<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02568
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 29, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02568

Full Text
gtjvikt AAsM 3. A714 QUINI CENTINUES Lk.Icn A 29 Xms 191t

C ment-MAG LOIR RaDACTION ADMINISTRATION
G seADIRECTEUR I Angle des Ruea Ferou & Am6ricaUin
DIRECTEUR -
ABO0NN1 M8.NT : Les amseuces seat repae :
PORT AU.1'HINCE A Pear-Auo-raiNc:aus bureau du lourn*l
Sois .. *. G, 2.(0C A PFAu: cns L.Mayence & Cie Rue Troanuc
5.(10 A LowDaas: chess L. Mavence & CO. 19. 21,2
Aets Mois Ludgate Hil
DtPARTEMENTSLudl
Oia : : .. "'G 2.2-0 aitaLNtl. chcr Rudolt Mosas S. w 19, Jerusale
lois .: 2.20 Sasse 46-49
M oiw* .. .L0 A NIw-Yosa Universal Publicity Company 4a Wea
ETIANGER J 4 th Street
froS Mois. G 8.(O Les manmcrits instres ou moa n sont pu rwatl
OUOTIDIEN -.
PORT-AU-PRINCE ( Haiti Abonnemsnts & inserons payables aBuvanc


et des d6penses haltiens et aussi estime les morls A environ trente o
ee itoutes lea transactions tiiancicre A3 8 prs cinquante, parmi lesquels plusieurs
L aCe at du gouverneinent. ( Par sans fil ) Americains.
ENTRE Illli si LOa Le Steamer anglais
ENTRE Halli serail detese Allemande Fentybridge coule, uipag- debir-
2 27 I ais 19Lti 1qu6.
Si le coultrat avait ktd siin, 11- .: PARIS-De violent bombardements
Sserait I.vr^e pieds et po,,is i# s I' (ChltI).. .).\lain .ydlia Pan- du c6t6 de Verdun, dans la r d6pit de la Doctrine Moiru, to w 11lr.-i rl'lldrll'; 1. atole dellaill ouest de la Meuse.
Possession alleiande danls tolt il. lalls it ,a r,4n I Iinleeilng des Sla-, BERLIN-- Les attques des ses
A A T l'accepton du nuot. Avec le il- ves I: ic:,o eserala premire renouveles ac a rneeni et cs
A PR O PO S D H A.I TI ues auLres intl rts tr s ,n |ois lV,'elr p:.rlsra deplis le co.n- masses de troupes. mats de gra.Jes
ilasai, lea Allemnands pouLrie.alt iL I)4) IItlli.cllrl fnte I guerre. Elles'd- ptrts en resuliant.
ced. Ia ddvelo~pter >poir lefi coinp- LONsRES 4Irois aroplanes ail
ter l les imineuses avanltas nltatics sal l dvouee "laaire des re- glais ont pris part au raid sur le d,
Guid allrviniI le graid Co l Luropeen cedur & dtCveo14er
SI de le. crs. p6ot des aeroplanes allemn.nds au
Le plus important de tons ce's 1,.'tin )re. Allhon Ramsey, Schleswig lolstein, hier maiin.Delu
---- advantages est le port du M1dle St- I'imi611iicr n c iet lu fanleux navires inmchlnds angiais o011 d
Nicolas. La distance entre I~- ole cuiissie conRld re a Mesrituac, coulcs ct un 1conre 6orpileur anI'.s
vec la ratification dai trait qui ment haitien la creature du Kaiser' lL-Nscolas .t la cote Est d! G.a l cuirseC lsse coIl l'4 I ,esrinac, coul.s et un ontre torpileur ai
pourvoie a l' tablIssetIllnt d'un pro- tout arssi bieii que s'l etait u n vice est de 40 nrilles inars. o ile aujor- rapper perdu.
mctoiat is'cal par les lEats-Uanis sur Roi alleinand; et aurait resserr6 les Le Me eat a peu pies a 75 inillcs lti. de plneuioiie, at I age de l1
I R6publique dllaitl, 11 a dtd r6vle series du Kaisarin sur le plus d Guantanamo. 11 est suIlistilninL ans.
une situation qui poutvat titra faci beau port nlitaire des Antilles. prolond pour recevoir o l p lis o les cerces dep
one siuaio ,, I w sts.1) ltS a e3 aprcles de Fa its ....., .
lement,pensent des diploinates,anme La guerre europenne fu lequel grand navire de uerro et l /noto oi a appris avec joie ai s
ne la guerre ezntre ce pays et I'Al- cause qui sautva ce port dune im baie eat asses gratiidi pol.r abriter ,
magnet si la grande uerre euro. Intense importance stratlgique pour une grrnde lotte. Une coitiiiissi,):i aujourd'llui, que Heno Tho-
tenne n'avait dchlialio ses furies les Etats Uiis. Obliges tde combat- Lniitaire francaaise faisaiit o Laulp- llias a oblenlu uil conge, e pour- RENSEIGNEMENTS
attir6 I'attentiont dt IAllemagne tre chez eux, lea puissances euro- puot suLr Its points stlateIiILucs de ri s'abstliler do son service mill t M;TA..O-OLOGIQ UJ E.Q
sur des choses plus mnportantes. piennes retirrrent leur attention de la ner des Antilles a dtclae tit le I laire da.s I'ati nte frana;aise : de OS
Dans cette situation muontrant les cette parties de I'hmrisphlre occiden ,01e SL-Nicolas etait incoinlarabl,. orile t 'il pourra renconlrerI
efforts des financiers alleIands son. tal et les Etats-Unis purent alors Lea Estat-Unis essayereijt vale l DU
tenus par leur gouverierneiit, pour libietment better dans la Rpnublique iLet d'y obteur un ltIp c tie claol- ilpil de PIi l lans a procli- Sl CO.E
btenir une base daiis les Caralbes, Noire qui a prouve, pendant un sie- 'bon pour remiplacer leur base 1a- IIe grande course des moloristes SAINT-MAT1L
zt M6leSt-Nicolas(llaiti),toutaine- cle. son incapacity de se dirige vale a Guantanaino. sur le rack local.
cain peut trouver unie lecon solun touted seule.n Tel eat Ie trsor iilitaire (q i a IWashinon. LePrbsident Wil-; Mardi 28 Mars 1910
ele du grand besuio de ce pays les Alleliands fuient sur le point fall tber dans les minis ale-' so a fat puber ce soir une A inidi
one arin6e et d'une marine sufli- de rdaliser leur project, et ceci sanst uandes en Avril 181'. 11 ',ist pias a ~. .
inment pr6parees poLr fire face que lpeuple ainl6rcain cut Ia 'noi- douter qu'ils pourraiLent secr le.ntit litralllo illvianl e pp Baromtre mid
toute aggression das cet Ii h6s- die idee du danger qu il courait. Les fortiilerl e Mole stils avalent re nrain ii ne pas se laisser I all-naro e
t[{oute aggressioti da cot lics -. ie t e"du",_ fortilier le M01o s'lls avaie int I'tilssi, l .. pII ..reid
aira(titiatiolia diu gouvertieinent tlle "
bbre. a.. .......ons.duouveeena A e obtenr cotroe du gouver- tl ,eicer par les ntuvelles alar- e iperature |,
Que la gravity d la situation no minend furent denies par le Ministre nent haitien. c I i antesr par dues au suj-e de la re pra e maximinur
Su'entietreent'ell 'ol rto de Mr et le poils de cetto d i:gataoi suf-. Au mome...t les .llsmj nanr t ilsill a exlqUe Mequeiene diurnne M
immq datetnet u moment t' les lleanM enne di.uIneo''s8
rya poul tellnir le people ameri- lit pour molloltl.rer le peu deflor.l que faisaent leus el rt r oteni. II accuse des ens sansscrupu- Ciel clair jusque 4h pm nugeux
d dana I ignorIlad ellsimites pouvait faire \Vasuliimigto s pour don-" le contrdle sur Haiti. Mr lirvam I Ilwitf ape
Sdansd i ae ds teu public asirariclngto pour on-eti zifleicirtaire d Etat. iusqu'a son arra- I de faire circu!er de fusses Ciensuite. Gouttes de plui apet numieux
lea ndea. prseeerau public afmeriiain le selln dg v6e au pouvoir, la pollitiqe n D .- o veile de la situation sur les
Herald prdsente de es faits qteui, da llanreadu cherchirent ob- partdment d'Etat fut dlm.ip)cll r t'l Ollt'res, afin de tavorisvr les Baromltre presque constant.



