<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02548
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 1, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02548

Full Text

-. USMSm


O611 ClATIMllIS


Icreredi lor Nan*if


O6IBOt-MAGWIOtB
DIRECTRUS
ASOIRMBART
PORT AU PRINCE
ftm Mlji .***


pa moif:

Troia Mob.


D&PAIITEME" z


wKhANGEK


.CO
5.00


G. 2 0
6. 0

, G...CC


J


RJCDACTION ADM INIST11A71ON
Angle des Rues Fdrou & AmdricaiAD

L"a ammonces sool re~m ,
A P~ar-AFU-,aalICu:IUZ bureau: du jourmal


A PAati: cnez L.Ma~vence &
A Lowous- : chez L Va.a'en'
A BaaLIM. cnez Ru1o.& Mosse
StfA~sw 40-49
A Haw-Yons UniversAl Publicity
14 th Street
Les maouusts instris OU nO. She


OUOTIDIEN


PORT-AU-PRINCE ( Haiti


Rue Trmnchul
o. 19. Bless

9. jenuiaA

CompanUY 41-WON

soout p. tu.ft


Abonnemmls & inserisons payablks douue"


- -


L'empruntlfrancais


Voici en quels terms M. Ribot.
*inistre des finances, a com.nuni-
*ad officiellement au Sonat. le 24
dcembre 1915. les r6sultats trts
satislaisants de Iemprunt irancais
I pour 1oo :
a Nous avons vcu, jusqu'A ce
jour. d'emprunts. c'es-A-dire de la
confiance du pays. II nous a donned,
sous la forme de bons, une some
qui. hier, s'Elevait A 8 milliards 8oo
millions.
a Sa confiance vient de se mani-
fester d'une facon iclatante, A l'occa-
sion de l'emprunt don't ls operations
se sont achevies il y a quelques
ours. Cet emprunt, nous I'avons
Bait dans des circonstances ditficiles.
L'emprunt avait 6tt annonct. Nous
avons pense unanimement que nous
me devions pas reculer la date, parce
que nous avons confiance dans le
pays. II a r6pondu A notre appel et
a montrt un elan admirable pour
apporter ses Economies aux guichets
que nous avions ouverts largement.
Trois millions do
sourcri teurs
a O. nous a demand quel .tait
le nombre des souscripteurs : je ne
puis donner de chifties que pour les
dipartements, parce que, pour Paris,
le chiflre total nest pas encore 6tabli.
aism. dans la province scule, le
hombre des souscripteurs 'tEpasse
1800000ooooo et il atteindra a millions.
Si Tous ajoutez les contingents de
Paris, vous arinveres ceitainement
au chiffre de millions, et sans
doute davantage. A L6t: des grosses
subscriptions, nous avons une infi-
mitt de petites souscriptions appor-
stes pieusement pour la defense de
la patrie: des gens pauvres,humbles,
attendant desbeures pour souscrire
Ir., 1o fr. ou is fr. de rente, soit A
Aa porte des caisses d'tpargne, soit
aax guichets de la poste ou A ceux
lue nous avions installs au pavil-
ion de Flore.
Cet admirable r6sultat montre
un pays tout entier animt du mtme
espoir, travaillant du mtme cocur A
sa defense, considdrant que la patrie
serait en peril s'il n'avait pas pris
part lui-meme de cette fa.on A sa
defense. Du fond du coeur, j'adresse
A ccs souscripteurs inconnus les
remerciements et la reconnaissance
de la France.

Les sympathies du monde .
aCe n'est pas seulement en France
'Aon a tenu A souscrire A l'emprunt.
|e disais A la Chambre des dEputes
qu'en Angleterre nous avons recueilli
2oa millions, avec 22.000 souscrip-
Seurs. Dans tous tous les pays on a
souscrit. La Suisse a donned plus de
moo millions. En Italic, en Egypte,
o Espagne, dans les pays scandina-
Ves. en Hollande en Amtrique du
Iord et du Sud, en Australie, par-
Oft on a tenu A nous envoyer un
Stmoignage de sympathies don't nous
sommes reconnaissants. L'opinion
4d monde enter est avec nous. Et
e n'est pas seulement opinion :
ueas avons aussi les sympathies du
monde ; et le sentiment qu'a le
..ode enter est que, si nous n'e-
tspas vainmqueurs danscette lutte,
ysaurait q uelque chose qui serait
tet on ms-me temcs que mnes,
mSl chose de la lihet, de bon-
de llat de la cviliMstion, et
r->-*!. ***me center


Plus de quatorze milliards
SQU.iel est ie montar.t des renters
souscrites ? II d6passe ce que nous
avions prdvu. II y a, i cette heure.
plus de 7oo millions de ente. et
nous cioyons-tout west pas virifid
et je ne eux apporter que des
chiflres certains- que le chi fre d6fi-
nitil de rentes souscrites ddpassera
7ao million.; et atteindra peut-tire
7as millions. Cela, en capital. re-
presente 14 milliards, don't nous
sommes certain A i'heure prisente.
et piobablement 14 milliards et demii.
a Nous ne pensions pas que ce
chiffre put ltre atteint, en considt-
rant qu'un quart de la fortune de
la France nous manque en ce mo-
ment, de cette France laborieuse,
industrielle et riche, de ces Jdparte-
ments du Nord qui n'ont pu appoi-
ter leur part contributive. Si nous
songeons aussi que ce pays est pro-
ton dement trouble dans ses moyens
de production, que les operations
con-merciales n'ont pas reptis I'acti-
vitd qu'elles avaient autrefois et que
ce qu'onwnous a apportt, ce sont
des 6conoiaies rialistes et non des
economies escompttes, It. chitire est
considerable et digne de notre pays.
a Comment se rtpartit le pioduit
de cet emprunt ? le puis vous dire
qu' A prendre seulement le numerai-
re. il d6passe A cette heure, dans les
vdrifications que nous avons faites,
la some de 5 milliards de francs,
et qui atteindra probablement 5
milliards et demi. Les bons de la
Defense national depassent la som-
me de 2 milliards et atteindront
probablement 2 milliards et demi.
Or, les bons A court terme, c'est de
I'argent ; ils doivent 6tte mis dans
la me catigorie que l'argent lui-
meme.
a C'est IA un resultat -onsidera-
ble que nous enregistrons avec
satisfaction, car il est A I'honneur de
notre pays. J'ajoute que l'emprunt
est si bien class qu'il ne viendra
pas peser sur le march et que, au
contraire. nous avons 1esptrance
que, lorsque le march lui sera itrs
prochainement ouvert, ce nest pas
avec une baisse, mais avec une prime
qu'il sera c6te. I'en ai pour gage ce
qui vient de se passer A Londres, oiu
la c6te a 6t6 imm6diatement affichde
et ou, tout de suite, I'emprunt a 6t:
c6t6 deux points au-dessus du taux
d'kmission. Ce sont IA d'excellentes
perspectives pour demain. Nous
n'avons pas epuis les reserves de
ce pays...Elles sont encore consid6-
rables,nous les retrouverons demain.
Si 1'on nous a railles un peu lourde-
ment d'avoir tant tard6 A faire un
grand emprunt, nous r6p-.ndrons
implement que nous I'avons fait
A notre here. Oue d'autres aient
fait plus t6t que nous des emprunts,
ils ne seront peut-4tre pas aussi A
l'aise que nous pour en faire de
nouveaux. Nous, nous ne faisons
que commencer ; ce sont nos reser-
ves qui entreat en ligne, traiches.
alertes, alors que d'autres montrent
des traces de lassitude et dinquittu-
de.
aQuelles que soient les difficulits,
nous les vaincrons... parce que nous
avons ce qui vient A bout de tout,
c'est-A-direla solution, le courage
e: la conriance dams le pays a.
L'a.noamL d'or do la Banque
do France.

