<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02535
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 14, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02535

Full Text





SmtD-MAGLOIR ACTION ADMNII AnM
6mIRnlTA IA Z _Angle des Rues Frou & Aminceil
DIRECTEUR -
ABONHEMEiT-8 : W Les ammeies siet re-ows:
PORT AU PRINCE A r A Pear-u-,'aaca:au, aureau 41 iouM"
On Mois . .O L A PA.US: c-z L.MAve:ce & Cie9. Ru Troa
Trois Moits . 5.00 A LONDaB !: cnez L. %4-I DI3jPARTEMENTS Ludiate r
Un Mos a 0. 2.20 A ButaL. .stres Rudolt t osse S. w so, leuasal
Troi Moi .. ANGER 6.00 a Nsw-Yo-u Universal Publicity Company 4i Wes4
ETRANGER )4 J tit Stret
Trois Mois. . G 8.06 Lesmanusssits insaris ou non ae son pit rendurt
T-U-P OUOTIDIEN -
PORT-AU-PRINCE ( Haiti AUDIENbonaements & insertions payabAes d uvance



S9 I 1 cier ; et et of.'i.ir serai e acLivite, hommies qu'en cas de guerre chacun temrent convert. Va e battle :
L llct il PIlraiL.ti a I t .ce i .. t unai for- doit agiir su.valLt s.a conscience, ce lut ordonne sa mere soudain redeve-
.....D_ _L" me. ,lul r1st Jenpikemisell utisil pour si- nue militariste .. Je ne puis m'emp4-
S1 i I' voit, M. Lv'laiiav i a jot LA l lae refis dtie archer. Son ills, cher de trouver que ce retirement
Messieurs Alphonse lHenriqauez.lFe- Nous ne saurions nainquer de ditlii'lt,., ',iu d'atlres I-tiur.itiwlt soil opre Ills a-t-il tlenu ce langage est bien rapide Jc sas d'ailleurs ce
liz Viard et lienec D)orinvile no s fliciiter aussi Mrs. Sinonctti, EI- Sl IiV-*. l it ** a --il irio. I; i ( i la l re t- tai. ti. st que l'auteur s rait e doit de me
ont donin samedi soir., la ti'e qu'-ls guard Liforest ct Maurice I. udun P ".' Ii -. el, c ~ih t. l ais.! \ J r-oIre Ccoup canon st devoir.-Ie
ont offerte au public de la Caps tale. qui ont objectivement tinterpi0ctte pel Iuctat avU ,tis it liioi e artl. tu..t. le C' tid a blerU t ne rCoup de laC coup cas lec cnoue-
un vrai regal litteraire.Nous ne nouu leurs r6less avec esprit et nwont pas sr i e os .af oljicier f'an -iis, en it!poid' is. 1 oaversut-i si tou- ment te Po 'encie Ie vois. ie
meprenions pas lorsque dans notre manque, eux aussi, de soulever bien llii('niO, pl *Iri" Ii dhesition. to [arilce n tsait autant? .. Tu es crois, je suis desabuse. Aussi bien,
derniere ed J i iu, nous en pr Jdisions des applauJissements. I'ouIr .i ,.lt, exhibition a otl i- i1 in t alf.uteulr ld.tngereuxo Et il se tel est I antimilit risitine chre les
la complete reussite etLinvitions tous e i ;iutnl:tlirsl. filt S'llli t jlute stur lii, li uaruachli ses bou- Fran.aiss. Ce et n-.c inf.ironiade du
ceux qui s jucient d art et de lit- Ko*i le compete rendu de la pi.e ,a1- sup|) ,illd, iI i.l i, citlet nwl at tois, le digraie en lel enievant sts temps de p.lix, qui ne rdsiste pat au
tlrature Aisv rendre,sans h6siterdans pri u des prints les plus el niutls de i itnosplie,',. s' ; .*i >.. Une i tInc iltl.ta t galoia s. Its n1e soint pas 4 toi. C est; premier .ippel de I. purtie. Ccst u e
I'espoir de passer des heures agrc.a- la critique franatit. :danis lI ui i1 It.. Ilespoir a e passer de s ourer cs ai isii.itoi i" Ir l -ds- ein do Iauteltir loI's, <" g- i, :e dais le sang., Tell hs l.
bles a entendre etAsavourerle iu de. H. Ilenri Lave-lan excelled "a ior- ul ttot oii,,) ts. l Or Il-de al- Q.an tia sol est neIl verser se e u Soestinenacti, verses
quelques amateurs de talent., lieu- ter la scee de nobles coiillits te.se, l, N.Si, ,i:.tiaat avc une sang. on ira pis encore trouv tante, et qui dervii 1 trc. Li utcur
reusement noire appel a ette entendu d'odees, contnie jadis son conit'era te tell clarity, I pI'-est tlitiicce dains uieixC. Tol to cris brave. parce que a co!1pri l ncsite, di ns I tel
et c'est devant une toule compu.cte Aristophiane lit dialogue le Juste et un tel ieiilpoilrt'.niit, (i. les neot ols i ito s ,1n1 brevtt d-avia.ttur et quo sujet. de taire could t. I1 a. d. dans !
et attentive que Mr H1c.:c Dlorsiti- I lijuste les plus dai,..:,,ux passat. roults tu as expostl ttix Oss ta vit Si tu as peu d esp.ie doat il disposit, acu-
ville. Directeur de I'Essor fit le dis- e quil faut rioter avant tout, e'est coniinie ;iitlat d. sco'ies, dlans Ie complete les fois. <;a nt comipte plus muler bcaueoup dc tails 1,uti ne sont
course d'ouverture dans lequel il rap- la belle franchise, la coquettei ie lot de. I eithlliousitasnte bi.lltietux. El'; puts a bravourte, c, ni est pas de pas du repertoire de la vie oldinaire.
pela le but de lt Ite et tout enl re- d'intransigeauce artistique avec la- N'r,'ir 't iwe' tdeux actes. I.e preI- ch-oiir son et're ,' 1tortL, c'est Comme on disait de Corneille
merchant le public d'avoir cepondu quelle I'auteur a trait6 son sijet. Inter ofi l'a.t:r a |ptce prositle d'accepter le sact'itice tel 'ue le propose du G;d, on sent quil travail-
si gracieusement i son invitation ,re- Ni orieneients, 1i1 attnuations, ti tout t IxI,. '.1 l;t.s est tle beau- devoir ou I eIvoi.. E. t l agite un ile l'heure. 11 n'avait pas le loisir
traa en quelques mots, le proga.n- scannotage. Cliacun salt ilu'l *xi.te Coup It ettilllIi et celui ,i tidotnnit drapeati lil a Irepis ss ill 'e i de nous ai:e assisted A une evolu-
uraida en queique s drI proiAn pieces pattltli,.des a la piee s Vt!eiur lithdr'aire. Nols d Itqzi.val Et il jure str ses plis d t n d'avantae de
me te h'Essor, cette Revue d-avaz' t n- g d e h eatui e i I 'bit a' ''eur lit orare N> v tb j s s p tion ide caractures, ni davantale de
mede loserme ietie ltpelcvue I t,- qui, par uu Jeu coiveuu d'uin .ges soainnl s c 'l.. h .)loinl i-1tilna Un 1Ctes .luili tliuer-i.tl de ses inaitns le