La aurre srait alers ilale Iui e destaux sur la thsorie qu'un absol ,iltrbl' du pa'rtli rpubli t q l r exorbitant avec promnesse qu' s se financier sur on faible pays eri bai- Itfrrence aujourd'hu, afin de deci-
Pendant que le Aericains sen- raient payds au triomphe de la Rd lueroute amnne avec lui un absolu der que si on doit exp6dier d'au- Prsideace di priidt{,l l/jer cI C s.
dormaient dans une fausse sdcuritnt, on contrdle politique d'un tel caractere Ire. au frinl -res cela
cause par les platitudetdel.lBrya, Arriven s, la Pr~sidence le chef r u'il devient une violation de la Ires troupes aux rontreS, cffares etd :
lors Secretaire d Etat. celtc t enace volutionanaire reconnmissait ces det- Dctrine Monroe. re poerail signifier queceseront etils cotreuitl i o.. ,1 .
a la paix et a la scuritd des E Ltas- tea de son cr6diteur allemand corn- Cette politique fut appelee la di des sol hlat de la inilice. sieur le juge saint Eline M Ii
Unis se developpait sous lea pro- in faisant artie des obligations ex- plomatie du dollars et fut severe- entendu en son rappotl soinrtu..,
res yeux des rautories ainncaines. .rieures au gouvernernent Alors, ment critique aux Etats Unis par- WASHINGTONr-Le comi'Cniilitaire le MinistIee alc\ a conchl a la
I y a tres peu d'Amnticains et pas lea Allemands ae retournaient, et ceque Mr P. C. Knox qui I'a inaugU- du Senat a decide de ne pas tenter cassationi du juWmIlt dnonlce.
une personae occupant maintenaunt rtaient encore plus d'argent et a ree s*adressait & Wall Street pour de combine la loi sur l'aimee avec Vve Nestant JacIuuos et consort
une posraion ofcelle, qui doute- taux encore plus lev6 & un autre obtenir I'ar.ent necesaire pour les celle qui a 6 dsja vote par la oontre Jean Philippe Ti.iveiaii et
raient pour un amoent que ce pays chef revolutionnaire cheichant & emprunts. II fut accuse de trans- Chambre des Rep rsentants mais qui consorts Monsieur le jiigy 1). ,ai-
rie s'opposerait et a n'importe quel renversEr le nouveau President qua porter sle aife du D6patement uiera loi Sn en subti gnan entendu en son expos sol-
prix, ik es qu'u e da r ak Wall Strent.tenaire, Me J. Ees aut ait oil St. don
penne, sp6cialeinent Alele capitauxllemands venaient a dEtat & Wall trt. ton d'une action immKdiate. inaire, Me J. d. Fanfant n ses ob-
Ce punp neroce fut rapal plusieur d nistere puble a conclu a rejt
base eo depit de la doctrine Monroe eois dans une anne. Et a 1-arrive e ( Suiwr ) pes A sa poursuite, en divisant es r ublic a oiilu au
dana I pomiphre occidntale. La de chaue chef revolutionnaire a forces laissant une rtipe pour tenir Hritiers Jean Pierre conitre 1. ct
iuerni pourrait. peut immdia trent, nmi pas faI uteuil praidentiel il ajoutait a la __ en echec les troupes de Carranza pres Calypso Laguerre. Monsieur le jute
rinir imen6diate inent amaine elle dette extrieure haltienne sea pro- le i. dde Namirupa a; ltandis qu'l tent sous D. Maignan entlendu o n I'expos ,
erait inevitable si rAllemagne availres obligation eers h len comseer e t re son commacdement direct une somenaire des faiLs de la cause, La
La menace, pour ce qui eat d'H ant allemands. Cormne rsaullat, le Pabttu troupe d'ellte, afidessayer de per- Maiistere public a I'adminsioii d
a'etsce pr a rati fiction du tr Ss s ouvernement se trouvr bient6t cer la line de ses ennemis au sud Ia fn de non recevoir des dtfeia-
ueeurai pa deat u o le poiida d ,ee depte d hee ramlt oilwn Beer de Madero.selon les nouvelles reueo deurs, et au fond, au reject du pIur-
blit un protectorat sur I'lle et ti. laquelle ii lui tait impossible de doici par des Amrtcains venant de voi.
duoe de plus que le gouvernement repondre. EN VENTE CHEZ. Persbing et de Casasa Grandes. P *
Btien ne devra accorder aucune Ce commerce t non seulement WASmNGTO- L am bassadeur Page AUDINC DU 27 MARS 1916
portion de aon territoire & une puls- profitable aut comlnergtnts lile-- J. BfiO 3 CO announce aujourd'hui que des aj .
op dautre lies et d'autres imposaient, ats i ramaie en En gros et eu detail Amicains qui se rouvaenti board Pr idtnce du prdidetl Liger Cauvin
pays r lesquel 'Allemagne peut core de cheque chef rt'olutionnaire du Steamer ,Sussek.dans ia Mnhe rend: Celui qui rejett
*tut moment jeter somsl avide qu'tils aidaient A arrived a pouvoir Angle des rues Courbe et Osars sequel a e torpili en vue de Di p- come mal fondA le pourvoi jde
de forces concessions diverse Les lI meilleure et la plus hygitni- pC, deux sculement ont t6 sauves, veuve Lavitola et fis exercA contrc
Tit6lii time s$rvehhal.ee ac.ive. Allemands 6taient sut le point d que des bires. scion le rapport arvenu A rambassa- un jugement du tribunal civil dui
ac atve posder tout ce qui valait la peine deur par le Consul Amenricain a Cap-aideo, rendu le 12 juillet f913
..* t P se dfedre En Mars 914 quandils pensrent Sussex" a cz6 torpill6 et environ 6o Celui qui, sans sarreter & la flu