A 1itloquent discours de M. Ribot,
nous ajouterons quelques pr4cisions,
notamment en ce qum concern les
souscripttons recuetllies par la seule
B nque de France : elles atteignent,
en chiffres ronds. Ie total considera-
ble de z go millions de rente, repr6-
entant un capital aomiatal dsvirou


3 billiards. Dans ce total. les so.a;-
criptions en argent figurent pour une
proportioi, de 4 r pour 1oo, le sur-
plus 6tant presque entiLrement coas-
titut par la det tilottante.Suria toia-
litd de l'enaprunt,les sous:riptions en
rente 3 pour ioo ne d4passent pas
8oo millions. Les i.p ortantes ren-
trkes provenant de 1'emprunt onit
permis au Trrsor de rembourser 2
milliards 400 millions A la Banque
de France, reduisant ainsi sa dntte
envers la Banque A 15 nil!iards. Pen-
dant la souscription il est rentr6 dans
les caisscs de Binque pour i$oo mil-
lions de francs de billets de banquet;
la circulation fiduciaire a diminud
ainsi dans des proportions considi-
rab'es ; au bout de dix-sept mois de
gucrre,elle a peine double en Fran-
ce, tandis qu'elle quadruplait en Al-
lemagne. Par ailleurs, le chiffre total
de l'encaisse mitallique s'a'evait, A la
fin de d6cembre.A 5 milliards 79 mil-,
lions verses spontan6ment par le pu-
blic depuis le mer juillet t915, tandis
que. d'apres la Ga7etll de Francfort,
PIAllemagne ne posstderait en or que
3 milliards at demi de marcks. DWs
le lendemain de l'emprunt, 'affux
d'or continuatt aux caisses de la
Banque de France, et la souscription
aux Bons de la Defense A court ter-
me, poursuivant son essor, prouvait
A quel point la puissance tinancicre
de la France reste intacte et capable
de fournir encore A I'Etat toutes les
resources nicessaires pour letter
jusqu'A la victoire finale.
L'appel de la classes 1917. -
Discours du G6n6ral GaltiUni
Ministre de la Guerre.


ses forces, toutes ses resources. elle PARIS --- Les ligns tranca;se Jans 1l
y emplJie tous ses enfants.les vieux. ,oisinage de Verdti'u sont miuntienues f.r-
les junes, les fe.n nes elles-mttnes ,ines. Le F,)rt ODj'asi mt appareminent
Celui-li qui,dains la rue ou d.n; I'a- est encore eatre les mains des Alle4lmandls
teller. poounnce l, mat a paix 2 est Pn.i its lran.is I epncerclent. Les tenta.
consider co n-ne uwi mauvi. cito- lives all/e,.Jdes sont repouss*s.
yen. et il voit s'lev-er centre lui les WVASH11.GTON DanS une note
protestations in igiLees de tous, des presentee au Szcrtaire Lansing par
b!essds fiers de leuts membres mati- Amb s;adeur A!lemand B:rnstorff
16s, des veaves qui ne pleure.xt pas l'Allema ne donnel'assuftance qu'elle
leurs morts, mais qui demandent n-entend point r~voquer les garanties
qu'ils soient veng6s. Les jeunei gens donndes dins le cas du Lusitania. La
e la classes 1917 sortent A peine de note dit :que l'Allemagne .as peut
I'adolescence.lls vont partir au plein concevoir aucune facos de changer
couar de I'hiver. N imnporte I Ils par- oj d-ajourner les nouvelles instruc-
tent confiants, avec.sur leurs jeunes lions donnes aux comm.ni dants des
visages. cet air de rksolutuon qui est sous-mnarins de trailer come navi-
aujourd'hai lacaracteristique de tous res de guerre les navir,:s mirchind-
les Franciis, et que je connais bien armnis pour la dJfense, maits que des
pour I'avoir vu mnoi-ma.n: briller precautions sp&ciales seront prises
d'un 6clat inoabliable dans les yeux pour empazher des attaques co-itre
de nos Paiisiens, alors qu'en aodt et les navires non arms.
en septembre 1914,ils ass;staient aux
prkparatifs dela grande bataille don't .
ils le savaient, dependtit le start de
la France. COUPS DE BOURSE
Li classes 1917 va partir, et la
nation tout entire I'accompagne, et
la nation entend, exige que fassent Or amnricain 435 ,/* prime
leur devoir tous ceux qui. A un litre D. Int. d'Haiti :92a 6o ad val. nom
quelconque, ont la charge et la res- D. Int. i'Haiti 1913 6o ad val nom
ponsabilitd d'accueillir ces jeunes D. Int 1914 As 40 ad val. nom
gens. de les maintenir dans un bon D lit. 1914 .B. 40 ad val. nom
&tat physique et moral, de les ins-' ). Int. d'Hati 19a4'C'4oad val. nous
truire, de les preparer pour la grande Cheque sur N. Y. 114 olo prime
lutte qui ne setermineta que loisque Ch6que sur Paris to opo escomple
la France, d'accord avec ses allies, "ITransfert sur Paris 5 olo escomp:e
dirt : a I ai obtenu pleine et entire Billets de 5 gourdes t olo escompte
satisfaction. je m'arrete. Je reprends Nickel i opo escompt.
mon oeuvre de paix a
- i- hvwI I I^ eI w e


Pabst...