garden come tl l-appelle. 11 dit que et do peiisees recontfoltaiits, pro inltt'iier i s1riplitIe tolite I-. ils deertetr. lToute cette scte, nous inltier .i cette conplxe d
dans les circonstances actuclles il est votquent I'applaudusseinetit irrt'-isti- ltauite,. ip'iL'i|i. S i-ul tles' rt lisatit d title vrtite t'loi e'iice sans vaine sentiments I ces influences du mi-
necessaire, indispensable, que Ilon ble et tackle. M. Lavedan a rtepudte la. pefi.-ln ,1 .ls 1l-jitcontfortL a : t declaati.ali,, est d utn grad efet. lieu, des circonst inces, du moment.
crive sa pens6e et que c-est dans ce avec une espece d hiorreur lout ce inur, nioe crt.-r 1 .AIrit., ; ,*l- i(ht, Le0 plreniiet acte ettait surtout eun qu'il a su, en dautres pieces, nous
but que l'Essor va reparai-re. lit ce clinquant 1i a voulu aller jusiuli au togSapllties s.il rn 1 bI ;au ; 11 dra- coiversitliois; le second acte est presenter datns des etudes si curieu-
sera sa fafon A elle de serzir. bout d e 'ide caoitle par lilt, en ipeau da(ns tne vitt inet; pitr lia fenl, sur.ot eln action; je. I'aie mioins segment touillees II a d1 laisser de
C'est ensuite, aprs \Ir. Christian developer tout le cotenu, la pire- tre, en lleIali:it le doh l- dts lnvalti (ela so passe 'dats une mnaison iso- c6te tout un ordre de techerches
Morpeau qui debate "Ouadrillt de setter sous son aspect le plus at.s des iet (lilos ,), cteti, |la nsi- ice, sise a \Vincenntes, don't Pierre a psychologiques, morales, sociales,
quatrains moroses" Mr. Alphonse t re, le plus Apre, rendre dawtault .pie tt mn rK1 it qni pa-e Mine at so, labor.tioite. -est I& qu'l qui eussent dit- singuliremiti in)t-
tenriquez qui dit la Gr.vc des For- plus forte la preuve et plus cunvain- Euali .d t hn t oilte, letire dtt son se- atbrtue la poildre salns pareille..Les but .sn s i, rr
enors dquez qui dr la Gre LAdes eor- cate a de.noinslraLio. S vir le coid tIl-. -i 1t .caitn ,u a .l- p pier's oft le secret est consign ressantes, mis auss' ires sbtuses.
cor's de Fran^ois Coppie. La ceneipays est uu do ces devoirs absolus, roc,. All! l'aig uss.i de la lre at tseot, enterines dais unle cassette. Le lieutenant Pierre est antimilita-
reprcsenteunecourd'assises.Alabarie un de ces imnperatifs categouques, tenls t e ,L1t i q vient p)as. Et elle Nous assistoins d'abord a nne scene riste ;mais coiiiient est-il devenu ?
P4re jean tait I recit de son meurtre. un de ':es ordres qua ii'adinetient relit d'.aiitre's .lettes, lttlres t-ofli- i uette sort de paintoun.me. Le co- Par oi s'est intiltre cihcz lui le poi-
La piice est trop connue pour qu'il nulle discussion, quelque soil le cier' c.lles-I.' anssi, et Iettres' de loItel s iitrotdlit dans la piece obs- son ? Queile propaganda a cu rai-
eoit n6cessaire d'en exposer ici le su-iservice qu'exige de nouts le pays et Lils, tout ce 1,1 iini leate de soln lils cure, ailuine tiue bougie, atteint la son chez lui Jdun long attvissne ? II
Jjet. Mr Henriquez na ipas Ianqu6 quell que soil la falcon don't li re- ainite nrit a I enneini. Elle a n cas-elte, I'tevita, pretd les papers, a fillu le dire pour expliquer le rle
amn ffet de son role. Tout a ete bien conuait nius services; voil.t ce qu'tl troisin lil' ie, Ii 'li, ,at d'ar- pits it les reinet an Ministre de la et rendre le personna.e vivant.
!rendu depuis des angoisses du pere failait reudre sensible et tangible a tillerie.. Fitll f.-.*non mnre tde sol- nGuerre accoitpagitt.de sotn chef de Mais la question 6tait dtilcate et le
de famille malheureux devant hhor- la asce. L ofLicier qui gagne ses latss. ell, a donte tons les siens a cabuiltet le t general Girard, A quil t lus lmentre interdisait
dnble perspective de la taim prochaio gallons sur olt champ de batallle tilt iarmint, ven pour elle. soullertt a donteid reidez vous. Alors le Mi- tct plus ,1tnent.ire ler
b perspective de A aim proh- besogoe de eros : e.,core est-il e pour eile. Son narill,. le colonel uistre prompt le silence et announce de la porter au theatre. Lauteur
ne jufqu'aux cuisantes doulturs de traine. encourage par 'enivreinenit Etlil, Irave' citre es braves, de- au colonel deux cveinements deux avc un just sentiment des limits
I'homme de bien qui assassin dans de la lutte et par une espterance de vant qii s'.nvrait un avenir nmagni- manaheus : un pive un public. Son ou il convenait de se tenir, sest
une minute d'emballement et d em- gloire. Mais suppose que sa car- fique, it vi sa carrikre brtitaleinent lilt Jacques. celui qui etait part au borne aux grades ligies. II s'est
portement. retire touted d'loonneur et de devoue- ferndte il a did victim des cliches. Maroc, est inorLt I'enneini, dans content d'indicatiois. II a ramen6
Le public a ti6 fortement 6emu ment suit brisee, et brise par le Depuis lors, il a des allures 6trais un guet apens. Le crime vient d'Eu- son art Ades proceeds volontairement
devant ce recit si bien dit. 11 ne l'a plus vii des instruments. la delatioa! ges, tiuii econcertent-iat desolent sa rope. I1 va dechainer la guerre, qui sommaires, avec un evident parts
pas cache. Au contraire il en a ma- L ingratitude national et I injustice feliine. II est coitinuellemnent horse eclatera aujourdtiui m-ime. Le co- pris de secheresse et d'.iutere nuditY.
nifeste sa reconnaissance a Mr. A do sea chefs no le Ihberent pas do du logis, prolontg peitdant des se louel a ott cltioisi pour remplir une C'est un art de Primtif. Ses person-
Henriquez par de longs applaudis- cette obliataion servir et servia inaines ses abi.atics mysturieuses mission perilltuse, qui assurera la commeceuxd-s vieillesenlu-
