<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02580
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 12, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02580

Full Text

WiL&a~uar Ul f735


QI -4 INZ ~CL INE Me'- ed i2 Ar 19


CJ1inent-MAG LOIRtE
DIRECTEUR


PO~RTAU*1'R1NCE


DMI)ARTEMENTS
ahois : r : ; *-*.a0
I)Is M016 . .
E''TAHN*GIR
Via 31015. ;. . :


2.00
5.00


G. 2.20


G 8.OC


J


J


PORT-AU-PRINCE ( Haiti OUOTI DIEN


REDACTION ADMINISTRAATI.ON.
Angle des Russ Ferou & Am!6ricainel

Les sanm.ees sent rejmeu
A e*&F-AU-PRL&N.Lk.aU1 bUreAUS tit OaWDAI
A PAthA: cnes L.,Maycncc & Ckae9. Rue Iron.;bet
A Lohw~as: chez L. Maycuce & CO. 19. 2S.3%
Ludg~atcc li
A Bzatna. chez Rudoit Masse S. w ig,,jcrusalcw
S'r.&sse 46-49
A Now-Yoaa Universal Publicity ComuP&2y 45Wcn
54 112 Street
Les manumcits ingtrdslou non me sees pbue.tm.*

Abornnements & insertions payables d*,wvaxca


SH I EP EUI AlE e corps a des tvolu':ions de toutes adequats au mial que l'on veut enra-
LE PEOPLE HAITIEN I, ,", ,,,n.
Lu yatltUiHl ANi',i t d Lattenlant, qui peut nier lin-
9T parells ,llvertlis.ellieits attirasse. lt la fluence qu',cxer% au course de
culjioit dle ,9 Ins modamll -- l no- 'histoire coloni le de St-Domingue.
r seC rl v\7" v ~ u V !vtllts ii-.p.i 11o ii.louir l Idla dans-- du v iu io--dinsedigiine d-c
L a D an se du V au dou x 11'1111 ,, ::ti ':l 11"11 t'.i a t
J a| t+ ILtfc CL LJ- V C4_ )1"1 ^ M s.-a -., al'ii v-t, tii i tCelnp-. Il ct-,t M.,' t.I i. t'p i is, d ,is .m tres
tai e traiin ies da s ce e ci' l lj:l .titlt.-oul iti i'a niis, in i.s d. mse hJ'roaiue, qui
bien, ti l. i lp ii irt s y tli-- nt ac tit s'c;:o.i'cr, ii v 1 q'il trc siC !es,. la
)es chroniqileUirs mal pensants re par les ronrleio nti s cadentc s d'.. conp 1,111 r id lenlts I s -.' ... vieille toutrcsrs ofu s'rcn aitt la nou-
)utre-mer out souvent adress4 au taLitains, on, llllotix, en siivant I eS i'-S ,tll', 1 uple haitien le reproche exacerbd silhouettes qlie vous anr,.z ltsiti bler a111-i lIs a ,.ltes d> vu.do I e..
pratiquer la danse du Vaudou : gutes au pissa d'npa csatAr, et CaT 't p.+''t.t I v.n ,; i'i- Fi.,N1Ai) LEROY
mne si cettedanse dvoquat, cha- vous pourrez poiLt-tLre ;assistter a l;itt'. Miyv-t."'ri tii '. A l ,n'ii I, .l lO s
elois, on tie salt quell rminins- d'effroyables scenes Je b.a-bai ie.o iV eepouvantable des rondes faia- Quol do plus inonso.ll il P it1 VOhl t'"- iirt .1- cli .4 +
nagoriques du Moyen-Age, ils la Sous ce ton .1 irome prestoe et 1o.n- d' 0c- la ipr.ldt .*tragii,-,ii.t'lent-
,tent horriblement macabre ; et, ailleuse,aiisi soe ropageit ces itdtsi sa'lr ,I tse-+,)!-, .1i. )b ,at.iiles, ie- s I i si b ..
ir aecemment encore,a propose do qui tendent a t'aie di peiiple hlltite'n blhri ve' r tiut i>.),iiri."ioe.t ;er,. ls rs-
ne des dernires insurrections utine tribal do siauvages diutne des i- I .r.'> [Is t va*. r. tit- nM;-tP ab( t...
i armait simultandinent divers liuns d'Attila ou des 'Tartares di l 't ,.) ln, i ts Liai The fIa,.js Hilwaice Beer,
ints du pays, un de ces jourialis- Gengis kan ; aitist s liarpilleii t ces- i di |, l I ,t .'i .,'t. 1ta;e
en prenait occasion de nous injureC4S i ul n s empresse de led Q 'i a isJt. A i1 tll, 11 VEN -C I HEZ
rimnander. contredire a temnps. epreiue est ,i t~ l s '' e VEN l C ineiE
ueii parlant du people haitien Ces recis ut nt. is sot itess mais I.sLte .*ifli. rce irivil aIjIc J .alllo A Go
detracteurs le considerent exclu non des plus excessifs : poiurqto surn utur(ic so.n c~v vlopp. don't *f e
ement form de descendants decrier de lasorte lt's Ialtit li i tinaI l 1 son!t rtcoi r's s c oin.>t';li pllc2io- h. gross et eu detail
slaves et pensent quo, par ses tous,par ailleurs.sonit st accueillat- r. it"ic.. (,', c.ilit. 'n p i;, ,nt ses Angle des rues Courbe et Cesais
gines, ce people garden do nom- envers autrui N est-ce pas, -on s'en t :\c-':., ,i' .s plu ava.n:. oi s 0 \-pli La ileiiicure et la plus hygisni-
lux points de contact avec le peu- souv.ent- ce que lit reeoinintl t uO que qJu is P'U(ic:tn .veoi. iieu g9iAe que des biKers.
Frangais ; ou, mieux, qu'en ,tu- de nos aimnables visiteurs'? A d.s pr.' d-s Jo it ut1nt.suls, daiis
mt nos tmneurs, ceux-la montrent 11 y a 111 a l pcine itldlpuis !' li prA:K,|', ls vni\ux Chi latans .- ----
iquement lea defauts du tempe- debarqiait a Poirt at iPriiice, Ml.)tI Oa 'i ,,t nt, qu',; J:n .at ls
neit national,hormi sea diverse asieur Paul ibo'ix, accomtpalgnG del 1 e iiJes oa o pou- uOUV;0dii, d IrtS32