wUW Gul uoiutre 1 invasion, Oadi Mr avoir poussAt leur procene assez loin T o noys Ou t a d r
Qarmo Angell, le grand pacifiste, pour affaiblir le gouvernement hal- COUPS DE BOURSE on ono- Le Congrts Amricain aupourvoide laveuveAlertin e
4O doittenir sa politique inviolable. tien, sans aucun espoir pour lui de -- I o-e d o.g as 6riu exerc oontre le jugement du tribu
e.1 c.chapitre haltien de I histoire se reliever, ils proposerent de imettre Or amnricain do ./' prime des joueurs de boules, qu a sa r al de ior de Petit Goave, rend
A&eue amricame prove coin- une fin aux revolutions et de main- D. Int. d'Haiti z9ya 6o ad val. nom nion annuelle en Coursni deputs 2- 15, rejette le dit pourvos
A.-n.saiadieuses des attaques peu tenir le gouverneinent au pouvoir D. Int. 'Hatti 9stj 6o ad val nom le 4 Mars, a et, force de prolonger com,[a mal food.
- tre sur la politaque vitale d'un en faisant de ce gouvernement la D. lot z914 eA 40 ad val. norm les tournois jasqu'A la semaine pro-
o et d4montre auss la n6cessit6 creature de influence allemande. -D. t. 1914 .B 35/38 ad val. nom chain: Le Grand CongrIs preodra MM1qe i .
Ssuserveillance 6troita centre de Ce fut le 17 Avril que le Herald po- D Int. d'Haiti 91A'*oIad val. nou fin mardi soir et it aura le record
S lea deu dern qu le Allemand, ren Haiti, avfaient ue sua N a olo escompte pour le nombre de jouteurs.- A l'assembl6e G ntrale du 26 de
I lgu dvernement allenand fit propols un eamprunt de P. 2.000.00 tCh6qe ur Paris a13010 escompe PARIS-- Lea survivants Am6ricains ce mois le TrIsorer de la Socitt6
iS, os pour obtenir Il co- mu ouvrnemeunt bhtieu sos un sfert sar Paris 7 ogo escomp:e on donned des declarations sous ser- traacaise de secours mutuels et de
ke d e'Ihe d'HaiLU. Ce conrlt6e au- contact i placersit entire des maius 'ilets de $ gardes 14 olo escompt meant, atfirmant que le Sussex a Bienfaisnce de Port-au-Prince, A
A rtI nt lt du gouvere-jsauim Mnde atut6 deas revenuNichel -. j 4Soo escomptel t6 torpllt sans avetissement. On propoa de graver sur du marbio le