emcnts et une just ovato qui quand l6wne. Suppoez alois ql'unets et sans motiif o'iiu. G qti no cha- vitcto'e la dance, et don't i eat nages, comme ceux s
erients et une just* o vaotic el soul mroyen de servir s'ofrou a lui, grine gure inoins cetlle inre dou- impossible qu'il revienne vivant. minutes ou de la statuaire naive
ttait come 1hannonciation de celle consistant a so catcher, se deguiser; loureuse et passionne c'est qu elle Telle est sa recompense : II mourra d'autretois. sont ix6s dans une atti-
quo I'on ferait A la fn de la soiree surprendre et hvrer des secrets, en devine, entire le colonel et son iths pour la patrie. Ilounmage A celui qui tude, reduits A un gesti expressit.
aux acteurs qui aflaient interpreter un mot fire ce metier d'espion qul ierrte lit aiita-,onismie latest. D'ins va mourir. Effusions. Ils figurent une idle : ils sonr cett
tI drame de M Henri Lavedan:Sertir. nous inspire uie itnvincible repu- tinct, elle faith cause communine avec Le colonel reste ieul, mais, enten- id6e qu i pris corps. Quant auz
L'interpretation de cette pitce n'a gance. II acceptera le louchie uoyen son fis, son dernier tne, son pref6- dant des pas, se reftgie dans un incidents, il ne faut pas les prendrF
A mon sens, rien laisse A desirer. pour la fin sublime. Sa devise est : r4 : et pent-etre le devine-t-elle en cabinet voisin. C eat Pierre qui ar en eux-rmemes ; ils ont une valeur
Tous les acteurs ont 6ti A la portee *Quand mwine I* Voil it peu pres secrete sympathie avee elle. tout rive a son tour, accoinpagn6 de sa de symbols et de signes : ils ont je
de leur r61e et ont contribute au le cheinin par lequel l'auteur a et prAs do son coeur, de ce coeur mnre. II s'apercoit tout de suite ne sais quoi de thorique et qui
succ6s general qui est si grand qu'il amens L choesir, pour incarner en meurtri par la guerre que dttestent qu*on la volh. Qui cela? Quelqu'un tient d. sch.ma Servir est-il men,
c e nlua le tt de la servitude et de la lus mires. u se cache derriere cette porte et
en rest core po ceux qui nayant grandeur mitaire, non pas un ll- qu il some do so montrer, en le une piece de thAeatre au sens ou nous
as joue ont pris cependant come cier dans le brillant de I action Alions droit aux deux seines ca menicant de son revolver. La porte lentendons aujourdnhui, et qui do-
lulien Bourte une part active A guerrisre, mais un ofilcier auqu 1 pitales piour lesquelles tout I acte a s'ouvre, Pierre ae trouve en presen- ye ete jugee iapres I hab ituclle
loiganisation de cette fete inou- on a retired son emnploi et qur t.fait, t6 fait L une, entire la mere et le ce de son pere. esth6tique de la scene ? C'est plui6t
bliable. Melle Lily Taldy a rendu antms I'inaction doe la pai. omtielr fls est destinee i nous fire con- Vous m'avez derob6 men inven- une morality pique. un '** Mystere "
avec ta.ct, et uine emotion vraie, le depion. naitre la situation morale, le drame tion |c l'ai r6quisitionne pour le inspire par la religion du drapeau'
r6le si difficile e si dicat d Mme itrer ou se d6bat le lieutenant pays.- Ainsi vous pratiqsuea I'es- Cest un dialogue sous un lustre, o
Euhn. Elle a a femmer aimante voir de la patre. quel partenaire force, common ces pr6tres qui' en- on.ag:-n service command enre-choquet des rpliques cor-
et d6voue. Elle a 6t6 par dessus va-t-il dooner? Dans quell bou- trent dans les ordres sans vocation. e colonel sest ail espion ; tel est ndlennes.
tous une francaise ardent. Les dif- che nmetta-t-al la tbhoris antinilita II dteste ole sang versed par les horn- son secret. C'est l explhcation de ces
ftCrentes ,motions de Mmine Eulin riste ? La piapart du temps nous la roes. Il sacrifierait sa vie pour abo- demarches 6tranges, qui mnquietaient En some cet.e fete a etE. pour-
ont etC si bien renduesparcllequ'elle trouvuns sous la plume de philoso- lir la guesre. Son goat etait pour la Mme Euln. Nous avons vu au theA- quoi ne pas le dire sussi. unique.
les a transmises au public et que phes habitues a raismnner dans science: co'est un homme ie labora- tre pas mal d'espionnes, qui etaient; Elle ut une victotre de l'art. Le pu-
des larmes ont perle A bien des pau- I-abstrait et & considerer les chores toiue : il a une Aine de chimiste. Or, des femmes fatales et don't on Be- blic en est sort heareux et en s'e6
pteres. da point de vue de Sirius Dautres per une espece de dErision et de trssait la coupable industries. Telle., allant n*a pas manque de manifester
M. Alphonse Henriquez, dans le fols, eie eset no article du wrogrmn- cruelle ironie, iI a lui, I-eanemi de dsas la piece d'Alesandre Dumas, laa sat stislaction, par une ovation en-
x6ledu Colonel Eulin,ce vicil Hora- me anrchiate. Qu'un emnomei de 1a la guerre, invent ie pies puervell- ..mm de Claude qus volai Ie tasil ibousiaste qu at s: ant ani acteers
d~le de Claud u volait le uo6l, tboqsieste qui aelait bant aux acteul
ce du 2oeme sicle, a fait vibrer dsa Io s 'e : &'eot dle ddor- in0 "de luo foeinaoe pde e ventd par son marl i auquel taitqu'saz orranisateurs. I est certain
sansh cese, lAme de auditoire. Mr. er.Q phlloop e topete lS nouvelle, i rpods verte, mo pde at lesplosif du liaeuatenat que reparaussant sous de si brillants
Alphonse Henriquez a fait ressortir dre.' Qsupprrcoph de la gurne pss en pul3eame desdc tto8 t le g Mais le n aos pcrel s qu'o auspices, [Essr fera comame par le
et de tason magistrate, routes les i| est da saa dailto. t denas- es ae lon a jeasao im tn6. Lts alt Geco .i s A la satee m persoe- puge la joe des boos lettr6s et aurs


