<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02564
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 24, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02564

Full Text

QL [N CITN Ivjr.d 34 hr W I


cu*ment-MAG LOIRE
DIRECTEUR
ADOI4I4MENTS:
PORT AU PRINCE
Di G, .


DP-i'I IITEM ENTS
0


ois olois ..


*


0


a


2."<
5.'A


C. 220

G S.L)


J


OUOTIDIEN


PORT-AU-PRINCE ( Haiti


RAiDACTION ADMINISTRATION'
Azi,,Ie des Rues kFeru & Anjricafln,3i

Les annonees .4ant rovueIs
AkbgIA Ua L PS JA W vurclux -u ft
A t.t- c 1. % ,c c & Clcy, '(Lie J .t
A LUoDu ams: ,. CLL. M a,.cu;.c SE.U 1.2l4
A 4hRLIN. ..fICz LUdOit %Mosse W 19, r'Y
~r~sC 4t)-49
A Nnv6-You Un~r'r5A. P.~t'li..ty COIVAwJOy 4) %c:

Lea OJADUSCtItS insertf4 OU COD DCCSOLt P13 :C--,U-

Abotnnmemnts & inseri-tons ,;aya.,'h uzan,,*I~


LUTOUR D UNE CIRCULuIRE Au Palais National


Mr. le President de la Republique
_____ DINER OFFICIAL

Des gets intislrss ont aitf tal t de vront avoir, cette annie, la sanction La ta ade principale de la demneure
uit auteur ( Iu,, ctlrcalatr" lue Nuit des Chambres. presideniteile off'a it un aspect vrai-
cellence le P',sident (wait hu'e dc
x Cott,,issaires hiu Gout'erne"metI Mais. bien qu'elle n ait point nk- meant eriq.uev. D.' entaines de
aceruiat il Yt;uioe t dties s'h bres li cette quelle soat en lampes lectriques dispotes avec art
cr niUo soussolilSistrt, i ?totI, gligo cette mission et quelle soit en dcoraient dans scs inoindres details.,
, oS dem t si par has possession de ~sultats appreciables. arch c de i, ui, deoi
('ouerintetnt aurait ??pl(oyd q tt'l- laCommission n'a pas encore atteint ressemblait a quelque Magic City
SI.eur j,,,,(d c(,,tmfl d tIutr'- le term de ses travqux el. avanl garee dant Portqau-Plince.
s, mais ont les ,pls ardetis son retour, le Pouvoir Excutif ne A 7 h.ures ct quart commenc-e
)istes &Icos d h-r s'accuudattei.t asi pourra rendre compete que de ses A 7 I-uies et quirt co mence-al
Fl>. intgninons, 6tatl hours d-tiat de prd- rnt atrt iv.:r Ids Cht d'ra
esenter aucun proet complete sur Caperton accompagn du Che du
Ssen'er autIun proe templet, sur Protocole. dans Ic landeau presiden-
Nous ".o cu lae ,,s onst qd,;clat, a ,squ proccupent actuellement l'upi- uti l idescoriaient esde ben dan
ntde de hire nlI e i'ce, on wtis e leurs unitormnes blancs.-Mr Baillv-
ad ue iqe ttec' rsat OQue vendront faire Port.au-Blanchar, .\iintstrc des h:tats Unis.
itbler puts'Jt,i ,ie a ry to (ie r,et, Prince. dans de tells conditions, les Mr Ch. :o, irJ. P.ivt.isite,. le lieu-
,& ne putsse ,, ip~ble,,t. Chambres Lgi latives ? Desire-t-on tenant Co.el Lo en auto.
quo le dutt'm ,t (tit cotralt-e it.,- voir, encore une tois, une Session Le dinet tul sc.vi a -t-uhaust
,ne des cm's tue s,.sse, ratu,,nn, l,. de huit a neut mois enticement see. La table tcait dacorec avec gott.
tu.Sat,icatites 1. pi'ltiton publI'u,,t' consacres a de vaines agitatIons ? El des lltu(. orant la salle et des
publication ,u n atIU, fato. s, I puis en in, d-ou sortiront les fonds drapes aux ent-or acI s train er is.ant sous
uuoir se a,,te u,< itd e des ..' destines au pa ietnent des indemni- rpLaUntiac c trat des lain sous
affuleuent des et dst des LetsIAin C ts des Rep ennts des ommu- A tique cadesaps.
a cffblcent dates u 't es s leula te s des Repitsetants des Comtnu- A hutes 45. on se mit A table.
naer)eusemet, en rt.- tes Le President Dartguenave avait en
Toutes ces considerations m'ont face de lui l'Amiral W\V. B Caperton,
10 Mars 1916 paru, Monsieur le Commissaireassez a sa droite M. Bailly-Blanchard,
puissantes pour me decider, d'accord Ministre Pil lipotiaire desEtats-Ulns,
donsicur...Commissaire du Gou- ave.: le Conscildes Secr6taires dEtat, A sa gauche, le Colonel Theodore
rnement pies le 1 ribunalI civil dLe A vocs recommander de porter A la P Kane,- l'Amiral Caperton taitl
connaissance des Meanbres du Corps place entire les ministres Borno et
Monsieur le Commissaire. L6gislatifactuellement presents dans Leon Audain. puis le lieutenant!
Le President du Comrt pcrma- votre juridiction, que le Pouvoir Colonel Charles G. Long, le lieu-
nt du SPrenat, agissant sans dout Ex.utif n'a pas 6t1 pressenti par le tenant Commander William D Lea-