alles, -- ainsi formulde, une pa- sa feinme. On Io reVzt avec cour- alaoir invdqur, d la su, It, ,nAes a
Iie conception ne comporte nulle toise : Soit qu'l aliat a I Alliaince de lers an a s 1 eit da, sans
portance veritable ; A peine I'ea- Francaise ; soiL qtu'il se reiilr a les ndlte -. '.st u. !c t du i ( L'ar sans fil )
t peut-il d6couvrir, au course de Cercle Helievue, ot ilu'oi l'invitat.le atavismn don't :Ik auro;t pLine I se A -
a recherches, lea lindaments des critique distingut du Jiournal d. Pa- deparir : qu1l que so t le dt~,gr de
unies indispensables I 1 explica- ris y fut I'objet de la plus touchaute civil:Aas:o i p 'o re i :2 iiu:i dcs pau- 10 avril
n.suivant les regles gendralement attention. ples du globe on y d .couvie sans
mises en la matiere, de notre for- Qui ne se rappelle le discours cesseuln tonds de sentiments par quoi \VWAsu.-Gr. ).\.-L'Allemagne.apres
Lion ethnique. j'allais ecrire nn peu plus,le dicours Ics ciov :ncs d, p ssc s'i:aorpoien: enquc2te au sujet du recent d<'sastre
'humanite,alapoursuitedu mieux, acad6iniqie -- par leq(tel DlanLtr touics ce,! s Id picoent. titnartime, est en mnesure de donner
d vers plus de civilisation at Bellegarde, aln nom des Lettre hlia. Con i,,r z p ir exemuple, le colon I'assurance aux Etats-Unis qu'aucun
d6veloppe. Chaque jour elle tiennes,souhaita la bienvenue a il le sous ma .d a at le
pprete A des croisades successi- teur petillant devervede Alt man,i,ire, a i i i IS rni le uiaid n'a atlaqut I
et. sur sea vastes boulevards, de..IQui n'a encore- I'esprit la belle plus" cu:iiv J nos jour, 1). mne Sussex ., elot des avis non-oflli-
progrsa op6re des conqudtes nou- allocution do Mr Georges Sylvain, a dan's celui-- rL parait, parfo;s. le des- ciels reias de Herlia-
lies : d'etre un people hostile aux cette occasion ; enlin, les vers aux cend.int tog' L du \V cux dc la .\lio- NLw-YoRK D)ivid R. Francis,
aes avancees, rdgulatrices de la contours si jolinlentcisel.s dti po6te taglle oa des lo;itainei divitnits le novel ambissideur envovy en
irche des socidt6s et de leur dvo de regrettde memnoire des Sonnets gallo-romin.us, de in-nCe ressurgit A Russie est parti aujourd'hui sur le
ion, voil., s'imagine-t-on volon- m6daillons! chaiq'i instant dans celui-iA, le Da- vapeur Oscar second, se rendant A
1r- d'entre tant de reproches va- De I'aveu personnel d'e Mr Rebotfx homren qui dans le susuirement son pose.
?les, un des blAmes qu'on pour on lui faisait accioire qu en debar- du vent dai.s le t.uilliag des arbres- SAN A.NroNio.-II et prouve que
t infliger A bon droit, A des gd- quantAf Hlaiti, il allait se trouver croy tit ressuc::;- 1 mine des an,:tres le Gen6ral Funston ne consider pas
rations don't le pass a dt6 ddplo- parmi des gens dpenailles denis- d&c.xis. s sa ta:he de briser les bandes de Villa
ble. Mais. partir en guerre contre nus; des gens oh I'on voit des Mes I
milieu, sous prdtexte que la plu- sieurs qui ont un habit noir, mais Pour ne citer qu'clles seules. ~Ia- .,w e accomplie. Le rutsultat reel
rt de sea membres n'ont pas en- pas de chemise, pas de pantalon,pas mythologie ancienne et la literature dura.. .rois semaines de ca.mpigne
re abjurd jusqu'ici certaines prati- de souliers; des gens ou l'on voit classique se contondent pour faire consiste -,. r.jo partisans de Villa
es superstitieuses dejadis, quoi des dames habilldes, d'un tuyau de mentir le reproche qu'on nous adresse tu6s sur une t.-;,9.due de 400 miles
plus tendancieux I pipe A la bouche. constamment d'etre une se:te tdti- occupes par les AtnmeC.-ains au Mexi-
1 "'y a pas longtemps, la revue Quelle ne fut sa surprise de re- chiste : quels timoignages pius coi;- que. ne"
mCaiae Touche A-Tout donnait le connattre, au contraire, la fausset vnquants of:ent A la mdtation,- L'organisation des bande3tIL* Villa
hal d'une remarquable leve do de ces racontars I Quelle ne fut sa Circe et a pricesse grecque dans est encore intacte, selon 'op.on
mes, qui fit couler un flot d'en- surprise de voir qu'il retrotvait de CirOdsse -t priune en m gretmorhoque des officers me inltactres ici p
Sconaiddrable a ce sujet: dans prefdrence,parmi nous.cette amblan- 'Odysse une en mnamorpho- dews officers ires ii.
echronique touchant la ddmocra ce aux man ares distinguetes, qul sant en pourceaux Its conpagnons WASH.NGT3N.-On contredit for-
haltienne au point de vue moral, procure son esprit nostalgique,l'im- d'Ulysse ; I'autre-- en vers.nt A des mellement ici aujourd hui que le