Apis la Chambre des Dput6s, le
Sinat hfanctis a vot6 le 28 dicembre b REt SEIGNEMENTS
a l'unanimite, I'appel sous les dra- Pa*bst... M T-..Ot-AOOLOGIQUE.;
peaux de la classes 1917 pour le 5 Jan- OBSERVATOliE
vier 1916. M. Charles Gervais rap- The famous lilwakee Beer DU
porteur de la Commission de Par- ,MINAIRE COLL.,GE
mke. scest exprimt ainsi, A cette oc- EN VENTE CHEZ SINAIRE COLL.GE
casion sur la question des effectifs : SAINT-MARItIA
4 La Commission de l'armde a exa- Jj g tffijo '* Co
mint la question des eftectils ; elle e O Mardi 29 I'dvrier 1910
peon aftirmera Snaquitque cenus ueta- En gros et eu detail Baroin6tre A midi 7029
vons aucune inquittude A ce sulet, Angle des rues Courbe et Ctsars mnimum 20,5
nous avons assez d'hammes pour Angle de rues Courminimum
aller jusqu'au bout .. renporature 'maximum $.
a On nous accusait autrefois d'stre Lalmeilleureet la plus hygiens- 6.2
un people vain et superficial ; la qu des bresenne diune
France a rtvtle au monde qu'elle Coyel un pe nugeux L tempn
avait de I'tnergic et de la resolution; nature augment rapidement.
I'exptrience a montrd que nous va- I9 d rs ralure augment rapidenent.
lions mieux que nous ne le croyons 0 d pr 9 Baroretie A peu prs constant.
nous-:nmme. Ncus voulons conserver SIICHERE
nos qualitts, la force morale don't ( Par sans fil ) C Parisiaa
nous avons deji faith preuve et qui --aris
nous a valu nos premieres victoires. 29 Favrier Au prograin:ne de demtiin figure
a L'appel de la classes 1917 est une Le ctrur Bris granJ dra ne d'apr-s la
measure indispensable. 11 faut que les LONDRES. 260 personnel seule- celebre poesie Le I 'asc Bris de Sully
jeunes gens de cette classes. Isans etre ment ontet sauvks sur un total de 411 Prudhom.ne. 0 1 redonnera La Flau.
utilists immediatement soient cepen- passagers du steamer anglais Maloya rise de Toneso, la piece italienne ea
dant d'ici A quelques mois prets A qui a heurte une mine et coult en j parties qu'on ne cessera jAmais 4a-.
entrer en line. une demi-heure au large de Douvres. pplaudir.
Le gtndra[Gallidni, ministry de la Les noms des 64 psssagers sauvds sur Entree gtndrale ; t gour4e
guerre, a caract6rist A son tour la 411 ont diE re;us aux Bureaux du Place reserve : 2 *
porte exacte, dans son esprit et dans Peninsular and Occidental Lines. Logeo 3
celui du ge6nral en chef, de l'appel LONDRE.-. Le steamer russe Pat-
de la june classes. II n'y a IA, j'ai shenga anciennement le steamer O demame
hAte de vous le dire. qu'une measure Erik Larsen, a dti coul 1 5 de ceux Un pianist strieux, pouvant jouer
de prtcaution,qu'une measure de prt- qui etaient A bord ont tt& sauv6s. tous les jours de i heure A 6 et de
voyance ; mais l'imprdvoyance, A la C'ttait un navire capture par les 7 A so heures du soir.
guerre, est une taute, pour ne pas Russes des le debut de la guerre. S'adresser aux bureaux du jpur-
dire plus. Elle engage gravement la PARIS.- Les I-rancais d Verdun out nal.
responsabilitt des chefs d'arm6e et pris I'offensive contre les forces diinva
des chefs de gouvernement.La classes sion allemandes et force les allemands i Tribumal de Casualiea
1917 doit tire prete, instruite et en-' se retirer de plusieurs positions prises AUDIENCE DU 220 FVRiIER 191t
trainee pour le mois de mai. par eux, il y a quelques jours. Presidenice de Vice president I''. Baron
Puis le g6edral Gallieni a ajout6 La Grande Bretagne a payd un.tributl Affaire eatesadue J. LIturiston Van-
des paroles qui ont faith nur son au- d'almiration aux forces franfaises qui, gues contre St Martin Dupuy, tu-
ditoire une impression d'autant plus ont arrit les terribles assaults allemands teurd de ame R oe Alexirne
profonde qu elles experiment parfaite-1 La butailla contin ca avc fureur; Pa- jNord Alexis, ine erdite. Monieur le
ment le sentiment national: "' La'rss afermi que l'avac, allsmande estIjuge A. Champagne itenu eat sone
France, il y a dix-huit mois, voulait ddfiniti ment arrtle.t rapport lu tnaie,la d Miniance d
la paix, elle voulait la paix pour elle BERLUN Us Allemands ont captu- pourvoi de St Mardsi Dapuy.
et pour les autres. Aujourdhui, elle rd la fTrme de VavariF en Champagm L'arr6t eat rendu audience tenau-
veut la guerre. Elle la veut de toute at ont pris espo.sitions franfaiss da te. 11 declare la 2a Chambre de_
son nergie, elle y applique toutels Ik district de Verds. tribunal lacomp6teute pour 4


--


0


KV94 &5 ALF 94S4







LE MA. IN


3113 e I.L Iii, ie 14 8 ]* ii ~.la Guerre A Lotteer
a, pi l~reL'r.ljajui lite.0-- Villa A Bois V'ernai, rue Mat .p~s.1
en f~ace de laBalWJaiiei1c 1)uncoiib'
LES M'STIIO-IIONC-110S CO'TI- H l5Sjfl, e, iu. Cr~icrel"I'Sce
NII I'A l'iIGIIl~sEI( EN S'.adiesser A Mint: \ve 6GlDuroclicr
At;u.NhI.:tE ii; u 21 Fta.vtmll'' 1914; A 1.1 LX NI I.
JA-hhulence i' tvice' prsilli/t F. iBirtii# Gi~tv 4 quuurlier l*' ':!A ll nfi,,'d
AIflii'a cult )widfb. M ictict easti1
LOIouS et Abel Paiit del, tiemlaihcltilt 2o nc I*'' tlt tr 40S 1-1e -I'' i ii i5Ct
thil lt~UIisinifl rilim'!i(iiI1e vi* 14t'il ia a. En judic.:i i. Ics positimis tustro- et Irrtlitaii es a t alit e i.s 'et Sul)
burial cor-echoi ua ael tde VI ,rt dt at.Iix iii: igii cs.a C iriii I a p&~sde Lar- ri ita~ t'sidladi i i is I'Arroildisd
Aluilsietiai le ji'q. .valembiu 1111 ilIPII- dalejufoItnt iule~rntnnt buinb.ird6s. ts seiialiit (10I'm t 4allI" i iII.(A etI'll
dut eatjsot)i IaijiipotivNi' isz' Im-pior I s g~os anorticas des ha icas. eVill'i "'lal an x I)jil d~estes Vi
blic a coazclu a" i dJ'te la d( Iat~ith' bs duels d-attii irie su r le itrout:I1110"i,' 1,101 l~a IRIV~a, tit' 1Li I utiee,
I'itie I It$;o ut et tie Iit ,6eit.eaiidiai
Pic:s de Ii. i tr Sj tlk,ti Alb.miuiiie une otro i. ~ii s.pa z~tlin;
Aw ) IE~. I. ) 1 ~SII ~ ~ Posit Iion avai'bc dvi AIta.C us fut C011- all NJii1-4i.10mt's diFm allct 5 C~aii (III
quise par Ius tiouyeca s iustru -litg oi- ;iieliieaat oftn aton.-I's~ tous I's