ext dcu Seon dune dbtras don Com t6 permanent du Stnat sur I'u- hy, M Coffey, Mr Ch Conard, pay-
se a cuno)rite nde I Asemblce tilitk de la reunion des Chambres. rr.asi.er, puis les ministres Andr6.
ses colleagues, a rendu public un pour le mois d'Avril, et qu'il n'accep- MayarJ, Dorndval et Emile Elie, Mr
pses auxcoegmbres du Corps Lgs- te au une des responsabilit6s que le Senateur Stephen Archer. Aux
pel, en u dassrers du Corps Lg- cette reunion peut entrainer. deux bouts de la table se trouvaient
if, en vu dassurer la remieunon des MM. Jules Lizaire et L. 1. Marcelin,-
rbr, pour laccos le premiment d Le Pouvoir Ex6cutif n'ignore pas MM. Andre Faubert et Barnave Dar-
vaux don't le Pouvoir Exzcutit sesobligations envers la reprsenta- lguenave.
apas tit mis en measure d'appre- tion national et, A aucune, il ne VoCi LE ML. QUI FL T SE..1
r le caract.re. songe A se derober. Mais, A ine VOICI LE MEL.. Q.LI FL T SE..I i
En prserce de cet acted insoite, 6poque aussi souverainement domi-
Spense, d'acuord avec le Conseil nt par les v6nements que celle oi Potage velout6
SSecirtaires dLtat, qu'il inpoItr nous vivons. quelle place reste-t-il Foie-Gras
priveanr une equivoque en ait- la rigueur des dates qui n'ont ja- Bouch6es a la Reine
nt connattre. par votre entremise, mais paru revetir le caractdre nflexi- Poissonssaucehollandaiseaux Capres
I Stnateurs et aux Dput~s qut ble qu'on croit o portun de leur
bitent dans oire juridiction, les reconnaitre aujourd hui ? Et pus Filets-Mignons,sauce maddre aux
isons pour lesquelles i serait d~si- qu'en definitive nul ne peut supplier champignons
Ible, contrairement au sentiment les tonctionnaires responsables dans Lit d-Artichauts
Comitt permanent, que l'ouver- leul mission. de rendre les comptes Dinde truffle
re de la Session de 1916 n'et lieu competes generaux de la R#publique.
au moment ou e Gouvcrnementi de prkparei le Budget de -Etat et de Salade de saison
ra en possession des elements du rassembler les elements de reconsti- Fromage
a il kgislaiit de s meannte. s du tuition des forces nationals, nest- Confiture-GAteaux
Or, aucun membre du Coips t-il as confcrme A la raiaon de Glace-Vanille-Fraises
gislatif ne peut ignorer que, des leur aisser le choix de I here o V
vote de la Convention, une com- ces devoirs peuvent etre le plus uti- Vins
mission est parties pour Washington element remplis ? Champagne
cc les instructions tt les pouvoirs C'est dans la certitude ou je suis Cate
cessaires aux fins de rechercher, quo ces sages riflexions seront ap- Liqueurs
lte des bons offices des Etats-, pr6ci6es des membres des Assemblies
uas, les moyens de liquider l Exer-;en residence dans votre region, que Pendant tout le diner, la Must-
e 1914. 1915 de pourvoir les je vousrenouvelle, Monsieur le Corn que du Palais charma les convives,
vices publics de resources suffi- missaire, I'assurance de ma haute Le programme suivant fut execute :
Sites pour 191 5-1916 ; de irouver consideration.
s capltaux pour le rachat de la DARTIGUENAVE ORCHESTRA PRESIDENTIAL
Ite Intirieure en % ue dec dgager
e16ments du Budget 1916-1917 ; PROGR IllE
)rganiser par des accords sp&ciaux -
nouvelle force publique haitien- Pabst.. PREMIARE PARTIE
d'.examiner dans quelle measure ". I Under the Double
t possible de concilier les attri- Eagle, march WAGNER
lions du Receveur g6ndral avec Pabst... Ouv Eagle march AGNER
dtoittgarantisA la Bau aee e2. Ouverture de Concert G PARtS
roits garantis Ala anque par The famous Wilwakee Beer 3. Invitation a la valse L. MAYEUR
In contract ; de reconstituer Ie Ser-1 rvonne lataisie E. MULLOT
Sde a Troee ; de rer e EN VENTE CHEZ 4. Le DiamantsdelaCou-
aft avec la National Raroad E ronne, i antaisie E. MU
mere en harmonic nuos innitu- 1, J. B iO 4 CO LEbloissante ma-
as de contr61 avec It regime de En gros et eu detail zurka pr clarr. solo E. MuLLoT
s on effort loyal, accompli en Angle des rues Courbe et Cesars DEUXitME PARTIl
_mun avec les Delgues du Gou- z. Tannhauser. Marche WaGNER
moment americain, les solutions La meilleure et la plus hygieni- 2. Mignon,(Op.de A.Tho-
at l vnir netionl. ui de- u do es bitres. mas) fantaisie H.I. Pats