beaut6s de ce caractere Cotnlien tel role : vous etes orf6vre, Monsieur experiences qu'il a faites sont de- nage de i'espion en temps de paiz et nousle souhaitons,une tongue dguee
que I'a voulu M. Henri Lavedau. Josse. Mais quo I antmilitariste soit cisives, il en a d4pose une cartou-' pour en taire un heros. Cest une digne de sa belle tenue litteraire.
Mr. Felix Viard a intelligemment un militaire, que le pacaifste soit ce- che dans uoe s ile de Bretagne: I ile creation original et hardie. Profi-
incarne le role du lieutenant Eulin. lui-l1& mnme qui a pour matter de a disparu. La nation qui posedrit tant de la stupeur ou il voit plongs --
Pacitiste convauncu il fait ressortir faire la guerre, la violence du con- cette poudro aurait sla maitriso du femm et son fits, le colonel re-
ave art routes les souffrances qu'il taste entire la fonction et les senti- monde I1 a trouvE cola. l le mys- rend son avanta e. C'est lui qui Docter A L.eescou lr
aendur- t esA c s u -d an .. 2 i me ents, entire lte costume et Ie Ian tique de la pail Quo fera-t-il doac mrne le jensn vange.deto,
e 1 s c.au l*ant~agonsme gage, donsent une valour excep- de son invention sest jur de e je. II ange ton, at- n g
dea nsd esA cuset de son mtrforc* stionnelle ao booieat hoani reaatir. tendril pour announcer la mort de
de soidat. M. Viard a 6tt, tout le qui attelodra ainsi son neOximm p de Lsautre sc6ne met aux prisem Ie lacques. Cependant on extend un Maldies des uufants
Lm.e, natural et sincere dans so port. L'astear fera done do p6re at le flUs. Le colonel a appris coup de canon. La gueire est d6cla-
US J J s ati-nMtla, A l sel, n oi*a quoe Perve aurlt declare devat eIl rme. je parn : a s*6ie Pierre subL.. 2, rue Gw poi, 2 '