LE MARTIN


Ott rtdelaee...


Cenore la chrrele du pain

Ces jours dermers le p-ix de la
farine avait atteint i: chiffre excessif
de ino gouides le baril. Aujour-
d'huila p6nurie ayvat cesst le baril
de tarine covJe ci'iquante gourdes
mais contrairement A tout ce que le
monde pensait. malgr6 le rabais de
moitit du prix de la tarine, le pain
que l'on nous vend a le mnme poids
et de la mene dirne..sion que du
temps oui la farine se vcndait cent
dix gourdes.
Et pourquoi. puisque le prix de
la:farine a baisse, le poids et la di-
mension du pain, n'augmentent-ils
Sas comme cela devaii ttre d'ail-
eurs ?


Revue da Marchd
---0-

deUs de Commerce feotre
or amlricain
Marched lourd par continuation et
Surtout irngulier- ary a aucun rap-
port, en elfet. A 6tablir entire les taux
des valeurs of tertes et de cells de-
mandees. On observe parlois entire
eux des carts valiant de 1 112 et 2
j2 o0o. Nominalement les premieres
signatures sur New-York se c6tent A
i ila ojo. Chiffre d affaire moyen en-
viron 15 A 2o0.090o dollars. II a t4
import par Orange Nassau 25.000
dollars.


20o 117,427

Total G 409,727
En pregnant ie chiftre approximatit
de la circulation au ier janvier soit
16.ooo.ooo
Cela nousdonneace jour
apres d falcation des bil-
lements susdits, cnvi'olu: ,500,000o
Nickel
Contie billets I & 2.
112 a ;l olo d'escompte.
IBillets 6 5
Centre billets i & 2.
Stationnaire A i olo d'escompte.
Alcools diners
On c6te pour le 20 dtgres. er, gros,
too gourdes les 6o gilons. 1-n de ail,
t gourde 75 le galon. Le Tafia 18 de-
gr6s 8o gourdes les 6o galons. En
detail i,50o.
S icre brnt
Detail A 5o centimes la livre.j En
gros 45 gourdes les 100oo livres.


Vivres do pays


Voici I
Charge
so kos
Patate G
Mals
Bananes
Riz


les cou
Baril
6o kos
10
28 G.


rs de la semaine ;
Regime Marmite
s 15 A 2o kos 5 lio


2 112 G.


FRt.DiRIC MORIN


Aflaire.
Pierre Morin


Or samricaeim c tire billets I A 2 Toute la journie d hier fut con-
L'evenement semb!e avoir donned sacrte A I'audition des tAmoins. Les
raison A crux qui doutaLent de lIeffi- dtebats geui',raux swouvrirent dans
cacit de la stabtilsaion du change. la soirde par le requisitoire du
Dcpuismercredtl lIa Baindqu dborI! Commissaise du Gouvernement qui
Depuis mercred. la Bnque dbordelne nt gligea rien pour tablic la
par la dtma'de de gourdes a du fer- culpability de Pierre Morin. Me
mer ses guichets aux vents d'or. La Georges Sylvain defentdit son client
chose est d'autant plus regrettable avec conviction : sa plaidoirie, a
que les motifs de baisse, quoique cause de sa clartte t 'e son s)egan-
predominants actuellement,n'en sont ce, fut ecoutee avecle plus grand in
pas moutas precaires comme les faits tdret.
sur lesquels ils reposent. Pcut-or en Apirts tine suspension d'audience
v~tit,. taite dpendie de a aleur on entenditt. Me Nevers Constant,
purement accidentelle de nos denres P"our la partie civil, puis F. L.Cau-
A l'ktranger, celle de notre circulation laudir. Uni e admirable reois.lique d
monrtaite. 11 n'c&happera A person, e lFirancois Molse vint encore affir-
s*it en doi tre ainsi. que nous res- Mner le beau talent du jeune Maitre.
terons toujours livres aux pires aven- A minu it,ales jur s en e Maitre.dans
lures conomiqu s. Quoiquoon leur chambre de deliberations d'oui
veuille, la fixizt du change s'impose : its revinrent quelques minutes apr6s
elie est necessaire non sculement au avec un verdict n6gatif, declarant
commerce qu'clle mt i l'abri de toute a P'unanimit6 que le fait reproch6 A
4ventualite, mais aussi A tous les tra- Mori n 6tait pas constant. Des
vailleurs get.',alement quelconques applaudisseinents et des vivata a.-
auzquels Ole assure un gain inva- cueillirent ce verdict et c'est au mi
ues i assur un gieu de vritables inanifestations de
Toute L question est de trouver jole que Pierre Morin sortit du tri-
SToe l-- question est de .u .a bunal accompagud d'une fouled im-