3. Marseille. Vaise C. DiLoRMaES tres poiu;s du miAne pays ont
4. Craquets & Marin- et6 aiusi agiles patu la ciampagnie
gouins, polka pr fidte 0. IEANTY active conire le recrtlteiient.
S Ballet de Faust. A. 1,P: autolrit s nililaires sont
(Gounod) L. MAYvcE alarm TKOISoaftMB PARTIB Lolu Ires, la nuil dernitre, les
l Souvenir, pas redoubl Tivoi.t.iiKa agilalt'irs outI faith re.t suir les
2. I au (,Gounod)fantaisie G.PAR-'; agents de police et e.t ont blessti
;. Les /.Zphirs Valse 0.|iANi-r Irois.
4 Les Cloches du Campt- A rnzonsb:)r. G.A. :. G. P.lt-
nie,'C, tantais e A. GiRAUD'I.terso' acitm a'l ef' de ruT- ici
5 Graci use Txo-Steps ) JLAN I's I l itre dt cheltlal It. u >lu
Au champagne, le President )Dar- Stl. a faith feu et ti st lil "I *g'
tiguenave port un toast au Presi- de 1t6 ai.s et deux autlres eiltsts,
dent \Vilson, puts A l'Amiral Ca- l a atussi problema-iitl hie,-- Ia-
perton qu but au President d'llaiti, taletmlen uti entire lils de i Il It ;
aa gloire ct A la prosperitd de la el il s'tes st ci t* ;apris.
Re publ que. \ Wshitlljion.- Ie 1 clicit1m l
Aptis le cate on se rendit au salon.1 f. dI Sil I a ohbemtieu1l,' uag-i
out on passa d'agreables moments, i ,iteit,;,tiol tie reveunst s'.lev. iit a
eii conversations cor.iales pend n -itn, ( l) ll l dl raIll Cies I ltll, dT1r-
quc a .\lusique du Paais continuat t d
a se f.ie entendre. La musiquc se, ler m. Iols. ,'S lilies ,l i I". t
surpissa son chcf.le G;n r.al 0.cide mt oblteiu le double tie leur s
leatitv,iteut ls vives flicitations d. eventt is. Celle de I'4 )ineo l uIi eu
I'Ainiral Caperton et des autres in- it'e aligunientallloi I t1 () itI tl'a-
vites de maique qui se rcire nien a pr Itl. l's c" IiI tI pnblit ti|llioit-
nminuit, s.iluis une dermiere fois par d llal par la a Interstate Commis-


1'lv.nne National Atnenrican.


S!an; V.


1 orginisation Ae cltte fete otti- I\' io'tj'0i .i -1.' lo" sir I'.ir-
cielle fut partaite. Aussi I A n ral I'!, t d el4 b ir;ato anl i o r.t's,
Caperton en I'honneur de qui cl Ic 't suIivan tlsr es Isr1 liotn1 1 cIpI. *'e.s
etait otlerte, paraissait enchanted a sI Iar Ie Prsi.eni \V lsoi, a lii I1
que tous les autres personages. li1 l .e r A l t I l