Ai~t aieattua:iL t' Ia iiUi tt titi I taital
da' I tdal~i~tEC'tleimwIlIjiient,411ima e 2

teik taveur di' Johi )J .10)1 n. ii I POt t
mu t~iabtasaa te C1iiciaii t. de'.; GI:C..
i'rt'sleiace dtjsye 1'. 1. IL fpund
.1 T"t'Irepids- du : tjai4110,co--asalt
le jI.ilp3Ck.1 IIt InI i Au II I 97) 41i1 hi
ijouimal (1%I tia'.ltlIti iisl ien)
fatvt tat, tie SaIItt a itl l isIlapma tit-
teur de la tdallitJ t i iii'i'St
Nini UAl\exis iweri dte, I'4itittle Aithtit

R arties a au bth ii l a'ivi! do I ti t tide
aix.

TrIbminatl C'IO



Jig:.011 ti t I)('InI 4
Gelt ua atJul u (Aiiaiatt a N11. Ii. as,
des di olSti e 1.1 -; 04o)15III I(ltall nle
Jut, I't'.Iagi'y tt t'oIl-oa s.
A1fl Utv Centeitlue
Atireiie .Iirstiti jl-i'x par
I ty~anlt Me F. \iathlo 1) () 11 l
A tcette aiatlae'ce Me A Ici u-s I ysaiii
5 jtretfesea aent C01111111.Jt d lt-
'-t staOimi Nlwdiitl iv a:iie

toi jejt, #t hr tl stttlh. I I t' Dan I
1t i ton lo t~, u i (:0111 n Iw* I *Iui
cAllmilui i i atio nt e kIitia a It JFl,1It' co
pour i' PIm' eAr .cii Ci itt-in lw *,t F~
hobt IOi NIialtea i* intl ll, S1P011stn
Atu' ttlt'j Ii -iOat III.O t', J14)1it W in t et ~l
deveuopi- IteJ Ms t i eajin



Notrce excellent timu, I11I Rilne,
de la .a Ianue N~ationio'4,IAc mi Rcpu..
bisque d It1mlii, .1ni C~.ie ttcevoir l.1
rhuzt. gtaphte tde cv.1ui &dst' Iii. di>
4 ti e l~a \kdal1*.e \ihimle pour
action td t&lat Sul e it: my .i dep tc k-
taille, .ciec sa Cioix tde IBrave sur l~a
]POwrince.
Nous avonscule ICp~jilsir detieli:
deciiaee le portrait 5ur caite mitltAL
ses ritUexioais ..une Siliiph%:lc Ic %F
suldat patiole.- I Wtiche vc .IVCC
c~azmaiade, Four it~t.bljirivs his du'
iekphone coupt~s par Its boulcis alle-
zuands, suar une butte ai dtcouvurt,
% les mirniumilts tis Bolitcs pleu-,
waient abour tde iiois cia averse.
'Nous ne pensions paus Ictournct, vi-
vaIIIs A la Iranchtlae -; mIAIS iit ` I Ait r~t.a-
blir les fits diu telephonec, rat ihr& Ics
mariteil~ls qui ca tCIiaii cn et ous cou-
PAient la tspir.ittion. en attendantt l~a
moit. apr"si oml'cIt.nidu tde-!
volr a.
Le tit'stde Moiisicur R e ecsit dc
nM~e haint tie A1.1ioi2cLe-
corps, du Cap-Il iiit,.


Le troisitme i oncerl ELIE -C~lara
ROtaLIS--del 0tlIBE.
Le public apprendra avec plaisir
que vendredi soir se donne au Cer-'
cle-Bellevueie troisi6me concert de
la strieouverte par Monsieur Elie.
Cette tois encore la fate aura lieu
avec la savante collaboration de Ma-
dame Clara Rogers et de Monsieur
Gabriel del Oibe duoni tl'oge n'est
plus A faire.
Nous sommes certains que le pu-
blic ne voudra pas inanquer cette
nouvelle occasion d aller entendre
de la bonne musique dans le plus
ravissant dts decors.

oeaerile Ai la maim
-- Quel ivtogne que cet Ernest Ij
|e n'ai jarnais vu boire de la sorte I
Cetait fatal ; je 'ai connu auI
berceau et il a sich6 quitie ou cinq!


',I I le -S i i.d i a Atitls (-a' li


Ii e aui -. I't ci Nfi


Rcs tattaai
de lat


(;I ite ~ I*e te
I)NNX.I S


"SC.
SI us i %.1uvi. Ics a lst 10-lim, grois
s'approcllew tdes I'nes t.LllvnlVflhits all
t~uJ-ksrt e IDiur.;zV
Devs Alb~atnis con b ittai1 du ci~,u'
Usaustio-lh y) 'S Occu;renetit ls
v.2les tie Ii rattAjus~ tI NLiy iicienp0r-
SO:~1zc ),pUs iedc dux centsg l;ai-
flics d1i~ss~ad Pls.ts~i

A IAQUE ARI;~ suit
1, A\N G~L E I RR E '

L .\inltauti allema~nde rapj ortt au-
jourd hut cc qui suit
Des hydroacropLines te I, i nmiinc
.iilemfatde .itt.querent le 20 evie icr .a
nvdi liit n6e tde lAigloci we.
M~s bombs lurenti ectes .xvoc.boll
succ~s stir ICS Uins aiS.ux env~irons et
At Lowvesatot, sut le '.oics kizees qui
r l ellt Cide il e \LCC Iji ii rt
les Jo~ks ci ices g zcmlcres du port.
L~a galic principle et les docks d.
Lowvest&fi urent .atietltts plusi-eurs,Ioik
pa~r les bomibes, le gazowmcare setf'-
fond r~a inkWd iat.meni pal isuite tde