Ic comment elle s'exprimait a son pression de la patrie retrouvte... convives un philtre qui fera se gudrir Gouvernement se propose de rappe-
ard: Dsa lors, n'dtait on done pas en spontandment leurs souffrances phy- ler imm6diatement les troupes ame-
Haiti offre cet Enormn advantage droit de croire que ce contact si siques et morales. ricaines du Mexique. Le Secr6taire
chroniqueur que-ce dernier eat 6ph6m6re qu'il fat, d'un des reprd- De plus, o0n ignore, ici. ces scenes d-Etat Bakei a expliqu6 que les trou-
lours certain de so trouver en sentants aussi autoriseb de la pensde grossieres qui.au debut du XVII= ne actuality quand il prend pour d'outre-mer avec le people Ihaitien, cle, provoquerent, ale tres p~nible et de relancer Villa dans ses positions
18 le ours haltiennes. Eno e- allait provoquer une opinion plus retentissant procks de sorcellerie in- et que l'expedition au Mexique
ntHaiti sous Ce point de vue, favorable A I'gard de la collective tent A Magleleine de la PAlud et A Pourra bient6t atteindre son bit.
faCile d"expliquer lea Atran- national? Point du tout : auasitOte dpI
ntr t, 15u._ preooti1at celin- parvenu sur lea c6tes de France, Mr I'Abb4 Gautrid is. WASHIGTOro --1 a I:t d ci!6 au-
Sah.toirgo e. Ieelit psuple. aul Reboux n eut rioen d plus Oa pourrait en multiplier les exem- jourd'hui au S6nat de reprendre en
Ne le considdrons pas come uu pros que de nous discrdditer in- pies, mais point nest besoin de s'ar consideration lundi prochain, le Bill
0ton de I'Europe ; noun le con justement. rater A une nomenclature inutile. relatit a I'abolitiot de la loi sur la
mnerions sans appel Traitons-le Que penser. maintanant, de ceux Tous les peuples, en difinitive,ont fabrication libre du sucre, afin d'ob-
qu'il st : un people de noirs e qui n'ontjamais eu I advantage de eu leurs crovances. Aucun d'eux ne tenir le 'rote A ce sujet mardi soir,
ne dagrossis par trois si6cles do parcourir nos cOtes? peut revendiquer tout seul. le patri- au plus tard
nation franCaise et qui sont Certes. si ces derniers tenaient moine de civilisation propre A I'hu- CORONA. LAL.-Bob Burman, de (
Seare tiraillsa entire leur ainc6- se renseigner, en recherchant des mnanite entire. Dtrot.le celeb.e automobilisteainsi
dtair de jouer au blanc, et e, ta- indications plus sdrieu3es ot preci- Naii6 oiis, D-troit.Ie ctleb:e autonobilistcainsi
Mae ten aceui fa vibror IAre l sea iia fois, ils eussent remarqud Nanmoins, ces cioyances ou ces que son chaufteur et son pilot ont r
Sanc tres aricains e que rien de ce qu'on aflurme ne se superstitions, c'est notre foi qui les et6 tues cette nuit, A la suite d-un
Parfoi, I'Atme blanche prend le pratique aussi gossibrement.Do me- retd rtelles, qui les product ; car elle accident grave arrive aujourd'hui A
M5; et I on me hte de construi me qu'autrefois, lea Atheniens c616 suffit A leur explication. Une 16gen- son car sur le turt de Corona Cinq
are sd ein de fer, des 6coles, braient par des rires et des chan- de i.iiquwe circu'e depuis auelque spectateurs ont ett aussi bless6s se-
des uSues d'Aclairage Alectri- sons, puis d'immenses festins, lea temps autour de cette danse du vau-.rieusement. L'auto de Burman fut
'Une convulsion redonne Is pas grand mystnres d'Eteusis,et fataient dou.A I',tranger, et. qui pis est. dans lance pr6cipitimment sur la distan-
' e. nre ; et I'on incendie, et par I'ivresse, la moisson .ouvello dt le pays m-me, on soublie i enirete- ce marquee 97, et son car tut ren-
*,Oa d omme doe Srilces ha- m6me,& des 6poquea indiqu6esa de air, sur ce theme familiar, des con- verse au milieu de la toule des I
* adena leen temples f6tichites I annAe, on se r6u-.it dans le people. versations otficielles. spectaieurs.
anUt dux? de la yile LtA. on change. on danse avec frA- Ce nest pas en detruisant les au- LONDREs -Les Allemands ont cap- I
*rage, ajoail~ pludo..113 Ce lep- bnbiou, acyothm desntr ointdai lels qu'on aura detruit. du coup tur6 deux positions retranch6es au I
.e e Vu. o eaer daa le chansou haabituelle. On apre a es costumes; mats bien, quand, dans sud du Village d'H-rcourt. d
at au nSentier abrupt quigrim .facede assistants.Coux-csdmoustil- nos planes, no, mornes et nos cam- On admet A Paris 1'avance des c
al solan des mootagoe, ena leot, tandis que les refrains do ban- pagnes, en un mot, on aura intro- troupes allemandes; mais on declare
"t.griderdaIs lata tol-Ml redoublent,4perdus,*t soeUBttent duit des elements de moralisation que la lutte du c6te de Bethincourt,