El l as ).--t0i rappor!e qu e les
COUPS DE BOURSE lioupes amentricains avta ic emit
vvet's t rusos.--Des forces tic ;Car-
ianza out mis ent d.',roitle les
Or amrticain 18o ./' prime balnits de Villa don't 18 oult 6.6
1). Int. d'Haiti 19-2 6o ad val. nom tut's.
D. Int. d'Haiti 1913 6o ad val nom Londres.-- Les l oipes :utilri-
D. Int 19t4 cA> 40 ad val. nom chieiines opratlt an No '1 i'E'st
D. [at. 1914 6Bs 35/38 ad val. notrl .Escieczkar, pies l esfroiitt!r-e
i). lnt. d'Haiti 19t4"C'3oad val. now ,., Bukvie, ott ,vt., l|s
Ch6que sur N. Y. 2 olo escom pte ot li 1at ion 'a t, It. oa
Cheque sur Paris 12 13010 escompti te
Transfert sur Paris 7 0o escomp:e sur le i jester, ahlasilolil,,ailt
Billets de 5 gourdes 314 010 escompte leurs trarsporls en resratilati dt*
Nickel 314 o0o escompte vanlt advance de I'arnie nsutssa,
inarchant sur les av.iilt-Ioslt
autrichiens, au tiord ,le ,C'.1-
uantitz. Les Russes out :app;ar.an-
Iouvelles de press meant inaugure une seiieuse of-
( Par sans fi ) fensive.
Paris.--Les Allem muis ,tit :cn-
t, plusieurs atlaqiues s;aiis .itCes
22 Mars contre les lorl- ,fe lVerlui sur
les rives de la Meuse.
WV shington. -- Le President Berlin.--Les Allemnasnds out en-
W-Ison et son Cabinet ont reluse lev6 des poses francais an Nord
d'accepier les propositions au su- d'Est tie Hougourt, el out fait
jet du protocole enlre les Elats- 25000 prisoners.
Unis et sle Gouvernement de Londres.--Un combat an largo
Carraiza pour la cooperation des des c6tes beiges a el, eng;agt- en-
troupes i la poursuite des bandes Ire quatre con're orpilleurs an-
de Villa. glais et trois allemands ; deux des
Lundres. -Les Allemands oni navires all-mands ont tlM atteints
gagn6 du terrain dans le Nord et quatre marines anglais bl'sses.
de Verdun. De fortes attaques Les contre-torpilleurs alletnands
au flanc gauche des Francais prirent la fuite.
out permis aux Allemands d'a- Berlin. -Au large des c6tes
vancer vers le sud de Malincouri. belies. des contre-torpdlleurs an-
On rapport qua les Russe glais ont fui, apr6s avoir dtd at-
oat r1ussi a capture Uscosakar weints en plusieurs fois. Les con-
sur Ie Dniesler. Ire iorptl;eurs allemanils n'ont
Lonires.-Quatre contre-tor- subi qie de lgeis dltinn big's
pilleurs anglais et trois allemands sans importance.
ont ltvr6 combat h er au large des Londres.- Un rapport non
c6tes de la Belgigue. Deux des official announce que les tl1usses
navires allemands ont 616 atleinis out capture I.spahan, Capilale de
et quatre marines anglais blesses. Ia Perse.


Aucun de ces steamers na e6te
coule.
Londres. Les Alliis ont don-
na ['assurance i la Belgique,qu'el-
le sera invite iA participer a loule
n6gociation on vue de la paix,
quand le moment de traiLer arri-
vera.
Londres.-Des dmeutes ont eu
lieu A AUamore, Irlande ;et d'au-


La Ala ison
Oreste Balloni
Vient de recevoir par le dornter
Steamer un grand assortment de
Chaussu''es, /ormes de lt der
nuirp mode pout Dames, hommn
f& Enfants.


Mr


~I ois
L)IS ol


Vcadrec 24 ants letsl


qLIINII CENTIM11


boibm www X& slit





. UUit MATIN


Faits Divers

RENSEIGNEMENTS
Mk Th-OROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLa.GE
SAINT-MARTIAl

Jeudi 23 Mars 1916
A midi


Barom6tre & midi
Tomp~ratiar. minigmum
maximum


7622
19,7
32,7


Movenne diurne 25,2
Ciel clair jusqu'A 5 h prm. Pluie a
ibh 30mpm. marquant au pluviom n
tre 13,1 mn.
Baromn6tre constant. La tempera-
tore monte.
J. SCHERER

Ce.mTreaces de la Lirae
La serie des conferences de la Li-
ueacommence avant hiera6beures A
Parisiana. Elle a et6 ouverte par M.
Emmanuel Etheart qui a parole de
PIAssociation dans la Legislation.
C'est devant un public choisi que le
confkrencier d&veloppa. magistrale-
ment son sujet.Monsieur Etheart,dans
un language clair, ou tout terme tech-
nique etait A dessein banni.parla non
seulement de l'Assoiation dans .a
Legislation, mais aussi de l'associa-
tion dans I'Histoire. et malgre 1 ari-
ditk du sujet et les protondes ditli-
cultks de la tAche, ce fut une heure1
de delassement agreable qu'il fti
au public, pour employer une de
ses expressions. Le chemin, malgr
ce qu'en disait Me Etheart lui-m,-
me ne nous a pas paru pmnible. 11 a
semen, en le longeant avec nous tant
de belles fleurs.que s'il ne nous availt
Sas dit qu il etatt caillouteux nous ne
'aurions pas su.
Le public stra toujours heureux
dans cette serie de :onferences offerte
par la Ligue, d'entendre. de temps en
temps, Me Emmanuel Elthart, et de
passer en sa compagnie une heure
toujours trop court.
DWparkleiet di Coemerce
St' tion :
Cont lr/e et Inspection J~ Douante.