I)~ux b~icux za>.crvoirs qiui se trou-
vailel t dwle ItpoittIureiitmCoalef~~
born butts
.\l.Kgii leCCU luieux que itS b~a!-
iitenec le -ctreLIVI ilent Sur CUX Ct
mIn.gie l~a pourtwite dt s ionls all-
n1is .IO. US ILS JIOAJ.. I opot JileniaziJS
retounrticret sjiiis et saul. leur
bi I....
X'I*Al 0 E OLS I NLU11. ES
D)ES LN\I.%I IS
Ce vid Qntirlie;, ic' al .Jlem-sn.
21 FLtvrieri 196
Sur le th~tIure tde l~a I-tr .1
So~i~e'-l, ime .itudquie a:L pi.Lc-
tards cone Its iiouvelles p.~lol
Acliii~aides stir le c~an~al .all ord diY-,
preS ILut repouss&.
Au sud tdc Lc ns, Ph. 1111L 11A11 Ififo--
c,- i devaCuer l~a position au bLi t-ti du
crant~xe duile mine .allern~ix-dc
L'ennerni attaqua sanls S~su ssur
l~a route cintre Lens' et Arras.
line f'ottile at~rienne des Allem inds
bonb~artia les 6ztablisscrnvnts rnmi_
taties tie I ennii raderri~icr le front,T
entire .autres. Eu rnes. Poporinghe.
Arniens et Luna~vilJe avec succ~s cons
t~aw` sur gland nombre die points.


Sur le thit.tre de la guecre A lest, Corporalion des
des charges russes deviant l)uen.>bu,
A rprienlrr-feli'lres
echourent. ID'autres poussecs enne- Sur la deinidc de la C(',,i)oration,
mies de moindre imnpotance furent ie \i Mire e lnt6rieur et celui de
repousss" la j justice, suivant leurs dt.p Lht. en
DURAZZO INVESTIE PAR TERRE dAtes des 7.10 et it Fbvritr courant
Des dtacherents austro-logrois au Nos O2S 201.5, et 662 relatives A
ch.s,,cereit les Russes de leurs poi- '.assistance 1Lg.al de ltoil-cier rural
tions avanctes au sud-est de Kezle
aux operations d'arplt.,ge, out bien
sur la Strypa.
sur aia rypa. p voulu nous informer que d-.ipres une
Les aviateurs de part et d autre hu- decision du Conseil des Secretaires
rent tres actits. d'Etat en dAte du to de ce mois. il
Sur le tfont aux Balkans. des des est dtcid6 que les Arj'enteurs-Gto-
tachements alba.iis sous les ordre- mtres se trouv,-nt dans le cas des
d'officiers austr~-hongrois arrivircnt lonctionnaires Civils qui onut le pou-
sur la mer .\diai.qu .A I'ouest de voir de taire des requisitions a la
Hiav.ja. Gendarmerie, tel que c'est privu
_.....___..._ dans 1a lettre du Colonel Waller, pa-
rue au Moniteur de mnercrcdi a6 jan-
ChIafulgeauealt vier 1916, No 8, pige 52, article 9
|> .' i-2Er- me alinta.
~'adressev 1En consequence, chaque tois que
tpicerie Moderse dans l'exercice de leur minister, les
Arpenteurs auront besoia du con-
i 5, Grund'Rue, vis-A-vis de la course de la force publique, ils n'au-
Poste, translhre de l'autre c6t de ront qu'a faine appel A la Gendarme-
la Grand'Rue. presqu'en face de tie dans les formes traces par la loi
Nortz tt Cafe Dereix au existante "
Corporatie da1e
No 163, Rue Republieaine. rprleonrs-G6omi res le2' Fv. 191 6
,... .......... ... .... Conform6ment aux articles 14 et
i3! l des Statuts de la Corporation, le
V0. SE A1 A E conseil principal administration a
23 lee des Frels-Forts decid6 de deferer ses pouvoirs A une
Fabricant dt Cbaussures Commission compose des Membres
Pour Hommes, Femmes & En- fondateurs suivants: Auguste D. Ar.
ants. cher, Phamphile Noisette et A Mar-
Formes toujours de 1a dernire utin Ancion, charge de g&rer les in-
mode. terets de la socI6ti jusqu'aux pro-
Travail soign6, matiriauz choisis. chaines elections.
Les commander de la province Le Secittaire du Conseil,
sont de suite cxpidikes. Llvdque Arpt.-geo.


a .- t a I


Ivis Commercial m.ioadl

aViSkS qae l~a minn' doIMine T BIi.BjseLepbi .tICohlreSul IU
IiLe MargmIn. tu D I jii:i1Iul,. II..L,- ) in s "tA .\l S.'S(). Lag-
terA auL~I Ii.~nei ~ i~.uJ ~n~adaS lauIn
mnarcleiet~cs At III, ,de 1I1M .-411ba lll :K :
se mnanhei t C L'li0:11i IA.i I cp. r.'.e


PIaI- nei c I IL,,


S I;. OR.\\GL N \SS.AU

I.i., S S ATLAS a, carge-boat,
it) nur.I%.
I c .'Ii RINS FREDIERIK lIE.
DI )Kl Ic 21 rnur,.
SI i i) fi,.kit iouit 't Niu. w Yo3K,
Ix S,,S .l'RINS FRIED)ERIK HuN
l)RII t e ti lcidu le ; Mars a'o
.iI-' il.....poutIpahrtir I tle inem sow'
i~i.EATIII 1 PIurt-de-P~i. et ci ap.,
I1 i:tiL'll peuiNL \\-York.
AuG. AIIRENDTS, Agint.


Pinndwal Kj mcqhutin Iin


I ,,, I V. pi Ur FACEIRS.XN %n
,~ %\ -~YO: 1. 0-1 .1111 111U ill tnI ill
lIeIcio Mars.- Litini~aiie do

't ldIWpI i'. M. R.\l'Ii. & Cu. INC


oil volls ant i. i nt

i -aud it ch-i


- rr~


Gt'4jeu etcC("

Les, 11, v'U ot'S 1a//Ills 116. 1 p M
.1 All (' I IC, Illf q'i
de vrl ic iii 10111, lot'it1011 IoI
Vol en -iii it ,11Ii S


j~~I ,' t bow, il,~'
1,11) I us thu de 11It rn ze. .Yito bIii : 1".
J1, 14, re, IfI tI uiaq, I uit" w -o t-.ivvq1, J q P t,fIit''a (4"oI A vI~, tux





('I tIJ I "/,s 1t''uZ fillit/9 all *n (eIt' 11(3 E I/clit IS quatlslr8
die # f ipi 71j4 LIiui.dm.,

B14i1:1h 1(WI 'iitv poor wto' (it41/ ItIt flU it ii~b


h .ebly C. Piessoir
RUE* RuAIPBICAINEl\


Sjpe'et i lt; deIs (aPElC$lese sellerie
:Iec eIl)#.X jHf)" eii'il ( t inilitaiiee
VIEI4ENT D'ARRIVER
1 ,t B US M '' i NaLAI \ c-it tial, I toiur 1IIditdiie5I
GfA.Nr) S1 oc K Oe fstilt s ct thtie r d.tile f1Itit.
Dt tx-- E'L = tN~Uts &se eiiSfalriqsutes d*Europe.


dei


.. I,


,~ I


I- P


~irotecteur dl, POr
LA LAIe


"'IIME VENTAIRE


D c l '-',


. et Eflicace pour


D.,uc#.irm C tout les Microbes qui


la C*..c.