sur le Salient, est 1'avantage des
Franaits.
LONDRES.-De violent comlbats
o t ctie renouveles stir le front Aas-
tro-Italien, l.i suite de l'offehsive
des Autrichens. Oa pretend a Vien-
tie quoe les .\utrich:ens ot fiint beau-
coup de prisonniers.'ro,s ac:oplanes
autricliens. aptes un r dl sur' les
lines ilaliennes, ne sunt p.ts rctour-
nes A leur garage. On suppose q.u'ils
sound tonbes au camp d's Itatlctins
ct on eite capturUs.
LoDR Lt..-L'Agen.:e .lloyd rap-
porte que deux ste.iclers ct title ge-
lette ang!aise ont ct ouule, et leurs
equipages sa.uvis.
PIARIS --I.,s troe p s. tri.vi i -s' ,) it
enlcvej 5o ailties de trandliccs aiit -
mandes au sud-oue,.t de D)ouauinont
et au nord-cst de Veidun.



COUPS DE BOURSE
[Or americain 6o0 /" prime
D. Int. d-' aiti ;9'2 6o ak.' t tia nom
1). Int. d'Ha.ti y91 I o ad v.al nom
D. Int 1914 *As 40 ad val. nom.
1). Int. 1914 Bhs S1 8 ad val. nom
I). Int. d'Haiti t q C14 "('oad val. bnouL
Cheque sur N. Y. 2 olo csc:u:nple
Cheque sur Paris 12 1 3olo escoinpe
I'ransfert sur Paris 7 00oo escsompie
Billets de 5 gourdes 314 o010 escompte
INickel 314 010 escompte


Iaits Divers

I p S I GN EM c TS
S MtTEiOROOLOGIQU1B
0 oIsiI1VA'r)Iv Fl,
D u
StlINAItE COLL).1G,'
SA.INT-M Alii rIA I
Mardi 11 Avril 1916
A MIDI
Barometre 7W35
\ miuitnum 22.9
Temperature
I maximum 32.9
Moyenne diurne 275
Ciel clair le jour, convert la nuit.
Pluie a 9 h 35 m inarquant au plu-
viomAtre 6.V mm. -
Harometre et teimperature onlt
sensiblement au dessus de Id norma-
le.
J. SCHIERER
Noesdemmres i l'Eirager
Denrdes et prodiiits haitiens d&-
barqu4s & AMSTERDAM du moist
d'Octobre 1915 au inuis de Janviqr
1916 inclusivemei t. -
Prinsa illem I -- 1.491 sacs Caf6
et 32 sacs Cacao.
Prins der Nederlanden 962 SaCs
Cafd et 41 sacs Cacao.
Prins Willem V 3.018 sacs Caft
74 sacs Ca:ao et 509 piAces Bois.
Commewyne 5-816 sace Caf4 et
353 pie%:es Bois.
Prins Frederick Hendrick 11 501
sacs CaM posant 9-42.u-6 kiloa..
Prins Frederck liendrick -97 sacs
Cacao p.sant 7.G06 kilogrua.uues. -
Prins Frederick lie,tlrick. ) 5ba*
rils Miel pesant 1.!.950 kilo,.
Prins Willemn /-Bois pesant 80003
a 25 43 s. caft pes. 22.7)5 OJO k.
e 45 pieces iDr'ti wilde
35 bsas Cacao.
S 56 barils Miel.
Rdlectiom des Rasn
La porlio, de ia rue de !a R-vo .
ution qui a ett refute ces jours-ci
>ar la Compag'ie dc trection des
Rues sera remise demain a la circu-
ation. C est pour nous loccasios
le dire que le travail :de la refection
ie nos rues march activement,
CAt ainsi que la pose des egout
la rue des Miracles s'est deja *sebi