ftOms de tous ceux haitiens et Tclle que la Barque Nationale a
francais, combattent pour la Franze. essay, de la realiser, la stabilisation
Ce marbre sera plat.c dans la salle ne pouvait donner que des r6sultats
des tetes de I Etabliss,-ment. 6phemeres. Pour reussir, il cut fall
que cette Institution tut armee a u
Nferelgie pr6alable pour combattre suivant
Nous avons appris avcc regret la 'occasion la ,baisse ou la hausse ; en
mort du general Simi n Chiquel sur- d'autres terms. il edt fallu qu'elle
venue aux Cayes ces jours derniers : posskdAt un capital d'agi, assez im-
On se souvient que l. general Chi- portant pour r6pondre indiftkrem-
quel ktait Directeur de la prison des snent aux demands d'or ou A cells
hommes sous le gouverunenent d'An- de gourdes. Or, tel n*a pas Wt Ile cas.
toine Simon. C'tst a son pass.ige A ce Mais la responsibility de I'insucc6s
post, qu'il sut taire apprecier ses n income pas A la Bailque. -La cans-
qualit6s d'homme dt cWeur, en pro. titution d'un capital d agio nest pas
1tgeant la vie des prisonnmer, politi chose si facile qu'on voudrait le
ques. croire. 1-Ile reldve plus des pouvoirs
Nous .dressons nos condoleances publics que de notre institution de
* sa tamille. credit C'est A ceux-lA de fournir les
moyens, la Banque agira eisuite.
Sericc poslale D'autres ptocedes moins codteux,
Leures r, mman'Jies ouffrance d peut-itre que la lutte de l'agio centre
21 a t27 coi,',a agio permettraient aussi d'obtenir
MM, Eau 27 c,,til l it, t. Nathan I stability de la prime. It suffirait de
Muller, Jat-lues Jose.i,tl, MellesSaiitt garantir note circulation tiduciaire
Nelia St l.ouls, M.zt.lia Ctilestin, dans le rapport de un A cinq et de
Mine I.afonty.t,M.M (:lotuinnt Al- d ccrtter 1'tquivalence de l'or ambri-
Plonse, l.orenzo Du illo, IHonoit)s cain avec les gourdes sur la mmne
Sabbat, Siior i t' ir.stsir Cw oraiik, base. dans tous les p.aiements. Ainsi
h1elles Ct'cile S',bastttin, Lucie Char- I'Etat recevrait tous les droits tant A
les,Mr R.alier Osson,. 1'import qu'A l'export en or ou en
Service extlri'eur gourdes 5 pour Iet les particuliers
Melle NMie A.\t.iibttto, Ileliiri, L M y compris les habitants, seraient te-
RvIny l uaits tils, CL.itlte Dl)Oliiaii nus d'accepter leur dui dans les ma-
Al, Mines A ntoi, e I trr. I'Paul. A is mes conditions.
Larnas. ieorges iFo, itju, \'Vt LEd Cela supprimerait d embhle le
Corvington, nLugiie DJurldii, Wul- I .
orvgtt, gd, W besoin cause de toutes les fluctua-
yt lions de la prime.
Neovelle A la main Brct, les combin.iisons ne man-
quent pas pour .ttcindre le but en
---Nous n'avons jamais vu autant question. 11 s'agit simplement de
de punaises que dars cet h6tel. In- vouloit. Ici come ailleurs, vouloir
possible de dormir. c'est pouvoir l.es dittfrents brule-
-C'est ce qu'on appelle unPGrat- elements operes dans le course du mois
ten Party ,. present sont :
8 mars. Billets de 5 170,560
15 '" 115-740


partout Elle a prech6 I'obligation du
travail on faisant une loi aux noin-
breux solitaires des premiers aie-
cles, et plus tard poussant lJe insti-
t tuts uoinaaUques ,& defnchor les
terres iucultea d IEurope, A percer
.4., .b -..*- t, f --fi..a k* At a n ..lh


LETTER PASTORUIL
5r

Mandement
DE
Monseicrrnour l'Archev6que de
Port-au Prince
Pour le Cardine de I andegrdce 1916

