<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02538
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 17, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02538

Full Text

QDINIA CISTIIIS


Jeadi 17 U rier 1916


426nea*MLA~AGOIDK
DJRfC1=UR
ABONNZMZNTD:


0


REDACTION ADMIN 1SThAVU-',
Angle des R~ues Ft~rou & AinericalnO

Les annoi~ef co *re..es:


PORT AU PRINCE


DEI'AII'IEMENTS


ETHIANG ER


G. &.00
a 5.00

G. 2.20
. .00

G 1.0c


j


j~


A.


QUOTIDIEN


POR1T-AU-PRINCE ( Haiti


)6 -~JLA j QL.A ZA
Lcr31.21


LeS Minus,.: itsins,!L's iu z'on n-- soot is zna

Abonnerncnts &- In~vserunls payahdfsj Ea


LA QUERRE EUROtiENNE


CHRONIOUE


attoigr.ent juslu'A 30 saicq par :-i- devrai tre prise en repvse iw I'aaa-
tre ctlu4an. notioce des alli--s'Tcutoniques qlut lei
.lROIIhISSez U11 ,peu .d ces clityl-es vasseaux arm,%,;s.zrori: attaqu"s sann
et vous verrtz quxI I[etcolitre Je'aMt prkalable apr~s le promicar mirs.
toUV'-ce qae Vo~i croit, I i guerre de W A -.I -X OM --- Uae vailcur tie
ti AICIIle 11'.1ct' 19 mIIIC aauprr.' .tic re- :ooooo do!lhr i a'%td ~re-Zoiinuani1"t'


tiora isndrale de I'If ygi.~ne
piubliqac a itcruser au Dtparte-
meni doVInati-rieur ;
--Les r.i~glieantns g~ndratux
1311)1elctioi1 sera ~it a (lili


S~ I"L .-.. .-...... .. I ........ ... ..... ," . .. .... .. C1 tI %l tt l li. at <. l u i'.
po,;s mais qucl!e est exce s.vetneiit aucongrcs pour 1'tab!isiemn :t d'u:c nn)liltaes ; -rAleanents tou-
Voici le dixn septine mnois de 1 fatiginte, tant par la tension qu'elle ecole d'Aviation militaite A Sin Die ell ctijit ntaillilent la police
uerre qui s' couple et unie des chose' imapo'st au solJdat que pat le travail go. par le mitjr Gknerral, S:):t, ch:f satitaif'e ldes ports;
s plus suprenarntes est que les amai- que lIi do:nieiit ces travaux de ter d&EtaMajor. Ls ils travanx d'assai-
urs de sta'Istiques itient pais en-' rassement. WAsAiHrNGt,-- L'enqute pour la ti,.' InI t p tiAb! "i ell' e-
ore lait plus paller deux its sem- Le. defenses d'uue position ne nominatio ide Lunis D IrandcJrs' !ier;
lent se tattrappcr, pirsonnelement sont ja n it p irt utes. jam1is termin- come juge de la Cour Supr&eii des G I' v 1ia ,t ition alproxima-
l ne m'en plains pas, car si cet a- inees. chique jur y apporte une mo- Etais Unis sera reprise demnain p.ar tive iltaix -1.- cos travaaux
nour de la statistique n'est pa, pou- dafications un pe tectionnemnent qui le sous-co.iite de justice da Senat. co hpIm de .1 Ol it1 s W
si A l'excis. il r4vlcl parlois des chio- .-st obtenu q|.l par le trivail de LONDRES D. vits comb its 0oat 'l t, li't.cte> dl. Icole Natio-
es tres cuiieuses, iiisoupt;onntis et tons les instats. lieu dans l'Afrique allemaTtie entire uale d .1e 'ttc et de Pharnacie;
oresque toujours instructivt.s. 11 est encore une autre statistique des tors a-s et es forces ll et es force yson, Iicat. l.iss.ae, Mtiton, dut
qui vie;it d'ni": etablie Itlis, hdlas belges qui envabhssent la colonic l.iboratotre dl-. bictl'tologie et de
Aujourd hui le collabotateur mi- .n:l est trop rise pour s'v appesa:- Des deux ctw s iI y a d-- loards pa a.italogi.? td I'ort-ati- Irinie,pro-
ttaire du ** p'elgisch- S nJdiar se i- tir .on gtemps, clie nous it p;essen peles. ss rst ii 'cole do Mldeciule, Ie-
re justement unc ude de l.i lig tir que sur 3 000 000 d-hoinmes BERLIN.- Les Atlcmanls se sonlt brI'al l tNint, diirectetlr *lu Ilureatl
|u front uccidental A just title, ii mnobilisis de p rt et d'autre 9 millions empars sur le troat ang'.iis de huit I ti e; dIassisltaic daatl
ous lait remantquer que cettl l grn sont d6jA hours Id- comnbt ta it tucs cents ytrds de tranchecs pris dc Fl-yI y. lUId_-2cti diu Pott de la Ca
ruis en z i aiga, par svte de .a onre qu'estropies p.)tir la vie. Et comme la Ypres en1 B:igque. )ita e. attea t, s httax
iombreux detours, pre dc tooo ki- guerre contina,. encore nous ver- PARIS Le i1 courant les Ira-i- ell'.ts des taivatux do cett cotutlllis-
lombreux detours pr or 0 l-rons sous peu, uie lEurope bien af- caisont capture des tranchees avan- sio Ii, cotlinl.e oin le voit, ':otn-
omtres de longueur Oc ceite lige. faiblie a peine pins peuplee qu'au cies en Chamnpagtne, dans le district porte des noxus d, it I'autorL t ina-
St presque touIours triple et sa pro- Ileniein des lerres de la Grande occupy par les Alleimans. dicale ne saurait turi d doute.
andeur comme sa larger est plus E'pop.e ou la in ij rtt des ho nines VALLEJO CAIF.-- Le navire de
grande pour la tranchle de trolste- sera constitu e pir de tous jeunes guerre Oregoni de rctour est entr'- -
ne ligne que pour cellec de premi&e gens ou des vieillards et ou on trou- dans la malice naval A M.ia:e Island.
igne qui est eaucoup plus rudi- vera un nombrc presque deux tois WASHINGTON.- Les tonctionnai-' a fuerre
lentaire de plus elle comnporte de plus grand de teanimes que d-hom- res de Carranzi ont informed le
astes chambres de repos, d'impoi- mes. Dpartement d'Etat qu'on a d cou
antes cavitas creusees dans le sol vertuncomplot dotle butestde aire ---o-
aur les depots de nmunitions. dtins Dans un pro.:h un article nous exa- sauter le navire de guerre Kentucky NOUVELLE BATAILLE EN FLAN-
ertains endroits me ne. de \'astes minerons la percussionn qu-aura dans le port de Vera-Cruz. On rap- iRES SUCCEiS AtfLEMANDS
excavations. sorts de places perint- cette guerre au point de vue finian- porte g'ilemcit .ue le Consul EN FRANCE Er EN RUSIE. --
int e isspm hler les forination1 % ... .... -_ .. ... A..-... -0. A-~ ... .,- -I