EIl c',rve et steilise la Bouche


ta mert e parfait etat.


En Vertc au Cabinet Dentaire do

DR. A. R. BASTIEN

Seul Representant pour Hail


Pharmacie A. Ewald
Martial A. P'trus, Phj.G

3Sa Dilmho


4pmw~w4.wm'm -. -I- I. a --.


Un vt II lu ie~eE

.IIei fit ils


SoeiWite (jviauv',r el


Kofig & It a m it.1P I ji


_~~ II


Ot voustt tron verez

lbhrre sinc t duiill. Slor
( Porter-) et cidezaul, Gin Iik
VIN fins de ,t ta o C i ~ALVLA elU.
Vous dafli/ de plus tisd ois cO ,-'

prcu :Lircont dc s p iirs dk:'h v nx.





\ue doninnt
S'a iic.er Au N, 0
Ai~ed u at.: de El/ at.


Le Purgatif JdaI
coat I&

Pilule doDr Deha ut
1,67,Bus dl i:Fam"Zi.g Saint"-Genfir parts
Fa<*Iio* & preni'r',
elle at provoque Jarnais do dtgo*AL
Sri P, 1,:i t 3Iad~
sellson dibilile pas le malade.

W~e m cause asecant perte de temps.
Plus actiVe qLe to tus ie% rs~ar
elle est. par curnst4gutt. solos b~re.
DOF E -.PURGtATIVE, 2 &A3Spliulos
LAXATIVC # pilule.


4. Avis


I


I


D


m




-.--t. R e MATIN


d6e la demand on renvoi pour cau
as do suspicion lsigitimiie oraniee pai
Ie. sieur Abdalalh Elias coutr le l ri
bunal Civil de IPort-d--l'.aix.
Affairs e*tendues: P'rocedttire is
truite sur la plainte de Ilais rl.L I.ls-
'luitz centre Augustii DUabmily, sup
plWaiit juge de paix dle (Cavailloni
Monsieur le judge Chlimpaia.i iilenli
dUu en Son rapport sotialallre, I*
MiniAdjre public a colnclie al Inilvol
du preveunu de la pIrvention e.u.Jc'
conLte hlii.
Conflat entire le larti ntt t le tri
butial Civil do Jacinel, pio|,)s iI. .
uinterpretation dtie 'article I 0 ii
Code d'mlstructiotn criianielle. .\1 )-
siec lr I juge 'Viard etiteiili en son,
appuirt, le Milnaiatre public a (o,
clu a un supplianenit d'iiistructioli
Juaeph Fadoul conLre Vincent G.
Maklouf. Le juge entendu en son
rapport, le Minist6re public a con
clu a I d4cthance du pourvoi.

Tribefal Civil
AU'DIKNCKCIVILE DU 29Fm:KvIEaH 1916
PrHsidence du juge Bonhusawie
Jagement prongWci ::
Celui qui condamne Georges Louis
& deux muois de prison et anx frais.
Cbangement de composition
Prsideunce dut juge Bonhomune
*ffaire en continuation : ltigio
contre Victor Vilsaint.
x.ffaire entenpdue :
BernadotLe Jean Louis contre
Hominiia Jean Gilles.
Ceaeert ELIE-Clara OG6ERS -
del ORE.
Rappelons quo c'est domain soir
at (Cefcle Bellevue qu'aura lieu, le
arand concert organism par Justin
lie. avec le concourse des deux aT-
tistes dej. apprecies du grand public
Les cartes qui s'enlevcr.t rapide-
mnt tSont en vente A la Pharmacie
Roberts et chez Victor Mangones,
check" Matt6is et A la Ligue de la leu-
nesse Haitienne.

Le Capilaiae Ressel
chez Normil Charles
SCe martin. le capitaine Rossel,
administrateur civil, est alley. parmi
la.tOule considerable des visiteurs,
admirer la derniere ceuvre du Sculp-
teur Normil Charles Le capitaine
a visited en outre toute la galerie de
l'artiste et s'cmerveilla particuli&re-
ment decant le buste de Jean-Jacques
Dessalines, magnifique marbre qui
lut. come on le sait, expose au sa-
lon des artistes franCais, A Paris.
Le-capitaine Rossel present de
chaudes felicitations A Monsieur'
Normil CHARLES et se retira enchan-
tE.

a Dams le RIve I
Sur la demand de ses amis et de
se. admirateurs, notre artiste Normil
Charles laissera encore expose au-
jourd'hui son dernier travail : Dans
ui R"w. L'atelier du sympathique
scllpteur ne desemplit pas d'une fou-
le de curious et d'amateurs qui ne
so lassent de contempler la belle atti-
tude de la jolie femme perdue dans
un rive charmant, les traits souriants
es superb de vie.
Remain la maquette sera d6truite
et 1leouvre entrera dans une nouvel-
le f, Qrme.

Cens qfi lemt f rtume es Allemagae
La guerre enrichit en Alletmagnei
un'bon nombre de gens inlluents :
I pays in'est pas envahi et ses in.
duthries mnetallurgiques, elhimiques,
dgrfcoles travaillent autant qu'elles
pehvent, puisqu'on n'ach6te rien au
dehors
SLe c Vorwsmrts jette qaetque clar
te'sur ce sujet peu connu n publiant
lasiate de quelque socidM4 qoi out
4tt en meaur d'accroitre largement
leara dividends on lear evoir :
La fabrique de superphosphate
4.Wordeham augmente ses amor
t4tdepenta et parvient naanmoins &
dntmer 9 0|l de dividenje au lieu
do *oi) i aunne prt'cedente.
SLa sucrerie de Frankenthal don-
ue 30 O0o au lieu d'environ 21 olo.
x La fabrique d'amidon et de si-
Iofs de Scholten distributra 90 olo
ai lite de 1ijo et porte oon compute
coii'ant de ..000 marks 1.427.000.
Leos chantiers de construction


MOAtium Seebeck qui n'avaient
rion distribud I'anne prcdents,
font do large* amortissements et
donnent & leurs actionnaires 8 olo.
a La fabrique de coffres-forts et de
mbbbines Scb'aditz, de Dreade don-
o12 o'o au lieu de 6 oo aux ac
tions de preference et 7 0ol au lieu
4d olo aux actions ordinaires.
eLa snaison labach, de llerford.
p double son b6iBAce uet oe dooasn