SUITT)
Si, maintenant nous voulons exa-
miner le travail & la lumitre de I'E-
vanjile, le premier motif de nous y
sounmettreetpour I'aimnerc'est 1'exem
pie miene de Notre-Seigneur, car Je-
Mus-Christaacceptbentitiement la 1lo
du travail. Aussitot qu'dl en fut ca
able, ii aida Saint Joseph dans la
boutique de charpentier qu'il tonait
A Nazareth, etapres la mort du saint
patriarch II dirigea lui-ineane 'ate-
her. Saint Justin parlo do charrues,
de jougs !t d'autres ouvrages fabrt-
quesparNotreSeigneur. Aussi quand
11 commence a precher, quand 11 se
prtsn'eite Nazareth avec ses disciples
et que, le Jour du Sibbat, 11 veut
enseigner dains la synagogue, ses
comtipatrites tie cachetit pas leur
touneiner.t: ad ou celui-ci tient il
toutes ces choses? quelle est cetto
wagesse qui lui a et donnde? el,
cominetit do tels miracles s'opt
reott-ils par ses mtains ? N'est-ce pas
le charpentier, Ie Ills de Marie ?
(Mar. VI. 2) et ils de scandalisent.
CeuxqueNotre Seigneurvoulut as-
sociera ,;on uvi'vre et qu'll choisit
pour ap6tres etaient aussi, A 1'ex-
ception de S. Mathieu, des hominnes
habitues a un travail penible.
S. Paul, dans ses deux preinitres
dpitres l'une et I'autre adressoes
aux Thessaloniciens insisted avec
une vigueur particulitre sur 1'obli-'
gation do travailler: aMettez votre
lonneur, dit-il dans la prein!tre
lettre, a vivre en paix et a vous oc-
cuper de vos propres alTaires, et a
travailler de vos mains aitnsi que
nous vous I'avons recominanIde,
alin que votro conduit tnerite Ies
tune de ceuxdu dehors et qile wvos
n'ayez besoiu de personnel (I Th- s
IV. 11). Quel1i1o temnlps apies la-
potie ayanit atppris q1te Ipanrlii Ite
contverlis de Tiss ,l ti u.|e, bat' l-
coup continuaietat se liver a I'o
sivete, vivant des iiiunoies de;leut'i
freres il les en blaine sOvereinenu
dans une autre lettre.
*Nous apprenons, lur dit-il, qu il
y a parimi vous des bronillonis qui
cessent de travailler et s mtnt'leint
de ce qui ne les regarded pas. Noui-
enjoinonsi a ces persotnn s. et nous
les exhortons dans le Seigneur J,-
sus-Christ de manger leur pain en
travaillant paisibleient.* (11 Titess.
111, 11 12). Et il leur rappelle los
instructions (t les examples qu'il
lenr avait donnes pendant son se-
jour a Thessalonique. Des lors, en
eiTet, q,.ns doute pour avoir remar-
qud dans le monde d'artisans qmi
fornmaient le fond de la population
de la ville un fort penchant A la pa
resse, il avait pris soin ade no man
ger le pain de personnel gratuite-
mnent mals dans la peine et le la
beur, travaillant nuit et jour pour
n'etre a charge & aucun d'eux. Notn
certes qu'll oubliAt son droit a vi-
vre de I'Evangile, mais pour servir
de inodele cases compagnons et
donner autorite & la parole qu'tl di-
sait souvent : Quii no veut pas tra-
vailler tie doiL pas mangers, S.
Paul attache A sea prescriptions une
si haute importance qu'il ajoute e'i
terms fornnels: ebi quelqu un n'obdit
pas aux instructions que nous don-
nons dans cette lettre. notez-le et
n'ayez pas de rapports avec lui,
aftin qu'il 4prouve de las confusions
(11 Thes. II. 14).
Nous avons entendu S. Paul rap
peler Ie travail auquil il s'etait livres
jour et nuit durant son sejour A
Thessalonique. Ce n'est pas seule-
ment dans cetote ville qu'tl fournit
un dur et penuble labour. A Corin-
the, ayant rencontre min juif du
nomn d Aquila, il sejoignit A lui, de-
mneurant et travaillant avec Ini pat-
ce qu'ils avaient le memine m.rite
consistent A fatriquer des tentes.
(Act. XV II. 3). Plus tard encore.
quand il prendra cong6 des Ephs~.-
SteaS. il leur dira lierement: ces
mains, comtnme vous le savez ont
fourni ce qui 6tait n6cessaire & mot
et & ceux qui etaient avec moi.',
(Act. XX. 34).
Co que S. Paul ecrivait aux Thes-
salonucient, 1"Eglise Catholique. Nos
Trrea Cheera Frres, n'sa cesa4 de t-
redire & sea enfants. Touiours et