ui, au momentde i1 attaque passe-
.mt en premiere line pour de 1.
r..1 1 A i -, A-'


El---


positions avanc.-es des IfrAn1;Ai% am
Sud de ILusse A lest de St Di6, Tren.
te cleasseurs slpins furent hits pri-
1) 's escadres Jaricnnes allemandes
1-inc. rent un grand nonibre de bomr-
b,.u r I avo: elerre.., it les lialtes
U ie attaque ao~rient1#' Je lennemni
sur Ghrk-teiles, au sud d it Ytende no
S ir le thcitre de la& guerre A V'est
les Allemanits etilev.~em id-asaut les
deux 1)o)sltio)is qti2 le,;Raowsc oocu-
.prent sur hiive c cidciitalc d.- la
SJiI.A A I st deI 1r.~tmni.tsh



F'a its Divers


M j-tTz..O rQlQ10GI Q UE&S
I )lSEIRVATO4IIRE
Du~

SAI Nr-M AItwIA L
Mercrediti16i lvier 1916


.nmiiiUn Mm 20,0
r'enperature inaxitnum 29,7

iMoyenne rdiuriie 22,7

Ciel covert jour et nuit. Temps


'Jaroinutre itmnidi


763


I-
I-






de
Ins

die
in
cm


roaMoia



.9i Mois.