LE MATING "


ws d prau Comrle el usprelsai dnrs D. Arrivbe d'hoimmsin
(Par aMu/g ) Le SIS Oranje Nassiu", arrive d'offaires am6ricains
I 9 ftvrier courant. ayant iaissf
1a F1vrier Amsterdam le 6 Tanvier ecoule, a ap-
portn Treize tonnes 450oj de mar- Nousapprenons que lesing6nieurs
I'iw 'T-tGTn.'- La demission de chandises ainsi rhparties : a.ntricaiis suivants sount arrives
M'r.;Gr,;,,n.S-crctaire d'Etat de la Port-au-Prince 560 board du *' Colombia et envoys pai
tpuerfe,. u p'ur cause I insistancedu JPrkmie 326 la a Chartered Company of HlaytI*
Pi sidetnt WtwnsnA taire adopter sans I:cmel 36o M ssieurs Warmoth et Prescott poir
.o0np omis par la Congrks son plan Gonaives 069 les aftaires de sucre, Mr Lidner poui
d -armg4e 'o tinentale. Le sous secre- i s atltarcs de mines ct Mr Walle,
taIW-theckenridjeest g nalmGnt d6- Total 1345 puurles tcIeDhoncs et cletiiticaiioti
Aibioonasire. Les deux admissions Le navire --American-" de la line des tramways.
iq'cepedes.Le secretaire Daniels Raporel. arrive le i tsvrier courant. Nous avons rencontis notre con-
a vur. lets recommendations de laissant New-York le ser de ce mois, frre Mr Eraest Georges Chauvel
I'Acadmie mavale en renvoyant qua- a appoitt Deux Cent soixante Juin- qui s'est rendu aux Etats-Unis pour
ui'lmt trois aspirants A la marine ze tonnes 24olo de marchandises di- provokuer le plust6t possible, cette
Vur intofliance d'6tu-des. verses ainsi reparties : expertise des resources de Ia Repu-
Onift14 donn4 des assurances au Port-au-Prince 19138 bihque par les meilleurs groups di
Oosta-Ric,. au;Nicaragua et au Hoo- Cayes 5460 capstalistes. Notre confrere nous a
Sdurs que kIutrs droits ne aeront pas St Marc a926 dit que beaucoup d autres ingenieuns
vihtpar Itq Etats-Unis. Litablisse- --- iALvviu't joi, pr juJa,,anamo *. t
teeat 1 une base naval dans la baie Total 275 24 que Ie devclopi .uneat d'Haist c
-de Tenesa sera annext A la resolution Ce meme navire a appor.e pour certainement assure.
-de'rtti'n du trait6 conclu avec le Port-au-Prince, entr. autres mar- N. r- oaf ,6 qui a 6t plusieunr
NiAertwfraf. Iequcl sera vote peut-4tre chandises. Sept cent cinquinte Deux loiy A Washington cous dis que la
denm.ti i 4' Senat. sacs de farine. commission haitienne est en pleir
BRON-S-LLE--Inuch Pizance prcve- Port-au-Prince, le ia Fdvrier 19i6 dans ses taiaus, et que dans les
nu d*av-,ir MP I'ethdernicr chel de milheux renseignis on disait que l
ij rt-.olution an Texas et qu'on a CiaemafParisiasa question de la Bauque ctait entamec
uec:u r,. o:; ,i lieu sur les irontitres, a 6tt On sait qu'un des plus beaux prevoit que la commission n'aura
ar- &e- et est en ce moment prisonnier films du Cinema-Parasiana 1tait an- pas fini de sit6t, car outre que ces
a MI tome#as. nonce pour la representation d'hie amnporti.ntes questions complexes
I Co)rt.I:S- IDes dlpeches de source soir :aMortel amour. et dilicates prennent du temps a
;w- it. inlorment qu'un croireur Aussi un public considerable etait i6soudre, mais aussi la commission
-r!1's a ft6 coult par un torpilleur alil admirer ce film sensationnel qui ameiic..ine adjointe A la notre esi
s' in mnd *i qu'un autre croiseur an- cut tout le succks qu on pouvait en compose de deux chefs de service
g!n-\ t r.akhment torpilld.- Mais attendre. du DWpartement d Etat. MM. Whote
fa prce:e en Angleterre diment ces Belle soiree qui prit fin vers o10 h. et Harri-on don't i'unique occupation
krti:- n'est pas A travailler exclusivement
1" I r.-nt occidental de la guerre est Carremsel avec la commission haitienne.
I- ''- ire principal de l'actuvith de
I'*,r lleiic. Les dernikres nouvelles ne Comme nous 1'avions annonc, le .
d* cnt aucun signed tablissant que Carrousel qui s'est install sur la
Li -. *'.nce des combats qui se li- Place du Champ-dt-Mars, a tonc- COUPS DE BOURSE
r1i drpuis quelques lours dans le tionn6 hier pour la premiere fois.
rj, :n1- d" Viny et Neuville aient Nos enfants ont tel heuteux de se
:n *'-.e d'intensitt ; tandis qu'au divertir en enfourchant les petits che- Or amiricain 475 -/. prime
s.,.: ', lotte s.est ranimie du cote des vaux de bois qu'lis 6taient fiers et b Int d'Haiti :9' 6o ad val. nomr
Fr, -" is et des allemands.-- On rap-, joyeux d'essayer de maltriser avec des D. Int. J*:latti 191r 6o ad val nomr
p1r', ,)ue lesRusses continuant leurs gestes de cavaliers... adroits et intre- D. Int 1914 eAD 40 ad val. nom
in'b tvements ont capture une hau- pides. D Lit. 1614 B1 40 ad val. nom
tctAi centre Rowe et Luak. La Belgi- Edeairage Jleetriqie D. lint d'Hrati 1614'C'4oad val. nomu
q#ie dement que des propositions de Cheque sur N. Y. i14 olo prime
paixlui aient eth faites par I'Alle- Notre confr6te le ouvellistl de- Cheque sur Paris 1o olo escompte
anagne. made dans son N de samedi Trlansfert sur Paris 5 lo0 scomp:e
d'adopter le systime des petites lam- Billets de S gourdes t olo escompte
pes de to bougies A chaque pylone, Nickel i o0o escompte
ce qui donnerait un meilleur
MI U *** jeclairage. Nous croyons savoir que
depuis queljues ours, c'est le sys-
Pabst... t|me qui a.t+k admisd'un common ho Guerve
j~~~c~~ v e>~~~~ i -_- -. -- -


