Lorsqu i11~i
mnar, 1!7 pjS 44,4
boue,da11s
Lor~que ~q
attaqut la nulfit!
re z p.1% \ ougs

vous veiient p" I j
"flU11 Tous efvizd
France El~wljg p
Iles~bhgbt.
La itimikre L
iconomnique, I&
durable et le *ealbq
roarcht.
Lit 1 *e ar
W. QItnNTN NILLLA.%
S-it-Marc, (Ibata.)
x -ecinv pour de gra
q..'ir>.Dtrrnandtz pour C2,4
gf.S Lt iix couiants.


-~-~~--~-~ ~- -- =-- --