Le vapeur g Commodore Rollins 9
de la line Raporel qui a laisss~
New-Yoik le 1 N Mars courant est
arrive i,.i le 21 du mene mois et a
apporte pour Port-au-Prince Cent
Soirante et une tonnes 58/,oo
(16i. 58/oo) de marchandises diver-
ses.
Ce meme navire a apporte pour
cette place entire autres marchan-
dises.
Kerosine 20o. ooo gallons
Siam 66. 540 aunes
Savon 26 25o livres
Biere 450o Douzaines
Pommes de terres 5 barils
Verres A boire 114 Douzaines.
Port-au-Prince le 12 Mars 1916.
Iariage
Hier martin, a Wet cel6br, en la Ba-
silique Notre Dame le marriage de
Melle Eug.nie Vieux fille de Mr. et
Mme Constantin Vieux avec Mr. le
Docteur Brun Ricot. Les mariks ont
eti accompagnes A l'autel par Mme
Emile Biun. sceur de la marine, et
Mr. le Docteur Leon Audain, secrk-
taire d Etat de l'lnstruction Publique
Nous presentons nos meilleurs
compliments aux nouveaux kpoux.

A p rpes de la disparltio
4e Elbrle firmia


Hollender.- Sao Paulo, Br6sil, .d- dions Sa Saintat6 nous dire la dou
m6ro du a F6vrier... lear don't Son cceur 6tait ul" eau
II content des articles tres int.- spectacle que prdsenta I'Europe et
ressants sur I'actualit6 mondiale et Q*m* le Imonde enter, spectacle
bresilienne. asurement le plus aflreus et le
plus d6aolant qui so soit jamais vu
Cdomma-Parisaa Dmoire d'hommne... de toua c6-
sr a domine Ia Iriste itnage de la


Le programme exzcut6 hier soir et
ou figurait des films choisis de ta-
con A plaire A tous les goats a eu un
succes tres mdritk.
Aussi les spectateurs manifeste-
rent-ils leur satisfaction par des ap-
plaudissements enthousiastes qui se
rent entendre tout le temps que du-
ra la representation. (
Fia.ailles
Nous avons reu avec plaisir VI1le-
gante carte de fian;ailles de Made-
moiselle Nelly Mevs avec notre ami
rules Faine.
Tous nos compliments.


Un tel4gramme recu d'Alger an-
nonce le dees dans cette ville de M.
Flchier Bruno.
M. F16chier Bruno dtait bien con-
nu A Port-au-Prince. II avait laiss6
le pays depuis vingt ans environs.

Cet apres-midi auront lieu les fu-
nerailles de lean Lionard Emile Edouard,
p6ie de notre jeune et interessant
ami Fernand l-douard.
Le convoi partira de la maison
mortuaire, sise A Lalue. en face du
S6nateur Duroseau pour se rendre A
la Basilique Notre-Dame.
Nos condolkances aux tamilles
eprouvees.
Le Monileor
Le journal otficiel du mercredi 22
Mars courant public les matieres sui-
vantes :
Arretc ippruv.nt la liquidation de la pen-
sion ci) a.ilc &morj. .1i Mne Lavictoire Smith.
-- ).pche duc Scri2:Aire d'Etat de l'Instruc-
tion publique a Monsieur le President de
la Ricpubhque.
-- Rcpone Monsieur :e President de la ".-
publiqn-.
-- SENA'.--- Seance du 74 Aodt 1914.
-- lintc deis Scnateurs inscrits A cette date.
Lite des D)cputIs inscrits A cete date.
--- 'roce.s-crtal dc bruilcnment des billets de
i 4ourdes da i; Miars 91t6.
A-- A c b ollti':uitt .e la Socittte le a Comptoir
l-Fr.an(.i .-- Statuts dc la dite Societt
(Suite).
--- Lcttrc p.astcrle et mandement de Monsci-
gne ir I .\rchces.quc de Port-au-Prince, pour
i'an de zr.Aice r 6.
O- rdonnAn':c decs Doyens des Tribunaux
-,,ils tc Nippcs cti c Petit-Goave fixant
overturee dcs assists criminelles.
A is iadLnidistratis.--- Avis divers.
Assises criisielles
Hier a 6tk entendue 1'affaire Le-
grand MdItellus, 21 ans. tailleur, ac-
cuse de meurtue sur la personnel
d'Edgard Duloup. son tiere de lait.
Le Tribunal otait piesidd par le
juge doyen Montes, avec pour as-
sesseurs les juges Pouilh et Nicolas
Le parquet etait repr~sent4 par Me
Tintitort Agnant.
Apris le plaidoyet des avocats de
la d~tense, Mes Borgella Camille et
Nevers Constant, le jury que presi-
dait M. Durand Fiancois entra dans
la chambre de deliberation pour en
sortir avec un verdict de condam-
nation, tout en reconnaissant au
condamn des circonstances attd-
nuantes.
Nouvelle i la mai

LE BON Mi)DECIN :
-Eh bien I madame, le rem6de
que j'ai donnk A votre maria a-t-il
eu de bons eftets ?
-Excellent. docteur, je n*ai eu
aucune ditficulte avec la compagnie
d'assurances.
< ____le_____