_ I --_ ~I C-- ___ ~~ _L___~__~___~~_


QL INZE CENTIMES


Me. credl 12 lvril 1916




bi MATIN


due jusqu'au bureau T~1lgraphique
landis que la Rue Pavye est par pla-
ce recouvere de bIton.
A allermer
Une propriett de i caireiu 1 '2 sise
A Sarthe- P C S
Conditions avantagetueq.
S'adresser -u bureau du Matin
A I'Erele de EIderine
Les examens se poursuivant AI 1E-
cole de Mkdecine, voici les noms des I
4tudiants qui dans la journte d'hier. I
ont donn6 satisfaction au iurv r


PBerlln.- L'ambassaletir ani-i ChiUIJ.9). La 1Pidihe a arrWt
ric,,iin Mr 4.C'rard, et le sous Se- Iujie bmiritie ararchistes qu~elle
crt~taiire .1'ttat dos Alfaires i-'tiati -,su-ve~llailt depuis Gueiques temps
14t*res on t Iii ire liter' stir lI'GeCe 1t I' io ho se compose de Bus-
Jilestiti (i t's souzs irviatits. O(l, ses, d.(I---Poioials et d'Altcrrands.
piiso ilthqoie St'crt~alirerie d'LE'at qu'oi suppose t' ic da c,ux qui
des A ftbiire.s I rmigeresnr'a ePIcoF e ont coroi rimo Ieplac. dr- ineltre du
autcuirr'in rew igeeinert anis Jot (t)in poison l i-I.; hsoulpe service au
("()Ul gio iit, -,;issew '. LAIni-ht(ne 1~i~par PA~rchev~que
~ure s I i ~ ,s.2eI K id 11,e-iiiell .1 tvier.
S'11ii obezisot uesi Paris.- i.ps troupes franI~aises


Nouvelles de Presse

Dernidre bcure

L.,odres. La situation en
Hollande eestapparemment moins
tendue auiourd'bui. Le corres-
pondant de I'Aqence Reuter
Amsterdam rapporie quo lea in-
dices du changemeit dans la si-
tuation soot indiqu6 par cefait,
quelesofficaers mililaircs de I'Etal
major d.u service de transport par
les chemins de for u Gouvne-
me t obbeadroua eocoredes con-
g0L 4


Beili-ncour it t Harcourt.
Lordres Les Allemands ont
violeinment attaqud Verdun la
Inut deriI e't ; mtais cet'e attaque
Wi'& rteussi qu'en parties. On esti-
iile IuS p'rltes alleaii miles entire 15
it 20.00<) n m ,I /'sit .o.0(00 blesses.'
Ano'/. thChine.. La rebellion
.(lms I1 district de Svalow a '6*
reprimlit"O.
li'rlih. Los Alleman-.sise sont
efipalrs At d, plusieurs poses fran-
l ti- ii ),poraintts iluratit I'attaque
de la 111 t 11 lerl i re.
-I'Nlki.,,-- [La nult derniere les li-
gOnes a1ng!.1c4 S ci tra.nw raises ont l6t


Admimistrsi ion GUn~rae des Posies
L'ad ministration Cdn~laia dosl
Postes Se fa it le devoi r do a' i 1 141,i
aii Pu bi c q iti I Cst tormel I~llt-m it dti--
ftindu dexp.-'diei dos V,1"u-i lsfu II.
couvert dus c itoso nd~Ilt.mtI iv I


CRkME Dr.BALUnt
AfND LA PEAU DOUCg


cormuue.-s at athdti-~'-~a Ii RAJCHVL PA.QF wet
Po0ste ait esfiiliti)Ido [ Iilliitt Ir D ~4.bRAMRd Aie
di ae 1,k i lliw it)l et u r n.4
1W~eui cis doa e .a eiI .' n1 k L
nistratiouti.tlii tic Cmtlia'1-
M6t v'is-a-vis dtes cold ICVeliullt- 1 IS VtAXI1
Ehl stsi ccV JC~-tt tii I 'iUi tdLlIIC ii tcit. au Cap. Il
dan1:10 1' st 11 Ci cud cmin iipour otd.
medi .iiunier, ianx ad: -osstieMt i 'P-2-' iue,1;lt-(iOaVe et C4
sieu: toni s Xtjluste et (10 'MelloVc it'\ o ~.
loire NIiC hi ad, itI Ytit-GI A u t 'e.toni 1) Ry I(IA I NS 1) 1'. A R'-,I)S NEW-YQ
bantt sousS Jo coup die Iiimteirictt~it SS U RANLS cargo bolt,
ci-dessus, ui t ete I ettintlits d sIt a ;'':lt. 1,0uI (Gotai 'is, St. M
ordres. P'ort-au-P~rince, Peti t-Goave, ~
00.111C, crtinie, C.'vcs,facnel, etC

A~i i~porSi't SATA'11.S-', argo-boat, we~
Les Fousygn.ls, fl~s Itgitiinecs du I~ct
sieur Exavier Letang. antinoaccft au Y 11(S1): NERA
rnuhiki,, .,ix ntairles de Poi'crt-i n- ID:N -cisersI22 CIt.