_ 1 I


L- 7 -_


q


I. yndimAmoke U M9


m


m


lancerA a i ss.iut des trancnecs ud
nnemi. Ces dilferentes lines son
lies entire elles par d'autres tran-
L&es qui leur sont presque perpun-
culaires, qui constituent les clhc-
inements, vole d'accs ou de iepli
L'int&ritur des tranchees de troi-
ieme line est souvent excessive-
ent comfortable et celui qui a .le
nheur de pouvoir les visitor es
oulours trks etonnat de iingeniosi-
6 d'ploye par nos poilus dans leui
management ? Presque touies' ces
ranches sonl completees par des
arapets de protection faits avec des
acs de sable, or c'est IA justement
ue la statistique, qui ne veut paj
rdre ses droits, vient nous- donner
uelques evaluations
Un calcul rapide permer d'es'tlner
ue le creusement seul des tranchoes
nrcessitt le diplacement de i50o.ooo
millions de metres cubes de sable,
e bouee.t dans certain endroAis me-
c de roc, car nos poilus ont dO,
ans une certain parties de notre
ront, sur de no'mbreux kilometres,
e longueur, creuser leurs tranchies
Smeme le rocheretr ccla',au. prix de
quel labour, car il faut tenir compete
que bien souvent, pour ne pas dire
toujours, lies ont tti construites
adus le feu de i'ennemi.
'Pour prendre un term de compa-
ison, notre contrnre nous parole du
ameux canal de Panama que les
haseemeots perpituels de terre rap-
lent A notre souvenir. Une entre-
rie trangaise s'y est iuinie en con-
a tries cher A lI pargne francaise
pour sa construction que de mil-
iern duvriers et de machines per-
6"aes ont ete employs pen-
at piasieurs annotes cependant que
volume de la terre A rdmuer n'at-
teignait pas le tiers de cell que nos
bhroiques defenseurs ontdu d placer
Pous ermine' sion informaion,-
antse compara.mao encore q i nous
a aM : i am mt toue cattNe
amss. de terre smftr ia ville e t-
sire y disgairahusiV em ees H
jl~de j e6.=ae.. eer dela
! 4. Y -
~P