12(ovde divijende au lieu de 8 olo
Si., irafliheerie de sucre do Tianger-
inunde d:stribu6 235oo au *e 15ot0.
a l.#s laininoirs de t .)asperde qui
Wavaietnt rit'll distrab6 l'Van ddrnier
loimnentL ol,).
L.es tSiablssein mts Ankrw. de
13sielefeld i'aniiie deri'ie ri, proc6lent l u de lar-
,#S e~ia)rlis4,jaleIltsi ut distribueint
10) 00.
4 LA sii,'reie dj Franstadt 6:Ave
lon dlivilI'itled dd I & 20>)lo etc.
F aam tiles
Nous enregist:oas avec plJiir les
liinq llcs de Ale ll Lily Price, fille dc
*lotream I'lngnieur Thoinis Price
ivec M.|stinslia :liele pianist degrand
talent don't la ictpuiation d-artiste
Cet aujourd'hui consacrte.

ariages
Ce martin a ie6 donnie en la B isi-
que Notae Dame la bInediction nup-
tiale aux leunes Louise Saurel et Hen-
t y Sambour.
Les poux ont 46t conduits A Ifau-
tel par Mme Adolphe Sambour et M.
Canal jeune.
Une assistance distinguee a pris
part A la joie de; h ureux mari6s qui
aipres la reception cordiale et empres-
ske qui aeu lieu chez M Cyrus Sau-
rel, sont monies A Petson-Ville.
Le parain des noces et M. Charles
Sambour o.it, en un langige choisi,
prononce les allocutions d usage.
En la Basilique Notre Dame sera
clekbre le samedi 4 Mars, le manage
de Melle (.llie Bordes avec M. ler-
nand Baron.
DItes
Nous apprenons avec regret la
mort de Melle Chinence Bayard. fille
de teu le S6nateur Aurel Bayard,
survenue hier. Les funerailles au-
ront lieu aujourd'hui A heures
de I'aprds-midi pour se readre A
I'Eglise Wesleyenne. Le convoi
partara de la maison Aurel Bayard.
angles des Rues Bonne-Foi et dr.
Centre.
Nos condoleances aux scours de la
detunte au pasteur Lucien Hyppolite
et aux autres parents eprouves.
Nous apprenons la mortn du der-
nier-ne des epoux Edouard Lilavois
le petit Robert decade A l'Age de j
mois. Les funerailles auront lieu
cet apres-midi. Maison mortuaire
No 9S rue des Fronts Fortb.

Neuvelle A la maim
A la Poste :
Enfin, monsieur, voilA une
demi-heure que je suis devant votre
guichet ?
L'employe, sans s'Cmouvoir :
Qu'est-ce que vous diriez A
ma place II y a dix huit ans, moi,
que je suis derriere I


La question Syrinnn


Port-au-Prince, a Mars 1916
Monsieur le Directeur,
|Jai lu dernierement dans une no-
te, publite dans votre interessant
journal qie parmi les retormes pro-
jetees, cells concerna-t les Syriens
seront 1'objet d'une attention spe-
ciale.
Voici je crois.sous i'cgide de I'Oc-
cupation Ameri aine, une reforme
qui impose afin que le Pays puisse
tre debarrassee definitivement de
cetate lepre Syrienne 11 est vraiment
honteux que malgre toutes les mesu-
res prises contre ce9Levantins la to-
lerance coupable de certain de nos
Chefs d Etat les ont fait retourner
dans le Pays et A present, ils ont en-
vaha le march Commercial come
de plus belle.
Que ceux A qui income cette tA-
che l'entreprennent fortement, et le
people rendra hommage au patrio-
tisme des ouvrners qui auront ainsi
pos6 la premiere pierre A cet edifice
de transformation de la vie Natio-
male.
Oest dans ces sentiments qu j ai
I'honneur d'etre, Mr le Directeur.
Votre tres humble et devouie ser-
viteur.


C~3L. .WiLSON


A Louer
Villa A Bois Vefsa, ref" ueps
en fac de la Doslammale Dms
Basajaearn, "Winw.UI ow
S'ad rei mA MmVv. Q DonusA


loa Gaurre


--0--


,


Prsnnsz do I'Enu ubt

powr falr. 1.sangbon pur
Im nemfsforts, I& harsomedset

mlutaire. Eli. ..t aussi .uu
ue-nwlm i~m onrooIm'.#. u~muaa Immu'