Prin ceie td ae ll pdit c ullt-


Lafleur et Legros. i3me examen de "'Slusex ;at,'1 torpille par erreour.
ldhJecine. 2me partie.-Paultre, 5 me \\V'thT' :/utn.l e President W\Vl-
examen de Mddecine,ame parties. soitn it son (ablmet olt examined
Nos meill.urs compliments A ces IL Ilue~ltll de's sons-lll t ins au-*
messieurs principalement au docteur joild'bui, sais pendlre aucuine
Paultre qui vient d'ache er ses ~6u- ,f jI 1 rI \ A |,v a sAi ivre dals
des apris avoir donn, des preuves celle aflali i iotisen cc too-
remarquables dintelligence.-Nous .
luisouhaitons bonne chance dans Inlait tw' ,'1' 1 fludra atiendit e la
la clientele. 1 t' ton-'t lite I'A Ik'liag e rIAr liVt -
Nuvelle a la mais inetit itux ut 1 lions It's S las-
AU SAL : Urnis concernaint les alltalues con-
-Est-ce vrai, Monsieur, que vous Ire le "Sus-ex"el d'auti snalvires.
ipousez Melle Lavigne ? nsa ie l1C1
-Non ensaculi. Le allII placI
-Que j en- suis done heureuse colne t"ouvel otservalt irte i t
-Comment I est-ce que vous en l'ecellnreint, siur lI, stallion nliaval
augures du bonheur pcur vous ? de I'avialion. poir les rinattotii-
-Non, pour elle. vres datns le polt a bri>(' -.t- alili-
clies. 11 a toC vii ell ( fi I1'r l1'o11
I- u-ei liaut1, altililtde t' atllart
Boile a x lerapidteelicilt vel s I'wlt., el,' srite
Oile aiur lettres ie se Jr louvait stir le ballot tquattl
-- I'acctdenlt eut I 11, l.a a,>-' 1fOtl
Mon :her Lescouflair,. It le t 'acciiiit n 'est pa- e'Crll')>e
I-ai lu avec un vif intiet votre btirel tix t'. Ce 0 C allo'i a j' 11t0 Iz.
remarquable article sur la fin des 51 K) tdolla'Is.
HOpitaux militaiies de la Republi- Ch v',Iji Lt, Sn.ialtur I lar-
que. dling de 1 tt ,a t d hi < i i r" ,lotsi
Vous me peimettru z.pour une sim- colline l' .s ilt i tle it Il .1 dutilt
pie m se au point, de ~rtablir tertains (,C nite Nat iuni l lR iiutl,i,"ii.i an
tails que vous a-tz. involontaire- jouruI but i tAlc Sus Cuiint' pir0-
ment, passes sous silence.
Le Conseil de Santi et de surveil- v oIre.
lance des H6pitaux militaires tut \ '/ l:/t,, .--[e I l. du SI s
institute sur mon initiative par le anjour.I tiui. it l vev intl all bill
gouvernement d'Antoine Simon. 11 e la `':IPr'at1iilolln do l '.\irt.'
ctait alors compos des lDocteurs par 1I'l1it od'111ln dts vo.loii-
Edmond Sylvain. Wesner Menos et tires, a eie de "6 voix con i e
mot, ave.: le Docieur Malette pere 3'i t i'aiiendelielnt du sc'iateur
p our president, conto:mrment A li coi ilait a ctar'er 'rite l setlioil
oi de 1863. modifine en 188o. du Hill a elt rI je C.
Le gouvernement progressiste de Macoun. C. A. D1-s iinpriittnis
Leconte qui succeda A celui d'Anito- qu suppose tire des pl;its i.-
ne Simon adopta la measure et norn- lais i pa,'r ;au
ma membre de ce conseil le Docteur
Annoual, en replacement du Doc- for gncro el Ueori ot
tear Edmond Sylvain. Avec Leconic aux environs de tiallaotno. i:, outl
une ere novel Ie s'ouvrit veritable 16te trouves ur Ulln I0oi10ine 11Oi1'
ment pour les H6pitaux et I'assis- ici, par des otilciers de recrule-
lance publique en Haiti. 11 aimait le meant. Le noir a ddelare q 'e ces
bien, le pratiquait et oahksitait pas a itnmpilins lui ont ete dotneds tpa
tout sacariler A ce qu'il croyait 6trc un bianc.
1'intreit de la Patrie. Vous savcz, \Vashtngtun Le S~ cie L ire
moo cher Lescouflair, ayant ttl un d'Etat Lansiijgad clare nonit 1 -
de mes plus fiddles ct devoues col- dt aujourd.liui, les,,uinlet:is lJu'o,
laborateurs. les luttes que nous au
eomes A liver, les innombrables persiste a .aie circu tr au sIje
difficultis qu'il nous a tallu vaincre du retratt des troupes arne ica.
pour appliquer cette retorme qui ies prochaineinent au Mexilue
attngnast des babitudes cbhres et lisast et sans tenir compte du develop.
certain inherits pri'ts. Mais n-insis- pement des poursuites conlir '.,
tons pas, 1heure n'ert pas aux r6cri- la. ,, .
minations. Enfin Tancrede Auguste Le Secrltaire (,''.(-i t -ker r
compltas le conseil de sante et de aussi dtclar t aIe le gouveine
surveillance par la nomination du 1tent n'a .t iis pen6 ~ a changer
Docteur Aug. Lechaud, en rempla- les inw'.ictions deja passees ai
cement du Docteur Malette mis A la C.. Funston.
retraite sous Leconte. .,olombuns. ingt Indiens a.pa
Mon estimable ami et conhtrere e service des eclaireurs
qui assumala lourderesponsabilittde c'ies, u service tes, ckteurs
irige. I'H6pital militaire de Port- son.t pr.s ce sofr a "traverser de
au- rince en a vu de routes les cou- main la frontieire atim do renconi-
lears.. l-imagine qu'il a do emporter treri'arneedu General Perslhinni
de son passage A ce poste une im- San Sotroinio pour Itouver le,
pression plut6t triste. Sachons lui traces de Vi'la. 11 y a trente ani
grt d'avoir tenu jusqu'au bout, jus- quatre de ces minies indiens on
qu'A la fin de cette institution pour servi dans un emploi semblabl
laquelle nous avons dipens6 beau- pour s'emnparer d'un individu 1111
coup d*tnergie- et sans doute d inu- hors la loi.
tiles efforts, puisquelle ne constitute Washington. Des cablogram.
plus qu-un souvenir. ies rapportent que la note dc
Bicn affectucusement A vous il'Alemagne relalivement an cou
.DR PAUL SALOMON .. .. .... ..... ....