I _;J


Siecr et nous verrons que a uss uc aa es implque ans cee plu x laprs-idi. P
grands malheurs auront 6td products aaire, afin de torcer l'ianteveatron Grand Quartier glueral demandd Vio:uptrc 7p 1 mn.x Baromdre e1gP
par la volonte d-un seul homme. americaine. rc iC 1n hausst.
t rcmcnt tn hausse.
13 l:Eri* r 19 6 J. SCllERER
I Sur le the.Itre de la guerre A l'ou-
Pabst.. Dotiur IYSON est. tes dtachemcnts de r connais- L Me Uitrnr
Pabst.r SO soment allemande arriv&ent. aprs e url officiel public
Pubst... iODECl\E-CIllRURGIE des engagements d-astillerie assez \,, mini..^l<.
violent, aux positions enemies en -- I.c'tec a Sn i:xccicne Monl.icur Cle P
The famens Milwakr Beer i ALADIES DES ENFANTS .andres : ai ~ p.n in c oitc "urimc<
En m6me temps. les Allemands r' ormc, ct d-ani.nr.rityion .r appliquer dAi
t EN VENTE .HEZ 26, Avenue Gr/goire ( Cbemin des fireit sauter avec succ&s des mines et norre ,stt: dntthnc,,ent pubic.
; EN VENTrE ..HEZ :16, 4venue G ;r Dalles firent, au sud-est de Poperinghe qua Sudrc Iartiluenave.
r ) rante prisonniers anglais. Ch:ii bre.- .nce du 4 Juin 19,.
s *L. J. lfiug O d CO CemsUlatio s de 3 A5 s h. aMprs-midi Lartillerie anglaise bombarda Lil- -Pi. :' dela comnission Comznunnle d
s le et y causa quelques dommages B.inque de i Union parica,,ec d.signatia
En gros et eu detail lefslundis except mat&riels aux citadins. Aucun dgAt deJ titres ftrjp,, d'oppo1sition.
t Angle des rues Courbe et C6sars ou perte militaire. -Avis Adminitratis. Avis diver>.
ICOSGRAUITES AUX Ex-bulletin dc. Observatioii s tauorologiqju
La meilleure et la plus hygi6ni- CONSULTATIONS GRA''UITES AUX EN- Sur le front entire Labassie et Ar- du 16 a ti2 Jinvier t916.
Sque des bieres. AIm Trous LES SAMEDIS DE 2 a HIS. ras, n'y eut que peu d-activatd A
cause du temps brumeux. Ciltma-Parisiala
S-- -Dans les combats, au nord-ouest Voici le propramme de la repri.
Sr e et A Iouest de Vimi les Allemands sensation de ce soir : Les tombeam
0ou ll de9 prQs3 L e u vernemeen firent jusqu present prisonniers des anciens empereurs- La lutta
Spose lee bases ra- NEUF OFFICIERS ET SIX CENI fratricide- 11 ne taut pas courir deus
( Par sans fil ) QUATRrt-VINGT DEUX SOLDATS livres A la fois- Comique ; Li
Par sans il ) tonnelle d'Une ET CAPTURERENT VINGT CINQ Fleuriste de Toneso.,drame italien en
-MITRAILEUSES ET DEUX LAN- parties.
-- o gan satlon sa- CE-MINES. tre genirale i gourde; reser.
i6 Fcvrier Ut fe. L'artillerie alleminde bombards vie a g ; logo 3 g
violemment les positions enemies
WASHINGTON-- Un violent trem- .. entire 1-OIS1 et R.EIMS avec un bon *misathi
blement de terre a td6 enregistr6 ce succ&s qui lut conliirnm par nos pa- Notre ami Louis Cillard vient
martin par Ic scismographe de i'Uni- Le movement de rt-orignisation troutilcs. d 6tre nommn payeur au Departe-
versitt de Georgetown. La secousse a rationnelle eutrepris pat I.- Gouver En Champigne. les Allemauds ment des Travaux publics.
dure plus d'une here. nement actual d. concert avec 'Oc enlevercnt d assault la position fran- Nous nous r.jouissons de ce choix.
BurrrE MONT-- Di miners ont Cupation, s'elargit cheque jour da case sur une longueur de sept cents Callard ayant milit6 dans la press
'vartage. oi (lUl vieI daSriver aise suruneongueur de sept cent, a
ri dans un incendie qui s'est pro- vatae. Voi vie dave A metres au sud de St. Marie A Py. oC il sst signal par de belles et
ult danas les mines de Pensylvanie eflet le Gouvernement soucieux d-i .atre otficiets et deux cent deux remarquables qualities.
du. Anaconda Copper Mieng Co Le la santd publique et ddsireux d'em- prisonniers francais tomberent entire
teu durait encore ce matin.lne dou- p.cher par les moyens scientiques tours mains. .I. JistiE Elie evre use
saine d'autres miners n'ont pas en* I mportation de la plupart des ma-' Deux charges enemies au nord- sric de cecerts
core reparo. ladies qui ,ious accablenit, vient de ouest de Massiges fure:it repoussdes. C'est la sernmane prochaine que se
Naw YoaK -- L'enquite sur le nooamer une commission d'hygieno LUs engagements A p6tards pour fera l'ouverture de la serie de con-
meurtrede Barnett Baff.un marchand & Isquelle une circuliire du Depar lapossessiondela patiteportiedetran- cetts organiste par notr, sympathi-
indipendant en volaille tug en No- tement de I lntdrieur done la i.is- chde reside hier entire les mains des que artiste lustin Elie qui, au pre-
vembie 1914. a commence Le ca shoo suivante : fransais & est dee-a ferme des Mai- mier concert. presentera au public
resemble en diflra tspoiuAnt.A cal ..s .. u ons de .Champagne continu6rent Melle Clara Rogers, l'dminente vio-
de RoaenthbaL auAdrer Gouverneaent un sans intertruitiqn.. loncelliste don't le talent est consacrd
Nlw Yoak-LA o m.e.: n rapor a E' otre Is la MIaft- JMle,.cinq par .es meilleurs journaux ameri-
la question de proM &aamM dea mM *. las oo dio S dras de paissantes nfiedsmableiandes firent caiss.
dements costisttioas.ksA eete ". l .tis so Mique dPam is le auter et d6tralstmm.emtipltement -Pion en juge par les pr6paratifs
sio mais leqarlee I*. oe -ddom de r njmeit 4 chkacune unetranob4e emtanie d'une de cds-soir6esdart,lesuccesen seraco-
fMaas a sera pa's I r=Ohim '. & a entrr dane grandeurr variant este trentre et lossat et id faudra 6tre infiniment re-
ljr. : an Natiooate tou*quarante mitres. : conaissant A Monsieur Elie d'ofir
Liaeca LO Ws a m e pVsque; Vafs duels d'artillerie -en -Lortrai- ai public port-au-princien, des jouuis
.m S $*.i Lw'-litMules t jo letuciouane. ,ne et dams .-s Vosger. sances nouvelles.de plus tn plus dd.
t* p"s*t W Nde Bss a do A ks c-1 Lme A&llmauds- euantrent dans let licijews.


F


PM99W Imar-T-T W= Twx -a





LE MATINM


Fsmtrailles
Lis funerailles de Mine Vve Thdo-
gA Genesal, ne Marie Antoinette
Adieda, dcedde hiersoire vers hbuit
heures. auront lieu cet apras midi
Le convoi partira de la naison mor-
tuaire. sise 53 rue des Fronts-Forts,
pour se iendre A la Caiheddrale.
Nos eondoldaaces A MM1. Elie, Vic-
tor et Mile Claire Gdnest6.
Neouvelle A Is ma i
On pailait d-une femme insuppor
table. Notro ami M... d6clara :
Jo ne dirai jamais de anal
,l'elie. parce que je lui dois une
grando joie : celle de penser, de
temps ein temps, que je ne suis pas
son inari.