.\ous nous faisons le dwoir de pu
blier le mandement qui ient d dtre


La ot incline du dit et address d tous les fid les par Mon
La mort incpin^e du diMtirgu6 et l eigneur 1 Archervque de Port-au-
combien regrettu Eberle Firmin. sur- Prince, pour le Careme de Port de
venue dans des circonstances incon- grdce 191l:
sues rappelle A la memoire que c'est
Ia troisieme disparition d'Haitiens LETTRE PASTORALE
que nous avons eu A d6plorer en mer ET
dans ces derni6res ann6es.
Ernest Dehoux, en route de San-
uago de Cuba pour Port-au-Prince, M andeCment
disparu sans qu'on ait pu savor DR
comment. Monseiqneur 1'Axchev6que de
Hector Jean-joseph. durant la tra- Portau-Rrince
oversee entire le HAvre et Port-au- Pour I Car de l'aTa gids i916
Piance a pen victim du m6me so&t.
Dans ces troi cas, aucun detail -
sa pu etre fournia leurs parents Port-au- Prioce, le 21 F6vrier 1916
our le moment et leas circonstances
d4 leur disparition. Nos Tr6s Chern Frfres,
h*Uamiie re* II y .1 aon Nous portiUons vo.
Pbhcaie. s ... i-.- U osu a IP m ?,-*
La AMessaget de Sao Paulo.. lour- qe 4e_ Not I-
MaWfrauAsa. Sous la direcueonad o &..le Pae l XV. Bm


guerre, et il n'y a pour ainsi dire
pa d'autre peusee qui occupe les
eaprits.
Nous 6tions forces de reconnaitre
ue lea paroles de Notre Tr6s Saint
4Pre s'appliquaient aussi, malhleu-
reusement, a ce pays avec trop de
justesse.