e
1


La 1r-.que Nationale de la Repu-
que dll.1it. advise les porteurs des
Bons de a) l)Dtte Ilterieure 1914 B
( tabic, qu I s peuvent se presenter
a ses c ,,cs, pour toucher uae 5jme
tiparuttion d-intlrets du ler Avril
i9gi au 15 juillet 19s1 A 6 213 010
l'an
L'-," ,6t de 10 o[o sera percu com-
i,:.,- par le passe.

La Batnque Nationale de la Rkpu-
blique d-Ilaiti, avise les porteurs des
Bons de la Dette Intlrieure 1914 A
(G.2 ooo.oco) qu'ils peuventse pre-
senter a ses caisses pour toucher une
5me repartition d-intr&ts du I6
Mars 19it au 30 Septembre 1915 A
6 2i; 00 l'an.
L-imp6t de to olo sera percu com-
m epar le pacss.
La Hanque Natio nale de ia Rdpu
blique d'Haiti, avise les poiteurs des
Bons Fouchird, qu'ils prevent se
pr6se-ter A ses caisses pour toucher
une 3Sme r6partitior. d'int&rAts du
ter Mars 1915 au 29 Fdvrier 1916 A
6 0o0 1-an et de 2 18 olo amortisse-
ment sur le capital.
L'imp6t de to olo seia percu com-


me par le passe.


age uu ussex siera retarldUC e
en attendant des renseignemenlts La Banque Nationale de la R6pu-
de tous les cominandants de ses blique d Haiti, avise les porteurs des
sons marins. On rapporte que Bons dcla Dette Intlrieure 1913,
plusieurs autres navires ont 616 qu,ils peuvent se presenter A ses cais-
toupilles et coules. ses pour toucher une ia2me Rkpar-
Chihuahua. Les troupesde Car- tuition d'Intirkts du ier Mais g191 au
ranza ont annonc6 la capture de i lanvier 1916 A 6 21) l,an. L'imp6t
200 hommes des forces de Villa. de to olo sera perru comme par le
90 des bandits ont tl tu6s. Villa pass.-
a pu s'6chapper. On n'a tenu au-
cun compete de la dernande de La Banque Nationale de la Rdpu-
Carranza au sujet du retrait des blique d'Haiti, avise les porteurs des
troupes americaines au hiexique. Bons de Ia Dette Intlrieure 1912,
Les troupes amerscaines vont de qu' ls peuvent se presenter A ses cats
Leroupes amercaines e se pour toucher une 2okme rpar-
I'avant.sans prendre aucun repos tuition d amortissement de 2 tis et
Ikur objectif est de s'emparer de Int.ertts du ier Mai 1915 au 29 Fevrier
Villa. On rapport que Villa s'esI 1916 A 6 oo lPan. L'impt de 10 oio
dirigY ve Negalos daas I'Ari- sera percu come par le pawe.
aon fn-sU-Prince, le Iwer Avril a1s1


IIIt HI I %IN 1 it.L\ICU-,
SLS N\ \II.IU-, I~is Curap
:it cu dilecjcill-cit v mir Aquim
S iS PIllNS 1:iLI)LRII{HENDI
a I icnii %CrS lc 23 CO"~


I


Le Purgatif Id6sI
coest I&

IPilule du Dr Dehao
147, Rue da Fauhozre Saint-Doak PW
Iaciie & preridre,
Ne nicecssitarit .iucaflprLepa,*3
elie me provoque jamais do digWdL
Supprimant l a dtite,
Olle me dibilite pas to matade.
Nexigeant pas de rt-pts a [a CbIw
effe me cause aucune perte do
P lU 4 Wc IV e q u e it 0u s 1e 16 .1 i I
elie est, par cumsiquent. MLii