Occasioxx
except onx-,Anelle
A vendre uni buggy Feltch en par
fait etat.
S'adresser a I'Ecole des Arts et
Mletiers. 'i



COUPS DE BOURSE

)r .im rticain 475 ,/. prime
1). lnt. d'H1iti :9'2 60 ad val. nom
1). Int. i-;laiti l19i 6o ad val norn
D. Int 1914 As 40 ad val. nomr
D. Int. 1614 aB 40 ad val. nom
D. Int. d'Haiti 164'C'4oad val. nou
Cheque sur N. Y. 114 olo prime
Cheque sur Paris o o010 escompte
Transfer sur Paris 5 0oo0 scomp:e
Hillets de 5 gouides 0olo escompte
Nickel I olo escompte


A viW
Nos abonnes et clients sont avisds
que dorcnavant lef re;us, quittances,
etc, du journal et de limprimerie
ourront i6tre aussi delivrks par Mr.
LAISIR.
Les abonn6s du journal son? priks
de nous .ignaler la moindre irrtgu-
larite dans le service du Matin afin
que des .nesures scvcres solent praises
centre les facteurs en faute.
LA DIRECTION


los THEORICIEIS a POUVOIR


S. Herard Dumesle

(SUITE)

En 1832. Duinesle pressida unecom-
inissioii de la Chainbre charge d'6-
laboier un project d'i loi reglemen-
taire pour les opp6 nations dlectorales
dans la nomination des repretsen-
tants. I.e Presid'ent Boyer adopt un
autre project rddigd paa une com-
mission qut'il avait nommue et di-
rig e par le general Inginac.Dumesle
le coinbattit ave,? une violence em-
pieintae d'amour-piople.
Unae (uestisai d'in fluence avait sur-
gi des la reunion de la Chlambre en
tre .ils-cent. deputy du Cap-liaition
appuyv de L.atortue, deputy des
Gonualves, d une part. et Ilerard Du-
anesle secoinde par David Stl-Preux
de lautli. Tl'ons quatre. avocats.
i'exprnalit avccr facilile, il ftaat na-
turel qu'ils aspiiassent a diriger
leuJra collegucs.
Jusru aluos, la Chamble avait 6tW
preaque touiours presidee par dea
repreaentants ou de 'Oueat ou du
Sud. Dams la session de 1821 de la
e lwgislatuae; Ildrard Dumnesle avail
baille, et il nu faisait point pattiede
ia Je l6gislatuae. LeNord et I'Araibo
quite semblaient vouloir, cette foas,
pir leurs reprsentantas, tenir le
sceptre lgislatif en main : de lt la
nvalit entire lea quatre avocat.
Milecent avait 1t6 6lu presidntL
Ecrivain 6 elgant, ambitieu., il n ei-
tendait pIinlt ctjder A lhlrard Dtf
Ilesle, uii iil'talt pas moans ambi
tienx etl qua availt aussi des litres
-oinnine enl avaii de betaucoup d ana
giitilonl, qui s'.xp)inait avec plus
del'loii>-iice 5 litf son coinpetileut.
L.a. i Jsiill!t 1 133, le reirtselaLnilt
lile id 1)uiiir sle s inscrivitl pour
unI inoulion, eti |iriant la Chamnbre


gle, Itt ..t coa~d, a mao seantce solenmelle.
~ 1ia1 tijaes Iuis No 3 ) Sais quel-
quezaamembres exigereiut de lui one
icajjaua~Ija:If,;fIIOI) prealable do sa amo-
III~ j tl 1it -a (lajuW6re revoya A one
isaiale ~ ~ l um, statuer sur Ba

4%Iuuuit .jreauwatfll tde l'Anse
#k.Vsau, 1#41.11leaa Ward Duaaaele 41 fie


sa motion, il persist dans.ii do-
mande de ake oleueaseUe publique.
Plusieurs membre s'y opposantL
le president alla aon voix. et Is si-
lence absolu fat consld6r6 par la
Chambre coaa. un refus 1 y a
cependant uh prpverbo ce suIlet :
a qui no dit rien .consent. sOn trouve
lI une preuve du d6seccord exiptant
parni lea repreaentant &A raisour du
discourse prepared par IIdrard Du-
mesle qui en avait donn6 conmmu-
nicatioen, un ind ce du mauvais ef-
fet qu'l allait produire.
Le 24 Juillet. la seance 6tant pu-
blique, Herard Dumesle' en profit.