Depuis longtemps, en etTet, la paix facileanrnt une plu- s gral., AU1, 01ue
nous avait quittds.facilintt plus ai i
SavaiL quittres. de meilleur tr-avail ? Qatimt .tix qua-
Elle nous est revenue. N. T. Ch. litds morales, cest antssi par Ie la-
F. et nous la possedons, entin, cette beur qu'elles s'eprot'.'ent et so t -orti-
paix apr6s laquelle nous soupirions fent Gar- sil est vraii d.o e .e et
ardetuinent. Rendons-ent grces a qui de nout. ionei a uit pm ft ti is l tris
Dieu. Car dans d'autres coutrees la to experience ? qaiua l- iiAvelt etl-
guerre continue, plus archanee et seigne beaucoup doe ian:t (lvccl. XXX
plus meurtriere que jamais, et de III, V ), il e.,t et.lemt, vrai 41it1
longs mois s'6couleront encoie,peut le travail dotitte do ) :mt t Ltilihs
eure, avant qu'elle prenne tin lemons eltappread la patioun e,jleier-
La paix, sans doute, n'a inis de gie. la compassion, Ii1 i, ,',e.
suite unt erme a toutes nos infortu Mais ce nest pas ,-ea!ei.ent "a l'in
ties. D tnomnbreuses tnistres se ren- dividd que 1,' trvavil pi o 'ti ics pilu
contremtiencore principalemnent datns grands blents. (C-'sL c.icI': le trtvall,
les centres populeux; et il n'etait et luo soul qui alsul r I tIpro.Sp.tlt
gutre pertnis desperer qu'elles dis- des villes et des natm.o tL c.--st a
paraitraienitout d utn coup.e.coitine sa nuesture tr Ie 1til e<1o iii.-iitir la'
par enclilantemnent. Quelques uls grandeur des iLeuple-,.. :I..'- Ia.I
cependantl semnblaieit caresser cetLe uque au chapitrt'e:; ), ti : ,;: iivic
illusion, et puisque 1'etat trouble du nous trace utn tabltjia- il;,I i ifti e
pays elait la cause priucipale de nos de diverse classes de tli.itlli-it, t1t
sout'rainces, ils pensaieiit les vou snous present tuntri tour *-I-L l abu
s'eteitidre saniisrelard aus?,tot latr-ii- reur qim gouveri'te Iu l i tl.trt -, a il
quilute relablie. 11s se lt ouipaiie t. l'ainbition est ,o,' Ilti.iit u-u n .nlse
La paix eat incotitestableimeit,. pout de lance, I aigtuliu : i ..., 't 't1 itietl
uin pays, la condition ntecessane de tout son cim u i tit. ier Il.s -in11,--
toute ptospert te. Elle nt en e:.t pas le charpeiitier .t Iet iii -,i it r i'll
la cause directe. Le seuli novyei qiue poursuiveiit lears ;cc'ip.ti,.i)nsia imitt
Dieu aitinisl ala disposition de I ihot coIntle lt e jour, Colin iI t i 1 I',tVc'
Ime pouracqueiri le bien-e trel auaiit'l les eiipretits d,.-d '.-cl i-... s n
il a ledroit d'aspiLer, C'est le travail, application e.st de va.i ir I s liunr-s.
I effort personnel, la in iso en actli i met tout son 'Ctu.li a icniirlii c It-
vite des facuittes diverse que lation dessin le-)rgetron.;t-i., tnif-, I -soni
tLe DiviIne a donned es en pail tuoe a etclUllle et cot' -i t'l.t It l, t,'t IIi Cil'ti'
ciaculn de inous. EL si nious SoIllitli-I s brut ; la Vtpo.L r .1,- j.o i Iit t, )tAirt
habitues a associer 'idee de pa ix ses chairs i itl tth.-it lin C ntrll Ia
a celle de prospeirtt, c-cslt i, ce itut, chialeur di Iouliw.itii Il .- I | hl st
la paix done plus de ptosslbilitie-, ft tixt sur le Illod '-..: e lt,.'0-It', tlt
de factillks pour tiavailler. N-est-r'e Il met tout sin t t.Ll.I ;St 0.i I s.ont
pas decette tiaoni, No -tir- chers Fite ucivre, uti 11oiI \ ig llait it lia ulir
tes quevou.- etVlisagez IasiLtiaLLion at dalls pe rftctioti, -- le i rt .-s i it
tuelle ". Ce que vous clieticlzit avait son ouvrage. )lo iin,ti iL i to; i- av;vc
tout, c est de pouvoir, par n'i tlalbil ses pieds... co!:staiiinte t -i l e.-.t ai ,
personnel, subvenir a votti suib s- soin de son oiluv;tra Et Il'r i1non-
lance, et la plaiinte que l'un entutnd trer les services qi ,.*1.M tiavaitilleli
forinuler le plus souvent, c est de rendent a Ia soLicet. I A.\ntur s1at:ie
re pas trouver juslqu'ici ,l travail ajoute : sats c.x o n ne iitiralit
qui assurerait cette subsistance. ascune v ille on n iait pas a I'etan--l
Nous ieo pouvois tque vous en coU- ger, ont ne voyavaitit pas dhe lIl eii
ra" er danis ces setlntn tiiLLs kt: \oiis lieu. C '-o lt -tlix lil sollti iii-11 it
r i'eide turner de plus en 1Ius vcts les closes du temptis (E'L, I. X X X
le travail vos peinsees et vos elloris. VIiI. 3J) ; sans, elx pi r t constIlientlt
TIravailler a toujouus pour nulhe socle'te nI'. pent .li,:t.tr lVo,t i
'hlionume une obligation, Adami det- teuatianitieet'z pa- Ia' rti'ilii tl', N.
vait cultiver et aitder 1I Eden uoti T. C Freies, qu e les liointe-s doit
Dieu I'avait mis ( Gen. 1 1, 15 ). El l*Ecclesisliique fait tin si b-l li)ge
dans de travail notre premi'iei p trouvait I'enlploi de ses forces cor- ..
porelles, en tinnine Lemups qu il appli- "T R 1
quait sesfacultestintellectuelles auset-
vice de Dieu et a l'etude dela nature. G
Des le.iour inline de la creation de
,lioil.nle il a done ete vrai de dire Eau nt ni rale digJ
qu il est nw pour travailler conine
V'oiseau'est fait pour voler (Job v.7); s Emsayz-en et sous sereZ 0il
et des ce moment on aurait liU diie Pour resister victoricusemcnt A to
ce queS. Bernald dira: que I'liomine quelles lorganisme est continuellem
qui ne travaille pas manque la lIh pour etre tort, 1organisme a bisoin
pour laquelle il a etW mis en ce tous les mat6.iaux nrcessaires qui lu
mouan le parade.is errestrele travai La Gatrophile que nous prenons
n'avait rien de pmnble. Ce fut steul ncontestablement cet important act
lemnent apres le p~clth qail revetit Par sa composition : sels naturels
un caracttlie de chAtiment:' la terie GLYC EROPHOSPIIATE de SOU
est maudite -& cause de toi, dit le official, elle possede com me eau m
Seigneur i Adam ; c'est par un tra- Elle est toujours de reccntc prepal
vailp6 ibleque tuentirerastanourri- Elle est un tonique nervin sterilis<
ture tous les jours de ta vie ; Ctst table strum nevrosthcnique prepar s
k la aueur de ton visage que tu Par son usage, I'augin,-ntation de 1
La fatguen pain. Grente au travai ganisme devient hyperrdsistant et m
personnel ne songe A le nier, car il virus
n'est personnel qui ne 'ait sentie et LA DOSE ORDINAIRE de la Gasi
n,ait. A certain jours flechi sous son Bordeaux aux repas pour les adults.
poids. Dans les cas si frtquents de Diarrh
Cependant, il ne faut pas s'exa- culikrement recommandce aux doses
g Irer le c6te p6nible du travail, et traitant, chez les entants de 6 mo
surtout. il ne faut pas voir en lui ce routes les deux heures tipres chique t
seul cO~a, et oublier lea avantages ler6e a soupe.
de touLes sorts que 1'homme y ga- Une cure d'un mois rernontera d'ur
gne et lea joiea saines et vivifiantes qui se sent dprimee au physique ou
qu-il on reure. Nest to pas par le
travail que Phomme pourvoit A saes
noceaaitea lea plus griandes et me
procue la noarnrture ?, Celui qui DWp61 g#mrl
cultive sa terry sera rassamiede pain. Grand'rue N* 70
liaonas-ous au ivte des proveroes, -- : ._..
mais celui qui cherche le repos est rm
iaatique redit la meiae se.*tence : ., A IWA
celui qum cultive sa teare amnasser.
de grands monceaux de ble. dEccl. 93 flue duMa
XX, 30) It lEcclAsaste, pour nous
r'ppelof Is joi. attache au travail
dit qu' I 1'omme laborieux le somr- Figue de Smyrne
me. eat dous. 1Ecc. V. S1). *Parce
q to oaumas do travayiM d tea D e d
loe de oa c6 le psal- Dae de Perse
mtas, tu ma hbearou et to prosp6re- .