-ui e l i ni Lteinjps Cae ar'eie
de I ailee 1913.
1 Nous recominatidons a tous
les tidles d'entrer, selon l'esprit de
IEglise, dans les senLiments d'une
sincere penitence.
2 Eu vertu de privileges accor-
des par e Saint Sitege, les lid6les de
nos di c-e.vs tie sult tenus au jetiine
et A I abstmence iqueleis veiidredi de
Cartine et 1A vuille de Noel. Cepen-
danti i teste defenidu, aux jouis de
Jeuiit suppi'iues, de iiariger aux
ins ules 'epas de laviaLdeOt du pois-
son Cltte deteinse s'leted auxditnan
cites de caUicie.
3s Nons recomiinandons aux fi-
dAles de teruplacer par d'autres ueu-
vres satislactoires, et particuli6-
remlint Iptr aI. piterc4 et -auijnuue,les
obit..inLous donit ils soul diapensds
4 s Les lideleade nos'dioctses peu
vent satistatre an devoir de la Coinm-
muunioi pascal depuis le duimanche
de la Sjptuaugetitne jusqu a la f6te
du Sacre-Cueur.
5o J sqtua nouvel ordto lea pre
trees soutus a Notre Jurndiction con-
Uuueotuit adte a la tuuse t'oraison
ereo pace chaquefuois que la rubrique
e pertuetLra.
Seount la prasente letre pastorale
et mandemunt lus au prone de la
tneste danu toute les 4glises parois
aiales ct chapelles ayarit chapelain.
JULIEN Archeu. de Port-au-Pri.vce
A .4 -- A --A ..^


ECONOMIC DE 250
SUR LE CARBON
LE CARBOGNE permetde rdl -4
une economie de 20 olo0 ur to "'
Charbons(Ci0* de Navigation hbetn
de ter, Fonderies, H6tels, HOPt1U
etc.) Suppression presque totaleO
fumines,cendres, scores, mAchbeI
auginentation de vapeur et calo1i'
Ni corrosion, 1ni oxydation, de c "
servation indelinie. Expedition .
100 kilos, pour trailer 340 tonnesl
cliarbon (6conomie 80 tonnes 0''.
ron ),6 )O francs payables ch6quos
Paris a la command (transportl
douane environ 90 francs par 1t
kilos de Carbog6ne). Comman OI
brochure explicative J. MAZET 7F1
Drouot, PARIS. Des Agents ats"
mandis.

Ligne H o -andaiss
SIS PRINS FRlDgAIK 1l
DRIK est arrive le 28 crt
II eat attend samerli daas I
midi A Port-au Prince.
PROCHAINS DEPARTS DB N3EW-*6
SIS "PRINS WILLED L",9S5
SiS" URANUS" car a
ia 5 Avril.
PROCHAINS DEPARTS POUR
Ng *
SSIS PRINS DER NP<


soils par "s senseignemelts, 'en [A Sectuiarae Ml. Sga
widjue e tnips qu'elle [adciOLIiL ar Dparlefteat de I'hilo,-
a"S consoiatwios et see 'pi oaxuesses.
'foujouirs aussi Ella ellet muntir~*)Port-au-Prince, le 24 Imafs '91
ASOuceilaso de Ie r.Mler par de sages 1
pi-esecaaptiolls. titt las-.isuI t-ilis Ia P1o jr cotipr court A de Cl
personae dei ceu qua i ellPult'elit le abuse 'h'm* depuLas ilo1.ternps.S
..oids, doeto pgutetC-!t Culivte d eebt au a 0dirmePS.~
exigenees Collides. !tribuAbl" q-itadctrimtrn, i`
aviduuieuit, tLiti a C0111.111116 I da LI serict c.1
daea ~ ~ ~ ~ 1. etam ic [ec iihvrilnce de-i P.&%SCL)UI lIC I
Not~ fra S ier IcPa'oI t-ln ienlld-! Vhllericur a pris I ~S
Xiii pui..it Ii. LCut tlL~il tdes suiawane.
OUuVritet '. pwI (It ja-Ut coliside bous ceux qui voudront voa
r e t c u a a u mu I a L t iia t e~ i L i l t a v a i -I d l a ti i a I 'E t r a og ei f, dt a n t d 0 i ~
dj%!S JCS tel11ISi l)iri'.Nous disparition des commandant d'h
1j01i, IJ.riieot illSa elCii CudIl's OlleiC rondissernent qui, au prescrit
Oct LUentXiii, dpi ts avoic %it t I 11 arti-:e.3 7 et 8 de Ia Ioi d'Ao~t 91
ustitlUees i dtttiSLoIlIILtait, dl'd Ilivraient les passeports, s-adre
de 4-l' r or-Lluie, ,t frIe~se a Lueuxrout dsormais directement a
doutIIA liut, L) ~IIV,11.1 vdL-11 i'UsUt- partement de l'Int~rieut, en tougvi
1i. k no ul itp sd.-l OU sanl une attestation 40 -111 ;11 tI dedntjt6 acco%
Lie, lolli Iti ou, ci cest cO 14too Notre pagnant Ia. demand, a ittestatiM
Solied~ Jsl~G'litL .Lit motiec qu'auroilt signed le colmmassaife
CWo1111,4tl.) IPAC S .n l t 1,l1i(July, goUvertletent et le juge de pail.
Lout 11~t! 4111u'11 tLdit, z&c::t fait. pau-1 Atm tde r~eamettre aux citoycos 4
Vre poil'1ut n kat.tie.Ii )ti~tle6 ; (11.1isliabituer .j Ia rouvelle dispo-titi*
Flizi doDeU[)L D i iect Lait nClihe, a et le se prL~autiori ter A [avaw
yoiu I pl) o. a ii auAX yclax &I aiioade
I.,0Ui*I.- Illhs 0 ill'an u u li ; 11,1 est q uaziid is 'oudioiit se d~placer.1
it Iie USII -i A ) l') -t II- o,.I itI I, 40 J~d .- presecntz, dlspo.itioll entrerA en v
ti t--stvi ais ii Ji11. i i '' uti- rr;ucur dJan ~ic le Malde quinze joulal
V11(21. qjAC0:0d' p" h% t1,CUit cull ptrzir tic cc~itcndae.
te, iipier to ill dcJledi tit ElluiOtie tde I'attestation sus-iolf
dia pulus Iaci~cmi-iL c- q wIIOIis queen. Ia ticman.le tde passport uso
alwios duo 12 QtleIa vi uit,- diAiilLedo dccomiiflkP~:eC lipipier-timbrk j
Iituiillw_ ciL ,kileke~ileiicu reside quatit gjjrJL, %,i Vinn6ress6 va di.
daiis ses iuiear*, c esL,-a-dire d'ts [Cule ties ,tiltiilc'.d,:ti quinze gourd,
la vertu ; (lite laVO:L ,i estle 10 -s~il vasur le cotil uentit uericain g
-uLee d,-! uls, deo jwtlls e..do
graiidd%,tSIu1AulVtoes eL L I Uaf'St Loui