monta A la tribune etcommenca son
discours. Mais le president l'anter-
rompit et lui rappela que la Cham-
bre a deji d6cide que ce discours ne
devait pas etre pronc ncE en seance
publique, mais en comite genEral. A
ces mots, tous les repaisentants sy
rendent et 1'orateur est force de les
suivre, do n'tre entendu que de ses
coll-gues, tandis qu'il avait desire
l'etre du public.
Son discours roulait sur la circu-
laire du Grand luge Voltaire concer-
uant 1'incompatibilite des functions
de representant avec cells des offi-
=icers minisitriels. Nous ne saurions
le reproduire ici dans toute son Eten-
due qui comprend sept colonies du
Bulletin des lois dans lequel il tut pu-
blil. L'orateur, examinant le texte de
i'article 81 de la Constitution inter-
prete par le Grand juge. dit d abord
que cette interpretation en toitutait
le sens pour Its exigeances du mo-
ment, que vouloir que les reprisen-
tants qui exercent les professions li-
btrales de defenseurs publics, de no-
taires, d arpenteurs, etc, optent entire
leurs tonctions legislative et ced'es
d-otficiers minisaeriels, c'est atten-
ter A leurs droits civils et politiques,
c'est limiter le droitl electoral et por-
ter atteinte A I'acte fondamentalde
la So.iett, c'est essayer d'Ecarter de
la representation national des hom-
mes eclants et capable de veiller au
respect dd par le gouvernement aux
droits des citoyens, etc II ciea lexem-
pie de cequi se passait dans la Cham-
bre des deputies en France, danscelle
des Communes en Angleterre, dans
celle des representants aux Etats-
Unis, oi l'on voyait lcs avocats les
plus illustres de ce pays ; il rappela
meme les beaux jours de la Grece,
de la Republique romaine, ou I'on
vit la toge unie aux taisceaux consu-
laires.
Le barreau, dit-il, est aussi la pe-
piniire des hommes d Etat ; c'est de
ia qu'ils sortent pour aller detendre
les liberties pubhiques ; ct si. sous
Henri Vll', its furent persecutes et
exclus des parlements, 1-bistoire, en
denonjant cetie epoque fatale, nous
revEle qu'clle fut marquee par des
lois funestes A la nation anglaise.
Mais, sentant bien que ceite der-
nicre citation pourrait paraitre une
allusion A ce que Boyer ordonna au
Grand juge Herard Dumesle il dit
ensuite : a Eh quoi I Messeiurssous
l'administraiion du chet illustre au-
quel Haiti a confit ses destanees.vel-
ra-t-on cette protension, ainst que
ses compagnes .d'andependance, dcb-
heritte de ses apanageus' Les verra-t-
on ensemble exciues des assemblies
polatiques et n'oser toucher A la cou-
ronnte civique? Non,lI*mule, le suc-
cesseur du grand Haitien, ne saurait
concevoir in e tell pense ; comme
son preddcesscor. il encouragera cet
homes qui exercent une prufessiou
si Eminemmept liberal ; il les verra
avec plaisir appeals au corcuurs des
ameliorationas Aocale ; t puisqu'ai
1exemple de notre Alezndre.le pre-
sident lean Pierre Boyer ne perd pas
de vue l'univers et la pros 6rit, ces
jugesinflexibles de'la co aduite des
gouvernants, come lui ddaignatm
le zele aveugle on intersas, il 'ap-
pi6ciera que leI nobles peaees de
ertl, les sublimes devueumenms A

i 4ppelant ehcore queda u is l'ins-
tituution de la Chambre es Com-
nrunes, seul juge de la validitE des
elections de ses membres, ell a tou-
jours admits dans son scin les offi-
ciers ministeriels que la circulaire du
gland luge voulait en Ecartcr par un
abus de l'interpretation, il dit :
Tout doit deaeurer dans I ordre


tiace dans le livre de la loi, jusqu'A
ce que la revision tant desirEe vienne
en n donner un novel etre A os
plincipes et lea rendre plus vivaees.
Osons done, fTgislateurs, otons rem-
plir un devoir'sacr4 'celui de conser-
ver au vote electoral son influence
sur les libert6s publiques. Sauvons
le gouvcrnement constlttionnel dua


danger de iinterpretation: rappelons
bous sans cesse que la &resploabili-
t6 des grands fonctionnaires et Is
sauvegarde des garanties, si elle est
illusoire, la constitution est en perils
Oue recevant de nous un g8ntreux
et salutaare avertissement, les ddpo-
sitaires de I'autorite n-approchant de
1'arche sainte des droits et du devoir
qu*avec le respect ieligitus que la
paine lcur impose, qu-is reculent A
iid6e d'y porter une main temeraire
qu'en secozdant les nobles intentions
d un cht. qui ne saurait avoir de
plus grandes passions que cells du
iean public, ilt n'oublient jamais
qu'ils doivent etre ses conscillers fi-
iles, quoils doivent attached leurs
uoms i la gloire de son administra-
t on en la conservwnt pure commCej
son patrioisme, qu'ils doivent,en tin
mo.ftaire de 1-harmonie le bien uni-
versel de I'Etat ?...
Et t'orateur terminal son discours
eu demandant que le Grand Jugt fut
appd6l en comit6 general pour etr.
entendu sur I'objet de sa circulaire.
Milscent prit la parole pour re-
pondre A Herard Dumesle.
Dans la seance du 26 juillet, H6-
rard Dumesle reproduisit sa motion
et lut combattu par 1. Depa et Mils-
cent, et soumenu par David St Prcux.
La Chauibre decida que le Grand
juge ne serait point appele dans son
S. ROUZIER
A suivre