The blmes ilwake Beer

EN VENTE CHEZ

I. J. Big 1O 4- Go


i d tUrI c le Ic r lDpartement ue
l'lnterieur et la Compagnie d'Eclai-
rage. Mais I installation ne pourra
4tre complete que dans un dlaide
S a 18 mois.
La capital aura, le soir un aspect
plus gai et plus vivant. la nouvelle
distribution de la lumikre oftrant


En gros et au detail tous kls avantages.- On a pu le
constater par I essai qui avait ttf tait
Angle des rues Courbe et C&sar A I avenue de Turgtau.
La meilleure et la plus hygi&ni- Odemo Iu se son! PI6HIoIM
q des bitres.
Beaucoup de personnel qui, pour
une raison ou pour une autre, n'ont
F aits D D v o i pas pu assister A la splendid reprn-
*8 We M 9 sentation de samedi soir. nous de-
mandent de reclamer de IlEssor IaL
r6tdition de cette soirhe.
3i8EH EIGNEI E :E T3 Nous nous empressons de le faire
MhT&h."OROLOGIQUT-S et d autant plus volontiers que ce
OBSKnVATOIllE serait vraiment dommage pour les
artistes, de s' ire dons.6 tant de mal,
SMINAIRE COLI GE afin de monter une piece de l'im-
portance de Servor et ne la jouer
SAINT-MARTIAI qu'une seule fois. Les applaudisse-
ments qu'ils ont recueillis samedi,
Vendredi 11 I'dvrier 1916 salueiont encore une fois Ieurs
ft mtr A kd"i n7633 louables eflorot.
I minimum 21,0 A quand la deuzii6ne, 0ilnec ?