I I
DOSE -. PURGATIVE. 2 *6 US It
LAXATIVE. I plIlulo.





stive s lns rival
te coniaiiei de re qui suit :


Pour resister victorieusement a touts iL, causes dc d&,hiance,
quelles l'organisme est continuellemn nt i xpod, iI1 fut qu1il soit tort0
pour etre fort, [-organisme a bcsoin VuLtiil'er par une bonne assimill
tous les mat:tiaux n&essaires qui lui ,ont touLi mi, pir ILS clients.
La Gastrophile que nous prenons La ihbciiLde t;om:man:dcr, a
incontestablement cet important actc jpiysiologiquc.
Parsa composition : sels naturels de Vichyv uxqucls il a c: assO
GI.YCEROPHOSPHATE de SOUI)I- ct Je I AIDl)L P'HOSi'HORI
official, elle possede comme eau minrirtrc de recls advantages:
Elle est toujours de rcente preparation.
Elle est un tonique nervin steriiiscc V'ous pression c'est donc us
table serum nevrosth~nique prfpar6 sous la formne buvable.
Par son usage, augmentationn de la forte vitale est i n mediate et
ganisme devient hyperrdsistant et moins vulnerable a prc-que toW
virus
LA DOSE ORDINAIRE de la Gastrophile est de un ou deux
Bordeaux aux repas pour les adults.
Dans les cas si frequents de Diarrhce infantile la Gastrophile es(
culibrement recommand&e aux doses suivantes. saut avis du
traitant, chez les entrants de 6 mois A un an, une cuilleree A
toutes les deux heures apres chaque tetee ; au dessus de cet age, uno
lerce a soupe.
Une cure d'un mois remontera d'une tacon surprenante toute pe
qui se sent d6primte au physique ou au moral.
PAUL ZIENON 'pharmacilc
priparassur.
Dp6t g|^mrl
Grand'rue N* 70



B. Cernicchiaro

Ngyociaut Consignqataire
38, IUE RO UX, 38
Avise sa remarquable clienitle qu'a part son grand s
marchandises diverse toujours renouveles, elle vient de f
les specialitls suivantes:
Un grand assortment de phonographes KVictors aveci
cornet, disques, siguilles etc.
Des filtres ia eau de toute dimension.
Huille d'olive, fromage et mortadelle d'Italie.
Sardines, anchois etc.
Pommes de terre par caisse, paper emballage par rarna
Toli sp6cifique, contre la dyspepsie.
WUrodonals le souverain pour les rhumatisants.
*Tricofilina a pour 1'6limination des pellicules.
La maison debite aussi la fameuse biere Pilsner'
blonde de Rubsan et Herrmann,la meilleure et la plus
d6e du monde.
En outre, une grande vitrine A vendre.
Achat de diamant et vieil or.
PortluPrince,3 Avril 1916


atLqu s., ; des deux cotes les Alle- quatorze ans, n adroit de coitr.i t r
nanuds sc s,i empares de deux pe- quant A present aucune atf.timc d'in-
tiles 11.i' 1l es. Tout eCL admettant' ; trit sans note signature r.1.0s d I
cttle tet lutt. le- Francis d&la- visions
rncit qu'IIs c::Lupent une position do- En consequence, sa signature per-
nlal ii .. ls rces allemandes. .sonnelle, en matiere d-altaires, a
EL AP'U: LI inembre'du G(ouver- d partir de la date du present avis, de-
ne ;t .....rraza. en parlant de meure absolumimnt nulle et de nul
.xpddrt:o:- J s troupes ambricaines effect.
au .\l .;q.A ic t qu il pensait qu'elle Port-au-Piince, le 0I Avril 1 16.
dolo1.Da 1tiLik_ soi but.parce que l'a-; LETANG. I > ivius LEI'.\N(;, et
II:Ito'S IL s a lxi .\L c.kaiS contre les CtIRlS.
A 0r.. ,.,. cst plus profonde que
oBti \l ., A cause dc cela, les
A.\ i .: .icvr eent se retire, atin
de ni p.s .. b;ir le pouvoir de Car- fJtr Max Stenpel
1 z 08, Broad Street, New-Iom k
De passage A Port-au-Pi since, o(il
ses services aux cominler.ants ct
.1 Vti hommes d'.Ailaires de la place.
11 a dtSpose chL z Mr Fr.ancos Le--
tellier. Au d, aar ,ls Gentl!emn.t, un
L.a Bn.:. Nition ile de la R4pu- Phonographe Emerson, la m.>ique
bli uc d I I ii., a\sc les porteurs des nouvellc A la portLe de tou:cs ies
bons dc l.a tDitte Intrieure 1914 C bourses phonographe don't ch.acun
(.i i 2 >o ,oo) qu'inspeuvent se pro- peut appr&cier la perfection.
senter al ses caisses pour toucher une
Sime r-pirirtion d'interts du ier Mai
191 5 ui 2) FlCnrier 1916 A 6 213 010
l'an, et de 3 j' o[o d-amortisse-
inent sur le capital.
Limi n6t d-i to olo era perou corn- Eau inErale (ldi
me par le p-isS. Fj'avp-nml it vn e srez uil
Essavei-en el vous serez %it


I


1