Avi8 important


Les heritiers de feu Norbert Ga-
teau previennent les notaircs et ar-
penteurs de la juridiction de Petit-
GoAve qu'ils se reservent d-attaquer
en nullite toutes ventes et operation
d'arpentage pratiquee sur I'habita-
tioi. e Mahotiere' sise section du
Morne-Chandell-, commune de Le-
ogane.
Cette habitation qui depend de la
succession de feu Antoine Ml6ene
Gateau leur grand pere, Etant.indiviske
entire eux et les autres ayant-droits
toute alienation d'une quelconque de
ses parties anterieurement au partage
i intervenir sera considered comme
faite en violation de leurs droits et
les auteurs responsables seront pour-
suivis conform6ment A la loi.
Ces presentes reserves sont aussi
faites pour les habitations a Lafero-
nay dite grande place Gateau,
Aubry et petite place G iteau dans la
comme de L ogane et dependent
egalement de la succession Antoine
Me16ne Gateau.


Dans Ianult..

Pour Arnil Saint-Rowe fis.
La Nuit &tnd son voile sur men Ame,
Nuit o0 l'on aime, o 6 'on change sas fin,
Qpi brise nos espoirs, no rtves vains.
La Nuit de paix que tout cur pur reclame I...
J'si peur de tout, des tarses leademaa"s.
regards troIpeurs, des baisers ianfiimes,
Et ie sens. commne uan gtof4.&at de iares,
Tout I'Infini palpiter en mon sein I
Et je sui las des jours gris, des jours mauves.
Des sne ls orgueileu, et de stir
Mes passions on moi come des fauves.
Descends., 6 Nuit 6 poumrral dormir,
Dormir sans r&e. et ime blnche at pure,
Doeu libre pout es amours fmwes I.....
L. HairT DURAND


Dams leI iv




Hommage au Sculpteur
Nonchalamment couch, elle dont, la n gresse;
Et ses traits sont si beaux, dans leur slrinite,
Qu'on la comparcrait i quelque deite...
Tous les roses projects que son in caresse
Planent en son esprit, puss meurent, 6 detresse I
L'avenir que son cour vainement a scrute,
Sans s'tmouvoir des viaus de la noire beautie,
ieste pareil au livre o0 son doigst fin se prese.


Les klvres et ies seins attirent tour a tour,
Font palpiter les caurs de dsir et d'amour ;
Es Ion voudrait trouble ce somnmeil tdeique...
Mais devant cette femme aus contours ravissants,
Tout l-tire es secnad d-un frisson d-est-6ique:
L'Ame soudain sezalte a etfat taire les seas.
Pws-au-Ptiace, *s ftwvar 1916.
Tase s PAiUrrA


Ism fi... -
Cott* rn-was.