e T ... aa ..eal tre so. Bucuig fin anglai. MA
i *r a *a *U*W* e Ailes euddesWs per a


Mais le ltravail noportnetph1s setile-I.
mnert A l'otnie doe troi aes
besains corporteIs les plus &,rgletts ;It
Hicm estocure pour mle. It' ~il miiyen -
do dt~veloppea st' i aciit'.-; jatIicec-:
tuelles et do pci tt'chouit ,!ir ss ;au-t
littis amorales. -lisduiW~, C''.tbill-
tout daias [~iijle assidizie IIA I -is
faCUlttS intt'llectuelles IioUiveiiL I "I"'


fois blela dos rl~~- Li- l
d'ingeiiiosstts'!c,..t I j1-11 i 1s


PAR LIVRE


e Peekrem s &G
nw wBidr. PW0r e4


vous vous rendrez CO-p- je N
ne justice la defaveur oa04,
toure trop souvent parmni IS 14
-it.n excerient qiielque III 00i
iuanldeitt leur subsistence a ql
travail 'nanluel.
(.1 s ivre)

7- -

APERITAL
I.iqueur bifttq
QUALITY SUPERIEUi

BORDEAUX
QUINJ
V1N TONIQUE ET DE
GOUT DELIC1EWx
PREETZIANN-AGGEBirOL
AGENT


Ut vantagee
immem

Voulez vous trouver de c'\o r vos a:nis avec disutint
Allez a la
Soc it6 G6nradle
DE
Kola Champayfim
du Cahmis des I)ale,
o a' i v Its aurz' I-e-il iT-rais (it l
*' ltt c.c r'el!entl I.u t,. les li ,'i,
S,:,'(SC.,s, Iq iteurs ,,a races, -ps,,
s+,rltl, tetc.
It njiit utation de la r t b
,ranidit cha:tlute jour, g-race a laI
Ite.tult ie des iproduits.


Line Holandaise
Sis Pll'NS FIIEDERII, HI
i)IlK est parti le 23 crt I.- ,
,i k Ipour I's ports hailieni-
PRlU(;AI.SINS ID)PARTS DE NE\ Y4
S ._S ill'INS \V1LLE l",I -,1
S1S L'IANLS" cargo-b( i,i
I' tlltc.AlN4 IDi 'ART.S PIOUR
NE' AE
.i ..'' HIlNS DEll NED lHU
DEN".
.SS" NICKERIE "
AUG. AHRENDTS. Ageq,
Madame P. E. Nargr.n,
Sage-Femme, dipl6n c,
De retcur a la Cipitale oI
oureau ses services d sa -IIl
line Lamarre et I ail .t
ancienne m ison Labbed Il{
court.


0 11H IIE
OlPHILE

leslive sans rilvau
e ceavaineu de ce qui suit :
utes les causes de d&chbar:e.
ent expose, il faut qu'il soit tort
d'utiliver par une bonne assimill
ii sont fournis par les aliments.
la liberty de recommander, aA:
e physiologique.
de Vichy auxquels il a 6t6 i -so
DE et de AIDE FHOSPHORN
ninerale de reels avantages :
ration.
&e sous pression ; c'est donc unI
sous la forme buvable.
a force vitale est immediate etJ
oins vulnerable A presque to1

trophile est de un ou deus v

6e infantile la Gastrophile esti
suivantes. sauf avis du in
is A un an, une cuillerce a
etee ; au dessus de cet Age, une I

ne tacon surprecante toute pert
au moral.
PAUL ZiNON pharmactfc
prdparasur.




LNGONES

asin de 'EtUa