30,3


Ciel covertt toute la journke.
Catotes de pluve vers 8 h p m Forte
oseee. Barometre constant.
J. SCHERER

Cellge klctIral

C'est domain que se rIuniront lea
megabres du Collego Electoral de
I arwrondisemnent de oPort-au # prince
pour prwoc6dr A I' luecLion dee can-
4idxts, MU Stlat. 11 y aura six can-
lidjats iU pour chacune dt- corn-
Inenes a tuivantes : Petion-ville Gan-
t~Ift. Aicalias-, Thosaazeau. C ~ -ti
des Hlouisets t tort-au P siace.


rt~,m:ateurs A Wire
m6s'aat ora sostants
LaatoaLaeat. Dr I &


asoe erempehse
II a 6a6 perdu Dimanche aprks mi-
di sur la route Bois Verna A Turgeau
un sac argent maiqu. contenant un
porte-monnaie argent. Prihre de rap.
poter au bureau du Matin centre
onne ticonpense.
Avis A Messieurs les bijouticrs en
cas d'oflre de ces objets.
Novelle i Is lmai
Mr. X ...qai est riputh pour sa
gourmandi e dine dans une mason
ou rtgne une coaomsie exastree, de
ta;on qu'aprirs slite levis de table,
tous les cowvmrs e sentent A jeun.
La maitresse de la mason s*adres-
se A lui. le aoire aux lhvres :
Qujand viendrez-%ous encore
une fois dines avec nous, cher mon-
sieur ?
Mais de suite, madame si vous
le permettez, rnpond le gourmand.


LES AI. DEMANDS SEMPARENT
DUNE LARGE TRANCIIEE
FRANCAISE AU NORD-
OUEST DE VIMY.
Grand Quartlir-gOadral Allesand
so Fevrier s916
Sur le theAtre de la guerre A
l'ouest, les Allcmands conquirent
une large tranchee francaise au
rord-ouest de Vimy. -
Us s'emparkrent 4galement d'un
crattre de Neuville qu'ils avaient
perdu recemment et y firent cin-
quante leux prisonniers. Deux mi-
trailleuses tombnrent entire leurs
mains. -
Au Fud de la Somme. plusieurs
charges trancaises furent repoussecs
dans la journee.
Par contre, les Fran;ais occupkrent
une petite section d'une tranchhe
avancee au nord de Bethincourt.
Sur la hauteur de Combres. les
Allemands firent sauter les sapes
enne ies.
Desexplosions de mines fiancaises
au nord-est de Celles dans les Vosges
n'eurent aucun succks.
Sur le theatre de la guerre A i'est.
les troupes austro-hongroises sous
les ordres des geotraux vo- Linscn-
gen et du Comite Bothiner repousse-
rent quelques faibles attaques des
Russes. -
LES FR A%'A 1N S T TrClr 9:T


s











Is


V l- -- "- : x k a -


ii F vnwier 19 6., IcA cu: ras .'.
Les tioupes austro-hongroises oc- JtAi "an %.bm :. au w oc
cup&rent le 9 fevrier ia ville e de -14 R, A%4A, RAVANT, L ,.,
Tarana en Albanie et les hauteurs A. GIARD, 48,. IM rAI, PAM
entire Piyza et Bazar Sjak. m--m-,
Sur le front oriental. les troupes
de reconnaissance des Russes conti- --.. -
nuerent leur activity sur le front dc
I'Archiduc Joseph Ferdinand. Les A It t1ion I
Russes furent partout repousses. -
O() otfre de tren bonis pnix FM
des hbouteilles %ides bordclaisesn
B isr res cu blancli-s.
Inutile d'app iiter des bouteiih
PB S'r ayant contend de 1 huile ou dei
RATB kerosine.
PABSTT Sadresser hec .*M.M I. 1. BIG
PIRST 8L&Co.


PAST
A vendre au pri. exceplionnel
d- or 12.- par baril de 10 dou-

tkrs RUIBOLD A &-


S crtairierie d Elta de flItrleur
Le public eat inform q se tous
cetux (Ili vondront obtestir des per-
mis pour voyager s Il'iuntrieur du
Pays, devront dwsonnais s'adresser
au Bureau de la Genadarmerie d'llai-
ti dans chaque locality.
Lo service de la dflivrance des
passe ports'pour 1 ttransger, a cause
du caract6re fiscal de ce service,
continuera d'etre fait |Iar le D6par-
tament de I'lihstrieur.
Iort-au Prince le 12 Fevrier 1916


CIssc lIm da4re-e
ppw


Pour cause d'agrandissement Mr
Eugene Le Bose a transport ses
buieaux et magasin au 95 Rue du
Ouai.


Service postal
Letires en Soiffrances du 7 au 14
F'vrier 1916.
Mine Amelia Azor Andre, Mine
Petion Bedard, Mmes Francois Bro-
det. Dcsilia Desir. etAmelia FranCois.
Mr Augustin loseph, Mr Emma-
nuel, loseph. Senateur Lanoue. Mrs
Luc Reville Ray. Camille Sylvestre,
Frankel Trading & Co. Horacius
Sabbath, Samuel, et Eugene Zacha-
rie. Melle Upelida Vales.
Port-au-Prince le 14 Fevrier 1916.


D.V. ROUIJAR
Chirergies-D<.lisle
Post Graduate of Philadelphia Deu-
tIW Colleye.


Angle dcs rues Co.i ibe et Ciiar.'