R~Won


Scott


un relm d usitpour pmbt

rAnomie, I* acthIs& oncb

I& Tuhercuhese Pulmionafre, et trm


I__,____---- in-- _-- -


leN u-ami M rautM L'E cerie
En vertu d'une obligation hypo- E. DW ogaeid et Co
th6caire souscrite, passe devant M* (lAle des rwes di Nagsii de
Chrvsost6me Rosemond et un con- I'tEa el BaIs DeW11
htrre. notaire A I ort-au-Prince, en -
date duj Decembre 1907 enregis-
trie ; d'un jugement rendu par le Fait savoir A sa nombreuse cli
Tribunal civil de Port-au-Prince le tele qu'elle vient de recevoir pa
9 jlin de I annEe dernire,d'un corn- dernier hollandais :
mandement signitie et demeurt in- Ex:ellents biscuits de la Nat~
fructueux ; d'un autre jugement Biscuit Campany, et Loose Wi
rendu par le Tribunal civil de Port- Biscuit Company.
au-Prince le 3 Novembre de I'annke Grandes varnetes de Bonbi
derniere, permettant de vendre au- Candy et Chocolat en boites ills
dessous de sa mise A prix le bien trees. Raisins, Dattes, Ptunes, Ak
ci-apres desagne ; il sera procedd le cots et Peches secs par livre.
mercredi que Ion comptera vingt- Saucissons. Jambon pre mirai
trois tevrier courant A io heures du (Swift) Fromagc Young amnar
martin en I'ttude et par le ministkre par livre.
de Mc Chiysost6me Rosemond,- Langues de boeuf sales. La
en cette ville, A la vente au plus ftumies. Langues de pore, Picd,
offrant et dernier encherisseur d- porch, Boeuf de famille par livre.
l'immeuble fonds et batisse, sise en Sauce tomatoes. Sauce ano
cette ville, Avenue Magloire Am- (de LEA & PERRINMS, SA
broise, au quarter de l'Exposition, Saucisses Frankfutir. Lunch Te
anciennement Calin-Centame, mesc- gues. Saumon, Poivre et minoui
rant quarante trois pieds de taGade par boites.
du Nord au Sud, sur cent pieds de Bitters Angostura, Ccrises auI
profondeur de l'Est A I'Ouest. Cet rachino pour cocktails Manatan.
immeuble est borne au Nard par The de Chine. Quaker Oum,!
Mondeen, au Sud par Madame Char- rine de mais, Creme de from
line Charles. A IEst par le chemin par boites.
public de Calin-Centime, actuelle- Royal Baking Powder (pao
meant Avenue Magloire Ambroise et Ilevation) en botte de une I
A l'Ouest par les rngoles de la Croix quart de livre, Sucre en poudrep
des Martyrs, tel d'ailleurs que le pAtissexie.
sus-dit immeuble se poursuit avec Sucre concass& et granulE eak
routes ses appartenances et depen- baril et par livre.
dances sans aucune exception ni Macaroni ct vermicelle Italienio
reserve. caroni et vermicelle (d.AusutO
Les encheres seront regues au- chols par caisse et livre, Lentillk
dessous de trois mille six cent soi- livre.
xante dix sept gourdes, quatre-vingt Cacao hollandais en boite i
centimes cy G 3677,80 cis livre et zla livre (MAROUE BLU
y compris cis honoraires des avocats KER), Lait condense par boite
poursuivants et outre les charges de Bitre Pilsner (MARQUE ,
Ienchere. SAM.& HARRMANN) par
A la requete du sieur Racine alne, douzaine. Lager Beer, Bestuval^
prprretatre, demeurant et domicilie GER ALE par douzaine. .
A Port-au-Prince ayant pour avocats Vaseline PETROLEUM I
M" Arrault jeune et Lahens Racine ; par boite, Oriental Tonic, Tici
Contre le General Occide jeanty, rosa.
Chet de Ia Musique dd Palais, de- EMULSION SCOTT gro ct i
meurant et domicilai A Port-an- flacons.
Prince, debiteur hypothecaire. i O y trouvera6gtlementd; C
Pour les senseignements. s*adres- ban pour flemmes.
ser aux avocats soussignes ou u -Port-au Prince. 16 Fevrier if
notaire d6positaire du cahier des
charges. Daaiesianms neuv
Port-anu-Prince. le 6 Fevrier I016 I V6
ARRAULT jeune, LAHENs RACE -de I et 5 galIOll
Changement Chabraqaes leutre
d'Adresse. B" I~Mre" "P
La PHARMACIE ALSERTIN I EwAL6b a
MARTIAL A PETRUS Ph. G Soc-! A ,Vwdre A Ado, pUr xe-
cesseur est transferee A I'angle des o f r
rues REpublicaine et Tiaversmire. h" <* ,LO-Ti,

ban r6 esmpbM eLA COXISS104 COMISJ
II a EtC perdu Dimanche apres-mi- DE PORT-AU-PRI.CA
di sur la route Bois Verna A Turgeau Donne avis aux contribu e
un sac argent marque contenant unt'tardatairesge6nralement quewi
porte-monnaie argent. Priere de raP-'qu'il leur est accord un dewrs
porter au bureau du Matin cotre lai de huit jours, A partirti
boate reconaense. date, pour acquitter leurs i0f
Avis A Meseur -tles belottiern e autres redevances. .
ca. d4'olrede csao etss,- PassE ce delai, il sera pr>S_
ScuR routes les measures de coo
Ign1'. ofdicttes par Ia loi. m
UlFait au Bureau CommU
Le SIS" COMMEWYNE est at- jour, mois et an que dessus
tendu aux Cayes le 16 crt. Dr. DOMOND
II partira de Port-au-Prince vers le ES LESCOLtFLAI
20 courant pour Saint-Marc, Go- GEORGEs LESCOUFLAIR
naives, Cap (peut-etre aussi Port-de AVOCAT
Paix). Vien carrier ,.

Le SA S "CALYPSO". partira verse GA ZOLIN5
le 18 courant de New York pour les Che Getil et C
ports haitiens. En face de la douacne (
AUGo. AHRENDTS, Aff. halle Th. Dossous et C' ) L


I





I

I
a

'p



























I
I

I


ASWTHME
Wumgm awm wmmfthmEPI


UEm


I- -- = .= r -


_ __ _~r---------~l


m I


I


. i .


i---