ll-IP(MLU IlJttJ ieak suijetlIs uSei Pelit Four
LWouvetii, oitwitetuti~i L Ia ;z~~iPi Le retidLA-%ouu, du select pr-1
Soe de I Oternellche ltkaLttudd-Uitm Pii p port
'pills, iC',t AverS Ies Classesit uilot1Lu rrcei -ciai~d
ineis iLuc It! Cw ir 'cI~j Dicit elunble! pcalid
8s11ut1jl. da &valitiAt4.e. Jt',,iS Clirist, Gr~lne gicc~e, Sarbet, 1P1tisv44
8aj)eIoUllo los p)uiVro* dS bIeuiiUicxfrati~atse, L~ de viAnde. VolaiI'e4
Ii iinvite avvc ax1'nar a v,-ilar a Lii, Glite~ti-. sur commrin'ie. Liquer4
aliza (111-11 C4tmsoIk! oL .)b sCeizxqui 'ins tde premier choix. I
MtU11klit ijL (it~illpi l-i~l t 11 ci- Salon pour D-imes et enfants
br'A~SS aVeC tuite el it L 1iza ls telldl-e %itle tIiLGEi(PETrERS
les petits et V It l tlltiS
UAiell doraC 1ii e-,Lpitt-i Colifol'VrlC ALe Purgatif Ideal
Vespri it, iet'loe it-q to .iaitu'r Ileti-a
%',ill e i tuel. tite 'VjV-lliif-C'mest Ia
I k'jt )tvo)I()itt. r~*
doii..ti so s'iuain.'ttro iIul do I1 lelA

(to I-oi-rdt ctbli par Diet,. Mi 147, Ras da FauiAor'gS&Iat-D*alI
[lionu i. -!ba,, nits lie devotis FacileAt prendr,
JAII' 11.1 I* b it!aa vaiititle nodaiis, N. n6cessitant aucan pr~paratU,
Wo do DItiei, kA sa roiieielel il eporq. aasi iet
['anll'111H 'tici, i.St a U ip ri~i~Supprimant Ia digit,
na ltcte, a Ia lt 1 t1)i d II I 0 Ol- *I esodiblilftepas Ie nallado.
MUMiLI'oala vtIO' .~dj i D en est N'exigeant pas de epoo.& Iaohs
enor c i v~'10 In disi ~; se als cas aucs"perts i do ps
plus it Ia Itor deed tous, tit, protver
pour Lill ; et,[(liti VlacCouinpll.iso- dies et. par coesi~qasat. =meh
Illeo itdo lia t V0 01iitt f ti ViliC est P 1i* DOS SE ;PURGATIVE, I a a WUild"

*I est gralid Ie tkiiljiol iiago dxatllo'ar' 'beIVip4m.
que iious dow~uiis A DCifn. EL do
ceLtfl~o tayil o cairtit~ii ti tascepte
vaillainainesit, Ia lot (inli avail, ell M. Nestor i'ew'
Iii01iue teitips tji(l jttsiud iti ttVole la Le maitre-tailleur advantage>: ,
plus silrte pomu. itloiener let b-IS title mn on etueI pb.-
vie hunlozable, svinslo dotie tn11breu- vment deceonurdertode son Ropubli
ses jutes, iiadepeiidaite etit a labth in ertunrd o oa
du besoin, attite eiicoro suir iI I'E:ranger o~i il s'est mis au cow-`Z
bonedictioni do Dieu:.Ila- 1-ol~taittice des dernikres modes et des nouvt-*'
a Diieu de Ia pteiiie liiihrente & sonil ts les plus r~centes.
tratvail, it expie los peclIC ititijot it a 11 ofire des costumes trks
Pu se aii-edre coupable, eciti faith une soign~s et A pixmodd&os.
pmenitece agrt~abte au Seigiieur. Ru3we iracles en face d.
1--t Banque Nationale.


i