ges Le nomnbie des p isonniers tail X===%= Aus** a**aM a aa0 ,1 ** V
ca cet endcoti aig neat-i. o. ZC z ffi A ,, IU.. .. ra._ #_-LIm u nal .
ciers et ros cent qlarante-huit o- s t le enfanta faibl ou Ia div
dats Frang.ais, le no.nbe des miatrail- i
leuses augmentla ta ois. .
Les combats d'artillerie sur les hau
teurs de la Meuse se poursuivirent L'ATTAQUF SUR DURAZZO
avec une torce non-Jiminute COMMENCF.
A 1'est de la Meuse, les Allemands Grand Quartier Austro-Hongrois-
artaquieent les positions francaises 26 F&vrier uvt6.
entire 'Conservoye et Azannes que Les trouges ausiro-hongrois avan- Le SIS "CALYPSO". car o-
I'ennemi avail fortifiees depuis unan cerent hier juequ' A1'isthme i lest est attend vendredi martin I Po
et demi. D'apies tous les r6gles de et au nord de Durazzo. au-Prince.
I'art et cela dans le but de contrarier LA PRISE DE DURAZZO. NA A
les communication Allemandes au Grand Qua tier Gdndral Austro- Le SiS. ORANGE NASSAU .
Nord a.. "ittendu au Cap le 6 courant.
Sur un front de dix kilometres l'a- 2o7 g vrier 1s16.
taque Allemande avan it de troi ki- Les troupes a ustro-honier occ PROHAIN DIPARTS DE NEW-Y
lomitres. p r nt Dur-zzo en Albane. Le SS ATLAS, caro-oat,
Outre ces penrtes excessivement Le mating une colonne austro- .crt. pour l.es ports has.ens
p Leur "u aancl soo81 I tii lu element.
sanglante, 1 enneini abandonna plu honhrois avan sos le leu des a PRIN FREDERIK H
de inois mills prisonniers et un nom- halhens, a travers litthme au nord Le S, PI r1E.Er.nt r
bre considerable de maieril de guer- jusqu'un point six kilomntres au DRIK 9, le a1 courant.
re ne poavant etre estin jusqu' unordide Durazz. PROCHAiNS DPARTS POUR NE-Yo
prn sent. s les Allavane des troupes venait du Le SIS ePRINS FREDERIK Hu
En Htutc-Alsa.e. les Aillinlnds sud fut un commnlencement contra- DRIK a, partira d e Port-au-Pri
attaquerent lennemi A l'ouest de rine par le feu dartillerie italienne Iec4 pour Gonaives t-d
Heldveiller et y conquirent l.a posi !mais vers la nuit de nombreux deta- Cap e New-York.
tion franchise sur un front de sept chementsaustro-hongro-ssapres avoir r AU A--EtDTS- gn
cents metres et sur une profondeur en partic mirche dans Pau en parties AUG. AHRENDTS, Agcea.
de quatre cents mEtres. Eiviron qua- A la nage arriverent au point A lest de
tre-vingt prisonniers y restirent en- Durazz>i et y retoulerent les Italiens.
ire leurs mains. A I aub De nombreux engagements aeriens grois penetra dans la ville qui etait DeAnAul I*atMh LI i
eurent lieu surtout de:riere le front er fiammes. caOI tleOU1amshUp LI
ennemi toujours A l advantage des Sur le front de -Isonzo violent L
Allemands. duels d'artillerie etquelques combats .e Vapeur .'FAGERSAN venae
NOUVELLE AVANCE AU NORD d-infanterie loc.lie. de N .w-York es. attend en Har
DE VERDUN. | De grand matin un detachement vers le o Mars.- Litineraire
Grand Quartier Gbidral Allemand austro-hongrois devant la tete du bdteau sera tixe ulterieutement.
(Via Londres) 24 fev. 916 pont de Coesz attaqua par surprise EDWARD M. RAPHEL & Co. I
Sur le theAtre de la guerre A l*ennemi prts Pewaa qu-il trouva Victor Gentil.
l'ouest, le success A lest de ia Meuse endormi. Apres la d-.struction de la
tut exploited d'avantage par les Alle- tranchec le detachment retourna et
mands amena soixante quatre prisonriers.
Les villes de Branbant sur Meuse, Dans la journ"e apres une torte Re ltaurant
Haum nt et Simognieux furent preparation de Iartillerie les Italiens de fa lacgWt
occupies par cux. La region des avancerent centre nos positions des'
torets au nord-ouest et au nord-est deux cetes p.Monte San Michele et A Pr.9ridaire: B. DENNIS
de Beaumont et le Bois d Herbe l'esi de Polazzo L-ennemi fut re-
sont entierement en possession des pousst en subissant des pertes ex- o vous trouveres:
Allemands. I cessivement sanglantes.Les Austro-
Au sud de Metz (?).un avant-poste Hongrois tfient en outre cent vingt Birre Pilsner, gros et detail,
francais fut enleve par surprise. sept brisonniers don't six pfficiers. (Porter) gros et detail, Gin H
Tous les occupants se composant de, GI BoLs si appreciE des amat
cinquante soldats fran.ais turent VmNS fins de laMaison CALVET,
faits prisonniers. Vous aurez de plus des con
ECHEC DESn ATTAQUES RUSSES. M. Ne8tor Fe&'U motions de premier choix qui
SUCCES SUR LES AEN Le maitre-taifleur avantaouse- procureront des plaisirs dlaicieul.
Gradr ro-hong 1 mient connu de toute la REpublique
Des attaques russes centre les vient de retourner de son voyage A
positions cities d ) plusieurs ois 'Eranger o& il salest mis au court it A VI
do... T I t.. ren des dernieros modes eti ds nouveau- A VIS
au nord-ouest de Tarnopol turent des r o et des oue-
repousses. t6s les plus recentes. Nos abonns et clients mset aS
SurleI front de lsonse, les con- II ofre des costumes tr6s bien que dortnavant le recss, quit
bats d'arilleri coninrent De soifgns et A pri moderes. etc, du journal et do lbpri
brands incendies turent observes e de Miracles fac de a orrot tre aussi delivs pat
derriEre les lignes enemies. Banque Nationale. Pt.mas-a.
Aur Balkans, lennemi fut chass6
de ses positions avanckes au sud-est r 8 O
de Durazzo.rL,, Gaelrens el Co
LE FORT DE DOUAMONT CON-
QLUIS PAR LES ALLEMANDS. Les clients sont avisds qu'ils Irouveront :
Grand Quarlier general Alleinand Alcool Coutard 90 degrd.
26 Fevrier 1916. Esprit de vin pour menuiserie.
Une attaque anglaise A1 lest de Vin en barriques
Armentiere durant la nuit du a2 Fe- Blanc, doux et sec, Rouge supirieur.
vrier Iut repoussee. En bouteilles
Les Fran 'is attaquleent la po- Grand vin Duc de Marnac, Carte blanche.
sition quo les Allemands avaient Madere,3alaga, 'ermoufh.-katque J. Prom ce(Co, BordMl
occupies le ia Fevrier au sud de St.. rermouth. arque rom et Bord
Marie A Py. L'nnemi reussit A pene- D r D
trer dans les premieres tranchees sur
une larger de deux cent cinquante rankling.. .. barrel dollars.
m6tres. ranking La-er ; le arri: II dollars.
En prEsence de l'Empreur les Ton!que Rhm, 4 15 gourde.
troupes allemandes firent hier des Pouw ces prix vous aurez un galls doe noes cellewesu f i
prpgrEs considerable A 'est de la da Tonique Rthum .
oMeu. Novre mason e 'a pas de scurwals.
es Allcmands y conquir le Rduns bon prime pour teot acest au m,6mtIt
ha.teurs a sud-ouest d.- village do ___ _,_. .
Louvemoat et les positions foruatiecs ,
plus A 'et.We yressor
Des rSgiments brandebourgou AL
poussrent en avant jusqu'ar village RUE RPUBLICAINE
d Domaumont et la forteresse blhn-
de do mime noma urent imme-
diatement enlevls d'aussaut. Specilte des articlesde sellerie
Dans la plain de Woevr., la cfurhplt
rEsstance enemies t brie smr le po civil et mare
I front enter dans la region de Mar- VIENENT D'ARRIVER
chevUlle, au sad de la swt ntiotCle C ADAQuS militaires er choix.
_rePOra-MAux o drap pour militairem.
lm.Padas. Los tra. ps ailmandes Gaouss ocs d*a eels et do fr do aMarue..
- Li- e -. mi *aas J*** baO om des melalems bbdquet fo ae a


- ---L -- C


SANGLANTE DEFAIFrE DE i FRAN
(,US AU NJ.(D)Dl-;VT(DUN.
:a) FRv-ier
S~ir le th.':A rL' Ac i iguerre A Vott
em p~rii0. o is i t mlitde.an t 1
3*S It- 21 Fv'.irp r Is Al egnat-d
Les atiach,%e t p0 ,I a )1114Ci11MeiCa
Itirent con idkr-ib~c~tmc:ut t alo(nmia-