Ligne ilollandalse


S Le SIS C010I.UBiil.'- gartiraA'
soir ik 6 licutcs' pour Pc: itG
Cu.ra o i (),jNrcm k.CvcJ
Le S iS ,-COM.\I IiWY N r-'"est 11
tendu mercredi. 16 cit, aux CIY4
Le SIS 'CALYPSO',. laissera !is9
York vers It OS crt, pour leC (ap.
AUG. ALIRENDTS, Agent.


E. SEPE
23 lone des Frenls-Ferts
Fabri,'int Je Cbaussures
Pour Hom mes, lFemmes & E
i nis.
Formes toujours de la dernib
Mode.
Tr.tiail soign6, mat&riaux choi*
Les cominandes de la provide
sont de suite expedi~es.
. l i .. tl---


LI PLUS PUIesmuANT ATSIPTIS
Sina Ifercure ni Cuivte
Oulvant iA de~aration de Id. NOVALMS.
"wmuist* do IlZossital Pasteur (lST)
D~truait inran~a*:innat tus lea uikrobwS1,ff
ealt. ola Choj*&l ef ra o. Fvwos,Diaw]-t
at Dyeenterie. des Pal'. .hSdWU


IIndispensable coutre lea 9W
3"o IVine gVa. Sado u"Ba~s
arn iii,.49'06M pm.s"no ss,6
A Peon-&WPomwa: U SWALD (1


Dames-L-j ettn ns nelvO
de I et -')gallons
Uhitbraquies feiitre

HUere PABST"
A 0 .. 7.1 11- -flA


VAIN DE RECONQ IMNERIR LEURS De retour & la Capitale announce A v 'a.at'ei ,te x eIxcep,,,
VAIN DE RECONQJJERIR LEURS see amis et A sa bieuveillante cen. s,
POSITIONS PERDUES. tle qu'il reprend la direction do I. BLOT
son cabinet a partir de vendrdl 1 t
Graad Quartier Gdndral Alkma parr de vedrvrier.
ii Fivrier 1916. M. Nestor Feliu
TravaI delaire' eu lous peores Le maitre-tailleur avantaCeUS
Sur le thles tre de aen guerre E rarlions sn de l meant connu de toute la Rp
l'ouest, les Francais tentkrent, aprSd ec'
une forte preparation d'artillerie qui Travail soigne. pi :x moddre, vint de retourner de son voaugV
dura plusieurs heures. A quatre re- ':des drnir es1 modest des nouvegc_
praises de reiendre es tra.ce. per- A OG ous t( I d' ns ts les plus rcentes. nouv
dues hr.nt outs le fur des chalges s- 8 A 1. 2 b. t. 2 .112 A 5 h. II otire des costumes tris bi0
roulr dnt sosde la Somf les aFrlemands 4 1 e du Utnle, pies de la soin6s et A prix modtrs. .f
Au Sud de la Some, its Fraude s Pcia f1 ayardd odhes
(Mint Ieaaklmtt iaemuL fegd MT3tcae Uayard Rue des Miracles en face do"
t ca t bacawb w e PO W-ftiM.t, lo 10kvrier, 1916 Banque Nationale.


Temu'rature Imaxignom

Mo~e1hnb dituane


11 y Sum t*Ioi 4
pour I-ouet". Los
gIu :M M. X L ~DIO


I


r-


conqukrir mime un p tit bout de la
position perdue.
Sur 1'Aisne ct en Champagne.
duels d'artllerie iso'cs m.As noutils
Un ballon captit A'lcina.nd non
cquipc detachi et s'ci 1 .iliaMIt 1 la1
derive tiaversa Ics lig'ies c le netilic
pres de Vi'.Ilv.
Sur le tl.~atre de I g i c ir-- A est,
l'ava.tncC d un Ifort t et .h:tn1 nt russe
au sud du I.:c de 1) y vyvai tut re-
pousste.
NOUVEAU BiOMBARDUL.ILN r DE
LA COTE ANGLA SE.
Washiigto a official.) .
10o Fvrier 1916.
L'namirauti Allemande rapport ce
qua suit :
Durant I'aprns-midi du 9 rviler.
des hydroadroplans allemand-, lan-
cerent des bombes sur les dock,. les
usines et les baraquements de Rims
gate (Angh t rre )

TIRINA EN ALB.ANIE OCCUPEE
Graij Quarlier .du ro bongrois


I


m


LA M4AISON
B. Cernicehiaro & 0
3S IRU IIOUX 38
Avi:e sa nombrcuse clientele q,,
ayant Tpuist son stock de liqui,
tion, telcvie t tie tectvoir c'e oa.
breux articles s de tout choix qsei
tire toujours A des pix tiks took,
r6s A l'occ.asion des I,'es.
Les orfevres ct horlogers tr^u,
ront toujours les articles les int&re
sant a des ptix tres rtduits.
La maison s'occupe aussi de tout,
sorts de reparations cc orfivrern
en hoilogerie et en argenterie.
Achat de diamants et vieilor.


.--.-e
Py Renp ntez toiourl a
i!L'!e dc Fole de Morue


VIN GIRARD
S to teanniue pnosphd
-.x j TI s-e